Across Eternity (L'Infini) Livre 3 - Chapitre 12

762Report
Across Eternity (L'Infini) Livre 3 - Chapitre 12

La chevalerie

Après sa soirée sanglante, Noah n'était pas pressé de sortir des bains, et le fait d'avoir la chambre pour lui tout seul était une sérénité bienvenue. En outre, il allait bientôt retourner vivre sur la route, où les bains chauds étaient rares. C'était bon de le savourer tant qu'il le pouvait, ainsi que la sensation d'un uniforme frais. Il s'arrêta au réfectoire et attrapa du pain et une pomme, puis retourna à son dortoir, après avoir passé les dernières heures à convoiter la douceur de son lit comme une vieille flamme.

Il semblait que dès qu'il fermait les yeux, ils s'ouvraient au son d'un coup. "Noah, tu es là-dedans?" C'était Alexis. Noah regarda vers la fenêtre voisine et étudia les ombres ; il était probablement midi.

« Non, je suis actuellement ailleurs. Je reviendrai plus tard après avoir dormi encore quelques heures.

« Tu as assez dormi. Ouvre la porte."

« Très bien, mais je n’ai pas de vêtements. Êtes-vous sûr de vouloir voir l’angle du pendentif ? »

Il y eut une pause. "Une heure." Dit-elle. Il l'entendit s'éloigner et il ferma les yeux, seulement pour être de nouveau remué par les coups. Les ombres s'étaient à nouveau déplacées. "Allez, il est temps de se réveiller", dit Alexis depuis l'extérieur. "Et tu ferais mieux d'avoir des vêtements."

"Très bien, j'arrive." Noah s'habilla et ouvrit la porte, trouvant Alexis et Sophia debout dans le couloir. "Qu'est-ce qui est si important pour que tu doives me réveiller deux fois?"

"Nous voulions nous assurer que vous alliez bien après votre quart de travail d'hier soir", a déclaré Sophia. "Personne ne savait ce qui vous était arrivé après que vous ayez quitté le château avec Sir Elyot."

« Des imbéciles m’ont poursuivi et j’ai pris soin d’eux. Pas d'inquiétudes à avoir."

"Bien, parce que c'est la fin de l'année et que tu as une promesse à tenir", dit Alexis en lui lançant un regard d'acier.

«Je suppose que oui. Laisse-moi prendre quelques affaires et nous parlerons dans ta chambre.

Ils le regardèrent récupérer quelque chose sur son bureau, puis il les suivit jusqu'à la chambre d'Alexis. Avant de faire quoi que ce soit, il a sorti son dispositif d'insonorisation et l'a activé, s'assurant que leur conversation reste secrète. Il regarda autour de lui, la trouvant aussi propre et bien rangée que d'habitude, mais il pouvait encore percevoir la légère odeur de sexe.

«Je suis heureux que vous ayez tous les deux pu arranger les choses. J’espère juste que me réveiller n’était pas un acte de vengeance pour avoir interrompu votre isolement saphique hier.

Un sourire, Noah n'avait jamais vu Sophia rougir avec un sourire, détournant plutôt son regard d'un air penaud, mais ses lèvres soulevèrent ses joues roses, et elle rigola même.

"Chut!" » dit Alexis avec les oreilles rougissantes. « Contrairement au style de vie que vous vivez, l’intimité n’est pas quelque chose dont il faut parler avec désinvolture !

Noah se tourna vers Sophia. "Elle est si facile à taquiner, n'est-ce pas ?"

"De temps en temps, je vais lui donner un petit coup de coude, juste parce que j'adore la voir faire la moue comme ça", répondit Sophia tout en continuant de ricaner.

« Pouvons-nous déjà passer à autre chose ? Il est temps de nous dire qui tu es vraiment.

"Très bien, asseyez-vous tous les deux." Ils s'assirent chacun sur le lit tandis que Noah récupérait la chaise sur le bureau d'Alexis et s'asseyait devant eux. « Je n’accorde pas beaucoup de confiance aux promesses, peu importe d’où elles viennent. Pourtant, j’ai besoin que vous juriez tous les deux que vous ne partagerez jamais ça avec quelqu’un d’autre, compris ?

« Vous avez notre parole », a déclaré Alexis.

"C'est vrai", a ajouté Sophia.

Noah prit une profonde inspiration. « Je ne suis pas la personne que je semble être. Je suis beaucoup plus âgé que je n’en ai l’air et je viens d’un monde loin de celui-ci. Ce corps humain est un vaisseau temporaire dans lequel j'habite. Depuis des milliers d'années, je suis mort et je renaît, à chaque fois dans un nouveau monde, une nouvelle réalité. Votre planète n’est qu’une des étapes infinies de mon voyage à travers le temps et l’espace.

Alexis et Sophia le regardaient comme si ses paroles avaient rebondi sur leurs fronts. "Tu es sérieux en ce moment, n'est-ce pas ?" » demanda Alexis.

« Tout à fait sérieux. Je te l’ai déjà dit, j’étais en vie bien avant ta naissance, et je serai en vie longtemps après ta mort. Si vous tuez ce corps, ma conscience et mes souvenirs se déplaceront vers un nouveau corps, celui d'un bébé en train de naître. Je suis venu dans cette académie pour chercher des réponses, non seulement à ma magie, mais aussi à cette malédiction de la réincarnation.

"Pouvez-vous le prouver?" » demanda Sophie.

"Je peux. De tous les mondes dans lesquels j’ai voyagé jusqu’à présent, celui-ci est le seul doté de magie, et pour cette raison, ma réincarnation actuelle était différente de d’habitude. Je me suis retrouvé ici avec le même corps dans lequel je suis mort, ainsi que les vêtements que je portais et les affaires dans mes poches. Noah a révélé un rectangle noir avec une surface en verre. « Dans des mondes sans magie, l’humanité progresse grâce au développement de la technologie et des outils. C'est ce qu'on appelle un téléphone portable. Il s’agit d’un appareil qui vous permet de communiquer avec quelqu’un dans un autre endroit et vous donne accès à toutes les informations que vous souhaitez, ainsi qu’à de nombreuses autres choses intéressantes, bien qu’il ait perdu ces fonctions depuis que je suis arrivé dans ce monde. Tout le monde en possédait un et ils l’utilisaient presque sans arrêt.

Il ôta le dos et leur montra un carré d'argent à l'intérieur, où une formule runique avait été écrite. «Cela s'appelle ici une batterie. Il contient l’énergie nécessaire au fonctionnement de mon téléphone. Quand je suis arrivé ici, je n’avais aucun moyen de restaurer cette énergie, donc c’était pour la plupart inutile, mais grâce à la création de runes, j’ai trouvé un moyen. Il alluma son téléphone et pointa la caméra vers eux. "Vous tous les deux, souriez."

"Excusez-moi?" » demanda Alexis.

"Souriez simplement."

Ils eurent chacun un sourire maladroit, et Noah prit leur photo puis la montra à leur grand choc mutuel. "Qu'est-ce que c'est?" » demanda Sophia en regardant attentivement l'écran.

« Mon téléphone est doté d'un œil en verre qui peut enregistrer ce qu'il voit et ce qu'il entend. Et en parlant d’entendre… » Il ouvrit le dossier de musique et joua « Could’ve Been » de Two Steps from Hell. "Il contient également de la musique de mon monde."

Le jeu des cordes remplit la chambre d’Alexis, lui faisant perdre le souffle, ainsi qu’à Sophia. Les bruiteurs festifs des vacances et les chants folkloriques des aventuriers et des agriculteurs ne pouvaient se comparer à la symphonie des notes qui coulaient dans leurs oreilles.

"Donc toutes vos connaissances sur le corps humain viennent d'un autre monde ?" » demanda Sophie.

« Plusieurs mondes, en fait. Au cours de plusieurs vies, j’ai été ce qu’on appelle un « médecin », quelqu’un qui guérit les blessés et les malades. Cependant, comme il n’existait ni potions magiques ni sorts de guérison, l’humanité a dû apprendre tout ce qu’il y a à savoir sur le corps humain. Imaginez rattacher un membre sectionné en cousant ensemble toutes les veines et tous les muscles sectionnés avec une aiguille et du fil. En fait… » Il sortit son portefeuille et leur montra son permis de conduire. « Il s’agit d’une carte d’identité que toutes les personnes de mon âge possédaient. Vous voyez cet endroit juste ici ? Cela signifie que je me suis porté volontaire pour être donneur d’organes.

"Donneur d'organes?" » demanda Alexis.

« Dans mon ancien monde, les personnes souffrant d’une défaillance d’un organe pouvaient avoir leur corps ouvert et l’organe défectueux remplacé par un organe sain provenant d’une autre personne. Les personnes qui se portaient volontaires pour être donneurs, à leur décès, se faisaient prélever leurs organes et les transplanter à d'autres personnes qui en avaient besoin. Mon cœur, mes poumons, mes reins, toutes les parties précieuses de mon corps seraient utilisés pour sauver la vie des autres. Eh bien, puisque je suis ici dans ce corps, je ne suis pas sûr que quelqu’un ait réellement obtenu mes organes.

"C'est… c'est trop", gémit Sophia.

"Aussi étrange que cela puisse paraître, c'est la vérité."

Alexis se pencha en avant. "Alors ce que tu m'as dit à la fête du basilic, à propos de monstres artificiels et d'expériences..."

« J’ai des milliers d’années, c’est assez long pour avoir fait et vécu à peu près n’importe quoi, y compris, dirons-nous, des pratiques « abominables » ? Il y a des lignes que l’homme n’est censé pas franchir, et je les ai toutes franchies, juste pour voir ce qu’il y avait de l’autre côté. Celui qui a créé ce basilic emprunte les mêmes chemins que j’ai empruntés.

Les trois étaient assis en silence, Alexis fixant Noah tandis que Sophia regardait le sol. "Qu'est-ce-qu'on fait maintenant?" » demanda finalement Alexis. « Puisque vous n’avez pas pu obtenir vos réponses ici à l’académie, qu’allez-vous faire après la Journée du Chevalier ?

«Je vais aider Lady Zodiac à retrouver son frère, qui a disparu après avoir réalisé une expérience psychique incroyablement puissante. Je ne peux pas vous donner tous les détails, mais l’incident s’est produit au printemps dernier, au moment même de mon arrivée ici. Même si les événements n’ont aucun rapport, j’espère que ses recherches pourront m’aider à briser cette malédiction.

"Attends, mais si tu brises la malédiction, tu mourras, n'est-ce pas ?" » demanda Sophie.

« Ne vous laissez pas tromper par ce jeune visage. Je suis déjà mort plus d’une centaine de fois, et j’ai vécu et vécu bien plus que vous ne pouvez l’imaginer. Je suis prêt à ce que mon voyage se termine.

"Est-ce que Lady Zodiac le sait?" » demanda Alexis, la voix tremblante.

« Bien sûr, cela fait partie de notre accord. J’aide à retrouver son frère et elle m’aidera à briser ma malédiction. Nous allons partir après-demain.

Sophia se releva les larmes aux yeux. « Tu veux dire que tu vas nous laisser derrière toi et que nous ne te reverrons plus jamais !

Noé soupira. "Toi et moi avons passé une merveilleuse nuit ensemble, n'est-ce pas?" Cette question inattendue la fit tourner en rond. « Tu comprends maintenant d'où vient toute mon expérience dans la chambre, n'est-ce pas ? J’ai eu des centaines d’épouses et d’amants, dont beaucoup dont j’ai oublié les noms, pareil pour mes enfants. Je suis allongé sur mon lit de mort, entouré de ma famille aimante, aucun d'entre eux ne sachant qui je suis vraiment. Je les ai entendus pleurer pendant que je fermais les yeux et que je rendais mon dernier souffle, pour ensuite renaître dans un nouveau monde. Je vis pendant que tous ceux de ma vie antérieure meurent un par un, sans savoir qu'ils ont été remplacés.

Peut-être qu'au lieu de voyager avec Valia, toi et moi pourrions nous marier. Nous pourrions construire une maison, élever une famille et vieillir ensemble. Pouvez-vous l'imaginer ? Le baiser que nous partagerions lors de notre mariage, nous nous disputions tous les deux pour savoir à qui revient le tour de s'occuper de notre nouveau-né qui pleure au milieu de la nuit, les dîners que nous ferions avec nos amis, en plaisantant sur la chute de nos enfants. l'amour, créer des souvenirs pendant les vacances, bons et mauvais, passer des années dans une routine confortable de travail et d'amour, regarder nos enfants grandir et avoir leurs propres enfants, et enfin, la fin arrive pour nous. Je peux l’imaginer, parce que je l’ai vécu tant de fois auparavant.

Mais que je parte au coucher du soleil après la Fête des Chevaliers ou que je meure de vieillesse avec toi en me tenant la main, je serai inévitablement obligé de te laisser, toi et tous les autres, derrière moi et de commencer une nouvelle vie, et tu finiras simplement par un autre chapitre de un livre qui aurait dû se terminer depuis longtemps. Je ne veux plus vivre comme ça.

Les trois restèrent assis en silence, brisé seulement par les reniflements de Sophia alors qu'elle essayait de garder son sang-froid.

"Noah, regarde-moi dans les yeux et dis-moi que ce que tu dis est vrai, que tu es vraiment celui que tu prétends être", murmura Alexis.

Noah regarda droit dans son âme. « Tout ce que je vous ai dit est vrai. Mon passé, mon identité, mon objectif, tout cela. Vous en savez désormais plus sur moi que mes familles précédentes.

"Alors, où allons-nous partir d'ici?" » demanda Sophie.

"Eh bien, je suppose que nous avons quelques options. Nous pouvons soit laisser cette conversation sur une note amère, et les choses peuvent être gênantes jusqu'à nos adieux, soit nous pouvons passer ce temps précieux ensemble à créer des souvenirs. Il fouilla dans sa poche et en sortit une pochette remplie d'herbes. « Puis-je suggérer que nous fumions ce gonlief alchimiquement amélioré et que nous passions le reste de l'après-midi à écouter de la musique de mon monde ? Que dites-vous?"

«Je ne fume pas», a déclaré Alexis.

"Moi non plus", a ajouté Sophia.

« S’il y a bien un moment pour essayer, c’est maintenant. » Il a rempli une pipe de gonlief et de THC en poudre, puis l'a allumée avec une allumette et a inhalé profondément. Après avoir lâché un épais nuage, il le tendit à Alexis.

"Très bien, je suppose que je devrais voir de quoi il s'agit."

Noah appuya sur play sur son téléphone alors qu'elle et Sophia prenaient chacune un coup de pipe avec une forte toux. Les trois ont sombré dans le bonheur et pendant les heures suivantes, la pièce était pleine de musique, de fumée et de rires.

----------

Le soleil allait bientôt se coucher et les cadets se préparaient à nouveau au combat. C’était la dernière nuit avant la Fête des Chevaliers, et si l’histoire avait son mot à dire, ce devait être une soirée grandiloquente. Noah était dans sa chambre, tripotant son armure. Valia était assise sur son lit, s'étant faufilée pour qu'ils puissent parler. Il venait juste de finir de lui raconter sa conversation avec Alexis et Sophia.

«Je suis surprise que vous ne les ayez pas invités à venir avec nous», dit-elle. "Un guérisseur et un archer auraient été utiles lors de notre voyage."

«Je suis surpris que ce soit votre réaction. Je pensais que tu me voulais pour toi tout seul," taquina-t-il. "Aussi amusant que cela puisse être de voyager avec trois belles femmes, je pense qu'il vaut mieux que nous nous séparions pour le moment."

"Vous ne voulez pas empiéter sur leur bonheur, n'est-ce pas ?"

« Vous étiez au courant pour eux deux ? »

"Avec la façon dont Alexis me regardait toujours, il était évident dans quelle direction elle se dirigeait."

"Alors ce câlin que tu lui as fait l'autre jour, qu'est-ce que c'était ?"

«De véritables soins de la part du professeur à l'élève, ainsi que le fait que je lui jette une sorte d'os. En plus, elle est si mignonne quand elle s’énerve. Je n’ai pas pu m’empêcher de la taquiner un peu.

Les deux ont partagé un rire.

« Si nous devions voyager tous les quatre ensemble, vous et moi ne serions qu'une tentation et leur relation en souffrirait. Ils méritent une chance d’être ensemble sans que nous les encombrions et que nous les égarions.

"C'est drôle, vous vous présentez comme un nihiliste, mais si vous ne vous en souciiez vraiment pas, vous les auriez invités et les auriez utilisés comme vous le vouliez."

« C’est vrai qu’il y a peu de choses qui comptent pour moi, qui sont importantes dans ma vie, mais il y a beaucoup de choses auxquelles je veux avoir de l’importance, dont je veux me soucier, même si je dois m’y forcer. Je veux qu’ils signifient quelque chose pour moi, et si je dois les éviter pour que cela se produise, qu’il en soit ainsi.

"Tu es plus gentil que tu ne le penses."

"Peut-être. Quoi qu’il en soit, quelles sont selon vous nos chances que Valon apparaisse ? Il a demandé.

"L'année dernière, il a libéré tous les prisonniers du donjon pour les utiliser comme distraction afin de pouvoir attaquer le coffre-fort royal, donc à moins qu'il n'y ait quelque chose qu'il n'a pas pu voler la dernière fois, j'ai peu d'espoir qu'il vienne."

« À tout le moins, cela signifie moins de dégâts à nettoyer. Sommes-nous tous prêts à partir ?

« J’ai des provisions et des chevaux. Nous pouvons y aller quand nous voulons. Cependant, cette prime sur votre tête rendra les choses difficiles, et le royaume me considérera probablement comme un traître pour mon départ. Nous pourrions nous retrouver avec des avis de recherche correspondants. Nous devrons éviter les routes et les villes, donc obtenir des informations sur Valon sera presque impossible.

« Alors peut-être que notre première destination devrait être la province de Thelmas. Nous pouvons retrouver Fain Morgan et le forcer à conclure le contrat. Cela réduirait au moins de moitié le nombre de nos poursuivants. Quoi qu’il en soit, une fois que nous aurons quitté Uther, il y aura beaucoup moins de monde après nous. En plus, vous sous-estimez à quel point je me fond dans la foule.

« Eh bien, si ma prime est plus élevée que la vôtre, vous devez m'offrir un verre, compris ? »

« Marché conclu, mais je devrais probablement vous dire maintenant que j'ai l'intention d'en finir avec Seraph demain, donc nous ne pourrons peut-être pas quitter Colbrand tranquillement.

« Noah, je sais ce que le fourreau du chevalier signifiait pour toi, mais tu devrais laisser tomber ça. Le battre ne fera que rendre les choses plus difficiles pour nous.

"Je ne peux pas. Je n’arrête pas de me dire qu’il n’en vaut pas la peine, mais c’est comme si mon cerveau était en feu. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai été aussi en colère. En plus, il attend ça depuis longtemps. Essayez juste de me dire qu’il ne mérite pas d’avoir le visage enfoncé dans la boue. Peu importe qu’il soit prince ou paladin ; il va recevoir un jugement.

Valia se leva. "Noah, regarde-moi." Elle posa ses mains sur ses joues et ils se regardèrent dans les yeux. « Tu sais, une partie de moi ne sait toujours pas si tu es celui que tu prétends être. Cette partie vous regarde et s’inquiète du fait que vous n’êtes qu’un jeune homme avec une langue argentée.

"Dit l'elfe."

"Oh, tais-toi. Puis, quand je te regarde dans les yeux, je vois la vérité. Je vois les époques que vous avez vécues, l’expérience que vous avez accumulée et la vaste mer de souvenirs, à la fois heureux et douloureux. Ce que je ne vois pas, c’est la blessure qui sera guérie par la vengeance.

"Tu as raison. Je sais que tu as raison. Je sais que cette querelle juvénile est stupide, imprudente et myope. Je sais que mes actes auront des conséquences, mais ce sentiment est incroyable. Cette irrationalité passionnée, cette fureur et cette folie, c’est comme un festin pécheur pour l’âme. Je peux enfin me livrer au désir et à l’émotion et rechercher quelque chose à la fois inutile et significatif. Les recherches de Cyrilo auraient pu conduire à l’exaucement de mon souhait ultime, un souhait que j’ai porté avec moi tout au long de ma vie et de ma mort, et j’ai été volé. Si cela n’a pas d’importance, qu’est-ce qui compte ? Quand ressentirai-je à nouveau quelque chose comme ça ?

"En effet, une langue d'argent", dit Valia.

Noah la rapprocha, ses bras s'enroulant autour de sa taille fine et ses lèvres rencontrant les siennes. Elle l'accueillit, une main toujours sur sa joue, tandis que l'autre repoussait ses cheveux. Ils s'embrassèrent pendant plusieurs secondes avant de finalement se séparer.

« Comment ça, pour une langue d'argent ? »

Valia lui donna une gifle ludique sur la joue. "Soyez simplement en sécurité là-bas, cadet Noah."

"Oui, Dame Zodiac."

----------

Une fois de plus, les cadets se sont rassemblés au palais royal. La nuit précédente avait été relativement facile, puisque tous les fauteurs de troubles étaient simplement dirigés vers Noah. C'était le même plan et, espérons-le, le même résultat. Noah fut bruyamment envoyé pour « garder » la chapelle d'Elswood pendant que tous les autres cadets patrouillaient dans la ville. Ils étaient armés et prêts au combat, mais pas pour ce qui les attendait : des rues vides.

C'était la dernière nuit des Fêtes Rouges, et pourtant la ville de Colbrand restait silencieuse. Il y avait encore quelques fauteurs de troubles dans les environs, et une poignée de fêtards sont venus chercher Noah pour la prime, mais c'est tout. La grande majorité des accros au combat et des meurtriers avaient déjà été exécutés la nuit précédente, il ne restait donc plus rien à chasser pour les chevaliers et les cadets. Il y a exactement un an, la ville était un océan de feu et de violence, mais ce soir, c'était paisible. Contrairement aux soirées précédentes, le quart de travail s'est terminé quelques heures avant l'aube. Après tout, les cadets avaient autre chose à faire et avaient besoin de se reposer tant qu'ils le pouvaient.

Les festivités de la Journée des Chevaliers ont commencé tôt, les rues se remplissant de citoyens et de touristes au son de conversations sans fin et de bruiteurs. Les artistes de rue ont épaté le public avec leur magie et leurs acrobaties, tandis que les vendeurs vendaient leurs produits du festival aux masses. Cette année, les gens étaient en pleine forme, principalement parce que la ville n’avait pas été presque détruite comme l’année précédente.

Pourtant, malgré la fête dans les rues, les cadets n'ont pas pu participer, car ils étaient occupés à nettoyer l'académie. Aujourd’hui, une toute nouvelle classe de cadets allait s’inscrire, donc tout devait être essuyé, poli et dépoussiéré pour illustrer le prestige de l’académie. Noah allait sans aucun doute manquer son dortoir, car c'était un niveau de luxe rare dans ce monde. De ses maigres biens, tout ce qui avait de la valeur serait transporté dans son sac à dos ou sa bague, tandis que tout le reste, comme les vieux cahiers et le matériel de création de runes, il partait avec Cyrilo pour le garder en lieu sûr.

Il ne portait ni l'uniforme de l'académie ni sa tenue civile. Au lieu de cela, il était vêtu d'une chemise en cotte de mailles et d'une tunique rouge brodée de l'emblème national d'Uther. Tous les cadets diplômés portaient quelque chose de similaire, selon leur spécialité. Ceux armés d'épées, de masses et de lances étaient vêtus de cottes de mailles et recevaient leur armure de plaques après la cérémonie d'adoubement, tandis que les archers et les mages portaient des robes et des armures de cuir.

La dernière pièce de l'ensemble était posée sur son bureau, livrée plus tôt dans la matinée. C'était son épée de chevalier officielle, créée selon ses spécifications et avec des matériaux qu'il fournissait par alchimie. Outre un niveau précis de carbone, il était infusé d'un peu de silicium et de tungstène, ainsi que de quelques autres éléments de choix. La lame était gravée d'une longue formule runique de sa propre conception, chaque symbole étant physiquement gravé dans l'acier, puis rempli de l'encre la plus puissante sur laquelle Noah pouvait mettre la main, puis traité pour qu'il ne soit pas emporté par l'eau ou le sang. C'était un sort alchimique pour renforcer toutes les liaisons moléculaires et empêcher la formation de nouvelles, de sorte que la lame avait une durabilité maximale et ne rouillerait jamais, ne s'émousserait pas, ne s'écaillerait pas ou ne se briserait pas, ce qui la rendait plus puissante que n'importe quelle autre épée de chevalier. Il a également inclus quelques autres enchantements pour l'aider dans diverses situations.

Noah avait microgéré les forgerons jusqu'à la mort pour s'assurer que le processus de forgeage se déroulait parfaitement, mais cela en valait la peine. Depuis son arrivée dans ce monde, chaque épée qu'il a utilisée a fini par se briser ou être perdue, aucune d'entre elles ne semblant lui convenir parfaitement. Cette épée avait été faite sur mesure juste pour lui, et en la tenant dans sa main, il avait l'impression d'être un véritable partenaire. Il était un peu excité de le recevoir enfin et appréciait le poids dans sa main et sur sa ceinture.

Il était presque midi et les nouveaux initiés allaient bientôt remplir les champs de l'académie. Noah sortit de sa chambre, portant son sac à dos et sa bague avec sa nouvelle épée sur la hanche, et verrouilla sa porte une dernière fois. Il a rencontré Alexis et Sophia à l'extérieur. Alexis avait abandonné son uniforme de l'académie et portait à nouveau la tenue de combat de leur première rencontre, tout en portant un arc enchanté fait pour elle comme l'épée de Noé. À côté d'elle, Sophia portait les vêtements blancs d'un guérisseur et tenait une baguette qu'elle avait fabriquée elle-même dans la classe de Sir Elyot, une pour l'aider dans sa magie de guérison. Ils portaient également des épées avec eux, bien qu'il s'agisse de lames de cérémonie.

«Cette robe m'a manqué. Cela te va bien », dit-il.

"Merci, ça fait du bien de le porter une fois de plus."

"Tu es très beau", dit Sophia avec un sourire.

"Merci. Ces robes te vont à merveille. Alors, on y va ?

Eux et tous les autres diplômés quittèrent l'académie et marchèrent vers le palais royal, dirigés par Valia. Pour la plupart, c'était la première fois qu'ils entraient à l'intérieur et, en parcourant les couloirs, ils restaient bouche bée devant les grandes tapisseries et peintures accrochées aux murs. Ils furent guidés vers la salle du trône, une grande et vaste salle ressemblant presque à une cathédrale. Les murs et le sol étaient décorés de carreaux et de bois exquis provenant de sources exotiques, avec des rangées de drapeaux suspendus au plafond surélevé, soutenus par de grands piliers. Les membres de la cour royale, y compris les nobles et les subordonnés royaux, étaient rassemblés sur des gradins le long d'un côté de la pièce, en face d'une rangée de grandes fenêtres et de portes ouvertes laissant entrer la brise d'été.

Le roi était assis sur son trône avec une couronne d'or sur la tête et des bagues à chaque doigt. Comme tous les véritables dirigeants, il avait été mis à rude épreuve par le stress et l'âge commençait à prendre le dessus, mais il semblait toujours fort. À côté de lui se tenait Adwith Tarnas, portant comme toujours son armure polie. Les cadets se tenaient au garde-à-vous sur plusieurs lignes, attendant leurs ordres. Le roi donna un petit coup de doigt et ils s'agenouillèrent tous.

« Hommes et femmes d'Uther, je vous souhaite la bienvenue », dit le roi en se levant. « Vous vous rassemblez ici devant moi parce que le destin vous a appelé à être à la fois l'épée et le bouclier de cette nation, à la défendre avec chaque once de force de votre corps, et je me tiens ici devant vous pour vous accorder le pouvoir et l'autorité mérités. par ceux qui sont prêts à vivre et à mourir pour une cause aussi juste. Maintenant, récitez le serment de chevalerie et engagez-vous à protéger le peuple, la terre et la couronne d’Uther !

Comme un seul, tous les cadets ont parlé.

« Levez-vous, pour ne jamais tomber !

Combattez pour ne jamais mourir !

Chargez pour ne plus avoir peur !

Sur la terre cramoisie et sous le ciel noirci !

Avec honneur, nous vivons !

Avec intégrité, nous nous battons !

Qu'ils chantent notre force !

Comme sur nos gouvernails brille la lumière de l’aube !

Que ce soit à travers une forêt de lames ou une tempête de flèches !

Nous avons juré de nous battre pour notre peuple !

Le roi hocha la tête. « Vivez pour ces mots, et puissiez-vous les réciter dans votre dernier souffle. Maintenant, je vais vous décerner vos titres. Tout d’abord, mon fils, avance.

Séraphin se leva et s'approcha du roi, puis se mit à nouveau à genoux. Son arme de prédilection était un marteau, mais comme Alexis et la plupart des autres, il portait une épée de cérémonie qu'il tendait désormais à son père. Le roi ramassa la lame.

« Cadet Séraphin Yern Bravik Albion, jurez-vous de respecter les lois du pays, de vous consacrer à la protection, à la richesse et à la prospérité de son peuple, et de vivre et de mourir pour le roi et le pays ?

"Je jure."

Le roi lui frappa les deux épaules avec son épée. « Alors, par l'autorité de la couronne et la bénédiction des dieux, je t'appelle Sir Albion, chevalier d'Uther ! » Il rendit à Séraphin l'épée et un anneau d'or avec l'emblème national.

Séraphin reçut les deux cadeaux au son des tonnerres d’applaudissements des spectateurs, puis se releva et reprit sa place précédente parmi les cadets. La cérémonie s'est poursuivie, chaque cadet ayant annoncé son nom puis s'avançant pour recevoir son nom et son titre. Finalement, le nom de Noah fut prononcé, provoquant une vague de chuchotements parmi les spectateurs, la plupart surpris qu'il soit même autorisé à entrer dans le château.

Il avait le soutien de tous les professeurs de l’académie et il avait plus que prouvé son talent lors des fêtes rouges, mais en s’avançant, Noah remarqua la froideur dans les yeux du roi. Sa culpabilité dans les blessures de Galvin n’avait jamais été prouvée, mais il restait un suspect et ses relations sexuelles en public avec la duchesse avaient gravement terni la réputation du royaume. Noah a supposé qu'il n'était fait chevalier que dans le but de garder ses amis proches et ses ennemis plus proches.

Il se mit à genoux et présenta son épée.

« Cadet Noah, jurez-vous de respecter les lois du pays, de vous consacrer à la protection, à la richesse et à la prospérité de son peuple, et de vivre et de mourir pour le roi et le pays ? La question a été posée sur un ton froid et méfiant.

"Je jure."

Le roi lui tapota les deux épaules. "Alors, par l'autorité de la couronne et la bénédiction des dieux, je te nomme Sir Noah, chevalier d'Uther."

Noah reçut son épée et sa bague, mais il n'y eut aucun applaudissement d'aucune sorte, même s'il ne s'y attendait pas. Ce n’était pas la première fois qu’il était fait chevalier, et il y était venu principalement par curiosité, voulant voir si le roi allait jusqu’au bout. Mais maintenant qu'il avait été fait chevalier, il avait d'autres préoccupations.

----------

Nous étions maintenant au milieu de l’après-midi et l’excitation du festival n’avait pas encore disparu. Les gens acclamaient les chevaliers qui défilaient et célébraient tout ce qui était bon dans leur vie. Tout le bruit fait pour une couverture parfaite. Dans les bidonvilles, vides de monde, Noé était assis au bord d'une fontaine détruite, son épée à côté de lui, regardant les ombres bouger.

"Je commençais à penser que tu n'allais pas te montrer", dit-il. Il s'adressait à Séraphin, enfin arrivé.

"Je ne manquerais cela pour rien au monde", répondit le prince. Plutôt que son épée de cérémonie, il était armé d'un marteau, enchanté comme toutes les armes de chevalier. « Avant de te tuer, dis-moi juste une chose. Ces blessures subies par mon frère, c'est toi qui lui as fait ça, n'est-ce pas ?

«Pensiez-vous vraiment que c'était quelqu'un d'autre ? Vous auriez dû entendre la façon dont il a crié quand je lui ai arraché les yeux.

"Enfoiré!" siffla-t-il, s'allumant avec une énergie sacrée.

"Il l'a provoqué sur lui-même et a pu ressentir une infime fraction de la douleur qu'il m'a causée." Noah se leva et troqua sa tunique rouge contre un pardessus noir. « Je vous ai prévenus à plusieurs reprises que me contrarier ne mènerait qu'à vos souffrances, mais dans votre arrogance et votre stupidité, vous avez tous deux fait fi de toute prudence et vous vous croyiez assez puissants pour être mes rivaux. Votre richesse, votre magie, votre lignée, vous pensez qu'elles font de vous les maîtres de l'univers, mais vous ne serez jamais rien d'autre que des bateaux en papier flottant sur la mer, et maintenant je dois agir comme l'ouragan pour vous apprendre à quel point vous êtes vraiment faibles. sont."

Seraph poussa un rugissement de fureur et se dirigea vers Noah comme une comète radieuse, balançant son marteau avec la pleine intention de tuer. Noah a paré le premier coup et celui qui a suivi, ainsi que le troisième. Des coups de marteau ont commencé à pleuvoir sur Noah, chacun esquivé ou redirigé, mais non sans quelques échappés. Séraphin se battait avec plus de fureur qu'il n'en avait montré dans aucun de ses duels, ses capacités physiques semblant augmenter à chaque seconde qui passait.

Il était inhumainement rapide, comme s’il vivait un écoulement du temps différent, et il arrêtait chaque tentative de Noah de créer de la distance. Lorsqu'il était frappé avec son marteau, la terre s'ouvrait en cratères, comme si elle était frappée par des obus de mortier, tandis que tous les bâtiments s'effondraient comme des lignes de dominos. Sa vitesse et sa force dépassaient celles de Noah, et ses compétences et sa technique étaient impressionnantes. Bien qu’arrogant, il n’était certainement pas fainéant.

Noah a tenu bon et a pris son temps pour analyser les schémas de Seraph. Le blocage était impossible, et l'esquive devenait de plus en plus difficile à mesure que Seraph s'énervait. Pourtant, Noah avait observé ses combats avec Gideon et les autres cadets et avait élaboré quelques stratégies.

Noah sortit une carte de sa manche. "Bombe à brume."

Un barrage de sphères illusoires fut lancé vers Seraph, toutes explosant avant de l'atteindre et le plongeant dans un épais nuage de brouillard. Bien qu’entouré, tout brouillard qui s’approchait à moins de six pieds était brûlé par son linceul de mana. Caché par la magie, Noah l'a attaqué par derrière, et dès qu'il a franchi cette distance de six pieds, son invisibilité a été réduite de moitié et sa présence a été révélée. Il réussit à frapper Séraphin à l'arrière de l'épaule, mais évita de peu la contre-attaque.

« Comme je le pensais, je ne peux pas compter sur mes illusions dans ce combat. »

La blessure sur l’épaule de Séraph était superficielle et guérissait d’elle-même en quelques secondes, mais la douleur et le sang brisaient son rythme. Noah a profité de cet écart momentané et a réalisé trois autres coupes sous des angles différents, chacune suscitant un cri atroce. La douleur s'accompagna de fureur, et Séraph poussa un hurlement de rage. "Explosion d'âme!" Une explosion d'énergie sacrée s'est déclenchée dans toutes les directions, effaçant le brouillard et frappant Noé comme une éclaboussure d'eau bouillante. Maintenant capable de le voir, Séraphin pointa sa paume vers Noé. « Radiance brûlante ! » Un puissant faisceau d'énergie sacrée fut libéré, frappant Noah avant qu'il ne puisse esquiver, et le forçant à le prendre sur l'épaule pendant qu'il protégeait sa tête. « Brûle, fils de pute ! Brûler!"

Il fut réduit au silence par un coup de coude au visage, un coup qui arriva plus vite qu'il ne l'aurait cru possible et suffisamment fort pour l'envoyer voler. C'était un coup auquel peu de gens pouvaient survivre, et ce fut une lutte pour Seraph pour se remettre sur pied.

"Qu'est-ce que... qu'as-tu fait ?" » demanda-t-il en essayant de se calmer.

"C'est simple, je suis venu préparé", a déclaré Noah, son manteau désormais brillant. “What I’m wearing is more than a fashion statement; it’s an anti-paladin weapon. This special fabric absorbs holy energy and uses it to bestow a full-body monk enhancement, so the harder you hit me, the harder I can hit you. I couldn’t have made it without help from your brother’s ex-fiancée.”

“That’s a cowardly trick!”

“I warned you that there would be no rules in this fight, and once again, you display your incompetence and inability to listen. I was smart enough to prepare for this battle, and you weren’t. It’s as simple as that. This has nothing to do with pride or honor; this is about revenge.”

Noah zoomed forward and went on the attack. All of his physical abilities had been boosted, allowing him to slip past Seraph’s guard and slash his chest. Seraph roared in pain and tried to counter, but Noah was already on the opposite side from his hammer. The slashes kept coming from all directions, and though Seraph managed to block a few, blood was pouring freely. They were all shallow and avoided vital areas, as Noah didn’t want Seraph dying off too quickly. When he finally dropped to one knee, Noah backed off.

“Normally, I have rules against revenge. Every time I hurt or kill someone, it is to prevent them from wronging me in the future, never for wronging me in the past. I swat flies, not rip off your wings and legs for bothering me. I live this way because I don’t want to take joy in harming people, even in retribution. I don’t want to be that person. Sadism is a bad habit that I’ve worked hard to break, and then you four came along and broke my streak.”

“The four of us? You’re responsible for what happened to Henryk and Mark!”

“That’s right, you’re all guilty for the Knight’s Sheath fire. Do you know what’s happening to your brother and friends right now? Henryk’s brain is shrinking in his skull from lack of stimuli while his body wastes away. Mark is getting his ass turned inside-out atop a vomit-soaked mattress. Galvin is succumbing to dementia and screaming into everlasting darkness. Et toi? You’re going to die in a fucking gutter in the fucking slums, and you’ll only be remembered as trash. After what you did to me, the ecstasy I feel in making you suffer, the intensity of my pleasure, is nothing short of perverse.”

The way Noah spoke made every word cut into Seraph like blades of ice. He remembered experiencing this bloodlust before, after his duel with Alexis. His aura began to fade as fear crept into his mind like poison, only to be expunged by rage.

“You’re a goddamn fool, a heretic! So what if they burned down your whorehouse? You think you can hurt my brother and friends, and I’ll let you live?! I am Light’s Emissary, and for you to harm my allies in vanity is an act of sacrilege!” His aura skyrocketed in intensity while all his wounds closed. The prince got back to his feet, now looking like he was burning in a great bonfire, with his body just a faint silhouette. “This is no longer personal revenge; this is now divine punishment! You have made yourself an enemy of God’s messenger, so with God’s might, I will strike you down!”

“Perfect,” said Noah, reforming his stance. “I don’t want you to die while holding anything back. I want you to lament in your final moments that even your best just wasn’t good enough.”

----------

Befitting the holiday, a parade of knights roamed the city. Knights on foot or horseback walked the roads in between various floats while waving to festival-goers. Among them was the newest batch of bronze-rank knights, receiving a wish of good luck from the people. After an exhausting year in the academy, any kind of positive reinforcement and approval was welcome. Most smiled and waved, but others, like Alexis, were bothered by it all. ‘I haven’t earned this yet,’ they told themselves.

Noah’s absence wasn’t helping her feel any better. Had he already left the city and set off with Valia Zodiac? It pained her, the thought that she had lost her chance to say goodbye. It was when she noticed Seraph’s absence that despair turned into dread. Tarnas, watching the parade from atop his horse, came to the same unspoken conclusion.

----------

Again and again, Noah and Seraph’s weapons collided with an audible shockwave. Their storms of attacks were endless, and they never stayed in one place for more than a second, the two of them zooming around like gas molecules. Wherever they fought, there was utter destruction, with lines of derelict structures being smashed to dust in the crossfire. Seraph had now become a living sun, and all of his physical abilities had been further enhanced, but with Noah’s coat acting as a solar panel, he too wielded superhuman speed and strength.

The problem was that his coat only absorbed half of the energy Seraph was releasing. Though he dodged, blocked, and countered all of Seraph’s hammer swings, Noah was still getting irradiated with holy energy, and the pain was immense. He tasted blood, and it was getting hard to see. Still, he had not come this far to be stopped by something so small as pain. He and Seraph exchanged blows once more, and finally, Seraph’s hammer was destroyed. Noah had been aiming for the handle, and though it had the durability of a true knight’s weapon, his repeated strikes finally broke it.

With Seraph now unarmed, Noah closed in and began hacking away at the prince. Seraph’s skill and reaction speed were superb, and he managed to avoid most of the attacks as well as block with the shaft of his hammer, but every time Noah’s sword ripped through his flesh, the pain broke his focus. Blood splattered the surrounding surfaces and flew off Noah’s sword, and though every wound healed instantly, they’d be immediately replaced by two more.

In a move that would have been suicidal if performed by anyone else, Seraph went on the offensive and closed in. As Noah slashed him across the left shoulder with his sword, Seraph’s right fist pulverized three of his ribs. He didn’t let up, pursuing Noah and betting everything on his healing ability. He’d hurl punches and kicks while Noah would attack with his sword, aiming for simultaneous injury. Noah had protected himself with some plate armor under his clothes, but even a grazing blow was like a beanbag round from a shotgun. Seraph’s attacks were rapid-fire, and he could cross any distance, so simply dodging wasn’t an option.

Despite the dire situation, Noah wasn’t giving up. He was too driven by fury and bloodlust to feel any kind of hopelessness. Besides, Seraph was a sun now beginning to set. The roaring torrent of mana he had been burning with was weakening. As powerful as he was, not even he could maintain such a state for long, and every injury robbed him of strength. It was time to break him.

Seraph lunged forward for another strike, and Noah switched the grip of his sword, freeing up his hand. Before Seraph’s incoming punch could land, he was struck in the face with a round object. It was a glass orb, shattering upon impact and releasing its liquid payload. Seraph howled in agony and gripped his face as his flesh melted, one of his eyes almost dissolving.

“What the fuck is this?!” he screamed, now with his fingers disintegrating.

“That’s called acid, basically what slimes are made of,” Noah said as he conjured a healing potion from his ring and drank it in one gulp. “Brawn, meet Brains.”

Seraph’s healing ability was working to repair the damage, but the acid had to run its course before it would stop. Two more orbs struck Seraph, splashing his shoulder and leg with acid. He continued to scream, unable to do anything to stop the pain. Noah was without mercy, stepping forward and cutting through Seraph’s cheek with his blade. He staggered back, struggling to stand, and Noah calmly pursued him while slashing again and again. He avoided all the vital arteries so the prince wouldn’t bleed out, but he cut deep into the muscle and shredded his flesh, with each healing wound further weakening his aura.

Seraph eventually collapsed, stuck on his back like a flipped tortoise, with Noah standing over him and continuing to stab and slash until the holy flames were finally extinguished. The prince lay, bloody and struggling for breath. His wounds were still closing, but at a snail’s pace.

“So, do you admit defeat?” Noah asked.

“Eat shit and die,” Seraph cursed.

“Good, good, I don’t want your pride breaking just yet.”

“Noah, that’s enough!” Noah turned, spotting Alexis nearby. “You’ve beaten him; it’s time to stop.”

“How did you know I’d be here?”

“I had a feeling, and once I entered the slums, his screaming led me right to you both. Look, you know I despise Seraph, but I can’t stand by and watch his happen.”

“Well, unfortunately, that’s exactly what you’re going to do.”

“Not if I have anything to say about it,” said Tarnas, appearing from the opposite direction. He was wrapped in the same holy aura that Seraph used. “Drop the sword, or I’ll end you where you stand, boy.”

“Excuse me, but I’m a fuckmothering knight. I killed a LOT of people to earn this title, and I deserve to be called such.”

“Final warning,” Tarnas growled.

“Damn, I didn’t want to do this,” Noah muttered.

His sword disappeared into his ring and was replaced by a round disk object, much like his soundproofing device. He turned the two halves and dropped it on the ground. A red magic circle appeared, expanding to fifty feet in diameter and stopping at Alexis’s and Tarnas’s feet. A wall of scarlet flame emerged from the edge of the circle, and with it, a force field of red energy. Tarnas touched the barrier with his sword, and not only was it solid, it reacted, and instantly, his weapon and arm were burning as if they had been doused in gasoline. He stepped back, ripping the armor off his arm while using his energy to extinguish the flames. He narrowly avoided being burned.

“Bastard!” he hissed.

“This device can only be activated in the presence of two people,” said Noah. “Not only can the barrier resist physical impacts, but anything that touches it is incinerated.”

“You think I can’t break through something of this level?!”

“Oh, I know you can, which is why I wrote a trap into the formula. This barrier will operate for hours before the device disintegrates, and should the device or field be broken prematurely, all the remaining energy will turn into an explosion, killing everyone inside and outside. The only way to deactivate the spell is for the number of people inside to drop from two to one, meaning one of us has to die, and I’m sure you can guess who it will be.”

“Noah, don’t do this!” Alexis shouted.

“Oh, don’t worry, I’ll give him a fighting chance.” In Noah’s hand, a healing potion materialized, and he poured it onto Seraph’s face. “After all, his suffering has only just begun.” He stepped back while Seraph’s wounds healed. Some of his stamina was also restored, but not his mana. “On your feet, Princess. I’m not done with you yet.”

Seraph stood up, unsteady but regaining his clarity. “You should have killed me when you had the chance! That’ll be the last mistake of your life!”

“You can win this, Seraph! Beat him!” Tarnas shouted.

Noah removed his coat and conjured a pair of brass knuckles to protect his hands. “I’m waiting.”

Seraph released a roar of fury and charged towards Noah with a thrown punch, but now, he had lost his superhuman speed and strength. Noah caught his fist easily and struck his elbow, snapping the joint, and delivered a blow to Seraph’s chin. He was disoriented, leaving him open to two punches to the ribs. Noah then stepped back and let Seraph regain his clarity. With a grunt of pain, he reset his arm. His regeneration was still active, but slowed.

Seraph attacked again, hurling punches from his good arm and lashing out with kicks, trying to keep Noah on the defensive, but Noah countered with blows of his own, aiming not for Seraph’s face, but his limbs. Against the hardness of the brass knuckles, and with the repeated impacts, the bones in Seraph’s arms and legs began to fracture, and he was forced to stop. This time, Noah gave him no rest and beat him savagely, with each punch coming faster than Seraph could blink. Face, gut, ribs, he attacked them all, and Seraph could do nothing but try to guard. Any time he lost balance, Noah would grab him by his collar and pull him back, refusing to let him fall. Inevitably, Seraph blacked out and finally collapsed.

As Noah caught his breath, he conjured a potion and once more poured it on Seraph’s face to heal his wounds. He groaned in pain as he regained consciousness, and when he opened his eyes, he looked at Noah in fear.

“Stop, wait…”

“Look at yourself. You’ve based your entire existence on your power, looking down on everyone you considered weak, and now it has failed you. What do you have, Seraph? Rien. You’re just a fragile sack of meat, a worthless piece of human garbage, and today you are going to die. Now get back up.”

Seraph slowly got to his feet and put up his guard, but fear and despair were starting to sink in. He charged and tried to throw a punch, only to be dodged and countered with a solid uppercut. He staggered back, and Noah once more bombarded him with a storm of blows. Blood was now spraying with each punch, but Noah was careful to avoid robbing him of consciousness. Tarnas and Alexis could do nothing but watch, and as the beating continued, more and more knights were starting to show up. Seraph finally fell on his back, his face an unrecognizable mess of blood and tears.

“Can you picture it, Seraph? Your own death? No, you can’t. You can’t comprehend the complete and total loss of everything. Every sensation you can enjoy, every thought and feeling that makes you who you are, the hope of fulfilling your dreams and achieving significance in the eyes of history, I’m going to rob you of all of them. All your memories, everything you’ve experienced, they’ll have amounted to nothing. Think back to everything you’ve suffered, everything you’ve worked hard for; it’s all utterly meaningless now.”

Noah conjured another potion and once more emptied it to restore Seraph’s health.

“Please…”

“And when you die, no one will weep for you. No one will throw themselves atop your coffin and howl in grief. Your power, the only thing of any value to society, that will be missed, but you? Everyone will be happy, happy that you’re finally gone, happy that they’re rid of you. You’ve never been anything but a nuisance, and that’s how you’ll be remembered, at least until you’re finally forgotten.”

Seraph slowly stood up, and this time, Noah didn’t bother waiting for him to attack. He simply resumed the savage beating. Outside, all the knights that had gathered were shouting and cursing, ordering Noah to stop and spare the prince, but not even Alexis’s voice could stop him now. He only paused when Seraph once more collapsed.

“Why… why are you doing this?” Seraph wheezed with blood pouring from his mouth.

“Because you stole my hope. You prolonged my curse. You messed with something beyond your comprehension, and now you are suffering the consequences. I am no mere mortal, not like you. I am a spirit, transcending death and wandering across time and space. I was conquering and building nations when Enochians still walked these lands, and you made me your enemy.”

Noah revealed another healing potion, and Seraph tried to crawl away. “No! No more!”

Noah stomped on him to make him stop.

“Shut your mouth, you pathetic little wretch. You called yourself Light’s Emissary before, the messenger of God, but you’re nothing more than a sniveling piece of shit. Is this it? Is this the best that Lumendori can send? Where is your power, Seraph? Where is your protection?” He then grabbed Seraph by the back of the collar and pants, and to everyone’s shock, he hoisted him up, holding the prince high above his head. “Tell me, where’s your God now?!” He then slammed Seraph down onto his knee, shattering his spine and drawing a fresh howl of pain. Many of the knights watching turned away, a few even throwing up.

“Damn it! Stop this right now!” Tarnas roared.

“Noah, please! No more!” Alexis screamed.

Noah looked down at Seraph, only conscious because the pain was too intense for him to close his eyes. “Do you consider me cruel? Do you consider me evil? By your standards, I probably fit that definition, but I do not measure cruelty and evil as you do. When your planet is a scorched hellscape, never again able to support life, and you are surrounded by the corpses of everyone you hold dear, each one tortured and violated in the most sickening and profane ways imaginable, you will struggle to breathe, choking on the ashes of everything that gave your life meaning, and you will beg me for death. I will deny it to you, so that you may understand what it means when I decide to be cruel. Compared to that, this is just a slap on the wrist.”

Noah then flipped Seraph onto his back and force-fed him a healing potion. As it took effect, Noah resumed beating him, punch after punch disfiguring flesh and bone. He didn’t just aim for the face; he attacked Seraph anywhere that would hurt, from smashing his balls to breaking his fingers.

“Please… just kill me…” he pleaded, barely able to talk.

“What’s that? I couldn’t hear you.”

“Please, just let me die!” he sobbed, loud enough for everyone.

“I’ve been waiting for you to say those words. But I wonder, do you mean them? If you truly want to die, you’re going to have to prove it.” Noah stood up and walked to the other side of the magic circle. Instead of a healing potion, a black fruit appeared in his hand. “Do you know what this is? It’s called an osfry plum, very poisonous.” He then set it on the ground. “If you can crawl over here in ten seconds and eat this fruit, an agonizing death awaits you, but with the end of your life, so too will come the end of your suffering. But if you can’t reach it in time, well, I’ll just have to give you more incentive. Move fast.”

Noah began counting down, and Seraph stared at the fruit, his mind lost in a torrent of pain, despair, and terror. Likewise, all of the knights were staring, each of them with a lump in their throat they couldn’t swallow. Seraph ended up wasting all his time trying to decide what to do, and after ten seconds, Noah proceeded to give him another savage beating, splattering the ground with even more blood and showing no mercy, even with Seraph no longer trying to fight back. The bloodcurdling screams did not slow his fists at all. After he was done, he gave Seraph another healing potion, but they were having less and less of an effect.

“Ok, let’s try this again. You have ten seconds.”

Again, Noah began counting down, and this time, Seraph moved. His spine had yet to heal, and with his fingers broken, he couldn’t even crawl properly. He could only drag his limp legs while sobbing and howling in pain. Every inch felt like an agonizing mile, and once again, he failed to make it in time. Noah resumed the torture, this time smashing him all over his body with a brick. The knights were crying and vomiting, many of them now suffering from burns after trying to break through the barrier. After yet another potion, Seraph used all of his strength to get across the ground, finally reaching the plum, though he had to hold it with both hands.

“You understand now, don’t you? The arrogance you’ve carried all your life, your belief in your supremacy and your control over the world around you, it’s all in that little plum. Tell me, does it feel heavy in your hands? I imagine it feels like a lead weight. Go ahead, eat it. Kill yourself. You’re too weak and helpless to do anything else. It’s the only way this ends.”

“Prince Seraph, don’t do it!” the knights all pleaded, including Tarnas and Alexis.

With tears streaming down his face, Seraph bit into the plum like he was starving, forcing down the bitter flesh while the juice caused his mouth to foam. He began to cough and wheeze, clawing at his throat while spasming. After several seconds, he went still, and his eyes closed. Everyone was silent, unable to believe what they had just seen.

“Noah, what have you done?” Alexis gasped.

“He killed the prince! Prince Seraph is dead!” another knight exclaimed.

“No.” The voice of Tarnas drew everyone’s attention. “The barrier is still up.”

“That’s right,” said Noah, “he’ll wake up in a few hours. Osfry plums are poisonous, but they only knock you out, as well as cause horrible diarrhea. Your prince will live.”

“Even if he lives, you will die,” said Tarnas. “What you have done is inexcusable. I will see to it that you burn at the stake for this!”

“You should be thanking me.” Noah walked over and stood before Tarnas, the two of them separated by the barrier. “I’ve broken him down to nothing, erased the person who he once was. Now you have the chance to build something better in its place. It’s possible that his power can still be used to help others, if he is properly guided.”

The look of fury on Tarnas’s face eased slightly. “Is that your idea of mercy? Of helping?”

“No, because his final pain still awaits him. Do you know what it’s like to wake up after committing suicide? Take it from me, there are few experiences like it, and I don’t mean that in a good way. He killed himself, and now he has to live with himself. That will be his everlasting penance.”

“While yours has yet to even begin. Open this barrier and come quietly.”

“Sorry, but I have plans.” Noah walked over to his barrier device and conjured his sword. “I tell you this once, Adwith Tarnas, and all the other knights here: don’t come after me. You have just witnessed what happens to those who make the foolish decision of antagonizing me, and I implore you to learn from the prince’s mistake. I can either be your enemy or ally. The choice is yours.”

He thrust his sword into the device, breaking it and disrupting the spell. Instantly, the wall of flames surged up into a twisting maelstrom, a great fire tornado that rose into the sky. All the knights covered their eyes and jumped back to shield themselves, and then, as quickly as it came, it went out. In the center was Seraph, unsinged, with no sign of Noah.

Alexis, at a loss, fell to her knees. She felt an invisible hand clasp her shoulder. “Until we meet again,” a voice whispered in her ear before vanishing. She sat there, unable to move or think, while the knights scrambled to track Noah down and tend to Seraph.

----------

Valia stood at the city’s edge, where homes and buildings gave way to farmland. She was waiting beside two horses, each carrying supplies and gear for a journey. She was wearing a cloak to conceal her identity, needed less and less as the sun approached the horizon. “Finally, I was worried they had caught you,” she said as Noah arrived. “You look a little worse for wear.”

“Seraph put up a pretty decent fight, but I have my revenge.”

“Please tell me you didn’t kill him.”

“He’ll live. Anyway, he doesn’t matter. Now we can finally move on.”

“It’s about time.” She handed him a cloak like hers and climbed up onto her horse. She paused and looked back at the city and the castle. In all likelihood, she would never be able to return, but without her brother, it was no longer home. “We’ll track Valon down, no matter what it takes,” she said, both to herself and to Noah.

Noah adorned the cloak and took his own mount. “To the ends of the earth.”

They each gave their horse a kick and took off, riding west towards the setting sun.

Merci d'avoir lu! Book 4 will be up same time next year! Please comment! Qu'est ce que tu aimais? What were your favorite scenes? Tell me your thoughts! You can also follow me on patreon at patreon.c om/sageoftheforlornpath and twit ter @sageforlornpath! You can also buy the books on amazon at ht tps://ww w.ama zon.c om/dp/B09B5CTSZ8?binding=paperback&refbs_dp_rwt_sb_pc_tpbk

Articles similaires

Un anniversaire d'inceste chapitre 15

Remarque : j'ai étudié comme un diable pour ce chapitre en essayant d'entrer dans l'esprit féminin, alors faites-moi savoir comment j'ai fait. C'est le plus long de tous les temps à 35 pages, les femmes montrent plus leurs sentiments que les hommes donc j'ai dû écrire en conséquence. L'histoire est du point de vue de Rita, de cette façon vous pouvez voir toutes ses émotions et tout, et il y a une section où la vue est de la mère, afin que vous puissiez voir comment fonctionne son esprit rusé. J'ai mis du temps à écrire ça, mais c'est parce que...

1.6K Des vues

Likes 0

Colocataires

L'université est compliquée quelles que soient les circonstances, mais pour Nick Kotsopoulos, c'était d'autant plus difficile. Laissant sa famille et tout ce qu'elle avait jamais connu, elle a voyagé à l'autre bout du monde pour avoir la chance d'élargir ses horizons en obtenant son doctorat en anglais de l'Université de Yale. La décision a été difficile à prendre, mais sa famille savait aussi bien qu'elle que pour qu'elle obtienne la meilleure éducation possible et ouvre de nombreuses portes en cours de route, elle devait quitter son pays d'origine et chercher des conseils à l'étranger. Jeune et brillant, Nick a été immédiatement...

1.4K Des vues

Likes 0

La Barre 3

Cet endroit te rendait fou. Ta tête tournait. Êtes-vous ok? Mon Dieu cette voix. L'une des principales raisons pour lesquelles votre tête tournait. Cette femme. Le barman. Vous regardez profondément dans ses yeux. Perdu dans un esprit de pensées sales. Son regard ne quittait jamais le vôtre et pendant les courtes secondes avant que vous ne parliez, cela vous a semblé des heures. Je vais bien, as-tu dit sévèrement. Elle s'est approchée de vous. Vous pouvez vous arrêter à tout moment, a déclaré Mila. Ses lèvres douces à quelques centimètres des vôtres. Pourquoi faisait-elle ça ? Elle devait savoir qu'elle te...

886 Des vues

Likes 0

Ma femme salope, partie 2

Quand j’ai découvert que la sœur de ma femme, Leesa, et son petit ami Jackson venaient dîner, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. J'en étais venu à apprendre qu'étant mariée à ma femme salope, Mandy signifiait que tout ce que vous pouviez faire, c'était vous attendre à l'inattendu ! Leesa a quelques années de plus que Mandy et vous pouvez voir l'air de famille. Mais alors que ma femme Mandy a une silhouette de mannequin, Leesa est un peu plus lourde et a des seins beaucoup plus gros. Son petit ami Jackson était un gars sympa. Mais c'était un...

658 Des vues

Likes 0

Copain et fille

Je suis un homme marié mais j'ai un côté coquin que ma femme connaît en partie, mais pas tout, j'ai beaucoup à partager mais tout n'est peut-être pas dans l'ordre chronologique. C'est la première expérience que j'ai partagée avec mon meilleur ami Wayne, Wayne et moi nous connaissons depuis un moment, en fait, nous baisions tous les deux la même femme avant de nous marier, mais pas en même temps. en fait Wayne a épousé ma cousine Cindy et ils ont une petite fille, Lil deb (Debbie), c'est une petite fille très mignonne et douce (je suppose que j'ai toujours eu...

1.5K Des vues

Likes 0

Énormes seins mexicains

Fbailey histoire numéro 392 Énormes seins mexicains Camille était sans aucun doute la plus grande fille de ma classe. À quinze ans, elle mesurait une tête de plus que la plupart des garçons et ses seins étaient probablement plus gros que dix filles réunies. J'admirais Camille depuis le début de l'école quand elle a été transférée. Elle parlait bien l'anglais et encore mieux l'espagnol. C'était une grande fille mais elle était aussi jolie. Elle avait un gros ventre, un gros cul et des seins encore plus gros. Elle me rappelait une version plus jeune et plus jolie de ma propre mère...

1.3K Des vues

Likes 0

House Girl X - Mongolie

À 9 h, heure locale, Rick Cheney et moi étions en vol, volant vers le nord de Negombo, au Sri Lanka, à Ordos, en Mongolie intérieure, en Chine. Notre avion était plus lourd de deux passagers, une brune anglaise d'albâtre avec un passé abîmé et une jeune fille irlandaise fougueuse avec des cheveux roux flamboyants et une passion qui va avec. Après avoir atteint l'altitude, mon avion prototype avait adapté son aérodynamisme à sa configuration ultra-élégante pour la vitesse. Un itinéraire direct vers notre destination ne prendrait que quelques heures de vol, mais nous ne pouvions pas risquer d'être détectés en...

1.2K Des vues

Likes 0

Petite Amanda, partie 3b

Après la course de ski nue, Amanda est retournée à l'école. Elle n'est pas tombée malade et au départ, personne n'a mentionné sa course de ski nue - cela signifiait que personne n'avait lu cet article. Mais soudain, la semaine suivante, le professeur de classe a appelé Amanda pour parler. „Oh, Amanda, qu'est-ce que tu as fait !? Cela pourrait devenir un gros scandale », a-t-elle déclaré. Amanda, bien sûr, a compris de quoi il s'agissait. Le Maître a poursuivi : « Je veux vous dire tout de suite que vous ne serez ni puni ni condamné. Néanmoins, je voudrais directement...

907 Des vues

Likes 0

Meilleurs Amis Femme Enceinte Pt 2

C'est pour toi, a-t-elle dit en tenant le vibromasseur bleu. Elle le porta à ses lèvres et le glissa la plupart du temps à l'intérieur, ne quittant jamais les yeux des miens. Mais pas encore. Nicki posa le vibromasseur sur l'évier et abaissa sa chatte dégoulinant de pisse sur mon visage. J'ai enroulé mes mains autour de son gros cul magnifique et je l'ai tirée vers moi alors que je commençais à la manger. D'une manière ou d'une autre, elle avait encore meilleur goût maintenant qu'avant. Ma langue a trouvé le bon endroit et elle a eu un orgasme. Mon visage...

845 Des vues

Likes 0

Douze jours comme esclave 2 sur 13

Vicki, une jeune femme qui travaille dans un grand magasin, trouve un moyen de contourner les étiquettes de retour électroniques sur les robes coûteuses vendues par le magasin où elle travaille. Cela lui permet d'acheter des robes le vendredi, de les porter lors d'événements le week-end et de les rendre le lundi. Lorsqu'une robe très chère qu'elle porte est abîmée lors d'une fête, tout s'effondre. La robe lui sera facturée et ne pourra en aucun cas se permettre de la payer. Un jeune homme qu'elle a rencontré récemment lui propose un programme qui lui permettra de supprimer les prélèvements de son...

758 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.