Ramassage Mystère Partie 2_(0)

1.3KReport
Ramassage Mystère Partie 2_(0)

Ramassage Mystère Partie 2

Cindy avait été un pick-up décontracté qui est devenu un coup d'un soir pour John, mais après son départ, il y avait un vrai vide dans sa vie. Puis il l'avait revu dans le défilé et avait découvert qu'elle était la fille de 17 ans du chef de la police et le sentiment de vide avait été remplacé par la peur. Puis à l'improviste, elle s'était présentée chez lui et lui avait dit qu'elle serait de retour dans quelques mois à ses 18 ans.

John n'arrivait pas à la sortir de son esprit et il passa en fait plusieurs fois devant le lycée pour voir s'il pouvait juste la voir. Il y avait quelques jours où il ne pensait pas à elle pendant au moins un instant. Puis, il y a environ un mois, alors qu'il rentrait chez lui, il l'a vue courir le long d'un sentier dans le parc qui longeait la rue.
Ralentissant puis s'arrêtant, il regarda la belle forme s'approcher de lui. Les longs cheveux décolorés par le soleil dans une queue de cheval se balançant à chaque foulée. La belle poitrine ferme, serrée par le soutien-gorge de sport, rebondissait un peu à chaque pas. Puis ces longues et belles jambes si parfaitement formées sortant d'un short en nylon très court et ample qui ne cachait pas la belle forme ronde de son cul.

Il était certain qu'elle ne le voyait pas mais peu importe, il avait la gorge nouée et une érection dans son pantalon. John était vraiment amoureux de cette femme, ma fille, et il ne pouvait pas faire grand-chose.

Cela faisait plus de quatre mois qu'elle ne s'était pas arrêtée chez lui et il était certain de ne plus jamais la revoir. Ses pensées à son égard avaient commencé à devenir de plus en plus faibles, alors quand il s'est engagé dans son allée et a vu la décapotable blanche là-bas avec la capote relevée, il n'a pas pensé à elle mais s'est simplement demandé qui serait là. C'était un vendredi et il avait travaillé un peu plus tard pour que tout soit fait pour que le week-end soit clair. Il s'est garé derrière la voiture et s'est arrêté. Alors qu'il sortait, l'autre partie aussi et sa chaleur sauta plusieurs battements puis s'emballa, elle était là.

« Bonjour John, je parie que vous pensiez que je ne reviendrais pas ? » Elle portait une jolie jupe plissée qui arrivait à mi-cuisse, des bas en nylon, des escarpins et un chemisier avec une écharpe de créateur autour du cou. Ses cheveux blond fraise étaient parfaitement coiffés. Le sourire sur son visage ferait fondre un iceberg et le cœur de John n'était pas si froid ni si gros.
Il ne pouvait que rester immobile sous le choc et regarder la vision du ciel. Il ne dit rien alors qu'elle accourait et passa ses bras autour de son cou et l'embrassa profondément.

La mallette tomba au sol et ses bras passèrent autour de sa taille la tirant fermement. Ses mains parcouraient son dos alors que son baiser devenait presque frénétique avec sa passion refoulée.

Sa langue s'enfonça en elle et la sienne rencontra la sienne avec une passion particulière qu'elle avait pour lui. Ses mains tordaient ses cheveux et ses ongles s'enfonçaient dans sa nuque. Ses mains se déplacent de haut en bas de sa colonne vertébrale, envoyant de petites ondes de choc à travers son corps, puis quand sa main a touché ses fesses, elle gémit.

Lorsque sa main a touché sa fesse et l'a serrée, elle a perdu le contrôle et ses bras sont passés autour de son cou et avec un petit saut, elle a déformé ses jambes autour de sa taille. La sensation de son corps pressé contre le sien était tout ce qu'il fallait et ses mains se déplaçaient sur chaque joue, serrant et portaient une partie de son poids. Il s'est ensuite dirigé vers la porte de derrière avec elle attachée à ses lèvres et ses jambes autour de sa taille. Leurs lèvres s'entrouvrirent lorsqu'il atteignit la porte.

"Oh mon Dieu tu m'as manqué et je te veux tellement, s'il te plaît dépêche-toi, oh John." Elle lui mord alors le cou et l'oreille en envoyant des secousses de passion chaude à travers son corps.

"Tu m'as tellement manqué et je te veux de la pire des manières". Son corps tremblait d'impatience et il pouvait à peine mettre la clé dans la serrure.
Une fois à l'intérieur, il alla directement dans la chambre et tomba sur le lit, immobilisant son corps sous lui. Ses mains se sont tendues et ont remonté sa jupe autour de sa taille et ont senti la tache maintenant humide sur la culotte rouge.
Ses mains le poussèrent vers le haut et vers l'arrière pour lui donner de la place pour déboutonner sa chemise. Il déboutonna rapidement son chemisier et alors qu'elle enlevait sa chemise, il se pencha et l'embrassa dans le cou et descendit en embrassant la peau nue. Ses mains tirent les bretelles du soutien-gorge vers le bas et embrassent ses épaules et son cou, puis alors que chaque sein est exposé, il les embrasse avec une passion désespérée mais gentiment.

Elle attira sa tête vers sa poitrine et lui fit sucer son mamelon.
Ses lèvres touchèrent son mamelon et il suça et lécha chacun avec une attention particulière. Après le premier assaut, il lécha doucement et taquina chaque mamelon jusqu'à ce qu'elle gémit et tire sa tête vers sa poitrine.
« Oh, suce-les fort, s'il te plaît, tes lèvres se sentent si bien sur mes seins. Oh j'ai raté ça, oui les sucer.
Elle gémit alors qu'il l'aspirait fort et lui creusait la nuque avec ses ongles.
Ils étaient tous les deux nus jusqu'à la taille maintenant et ses baisers couvraient sa poitrine et son ventre. Descendant en embrassant son ventre, il déboutonna sa jupe et l'enleva puis embrassa la partie humide de sa culotte. Ses mains descendirent alors lentement sa culotte. Embrasser la chatte lisse et rasée telle qu'elle était exposée.

Son corps tremblait alors qu'elle gémissait de plaisir à la sensation que ses lèvres provoquaient en touchant ses lèvres humides. Alors que sa langue se déplaçait entre ses lèvres chaudes et humides jusqu'au sommet et touchait finalement son clitoris, elle explosa avec un orgasme. Ses jambes passèrent autour de sa tête et elle serra si fort qu'il ne put l'entendre crier de passion. "Oh oui mange ma chatte, bâtard me mange maintenant, oui maintenant."

Elle a cambré son dos et a enfoncé sa chatte dans sa bouche et s'est cabrée plusieurs fois alors que l'orgasme déferlait sur son corps.

Il a baissé son pantalon et expose sa bite dure à sa chatte très humide et en attente.

Elle gémit en sentant la tête se frotter contre les lèvres gonflées de sa chatte et il gémit en réponse. La tête écarta ses lèvres et se glissa en elle. La sensation de la tête enflée de sa bite étirant l'intérieur de sa chatte alors qu'elle s'enfonçait plus profondément l'a fait avoir un autre orgasme et elle a gémi et crié, "Baise-moi fort maintenant plus vite plus fort, oh oui j'ai raté ta bite, oh s'il te plaît baise-moi ”. Elle a remonté ses jambes autour de sa taille et a tiré ses hanches en poussant sa bite profondément. Elle gémit un son animal guttural profond, puis mordit son épaule et lui tapota le dos avec ses ongles alors qu'un orgasme massif traversait son corps.
Il sentit son corps trembler puis se tendre car il semblait que chaque muscle se contractait, en particulier celui de sa chatte. Sa chatte se resserra autour de sa bite alors qu'il entrait et sortait, le faisant atteindre son point culminant avec un gémissement très fort, puis, "Oh ouais, tu es si chaud, oh oui oui ah." Il a pompé quatre mois de sperme dans sa petite chatte étroite. Il a continué à pousser dedans et dehors et le sperme suintait maintenant autour de sa bite encore dure et il a rempli la fissure de ses fesses.

Elle sentit le sperme la remplir et l'entendit gémir et crier. Cela l'envoya dans un autre orgasme sauvage. Sa tête a secoué d'un côté à l'autre et elle a courbé ses hanches et lui a tendu le dos pour forcer un contact plus fort et plus étroit. Elle le voulait initié, tout de lui elle délirait avec la sensation de plaisir. Elle n'avait jamais ressenti ça auparavant. Vague après vague d'orgasmes petits et grands traversèrent son corps jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus et qu'elle s'effondre.

Il a essayé de continuer mais il n'avait plus 25 ans et il a donc heurté le mur à peu près au même moment, il semblait qu'elle s'allongeait épuisée. Il roula sur le côté alors que sa bite glissait hors d'elle, puis remarqua les larmes dans ses yeux. Il roula vers elle et embrassa les larmes, "ça va, tu pleures ?"

Elle bougea et toucha son visage avec sa main et le regarda dans les yeux avec quelque chose qui ne peut être décrit que comme de l'amour. Elle a souri, "tu me rends si heureuse et, et bien donc je ne sais pas quoi dire, je me sens si bien que je pourrais pleurer" et elle l'a serré dans ses bras.

Personne ne lui avait jamais rien dit de tel auparavant et il ne le fera probablement plus jamais. Il regarde cette douce et belle jeune fille et lui embrasse doucement les yeux. JEUNE, pensa-t-il, merde elle a 18 ans et tes 42 ça ne va jamais durer.

Elle remarqua le brusque changement dans l'expression de son visage puis leva la main et l'embrassa doucement. "Qu'est-ce qui ne va pas?"

"Je te regardais et je pensais que je suis l'homme le plus chanceux du monde, puis j'ai réalisé que tu avais 18 ans et que je suis un vieil homme comparé à toi."

"Eh bien, tu ne m'as certainement pas fait l'amour tout à l'heure comme un vieil homme, et en plus j'aime un peu ton âge. Il y a beaucoup plus pour vous que le sexe et votre âge. Vous êtes très spécial d'une certaine manière, je ne sais pas comment l'expliquer, mais peut-être qu'un jour je le ferai et jusque-là, nous pouvons continuer à essayer de découvrir ce qui rend John si attrayant pour Cindy. Sur ce, elle roula et enroula une jambe sur son côté et ses bras serrés autour de sa poitrine l'embrassant avec la passion de sa jeunesse.
Il était perdu dans le grand sentiment d'avoir une si belle jeune femme amoureuse de lui. Puis il est revenu à lui et s'est rendu compte qu'il devait récupérer des choses dans sa voiture. « Oh mec, je dois récupérer mes papiers dans la voiture. » Sur ce, il a bondi, a mis son pantalon et a couru dehors. J'ai trouvé sa valise dans l'allée et j'ai récupéré le reste de ses papiers. Elle l'avait suivi et portait un sac de sport et une petite trousse de maquillage.

"Alors, qu'est-ce que c'est", a-t-il dit en hochant la tête.
"Eh bien, je passe le week-end avec toi" et elle le devança et entra rapidement dans la maison.

Il était encore une fois abasourdi, et en regardant le joli cul se frayer un chemin dans sa maison, il n'y avait pas grand-chose qu'il puisse dire ou faire. Bon sang, il était l'homme le plus heureux de la terre en ce moment.

Elle alla directement dans la chambre et laissa tomber le sac de sport sur le lit puis dans la salle de bain et commença à mettre ses affaires sur le comptoir.

Il la regarda se rendre à la maison et lui demanda « ah et ton père ? »

« Oh, il est hors de la ville pour la chasse du week-end et ne sera pas à la maison avant lundi. Alors j'ai tout le week-end avec toi. C'est si tu veux que je reste ? Elle lui sourit avec une étincelle diabolique dans les yeux car elle savait qu'elle restait, elle voulait juste qu'il le dise.

Il s'avança derrière elle et passa ses bras autour d'elle. Alors qu'il la serrait fort, " essaie juste de partir et je t'attacherai au lit. "

« Oh, crépus, voudriez-vous vraiment m'attacher ? » Elle remua ses fesses contre son entrejambe et découvrit qu'il n'était pas aussi vieux qu'il le pense car elle sentit une belle érection entre ses fesses.

« Tu continues comme ça et je ferai plus pour t'attacher toi petit….. » Il n'y a aucun moyen qu'il puisse le finir.

« Petit quoi ? Je parie que vous pensiez que vous pensiez que je suis une petite salope parce que je suis venu ici sans y être invité. Elle le taquinait et aimait l'expression choquée et blessée sur son visage.

"NON NON, je ne penserais jamais ça et je suis si heureux de te voir." Il ne savait pas trop comment prendre son commentaire.

Elle se tourna dans ses bras et lui fit face et l'embrassa tendrement tandis que ses bras passaient autour de son cou.
Il se sentait si bien avec son corps la pressant contre le comptoir. La sensation de sa poitrine contre ses seins qui, n'étaient que sous la chemise car pressée qu'elle venait d'enfiler sa jupe et sa chemise (pas de culotte ni de soutien-gorge), la fit gémir et lui mordre le cou avec passion.

Le gémissement et la morsure ont fait bondir sa bite et son envie de courir. Ses mains se déplaçaient de haut en bas dans son dos avec un besoin pas encore comblé. Il prit ses fesses en coupe et se souleva. Ses lèvres embrassaient son cou et ses oreilles alors qu'il la posait sur le comptoir. La passion brute a pris le dessus alors qu'il repoussait sa jupe et laissait tomber son pantalon. Puis, sans hésiter, il enfonça sa bite dans sa chatte tendre et humide.

Elle tressaillit alors qu'il la poussait dans ses petits préliminaires. Puis, alors qu'il commençait à entrer et sortir, elle s'est réchauffée et était donc en proie à la passion.

Il n'a pas duré longtemps et en quelques instants seulement, il est venu avec une légère précipitation. Ce n'était plus comme avant mais ça faisait quand même du bien et il était très satisfait. Il l'a tenue contre lui et sa bite épuisée a lentement glissé hors de sa chatte maintenant pleine et humide.

Elle n'avait pas eu d'orgasme, mais elle avait fait un bon spectacle et il n'en avait aucune idée. Elle était toujours satisfaite et heureuse parce qu'il était satisfait. Elle lui a souri et a pensé à ça, elle se sent bien parce qu'il est satisfait.

Il la regarda et l'expression sur son visage disait qu'elle était plongée dans ses pensées. « Hé, à quoi pensez-vous ? »

Revenant au moment présent, « oh à quel point vous me faites du bien et à quel point je suis collant ».

"Eh bien, je peux réparer la partie collante maintenant" et elle se déshabilla et la conduisit à sa douche.

La douche était sa fierté et sa joie car elle était construite sur mesure avec deux pommes de douche amovibles et un siège dans chaque coin. C'était assez grand pour une demi-douzaine de personnes, même s'il n'y avait jamais été plus de deux.

Il tourna les deux têtes et l'eau chaude tomba en cascade sur leurs corps. Prenant le savon, il fit mousser et commença avec son dos lavant doucement et touchant chaque centimètre. Puis il l'a poussée vers un siège et a pris son pied et a commencé à laver chaque orteil avec soin puis son pied et sa jambe.

Elle ne pouvait pas croire à la tendresse de son toucher. Elle ressentit une sensation de relaxation totale et de paix qu'elle n'avait jamais ressentie auparavant. Il lava tout son corps de cette manière puis se lava rapidement. Il l'a ensuite séchée de la même manière avec peu de conversation.

« Avez-vous un rob à porter ou que voulez-vous mettre ? » Il lui tenait les mains en la regardant avec le plus doux des sourires.

Elle avait été dans un autre monde, une terre de rêve de paix heureuse, et elle est revenue avec un sursaut. "Oh, désolé, je rêvais, j'ai un cambriolage dans le sac." Elle alla mettre une nouvelle culotte et un peignoir court en éponge.

Il a mis un pantalon de survêtement et un T-shirt. « D'accord, maintenant quelque chose à manger. » Comme il vivait seul, son garde-manger était approvisionné en conséquence.

Elle était dans la cuisine à côté de lui en train de regarder la sélection de nourriture. « Mon garçon, tu as des goûts étranges. Il y a beaucoup de viande en conserve et de piment. Elle ouvrit le réfrigérateur et< « Wow tu aimes la pizza et au moins tu as des fruits et des légumes ».

« Hé, je vis seul et je cuisine beaucoup de plats en une seule casserole, les pizzas sont rapides et faciles et j'essaie d'être en bonne santé mais je ne peux pas tout faire. Alors vous voulez une pizza ou que diriez-vous d'un de mes repas en une seule casserole. "

"Je ne suis pas pressée donc je veux voir cette offre de repas à un pot", et sur ce, elle lui cogna la hanche et sourit. « Alors vous feriez mieux de faire la cuisine monsieur. » Puis elle tendit la main en tirant son visage vers elle et l'embrassa très légèrement et rapidement.

Il a préparé son poulet rapide à la carte avec des légumes surgelés, de la viande de poulet en conserve et une boîte de soupe à la crème de poulet. Cela a été mis sur du pain grillé. Elle avait juste fouiné jusqu'à ce qu'elle trouve l'argenterie et les assiettes puis elle a mis la petite table sur le porche grillagé. Ils ont mangé et parlé, la plupart du temps elle a parlé de l'école, de sa conduite de la nouvelle voiture et de ses plans pour fréquenter une école d'infirmières dans l'Est. Il a juste souri et écouté sans jamais croire que le simple fait d'écouter une femme pouvait être si agréable.

Après le repas, ils nettoyèrent ensemble puis regardèrent un film assis sur le canapé. Il y avait des baisers et des attouchements taquins, mais aucun jeu sexuel intense, ils s'appréciaient simplement l'un l'autre. À 9 heures, elle a bondi et a couru dans la chambre, a attrapé son téléphone et a fermé la porte.

Alors qu'elle entrait dans la pièce, il lui a demandé : "Alors, qu'est-ce que c'était que ton petit-ami t'appelle ?"

Elle le regarda avec un air un peu blessé et un peu en colère car elle ne comprenait pas le commentaire.
« Ce n'est pas idiot, j'ai dû appeler mon père et m'enregistrer et au fait, je n'ai pas de petit ami », et elle lui a donné un violent coup de poing sur la poitrine.

"Hé, ça fait mal, je suis désolé d'avoir juste taquiné". Pas vraiment car il était un peu jaloux et avait peur de la perdre.
« Eh bien, je le pensais. Je te ferai savoir que je n'ai pas eu de petit ami depuis plusieurs mois et pour le moment tu es mon seul AMI GARÇON, mais arrête d'agir comme un GARÇON, je t'aime mieux en tant qu'HOMME. Elle se souvint de la douche et du bain qu'il lui avait pris et elle ressentit une chaude sensation de flou partout. Tendant la main, elle prit son visage dans ses mains et l'embrassa avec des sentiments très tendres.

Il ne fit rien pendant qu'elle l'embrassait. C'était un baiser doux et doux sans langue ou du sexe passionné et chaud juste un baiser très spécial. Des sentiments le traversaient, certains qu'il n'avait jamais ressentis auparavant.

Ils ont terminé le film et puis, "Eh bien, je pense qu'il est temps d'aller au lit." Il se leva et lui tendit la main et elle la prit, le laissant la conduire jusqu'à la chambre.
"Je suis juste dans quelques minutes", et sur ce, elle a attrapé son sac et est allée dans la salle de bain en fermant la porte.

Il se déshabilla et enfila un boxer en satin qu'il utilisait pour dormir, puis s'allongea sur le lit.

Elle est entrée vêtue d'un teddy en satin noir et d'un boxer en satin. Elle l'a regardé et a souri, "comme tes boxers maintenant je sais où en trouver si j'en ai besoin."

"Oui, ils glisseraient juste de toi car je suis beaucoup plus gros." Il n'arrivait toujours pas à se remettre à quel point elle était belle et à la pensée qu'elle était ici avec lui ce soir. Il se déplaça pour l'attraper et elle le repoussa.

« À mon tour, allonge-toi et tais-toi », et elle chevaucha ses hanches et se pencha et embrassa et mordit son épaule puis son cou.
Elle a commencé par son cou et l'a embrassé et grignoté jusqu'à ses mamelons, qu'elle a taquiné et sucé, le faisant gémir et essayant de lui attraper la tête, mais elle a gentiment épinglé ses mains sur le lit. Il aurait pu la dominer à tout moment mais ne l'a pas fait, pourquoi arrêter quelque chose d'aussi agréable.

Ses lèvres se déplacent de plus en plus bas sur son ventre, faisant augmenter le désir en lui à des niveaux presque intolérables. Ses mains attrapèrent les bords de son boxer et tirèrent vers le bas et ses lèvres suivirent. Une fois les boxers retirés, elle a pris sa bite dans une main et ses couilles dans une autre.

Le sentiment d'extase sexuelle parcourut son corps alors qu'elle embrassait d'abord puis léchait le bout de sa bite dure. Puis elle a tout pris profondément dans sa bouche et l'a sucé avec passion. Il ne fallut pas longtemps avant qu'il ne soit au bord du gouffre, "Oh mon Dieu, je vais jouir, je veux être en toi maintenant." Il a essayé de l'enlever mais elle l'a repoussé et l'a sucé plus rapidement.

Son corps tremblait de passion alors qu'il pénétrait profondément dans sa bouche. Elle avala tout ce qu'elle put car elle voulait tout ce que son homme pouvait lui donner. Elle a continué à sucer et alors qu'il s'adoucissait, elle lécha la tige douce et embrassa chacun ses couilles en le regardant et en souriant.

Il l'attire à lui et l'embrasse profondément et se retourne sur elle. Puis il retire doucement le haut et le boxer et regarde la plus belle femme nue qu'il ait jamais vue. Se penchant, il embrassa ses lèvres puis passa le long de la mâchoire jusqu'à son oreille, qu'il mordit. En descendant le long de son cou, il mordilla et embrassa son épaule puis le haut de ses seins. Sa langue taquina les mamelons et finalement, quand elle attrapa sa tête et la força contre sa poitrine; il a sucé un téton dur et profond, la faisant gémir bruyamment.
Ses lèvres descendirent en embrassant et sa langue traça son ventre et taquina le petit piercing au nombril qu'elle avait. Puis il a embrassé et mordu son mont du pubis en descendant sur la zone de rasage douce juste au-dessus de la fente étroite. Je pouvais l'entendre gémir et ses mains se déplaçant sur tout son corps pouvaient sentir les muscles se contracter. Elle laissa échapper un très long gémissement alors que sa langue touchait sa fente et ouvrit les lèvres.
Sa langue trouva son clitoris et le léchage frénétique la conduisit à l'orgasme. Puis, alors qu'il commençait à sucer son clitoris, il travaillait son mamelon d'une main et l'autre taquinait sa chatte. Il a sucé fort puis a taquiné son point G avec deux doigts, la faisant se débattre alors qu'un autre orgasme déferlait sur son corps.
Toute cette activité avait suffisamment agité sa libido pour que sa bite ne soit plus dure. Lui écartant les jambes, il la pénétra avec soin et douceur, puis se déchaîna avec passion, les faisant jouir tous les deux ensemble.

Ils se sont endormis dans les bras l'un de l'autre avec un sourire très spécial sur leurs visages.

Le matin, je l'ai trouvé au lit et elle dans la cuisine en train de préparer du café. Elle portait un très grand T-shirt et il a trébuché dans la cuisine en essayant de mettre son boxer.
"Bonjour, tête endormie, j'ai fait du café et on dirait que tu pourrais utiliser une tasse". Elle rit de ses pitreries puis se surprit à penser à ce que ce serait de faire ça tous les matins.

« Eh bien, je pourrais certainement utiliser une tasse et ça sent bon, c'est agréable de se lever et de te trouver dans la cuisine et… » Il s'arrêta, prit la tasse et but une gorgée rapidement car il n'était pas sûr de vouloir finir la phrase. Il pensait à quel point ce serait agréable de la trouver dans la cuisine tous les matins. Puis il s'est rendu compte que cela n'arriverait jamais.

« Alors je pensais quand je me suis réveillé en voyant que tu m'avais surpris et que dirais-tu que je te surprenne aujourd'hui et ce soir ? »

"D'accord, je pense que selon la surprise je suppose, alors qu'est-ce que c'est?"

"Eh bien dans le passé, cela semble être une autre vie, ma femme et moi allions danser le samedi soir et je pensais que vous voudriez aller danser?"

"Épouse? Vous étiez marié ? Tu n'as jamais rien dit. Toutes ses défenses se sont levées et elle était sur ses gardes.

Il a vu sa réaction au mot, femme, "Femme facile, je ne suis pas mariée, elle est décédée après un accident de voiture il y a 12 ans."
Ses sentiments sont passés d'une colère blessée à une douce sympathie et elle a tendu la main et lui a touché le visage d'un air très tendre. "Je suis désolé."

"Eh bien c'est du passé mais ça a mis du temps à revenir, de toute façon, la surprise c'est que j'ai envie de t'emmener danser ce soir, danser de salon."

"Quoi, je ne sais pas danser de salon et en plus c'est pour les vieux". Elle réalisa trop tard ce qu'elle avait dit et elle le regarda d'un air implorant le pardon.

« Votre genre de droit est généralement considéré comme dansant pour les personnes âgées, mais attendez de le voir et croyez-moi, il y a de très jeunes gens là-bas. »

Elle ferait n'importe quoi maintenant pour adoucir son commentaire et donc, "d'accord, mais je n'ai qu'une jupe courte et un chemisier à porter."

« Eh bien, cela va faire partie de la surprise pendant que nous allons faire du shopping et je vous fournirai ce dont vous avez besoin. »

Maintenant, aucun homme ne l'avait jamais emmenée faire des courses, son père lui a juste donné une carte de crédit et l'a laissée partir. Cela allait être une nouvelle expérience.

Le centre commercial était suffisamment éloigné pour que personne ne la connaisse, alors il se sentit en sécurité pendant qu'ils marchaient. Elle lui tenait le bras et ils parlèrent de son école, de son travail et il expliqua sa vie avec sa femme. Elle ressentit une attirance particulière pour cet homme et alors qu'elle regardait son visage, elle lui serra le bras.

Il ne s'était pas senti aussi bien avec quelqu'un depuis longtemps, mais son âge continuait de le gêner. Ils se sont arrêtés dans un magasin spécialisé pour femmes et regardaient des robes très élégantes. Le greffier a demandé quelle était la taille de sa fille et elle l'a rapidement informée qu'elle n'était pas sa fille, puis s'est retournée et lui a serré le bras. Le greffier, une femme dans la vingtaine l'a regardé en haussant les sourcils.
Il a choisi une robe en soie bleue qui était parfaite pour la danse de salon. J'avais un bas du dos et une ouverture profonde devant. Il y avait une sorte de soutien-gorge intégré car la conception ne permettait pas de soutien-gorge. Ils ont également choisi des bas, noirs avec un motif et une séquence, et une paire de talons aiguilles de 4 pouces.
Alors qu'elle sortait du vestiaire, il siffla. « Madame, femme, tu es magnifique et je vais devoir acheter une batte de baseball pour battre les hommes ce soir. » Enfer, je vais devoir battre les hommes tout le temps.

Ils sont revenus et ont ensuite passé du temps à parler et à se promener dans le quartier.
Ensuite, il était temps de se préparer et bien sûr ils devaient prendre une douche ensemble bien sûr.
Elle entra dans la salle de bain alors qu'il entrait dans la douche. "Hé tu me laves le dos, je lave le tien."
"Eh bien, assurez-vous que ce n'est que l'arrière car nous devons être au restaurant à 7 heures."
« Oh, tu ne veux pas que je lave autre chose ? » Alors qu'elle attrapait sa bite et commençait à la faire mousser.
Elle pouvait certainement ressusciter les morts alors que sa bite sursautait et commençait à durcir.
"Oh mon Dieu, tu seras ma mort pour le moment", et il l'a attrapée et l'a attirée vers lui en l'embrassant avec un baiser passionné et passionné. Ses mains trouvèrent ses fesses et lui pressèrent les joues et la soulevèrent.
Ses jambes passèrent autour de sa taille et sa bite maintenant complètement dure trouva sa chatte en attente. La tige rigide s'est facilement glissée dans sa chatte alors qu'il l'abaissait. Puis il l'a soulevée et abaissée de haut en bas sur sa bite.
Elle mordait et embrassait son cou et emmêlait ses doigts dans ses cheveux. La sensation de la bite dure au fond d'elle et la sensation causée par le frottement de ses mamelons contre les poils de sa poitrine l'ont fait gémir, puis serrer ses fesses et fléchir le muscle de sa chatte.
Il sentit ses muscles se contracter et ce fut tout ce qu'il lui fallut et il gémit et une charge de sperme fut injectée dans sa chatte serrée.
"Ah, oh mec, tu continues à faire ça et je n'aurai pas la force de danser."
« Oh, je pensais que tu dansais bien. » Elle sourit et prit le savon pour se laver.
Ils dînèrent dans l'un des restaurants les plus agréables et en entrant, les têtes se tournèrent pour regarder la dame en bleu. Ils remarquèrent tous les deux l'effet qu'elle produisait sur les clients.
Il y avait des jeux de pieds et des taquineries à la table, mais seulement pour s'amuser.
La salle de bal était pleine à leur arrivée et elle ne pouvait pas croire le groupe. Il y avait des adolescents aux cheveux gris, des vieillards qui dansaient tous. Ils se sont bien amusés et il a été patient et l'a bien dirigée.
Ils parlèrent peu sur le chemin du retour et elle joua plutôt nonchalamment avec ses cheveux et le regarda.
La sensation de ses doigts dans ses cheveux et la pensée qu'elle le regardait comme ça le rendait si vivant.

J'étais très en retard quand ils sont arrivés chez lui et donc le simple s'est changé et est allé se coucher.

Le lendemain matin, c'était à son tour de se lever tôt et de préparer le petit-déjeuner. Ils se sont assis autour de manger et de boire du café comme un couple ordinaire. Elle a expliqué qu'elle avait du travail scolaire à faire en ligne et qu'elle a donc passé le reste de la matinée et la majeure partie de l'après-midi à faire ses devoirs. Il s'occupait des travaux de jardinage.

Ils ont fait griller des hamburgers pour le souper et elle avait préparé une salade de pommes de terre. Après le souper, ils ont regardé un film.

Ils étaient tous les deux reposés maintenant et ils se couchèrent donc tôt car le sommeil était ce qu'ils avaient en tête. Le sexe était lent et doux, sauvage et fou et il a découvert qu'elle pourrait juste avoir un petit côté pervers.

L'histoire se poursuivra avec une autre partie. Si vous avez des suggestions, veuillez laisser un commentaire ou m'envoyer un e-mail directement à [email protected] Merci à tous.

Articles similaires

Chérie partie 3

Dans cette partie, j'ai changé mon style de contorsion. PS J'aimerais savoir qui est votre fille préférée alors n'hésitez pas à commenter. 'Toc Toc Toc' John se réveilla en sursaut pendant un instant, oubliant où il était. Puis il l'entendit à nouveau. « Knock » « Knock » « Knock » mais cette fois, il était accompagné d'une voix douce et salée, « room service ». C'était Rose. John retira les couvertures de sa tête à temps pour la voir ouvrir dans sa tenue de femme de chambre avec un plateau de crêpes et de sirop. Voyant que John était debout, Rose fit un de ses sourires alléchants et...

1.1K Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

1.1K Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

940 Des vues

Likes 0

L'ascension et la chute d'un garçon appelé Rave partie 6

Faire face à la frustration sexuelle J'avais 13 ans et je me détestais mais je ne détestais pas ma vie. J'avais une fille qui m'aimait, la respectée de mon gang, la peur de mes ennemis, et plus d'argent que je n'en avais jamais vu. Cela faisait plus de six mois que je n'avais pas connu la vraie faim, j'avais un groupe d'amis qui feraient le mur pour moi, je pouvais avoir des relations sexuelles avec une dizaine de filles différentes si je le voulais, et je ne vivais plus dans la peur de mes pulsions violentes, je pouvais en céder certaines...

1.6K Des vues

Likes 0

Samedi après-midi_(0)

Comme prétexte : tout cela est 100 % vrai. Pas d'embellissement, pas d'exagération et pas de composante fictive. Cela faisait un moment que je n'avais pas vu Jim. Nous ne parlions plus autant qu'avant. Nous avions l'habitude de nous connecter à l'adolescence. Buvez quelques bières, déshabillez-vous. Principalement des expériences d'adolescents. Nous avions discuté en ligne, et à l'improviste, il m'a dit Je veux venir te voir, ça fait trop longtemps. Je n'étais pas sûr, mais il avait raison, ça faisait longtemps. Il a toujours eu une certaine emprise sur moi. Je ne peux pas l'expliquer. Mais à l'adolescence, il avait toujours aimé venir...

934 Des vues

Likes 0

Pour le meilleur ou pour le pire : l'histoire de Robert

L'histoire de Robert Robert se réveilla ce matin-là par une sensation étonnante qu'il n'avait pas ressentie depuis longtemps. Il ouvrit les yeux et baissa les yeux pour voir sa femme, Janet, glisser lentement sa bouche de haut en bas sur sa queue. Elle leva les yeux quand il se réveilla et lui sourit. Elle arrêta ce qu'elle était en train de faire et remonta son corps. Elle a commencé à l'embrasser alors qu'elle le chevauchait, se penchant et guidant sa bite en elle. Une fois qu'il était à l'intérieur, elle s'assit et commença lentement à chevaucher la bite de Robert. Elle...

906 Des vues

Likes 0

Une leçon pour Liz

Chapitre 1 Sam et sa sœur cadette Liz se sont rencontrés pour prendre un café un après-midi cet été. Sam et Liz n'avaient jamais été très proches, principalement parce que Sam avait 11 ans de plus que sa jeune sœur Elizabeth ou Liz comme elle aimait se faire appeler. Ils ne s'étaient pas vus depuis quelques mois et pourtant ils vivaient dans la même ville. Sam était le type qui laissait sa carrière diriger sa vie et ne s'était jamais marié ni vraiment installé. Il aurait une petite amie occasionnelle mais rien n'en sortait vraiment et il était d'accord avec ça...

1.1K Des vues

Likes 0

Devenir Oméga, Partie 4

Devenir Oméga, Partie 4 Des hommes autour d'elle. Elle, nue et collée sur le sol, ses lèvres grondantes et ses yeux flottants. La drogue nage dans ses veines et sa chatte palpite. Des caméras autour d'elle, le monde qui regarde. Ils allaient la détruire. Omega sentit son cœur rater un battement et elle sut, si tout s'arrêtait maintenant, qu'elle était là où elle était censée être. ___ Elle a souri. Ses yeux papillonnèrent. « Battez-moi », murmura-t-elle. Ils s'avancèrent, silencieux. Putain de me battre, a-t-elle crié. Plus près maintenant. Pourtant, ils n'ont rien dit. Tue-moi si tu veux. Ils rigolent. Elle...

884 Des vues

Likes 0

Le directeur, chapitres 1 à 11

Chapitre 1. L'opportunité et la configuration. Ma femme et moi avons décidé de sortir de la voie rapide du monde de la haute technologie. Nous avons eu l'occasion d'accepter des emplois qui nous ont été offerts par un ami qui savait que nous étions un peu épuisés. Il était membre du conseil d'administration d'une école privée qui s'occupait d'enfants ou de jeunes adultes qui essayaient de reprendre leur vie en main. C'était pour ceux qui avaient pris la décision difficile d'essayer d'obtenir un diplôme d'études secondaires après des démêlés avec la loi. C'était une sorte d'internat pour mécréants. Comme nous avions...

1.4K Des vues

Likes 0

Explorations nudistes part1

J'ai récemment découvert le nudisme en surfant sur Internet. J'ai toujours su qu'il existait, mais je pensais que c'était surtout un truc de plage européenne, mais j'ai réalisé qu'il y avait des endroits nudistes aux États-Unis. J'ai décidé de vérifier en ligne pour voir s'il y en avait à proximité. J'étais choqué pour découvrir que trois plages nudistes étaient à moins de deux heures de moi. Le plus proche était à environ 45 minutes et était situé sur des terres domaniales et aurait été patrouillé par des gardes du parc. Le suivant, à environ 2 heures de route, se trouvait sur...

730 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.