Asmodée - Démon de la luxure : Partie 9_(0)

504Report
Asmodée - Démon de la luxure : Partie 9_(0)

A/N – Cela fait longtemps les amis, vous m’avez tous manqué. Je voudrais dire un immense merci à tous ceux qui m’ont soutenu au fil des années. Comme je l'ai mentionné dans un commentaire de la partie 8, je ne vais pas bien depuis un certain temps et j'écris avec parcimonie au cours des deux dernières années. Je vous ai tous fait attendre si longtemps pour un autre chapitre que j'ai décidé de le publier aussi tôt. J'avais d'abord voulu y ajouter davantage, mais - après avoir réfléchi à la taille de ce texte supplémentaire (et par la suite au temps qu'il me faudrait pour l'écrire) - je pense qu'il est préférable de le publier en premier. J'ai l'intention d'écrire davantage, et je le ferai, j'ai juste besoin de trouver le temps et l'inspiration, donc si vous aimez cette histoire, alors soyez indulgents avec moi. Comme toujours, faites-moi savoir ce que vous en pensez avec un commentaire ci-dessous.

Acclamations,
Kat d'acier


Le rêve de mon père m'enveloppe comme un tombeau, c'est l'obscurité qui m'opprime et se resserre autour de mes épaules. C'est ce qu'il ressent, je m'en rends compte en le regardant marcher. Ses pas résonnent dans mes oreilles ; ils sont assourdissants dans l'obscurité. J'entends son désespoir lorsqu'il appelle mon nom et je ressens sa frustration lorsque je ne réponds pas.

S'étouffant sous la douleur, ma gorge se serre sous mes larmes. J'ai tellement envie de courir dans ses bras et de l'assurer de ma sécurité, mais Asmodée me tient à ses côtés.

"Attendez", dit-il, "nous devons faciliter le chemin vers vous. Il ne croira pas que vous êtes tel que vous dites que vous êtes."

"Pourquoi pas?" Je coasse, les coins de mes yeux piquants.

Asmodée me regarde, son visage affichant une profonde tristesse.

"Il rêve de toi toutes les nuits, ma douce. Chaque nuit, tu reviens vers lui pour disparaître à son réveil. Il commence à perdre espoir."

"Non!" Je halete, le visage se froissant d'angoisse.

Je veux que ma famille s'en aille, qu'elle vive sa vie sans moi, qu'elle ne me pleure pas de manière si écoeurante. La réalité est déchirante. Mes genoux fléchissent sous le poids du mien et de la douleur de mon père.

Asmodée me stabilise et me tient pendant que j'essaie de réguler ma respiration. J'enfonce mes ongles dans ses biceps, le laissant me serrer fort pendant que je lutte contre une crise de panique. Pendant ce temps, mon père continue ses appels frénétiques. Chaque écho de sa voix est un couteau dans mon cœur.

"Calme-toi, mon amour. Tu pourras aller vers lui lorsque tu maîtriseras tes émotions."

Toujours accrochée à mon amant, j'inspire une profonde inspiration après l'autre, laissant l'air remplir complètement mes poumons et sentant mon cœur ralentir ses battements frénétiques. Il me faut chaque iota de concentration pour détendre mes muscles hurlants. J'ai coupé les appels de mon père et j'ai complètement laissé échapper un dernier souffle. Mes larmes sèchent tandis que je lève les yeux pour voir Asmodée me regarder avec approbation.

"Oui", dit-il, "Très bien."

"Maintenant quoi?" Je demande, la voix légèrement tremblante.

"Maintenant, vous transformez cette concentration en énergie et votre apparence changera. Redevenez Rowan et parlez à votre père comme elle. Convainquez-le."

Je ne le questionne pas. Pour une fois, je me laisse diriger complètement, sans hésitation, en suivant chaque instruction à la lettre. J'essaie de comprendre le pouvoir de la volonté. J'ai toujours cru que c'était quelque chose de puissant ; une pratique qui pourrait aider ceux qui le souhaitent à réaliser tout ce qu’ils souhaitent. Écouter les histoires d'Asmodée et apprendre que sa forme - ainsi que celle de tous les immortels - n'est directement influencée que par la volonté du collectif humain, me donne un regain de confiance.

Je ferme les yeux et concentre tout ce que j'ai, tout ce que je suis, pour redevenir un étranger. J'imagine le pigment de ma peau blanchir, comme une chemise laissée trop longtemps au soleil. Je me concentre sur l'éclaircissement de mes cheveux et de mes yeux, en imaginant des bottes de foin et des émeraudes remplaçant la soie noire et le café noir. Je démontre la puissance de ma volonté, la chose la plus tangible qui me rend fort. La montée d'adrénaline que je ressens lorsque ma peau picote à cause du changement m'apporte une fierté vertigineuse. J'ouvre les yeux pour trouver Asmodée qui m'envoie un sourire dévastateur et pour une fois, je me sens digne de lui. Je suis forte, une reine digne de son roi tout puissant.

Il penche la tête vers mon père et je m'avance sans hésitation. Cette prise de conscience que je suis plus forte que je ne le pensais me donne envie d'affronter mes défis de front, comme un soldat patriote, absolument certain qu'elle se bat pour une juste cause. Je gagnerai, pas seulement pour moi mais aussi pour ma famille. Je leur dois une chance de leur dire au revoir.

"Léna !" La voix de mon père se brise alors qu'il m'appelle encore une fois. "Où es-tu, mon bébé?"

Cette question est calme, brisée, et un picotement de peur me parcourt le dos. Il est sur le point d'abandonner, je m'en rends compte.

« M. Sastri ! » J'appelle, mais il ne m'entend pas.

« M. Sastri ! » Ses yeux parcourent avidement son paysage onirique, sauvages et désespérés, voyant tout sauf moi.

"Papa!" Je crie et finalement il se retourne, ce mot magique s'adressant à son cœur endommagé. Il regarde au-delà de moi, impatient d'apercevoir sa précieuse fille et est bouleversé de réaliser qu'elle ne se cache pas derrière la fille blanche vaguement familière. Je regarde son visage se froisser et son corps visiblement se dégonfler, les épaules voûtées et la tête baissée.

"Pas elle," marmonne-t-il, "Pas ma Selena."

Mon cœur se serre alors que je me précipite vers lui, soulevant son visage avec mes paumes.

"C'est moi papa, je suis là".

"Pas elle", murmure-t-il.

"Oui, je suis Selena."

"Pas elle", affirme-t-il, plus fort cette fois, "Pas elle. Pas elle, pas elle, PAS ELLE !"

Il secoue la tête maintenant, les paumes serrées sur ses oreilles et les yeux fermés. Mon audace, doit-il penser, se faisant passer pour son enfant perdu.

Je vais changer à nouveau mon apparence, redevenir mon vrai visage avant de dire : "C'est moi, papa, regarde."

Sa fureur déborde et il crie : "Tu N'ES PAS ma fille !"

Ses yeux s'ouvrent brusquement et il a l'air meurtrier jusqu'à ce qu'il enregistre mon visage. Immédiatement, le sien s'adoucit et il m'écrase contre sa poitrine, son corps tremblant alors qu'il pleure silencieusement dans mon cou.

"Oh, Séléna !" Il sanglote : « Ne me quitte plus. »

J'ai l'impression que ma poitrine va exploser et que ma gorge se fermera à jamais. Mon inébranlable rocher de père, stoïque et toujours aussi fort, est absolument brisé et c'est entièrement de ma faute. Je ne l'ai jamais vu pleurer, pas une seule fois, et maintenant il est là, si complètement brisé. Chaque fois que j'essaie de m'éloigner, il me serre plus fort jusqu'à ce que nous nous accrochions l'un à l'autre depuis plus longtemps que je ne le pense. Quand il me libère enfin, je suis étourdi par son emprise mais il me stabilise avec de lourdes mains sur mes épaules.

"Où étais-tu, bébé ?"

"Je suis proche", lui dis-je, "plus proche que tu ne le penses".

"Mais où?!" Il gémit, désespéré de savoir.

"Je suis là", je réponds et laisse ma peau bouger à nouveau pour que Rowan termine la phrase.

Son visage se contracte avec une incrédulité momentanée qui se transforme en une acceptation facile. Après tout, les rêves ne sont pas censés avoir de sens. Je continue de changer de visage alors que je me tiens devant lui, prouvant que c'est vraiment moi en me remémorant des souvenirs avec lui. Dans son cœur, il sait qui je suis, donc peu importe à quoi je ressemble. Je le fais jusqu'à ce que je le sente regarder Rowan avec la même chaleur qu'il me réserve, puis je me retourne pour lui dire au revoir.

Son visage tombe à cause du sourire que j'ai mis si longtemps à lui faire sortir.

"Tu me quittes encore", marmonne-t-il en me serrant les mains.

"Je serai toujours avec toi", je réponds, "Veux-tu venir à mon mariage ?"

"Mariage," il cligne des yeux, réalisant soudain qu'il parle à Rowan, "Mariage, oui. Je serai là."

Je retourne mon visage et murmure : " Merci, papa. Je t'aime. "

J'embrasse sa joue alors qu'il affiche une expression hébétée et j'enregistre le moindre changement dans notre environnement alors que je recule. Plus rapidement après, le paysage disparaît tandis que mon père se concentre sur quelque chose de nouveau. Nous sommes dans notre ancien salon en Afrique du Sud, posés sur un tapis gris clair, soudain entouré de briques peintes. Un fusil est accroché à une plaque accrochée au mur à côté de moi. La porte d'entrée est derrière moi, les barreaux de protection claquent tandis que mon père se dirige vers l'entrée du couloir. Il manque de trébucher sur une petite fille, assise les jambes croisées sur le sol, les larmes coulant sur son visage. Ses cheveux sont longs et fins, emmêlés et noués parce qu'elle a enfoui sa tête dans ses bras.

C'est moi, quand j'étais plus jeune, peut-être cinq ou six ans. Je me souviens d'une scène que je ne savais pas avoir oubliée, celle d'attendre que mon père rentre du travail. Je me souviens maintenant, faisant les cent pas devant la porte, regardant les aiguilles de l'horloge murale défiler négligemment alors que j'étais angoissé par son arrivée. Une minute plus tard que l'heure à laquelle je m'attendais à ce qu'il arrive, les larmes commençaient à couler comme j'imaginais le pire.

Ma mère, la pauvre, je n'aurais pas pu l'aider. Elle connaissait les risques que mon père prenait dans son travail, celui de policier dans une ville située dans un pays très violent. Ce n'est pas comme si elle n'était pas inquiète aussi, mais c'est tout à son honneur, elle a compris qu'elle devait masquer la sienne pour soulager la mienne.

Non pas que ça ait beaucoup aidé.

Quand je le voyais franchir la porte, je me levais d'un bond et le serrais si fort dans mes bras que je pouvais à peine respirer. Dans ce souvenir particulier, il me prend dans ses bras et lui fait un câlin.

"Qu'est ce qui ne va pas bébé?" » demande-t-il, doucement et gentiment.

"J'avais t-peur", hoquete-t-elle, les yeux rouges et le nez qui coule.

"Peur de quoi ?"

"Que tu ne rentrais pas à la maison", sanglote-t-elle, ayant besoin d'un autre câlin apaisant.

"Chut, c'est bon, je suis à la maison maintenant", il recule et dit : "Je t'aime et je ne vais pas te quitter, d'accord ?"

Silencieusement, sa petite tête bouge en quelques hochements de tête rapides, la bouche toujours tirée par un froncement de sourcils.

"Assez maintenant", avertit-il, soudain l'inspecteur-détective coriace comme de vieilles bottes sous lequel tout le monde le connaissait, "Ne pleure plus."

Je ris alors qu'il la conduit dans le couloir où je sais qu'il la mettra au lit avec sa sœur. Je me détourne et sors par la porte.

*****

Je visite Rochelle à l'école; elle rêve d'une époque où nous étions plus jeunes, en dernière année de lycée. Nous nous connaissions à l'époque, bien sûr, notre école n'était pas très grande, tant en termes de taille physique que de population. Ce n'est qu'à l'université que nous nous sommes vraiment entendus et bien sûr, à ce moment-là, nous avions déploré le fait que nous étions tous les deux trop coincés pour vraiment nous rendre compte à quel point nous nous serions bien entendus à l'époque. . Eh bien, je lui avais dit, mieux vaut tard que jamais.

Rochelle est quelqu'un de tellement honnête que je me méfiais d'elle en apprenant à la connaître. D’après mes expériences, j’avais découvert que les gens étaient rarement ce qu’ils semblaient être. Naturellement, avec cette évaluation quelque peu sombre des êtres humains qui colorait mon attitude à leur égard, j'ai d'abord gardé mes distances avec Roch, réticent à partager une partie vulnérable de moi-même avec quelqu'un qui semblait trop parfait pour exister réellement. Des mois se sont écoulés dans notre amitié naissante et le charme de Rochelle a érodé mes réserves jusqu'à ce que je ne puisse m'empêcher de lui faire entièrement confiance. Vertueuse sans être prêcheuse, travailleuse mais amusante, intelligente mais décalée, Rochelle est une de mes meilleures amies depuis maintenant deux ans et je l'aime comme une sœur.

Il n'en faut pas beaucoup pour la convaincre d'assister à mon mariage. Nous sommes assis ensemble sur un banc, portant les pulls marron, les chemises bleu poudré et les jupes bleu marine de notre uniforme scolaire. Nous nous penchons l'un contre l'autre et les larmes coulent sur son visage.

"Tu me manques", dit-elle doucement, liant mon bras au sien.

"Moi aussi, chérie", je réponds, "Ne pleure pas, tu me verras demain."

Elle hoche la tête, d'accord, et j'enveloppe son petit corps dans une profonde étreinte, le visage enfoui dans ses longues tresses noires ondulées, avant de me lever et de m'avancer. Je visualise ensuite Bailey et me retrouve face à de grandes portes doubles blanches, que je reconnais comme l'entrée de la maison de ses parents. Prenant une profonde inspiration, j'ouvre une porte et passe.

Bailey est assise les jambes croisées sur le sol de la salle familiale, un seau de maïs chaud sur ses genoux, en train de revoir Ocean's Eleven. Une version plus jeune de moi est assise sur le canapé contre lequel elle s'appuie, l'air contente d'être en compagnie de sa plus vieille amie.

J'ai rencontré Bailey quand nous avions dix ans. Je venais d'arriver d'Afrique du Sud et j'allais au collège dans un pays inconnu. Fraîchement débarquée de l'avion, ma peau était très foncée et mon accent très prononcé. Je suis resté comme un pouce endolori, peu familier avec la culture locale et impopulaire en raison de mon manque de confiance. Venant d'une communauté de chez moi où l'on se faisait taquiner sans pitié à cause de son excès de poids, j'avais développé une certaine faible estime de soi. J'avais peur de parler aux gens, me sentant indigne d'eux à cause de ma taille et de ma couleur. L’autre fille à la peau brune de ma classe était bien sûr Bailey.

En découvrant qu'elle était également née en Afrique du Sud, je me suis accroché à la seule chose que nous avions tous les deux en commun : l'espoir que nous deviendrions rapidement amis. Cependant, j'ai vite découvert que contrairement à Rochelle, Bailey n'était pas si parfaite. Parfois mesquine, elle gardait rancune et était beaucoup trop opiniâtre pour son propre bien. Au début, elle pensait qu'elle était meilleure que moi, furieuse que j'aie même suggéré que nous étions semblables. Plus j'essayais de m'accrocher à elle, plus elle commençait à me détester jusqu'à ce que finalement, par miracle, je réalise que je méritais mieux qu'un compagnon réticent.

En me retirant, Bailey a pu me voir tel que j'étais et j'ai pu construire ma propre identité, aussi fragile soit-elle. Avant, en Afrique du Sud, j’étais retenu dans l’échelle sociale par mes frères et sœurs, qui étaient toujours bien plus populaires que moi. J'étais convaincu que ma taille en était la raison ; et comment pourrais-je ne pas l'être ? Les enfants étaient cruels et les adultes étaient involontairement durs à propos de mon poids. J'avais grandi en pensant que j'étais trop gros pour être désirable de quelque manière que ce soit et j'ai été agréablement surpris lorsque la popularité m'a trouvé au cours de ma première année au lycée. Bailey et moi étions amis depuis.

Elle n’était définitivement pas parfaite et je l’aimais pour ça. Et même si notre amitié avait connu des débuts difficiles, je n'avais désormais aucun doute sur le fait qu'elle ferait n'importe quoi pour moi et moi, elle.

"Abeille", j'appelle, essayant de détourner son attention de la télévision de ses rêves.

"Hmm?" Répond-elle, toujours totalement absorbée par un film qu'elle a vu au moins une demi-douzaine de fois auparavant.

"Abeille, c'est moi."

Elle se tourne vers moi et je regarde son visage se fissurer de douleur. Sans un mot, elle me serre dans ses bras et je sens des sanglots parcourir son corps.

"Chut", je l'apaise en caressant ses beaux cheveux ondulés.

"Ce n'est pas juste", gémit-elle, "Comment as-tu pu partir ? Comment quelqu'un pourrait-il te faire du mal. Tu ne mérites pas ça ; tu es la personne la plus adorable que je connaisse."

"C'est bon", je murmure, "je suis toujours là."

Et je lui dis exactement quand elle aura l'occasion de me revoir.

******

Une fois mon travail terminé, la maison de Bailey fond et est remplacée par une forêt. Je suis entouré de végétation ; des arbres colossaux aux racines tentaculaires et à la large canopée. Je suis de nouveau dans les jardins ; sa tranquillité me berce même dans ce paysage de rêve. Asmodée apparaît ici comme il l'a fait dans le monde éveillé, enveloppé dans la peau pâle, les cheveux dorés et les yeux glacés d'Ash.

Je me retrouve émotionnellement épuisé après mes interactions avec mes amis et mon père. Je veux seulement être tenue par mon futur mari ; être réconforté dans ma décision de rester avec lui et d'emprunter un peu de son énergie illimitée. Son contact fait exactement cela, envoyant une étincelle à travers moi si rapidement que je tremble violemment. J'expire lentement, relâchant la tension soudaine qui s'est accumulée dans mes épaules.

Il me regarde, ses yeux glacés brillent, et incline légèrement la tête. Je me lance sur lui, jetant mes bras autour de son cou et utilisant son corps inébranlable pour me relever. Nos bouches se heurtent avidement, les dents se cognent derrière les lèvres alors que nous nous fusionnons. Le baiser s'adoucit légèrement alors que j'écarte mes lèvres, laissant sa langue glisser devant elles et masser la mienne. Le son de nos lèvres qui claquent doucement et de nos respirations haletantes me donne envie d'en savoir plus.

Nos lèvres restent si complètement verrouillées et pendant si longtemps que lorsque nous nous séparons enfin, je délire à cause de la chaleur de l'émotion. Je me rapproche de lui et passe mes doigts le long de la ligne dure de sa mâchoire. Sa sensation, le son de sa respiration et l'odeur de son musc sont si absolument excitants que je veux aussi me régaler de son goût, juste pour pouvoir le ressentir à travers tous les sens. J'enfouis mon nez dans le creux de son cou et inhale son parfum enivrant avant d'y frotter mes dents, mordillant doucement sa peau.

Il commence à arracher mes vêtements imaginaires et même dans son paysage onirique, la résistance du matériau est délicieusement rugueuse contre ma peau. Il est déjà nu devant moi et la chaleur de sa peau brûle la mienne. Sa longueur s'élève entre nous et je l'attrape sans réfléchir. C'est comme s'il s'agissait d'un organisme à part entière, qui grandit plus longtemps et plus durement que je ne l'aurais cru possible. Je le serre fort et frémis à l'idée d'une telle résistance qui m'envahit.

Je descends encore plus bas, prenant doucement la peau incroyablement douce de ses reins et caressant les cheveux blonds raides du bout des doigts. Ils bougent dans ma main, se déplaçant et se contractant à mesure que l'appendice attaché grossit encore. L’imaginer enfoui au plus profond de moi me fait me tordre de plaisir. Mon désir irrépressible m'oblige à me comporter comme une femme sauvage. Je le serre à nouveau et effleure sa poitrine avec mes dents.

Je gémis doucement maintenant, frottant mon corps contre le sien. Ma bouche travaille toujours sur sa poitrine, capturant un mamelon dur comme de la pierre entre mes lèvres et passant ma langue dessus. Mes mains lui ratissent le dos jusqu'à ce que l'une d'elles atteigne ses fesses. Je le gifle violemment, sa force me pique la main. Asmodée grogne son assentiment et explore mon corps de ses propres mains. Il lève la main et attrape une poignée de mon ample sein gauche et le masse avec force avant de pincer mon mamelon.

Je siffle sous la douleur qui se transforme en plaisir frémissant une seconde plus tard et j'attrape ses couilles. Je veux qu'il ressente ce que je ressens ; l'équilibre exquis entre euphorie et souffrance. Pour moi, le plaisir ne peut être véritablement ressenti qu’immédiatement après la douleur. La libération ressemble à un orgasme miniature et je teste ce paradoxe sur mon amant. Il grogne quand je le serre encore plus fort et je me sens excité de savoir que même mon puissant roi démon est aussi vulnérable avec ses joyaux de la couronne que n'importe quel autre homme. Je tiens fermement encore une seconde avant de le relâcher et d'utiliser mon autre main pour masser son magnifique membre. Il gémit, relâchant la tension qui maintenait son corps rigide et balançant ses hanches au rythme des mouvements de mes mains.

Je m'agenouille et lui lèche le ventre pendant que je le caresse ; mon propre resserrement de plaisir à sa réponse à mon contact. Il gémit d'un son si beau que je ne veux jamais que ça finisse. Je le travaille plus fort et plus vite, sentant sa peau glisser doucement sur la viande chaude et incroyablement raide de son outil. Soudain, j’ai envie de faire quelque chose que je n’avais jamais envisagé de faire auparavant. Je traîne mes baisers encore plus bas, au-delà de son nombril et dans les plaines dures de son os pubien. Bien sûr, mes cheveux bouclés me chatouillent les lèvres tandis que ma bouche s'aventure plus au sud. Les doigts de ma main droite alternent entre chatouiller ses couilles et masser une bosse dure juste en dessous d'elles, tandis que ma main gauche reste enroulée autour de sa hampe.

Bientôt, ma bouche plane contre la tête rose et gonflée de sa bite, mon souffle chaud la recouvrant. Je tire la langue et lèche le bout, m'émerveillant devant la surface incroyablement lisse et glissante. Son membre se contracte en réponse mais Ash se penche et commence à me relever.

"Non," je halete, "Laisse-moi te plaire, mon amour. Je veux te goûter."

Il est prompt à rendre service, sans doute plus disposé à expérimenter ce mot de rêve plutôt que le mot réel. Excité, je prends sa longueur dans mes bras, la pétrissant fermement tandis que je m'efforce de le mettre dans ma bouche. Sentir sa peau glisser sur sa dureté est excitant au-delà de toute mesure alors que je le pompe d'un poing et le chatouille un peu plus bas avec les doigts de mon autre main. Je me penche sur la tête en forme de champignon de son outil, massant une gouttelette laiteuse hors de la pointe. Dès que je le fais, j’ai l’envie irrépressible de goûter cette goutte.

Je me penche et baisse encore la tête, glissant ma langue sur la tête lisse. Il est encore plus soyeux dans ma bouche que dans mes mains et je gémis après une bouchée de lui. Il frémit en réponse, ses doigts se crispant dans mes cheveux emmêlés. Ma bouche est tendue à l'extrême alors que je continue de le lécher, l'entourant de ma langue tout en le suçant passionnément. Il tremble dans ma bouche et l'idée que je lui procure un tel plaisir me rend extatique.

Je lui fais plaisir avec tout ce que j'ai, tirant de délicieux gémissements de son corps tremblant. Je le tiens dans ma bouche jusqu'à ce que ma mâchoire me fasse mal et, sentant ma fatigue, il repousse mes cheveux et me pousse doucement sur la terre molle. Son corps tremble encore et je sais qu'il lui faut tout son contrôle pour ne pas être dur avec moi. Alors qu'il s'abaisse sur moi, je lui frappe le cul aussi fort que possible ; un rappel que je ne suis pas aussi délicate qu'il semble le penser.

Cela le met dans une frénésie et il me retourne comme si j'étais une poupée de chiffon. Maintenant, je suis à quatre pattes, haletant d'anticipation, mes poings serrés arrachant l'herbe par les racines. Ses mains glissent le long de mon corps avant de se poser sur mes hanches et le plaisir que son contact procure me fait picoter le long de la colonne vertébrale. La sensation s’accumule et s’accélère jusqu’à ce qu’elle explose dans mon esprit. Asmodée choisit ce moment pour se plonger en moi.

Le plaisir est si grand que j'ai l'impression que mon cœur va se briser. J'arrive presque seul avec cette poussée. C'est si bon que je ne peux pas contenir le cri qui jaillit de moi et mon chant de luxure rebondit sur les arbres et me revient. Je suis un oiseau chanteur à la voix douce, chantant sa joie.

Il se déplace rapidement, un animal démuni à qui on a enfin trouvé une compagne. Chaque poussée de sa part me tire une note aiguë jusqu'à ce que je n'en puisse plus et que ma chanson devienne un cri guttural. Je jouis si fort que je tombe face la première dans la terre et gémis ma douce libération. Asmodeus n'est pas loin derrière et son apogée envoie une autre bouffée de pur bonheur dans tout mon corps.

Il s'effondre au sol à côté de moi alors qu'il prend tout ce que j'ai pour me retourner sur le dos. Nous sommes tous les deux haletants, pris entre l'épuisement et l'euphorie totale. Je tends la main et attire son visage vers le mien. Nous partageons un baiser si passionné que pour une fois, j'ai l'impression que nous étions destinés à être ensemble, comme Asmodée l'avait toujours insisté. Je suis soudain enveloppé dans un sentiment de pur confort et de certitude absolue. Cela semble si bien ; même si nous sommes épuisés, je me sens puissant auprès de mon roi, comme si rien ne pouvait nous blesser pendant que nous sommes ensemble.

*****

Le petit espace entre les rideaux tirés, qui laissait passer la nuit dernière une lumière argentée, laisse désormais passer une tranche d'or. Je suis réveillé à l'aube du jour de mon mariage et cette prise de conscience soudaine me fait bondir du lit. Asmodée n'est pas là ; une note sur la table de chevet indique qu'il est retourné dans son royaume pour rassembler des fournitures pour notre mariage. Je suppose que parmi ces fournitures se trouvent ma robe de mariée et une portion d'argile glamour ; de quoi changer à nouveau de peau.

Je pousse un soupir nostalgique en remplaçant la lettre. J'avais voulu un dernier baiser de mon amant avant de nous embrasser en tant que mari et femme. Décidant de ne pas m'attarder là-dessus et d'espérer plutôt passer une éternité aux côtés d'Asmodée, je me glisse dans la salle de bain. Je m'arrête net, le cœur battant douloureusement lorsque je trouve quelqu'un qui m'attend.

Ida se tient raide au milieu de la pièce ; les mains serrant une boîte en verre dépoli et la tête baissée en signe de soumission, toujours vêtue de la robe verte que je lui ai offerte. C'est la robe qui révèle qui elle est et sans elle, je ne l'aurais probablement pas reconnue. Elle a l'air complètement différente ; sans aucun doute recouvert d’argile glamour. Ses cheveux foncés se sont quelque peu éclaircis, châtains au lieu de noirs. Sa peau bordeaux s'est réchauffée jusqu'à devenir une belle olive, comme si elle était une beauté méditerranéenne au bronzage parfait. Enfin, ses yeux jaunes se sont refroidis pour devenir un bleu océan profond ; dont les profondeurs semblent insondables. Derrière elle, l'évier est rempli d'argile de couleur taupe et je sais qu'elle est là pour m'aider à me préparer.

Une vague incontrôlable de jalousie m’envahit. Elle se tient là, plus belle que je ne pourrais jamais rêver de l'être, le jour de MON mariage. Ma jalousie se transforme en colère avant que je remarque l'innocence lasse dans son regard alors qu'elle me regarde. Elle sent ma colère et se demande ce qu’elle a fait pour la mériter. En soupirant doucement, je lui demande aussi gentiment que possible de me laisser tranquille pour le moment. Lorsqu'elle entre dans la pièce principale – une mystérieuse boîte toujours bercée dans ses bras – sans un mot de discussion, je l'enferme dehors et respire profondément. Je ne vais pas laisser l’irrationalité gagner aujourd’hui, je décide. Asmodée m'aime, pas elle, et Ida, avec son apparence de force pure, n'est pas aussi forte qu'elle pourrait l'être et certainement pas aussi forte que moi. Je dois faire plus d'efforts pour ne pas lui faire peur.

La première chose que je fais est de me baigner, en frottant méticuleusement chaque centimètre carré de mon corps. Lorsque ma peau est rouge et parfaitement propre, je me sèche, je me brosse les dents, je sèche mes cheveux avec le sèche-linge intégré de la salle de bain et j'ouvre la porte pour Ida.

Silencieusement, elle se glisse à l'intérieur, toute en élégance facile et en grâce exaspérante. Je ne lui cache pas mon corps - même ces quelques jours avec Asmodée ont suffi à me débarrasser de quelques couches d'insécurités corporelles ; ce n'est pas une tâche facile, compte tenu des années qu'ils ont dû cultiver. Bien sûr, ils n’ont pas complètement disparu, sinon la simple présence d’Ida ne me dérangerait pas autant.

Sans un mot, elle tourne son attention vers l'argile dans l'évier, plongeant ses mains dedans et faisant ressortir avec elles une épaisse couche de glamour. Elle commence à le lisser sur ma peau en commençant par mes épaules et en descendant. Je ne lui dis rien, comptant désormais garder notre relation strictement professionnelle. Mes joues brûlent au souvenir de notre dernière rencontre – de moi l'embrassant sur la bouche en signe de gratitude. J'étais épuisé et soulagé et dans un moment de faiblesse, j'ai manifesté une émotion impardonnable. Seul Asmodée devrait me considérer vulnérable, j'ai décidé. Je ne peux pas paraître faible si je veux un jour imposer le respect.

Cela ne veut pas dire que je serai méchant envers cette démone - nous partageons après tout un lien de souffrance - mais...

Mon Dieu, à quoi je pense ? J'ai l'air d'une salope étouffante et prétentieuse ! Qu'est-ce qui se passe dans ma stupide tête ?

Il n'y a pas cinq heures, je rêvais de mes amis et de ma famille. Des gens que j'aime et qui m'ont aimé. Et dans cinq heures, je te dirai au revoir pour toujours. Qui suis-je pour mépriser l'amitié ? Quand me suis-je déjà cru au-dessus d’un autre être vivant ? Moi qui n'ai que ce qui m'a été donné. Moi qui ai toujours partagé si librement mon cœur dans le passé.

Au moment où Ida s’approche de mon visage, je prends sa main dans la mienne.

"Je suis désolé", dis-je, "Pour tout. S'il te plaît, ne te sens pas obligé d'être doux avec moi. J'aimerais que tu me considères comme un ami."

Elle baisse la tête en signe de soumission, ne croyant pas un mot de ma bouche. J'utilise mon autre main pour lui prendre la joue et lever son visage pour rencontrer le mien.

"S'il te plaît Ida, veux-tu être mon amie ? J'adorerais avoir une petite amie à qui parler."

Ses yeux brillent d’une émotion indiscernable.

"Petite amie, ma dame?" » Elle demande et j'entends le grincer des dents dans ses mots. Je ris de ça,

"Pas ce genre de petite amie. Quelqu'un à qui je peux me confier, avec qui je peux être à l'aise et confier mes secrets."

"Des secrets, Majesté ?" Elle demande, les yeux écarquillés : « Et notre roi ? N'est-ce pas lui à qui vous choisiriez de vous confier ?

"Dans la plupart des choses, oui", je suis d'accord, "Mais pas dans tout. Et si c'est à cause de lui que j'ai besoin de me défouler ? Ou si j'ai besoin de conseils à son sujet ? Vous pouvez être ma personne la plus fiable."

Elle a l’air déchirée, la peur et la méfiance étant manifestement inscrites sur son visage.

"Pensez-y", dis-je doucement, et elle s'incline en signe de servitude.

Je soupire. C'est un début.

*****

Quand Ida en a fini avec moi, je suis radieuse. Un peu de fard à paupières, un peu de fard à joues, une couleur de lèvres profonde et un eye-liner noir, c'est ce que je porterais normalement si je cherchais à me démarquer un peu. Je ne suis pas une fan du maquillage régulier, mais lorsque je me maquillais le visage pour les fêtes, le peu que j'utilisais servait à mettre en valeur ce que je réalise maintenant comme étant des traits assez sensuels. Des pommettes pointues et hautes, parsemées de taches de rousseur, des fossettes incroyablement profondes, une mâchoire bien définie, de grands yeux marron, un petit nez boutonné et des lèvres charnues et sensuelles surmontées d'un parfait arc de Cupidon. Oh oui, je vois maintenant que j'ai toujours eu un joli visage. Dommage, ce n'est pas le mien que je vois dans le miroir.

Avec ce visage d'inconnu, le même maquillage qui habituellement mettait à peine en valeur mes plus jolis traits, les met désormais en valeur. Les yeux de Rowan semblent lourds, sexy et un peu étranges, brillant plus brillants lorsqu'ils sont entourés par le khôl sombre. Ses joues sont anguleuses comme les miennes ne pourraient jamais l'être et ses lèvres sont audacieuses, audacieuses et séduisantes, habillées d'une teinte merlot enivrante.

Ma robe est d'une couleur similaire, un rouge foncé et riche, pas aussi profond que le rouge à lèvres, mais tout aussi audacieux. Je suis enveloppé dans une épaisse soie jusqu'au sol. La jupe est cloutée et épinglée de diamants. Le corsage a un décolleté en cœur et est rehaussé de filigrane argenté. C'est la plus belle chose que j'ai jamais eu le privilège de porter et elle m'appartient, tout comme Asmodeus le sera bientôt aussi.

J'ai l'impression qu'aucun temps ne s'est écoulé et je marche vers lui, le long d'une allée de mousse et de feuilles mortes. Je marche seul, souhaitant que mon père me stabilise. Mais je ne peux pas me plaindre ; J'ai trouvé son visage parmi la foule assise. Les autres visages sont flous – même si j’aurais reconnu la plupart d’entre eux de toute façon. Je vois ma mère et mes frères et sœurs, assis près de Bailey et Rochelle. Voir ma sœur et mes meilleurs amis me fait bondir le cœur.

Je souris si fort que j'ai mal aux joues et aux dents alors que des larmes indésirables coulent sur mon visage. Les filles me sourient avec incertitude et une fois de plus je me rappelle qu'elles ne me voient pas tel que je m'imagine. Ce rappel, à son tour, me fait réaliser que si je ne maîtrise pas mes émotions, mon glamour échouera. J'imagine que les invités fuiraient par pure terreur si le panda dément faisait une apparition ici.

Prendre et relâcher une profonde respiration m'aide à me concentrer. J'avance délibérément, les yeux rivés sur mon palefrenier camouflé. Pendant ce temps, la musique la plus douce joue en arrière-plan, composée uniquement de piano et de harpe, mariée à une voix magnifiquement rauque et renforcée par un violoncelle profond. Cela me donne envie d'éclater car, d'une manière ou d'une autre, il transmet tout ce que je ressens pour Asmodeus, ma famille, mes amis et tous ceux que j'ai toujours aimés avec son élégance énigmatique. Peu importe que les paroles soient dans une langue que je ne connais pas.

J'écoute si attentivement que je ne réalise même pas que je suis au bout de l'allée jusqu'à ce qu'Asmodeus me prenne la main. Un célébrant se tient à nos côtés et accueille les invités. Elle garde son discours sur le caractère sacré du mariage et l'immoralité de l'amour, heureusement court avant d'annoncer qu'Ash et moi ferons nos propres vœux. Une vague d’étourdissement manque de me laisser tomber. Je ne me suis pas préparé à ça !

Je lance un regard suppliant à Asmodée, qui me rend son sourire rassurant. Suivez mon exemple, dit le sourire, tout ira bien.

Je prends une autre inspiration et essaie de calmer suffisamment mes nerfs pour pouvoir réellement entendre Asmodée lorsqu'il commence à parler.

" Mon amour, tu es la femme que j'ai choisie et qui m'a choisi.

"Je vous jure ma confiance, mon honneur, ma fidélité et ma vie.

"Je serai ton ami, ton partenaire, ton amant et ton roi. Tu seras ma reine.

"Je t'aimerai, te chérirai et te protégerai. Je t'accorderai tout ce qui est en mon pouvoir et je ne te ferai jamais de mal.

"Ça, je le jure, jusqu'à la fin des jours."

Articles similaires

Rentrer à la maison gay...

Rentrer à la maison gay… (Episode 2) Mon séjour chez l'oncle Donnie était enfin terminé. Nous avions eu des relations sexuelles sauvages exceptionnellement sensuelles presque tous les soirs. J'étais triste de devoir partir, mais j'étais également ravie d'explorer mes nouvelles connaissances sexuelles sur un garçon de mon âge. J'étais sûre de ma sexualité maintenant. Je suis gay! Il restait encore beaucoup d'été et ma troupe de scouts avait plusieurs voyages que j'attendais avec impatience. Il y avait un garçon de 2 ans plus jeune que moi avec qui j'aimais bien côtoyer lors des sorties. Son nom était Bobby, 15 ans, mince...

2.6K Des vues

Likes 0

Chérie partie 3

Dans cette partie, j'ai changé mon style de contorsion. PS J'aimerais savoir qui est votre fille préférée alors n'hésitez pas à commenter. 'Toc Toc Toc' John se réveilla en sursaut pendant un instant, oubliant où il était. Puis il l'entendit à nouveau. « Knock » « Knock » « Knock » mais cette fois, il était accompagné d'une voix douce et salée, « room service ». C'était Rose. John retira les couvertures de sa tête à temps pour la voir ouvrir dans sa tenue de femme de chambre avec un plateau de crêpes et de sirop. Voyant que John était debout, Rose fit un de ses sourires alléchants et...

2.4K Des vues

Likes 0

Déménagement de meubles

Avant de commencer, je veux commencer par me décrire. Je suis un garçon de 17 ans en pleine forme. J'ai de longs cheveux blonds que je laisse pousser jusqu'à ce qu'ils couvrent presque mes yeux. Je mesure environ 6' 3 et j'ai une très grosse bite. Et à cause de cela, je ne suis pas vierge. En fait, je pense que j'ai baisé toutes les filles de mon lycée. J'ai sonné à la porte, puis j'ai déplacé nerveusement mes pieds. Au bout d'un moment ou deux, la porte s'ouvrit. Debout là, il y avait la fille la plus chaude que j'aie...

2.4K Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

2.1K Des vues

Likes 0

Samedi après-midi_(0)

Comme prétexte : tout cela est 100 % vrai. Pas d'embellissement, pas d'exagération et pas de composante fictive. Cela faisait un moment que je n'avais pas vu Jim. Nous ne parlions plus autant qu'avant. Nous avions l'habitude de nous connecter à l'adolescence. Buvez quelques bières, déshabillez-vous. Principalement des expériences d'adolescents. Nous avions discuté en ligne, et à l'improviste, il m'a dit Je veux venir te voir, ça fait trop longtemps. Je n'étais pas sûr, mais il avait raison, ça faisait longtemps. Il a toujours eu une certaine emprise sur moi. Je ne peux pas l'expliquer. Mais à l'adolescence, il avait toujours aimé venir...

2.3K Des vues

Likes 0

Pour le meilleur ou pour le pire : l'histoire de Robert

L'histoire de Robert Robert se réveilla ce matin-là par une sensation étonnante qu'il n'avait pas ressentie depuis longtemps. Il ouvrit les yeux et baissa les yeux pour voir sa femme, Janet, glisser lentement sa bouche de haut en bas sur sa queue. Elle leva les yeux quand il se réveilla et lui sourit. Elle arrêta ce qu'elle était en train de faire et remonta son corps. Elle a commencé à l'embrasser alors qu'elle le chevauchait, se penchant et guidant sa bite en elle. Une fois qu'il était à l'intérieur, elle s'assit et commença lentement à chevaucher la bite de Robert. Elle...

2.2K Des vues

Likes 0

Dortoir de GF 1

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie à l'époque où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Teagan est d'origine asiatique, ce qui lui a valu une petite silhouette élancée, des yeux noisette, de longs cheveux noirs et une peau naturellement bronzée. Elle a la chance d'avoir des bonnets B fermes, un ventre plat et des fesses minces et galbées - elle va souvent à la salle de sport pour faire des squats. Et pour couronner le tout, elle est très jolie avec un doux sourire. Étant introvertie, elle est très douce et timide. Ce n'est qu'après un an de...

2K Des vues

Likes 0

Devenir Oméga, Partie 4

Devenir Oméga, Partie 4 Des hommes autour d'elle. Elle, nue et collée sur le sol, ses lèvres grondantes et ses yeux flottants. La drogue nage dans ses veines et sa chatte palpite. Des caméras autour d'elle, le monde qui regarde. Ils allaient la détruire. Omega sentit son cœur rater un battement et elle sut, si tout s'arrêtait maintenant, qu'elle était là où elle était censée être. ___ Elle a souri. Ses yeux papillonnèrent. « Battez-moi », murmura-t-elle. Ils s'avancèrent, silencieux. Putain de me battre, a-t-elle crié. Plus près maintenant. Pourtant, ils n'ont rien dit. Tue-moi si tu veux. Ils rigolent. Elle...

2.2K Des vues

Likes 0

Le directeur, chapitres 1 à 11

Chapitre 1. L'opportunité et la configuration. Ma femme et moi avons décidé de sortir de la voie rapide du monde de la haute technologie. Nous avons eu l'occasion d'accepter des emplois qui nous ont été offerts par un ami qui savait que nous étions un peu épuisés. Il était membre du conseil d'administration d'une école privée qui s'occupait d'enfants ou de jeunes adultes qui essayaient de reprendre leur vie en main. C'était pour ceux qui avaient pris la décision difficile d'essayer d'obtenir un diplôme d'études secondaires après des démêlés avec la loi. C'était une sorte d'internat pour mécréants. Comme nous avions...

2.9K Des vues

Likes 0

La guerre_(1)

Pendant la guerre à l'époque, j'ai rejoint l'armée. J'étais enfermée et entourée de grands hommes hétéros sexy, forts et courageux. Le premier commandant de notre escadron était tellement sexy. Il s'appelait Rob. Un homme très masculin et musclé avec de fortes racines country. Quand nous ne nous disputions pas, il était presque nu et confiant. Il était marié et avait la plus belle femme de tous les temps. Je l'enviais. Il n'y a jamais vraiment eu de femmes dans la guerre. Seuls les gros hommes malodorants, sales et en sueur. Rob avait des photos nues de sa femme. D'autres hommes avaient...

2.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.