Rentrer à la maison gay...

2.3KReport
Rentrer à la maison gay...

Rentrer à la maison gay… (Episode 2)

Mon séjour chez l'oncle Donnie était enfin terminé. Nous avions eu des relations sexuelles sauvages exceptionnellement sensuelles presque tous les soirs. J'étais triste de devoir partir, mais j'étais également ravie d'explorer mes nouvelles connaissances sexuelles sur un garçon de mon âge. J'étais sûre de ma sexualité maintenant. Je suis gay!

Il restait encore beaucoup d'été et ma troupe de scouts avait plusieurs voyages que j'attendais avec impatience. Il y avait un garçon de 2 ans plus jeune que moi avec qui j'aimais bien côtoyer lors des sorties. Son nom était Bobby, 15 ans, mince comme moi, environ 5'3" et 110 livres. Il avait une peau de couleur moka aussi lisse que toutes celles que j'avais jamais vues. C'était le garçon dont je fantasmais quand j'avais mes séances de fessée gay. Il était parfait à tous points de vue.

Nous avions eu quelques expériences en camping. Tard dans la nuit, alors que tout le monde dormait et que nous étions éveillés, nous nous débattions dans la tente et nous nous sommes souvent sentis durs. Jusqu'à présent, je n'avais jamais vraiment pensé au sexe à part entière avec Bobby en dehors de mes fantasmes de fessée, mais maintenant je ne pouvais pas m'arrêter de penser aux possibilités. Le prochain voyage avec les Boy Scouts était un voyage d'une semaine que la plupart d'entre nous appelaient un camp d'été. C'était dans plusieurs jours et la plus longue attente que j'aie jamais eue de ma vie.

Le jour du voyage est enfin arrivé. Nous étions en route pour un camp d'été, 7 jours et 7 nuits dans une région reculée des montagnes de San Bernardino, seuls dans une tente tous les soirs avec le garçon de mes fantasmes les plus fous. Mon estomac était noué jusque là.

Nous sommes arrivés sur le site, c'était une randonnée de 2 heures avec tout notre équipement sur le dos jusqu'au terrain de camping. Arrivés sur place, nous avons installé notre tente comme nous le faisions toujours, dans le coin le plus reculé du camp. Personne ne semblait en tenir compte parce que nous avions toujours été les étrangers dans la troupe. J'en étais content car cela rendait notre vie privée beaucoup plus facile. Nous installons notre campement et nous dirigeons vers les douches. Nous avons toujours pris une douche avant le dîner. Je me demandais si je serais capable de prendre une douche avec Bobby sans bander instantanément. Nous sommes allés aux douches et nous nous sommes déshabillés, je suis entré dans les stalles en premier, Bobby était toujours très lent à entrer dans la douche. J'ai commencé à me laver, Bobby est entré dans la cabine à côté de moi. Les stalles n'étaient séparées que par quelques vieilles planches de bois qui s'étendaient d'environ la hauteur des genoux à juste en dessous du niveau de la poitrine. Il n'a fallu qu'une légère inclinaison vers le prochain stand pour voir tout ce que vous vouliez voir. Pendant que je me lavais, je pouvais sentir ma bite grandir. Cela n'a pas aidé que je l'ai caressé à plusieurs reprises avec une poignée de savon doux. J'ai essayé plusieurs fois de voir si Bobby était aussi excité que moi mais il m'a tourné le dos la plupart du temps. Il m'a surpris en train de culminer à quelques reprises et a souri en me regardant par-dessus son épaule. J'étais tout aussi content de la vue que j'avais de son magnifique petit cul brun.

Après notre douche, nous nous sommes dirigés vers le dîner au centre du camp. Le dîner était long et interminable, ils ont fait des annonces, établi le programme et passé en revue les règles du camp. Je ne me souviens pas de grand-chose, j'étais obsédé par le garçon avec qui j'allais camper la semaine prochaine. Je pense que je l'ai peut-être rendu un peu mal à l'aise en le regardant tellement mais personne d'autre ne l'a remarqué.

Le dîner du camp était enfin terminé et nous sommes retournés au camp. Le soleil était déjà sous l'horizon et la nuit tombait rapidement. C'était à environ 20 minutes de marche de l'endroit où nous étions campés et quand nous sommes arrivés là-bas, il faisait complètement noir. J'étais tellement éxcité!! Je savais cependant que je devais y aller doucement. Si je bougeais trop vite, je le ferais sûrement fuir. Même si nous avions eu quelques séances de sensations dans le passé, il s'était toujours arrêté brusquement et avait reculé. Je devais me retenir le plus possible et m'assurer de ne pas pousser trop fort.

Nous sommes entrés dans la tente, nous nous sommes mis en pyjama et avons rampé dans nos sacs de couchage. Aucun de nous n'a jamais dormi tout de suite pendant les voyages de camping. Je me suis allongé là dans mon sac de couchage en levant les yeux par le haut de la tente ouverte et j'ai regardé les étoiles en essayant de ne pas penser au beau corps de Bobby et à ce que je voulais si désespérément en faire. Aussi sombre qu'il faisait dehors, il y avait une lune presque pleine et je pouvais voir tous les traits parfaits de l'adorable visage de Bobby.

Bobby était plus calme que d'habitude et je me demandais s'il était nerveux à cause de tous mes regards ce jour-là. J'ai décidé de ne rien essayer cette nuit-là et je me suis retourné pour essayer de m'endormir. Quelques instants plus tard, j'entendis Bobby bruisser. Je me suis retourné pour voir ce qu'il faisait. Il avait ouvert son sac de couchage et était allongé dessus, les jambes largement écartées, une main derrière sa tête et l'autre enveloppant ce qui était une gaffe évidente. Mon cœur a raté un battement. J'ai emboîté le pas et jeté le haut de mon sac de couchage. Ne voulant laisser aucun doute, j'ai laissé ma bite dure sortir tout droit pour qu'il puisse le voir. Je me suis allongé sur le côté, lui faisant face mais sans rien dire. Il baissa les yeux sur mon érection puis de nouveau sur moi et sourit. Au lieu de la lutte que nous avions pratiquée dans le passé, j'ai décidé d'essayer d'avancer lentement. Je me dirigeai vers lui et me blottis contre son corps chaud. Il est resté silencieux mais nous avons gardé un contact visuel. Encore une fois, sentant que je pourrais le presser, j'ai commencé à poser ma tête sur son épaule. Avant que je puisse me mettre à l'aise, il m'a poussé la tête avec son épaule comme s'il voulait que je bouge, j'ai levé les yeux et j'ai dit « Fatigué ? », il a fait non de la tête et a roulé dans ma direction. Nous avons verrouillé les jambes et pendant que nous le faisions, je pouvais sentir la chaleur venant de son entrejambe. Mon cœur a commencé à battre dans ma poitrine et sans même y penser, nous nous sommes penchés dans le baiser le plus doux et le plus sensuel dont j'avais jamais rêvé. Nous avons verrouillé les lèvres pendant une bonne minute. je n'y croyais pas!!! Il faisait tout le déménagement !! Nous avons continué à nous embrasser alors que nos mains commençaient à errer. J'ai doucement pris ses fesses en coupe avec une main et j'ai tiré doucement pour aider à broyer nos bites ensemble. Nous avons tous les deux commencé à nous enfoncer doucement l'un dans l'autre, j'ai cru que mon pantalon allait prendre feu ! Je devais voir jusqu'où Bobby voulait aller ce soir, alors je reculai et m'allongeai sur le dos en laissant échapper un long soupir. « Aahhhhh… ». Bobby m'a suivi de mon côté de la tente, s'est perché à mes côtés et est allé directement chercher le sac amusant. Il s'est penché et a attrapé ma bite à travers mon pyjama. Ma tête tomba sur mon oreiller et mes yeux révulsèrent dans ma tête. Je me suis penché et j'ai attrapé la bite de Bobby, elle était chaude comme le centre de mon corps. Quand j'ai pris possession, j'ai doucement tiré d'avant en arrière. Il gémit de plaisir et nous recommencâmes à nous embrasser, cette fois avec un peu plus de ferveur. Nous nous sommes embrassés et pelotés pendant ce qui nous a semblé être des heures (probablement quelques minutes).

J'ai décidé de faire le pas suivant et j'ai poussé Bobby sur son dos, continuant à frotter très doucement sur son membre. J'ai ensuite trouvé l'ouverture à l'avant de son pantalon de pyjama et je l'ai suffisamment ouverte pour pouvoir entrer. Lorsque ma main est entrée, j'ai senti la peau chaude et palpitante de sa bite de taille parfaite. J'enroulai ma main autour de son membre palpitant, la sensation de peau à peau me rendait si chaud, et je pouvais dire que cela fonctionnait pour lui aussi. J'ai retiré ma main de son pantalon, mais avec une prise ferme sur sa bite, je l'ai également fait sortir. Sa bite en main maintenant, je la tenais ferme mais douce en position verticale. Pendant un instant, je l'ai juste regardé. C'était si beau, sombre comme le reste de son corps et la tête de bite parfaite palpitait et devenait de plus en plus brillante à chaque pulsation. J'ai commencé à pomper sa hampe et il a pris une profonde inspiration. Il a commencé à respirer plus fort pendant que je pompais. Je n'en pouvais plus et j'ai décidé d'essayer sa saveur. J'ai commencé à bouger, j'ai atteint sa bite et j'ai commencé à faire tourner ma langue autour de la tête de bite violette parfaite et douce. C'était si dur et si doux à la fois. Cela l'a évidemment mis sur le dessus car presque immédiatement, il a fait exploser des tonnes de son délicieux sperme chaud dans ma bouche. J'ai continué à faire tourner ma langue autour de sa bite pendant qu'il tirait sa charge, ajoutant à la douceur et créant encore plus de chaleur. Sa douce charge a jailli tellement de fois que j'ai perdu le compte. Dégoulinant de ma langue, et partout sur mes lèvres, mon menton et couvrant ma main, il couvrait la majeure partie de mon visage. J'ai sucé le reste du sperme de la bite mouillée de Bobby et léché ce que je pouvais sur mon visage.

Je me suis redressé pour voir le visage de Bobby. Sa bouche était grande ouverte et il respirait toujours fort. Je me suis relaxé, convaincu de pouvoir aller plus loin la prochaine fois. J'ai roulé sur le côté et j'ai tiré mon sac de couchage sur moi. Bobby a doucement demandé "Voulez-vous que je le fasse?", Je me suis tourné vers lui, j'ai doucement embrassé ses lèvres douces et gonflées et j'ai répondu: "La prochaine fois, je suis vraiment fatigué". Il sourit et roula dans son sac de couchage. J'ai très bien dormi cette nuit-là.

Le lendemain, nous sommes sortis ensemble pour commencer nos cours de badge de mérite. Nous avons toujours choisi les plus faciles car ils ne nous intéressaient pas vraiment, nous voulions juste pouvoir finir rapidement pour pouvoir déconner le reste de la journée. L'un des cours s'appelait survie en plein air. Je savais que je voulais prendre celui-ci mais j'ai dû convaincre Bobby. Il pensait que ce serait trop de travail, mais j'ai expliqué que l'une des exigences était que nous devions construire un camping isolé à au moins ¼ ​​de mile de quiconque avec presque rien, puis y passer la nuit. Ses yeux se sont ragaillardis à l'idée et nous nous sommes inscrits.

Nous avons terminé quelques autres cours à l'heure du déjeuner, puis nous avons commencé à chercher notre lieu de survie. Nous avons fait une randonnée dans la montagne pendant un certain temps lorsque nous sommes tombés sur l'endroit parfait. C'était une ouverture entre 2 rochers à moitié enfouis dans la colline. Nous sommes allés directement au travail, ramassant des branches et des feuilles. Nous avons recouvert l'ouverture supérieure de branches jusqu'à ce qu'il n'y ait qu'une petite ouverture devant nous pour nous faufiler. Nous devions la faire approuver avant de pouvoir l'utiliser, nous sommes donc retournés au camp pour trouver un conseiller. À notre retour, il a été très impressionné par notre conception. Il nous a immédiatement autorisé à rester là-bas cette nuit-là. Nous n'avions droit qu'à un seul gros article chacun et nous avons tous les deux décidé de prendre nos sacs de couchage. Le conseiller du camp a dit que c'est l'article que tout le monde prend.

Nous sommes allés dîner, aucun de nous ne pouvait attendre la nuit. Une fois le dîner terminé, nous nous sommes précipités vers la tente pour prendre nos sacs et tout ce que nous pouvions emporter dans nos poches. J'ai pris quelques bougies, quelques allumettes et ma bouteille secrète de lubrifiant ! Je n'étais pas sûr de pouvoir l'utiliser mais je n'allais pas m'en passer si l'occasion se présentait.

Quand nous sommes arrivés à l'abri, il faisait noir, Bobby avait apporté une lampe de poche pour que nous puissions nous y rendre. Nous sommes entrés à l'intérieur et avons disposé les sacs de couchage. L'une des techniques de survie enseignées dans le cours est de rester au chaud dans un environnement froid et il est dit que si jamais vous êtes pris par un temps extrêmement froid avec un copain, dormez dans le même sac de couchage. Pour aller encore plus loin, si une personne ou les deux sont à risque d'hypothermie, ils suggèrent que les deux personnes se déshabillent car la température corporelle peau à peau garderait les deux personnes beaucoup plus au chaud. Cela était parfaitement logique pour nous deux, mais ce n'était pas la raison pour laquelle nous voulions partager un sac. Nous avons expliqué au conseiller que nous allions fermer les sacs ensemble et les partager comme un grand sac pour nous garder au chaud. Il a applaudi notre connaissance des techniques de survie et est retourné au camp, laissant Bobby et moi dans notre abri pour la nuit.

Nous avons rampé à l'intérieur de l'abri et grimpé dans le sac de couchage. Nous nous sommes blottis un moment sans rien dire. Après quelques minutes, j'ai demandé : « Alors, tu as aimé ce que j'ai fait la nuit dernière ? Il a chuchoté en retour: "Très bien". Nous sommes restés allongés quelques minutes de plus lorsque Bobby a dit doucement: "J'aimerais réessayer ce soir si vous le souhaitez". Je levai la tête pour voir son grand et beau sourire, puis je me penchai et l'embrassai. Sucant doucement sa lèvre inférieure, il gémit et s'écarta pour me dire qu'il avait trop chaud dans le sac de couchage. Nous l'avons ouvert et jeté la moitié supérieure couvrant tout le sol de notre abri avec un oreiller doux comme une housse. Bobby n'a pas perdu de temps à chercher son pantalon et à l'enlever, puis sa chemise. J'ai suivi. Nous restâmes allongés un instant dans le buff à contempler le corps de l'autre. Bobby était si sexy, la peau foncée partout, pas de cheveux nulle part mais une petite tache encerclant sa bite dure. Une peau parfaitement lisse et juste assez de tonus musculaire pour mettre en valeur ses membres fins. Son cul était absolument parfait, petit comme le mien mais parfaitement rond et me suppliait de le baiser RAW !!! Je me rapprochai et pressai mon corps contre le sien. Il hésita un instant. « Et si le conseiller revient » ? J'ai souri et lui ai dit que j'avais entouré l'abri de branches mortes, donc si quelqu'un s'approchait, nous l'entendrions. Il a souri, a poussé un soupir et nous avons commencé à nous embrasser. Jambes entrelacées, lèvres verrouillées, nous nous balançons d'avant en arrière en frottant nos bites l'une contre l'autre. Après quelques minutes d'embrassement, Bobby m'a poussé et m'a calé contre un côté de l'abri. Il s'assit alors devant moi et m'écarta les jambes. Balayant doucement ses mains de mes genoux, le long de mes cuisses et se rapprochant de ma bite, il s'empara des deux mains, la redressa et s'avança directement. Sa langue toucha la tête de ma bite. C'était velouté et chaud à la fois. Il a fait tourner sa langue autour de la tête de ma bite et a fait glisser le bord en forme de champignon de ma hampe vers le haut. Puis, se penchant un peu plus loin, j'ai embrassé ma tête violette, suçant doucement le bout. Je n'avais pas encore allumé de bougies mais je pouvais distinguer son cul lisse coincé dans l'air alors qu'il commençait à prendre de plus en plus de ma bite dans sa bouche chaude et douce. Je suppose que je pensais que je durerais plus longtemps, mais le voir me sucer la bite et la pensée de lui labourer le cul était trop. J'ai prévenu aussi doucement que possible : "Bobby, je vais jouir" ! Il ne s'est pas arrêté comme je le pensais. Au lieu de cela, il a commencé à caresser fermement ma hampe un peu plus vite et a continué à sucer ma pointe. Je me suis allongé et j'ai laissé la première charge jaillir dans sa bouche. J'ai attrapé 2 poings pleins de sac de couchage alors que mon corps tremblait de plaisir. Bobby n'a pas perdu une seule goutte. Il a bu de mon bâton d'amour jusqu'à ce que je sois totalement sec. Il s'est assis et a demandé « Comment était-ce ? » J'ai souri encore un peu à bout de souffle et j'ai dit « Parfait, à mon tour » !

J'avais eu sa bite la veille mais j'avais besoin d'y goûter à nouveau ! Je l'ai repoussé sur le dos endormi et j'ai plongé pour sa belle bite. J'ai commencé à caresser sa hampe tout en faisant tourner ma langue autour de sa tête enflée, beaucoup plus fort que la nuit précédente. Je me suis souvenu des films que j'avais vus chez l'oncle Donnie et je me suis mis en position et avec une main caressant fermement sa bite, suçant doucement son extrémité, j'ai atteint entre ses fesses avec ma main libre et j'ai enfoncé un doigt jusqu'à ce que je puisse sentir son trou plissé. J'ai doucement massé son trou et il a laissé échapper un « OOoohhh » fiévreux !! Un instant plus tard, ma bouche était pleine de son jus blanc chaud. J'ai bu le doux nectar jusqu'à ce qu'il se détende à nouveau et qu'il n'y ait plus d'éruption.

Nous nous sommes allongés là pendant un moment en silence quand Bobby a dit : « C'était bien mieux qu'hier soir » ! J'ai roulé sur le côté à côté de lui et j'ai remarqué que nous avions encore tous les deux une érection déchaînée. Je fis doucement courir ma main du haut de sa poitrine jusqu'à son membre encore enflé et l'attrapai. Il cambra le dos et poussa un léger soupir. Je ne m'attendais pas à sa réaction mais j'ai bien aimé. Je l'ai regardé et je lui ai demandé : « Veux-tu en faire plus ? Il hésita un instant et dit « Tu veux dire » ? J'ai hoché la tête oui. Il a dit "Mais nous n'en avons pas..." J'ai mis mon doigt sur ses lèvres pour le faire taire. Je me penche et l'embrasse doucement sur les lèvres. Je pouvais encore sentir le sperme sur ses lèvres et j'étais sûr qu'il pouvait le goûter aussi. Je l'ai aimé. Je me penchai sur la pile de vêtements à côté de moi et fouillai la poche. J'ai sorti la bouteille de lubrifiant que mon oncle m'avait donnée et lui ai montré, souriant d'une oreille à l'autre. Son corps s'est détendu lorsqu'il s'est exclamé « oh putain oui » !

Nous avons recommencé à nous embrasser et je me suis retourné pour le chevaucher. J'ai commencé à atteindre sa bite quand il m'a arrêté, "s'il te plaît, baise-moi d'abord" !

Je me suis assis droit et j'ai roulé Bobby sur son ventre sous moi de sorte que son cul serré parfaitement bronzé me fasse face juste en dessous de ma bite dure comme de la pierre. J'ai versé du lubrifiant sur ma bite et je l'ai frotté pour le couvrir complètement. Ce qui restait s'égouttait dans la fissure du trou d'ourson guilleret de Bobby. J'ai ajouté quelques gouttes de plus à sa fissure et l'ai travaillé en utilisant ma bite. J'ai fait courir ma bite de haut en bas dans sa fissure, la travaillant plus profondément à chaque passage jusqu'à ce que je puisse sentir son trou avec ma pointe. Alors que je poussais doucement, Bobby écarta un peu les jambes pour permettre le meilleur accès. J'ai poussé un peu plus et j'ai senti la tête de ma bite se presser dans son trou serré. J'ai appuyé et tout comme la bite de mon oncle quand il m'a baisé quelques semaines plus tôt, j'ai senti un léger pop alors que ma tête de bite passait devant son trou. J'ai fait une pause et j'ai entendu Bobby grogner de douleur. « Oh mon Dieu, ça fait mal » ! il a dit. J'ai demandé: "Tu veux que je ne le fasse pas?" J'ai senti son trou serré se détendre un peu et il a reposé la tête et a dit: "Non, s'il te plaît, ne t'arrête pas, je veux que tu me baises". J'ai attendu un moment et j'ai recommencé à presser ma bite dans le beau cul serré et chaud de Bobby. Alors que je poussais plus profondément, Bobby a gémi mais cette fois c'était plus un gémissement de plaisir. J'ai baissé les yeux pour ne voir qu'environ un demi-pouce de ma bite encore à l'extérieur du trou de Bobby. J'ai poussé pour lui remplir complètement le cul. Quand j'ai atteint la garde, je me suis arrêté, je me suis allongé sur le dos et j'ai embrassé son épaule. Je pouvais sentir son cul se resserrer autour de ma queue à chaque fois que nous bougeions. Il tourna la tête sur le côté et murmura : « s'il te plaît, baise-moi… ». J'ai obligé, j'ai commencé à faire sortir lentement ma bite jusqu'à ce qu'il ne reste plus que ma tête, puis je suis lentement revenu à l'intérieur de lui jusqu'à ce que je touche à nouveau le fond. C'était la sensation la plus chaude que j'aie jamais ressentie. Encore une fois, Bobby a chuchoté: "Baise-moi, s'il te plaît baise-moi fort!".

J'ai commencé à baiser mon copain de camping plus vite. Je me suis redressé et j'ai planté mes genoux dans le sac de couchage pour plus de traction. J'ai plongé ma bite dans le cul serré de Bobby plus fort et plus vite à chaque fois. Au bout d'une minute, je me suis allongé sur le dos et j'ai enroulé mes bras autour de sa poitrine, l'ai saisi aussi fort que j'ai pu et j'ai baisé ce cul serré aussi fort et vite que possible. La friction était si chaude que je pensais à coup sûr que j'allais déchirer le cul de Bobby. Son trou serré donnait l'impression que les doigts de quelqu'un s'enroulaient autour de ma bite, la serrant aussi fort qu'ils le pouvaient. Bobby a crié, "putain oui" ! « Putain oui » ! "Baise-moi le cul" ! J'ai pompé son trou serré aussi fort que je le pouvais, mes couilles claquant contre les siennes à chaque poussée. Quelques instants plus tard, j'étais là, je suis venu plus fort que jamais auparavant, versant mon sperme chaud au fond de la caverne d'amour de Bobby. Tout comme mon oncle et moi, chaque fois que je jetais une charge sur Bobby, son trou serré serrait ma bite, me faisant jouir encore plus fort ! J'ai fait exploser ma charge dans le trou de Bobby. Lorsque l'éruption s'est calmée, j'ai glissé ma bite encore dure hors de son trou meurtri pour la dernière fois. J'ai roulé de Bobby, il s'est retourné aussi pour révéler qu'il avait aussi du sperme, partout dans le sac de couchage, laissant une énorme tache humide. Il me sourit, nous étions tous les deux à bout de souffle. Nous nous sommes déplacés vers un endroit sec sur le sac de couchage, nous nous sommes enroulés les membres attachés et après quelques baisers remplis de passion, nous nous sommes endormis profondément.

Heureusement, il a fait froid cette nuit-là et nous a suffisamment réveillés pour que nous devions nous habiller. Sinon, nous aurions été découverts par les moniteurs du camp à coup sûr.

-(Episode 3 dès que je peux le rassembler!)

Articles similaires

L'affaire2

JE PENSAIS QUE PUISQUE NOUS ESSAYONS DE NOUVELLES CHOSES AVANT QUE J'ENTRE DANS SON CUL, JE VEUX QU'ELLE ME SUPPLIE DE BAISER SON CUL. Je suis allé chercher de la glace et 3 pinces à linge. JE LUI DEMANDE SI ELLE AIME ÊTRE ATTACHÉE AU LIT ELLE N'A PAS RÉPONDU DONC JE LUI FELICULÉ LE CUL AUSSI FORT QUE JE PEUX PUIS ATTENDRE SES CHEVEUX EN TIRANT LA TÊTE EN ARRIÈRE ET JE LUI DIT QUE JE T'AI DEMANDÉ UN ? VOUS RÉPONDEZ OU JE VOUS FESSERAI ENCORE. AVEC LA PEUR DANS LES YEUX ET LE DÉSIR DÉGOUTANT DE SA CHATTE...

1.4K Des vues

Likes 0

HOBO - Chapitre 15

CHAPITRE QUINZE Nous avons commencé l'année suivante encore plus agitée que la précédente. Le restaurant avait décollé beaucoup plus vite que prévu et Michelle travaillait de douze à quatorze heures par jour. Elle avait embauché Eddie Sampson comme manager, ce qui la gardait libre de s'occuper de la cuisine. Elle avait également embauché un autre cuisinier et une autre serveuse. En juin, la plupart des nuits, vous deviez attendre une table entre trente et quarante-cinq minutes. Michelle rentrait chez elle jusqu'après minuit la plupart des jours. Le premier juillet de cette année-là, j'étais assis sur le canapé à regarder la télévision...

1.3K Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

1.8K Des vues

Likes 0

Acheter un en obtenir un gratuitement

Michael a décidé de prendre la nuit de son travail d'escorte, car une soirée en ville était exactement ce dont il avait besoin pour recharger ses batteries après une semaine très mouvementée. Pier 22, était un ancien entrepôt rénové en une discothèque récemment ouverte qui était située sur les rives du canal maritime de Manchester. Il était proche du centre-ville mais suffisamment éloigné pour ne pas perturber les quartiers voisins. Bénéficiant d'un restaurant sur le toit donnant sur les landes du Lancashire / Yorkshire, d'un casino avec un bar à cocktails et de l'une des plus grandes salles de danse du...

2.1K Des vues

Likes 0

House Girl X - Mongolie

À 9 h, heure locale, Rick Cheney et moi étions en vol, volant vers le nord de Negombo, au Sri Lanka, à Ordos, en Mongolie intérieure, en Chine. Notre avion était plus lourd de deux passagers, une brune anglaise d'albâtre avec un passé abîmé et une jeune fille irlandaise fougueuse avec des cheveux roux flamboyants et une passion qui va avec. Après avoir atteint l'altitude, mon avion prototype avait adapté son aérodynamisme à sa configuration ultra-élégante pour la vitesse. Un itinéraire direct vers notre destination ne prendrait que quelques heures de vol, mais nous ne pouvions pas risquer d'être détectés en...

821 Des vues

Likes 0

Horreurs combinées - Ch. 02 - La chasse

Horreurs combinées. S'il s'agit de votre premier chapitre à lire, il serait préférable de lire le chapitre 1 en premier, afin de digérer cette histoire, merci de votre inquiétude.. http://www.sexstories.com/story/83926/ Chapitre 2 : « la chasse ». La même nuit (Mado) n'était toujours pas sûr de ce que la créature voulait dire en disant ... VOUS AUREZ DES POUVOIRS SUR LES FEMMES, AUCUNE FEMME NE POURRAIT JAMAIS RÉSISTER À VOTRE CHARME... Qu'est-ce que cela signifie? Il devait essayer avant de prendre la route avec (Noga). Il ne pouvait pas penser à une meilleure victime que la jeune femme de chambre qu'ils...

998 Des vues

Likes 0

Sarah rencontre un fou

Sarah rencontre un fou Quand ils m'ont laissé partir, ils ont dit que je n'étais plus un danger pour moi-même ou pour les autres. Cinq victimes dans cinq États différents plus tard peuvent les avoir convaincus de réviser leur opinion. Les photos de moi qu'ils montrent à la télévision ont été prises il y a des années quand ils m'ont pris pour la première fois. Ils montrent un dessin de ce à quoi un artiste pense que je pourrais ressembler si je me laissais pousser la barbe. C'est incroyable comme il me ressemble peu. J'aime plutôt ma barbe. Au moment où...

831 Des vues

Likes 0

Détention 15 Conclusion Partie 1

On a frappé à la porte... ma mère. Je ne savais pas qu'elle était rentrée à la maison. J'avais été tellement pris dans mes pensées de Chris et Luke, que tout autour de moi s'est estompé et a disparu. Mais le son de sa voix me ramena à la réalité. J'aurais aimé qu'elle me laisse tranquille, pour que je puisse être paisiblement misérable avec mes pensées. « Brandon, êtes-vous ici ? » J'ai pensé à me taire, espérant qu'elle penserait que j'étais parti et ne me dérangerait pas. Mais même quand même, elle aurait ouvert la porte et serait quand même entrée dans ma...

731 Des vues

Likes 0

Frère adoptif, nouvelle vie, partie 1

Salut, je m'appelle Shawn Roberts, j'ai 19 ans (j'aurai 20 ans le 2 juillet), 5'10, afro-américain, avec des cheveux noirs courts, des yeux noirs (bruns foncés mais semblent noirs comme du noir). Je vais vous raconter une histoire intéressante sur la façon dont ma vie sexuelle a changé au lycée. Salut Shawn! J'ai entendu une voix appeler mon nom à distance alors que j'étais en train de m'entraîner sur piste. J'ai regardé au loin et j'ai vu mes trois meilleures amies les plus proches. Ils sont tous ridiculement magnifiques (j'ai de la chance). J'ai terminé mon tour et j'ai traversé le...

196 Des vues

Likes 0

Mon mari ne sait pas_(0)

Salut tout le monde, eh bien c'est ma première histoire que j'écris sur mes expériences sexuelles et j'espère que vous apprécierez. Je m'appelle Kristy, j'ai 29 ans, je vis sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud, très petite seulement environ 5 pieds 2, j'ai des seins extrêmement gros pour ma taille, une belle petite chatte et un cul assortis, cette histoire parle d'une rencontre sexuelle je eu avec un gars avec qui je suis devenu ami alors que je travaillais pour une grande entreprise de vente au détail. Il était notre chauffeur-livreur et beaucoup plus âgé, au début de...

642 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.