Salut ch. 26 leçons douloureuses

1KReport
Salut ch. 26 leçons douloureuses

Le vrai chapitre 26.

Mlle Hilda Ashton était assise à son bureau et examinait les rapports du nouveau venu, le
le plus récent étant celui d'Emily Ashby. Elle se souvint d'Emily du
leçon particulière qu'elle lui a donnée lors de son entretien, un avertissement si
rien d'autre, mais néanmoins une occasion de profiter de ses beaux charmes.

D'après le rapport d'Emily, Mlle Ashton a pu voir qu'elle s'était installée
bien et devenait une élève habile et studieuse, mais secrètement elle espérait
que l'enfant se rebellerait. Plusieurs chambres insonorisées avaient été construites
le sous-sol pour corriger les élèves rebelles.

Pendant que Miss Ashton travaillait, Sir Brian Melbourne, l'un des plus
les habitués étaient assis sur le canapé et lisaient le Financial Times. Il était
modestement riche mais sans les liens sociaux qui feraient
visites clandestines difficiles.

"Voudriez-vous encore du café Sir Brian," demanda Miss Ashton.

Levant les yeux de son papier, il sourit : "Non merci, j'ai tout ce que j'ai
besoin jusqu'au début de la leçon », lui dit-il.

Jetant un coup d'œil à l'horloge, elle hocha la tête : "S'il te plaît, va te faire
à l'aise dans la salle de visionnage", a-t-elle dit en réaccordant son sourire.

"Voulez-vous de l'aide?" demanda-t-elle poliment.

"Oui, ce serait le bienvenu," répondit-il.

Sonnant la cloche sur son bureau alors qu'il quittait le bureau, Mlle Ashton
revint à sa paperasse, jusqu'à ce qu'un léger coup interrompe son train de
pensée.

Une jeune fille passa la tête par la porte, un sourire aux lèvres et Miss
Ashton lui a dit d'entrer. Rebecca Allcot, à peine seize ans, était l'une des Miss
Les élèves préférés d'Ashton.

« Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous mademoiselle ? demanda-t-elle avec espoir avec un
sourire taquin sur son visage.

"Vous êtes une terreur, et je suis désolé pour le monde entier quand nous avons
pour vous libérer", a déclaré Mlle Ashton.

"Mais Mademoiselle, je n'ai pas encore l'intention de partir", lui dit la fille en s'agenouillant devant elle.
les pieds et l'attente de la maîtresse, un regard d'empressement timide commençant à se montrer
dans ses jolis traits.

"Alors vous devrez devenir plus dominante", lui a dit Mlle Ashton,
cédant aux yeux penauds et soulevant sa longue robe.

"Je le ferai", a promis Rebecca, son souffle s'accélérant alors que sa maîtresse
découvert ses cuisses fines. Elle a laissé ses yeux voyager le long d'elle
cuisses fines de la maîtresse, jusqu'à l'endroit où son entrejambe était nu.

"Maintenant, sois rapide fille ! Sir Brian attend de l'aide", Miss Ashton
murmura, écartant les cuisses et réalisant qu'elle était mouillée et avide de
la fille pour la servir.

Rebecca gémit profondément dans sa gorge et embrassa la peau douce et chaude d'elle
l'intérieur des cuisses de la maîtresse. Son nez s'évasa de l'odeur familière de
excitation pendant que sa maîtresse se penchait en arrière et se détendait, un soupir venant de
elle pendant qu'elle le léchait, s'émerveillant de voir à quel point c'était doux et savoureux.

Mlle Ashton écarta davantage ses cuisses, poussant ses fesses vers le
bord du siège et sentir l'air frais déferler sur sa vulve.
Alors la bouche de Rebecca était là, pressant délicieusement sur elle,
sonder et aspirer.

Rebecca s'arrêta un instant, pour inhaler le parfum. Elle aimait le
arôme, car il avait tellement plus de corps et de maturité que les filles qu'elle avait souvent
partageait son lit avec, et la chatte elle-même, elle pourrait regarder pour toujours si
elle était autorisée.

Glabre comme ses pupilles, mais distinctement adulte avec des lèvres internes rose foncé
faisant saillie à l'extérieur, prêts à se déployer tels qu'ils étaient maintenant, comme un rare
orchidée prête à tenter les oiseaux pollinisateurs dans sa bouche.

Regardant le visage de sa maîtresse, elle étendit sa langue et la passa
vers le haut de son anus, jusqu'à la capuche épaisse et au-delà où elle pourrait
lécher son pubis lisse alors qu'elle haletait pour respirer.

Rebecca la caressa à nouveau avec sa langue, chaque diapositive s'enfonçant plus profondément dans
la chatte de sa maîtresse, la pressant de plus en plus loin jusqu'à ce qu'elle soit bouche bée
avec plaisir, un jus épais et agréable coulant lentement de la pulsation
bouche. Elle a poignardé sa langue et a tiré le jus d'elle, savourant
et souriant pendant que sa maîtresse sanglotait et se penchait pour aller plus loin
s'ouvrir.

Appuyant sur sa bouche et battant sa langue, poignardant et flottant,
sucer et lécher, en gardant ses mains éloignées pendant qu'elle tournait la tête
légèrement pour permettre à son nez de frotter sur le clitoris de sa maîtresse.

Le plaisir a forcé Miss Ashton à soulever son entrejambe et à le maintenir suspendu dans
l'air tandis que Rebecca continuait à la lécher. La tête rejetée en arrière pendant un long moment
halètement, elle tira sur ses lèvres, tremblant alors que la douleur rejoignait le plaisir
en l'excitant.

« Oui ! Maintenant, maintenant, maintenant ! elle a supplié.

Rebecca regarda sciemment le corps de sa maîtresse alors qu'elle l'appliquait
bouche ouverte à la chatte au goût sucré devant elle. Encore une fois elle
a poignardé sa langue vers l'intérieur, laissant joyeusement sa langue appuyer sur le
clitoris bulbeux.

"Oh mon Dieu!" Miss Ashton haleta, ses yeux s'agrandissant en jouissant.

Ses mains allèrent à la jeune fille à genoux, tenant sa tête contre elle alors que
son bassin montait et descendait au rythme de son apogée.

Saisissant et tirant la bouche de l'enfant qui travaillait avec impatience, elle l'abaissa
là où elle en avait besoin, où il a continué à créer de nouvelles poussées de
plaisir jusqu'à ce que, rassasiée, elle la repousse et soupire.

"Maintenant, allez chercher de l'aide pour Sir Brian," souffla-t-elle en
se caressa paresseusement dans un moment d'indulgence.

"Oui Mademoiselle," sourit Rebecca.

Avec la saveur de la chatte de sa Miss Ashton toujours sur ses lèvres, elle a quitté le
bureau. Rebecca connaissait toutes les filles d'Avondale et pourrait facilement
trouver une petite tarte convenable pour aider le patron.

******

Sir Brian ouvrit une porte marquée "Salle de visualisation" et descendit tranquillement
quatre marches raides dans un couloir étroit et faiblement éclairé. Plusieurs chaises avaient
été placé face au long mur, et des trous d'espionnage au niveau des yeux lorsque vous êtes assis
avait été découpé dans la brique.

De l'autre côté de ces trous d'espionnage se trouvait une grande pièce bien éclairée, qui
était entouré de miroirs muraux. Pour la majorité des élèves, les grillades
le long du mur principal étaient de peu d'intérêt car ils luttaient pour faire face
avec leurs cours.

Cependant, quelques-uns les connaissaient pour avoir également aidé les clients sur
l'autre côté, mais ils savaient qu'ils seraient sévèrement punis s'ils
ils ont dit à personne.

Soudain, il y a eu une agitation et plusieurs filles sont entrées dans la pièce
suivi de Miss Marshall qui frappa dans ses mains, et Sir Brian s'assit
en avant dans sa chaise avec une anticipation excitée.

« Now Girl's ! Déshabillez-vous, échauffez-vous et étirez-vous », a-t-elle crié en désignant le
longue poutre en bois qui avait été placée parallèlement et à proximité de la principale
mur.

Quinze filles, âgées de neuf à quatorze ans, se sont précipitées pour faire ce qu'elles étaient
dit, se tenant à la longue poutre d'une main pendant qu'ils se penchaient, s'accroupissaient,
étiré et tordu.

Soudain, la porte de la salle de visionnage s'ouvrit et une jolie petite fille
se tenait là, petite mais élancée, ses cheveux bruns attachés en arrière en un
manière.

Sir Brian ne l'avait jamais rencontrée auparavant, mais il pouvait voir une ressemblance avec son
fille, une similitude dans son visage, sa coloration et son petit corps.

"Venez ici!" souffla-t-il, son attention maintenant attirée entre la petite fille
qui s'est approché docilement de lui, et la fille nue est juste à quelques mètres
de l'autre côté du judas.

"Très bien, maintenant étirez-vous vraiment", a appelé le professeur.

La petite fille était maintenant à ses côtés, ses yeux grands et ronds comme elle aussi
regardé ce qui se passait par le judas.

« Vite, déshabille-toi ! lui dit sévèrement Sir Brian.

Il gémit tandis que la jeune fille se déshabillait, révélant ses seins épanouis, un
chatte lisse et sans poils et un petit derrière délicieusement rond.

« Comment t'appelles-tu chérie ? » demanda-t-il d'un ton bourru.

« Molly, monsieur » répondit-elle timidement.

« Quel âge as-tu, Molly ? » demanda Sir Brian avec enthousiasme.

« Douze, Monsieur » répondit nerveusement Molly.

L'atteignant, il la traîna brutalement vers lui et caressa sa peau claire.
et des cheveux bruns brillants, imaginant qu'elle était sa propre fille.

"Vraiment s'étirer !" Mlle Marshall a appelé.

"Ici," haleta Sir Brian, se libérant rapidement.

La fille a pris sa grosse bite et l'a caressée, la bouche ouverte comme
elle fit machinalement ce qu'on lui avait appris.

"C'est ma précieuse petite fille, ma princesse," haleta-t-il.

La fille lécha ses lèvres et glissa sa bouche sur sa bite, ses yeux
s'est présenté pour des signes de plaisir alors qu'elle léchait prudemment le fort
saveur de sa chair.

Sir Brian gémit à nouveau et haleta, imaginant que sa fille faisait
la même tâche.

"C'est comme ça Molly," murmura-t-il.

Les lèvres jeunes et timides de Molly glissèrent plus bas et il haleta alors que sa langue glissait
sur la chair tendre de son sexe.

Son attention glisse maintenant entre l'assistance de Molly et la routine
se déroule à travers le trou d'espionnage alors que la fille expose son corps,
s'étirer et se tordre d'une position à l'autre, être éduqué à
n'hésitez pas à jouer nu.

« Par-dessus la chaise ! Par-dessus la chaise », dit-il précipitamment à Molly, ses mains
sa ceinture, l'ouvrant pour laisser tomber sa culotte autour de ses chevilles.

Il n'y avait personne pour voir à quel point il avait l'air stupide, se traînant vers le
enfant nue qui s'était si complaisamment allongée sur la chaise avec ses pieds
et des mains soutenant son corps pour sa prise.

Les filles de la pièce voisine obéissaient, leurs petits con écartés par le
étirement de leurs cuisses.

Son attention a erré de la chatte rose gonflée d'un enfant de neuf ans à la
lèvres plus courbées mais moins prononcées d'une fille de treize ans, puis jusqu'à
La délicieuse petite chatte de Molly.

Il l'écarta lentement puis s'enfonça dans sa chaleur, s'arrêtant d'un pouce
de la sentir s'étirer lentement pendant qu'elle haletait.

"Non, pas de Juliette," lui dit Miss Marshall.

Sir Brian regarda Miss Marshall aider Juliette à s'étirer, sa longue
des doigts sciemment la touchant, la caressant et la caressant intimement.
« Tu n'essayes pas, mon enfant ! il entendit Miss Marshall le lui dire.

Ses mains glissèrent maintenant sur les fesses de Molly, écartant les joues avant qu'il
baissa les yeux pour admirer à quel point sa rosette était douce et virginale. Sa bite
était maintenant à moitié enfoui dans son con où elle l'accueillait lentement.

"Bonne fille. Tu aimes la bite de ton papa, n'est-ce pas?" haleta-t-il. Il a poussé
vers l'intérieur, provoquant un halètement de la jeune fille, puis relâcha un peu juste pour
poussez encore plus fort.

Elle haleta à nouveau, ses petites mains traînant sur le sol pour la garder
stable alors que la bite de l'homme la répandait beaucoup plus loin que n'importe lequel des garçons
avait auparavant.

"Papa," gémit-elle, en utilisant le terme qu'on lui avait dit de toujours utiliser quand
avec des hommes.

"Bien ! C'est la salle de punition alors", a entendu Sir Brian dire à Miss Marshall
une Juliette en larmes.

Sir Brian gémit alors que la petite chatte de Molly se resserrait autour de lui, essayant de
l'expulser, en essayant de le faire sortir.

Il a poussé plus durement dans sa petite chatte serrée et a reculé et
accélérant son rythme jusqu'à ce que son apogée éclate en tendant tous ses
muscles.

******

Mlle Ashton a descendu le grand escalier vers l'arrière de la
bâtiment. Les élèves faisaient poliment la révérence sur son passage, la tête baissée comme ils l'avaient fait.
été enseigné.

Descendu plus d'escaliers dans le sous-sol, elle atteignit la porte ouverte du
salle de punition et entra, souriant à ses deux associés, Miss Marshall
et Rebecca Allcot.

Nue et attendant son destin se trouvait la jolie Juliette de treize ans, qui est
de grands yeux bruns regardaient nerveusement d'un adulte à l'autre tandis que le
le bout d'une petite langue dardait sur des lèvres fines.

"Aucune amélioration alors, je suppose?" demanda Mlle Ashton.

"Aucun du tout," acquiesça Miss Marshall. "C'est bien évidemment dans son esprit,
car il n'y a aucune raison physique pour laquelle elle ne devrait pas pouvoir s'étirer et
assouplissez-vous comme tous ses camarades de classe », a expliqué Miss Marshall.

« A-t-elle été punie ? demanda Miss Ashton en s'approchant de l'enfant et
caressant ses cheveux.

"Oui Mademoiselle, une douzaine avec le martinet." Rebecca lui a dit.

"Est-ce que ça fait mal?" Mlle Ashton a demandé à l'enfant.

Juliette hocha la tête, et sur un signe de tête de Miss Marshall, se retourna et se pencha, sa
les mains glissant autour de ses fesses pour qu'elles puissent admirer la manière habile
dans laquelle le petit fouet avait atterri à plusieurs reprises sur son anus, le faisant
violemment rouge et extrêmement douloureux.

"Et maintenant votre front! Juliet", a demandé Mlle Ashton.

Sans aucune hésitation, Juliette se retourna en écartant les pieds et poussa
elle-même plus bas pour que sa chatte tendre soit exposée.

"Et elle ne coopère toujours pas", s'est émerveillée Miss Ashton, l'admirant.
vulve mince qui avait été fouettée jusqu'à ce qu'elle soit devenue aussi richement rose que
sa chair intérieure. Quelques coups de martinet l'avaient effleurée
cuisses, brûlant la peau.

"Eh bien, je suis d'accord, elle a besoin d'être étirée de force", Miss Ashton
a dit. Mlle Marshall et Rebecca ont ignoré les pleurs de Juliette alors qu'elles s'éloignaient
la chaise de contention du coin et a enlevé les bras.

"Allez Juliette. Sois courageuse", a exhorté Miss Ashton.

Mlle Ashton inspira, se calmant alors que la jolie petite Juliette s'assit
avec appréhension dans le fauteuil. Des sangles ont été placées autour de son corps pour la maintenir
en place, puis ses poignets ont été attachés pour qu'elle ne puisse pas interférer.

Dans l'esprit de Miss Ashton, il n'y avait rien de plus excitant que de regarder un
l'enfant fait son propre chemin pour être puni, sauf peut-être pour le voir venir
à elle ensuite et la remercier, en frottant leurs tendres, meurtris, et souvent
couper la peau et s'agenouiller devant elle en implorant son pardon.

Si Juliette avait l'air hagard avant, elle avait l'air terrifiée maintenant alors qu'ils prenaient
tenir ses jambes et les placer dans des tubes de cuir rigides pour l'empêcher de
les plier, puis a placé ses chevilles dans des harnais qui ont été attachés par
cordes aux poulies au-dessus et derrière sa tête.

Lorsque la corde était tirée, ses jambes étaient relevées et écartées par elle
chevilles et, avec ses jambes incapables de se plier, elle serait étirée de force
à part.

"Continuez," ordonna Miss Ashton.

Miss Marshall et Rebecca ont tiré sur les cordes, regardant les jambes de la fille
monter vers l'extérieur pour s'assurer que leur traction était à l'unisson. Juliette, les yeux écarquillés et
effrayée, haleta en sentant ses jambes redressées se redresser et
vers l'extérieur. Les yeux écarquillés et la bouche ouverte, elle fixait les harnais qui tiraient
à ses chevilles, puis aux adultes qui en sont à l'origine.

"Je t'en prie, tu me fais mal," dit Juliette, se mettant à pleurer, alors qu'elle
les jambes étaient tirées un peu plus loin sur ses côtés.

Mlle Ashton, observant le processus, souriant à la petite fille alors qu'elle
s'avança pour s'agenouiller devant elle, ses mains la caressant lisse et
peau délicate.

"Ne t'inquiète pas, je peux réduire la douleur," dit-elle à la fille qui gémissait.

Caressant son pubis, ses yeux passant de son expression nerveuse à
examinez attentivement sa petite chatte à la recherche de poils pubiens. C'était un
règle à Avondale que tous les poils pubiens doivent être enlevés.

Quelques cheveux blonds, presque cachés contre la peau claire de Juliette, étaient maintenant
commencent à s'assombrir, leurs pointes fines commencent à combler la couture d'elle
chatte jeune et précieuse.

Sortant une pince à épiler de sa poche, Mlle Ashton saisit une seule
cheveux et je les ai arrachés.

Les yeux grands et ronds, Juliette sursauta comme si elle avait été piquée et
fixa sa maîtresse, sa respiration s'accélérant d'anxiété alors que la pince à épiler
planait au-dessus de sa chatte dans l'attente d'en trouver une autre.

Juliette poussa un cri en trouvant plus, son attention maintenant détournée de la
traction lente sur ses jambes par ses bourreaux. Avec ses jeunes jambes fines
tirée de chaque côté, sa tendre chatte était écartée, l'exposant
capuchon du clitoris.

Son clitoris était lisse et tendre, et en dessous, la petite bouche de sa
l'urètre se tendit en se sentant regardé. En dessous, sa chatte
bouche bée, appris à le faire par les nombreux doigts et langues de son
amis nouvellement trouvés à Avondale.

N'ayant plus de poils à arracher, Mlle Ashton lui rendit la pince à épiler
poche et en retira une plume et lui chatouilla le clitoris. La réaction a été
immédiat, le bassin de la jeune fille se cambra dans ses liens, maintenu là pendant
elle haleta et regarda ce qui se passait. L'élargissement d'elle
ses jambes semblaient oubliées tandis que le bout excitait en elle de nouvelles sensations.

Les jambes de Juliette étaient presque parallèles à présent, et les tendons de sa
les cuisses se détachaient nettement, tirant sa vulve dans une moue, sa chatte humide
petit trou à admirer de tous.

La pointe de la plume était appliquée sur une autre partie de la peau bordant sa fente,
et de nouveau Juliette haleta et sursauta, puis haleta dans un effort pour se remettre,
ses yeux écarquillés sur sa maîtresse alors que ses jambes étaient complètement écartées
et tenue là-bas.

"Tu as besoin de te détendre," murmura Miss Ashton à Juliet, souriant alors qu'elle
caressa la peau tendre de l'enfant.

Juliette s'arqua une fois de plus, tendue par le plaisir qui montait en elle.
La douleur de ses jambes écartées a été oubliée alors qu'elle essayait de pousser son petit
chatte plus fermement aux doigts caressants, les exhortant à lui donner plus
plaisir.

Sa maîtresse gloussa en connaissance de cause, lui refusant la pression dont Juliette avait besoin
et la fille gémit dans son besoin.

Miss Marshall et Rebecca se tenaient de chaque côté, leurs visages rougis par
plaisir alors qu'ils regardaient Miss Ashton taquiner la petite chatte tenue ouverte par
ses jambes allongées.

Ils se léchèrent tous les deux les lèvres pendant que Miss Ashton caressait la chair environnante,
voyageant sur chaque petit labium dodu, le marquant doucement avec elle
ongles tout en le regardant commencer à bâiller.

Ses doigts glissèrent ensuite à nouveau vers l'intérieur, glissant autour du bulbe maintenant enflé
de son petit clitoris où il se dressait fièrement de son sexe écarté, puis
dos pour frotter son urètre avant de plonger dans sa petite chatte boudeuse.

Avec la chatte de Juliette ressemblant à de la viande crue, c'était si rouge, Miss
Ashton a habilement introduit un doigt dans la petite chatte et l'a rapidement déplacé
d'avant en arrière, riant tout en amenant la fille à un orgasme strident,
une humidité chaude coulait autour de son doigt.

« Là. Que ce soit une leçon, Juliet, » elle a souri ; regarder comme le
charmante enfant reprit vite ses esprits.

******

C'est avec beaucoup de plaisir que Miss Ashton a entendu parler de la petite Wilma Brown
de Sophie Jenkins.

Lorsque Sophie a invité Wilma dans sa chambre, elle a rougi. Cependant, elle
les rougissements n'étaient pas une surprise, car elle savait par expérience que
Wilma n'aurait pas pu comprendre ses intentions saphiques, à moins qu'elle ne soit
avait aussi des tendances lesbiennes.

Le dortoir où dormait Wilma Brown avait de petites cabines entourées d'un
cloison haute de huit pieds, chaque cabine juste assez grande pour un lit,
une chaise et une armoire.

Cependant, en revanche, Sophie Jenkins et Rebecca Allcot qui étaient Miss
Les tartes préférées d'Ashton partageaient toutes les deux une chambre. En échangeant des petites tartes avec
Rebecca, Sophie avait su ménager un peu d'intimité à la petite Wilma
visite qu'elle attendait maintenant avec impatience.

Elle n'eut pas à attendre longtemps, quelques instants après le départ de Rebecca, une timide
frapper à la porte a signalé l'arrivée de Wilma et elle a sauté la tête
autour de la porte, entrant avec un sourire.

Sophie a retiré la couverture pour révéler son corps nu. A seize ans, elle était
mince et grande, ses seins étaient petits mais fermes et son pubis lisse
se leva fièrement d'entre ses longues jambes fines.

En voyant les yeux de la jeune fille glisser le long de son corps, Sophie la fit glisser
les jambes écartées, accueillant les jeunes yeux sur sa chatte et la léchant
lèvres alors qu'elle sentait l'excitation que l'examen minutieux de Wilma lui apportait.

Plus important encore, voici une fille dont elle savait qu'elle n'était certainement pas une
vierge et certainement pas étrangère au sexe lesbien.

"Tu as fait l'amour avec d'autres filles ?" s'aventura Sophie, une main glissant vers le bas
pour passer un doigt de chaque côté de son clitoris montant, en tirant la ferme
chair retour pour s'ouvrir à l'attention de la jeune fille.

Wilma hocha la tête, le visage brûlant de ses rougeurs.

"Montre-moi," sourit-elle, ses jambes se pliant pour que ses genoux se cambrent,
la dessinant ouverte et disponible pour la jeune fille.

Toujours brûlant, Wilma se précipita pour baisser la bouche vers le
chatte lisse de la fille plus âgée, faisant courir sa langue le long de la jointure de la vulve,
la douceur veloutée des lèvres une agréable surprise pour elle.

Elle la lécha dans le but d'humidifier le con qu'elle léchait, en
ce cas inutile; comme Sophie était devenue assez humide pour s'empaler
moment où Wilma l'avait regardée directement. Wilma a léché le bonbon épais
l'humidité de la chatte de Sophie, savourant la saveur plus douce avant d'avaler
et continuer à lécher à nouveau.

"Oh oui, c'est bien," haleta Sophie, aimant l'action de clapotis.

Wilma ne dit rien, mais bientôt le bout de sa langue se tortilla en elle
fendue, aidant à écarter ses lèvres et à déployer son sexe tendre.

"Oui oui!" Sophie haleta doucement ; essayant de se rappeler quand elle avait eu pour la dernière fois
une langue si savante.

Les petits doigts se joignirent, l'écartant et la tenant à part, laissant le
la langue entre et sort de sa chatte en pleurs. De temps en temps, il s'est arrêté pour
se précipiter vers le haut, effleurant le bout de son clitoris d'une manière qui a fait Sophie
haleter de plaisir et se lever du lit.

« Oui, oui. Je vais venir, je vais venir ! elle haletait en se levant
vers le précipice escarpé de son plaisir.

Wilma avait entendu ces sons plusieurs fois auparavant et avait ressenti la tension dans
Les cuisses de Sophie et le pivotement du fruit mûr qu'elle était
lécher. Elle tendit sciemment deux de ses doigts et, alors qu'elle levait
bouche pour se concentrer sur son clitoris, a enfoncé ses doigts profondément en elle
chatte.

Sophie a aiguisé, son long corps s'est incliné vers le haut alors que le plaisir déferlait à travers
son. Ses mains se précipitèrent sur la tête de Wilma et la serrèrent contre elle,
la tenant alors qu'elle tirait sur la langue, la tenant jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus
supporter plus longtemps le plaisir aigu et elle a dû repousser la fille
avant de s'effondrer, épuisée, sur son lit.

« C'était adorable », soupira Sophie en souhaitant que tous ses orgasmes soient comme ça.
torride.

« Dois-je y aller maintenant ? demande Wilma.

Sophie éclata de rire. "Bien sûr que non," réprimanda-t-elle l'enfant.

« Déshabille-toi », ordonna-t-elle avant de se retourner et de reculer pour faire de la place.
le lit de la petite Wilma. Un peu confuse, un peu gênée, Wilma
glissa de ses vêtements, rougissant joliment alors qu'elle se levait et laissait Sophie
profiter de son jeune corps à peine pubère.

A onze ans, ses seins n'étaient que des cônes aux pointes roses les plus tendres
mamelons, et sa petite chatte tenait encore une partie de l'épaisseur de
jeune fille, tous les poils pubiens qui auraient prouvé sa venue
l'adolescence, supprimée.

Elle rougit vivement en sentant les yeux sur les minuscules petits cônes de sa
seins, inclinant consciemment ses épaules avant que les yeux de Sophie ne glissent
jusqu'à sa petite chatte.

"Allez, ouvre plus grand tes jambes," insista Sophie.

Son visage maintenant enflammé, Wilma écarta les jambes et sentit une bouffée de chaleur balayer
sur elle alors que Sophie haletait. Elle s'était vue assez souvent dans le miroir
savoir ce que Sophie voyait maintenant ; les lèvres plates qui ne servaient guère à
masquer la longue tige de son clitoris.

"Si jolie!" Sophie haleta. Wilma trembla et se lécha les lèvres.

"Est-ce que tu le penses vraiment?" elle a demandé.

"Oh oui. Viens ici!" exhorta Sophie.

Sophie regarda Wilma s'avancer timidement, puis se coucher, la jeune fille
timide et tendue, sa nervosité se lit sur son visage.

Elle la caressa et la fille s'installa, se léchant les lèvres et lentement
s'installant alors que les doigts de Sophie continuaient à caresser doucement ses seins, puis
son ventre et ses reins, déviant délibérément de son pubis lisse
tandis que la peau de la fille se colorait lentement d'excitation croissante.

Ses mains s'immobilisèrent pour qu'elle puisse se pencher et commencer à embrasser doucement le
jeune fille. Ses lèvres effleurèrent un mamelon à moitié plissé et elle le couvrit pour
sucer durement dessus, souriant à l'intérieur alors qu'elle faisait haleter et se lever Wilma
contre ses lèvres.

Elle glissa vers l'autre et fit de même, en commençant doucement jusqu'à ce que l'enfant
s'était presque détendue, puis suçant durement une fois de plus, la faisant haleter et
sauter tandis que le mamelon lui-même gonflait de sang pour devenir ultra
sensible.

Sophie a travaillé le corps de Wilma, tandis que ses lèvres et sa langue savouraient le
chair lisse, jusqu'à; enfin, elle est venue à sa délicieuse petite chatte.

Le parfum de Wilma est déjà passé de l'entaille apparemment à moitié formée créée
par ses petites lèvres inférieures. Son clitoris, enveloppé par la longue capuche,
se détachait, la peau en dessous incroyablement rose, humide et tendre.

Sophie l'admirait ; en le comparant aux nombreuses jeunes chattes qu'elle avait vues depuis
venir à Avondale et, bien que différente de la plupart, l'a placé haut sur elle
liste de beauté. Sa tête s'est inclinée et ses yeux se sont tournés vers le
le visage de la jeune fille alors que sa langue sortait pour lécher le nœud gonflé.

Wilma haleta et se mit à trembler, sa respiration s'accélérant alors qu'elle attendait
anxieusement pour le deuxième contact. Il est venu, produisant le même intense
sensations tirant comme des fléchettes dans son ventre et elle a crié et
secoué, venant douloureusement à l'orgasme.

Sophie regarda et sourit.

"S'il vous plaît, ne le dites à personne. Vous ne le ferez pas?" Wilma suppliait.

"Bien sûr que non," lui dit Sophie en l'embrassant et en se demandant comment
informez Miss Ashton de cette merveilleuse petite tarte.

"Bien, encore !" elle respirait; poussant Wilma vers sa chatte arquée
et la petite tarte s'est conformée.

******

Jeremy Brown était un homme corpulent à la fin de la quarantaine et avait été très
réussi en affaires. Il s'était marié tard et Wilma était sa seule enfant.

Sa femme l'avait quitté et s'était enfuie en Amérique avec un homme beaucoup plus jeune et
il se trouva attiré par Wilma et ses petits amis alors
l'inscrire à Avondale était la solution idéale à son problème.

Ce fut donc une véritable surprise lorsqu'il reçut une lettre de Miss Ashton,
l'invitant à visiter l'Académie.

C'est un homme inquiet et énervé qui marchait derrière Sophie ce jour-là alors que
il a visité l'école. Il a été conduit au bureau des directrices où
l'élégante dame se leva et vint de derrière son bureau pour lui tendre la main.

Elle était ravie que Sophie ait attiré son attention sur Wilma et de
l'intelligence qu'elle avait pu rassembler son père la partageait
passion pour les enfants.
"Je suis désolée de vous éloigner de votre travail, Mr Brown," lui dit-elle.

"J'espère que ce n'est rien de grave," dit-il en se léchant nerveusement les lèvres.

"J'ai juste besoin de clarifier la raison pour laquelle vous avez inscrit Wilma à Avondale," Miss
lui dit Ashton sans ambages, observant sa réaction avec intérêt.

"Je suis désolé, je ne suis pas sûr de ce que tu veux dire," dit Jeremy.

"Eh bien, certains pères inscrivent leurs filles pour apprendre la conduite,
les bonnes manières et l'obéissance grâce à notre régime de discipline stricte », a-t-elle dit
lui.

"Cependant, il y a des pères qui envoient leurs filles à Avondale en
afin de les soustraire à leur tentation », a-t-elle poursuivi, notant
clignoter dans ses yeux.

"Je ne sais toujours pas pourquoi je suis ici", a-t-il dit, inquiet que Miss Ashton ait
découvre sa passion pour les enfants.

"M. Brown, notre école n'est pas tout ce qu'elle semble être", lui a dit Miss Ashton.
apaisante. "Nous ne faisons pas de publicité pour l'autre côté de notre programme,
plus que vous ne le feriez de votre passion. Cependant, à ceux que nous apprenons ont
intérêts similaires, nous ouvrons nos bras et les acceptons comme mécènes."

"Je ne sais pas de quoi tu parles," lui dit Jeremy candidement.

"Peut-être qu'une petite démonstration rendrait les choses plus claires", Miss Ashton
offert, déjà préparé à cette éventualité.

Elle sonna sur son bureau, puis attendit en lui souriant gentiment
invité. Moins d'une minute passa avant qu'on ne frappe à la porte et
quatre élèves sont entrés, suivis de Rebecca Allsop.

Jeremy regarda, captivé, les quatre enfants, apparemment tous à un
âge différent, le plus jeune un grand et maigre neuf ans tandis que le
l'aîné semblait être un blond svelte de quatorze ans, deux garçons et deux
filles, ont commencé à se déshabiller lentement.

Rebecca a applaudi pour attirer leur attention et les enfants maintenant
nu se retourna pour faire face aux deux adultes assis. Jeremy n'a pas pu s'empêcher
fixe, léchant ses lèvres et souhaitant avoir vu Wilma nue comme ça
avant de l'inscrire.

Mlle Ashton sourit en regardant le regard choqué sur le visage de M. Brown.

"Je ne comprends pas", a-t-il réussi.

Mlle Ashton fit un signe de tête à Rebecca et elle appela un garçon et une fille à marcher
avant.

Ils l'ont fait, et avec un peu d'empressement, la jeune fille s'est alors accroupie pour
prendre la bite du garçon dans sa bouche, ses jambes restant écartées pour ne pas
obscurcir la vue de sa petite chatte. Dessinant sa bite éveillée, elle l'a glissée
lèvres le long, laissant les adultes voir à quel point il était devenu droit.

Jeremy haleta, son cœur martelant. Déglutissant et rougissant, il essaya de
couvrir sa propre érection, qui est devenue encore plus difficile en voyant le sourire de Miss Ashton
sciemment à lui.

Le jeune garçon étant maintenant en érection, une fille plus âgée s'avança et, alors que le
la plus jeune retourna à sa place, leva une jambe pour poser son mollet sur le
l'épaule du garçon.

Jeremy les regarda les yeux écarquillés alors que son corps souple lui permettait
pour pousser sa chatte vers le bas sur sa queue. Le garçon sourit et se poussa
complètement en elle et les deux ont commencé à baiser, chacun haletant chaudement alors que le
bite mince a conduit dans et hors de sa chatte glissante qui brillait maintenant avec
sa moiteur glissante.

Putain n'était pas le mot, décida Jeremy, regardant les enfants nus dans
devant lui, qui étaient tous les deux si clairement au bord de la puberté.

Rebecca a applaudi et le couple s'est séparé, le faisant avec une grâce fluide
puis se tourner et se pencher, s'agenouiller et se pencher en avant. Ils se déplaçaient en symétrie,
la fille tournant le dos au garçon pour se tourner et se pencher, ses jambes et son dos
absolument droite alors qu'elle poussait ses fesses vers l'extérieur.

Il se déplaçait avec une grâce masculine maigre, glissant jusqu'à ses genoux pour ensuite,
avec les mains sur ses cuisses, poussez le haut de son corps vers l'avant. Leurs mouvements
a coïncidé et il a apporté sa bouche à sa pudenda. Jérémy envoûté,
regarda et haleta alors que la langue du garçon s'étendait et flottait entre les
lèvres galbées de la vulve de la fille.

Maintenant les deux autres s'avancèrent, le garçon se tenant les bras derrière
lui, offrant à la fille courbée sa bite déjà raide. Ses lèvres pincées
a permis à sa queue de glisser, puis le haut de son corps se balançait et
sur la cigogne luisante, un instant seulement la pointe qu'elle tenait
lèvres, la suivante sur toute sa longueur submergée dans sa bouche et sa gorge.

La plus jeune fille se glissa entre les jambes du garçon agenouillé et écarta
ses propres jambes, permettant au garçon debout de soulager son pied droit entre
ses jambes et commence à la caresser avec son gros orteil.

Elle tenait le coq debout devant elle et d'un côté alors qu'elle
suce ses couilles dans sa bouche, chacune à son tour.

« Avez-vous besoin d'un peu de soulagement ? Mlle Ashton a aiguillonné son invité, ses yeux
se précipitant vers ce qui semblait être une érection douloureuse dans sa culotte.

Jeremy déglutit, ne sachant pas quoi dire alors que la dépravation continuait
devant lui. Mlle Ashton hocha la tête et Rebecca sourit en se déshabillant,
poussant ses seins avec un tortillement inutile.

Mlle Ashton sourit alors que Jeremy reluquait l'adolescent mince qui était si
se déshabillant avidement devant lui, écartant les jambes et la serrant
jeunes seins mûrs pendant que les quatre élèves continuaient la spéciale
performance qu'on leur avait enseignée, travaillant tous ensemble pour arriver à leur
plaisirs ensemble.

Souriante, elle attrapa son pantalon. Ses doigts bien exercés facilement
défait sa ceinture sous le coup de son ventre en surpoids, puis tira
ses culottes écartées pour extraire son gros, et assez épais, incirconcis
coq.

Rebecca sourit alors qu'elle chevauchait les larges genoux de l'homme et s'installait sur son
coq. Elle gémit de plaisir alors que la bite épaisse l'ouvrait,
l'étirant amoureusement, plus que les garçons de l'Académie n'auraient
jamais fait. Ronronnant de plaisir, elle s'enfonça tout en bas, puis l'utilisa
muscles pour le serrer en elle, l'attirant plus profondément.

Jeremy haleta et fixa la charmante créature assise sur ses genoux, son
coq intégré dans sa petite chatte serrée. A quelques mètres devant lui les filles
tenaient de jeunes coqs sur leurs visages et laissaient la graine éclabousser
à travers leur corps. C'en était trop et, avec un sanglot d'angoisse, il
se sentit venir.

******

Dans l'heure qui suivit, Mlle Ashton avait persuadé M. Brown de l'accompagner à
une des salles de visionnement au sous-sol.

Dans la pièce très éclairée, de l'autre côté du judas la seule pièce
des meubles que Jeremy pouvait voir était une poutre en bois qui avait été rembourrée avec
matériau rugueux le long de sa surface.

"Ils ne pourront pas nous voir", lui assura Mlle Ashton juste au moment où la porte
à l'autre pièce ouverte.

A stern looking woman ushered Wilma Brown into the room, her little head
timidly lowered. Jeremy gasped, as he saw his daughter and two older
girls enter the room before the door was closed and locked.

"What?" Jeremy mumbled confused as to what was going to happen, and yet
unable to concentrate as his eyes devoured his daughter.

"I am tired of having to repeat myself, Miss Brown. You have received a
number of warnings and I can see no improvement," The teacher told her.

"I do try. I do!" Wilma said, defending herself in a subdued voice.

"Do not interrupt me!" the teacher said indignantly.

Mr Brown licked his lips and shuffled forward eagerly to see what was
going to happen.

"You are going to be punished, and I hope this teaches you a lesson young
lady!" the teacher told her.

"Remove your uniform," she spat.

"We've had to exaggerate her waywardness in order to provide you with
this demonstration of what we offer parents," Miss Ashton murmured,
watching the man stare intently as his daughter undressed.

"You arrange this for other parents?" he breathed, studying Wilma's
nakedness and wishing he had taken a greater interest in her while she'd
been at home.

He could have pretended to need to investigate her health, could have
pretended to need to check on her development. As a last resource, he
could have used the same demanding tone that the teacher now used to get
her to grovel naked at her feet.

He could have just demanded that she undress, like she was now, his eyes
sliding towards the two other girls as they lowered the padded beam and
fastened it into position.

"Up you get," the teacher told Wilma sharply.

The assistants helped her, arranging her so she laid along the beam with
her bottom perched over the end nearest the spy hole.

Her legs were bent up under her, much like those of a jockey riding a
horse, but with the result of leaving her bottom widely parted and her
little cunt fully exposed to those watching. Finally her arms were drawn
forward and then fastened to cords that held her stretched along the
beam.

"Oh, you'll cry soon enough," the teacher told Wilma as she began to
softly weep. She lifted a solid looking rattan cane and tested it in her
hands, bending it right round to show how supple it was, then whistling
it through the air, aware that the child's father was now just the other
side of wall.

The teacher took up her position at the foot of the beam and tapped the
young girl's bottom with the cane. Wilma wept loudly, feeling the cold
rod slide along her bottom, parallel with her short, half parted anal
crease.

She lifted the cane high, bringing it down quickly so the girl would have
little time to prepare, then stood aside to let those beyond the spy hole
enjoy her exposed charm's as she struggled in her agony.

A bright line appeared close to her bottom crease, swelling upwards as
Wilma continued to cry. The teacher lifted the rattan cane again, and
brought it down sharply upon Wilma's little bottom smiling as the girl
screeched, and then bounced up and down on the beam.

Like many pupils before her, Wilma had learnt how best to absorb the
terrible pain of the cane was to thrust her young cunt against the rough
padding, trying to offset the burning agony in her bottom with the sharp
delight it brought her cunt.

The third stroke landed directly between her bottom cheeks, just as she
had lifted herself off the beam. Jeremy sobbed excitedly as he saw his
daughter squirm with fresh pain, her contortions bringing her little anus
into view now, reddened from the last strike of the cane.

Screaming, Wilma frantically rubbed herself against the padding, her
breath growing short with her efforts. To those watching, her slender
young form looked delightful, more so because of her position; her legs
bent outward under her, fully exposing her genitals.

"Would you like one of my girls to provide you relief?" Miss Ashton asked
Jeremy, watching his reactions intently.

"Unbelievable!" Jeremy gasped. The teacher now put aside the cane to pick
up a slender belt, which she doubled over in her fist, pressing it into
Wilma's little cunt.

Unblinking, his breath held, Jeremy watched the belt rise, then come down
in a short sharp arch that scored the tender flesh between her legs.
Wilma screamed afresh, once more jerking and squirming, madly trying to
relieve herself of the pain while held in he bonds.

Her cunt brightened with her struggling, burning brightly and yet
gleaming with wetness. The belt came down once more, scoring her tender
flesh and brightening it still further, making her screech, squirm and
frantically push her pelvis into the padding beam below her.

A little girl of twelve came into the viewing room and knelt before
Jérémie. She was blond and blue eyed, exactly the way he liked them.

As the belt landed yet again between Wilma's legs sending her into fresh
paroxysm, the girl released his cock and held it outward for her mouth to
cover the tip.

Pleasure and excitement soared in the old man, yet his eyes never drifted
from the sight of his daughter, legs spread, grinding her tenderised
vulva down onto the padded beam whilst crying loudly.

"Have you learnt your lesson yet?" her teacher asked.

"Yes Miss!" Wilma sobbed, nodding her head frantically.

The teacher put the belt aside and picked up two long feathers.

As the girl in his lap began sliding her lips along his cock, licking and
sucking on him, the teacher was sliding the feathers over Wilma's
tenderised flesh, the tip of one probing her little anus while the other
stroked her reddened labia and sawed softly along the edge of her swollen
clitoris hood.

Wilma arched as she came, a sweet cry breaking through as she was brought
on and satisfied. With the image of his daughter spending on the two
artfully positioned feathers, Jeremy arched, his head thrown back as the
girl tightened her lips around his cock, and drank his seed.

"You are most welcome to experience these things again, whenever you
wish, for a small fee of course," Miss Ashton said, watching intently as
he came back down to earth.

Articles similaires

De belles vacances

Que fait une femme dans la mi-trentaine récemment divorcée lorsque son lieu de travail a 2 semaines de vacances ? Et bien, partez en vacances bien sûr. Mon ex-mari était une personne autoritaire, il avait besoin que les choses se fassent selon son emploi du temps. Mais il m'avait mis à l'aise, je suppose qu'être avec quelqu'un de 20 à 30 ans fait ça. Mais je suis content que ce chapitre de ma vie soit terminé. Je pouvais voir les signes il y a quelques années et je pense que je voulais inconsciemment quitter le mariage de toute façon. Mais c'était...

2.1K Des vues

Likes 0

Ramassage Mystère Partie 2_(0)

Ramassage Mystère Partie 2 Cindy avait été un pick-up décontracté qui est devenu un coup d'un soir pour John, mais après son départ, il y avait un vrai vide dans sa vie. Puis il l'avait revu dans le défilé et avait découvert qu'elle était la fille de 17 ans du chef de la police et le sentiment de vide avait été remplacé par la peur. Puis à l'improviste, elle s'était présentée chez lui et lui avait dit qu'elle serait de retour dans quelques mois à ses 18 ans. John n'arrivait pas à la sortir de son esprit et il passa en...

2.4K Des vues

Likes 0

Maître veut, maître obtient

J'étais debout dans mon salon, portant les vêtements qu'il m'avait envoyés, des chaussettes hautes noires, un string noir, un soutien-gorge noir et une robe courte transparente jetée par-dessus, il adorait voir ce qui serait bientôt le sien. Mon maître serait de retour dans moins de dix minutes. Après la dernière heure de sms, il m'avait dit que ce soir je serais « partant » J'ai répondu à la porte et il est entré et s'est tourné vers moi alors que je fermais la porte, quand je me suis retourné, sa main est allée directement dans mes cheveux, en attrapant un gros...

1.4K Des vues

Likes 0

Mon mari ne sait pas_(0)

Salut tout le monde, eh bien c'est ma première histoire que j'écris sur mes expériences sexuelles et j'espère que vous apprécierez. Je m'appelle Kristy, j'ai 29 ans, je vis sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud, très petite seulement environ 5 pieds 2, j'ai des seins extrêmement gros pour ma taille, une belle petite chatte et un cul assortis, cette histoire parle d'une rencontre sexuelle je eu avec un gars avec qui je suis devenu ami alors que je travaillais pour une grande entreprise de vente au détail. Il était notre chauffeur-livreur et beaucoup plus âgé, au début de...

835 Des vues

Likes 0

Coincé avec la petite fille

CHAPITRE 1 Je vis dans un appartement dans une maison de deux familles. Mon propriétaire est une gentille vieille dame. On s'entend bien. Je l'aide à magasiner, à faire des courses et à faire de petites réparations et de l'entretien autour de la maison. Je regardais la télévision en fin d'après-midi quand j'ai entendu des coups frénétiques à ma porte. Une jeune fille, je suppose une adolescente, se tenait là. Elle était vêtue d'une longue chemise de nuit avec des chaussettes. Elle a dit que sa grand-mère était malade et qu'elle avait appelé le 911, puis-je l'aider ? Nous me précipitâmes dans...

706 Des vues

Likes 0

Across Eternity (L'Infini) Livre 3 - Chapitre 12

La chevalerie Après sa soirée sanglante, Noah n'était pas pressé de sortir des bains, et le fait d'avoir la chambre pour lui tout seul était une sérénité bienvenue. En outre, il allait bientôt retourner vivre sur la route, où les bains chauds étaient rares. C'était bon de le savourer tant qu'il le pouvait, ainsi que la sensation d'un uniforme frais. Il s'arrêta au réfectoire et attrapa du pain et une pomme, puis retourna à son dortoir, après avoir passé les dernières heures à convoiter la douceur de son lit comme une vieille flamme. Il semblait que dès qu'il fermait les yeux...

585 Des vues

Likes 0

Lois de l'attraction : la Playgirl

REMARQUE FACEBOOK Lundi 7 septembre 2015 5h13, heure du Pacifique L’attraction a aussi des lois – comme si une chienne « salope » voulait que certains principes soient suivis avant de continuer à frapper et de commencer à avoir des relations sexuelles de toute façon. De mon point de vue, ce sont les principales lois de l’attraction que j’ai apprises en expérimentant à la fois l’amour et le sexe. 1. Ne demandez jamais de sexe à un homme. Oui, vous m'avez bien compris. Les hommes n'aiment pas que les femmes leur demandent du sexe. Ils feront comme s’ils n’avaient pas bien entendu ce...

591 Des vues

Likes 0

TEMPS DE JEU - CHAP. XX - UNE NUIT DE MYSTÈRE

TEMPS DE JEU – CHAP. XX - UNE NUIT DE MYSTÈRE (Écrit après avoir lu The Story of O, de Pauline Reage, dont Graham Greene disait : « Une chose rare, un livre pornographique bien écrit et sans trace d'obscénité. ») Les yeux bandés, John et Mary étaient assis dans la limousine avec Kelly et James. Encore un samedi soir. Leur Jouet les avait convaincus de venir à ce rendez-vous, sans être vus, pour une aventure qu'ils n'avaient pas encore vécue. Encore une chose sexuelle. On leur a assuré qu’aucune douleur, humiliation ou « découverte » n’impliquait pour eux. Ils savaient...

476 Des vues

Likes 0

Deux exhibitionnistes se rencontrent

Deux exhibitionnistes se rencontrent Récemment, j'ai dû me rendre dans le New Jersey pour affaires. Une fois mon travail terminé, j'ai décidé de disparaître pendant un moment. J'ai éteint mon téléphone portable et, un trajet en bus plus tard, je suis arrivé dans une ville de taille moyenne où je n'étais jamais allé auparavant. Personne ne me connaissait et ne s'en souciait. J'ai loué une chambre d'hôtel et je me suis détendu pour la première fois depuis quelques semaines. Après trois jours passés à dormir et à manger, je devenais nerveux. Je n'avais même pas pu m'exposer à la femme de...

428 Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

2.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.