Vile - Chapitre 1 - Le tas

851Report
Vile - Chapitre 1 - Le tas

"La chaude application de nectar sanguin sur ta peau de porcelaine rajeunira le creux des ténèbres dans lequel votre âme devrait mais ne réside pas, car si le vide de l'esprit est dépourvu de tout sauf du froid amer du néant défiant acharné ses propres désirs, il devrait être mis de côté et rempli à ras bord par du sang fraîchement siphonné. Je te léguerai la servitude non pas de ma propre domination légitime, mais à leur propre legs de loyauté éternelle au trône d'ivoire de la Flèche Blanche sur laquelle le Seigneur te parle maintenant; tu n'es d'aucune utilité pour le trône si tu deviens une enveloppe privée de tes propres chagrins et désirs pathétiques et persistants. Un être indescriptible assailli d'une plaque d'ivoire perçante incrustée dans une chair pâle monta sa forme hideuse et dégingandée au-dessus du trône d'ivoire dans lequel il avait précédemment reposé, son visage sans visage regardant d'un air absent la chair des figures squelettiques prises au piège agenouillées devant lui mais toujours concentrées sur leur agonisant. conscience. Sa voix surnaturelle et rauque s'enfonçait profondément dans leurs esprits comme un parasite affamé et vorace qui s'efforçait toujours de se nourrir plus profondément alors qu'il continuait à graver des demandes. "Chassés de votre propre royaume par la mort, chacun de vous s'est levé dans les limites de la Flèche Blanche par ma propre main, éternellement lié à ce sanctuaire dans un service irrésistible comme paiement insatiable pour une existence continue au-delà du voile de la vraie mort. J'ai exposé tes cadavres sans valeur au-delà de la Flèche, donné une nouvelle chair afin que tu puisses rechercher tes propres flammes internes afin de devenir quelque chose de valeur au-delà de la récolte pour les asticots !"

Les doigts grêles et noueux de la silhouette imposante s'avancèrent et s'enroulèrent vers les tas de non-morts effondrés, et chacun d'eux poussa des cris d'agonie glaçants alors que la pénétration brûlante de clous non présents déchirait sauvagement leurs nerfs juste avant de ratisser la chair restante de os en tas sur le sol d'ivoire alors que le "Seigneur" d'ivoire retirait sa griffe dans un mouvement de déchirure, baignant régulièrement dans le sang fantôme de la pointe à l'articulation. Des ongles cramoisis s'élevèrent vers le ciel alors que la main pâle se levait, et du sol sous les os de morts-vivants froids, du sang noir enveloppa les squelettes et les peignit d'une chair fraîchement croissante. De l'ivoire semblable à de l'os s'est dépouillé de l'intérieur de la salle du trône environnante, grouillant et enfermant de la chair de nouveau-né dans tout sauf le torse et l'aine nus avec une carapace blindée ressemblant aux liens d'un esclave; la tête était presque entièrement enfermée alors que les derniers lambeaux de matière organique renouvelée prenaient forme sous la forme d'yeux et de lèvres, les premiers étant tout ce qui était exposé à travers de fines lattes verticales courant le long du contour du masque d'ivoire. La pièce s'emplit du son d'une nouvelle vie prenant de profondes respirations, haletant lourdement comme s'ils avaient été privés d'oxygène depuis une éternité, et à nouveau la voix hideuse terrorisait leurs esprits ; "Maintenant... tu vas ressusciter. Pars d'ici et ne reviens pas avant que ton âme vide ne s'égoutte du nectar volé comme nourriture pour bannir l'emprise de la mort." Des doigts griffus semblables à des araignées s'élancèrent dans un violent rejet, et le sol d'ivoire froid sous les serviteurs faiblement debout s'effrita en grains de sable et les aspira en dessous ; leurs soudains cris terrifiés s'étouffèrent rapidement alors qu'ils disparaissaient à l'intérieur.



Treize humains sans âme liés par des os et une nouvelle chair sont tombés dans un vide de ténèbres apparemment sans fin, jonchés de grains d'ivoire qui les abondaient sans fond en vue; presque tous hurlaient dans la stupéfaction terrifiante de ce qu'ils venaient d'assister et l'incertitude de leur sort, tandis que trois seulement restaient silencieux. Les sons des sanglots résonnaient dans le vide alors qu'une femme apparemment jeune se recroquevillait contre elle-même du mieux qu'elle pouvait, seulement éclipsée par les cris terrifiés et maniaques d'une jeune voix masculine en pleine panique, cherchant désespérément à saisir et à ralentir sa chute mais trouvant rien que dissoudre le grain. Un homme d'âge moyen, l'un des rares à être restés silencieux, a déplacé son poids de manière à se rapprocher de la femme en larmes; il tendit la main et attrapa son bras, l'attirant contre lui et l'enlaçant contre sa poitrine. La jeune femme a d'abord résisté, mais la sensation de son cœur battant l'a apaisée et elle s'est rapidement agrippée à lui, ses doigts plaqués d'os serrant fermement contre ses bras alors qu'elle posait sa tête juste sous sa clavicule. Les larmes cessèrent régulièrement, ses sanglots devenant silencieux, et à cet instant l'un des autres cria ; « REGARDEZ ! Je vois quelque chose là-bas ! Chacun des treize qui tombaient dirigea rapidement sa vision sous lui, et chacun d'eux le vit ; une faible lueur au loin, se rapprochant rapidement et révélant une vaste montagne de ce qui ressemblait à des cendres. « Préparez-vous ! s'écria l'homme réconfortant, tenant toujours fermement la jeune fille dans ses bras, enroulant maintenant tout son corps autour d'elle comme pour la protéger de leur atterrissage. Des nuages ​​de poussière d'ivoire s'élançaient vers le ciel à chaque impact, leurs corps plongeant profondément dans la montagne et tombant rapidement vers le bas. Du mieux qu'il put, l'homme ne put maintenir son emprise sur la fille qu'il protégeait si férocement, et elle roula juste derrière lui ; alors qu'ils arrivaient au fond, leurs formes reposant sur le rembourrage inattendu de l'herbe fraîche, la jeune fille tomba sur son corps et le serra rapidement dans ses bras aussi étroitement qu'elle le put.

Bientôt, chacun d'eux se retrouva à se reposer dans l'herbe jonchée de poussière à la base du monticule colossal qui les avait sauvés. "Je-est-ce que tout le monde va bien !?" Une femme plus âgée appela le groupe, un rythme forcé dans la voix trahi par une inquiétude inéluctable alors qu'elle se dirigeait vers chacun des étrangers. Un staccato de voix aux tonalités variées s'éleva en réponse, toutes reconnaissant la sécurité et, le plus surprenant de tous, l'absence apparemment totale de toute blessure ; "Comment allons-nous bien ? Qu-qu'est-ce qui se passe ! ? Où en sommes-nous ? » Le jeune homme qui avait désespérément cherché refuge en vain alors qu'ils tombaient faisait maintenant les cent pas, noyé par une profonde manie, son corps baigné de sueur alors que sa poitrine battait rapidement au rythme de son cœur qui battait la chamade. La femme plus âgée s'approcha de lui et tendit la main pour toucher son épaule, faisant de son mieux pour l'apaiser comme une grand-mère le ferait avec son petit-fils ; mais ce fut de courte durée, car l'homme s'éloigna rapidement de son hospitalité et continua à crier sa myriade de questions et de peurs avant de s'effondrer désespérément à genoux, bientôt dépassé par ses propres sanglots profonds; "Pourquoi est-ce que ça se passe... où sommes-nous...? Nous allons tous mourir ici...." Encore une fois, la femme plus âgée s'est approchée, cette fois en s'abstenant de tout contact, et dit doucement : « Calmons-nous et réfléchissons rationnellement... Je suis sûr qu'il y a une explication raisonnable et tout ira bien. Les mots ne firent pas grand-chose pour mettre en phase l'homme affligé, son corps tremblant sauvagement et sa tête tombant sur ses genoux ; "... Il n'y a aucune raison ici... vous l'avez tous vu ! Vous avez vu cette chose ! Vous avez ressenti ce que j'ai ressenti !" Il s'est levé et s'est retourné, attrapant la femme plus âgée par les bras alors que sa voix devenait plus criarde : "Tu l'as vu ! Tu l'as senti ! Nous l'avons tous fait ! Pourquoi étions-nous des os ? là-haut!? Comment sommes-nous tombés à travers le sol et où diable sommes-nous!? Qu'est-ce qui se passe!?" Le placage d'os de ses doigts commença à s'enfoncer dans la chair ridée de la vieille femme et un filet de sang commença à gonfler ; la femme grimaça mais ignora la douleur, choisissant plutôt de tirer le jeune homme contre elle et de lui caresser les cheveux; "Chut... essaie juste de rester calme, ma chérie. Ce n'est pas utile-"

Le jeune homme a poussé avec force la femme loin de lui, la faisant s'effondrer contre le tas de poussière d'ivoire, sa voix s'élevant maintenant jusqu'à un cri : "Tu ne m'as pas entendu, vieille salope ! ? Ce n'est pas normal ! Tu n'as aucune raison penser que nous allons bien ! Ce n'est pas bien !" Presque tout le monde s'était maintenant enfermé pour regarder le conflit entre la panique de l'homme et le confort de la femme plus âgée, tous regardant en silence ne sachant pas quoi faire ; l'un d'eux, un homme à la peau plus foncée et à la carrure puissante qui était jusqu'alors resté silencieux, s'est approché d'une démarche dominatrice. L'homme plus grand agrippa celui, paniqué, par le bras et le jeta sur le côté, sa voix retentissante correspondant à son regard féroce ; « Tu dois te calmer ou je vais le faire pour toi ! L'homme lâche a essayé de se libérer de l'emprise de l'homme plus sombre mais c'était tout à fait vain ; il se recroquevilla d'un air tremblant sous le cadre géant devant lui, "Tu vois !? C'est le genre de chose dont je parle ! Que quelqu'un m'aide ! S'il te plaît ! Enlève cette bête de moi !" Bien que son visage soit caché par le masque d'ivoire, tout le monde pouvait dire que l'homme plus grand serrait les dents de colère, et juste au moment où il semblait qu'il allait frapper, il laissa échapper un profond soupir, s'arrêta un instant, puis jeta le jeune homme contre lui. l'herbe. "Personne ne te fera de mal à moins que tu ne fasses quelque chose de stupide, tu dois te calmer et la fermer. Tu n'aideras personne à paniquer comme ça !" Il y eut un long silence tandis que le lâche était allongé sous l'autre dans une épaisse sueur, sa respiration rapide et laborieuse alors qu'il parlait d'un ton plus doux et déprimé ; "...Nous allons tous mourir ici..."

La femme timide, maintenant allongée sur l'homme qui l'avait consolée, pressa fermement son corps presque nu contre le sien ; sa jambe drapée sur ses cuisses alors qu'elle souriait à travers son masque à son protecteur. L'homme protecteur glissa son bras autour de ses épaules et l'enlaça, glissant ses doigts plaqués à travers les mèches de cheveux bruns qui drapaient la clavicule de la jeune femme depuis sous son enclos. Doucement, la jeune femme passa sa main sur la poitrine large et ferme de l'homme qui la tenait, et alors que leur regard s'approfondissait, leurs corps aussi. Grimpant au sommet de la charpente virile de ses désirs, la brune tomba dans une position à califourchon ; elle pouvait sentir sa virilité considérable se raidir contre son entrejambe et, comme si elle était synchronisée, ses mains agrippaient ses hanches pendant qu'elle commençait à se presser vers le bas. La longueur épaissie de sa hampe poussée vers le haut, le monticule gonflé de la jeune femme s'enroulant autour de sa circonférence alors que sa tendresse humide glissait le long de la viande palpitante entre ses cuisses. Bientôt la tête gonflée de sa bite trouva son chemin jusqu'à son entrée, et avec un léger halètement la jeune femme, plus timide, poussa pour lui permettre de la pénétrer. Les corps du couple prirent rapidement un rythme puissant, la tige dure pulsant profondément à l'intérieur de l'étreinte de la femme alors qu'elle étendait le rose de ses lèvres, chacune de leurs hanches se cognant contre l'autre alors que leurs corps se réchauffaient et que leurs respirations devenaient plus lourdes. A chaque mouvement de martèlement, les beaux seins de la brune rebondissaient légèrement, sa sueur dégoulinant sur leurs courbes alors que l'homme les prenait dans ses mains fortes, et peu de temps après, il la souleva et la renversa sur le dos dans l'herbe. Ses cuisses pâles et douces s'enroulèrent autour des hanches de son amant comme une ceinture, tirant ses coups en elle immédiatement alors qu'il commençait à enfoncer sa virilité durcie au plus profond d'elle encore et encore, et à mesure que leurs apogées approchaient, ils laissaient échapper de profonds gémissements de plaisir. Des mèches épaisses et chaudes ont fait irruption dans le corps de la jeune femme alors qu'elle se tendait autour du corps de son amant et criait profondément, et peu de temps après, ils s'effondrèrent sur l'herbe. S'étreignant à nouveau, la femme enfonça sa tête dans la poitrine de l'homme et ils s'endormirent ; au loin, une paire d'yeux observait chaque instant de la passion du couple, mais personne ne semblait l'avoir remarqué.

Un certain temps s'était écoulé depuis l'incident et le groupe s'était un peu espacé, certains restant isolés tandis que d'autres commençaient à former de petits groupes ; seuls deux avaient jusqu'à présent quitté le pied du tas, et personne restant ne montrait aucun signe de planification. L'homme lâche marchait maintenant de l'autre côté du tas en marmonnant pour lui-même et en se tenant à distance du mieux qu'il pouvait de l'homme qu'il croyait l'avoir attaqué, le golith qu'il évitait de s'asseoir contre le tas parlant doucement à la femme plus âgée qu'il avait depuis aidé à son pied. L'homme d'âge moyen et la jeune femme avec qui il avait fait l'amour dormaient paisiblement à l'endroit même où ils avaient atterri. lui-même, tout en regardant de temps en temps une jeune femme plantureuse endormie contre le tas; il n'était pas clair si quelqu'un l'avait remarqué et elle avait à peine dit un mot à qui que ce soit depuis l'atterrissage. Une petite fille très jeune et un homme tout aussi jeune avaient passé la plupart de leur temps ensemble depuis leur arrivée ; ils jouaient et escaladaient maintenant la poussière du tas d'une manière immature et enfantine, apparemment déphasés par la situation dans laquelle ils se trouvaient ou essayant simplement de l'ignorer. Trébuchant entre chacun des groupes, un homme beaucoup plus âgé au corps osseux mais mobile, sa longue barbe blanche s'étendant sous son masque lui donnait un certain air de sagesse, et il était facile pour la plupart de lui parler alors qu'il approché. Assis à ce qu'il percevait comme une distance de sécurité de la femme endormie et sinueuse se trouvait un homme très grand et plutôt lourd, son regard apparemment fixé en permanence sur ses gros seins alors qu'ils se trémoussaient à chaque respiration douce; il n'avait même pas pris le temps de détourner les yeux assez longtemps pour savoir si quelqu'un l'avait remarqué. Des deux qui étaient partis peu après le conflit entre les deux hommes, aucun n'était revenu depuis ; elles étaient toutes les deux des femmes apparemment plus jeunes, l'une était une femme pâle légèrement grassouillette couverte de taches de rousseur, ses cheveux roux tombant en cascade sous son masque à mi-chemin dans son dos. L'autre était une femme beaucoup plus grande, portant une puissante silhouette de peau plus foncée qui restait assez féminine ; les deux femmes s'étaient séparées du groupe ensemble, et malgré une brève tentative de la femme plus âgée pour les arrêter, elles ont insisté sur le fait que quelqu'un avait besoin d'explorer.



Le couple qui dormait au pied du tas s'éveilla brusquement au son d'appels désespérés à l'attention ; à une certaine distance d'eux se tenait l'homme en surpoids, criant à quiconque voulait l'entendre : « Au secours ! La fille qui dormait ici est partie ! Je n'ai détourné les yeux qu'une seconde et elle était partie ! Quelqu'un l'a-t-elle vue ? » Les réactions du groupe étaient un mélange, certains ignorant ses appels tandis que d'autres regardaient avec confusion, le premier à parler était l'homme plus grand et à la peau foncée; "Où était-elle?" L'homme lourd montra rapidement le petit carré d'herbe dans lequel la femme plantureuse avait dormi, et bien sûr tout ce qui restait était de l'herbe aplatie vaguement dans sa forme. "D'accord... il manque quelqu'un d'autre ? Avec combien avons-nous commencé ?" Une voix plus âgée se redressa à son questionnement, sa voix de grand-mère profondément inquiète ; "Il y avait ces deux filles qui ont insisté pour partir il y a quelque temps... Elles semblent toujours parties." "Je n'ai pas pu leur parler alors..." Le vieil homme sociable prit la parole : "J'ai essayé de parler à tout le monde mais ils étaient partis avant que je puisse. Où est ce jeune homme ? Celui qui était en train de crier ? Je ne vois que tous les autres à qui j'ai parlé plus tôt. » L'homme lourd, maintenant plus paniqué, en fit particulièrement attention : "Tu penses qu'il aurait pu faire quelque chose avec elle !? Il a déjà poussé la vieille dame, on ne sait pas ce qu'il pourrait faire !" "Maintenant, maintenant..." dit la femme plus âgée, "Il avait peur, je vais parfaitement bien et ce n'est pas une raison pour supposer le pire. S'ils sont ensemble, je suis sûr que c'était une décision mutuelle. Personne ne veut partir seul." Il y eut un moment de silence pendant que le groupe réfléchissait à leurs options, quand soudain la voix d'une jeune fille cria : « Nous avons vu où ce type est allé ! Debout sur le tas se tenaient les deux plus jeunes de leur groupe, tous deux assez petits pour défier apparemment la gravité contre les grains sous leurs pieds. « Ouais ! Il est parti par là il y a peu de temps ! Je ne l'ai pas revu depuis ! Les deux hommes semblaient à peine inquiets alors qu'ils pointaient du doigt au loin, et sans attendre de réaction, ils retournèrent tous les deux jouer dans le tas d'ivoire.

"D'accord. D'après mes calculs, nous sommes quatre à manquer." La voix de l'homme le plus sombre résonna lourdement à travers la clairière herbeuse pour que tout le monde l'entende : "Les deux filles sont moins prioritaires depuis qu'elles sont ensemble, mais je dis que nous devons chercher celles qui sont seules. prêt pour ça ?" "Je viendrai avec!" La voix de l'homme lourd a crié, exigeant de l'attention, "Je vais aider à chercher la fille!" Le couple, l'homme d'âge moyen et la jeune fille qui ne l'a pas quitté, s'est rapidement approché et a confirmé qu'eux aussi aideraient; des deux, l'homme dit : « Nous avons besoin de quelques personnes pour rester ici au cas où quelqu'un reviendrait, c'est logique qu'ils soient les deux plus âgés et les deux plus jeunes. L'homme noir hocha la tête en signe d'accord. Se regroupant, les quatre explorateurs se tenaient dans le carré d'herbe pressée dans lequel la jeune femme avait été vue pour la dernière fois en train de dormir, et se frayèrent un chemin au-delà de la bordure sombre de la clairière, se faisant rapidement engloutir dans des ombres hors de la vue des autres.

L'obscurité qui retenait le tas s'était progressivement ouverte sur une forêt; à travers les nombreux arbres se dressaient de plus petits tas de poussière d'ivoire sous des traînées interminables de grains qui tombaient et, tout comme le tas qu'ils connaissaient, contenait une lumination inexplicable venue de nulle part. C'est à côté d'un de ces plus petits amoncellements que les quatre explorateurs avaient décidé de faire une courte pause. "Alors euh... vous vous connaissez tous les deux, alors ?" L'homme costaud rompit le silence, dirigeant sa question vers l'homme d'âge moyen et la fille timide agrippant son bras. « Qu'est-ce que tu veux dire ? Pourquoi tu dis ça ? L'homme semblait perplexe. "Eh bien, c'est juste que... je veux dire... tu sais. Elle s'accroche toujours à toi et tu euh... je veux dire après tout à l'heure... vous deux semblez juste proches, c'est tout. Curieux de savoir si nous sommes tous des étrangers , ou...", les mots de l'homme en surpoids étaient sincères, mais il ne pouvait s'empêcher de craindre d'avoir franchi une ligne et de devenir trop personnel ; à son grand soulagement, l'autre homme sourit. "Oh... je fais juste avec, tu sais. C'était naturel." La jeune brune rougit en entendant cela et le serra plus fort tout en cachant son visage, chuchotant quelque chose dans sa barbe. "...V-tu as vu ça ?" L'homme plus lourd fut rapide à répondre, rougissant maintenant avec une petite traînée de sueur s'échappant de sa racine des cheveux, "Je-je n'ai pas regardé ou quoi que ce soit, mais c'était difficile de ne pas au moins remarquer... désolé pour ça." Sentant la tension, l'amant de la jeune fille changea de sujet, "C'est un bon point, cependant. Nous devons nous soutenir mutuellement ici... il serait logique d'apprendre à se connaître un peu pour savoir qui nous Je surveille. Quels sont vos noms ? Je suis... euh..." Sa voix se coupa soudainement et il regarda vaguement au loin.

"Je... pourquoi est-ce que je ne me souviens pas de mon nom ?" Un frisson remplit le groupe alors qu'ils arrivaient tous à la même prise de conscience soudaine. Il ne leur était même pas venu à l'esprit de se présenter jusque-là, et aucun d'eux n'a pu trouver son propre nom. C'est l'homme noir qui a parlé en premier sur le sujet, "Ce n'est pas comme si c'était la chose la plus étrange qui nous arrive en ce moment. Donc, nous ne pouvons pas nous souvenir de nos noms... ce serait peut-être mieux ainsi, cela reste moins personnel. " Le groupe hocha la tête en signe d'approbation, l'homme d'âge moyen ajoutant : "Alors... comment on s'appelle ?" Tous les quatre restèrent assis un moment à réfléchir, quand l'homme costaud laissa échapper maladroitement : "Vous pouvez tous m'appeler Rhino !" Les autres le regardèrent avec perplexité, le faisant rougir de profonde gêne avant d'être soulagé par la femme brune. « On dirait que vous avez une histoire derrière celle-là… que vous voulez partager ? Je pense que vous nous devez quelques… détails intimes. Son rougissement s'intensifia, et avec un bégaiement il répondit ; "C'est... juste quelque chose que certains copains utilisent pour m'appeler à l'école. Je suis grand et j'ai tendance à... me lancer dans des choses sans réfléchir... un peu comme cette conversation..." cela faisait longtemps qu'il n'avait pas ressenti cela, mais c'était tout de même une sensation assez familière. La fille, maintenant moins timide qu'avant, gloussa doucement. "J'aime ça... Je trouve que ça a l'air cool, Rhino. Tu peux m'appeler Bird ; j'ai toujours aimé les oiseaux." "Tu peux m'appeler Ox. Puisque nous faisons tous des noms d'animaux, ça marchera pour moi." Le plus grand d'entre eux, par qui l'homme costaud s'était secrètement trouvé intimidé, se sentait étrangement moins imposant avec un nom à mettre dans le cadre. Tous les trois se tournèrent vers l'amant de Bird, "J'ai toujours été un gars de chien... Travail de chien?" Le groupe est parvenu à un accord sur ce qu'ils appelleraient les uns les autres, et avec les noms est venu un sentiment plus fort de confort entre eux.

Le cri d'une femme déchira le vide des ténèbres alors qu'elle courait à travers les arbres avec terreur, ses yeux s'écarquillèrent dans l'espoir de trouver le salut au loin mais ne tombant que sur de vagues formes d'arbres peints d'ombres; ses cuisses se tendirent alors qu'elles portaient sa silhouette de sablier sur l'herbe humide en dessous, ses gros seins lui envoyant des élancements de douleur dans sa poitrine et son dos alors qu'ils rebondissaient sans retenue et la pesaient. Tout ce qu'elle pouvait entendre était le son de sa propre respiration haletante emprisonnée dans l'enveloppe rigide de son masque, noyant tout espoir d'entendre à quel point son agresseur était proche derrière elle ; elle ne savait pas qu'il était directement sur ses talons. Avec une fente rapide, l'homme frêle plongea sur les jambes de la femme aux courbes généreuses, les balayant sous elle alors qu'elle tombait durement sur le sol de la forêt, lâchant un cri horrifié aux bois abondants. Une main enveloppée d'os serra la gorge de la femme plantureuse alors que l'homme dégingandé se forçait entre les cuisses baignées de sueur de ses victimes, et rapidement il pouvait sentir sa longueur dure comme du roc pénétrer dans la chaleur de l'aine de la femme. Pleurant et s'étouffant avec ses propres larmes, la femme aux gros seins tenta désespérément de forcer l'homme à s'éloigner d'elle, mais à chaque poussée, elle pouvait sentir sa force lui manquer progressivement, et l'homme étrangement puissant au corps frêle ne devint que plus agressif. Bientôt, elle resta silencieuse contre l'herbe alors qu'elle prenait la virilité palpitante du violeur en elle encore et encore, ses gros seins rebondissant douloureusement à mesure qu'il baissait sa virginité avec plus de force, ses jambes tombant impuissantes autour de lui, écartées dans l'espoir qu'il finisse rapidement et en finir avec sa chatte qui saigne maintenant. Ses yeux se fermèrent fermement derrière son masque alors qu'elle essayait de noyer l'attaque et de se perdre dans l'obscurité, et juste au moment où elle commençait à vraiment accepter son destin, cela se produisit.

En un instant, le corps de son agresseur s'est rapidement soulevé d'elle comme s'il avait été entraîné, accompagné d'un jappement douloureux. Redirigeant son regard, la femme bien roulée leva les yeux pour voir une très grande femme à la peau foncée se tenant au-dessus d'elle, regardant sous ses pieds ; là, l'agresseur était allongé sur son sac dans un état second, sa poitrine se soulevant intensément. La femme aux cheveux roux se dirigea rapidement vers la femme attaquée, "Est-ce que ça va ! ?" Elle la souleva en position assise et serra contre elle sa forme terrifiée et affaiblie, les deux grosses paires de seins se pressant étroitement l'une contre l'autre alors que la femme violée tremblait et se recroquevillait contre l'un de ses deux sauveurs. A quelques mètres se tenait l'amazone sculpturale, "Elle va bien ?" La fille aux cheveux rouges hocha la tête, "Je pense qu'elle va... s'occuper de lui ?" À ce stade, le frêle violeur avait commencé à ramper, mais ses tentatives étaient vaines; la forme musclée de la femme à la peau foncée la porta vers l'agresseur et prit position au-dessus de lui. Désespérément, l'homme s'agita alors qu'il tentait de se libérer de l'emprise de la puissante femme, griffant et donnant des coups de pied alors qu'elle le soulevait de l'herbe par le cou et regardait intensément à travers les lattes de son masque directement dans ses yeux remplis de larmes, "S'il vous plaît... Je... Je ne pouvais pas me contrôler... Je pensais que c'était un rêve !" Sa main plaquée se resserra sur sa gorge, ses yeux se rétrécissant en un éclat des plus violents alors qu'elle tenait tout son corps suspendu au sol avec un seul bras.

« Un rêve… ? Tu pensais que tu rêvais ? Tu penses que tu rêves maintenant ? Sa voix retentissante, mais étrangement féminine, secoua tout le corps de l'homme pâle alors qu'il cessa lentement de résister, "O-ouais...! Est-ce que je l'attaquerais vraiment si ce n'était pas...?" Des larmes coulaient de ses yeux alors que la brûlure de ses muscles tendus devenait plus intense, utilisant chaque parcelle de sa force juste pour aider à soulager le poids de son propre corps de son cou. « …Je suppose que si tu pensais que ce n'était qu'un rêve… Je veux dire que tu peux tout faire dans les rêves. Oui ? Le violeur hocha la tête du mieux qu'il put, ses doigts plaqués s'enfonçant dans le bras puissant de la femme si étroitement que le sang avait commencé à couler. Doucement, la femme à la peau foncée a mis l'agresseur sur ses pieds et a desserré son emprise, bien qu'elle ne l'ait pas relâché ; prenant un ton plus doux, elle se pencha plus près, "Alors... as-tu pu finir?" Elle baissa les yeux vers l'érection immobile en berne de l'homme, scintillant dans la faible lumière des fluides de sa victime. "Je... non, mais je..." L'homme était abasourdi, et avant qu'il ne puisse répondre, il trouva la puissante femme se baissant et le saisissant fermement par sa virilité. "Si tu pensais que ce n'était qu'un rêve... comment as-tu pu faire quelque chose de mal ? ... Tu veux que je t'aide ?" Il y eut un silence, son esprit n'était qu'un flou de pensées incompréhensibles, mais bientôt son désir s'empara à nouveau et le sang se précipita vers son pénis maintenant complètement engorgé. Tendrement, la femme caressa son manche au fur et à mesure qu'il grandissait, de la base à la tête, puis redescendait jusqu'à ce que la prise de sa main enveloppe complètement la base et les couilles gonflées de la bite de l'homme. Cela ne prit qu'une seconde, mais dès qu'elle put entendre un "Ye-..." s'échapper de ses lèvres, son violent air renfrogné revint et sa poigne se resserra plus fort que jamais. Le sang coulait sur l'herbe froide à leurs pieds alors qu'il jaillissait de l'entrejambe ouvert du violeur, et bientôt sa virilité fraîchement arrachée partit avec.

Articles similaires

Un anniversaire d'inceste chapitre 15

Remarque : j'ai étudié comme un diable pour ce chapitre en essayant d'entrer dans l'esprit féminin, alors faites-moi savoir comment j'ai fait. C'est le plus long de tous les temps à 35 pages, les femmes montrent plus leurs sentiments que les hommes donc j'ai dû écrire en conséquence. L'histoire est du point de vue de Rita, de cette façon vous pouvez voir toutes ses émotions et tout, et il y a une section où la vue est de la mère, afin que vous puissiez voir comment fonctionne son esprit rusé. J'ai mis du temps à écrire ça, mais c'est parce que...

1.6K Des vues

Likes 0

Colocataires

L'université est compliquée quelles que soient les circonstances, mais pour Nick Kotsopoulos, c'était d'autant plus difficile. Laissant sa famille et tout ce qu'elle avait jamais connu, elle a voyagé à l'autre bout du monde pour avoir la chance d'élargir ses horizons en obtenant son doctorat en anglais de l'Université de Yale. La décision a été difficile à prendre, mais sa famille savait aussi bien qu'elle que pour qu'elle obtienne la meilleure éducation possible et ouvre de nombreuses portes en cours de route, elle devait quitter son pays d'origine et chercher des conseils à l'étranger. Jeune et brillant, Nick a été immédiatement...

1.4K Des vues

Likes 0

La Barre 3

Cet endroit te rendait fou. Ta tête tournait. Êtes-vous ok? Mon Dieu cette voix. L'une des principales raisons pour lesquelles votre tête tournait. Cette femme. Le barman. Vous regardez profondément dans ses yeux. Perdu dans un esprit de pensées sales. Son regard ne quittait jamais le vôtre et pendant les courtes secondes avant que vous ne parliez, cela vous a semblé des heures. Je vais bien, as-tu dit sévèrement. Elle s'est approchée de vous. Vous pouvez vous arrêter à tout moment, a déclaré Mila. Ses lèvres douces à quelques centimètres des vôtres. Pourquoi faisait-elle ça ? Elle devait savoir qu'elle te...

886 Des vues

Likes 0

Petite Amanda, partie 3b

Après la course de ski nue, Amanda est retournée à l'école. Elle n'est pas tombée malade et au départ, personne n'a mentionné sa course de ski nue - cela signifiait que personne n'avait lu cet article. Mais soudain, la semaine suivante, le professeur de classe a appelé Amanda pour parler. „Oh, Amanda, qu'est-ce que tu as fait !? Cela pourrait devenir un gros scandale », a-t-elle déclaré. Amanda, bien sûr, a compris de quoi il s'agissait. Le Maître a poursuivi : « Je veux vous dire tout de suite que vous ne serez ni puni ni condamné. Néanmoins, je voudrais directement...

906 Des vues

Likes 0

Ma femme salope, partie 2

Quand j’ai découvert que la sœur de ma femme, Leesa, et son petit ami Jackson venaient dîner, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. J'en étais venu à apprendre qu'étant mariée à ma femme salope, Mandy signifiait que tout ce que vous pouviez faire, c'était vous attendre à l'inattendu ! Leesa a quelques années de plus que Mandy et vous pouvez voir l'air de famille. Mais alors que ma femme Mandy a une silhouette de mannequin, Leesa est un peu plus lourde et a des seins beaucoup plus gros. Son petit ami Jackson était un gars sympa. Mais c'était un...

658 Des vues

Likes 0

Copain et fille

Je suis un homme marié mais j'ai un côté coquin que ma femme connaît en partie, mais pas tout, j'ai beaucoup à partager mais tout n'est peut-être pas dans l'ordre chronologique. C'est la première expérience que j'ai partagée avec mon meilleur ami Wayne, Wayne et moi nous connaissons depuis un moment, en fait, nous baisions tous les deux la même femme avant de nous marier, mais pas en même temps. en fait Wayne a épousé ma cousine Cindy et ils ont une petite fille, Lil deb (Debbie), c'est une petite fille très mignonne et douce (je suppose que j'ai toujours eu...

1.5K Des vues

Likes 0

Énormes seins mexicains

Fbailey histoire numéro 392 Énormes seins mexicains Camille était sans aucun doute la plus grande fille de ma classe. À quinze ans, elle mesurait une tête de plus que la plupart des garçons et ses seins étaient probablement plus gros que dix filles réunies. J'admirais Camille depuis le début de l'école quand elle a été transférée. Elle parlait bien l'anglais et encore mieux l'espagnol. C'était une grande fille mais elle était aussi jolie. Elle avait un gros ventre, un gros cul et des seins encore plus gros. Elle me rappelait une version plus jeune et plus jolie de ma propre mère...

1.3K Des vues

Likes 0

House Girl X - Mongolie

À 9 h, heure locale, Rick Cheney et moi étions en vol, volant vers le nord de Negombo, au Sri Lanka, à Ordos, en Mongolie intérieure, en Chine. Notre avion était plus lourd de deux passagers, une brune anglaise d'albâtre avec un passé abîmé et une jeune fille irlandaise fougueuse avec des cheveux roux flamboyants et une passion qui va avec. Après avoir atteint l'altitude, mon avion prototype avait adapté son aérodynamisme à sa configuration ultra-élégante pour la vitesse. Un itinéraire direct vers notre destination ne prendrait que quelques heures de vol, mais nous ne pouvions pas risquer d'être détectés en...

1.2K Des vues

Likes 0

Meilleurs Amis Femme Enceinte Pt 2

C'est pour toi, a-t-elle dit en tenant le vibromasseur bleu. Elle le porta à ses lèvres et le glissa la plupart du temps à l'intérieur, ne quittant jamais les yeux des miens. Mais pas encore. Nicki posa le vibromasseur sur l'évier et abaissa sa chatte dégoulinant de pisse sur mon visage. J'ai enroulé mes mains autour de son gros cul magnifique et je l'ai tirée vers moi alors que je commençais à la manger. D'une manière ou d'une autre, elle avait encore meilleur goût maintenant qu'avant. Ma langue a trouvé le bon endroit et elle a eu un orgasme. Mon visage...

845 Des vues

Likes 0

Douze jours comme esclave 2 sur 13

Vicki, une jeune femme qui travaille dans un grand magasin, trouve un moyen de contourner les étiquettes de retour électroniques sur les robes coûteuses vendues par le magasin où elle travaille. Cela lui permet d'acheter des robes le vendredi, de les porter lors d'événements le week-end et de les rendre le lundi. Lorsqu'une robe très chère qu'elle porte est abîmée lors d'une fête, tout s'effondre. La robe lui sera facturée et ne pourra en aucun cas se permettre de la payer. Un jeune homme qu'elle a rencontré récemment lui propose un programme qui lui permettra de supprimer les prélèvements de son...

758 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.