Gagner un Genie Harem Chapitre 4: La leçon de soumission d'une écolière

141Report
Gagner un Genie Harem Chapitre 4: La leçon de soumission d'une écolière

Gagner un harem de génie

Chapitre quatre : La leçon de soumission d'une écolière

Par mypenname3000

Droits d'auteur 2019

Remarque : Merci à Alex pour la version bêta de cette lecture !

Personnages

Personnages principaux

Corey Derrickson: Senior College, ami de Kyle Unmei, a la chance d'épouser l'un des quatre génies, chacun d'une tribu différente, s'il peut les trouver à l'école catholique St. Maria Theodora!

Aleah Buckley : première esclave sexuelle de Corey. Sénior du collège. Il l'a réclamée après que Kyle ait suggéré qu'elle serait une bonne candidate pour démarrer le harem de Corey.

Tania Buckley : la sœur cadette d'Aleah. Le deuxième esclave sexuel de Corey. Étudiant en deuxième année d'université. Séduit dans le harem par Aleah.

Étudiants

Asra Duff: Senior à St. Maria Theodora, en philosophie et éducation physique de Corey.

Bettie Black : Senior à St. Maria Theodora, dans les cours d'anglais et d'histoire de Corey. Une princesse gâtée qui dégouline pour qu'un homme la prenne en main.

Briana Hamilton: Senior à St. Maria Theodora, dans les cours d'anglais et d'éducation physique de Corey.

Brenda Nevada : Une senior à St. Maria Theodora, dans les cours de mathématiques et de chimie de Corey.

Debbie Goffe : deuxième année à St. Maria Theodora.

Franny Keighley : Junior à St. Maria Theodora.

Jennifer Nielson : Junior à St. Maria Theodora.

Hallie Hunt : Senior à St. Maria Theodora, dans les cours d'anglais et de chimie de Corey.

Havva Najjar : Senior à St. Maria Theodora, dans la classe de mathématiques de Corey. Après avoir mangé sa chatte et vu sa nature soumise, Corey soupçonne qu'elle est la Jann.

In'am Alfarsi: Junior à St. Maria Theodora.

Lisa Comstock : Senior à St. Maria Theodora, dans la classe de mathématiques de Corey.

Megan Scrivenor : Junior à St. Maria Theodora.

Nadia Rivers: Senior à St. Maria Theodora, dans la classe d'éducation physique de Corey.

Natiqua Osbourne : Senior à St. Maria Theodora, dans la classe de mathématiques de Corey.

Regina Florence : Fille qui a emménagé à côté de Corey, étudiante en deuxième année à St. Maria Theodora. Dans le cours de maths de Tania.

Pita Reyes : Senior à St. Maria Theodora, dans la classe de philosophie et de chimie de Corey.

Ritsuko Takayama : Un Sophmore à St. Maria Theodora.

Rita Pickle : Junior à St. Maria Theodora.

Sheila Thorne: Senior à St. Maria Theodora, dans la classe d'histoire et d'éducation physique de Corey.

Tammy Fredrick: A Senior à St.Maria Theodora, dans la classe de mathématiques et d'éducation physique de Corey

Ursula Bannister : A Senior à St. Maria Theodora, dans la classe de chimie de Corey.

Vanessa Shearer : A Senior à St. Maria Theodora, dans les cours de mathématiques et de chimie de Corey. Veut une séance d'étude privée avec Corey.

Zahia Qadir : Une junior à St. Maria Theodora.

la faculté

Mme Abigail Reynolds : professeur à St. Maria Theodora.

Mme Allie Reid : Professeur d'anglais de Corey et bibliothécaire à St. Maria Theodora. Un vilain professeur qui fait de mauvaises choses avec Corey.

Entraîneur Denise Bennett : entraîneur d'éducation physique de Corey à St. Maria Theodora.

Mme Donna Blackwood : professeur de philosophie à St. Maria Theodora.

Sœur Anna Petra : religieuse et professeur de chimie de Corey à St. Maria Theodora.

Sœur Doris Suzette : religieuse et professeur à St. Maria Theodora.

Sœur Ester Sarah : Une nonne et professeur de mathématiques de Corey à St. Maria Theodora.

Sœur Francis Jean : religieuse et professeur d'histoire de Corey à St. Maria Theodora. Suspecte Corey d'avoir des relations sexuelles à l'école. Pas content.

Sœur Nova Victoria : religieuse et nouvelle directrice de St. Maria Theodora. Corey soupçonne qu'elle est l'Ifrit après avoir entamé une relation sexuelle avec lui.

Mme Valerie Terrence : Professeure à St. Maria Theodora.

Corey Derrickson – mardi 8 septembre

Où est-ce que sœur Francis Jean m'emmenait ?

La religieuse m'en voulait d'être arrivée en retard à sa classe le premier jour de cours à St. Maria Theodora. Elle soupçonnait clairement que j'avais baisé une fille soumise et salope nommée Bettie Black. J'étais. J'ai eu un trio torride avec la coquette et l'un de mes esclaves sexuels dans les toilettes. Il faisait chaud.

Je laissais toute cette attention monter dans ma tête. Toutes les filles qui étaient excitées pour moi le faisaient savoir. J'étais le seul gars sur le campus et les vilaines écolières catholiques haletaient pour moi. Certains étaient audacieux, me glissant leur culotte, tandis que d'autres me demandaient d'"étudier" ou de "prendre un café". Bettie était la plus agressive et la plus soumise. Elle voulait être mon esclave sexuelle, alors je lui ai donné un avant-goût.

Elle n'avait pas déçu.

La nonne me précédait, emmitouflée dans son habit noir. J'ai suivi après dans mon uniforme scolaire. La cravate écossaise rouge et verte était serrée autour de mon cou. Je n'avais pas l'habitude de le porter. La couleur correspondait aux jupes des filles. Ils avaient tous l'air si délicieux en eux.

Mon ami Kyle était le plus grand gars du monde pour avoir utilisé la magie de son génie pour m'envoyer ici.

J'avais deux candidats pour les quatre génies que j'étais ici pour trouver et séduire. Je pourrais en choisir un pour ma femme, et ce serait difficile. Déjà les deux que j'avais rencontrés étaient délicieux de différentes manières. L'innocente et soumise Havva suppliait de me faire éclater sa cerise. Innocent, prétendant venir d'un foyer protégé, le « Jann » était mûr pour la cueillette. L'autre était la nouvelle directrice, une religieuse nommée Sœur Nova Victoria. La femme du Moyen-Orient était fougueuse et passionnée, agressive et d'une beauté mature, la "Ifrit".

C'est là que sœur Francis m'emmenait.

J'ai souri, sachant que la femme arabe voudrait plus de ma bite. Elle était soit une nonne excitée qui avait passé quinze ans sans s'envoyer en l'air et avait tellement besoin de bite, soit elle était l'Ifrit et voulait faire forte impression. J'espérais que c'était le dernier.

Sœur Francis Jean nous a conduits au coin de la rue jusqu'au bureau de l'administration. Elle ouvrit la porte du bureau. Le collège a semblé renoncer à utiliser une secrétaire appropriée et a plutôt utilisé des étudiants. Pendant une semaine, pendant une période par jour, un étudiant devait travailler comme secrétaire.

La dernière fois, c'était cette fille qui s'appelait Jennifer. Cette fois, c'était une fille arabe. Le foulard qu'elle portait enroulé autour de son visage sombre avait le même motif tartan que sa jupe. Elle portait le même chemisier blanc que les autres filles, les pans de son nœud papillon tombant sur sa poitrine. Elle avait des lunettes perchées sur son visage. Ils étaient bordés de noir, ce qui la rendait intelligente et mignonne à la fois.

Elle leva les yeux et cligna des yeux. Elle me regarda, l'intérêt dans ses yeux. Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire en retour. Elle remua sur sa chaise et détourna le regard. Était-ce la fille de Marid ? Je l'espérais. Ce serait merveilleux de la retrouver aussi.

« J'ai besoin de voir la directrice », a lancé sœur Francis, la voix tendue par la colère.

"Oh, euh, oui, ma sœur", a déclaré la potentielle Marid. Elle attrapa un téléphone et appuya sur un bouton. Elle m'a de nouveau jeté un coup d'œil, puis a détourné le regard en approchant le combiné de son oreille. Au bout d'un moment, elle a dit : « Sœur François a besoin de vous voir tout de suite. Elle, euh, a le nouvel élève avec elle. La fille arabe se mordit la lèvre inférieure. "D'accord, ma sœur." Elle posa le téléphone et hocha la tête.

Sœur Francis recula et je suivis après. Elle descendit un couloir, atteignit la porte de la directrice et frappa fort avant d'ouvrir la porte. Sœur Nova Victoria se leva, sa guimpe encadrant son visage sombre un peu comme le foulard que portait la fille au bureau. Elle lissa son habit noir, une perplexité amusée sur le visage.

« Est-ce que M. Derrickson s'est déjà attiré des ennuis ? demanda-t-elle, sa grosse poitrine gonflant le devant de sa robe. "Je suis surpris. Il avait l'air d'un si bon garçon quand je lui ai parlé.

« Il était en retard à ma classe », a déclaré sœur Francis. "Quinze minutes. Il est arrivé avec un autre étudiant.

"Bettie avait besoin d'aide," dis-je avec désinvolture. « Elle avait des problèmes personnels et avait besoin de quelqu'un pour la guider. Je l'ai fait se sentir mieux que je ne l'ai amenée en classe. J'ai haussé les épaules. "Désolé d'être en retard."

"Hmm," dit la directrice. "Cela semble assez raisonnable."

« Je sais que vous êtes nouveau, mais vous ne pouvez pas être naïf », a déclaré sœur Francis. «Ils ont tous les deux été rincés. Embrasé."

"Ce fut une libération émotionnelle pour Bettie", ai-je dit. "Elle en avait besoin."

« Je vais lui parler, dit sœur Nova.

"Il doit être puni", a déclaré la religieuse. « Il ne devrait même pas être ici. Je sais que c'est une épreuve d'avoir un garçon ici, mais il égare déjà l'un de nos étudiants.

« Avez-vous la preuve qu'ils se sont livrés à un comportement inapproprié ? »

"J'ai mes yeux et une décennie autour des filles hormonales", a-t-elle dit en me regardant.

« Je vais m'en occuper », dit sœur Nova Victoria, les yeux de plus en plus durs. « Je vais l'interroger et déterminer ce qu'il faut faire. Vous pouvez retourner dans votre classe et reprendre l'enseignement de vos élèves.

Sœur François a enflé un moment. Elle sembla sur le point de protester, mais il y avait une flamme dure dans les yeux de sœur Nova. Le professeur soupira et hocha la tête. Puis elle se retourna et ouvrit la porte. Elle est partie.

L'amusement passa sur le visage de sœur Nova. La directrice secoua la tête, son voile bruissant autour de ses épaules. "Tu baises déjà d'autres filles ?"

"Oui." Je lui fis un sourire audacieux. « Et ça vous rend chaud, n'est-ce pas. Obtient cette chatte de nonne coquine mouillée.

Un sourire affectueux passa sur ses lèvres. "Eh bien, vous avez avoué avoir corrompu l'un de mes doux et innocents agneaux."

J'ai ri. "Croyez-moi, il n'y avait rien d'innocent chez Bettie. Elle dégoulinait pour ça. Comme tu l'étais.

"Mmm," ronronna-t-elle. « Alors maintenant, je dois te discipliner ? »

"Tu ne l'es pas," dis-je. Avoir deux esclaves sexuelles pendant six mois m'avait appris à être à l'aise pour dominer les filles. « Parce que tu préfères te pencher et me laisser baiser ce cul. Tu as envie que ma bite sodomise tes entrailles méchantes.

"Dieu me pardonne, je le fais", gémit-elle. «Je suis une nonne tellement coquine et coquine. Je suis celui qui devrait être puni. Conduisant mon agneau dans de tels actes de péché.

"Tu m'entraînais à peine", dis-je, ma bite dure. "Se pencher en avant. Vous avez du lubrifiant.

« Lotion », gémit-elle en se penchant sur son bureau. "Tiroir du bas. Frappez-moi fort. Nous n'avons pas beaucoup de temps. J'ai besoin de cette bite en moi. J'ai pensé à toi, devenant de plus en plus chaud.

"Juste flamboyant, non?" dis-je en faisant le tour de son bureau. Ses fesses se tortillaient, son habit noir tombait sur sa croupe. « Tu aimes ça chaud, n'est-ce pas ? Comme jouer avec le feu ?

"Mmm, ça rend les choses tellement plus amusantes s'il y a une chance que tu puisses te brûler," gémit-elle. « J'ai une réunion avec le conseil d'administration. S'ils nous attrapent, nous aurons tellement de problèmes.

« Mais tu en as besoin », dis-je en me penchant et en ouvrant son tiroir. Elle avait une bouteille de lotion, Jergens dans une bouteille d'ivoire. Je l'ai placé à côté d'elle. J'ai attrapé son habit et je l'ai relevé, révélant de plus en plus ses bas à hauteur de cuisse recouvrant ses jambes. Ils étaient magnifiques. "Tu as besoin de ma grosse bite pour piller ton trou du cul."

J'ai retourné la jupe sur sa croupe. Son cul était pris en coupe par cette culotte coquine, sa croupe avait l'air si délicieuse. L'entrejambe était en désordre, trempé et taché de mon sperme qui s'échappait de sa chatte. J'ai accroché sa culotte et l'ai baissée juste assez pour exposer son cul courbé. Entre ces belles fesses, dans cette fissure serrée, son trou du cul attendait.

J'ai débouclé ma ceinture et défait mon pantalon. Le pantalon gris tomba autour de mes chevilles. Ma bite palpitait dans mon boxer. Je les ai poussés vers le bas, ma bite sortant et frappant sa croupe nue. Sa peau sombre avait l'air si délicieuse contre ma bite beige pâle.

"Oh, mon Dieu, j'ai besoin de ta bite dans mon trou du cul pécheur," gémit-elle. « Encule-moi ! Rends-moi aussi méchant que ces habitants dépravés de Sodome.

J'appuyai sur la pompe du flacon de lotion, enduisant ma main de crème ivoire. Je l'ai enduit sur ma bite, trempant mon arbre. Je l'ai pompé de haut en bas, me graissant. J'ai regardé son cul, voulant la manger, mais elle n'a pas eu le temps.

Cela a rendu cela chaud.

« Supplie », lui ai-je dit, drapant ma bite graissée sur la fente de son cul, sentant la grâce soyeuse de sa croupe. Elle se sentait incroyable contre moi. « Supplie que ma bite se glisse dans ton trou du cul.

« S'il vous plaît, s'il vous plaît, Corey ! » gémit-elle. « Je suis une pute tellement méchante et dévergondée. J'ai besoin que ta bite se glisse dans mon trou du cul et me baise fort !

Je souris à sa passion. J'ai enfoncé le bout de ma bite dans sa fente. Je glissai vers son sphincter. Je me suis appuyé dessus. « Tu veux que ma bite se glisse dans ton trou du cul ? Quelle sorte de nonne fait ça ?

"Une nonne sale, sale et perverse !" gémit-elle en serrant ses fesses autour de ma bite. « Une malade de sa chasteté. Je veux ta bite en moi. Glisse cette grosse et jeune bite en moi et baise-moi fort !

je poussai.

La tête graissée de ma bite appuya sur son trou du cul. Elle était serrée. Je pouvais dire que j'étais en train de casser son sphincter. Ses entrailles serrées s'étiraient et s'étiraient autour de mes entrailles. Je gémis à la sensation de son anneau serré glissant sur ma bite. Le plaisir déferla autour de ma bite. C'était incroyable. Cette merveilleuse chaleur veloutée qui glissait sur ma pointe.

J'ai sauté dans ses entrailles. Elle haleta. Sa chair vierge s'accrochait à moi. J'ai poussé dans la nonne, aimant la façon dont elle gémissait. Son dos s'arqua alors que je glissais de plus en plus profondément dans son trou du cul. Je me suis enfoncé dans ce paradis merveilleux, centimètre après centimètre de ma bite disparaissant dans sa gaine anale.

"Oh, Seigneur, je suis tellement pécheresse", gémit-elle. "C'est incroyable. J'ai toujours voulu faire ça.

"Tu vas faire toutes sortes de choses pécheresses cette année," gémis-je en me penchant sur le bureau. « Je parie que tu veux lécher la chatte d'une fille. Une de tes écolières innocentes et pures.

"Oh, mon Seigneur, c'est méchant," gémit-elle, ses entrailles se serrant autour de ma bite. J'ai touché le fond d'elle. "Je n'ai jamais voulu faire ça."

« Mais tu vas le faire », ai-je dit et j'ai retiré ma bite. « Tu vas presser ton visage entre ses jeunes cuisses et te blottir contre sa délicieuse chatte. Tu vas la manger pendant que je te baise par derrière. Elle pourrait avoir mon sperme en elle. Vous devrez la lécher pour la nettoyer.

"Cela ferait de moi une nonne si méchante", gémit-elle alors que je retirais ma bite. Elle frissonna. « Seigneur, sauve-moi, je veux le faire. Fais-moi bouffer leurs chattes ! Forcez-moi à les dévorer !

Ses entrailles chaudes massaient ma bite alors que ses mots résonnaient dans la pièce. Je replonge dans son trou du cul. J'ai enterré jusqu'à la garde dans ses entrailles. Mon entrejambe heurta ses fesses. La gifle résonna dans la pièce. Le plaisir me submergea. J'ai gémi. Mes couilles se sont resserrées. J'ai enfoncé fort en elle.

J'ai claqué fort en elle. Je m'enfonçai dans ses entrailles et gémis, giflant encore et encore son cul. Mes couilles ont frappé sa souillure. Elle se serra autour de ma bite, sa chair veloutée m'agrippant. La nonne mature et coquine a massé ma bite à chaque poussée dans son trou du cul.

Sa gaine chaude a alimenté la chaleur dans mes couilles. Les flammes croissantes ont amené mes noix de plus en plus près de l'ébullition. J'ai claqué dans ses entrailles, sa lotion lubrifiant le chemin. Elle haleta et gémit, ses mains agrippant le bord de son bureau. Son voile noir bruissait autour de sa tête.

"Oui oui oui!" siffla-t-elle. "Tu baises mon cul si fort."

"Tu continues à faire du bruit," gémis-je, enfonçant ma bite profondément dans ses entrailles avant de reculer, "cette mignonne là-bas nous entendra."

« Mlle Qadir ? » haleta-t-elle, son trou du cul se resserrant de manière veloutée autour de ma bite. Le plaisir m'envahit.

"Si elle le fait, elle pourrait devenir curieuse," gémis-je. « Elle pourrait vous surveiller. » J'ai martelé son trou du cul, mon entrejambe claquant dans ses fesses. « Elle pourrait nous trouver, et puis quoi ? Vais-je devoir la séduire. Dois-je te faire bouffer sa chatte pour qu'elle se taise.

"Oh, mon Seigneur Dieu, tu le ferais!" gémit-elle en rejetant la tête en arrière. "Oui, oui, il faudrait la séduire pour garder notre sale et vilain secret."

Son trou du cul est devenu plus chaud autour de ma bite. Ses gémissements résonnaient dans son bureau pendant que je la baisais. Mes couilles ont frappé sa souillure encore et encore. La chaleur gonflait dans mes couilles. La douleur augmentait au bout de ma bite, chaque plongeon dans sa gaine serrée nous rapprochait de plus en plus de l'explosion.

"Je devrais lécher sa chatte d'écolière!" gémit-elle. « Je devrais la manger dehors ! Oh, mon Dieu, oui !

Son trou du cul ondulait autour de ma bite plongeante. J'ai savouré la sensation de ses intestins ondulants. La chaleur dansait autour de moi. J'ai enterré dans sa gaine anale dur comme elle est venue. Son trou du cul a sucé ma bite. Cette chair merveilleuse et convulsive m'a rapproché de plus en plus de jouir en elle.

Je l'ai pilonnée. Mes noix me faisaient mal. J'ai enterré jusqu'à la garde dans son trou du cul spasmodique encore et encore. Le sang pompé chaud dans mes veines. Je fixai la porte, espérant que Miss Qadir entrerait dans la pièce. Avoir un trio avec deux des candidats génies serait tellement chaud.

« Suppliez-moi de jouir dans votre trou du cul ! ai-je grogné, voulant faire plus de bruit, sur le point d'éclater.

"Oui, oui, jouis dans mon cul de salope, de pécheur et de sale !" gémit la nonne Ifrit. "Enflamme ce sperme en moi ! Je suis une nonne si méchante ! Que Dieu me vienne en aide. Donnez-moi votre sperme, M. Derrickson !

J'ai claqué en elle et j'ai éclaté.

Mon sperme jaillit chaud et dur dans ses entrailles. Les puissantes explosions de sperme lui ont tiré dessus. Le plaisir a claqué dans mon esprit. Des étincelles ont explosé dans mes pensées. Je gémis alors que ma bite éclatait encore et encore. L'extase a déferlé sur mon corps.

"Putain de Dieu, tu es incroyable !" J'ai grondé alors que sa chair chaude massait ma bite en éruption.

Chaque jaillissement projetait un ravissement dans mon esprit. Je frissonnai alors que mes couilles se déchargeaient en elle. Elle gémit, ses intestins tordant ma bite à sec. J'ai atteint le sommet de l'extase et j'y ai été suspendu pendant un merveilleux battement de cœur. Puis j'ai haleté, mon orgasme est passé.

"M. Derrickson, gémit-elle. Elle respirait fortement, les ondulations de son trou du cul ralentissant autour de ma bite. "Oh, Seigneur, j'en avais besoin. C'était mieux que ce que j'avais imaginé.

"Que tous ces fantasmes dépravés que vous aviez en étant allongé seul dans votre lit," murmurai-je, "masturbant cette nonne-chatte chaude et coquine."

"Oui", gémit-elle, la potentielle Ifrit engagée dans cette fiction qu'elle était nonne. « Oh, Seigneur, tu vas rendre l'année scolaire mauvaise. Je voudrais pouvoir vous garder."

"Nous verrons," dis-je en sortant ma bite. "Peut-être que je te choisirai."

Elle a juste haleté lorsque ma bite est sortie de son trou du cul. Son sphincter se referma, emprisonnant mon sperme en elle. Je remontai sa culotte et souris. Puis j'ai remonté mon boxer et mon pantalon, me redressant pendant qu'elle se levait et lissait son habit.

« Eh bien, nous ne nous sommes pas fait prendre », dit-elle en me prenant par le bras et en me conduisant vers la porte.

« Cette fois, lui ai-je dit. "Peut-être que Miss Qadir a tout entendu et se doigte la chatte en ce moment."

"Ooh, découvrons." Elle attrapa la porte et l'ouvrit, regardant le couloir.

Jetant un coup d'œil au coin de la rue, la réception hors de vue, apparut le visage de Miss Qadir, enveloppé dans son foulard. Elle cligna des yeux derrière ses lunettes en nous voyant. « Des instructions, madame la directrice ?

"Oui, escortez M. Derrickson jusqu'à sa classe", a déclaré la directrice, sa main glissant le long de mon dos pour me serrer les fesses. « Faisons en sorte que notre seul élève de sexe masculin ne se perde pas. Nous devons prendre soin de lui. Il est spécial.

"Bien sûr, directrice," dit-elle, ses joues sombres paraissant un peu plus sombres. Une teinte écarlate sur son visage. Elle remonta ses lunettes et sortit, ses jupes tombant autour de ses genoux. Elle portait des collants noirs en dessous. "M. Derrickson, si vous pouviez... »

Je m'éloignai de la nonne et me dirigeai vers l'écolière arabe. Je lui tendis le bras. "Mlle Qadir."

Elle se mordit la lèvre et me prit le bras. Ses joues étaient encore plus brillantes. Je l'ai escortée jusqu'à la porte, la lui tenant ouverte, puis nous étions dans le couloir. Elle avait une odeur agréable autour d'elle, quelque chose de frais et rafraîchissant. Pur même.

"Vous, euh, faites beaucoup de bruit, M. Derrickson," dit-elle.

« Corey », ai-je dit. "Appelez-moi Corey, Mlle Qadir."

"Zahia." Elle m'a jeté un coup d'œil puis a détourné le regard, ses lunettes se déplaçant sur son nez. "C'est mon prénom."

"Beau nom," dis-je. "Vous convient. Arabe."

Elle acquiesça.

« Et comment une jolie fille musulmane s'est-elle retrouvée dans une école catholique ? À moins que tu veuilles juste porter cette jupe en tartan. Je baissai les yeux sur ses jambes. "Tu es superbe dedans."

« Corey, dit-elle en secouant la tête, tu es censé te comporter avec bienséance. La directrice l'a dit.

"Alors je ne devrais pas dire que ces lunettes mettent en valeur tes yeux sombres et que le rougissement de tes joues te rend ravissant ?" J'ai demandé. « Ou que votre foulard vous donne cette grâce séduisante ?

Ses joues s'assombrirent.

« Tu n'as pas répondu à ma question, mais tu as essayé de me distraire avec tes rougeurs féminines », dis-je.

"Hmm?" Elle cligna des yeux. « Oh, oui, je ne suis pas musulman. Tous les Arabes ne le sont pas. Certains d'entre nous sont chrétiens. Après tout, les Terres Saintes étaient chrétiennes avant la conquête musulmane. Tout le monde ne s'est pas converti. Elle releva la tête avec fierté.

"C'est super," dis-je. « Je ne le savais pas. Tu es doué pour aider les gens.

« Tutorat ? » Elle acquiesça. "Je suis doué pour ça."

« Ouais, une fille intelligente. Toujours prêt à apprendre de nouvelles choses, n'est-ce pas ? Une jolie éponge absorbant toutes les connaissances que vous pouvez.

"Je suppose," dit-elle. « Avez-vous besoin d'aide ? »

"Je le fais." Si c'était la Marid, il n'y aurait aucun moyen qu'elle ne veuille pas me plaire. Les quatre étaient en compétition pour être celui que j'ai choisi. Cela faisait partie du jeu que Kyle avait mis en place. "Tu vois, j'ai baisé la directrice dans le cul, et j'ai besoin que tu me nettoies la bite."

Il s'est avéré qu'elle pouvait rougir davantage. Ses joues flamboyaient, faisant ressortir la teinte sombre de sa peau. Elle se tortilla. Elle joignit les mains et les frotta comme si elle les lavait. Ses épaules se tortillaient d'un côté à l'autre.

« Vous ne suggérez pas… » Son nez se contracta. "Toi et la directrice..."

"Ouais," dis-je en débouclant ma ceinture juste ici. Le couloir était dégagé. Nous avions le temps avant la fin des cours. "Tu as déjà sucé une bite avant ?"

Elle secoua la tête, se tortillant davantage. Elle avait l'air si mignonne. Tellement séduisant. Sa langue passa sur ses lèvres rouge foncé. Elle avait un nez délicat, et ces lunettes étaient si attirantes.

« Mais tu veux apprendre, n'est-ce pas ? Je lui souris et pris son menton en coupe. Je levai la tête pour rencontrer ses yeux sombres. « Tu aimes apprendre, n'est-ce pas ? »

"Je... oui..." dit-elle d'une voix tendue.

Mon pouce passa sur ses lèvres. J'ai appuyé sur sa bouche. Ses lèvres se refermèrent dessus un instant. Ses yeux s'écarquillèrent. Je l'ai sorti et j'ai dit : « C'est ta chance d'acquérir de nouvelles connaissances et de m'aider. Pour prendre soin de moi, comme la directrice l'a ordonné.

"Elle ne voulait pas dire ça," gémit-elle.

"Je l'ai baisée dans le cul", ai-je dit. « Elle faisait du bruit en espérant que tu nous attrapes pour qu'elle apprenne à se lécher la chatte. Ta chatte.

La fille tremblait.

Ma main gauche descendit dans mon pantalon. Je les ai enfoncés avec mon boxer. Ma bite dure est sortie. Les couloirs vides résonnaient du bruissement de mes vêtements. Avec sa respiration lourde. Ses yeux étaient couverts de rosée derrière ses lunettes, humides et luisants. La passion débordait dans ses sombres profondeurs.

"Il est temps pour vous d'apprendre non seulement à sucer une bite, mais aussi à la nettoyer." Je lui souris. "Vous devez être capable de prendre soin de moi comme l'a dit la directrice."

Elle baissa les yeux sur ma bite. Sa respiration s'accéléra. Elle serra les mains plus fort devant elle. Elle laissa échapper un gémissement. Ce son mignon et adorable. Puis elle a levé les yeux vers moi. "Ici?"

J'ai souris. Je l'ai eue.

"Ici," dis-je.

« Il y a des toilettes. C'est juste là."

« Juste ici », ai-je dit. Je glissai ma main de son menton. J'ai attrapé le haut de sa tête. J'ai poussé sur elle.

Elle ne m'a pas combattu. Elle tomba à genoux. Je me délectais de ce pouvoir. C'était incroyable. Kyle et Aaliyah avaient créé quelque chose de spécial ici. Quelque chose de génial. Je m'en délecterais. Je profiterais de chaque instant dans ce collège pour filles.

Elle tendit une main tremblante et attrapa ma bite. Elle m'a tenu. Sa langue passa sur ses lèvres. Elle se pencha en avant. Son nez délicat se contracta lorsqu'elle inspira. Elle leva les yeux vers moi, les yeux écarquillés.

"Tu as vraiment... fait ça à la directrice," gémit-elle, les yeux écarquillés. Il y avait quelque chose comme de la crainte en eux.

"Oui, je l'ai baisée dans le cul," dis-je en lui souriant. «Maintenant, fais juste courir cette langue de haut en bas sur ma hampe. Nettoyez cette saveur aigre. Vous allez adorer. Ma main sur sa tête se resserra, le foulard étant doux sous ma main. « Tu es faite pour ça, Zahia. Vous allez adorer apprendre cette compétence.

Elle déglutit puis se pencha. Elle ferma les yeux en s'approchant.

"Vous avez besoin qu'ils soient ouverts pour voir," dis-je. "Regarde ma bite pendant que tu la nettoies. Léchez-le de haut en bas et délectez-vous de ce que vous faites. Soyez fier de votre tâche. En apprenant votre nouvelle compétence.

"Oui, Corey," dit-elle, sa voix aussi douce qu'un ruisseau qui coule.

Sa langue rose sortait. Elle effleura le bas de mon sexe. Elle a léché. Pas longtemps, juste un coup rapide. Elle frissonna et laissa échapper un petit gémissement. Cette salope cachée dans chaque fille, ce désir gratuit qui pouvait les prendre partout, gonflait en elle. Elle lécha à nouveau. Sa langue chaude a remonté ma bite, polissant mon bâton.

C'était incroyable à ressentir. Ici, au milieu du couloir, elle a léché ma bite sale. Ses lunettes se déplaçaient sur son nez alors qu'elle léchait. Voir son visage encadré par le foulard modeste ne faisait que rendre cela plus chaud. Ma bite palpitait et me faisait mal au bout. Elle a baigné mon arbre avec sa salive chaude.

« Comme ça, Corey ? demanda-t-elle de cette voix douce.

« Ouais, juste comme ça », dis-je. « N'ayez pas peur de mordiller avec vos lèvres. Sucez même un peu, mais n'avalez pas le bout. Pas avant d'avoir léché partout. Alors je finirai dans ta bouche.

"Tu veux dire... tu vas éjaculer ?"

« Zahia, je vais remplir ta jolie bouche de mon sperme. Vous allez avaler chaque goutte et l'aimer.

"Oui, Corey," gémit-elle, sa voix plus rauque, son excitation montant.

Sa langue lécha et lapa mon sexe. Elle y fit glisser sa langue. Sa chaleur humide me baignait. Elle m'a nettoyé. Je l'ai aimé. Elle changea sa prise pour lécher la racine. Elle gémit comme elle le faisait, savourant la saveur de ma bite.

Elle était magnifique, peut-être vingt ans. Zahia s'est épanouie dans cette salope sous mes yeux. C'était incroyable d'être témoin. Elle coulait avec mon désir, me laissant la guider. Maintenant, un torrent de passion coulait à travers elle. J'ai regardé dans les profondeurs de ses yeux sombres alors qu'elle faisait courir sa langue humide de haut en bas sur ma bite.

"Tu aimes cette saveur, n'est-ce pas ?" J'ai demandé. "Le cul d'une autre femme sur ma bite ?"

"Moi," gémit-elle. Elle tourna la tête. Elle lécha et lapa le bout de ma bite. Elle a scellé ses lèvres sur la hampe et a sucé le bord.

Je gémis alors qu'elle mordillait ma bite, me polissant avec ces lèvres douces. Elle se rapprochait de plus en plus de la pointe. Mon liquide pré-éjaculatoire a jailli. La douleur dans mes couilles a gonflé et gonflé avec tout ce qu'elle m'a fait.

Elle a atteint mon pourboire.

Elle passa sa langue sur la couronne spongieuse de ma bite. Elle caressa le bout rose. Mon pré-éjaculatoire s'est déversé sur sa bouche. Elle passa sa langue dessus. plaisir abattu ma bite. Elle a sucé sur les côtés, nettoyant tout le cul mature et fougueux de la directrice.

"Corey," gémit-elle. Elle a sucé de l'autre côté. « Tu es propre. Je devrais te sucer maintenant ? Soufflez-vous?

"Faites juste glisser ces lèvres sur ma bite," gémis-je. « Faites attention à vos dents. Ne mords pas. Scellez vos lèvres et sucez.

Elle hocha la tête, ses yeux aussi vitreux que la surface d'un lac sombre et profond. Elle a glissé ses lèvres sur ma bite, ses lunettes bougeant. Elle a englouti ma bite de faim. Ses lèvres glissèrent sur mon sexe. Le plaisir déferla sur ma bite. Un bonheur humide et merveilleux a englouti mon pourboire. Sa langue frottait le bas de ma couronne.

Ses lèvres roses scellées autour de ma hampe. Elle a sucé fort. Ma bite palpitait dans sa bouche. Mes couilles se sont contractées, le sperme voulant jaillir dans sa bouche. Je gémis, ma passion résonnant dans le couloir vers nous.

"C'est ça," haletai-je. Je passai ma main sur son foulard. « Il suffit de sucer ma bite maintenant. Mmm, comme ça.

La pression était incroyable. Elle tétait dessus, faisant des sons mignons et sirotants. Ses yeux me fixaient pour approbation. Je lui souris alors qu'elle apprenait sa nouvelle compétence. Elle était naturelle. Mes couilles se resserrèrent dans sa bouche affamée.

« Vous vous débrouillez très bien, dis-je.

Elle suça plus fort. Le plaisir a descendu mon arbre jusqu'à mes couilles.

"Maintenant, tu veux bouger la tête," haletai-je. "Tu veux faire glisser tes lèvres de haut en bas sur ma hampe."

Elle bougea la tête, ses lèvres douces et humides caressant ma bite. Sa langue frottait chaud le long du bas de mon arbre. J'atteignis le fond de sa gorge et elle recula. Son foulard bruissait pendant qu'elle suçait, ses joues rougissantes se creusant.

"Ouais," haletai-je, le plaisir déferlant en moi. « Et ne sois pas timide avec ta langue. Déplacez-le. Danse-le autour de ma bite.

Zahia gémit et suça. Elle a dansé sa langue autour de ma bite. Elle m'a caressé pendant qu'elle se balançait et suçait. Elle apprenait vite. Ma bite palpitait et enflait, se rapprochant de plus en plus de l'éruption dans sa bouche affamée.

Je déverserais tellement de sperme dans sa bouche. Je l'inonderais. Trempez-la dans mon sperme. Elle avalerait tout. Ce serait incroyable. Ma poitrine montait et descendait alors qu'elle m'aimait. Sa langue a dansé autour de la couronne de ma bite. Le plaisir parcourut mon corps.

Mes couilles se sont tendues. Sa tête tournait de plus en plus vite. Elle a sucé fort avec sa bouche coquine. Sa langue dansait autour de ma bite. Le plaisir déferla dans mon corps. Je gémis, aimant chaque instant de sa bouche affamée travaillant sur ma bite.

"C'est ça," dis-je. « Maintenant, vos mains. Il faut caresser la base du coq. L'autre devrait jouer avec mes couilles. Légèrement. Vous voulez leur masser le sperme. Tu veux avaler mon sperme.

Elle gémit autour de ma bite, suçant fort. Elle a avalé sur moi, me taquinant. Sa bouche bougea de plus en plus vite alors que sa main attrapait ma bite. Elle fista la base de ma bite, ajoutant un petit délice. Puis elle a pris mes couilles en coupe. Elle m'a massé. Ses doigts étaient doux.

J'ai gémi.

Elle m'a taquiné avec ces chiffres doux. Mes noix se serrèrent alors que des décharges de plaisir montaient jusqu'au bout de ma bite. Elle m'a rapproché de plus en plus de l'explosion. Je giclerais tout mon sperme. Inonde juste sa bouche avec chaque goutte de mon sperme.

"Merde," gémis-je, la pression augmentant. "Sois prêt. Je suis presque là."

Elle gémit autour de ma bite. Sa langue dansait, ses doigts massaient et elle suçait. Dur. Les sensations descendirent jusqu'au fond de ma bite. J'ai gémi puis j'ai éclaté. Ma tête s'est renversée alors que mon sperme a tiré dans sa bouche.

Chaque explosion de sperme envoyait cette merveilleuse extase claquer dans mon esprit. J'ai saisi le haut de sa tête pendant que je la pompais de mon sperme. J'ai tiré jusqu'à la dernière goutte de sperme dans sa bouche, la remplissant de ma passion. Ma poitrine montait et descendait. Mon cœur a tonné alors que le plaisir me traversait.

"Condamner!" J'ai gémi.

Elle a avalé. J'ai entendu sa gorge travailler alors que je tirais mon sperme dans sa bouche chaude. Les doigts de Zahia massaient mes noix. Ils ont renversé le dernier de mon sperme dans sa bouche. Le plaisir est descendu à cette félicité bourdonnante. Elle a continué à allaiter, avide de plus.

"C'est ce dont j'avais besoin," gémis-je, mon cœur battant la chamade. "C'était incroyable, Zahia. Tu as fait une bonne pipe.

Ses lèvres glissèrent et elle avait ce sourire satisfait et pourtant embarrassé sur ses lèvres. "J'ai vraiment fait ça."

"Oui, tu l'as fait," dis-je en hochant la tête. "Mmm, tu es définitivement en lice."

"Pour?" elle a demandé.

"Tu sais quoi," dis-je. « Celui que je vais choisir. Merde, c'était bien. Dommage que je doive aller en cours, mais je te donnerai plus de cours. J'ai tendu la main. Elle l'a pris et je l'ai aidée à se lever. Elle avait un peu de sperme sur la bouche, alors je l'ai embrassée sur le front. "Mmm, tu vas apprendre des choses plus étonnantes."

"Je... j'ai hâte d'y être, Corey," murmura-t-elle.

« Ma classe est juste là, alors tu fais un rapport à la directrice et tu lui dis tout ce que tu as fait pour moi. Faites-lui savoir que vous avez suivi ses ordres.

“Yes, Corey,” she breathed, her voice full of the awakened, liquid passion.

She scurried down the hall, her black-clad legs flashing beneath her red-and-green tartan skirt. It fell over her cute rump. J'ai souris. Zahia, Havva, and Sister Nova. I had one more genie to find. I think I'd seen her. Another Arab girl who must be the Si'lat. The flirty and vivacious and whorish one.

I spun around and wrenched open the door to the classroom. Sister Francis glanced at me. I smiled at her, giving her a bold nod. “So I can sit anywhere?”

She glared at me. “What did the headmistress say?”

“I told her about Bettie's problem and she understood,” I said, heading to the desk. “I don't think it's appropriate to share the details before the others.”

Bettie fixed me with her hazel eyes. She had a fertile smile on her regal lips. The submissive rich girl squirmed in her seat, clearly impressed by me. I winked at her and took a free seat beside the athletic girl with the glossy flow of black hair. She glanced at me, an amused smile on her lips. As she looked ahead, she moved with that liquid grace of an athlete, someone who knew her body fully.

I admired her toned legs beneath her desk. What would those feel like wrapped around my body?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Tania Buckley

“Tania!”

My new friend Regina darted up to me, her blonde pigtails dancing around her shoulders. She was a sophomore like me, nineteen and in her second year. I grinned and gave her a friendly hug. She felt a little stiff in my arms, her fair cheeks blushing with her embarrassment. Her airy perfume filled my nose.

“I see you found the cafeteria,” I said as I broke the embrace and hooked her arm.

She breathed in and said, “I just followed the scents wafting on the breeze.”

It did smell good. Maybe a private college had better quality food then the public university I had been attending with my sister and our Master, Corey. Regina was so adorable. Her virginal innocence made my pussy wet, my thighs getting soaked with my excitement.

Like a good sex slave, I wasn't wearing panties beneath my skirt.

We got in line to get our food, a bustle of girls around us all in the same skirts and blouses and bow ties. Despite the uniforms, there was a great deal of originality in socks—some girls had knee-high ones like me, others ankle socks with lace, or they wore black or white tights—and the shoes were a range of black flats from saddle buckles to polished dress shoes to cute Mary Janes like mine. Hair was the other great divide. Some girls had theirs shoulder lengthen, others long. Braids and ponytails, curly or flat. Some had bangs, others had barrettes to hold back their hair. One girl even had a headscarf on, a Muslim girl with glasses and this dazed look on her face.

There were so many cuties. As we moved through the line, I saw them everywhere. This athletic girl flowed by, her hair black and regal. A girl with dark-brown hair and a winsome smile swept past, another with sandy-blonde hair gathered in a braid, or the Asian girl with the blue-black hair falling sleek down her back.

So many cuties.

I chatted with Regina as we made our way to the food. I wanted to seduce her so badly. She would be my first gift to my Master. The first of the schoolgirls I would bring to his bed. I wanted him to fuck as many as he could in his search for the four genies.

It made me so wet. I was such a wicked girl.

Aleah had texted me about her romp with Corey and this new submissive girl Bettie. She sounded delicious. A virgin slut. Well, in the pussy. She was a pro at taking cocks in her mouth and asshole, but she was Catholic, so she'd saved her cherry for the right guy.

I hoped Master put his collar around her neck like he'd done with Aleah and me.

And maybe Regina.

“Where should we sit?” Regina asked once we had our food. It was an Asian theme with soba noodles in a rich broth and pork cutlets on a bed of brown rice. It was definitely a step up in the food department.

“There's my Master,” I said and led her to Corey. He had his food. He sat between Aleah and this Arabic girl I didn't know. She had the same innocence about her as Regina. The girl with the burnished-brown hair sitting across from Corey must be this Bettie. “I have to sit with him.”

“Oh, sure,” said Regina. Elle tremblait. “He won't mind if I'm there.”

“A cutie like you,” I said. “Of course not.”

We rushed over and I sat down beside the girl I thought was Bettie. It put me across from the Arab girl. She had a delicate, dusky face and her braid of plaited, black hair draped over her right shoulder, falling down her crisp, white blouse. Her round eyes flicked to me.

“Master,” I said. “Having fun at school?”

“Oh, I'm keeping myself amused,” he said. He was such a handsome, young man. Twenty and confident. His red hair was cut short and combed, his chin chiseled. His brown eyes flicked to Regina. “You making friends?”

“We're going to study math after classes,” I said. “Is that okay, Master?”

“That sounds perfect,” he said.

“So the second one's arrived,” the girl beside me said. She had a rich, fertile timber to her voice. There was something imperial in her gaze. The way she looked at me was almost dismissive like I was a servant or something. “The other sex slave.”

Regina choked on her food.

“Mmm, and you're the potential third,” I said. “Bettie, right?”

“We'll see,” she said. “Corey's certainly interested, but I might want more than to wear a choker.”

“You should be honored to wear it.”

Aleah smiled across from me. My sister had her auburn hair gathered in identical pigtails to mine, tied with tartan ribbons. She had a more modest bosom than me, her breasts hardly making an impression on her blouse. Mine were obvious, nice and round.

“This is Havva,” added Corey, nodding to the Arab girl. “She's also interested.”

Havva blushed and pushed around the soba noodles with her chopsticks.

“I bet you'll be amazing,” I told her and winked.

Regina squirmed beside me. She then started eating her food, her shoulders hunched. Her embarrassment was so cute. I would have so much fun “studying” with her. I was glad to have her at the table with me.

“Can I join you?” a quiet voice asked, her words like the soft babble of a brook.

“Of course, Zahia,” said Corey.

Another Arab girl, the one with glasses and the headscarf, took the seat on the other side of Bettie. She sank down with grace. I shuddered. Were two of the genies here at our table? The virginal Jann and the intelligent Marid? This was incredible. My Master was a stud.

“I taught Zahia something new today,” said Corey. “She was a quick learner. Very enthusiastic.”

“I was,” the girl said, her voice breaking. “I, uh, look forward to more lessons.”

Aleah beamed in delight. I looked around and smiled. This was the start of his expanded harem. The girls he was interested in. He'd have to choose between Havva, Zahia, and the remaining two genies, but he could have Bettie and Regina without any issues. They would both look hot with his collar on.

I felt mine tight about my throat beneath my blouse's collar and bow tie.

“What's it like being a sex slave with your sister?” Bettie asked me. She nudged my shoulder.

Regina stiffened beside me while Zahia peered around Bettie to glance at me. Havva's eyes flicked to me for a moment before she took a bite of her grilled chicken covered in the soy sauce. She was having the kosher/halal.

“Oh, it's the best thing in the world,” I said, stretching my back. “I mean, the things Aleah and I do for each other to please Corey are amazing.”

“How did this happen?” Zahia asked, her voice quiet. “I thought monogamy was the rule in Western countries. But you share your man with your sister?”

“Right, Arab guys can have what, four wives.”

Havva nodded.

“Muslim guys can,” said Zahia. “But not Christian men. Are you not Christian, Corey?”

“I'm agnostic,” he said and shrugged. “My friend Kyle pointed out Aleah to me. He thought she would be perfect. He was getting his own harem of girls at our college.”

“I was soooo perfect,” Aleah said. “I had these feelings in me awakened by what Kyle was doing. They must have always been simmering inside, then Corey came up and unleashed them. It was like...” She bit her lip. “I was a tea kettle full of water. The pressure had no way to get out of me. Not until Corey lit the fires beneath me. Then I steamed for him. I became his sex slave.”

“She made a gift out of me,” I said brightly, an incestuous rush shooting through me. “She told me all about her first time serving her Master. Not her boyfriend, but her Master. How she sucked his cock and then he tied her to the bed and ate her pussy before popping her cherry. I guess I was a tea kettle, too, because her words lit that fire. She saw me steaming, and knew I needed a hotter flame. She asked if I could help her out. If I could be a gift to her Master and I melted through my panties. I'd seen him at school, and I wanted to share. We'd always been close, but now we're united.”

Bettie nodded her head, smiling. “That's hot. Sisters. What a treat for you, Corey.”

“I'm a lucky guy,” he said and glanced around the table. “I hope to get luckier.”

Havva had this shy, excited smile on her lips for a moment. Then it vanished as she snagged another piece of chicken with her chopsticks. I couldn't wait for more girls to join the harem. I wanted my Master to be happy.

That was the best part of being a submissive. In giving yourself to another and taking joy in their pleasure. No different than a mother delighting in making a sandwich for her son.

We ate lunch and talked about classes. Regina and Havva were silent while Bettie enjoyed drinking in all the attention, soaking it up like rain landing on dry soil. She kept a flirty eye on Corey, clearly wet to be his. Zahia chimed in from time to time, making a comment, and Aleah laughed a lot. I just had fun, enjoying my noodles, and the pork cutlets were just delicious with soy sauce on them.

“Best school lunch ever,” I declared at the end of the meal.

“It's fine,” Bettie said. She pulled out her compact and stared at her reflection. She pursed her lips.

I ignored her and glanced at my sister. “Why did we ever stick in public college for so long?”

“Our parents couldn't afford it,” said Aleah.

“Right,” I said and grimaced. “Money.” I glanced at Bettie. She clearly came from money. A rich girl wanting to play at being a sex slave.

Corey wouldn't put up with a poser. She would be his submissive in truth or kick her bitchy ass to the curb.

“Hey, Corey,” a girl with brown hair said. She looked twenty or so. A junior. “We still on with the coffee?”

Corey grinned at her. “Hey, Jennifer. Think I forgot about you?”

She glanced around at the girls and then at Havva. “Well, you are growing a little clique here.”

“After school, you're going to show me this coffee place. I'm expecting it to be amazing.”

She blushed and nodded. “I'll meet you out front then.”

“It's a date.”

Jennifer beamed and then she darted away to a group of girls. They were all whispering and giggling. Bettie snapped her compact close and arched an eyebrow at Corey, an amused smile on her lips.

She didn't say a word though.

“Have fun on your date, Master,” I said. “She looks yummy. Could you eat her out for me?”

“I'll do more than that,” he said.

Regina swallowed beside me. Was that too far. I glanced at her and gave her a reassuring smile. She was blushing so prettily. Ooh, I was going to have so much fun with her at her house. Our study sessions would turn so naughty.

I was glad she moved in next door yesterday. How lucky for us.

“Havva, I want you to meet up with Aleah after school,” Corey said as pushed his tray to Aleah. She put hers atop it. “She'll get you ready for me once I'm done with Jennifer.”

“Yes, Sir,” Havva whispered, her voice soft and beautiful.

I beamed at my Master. He was having so much fun at the all-girls' college. I was so happy for him. It made me so wet. I would make sure that he had the best experience at this school. That he got the most girls and had the most amount of sex he could in his hunt for the four genies.

I would make sure he had the biggest harem of hot girls all eager to please him. A harem to rival Kyle's. And that guy had so many beauties with him when he showed up a few months back.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Corey Derrickson

Aleah took my tray to the collection place by the garbage cans while I nursed the last of my Pepsi. I glanced at my growing harem. Zahia showing up was promising. She wanted to win me as much as Havva.

My dick was hard. I had my date with Jennifer, my fun with Havva planned, and I still had the number of Natiqua in my pocket, written on her panties in lipstick. Plus, Vanessa wanted math tutoring of her own.

Maybe I could arrange a double “study date” with Tania, Regina, and Vanessa. A nice foursome. That would be a hot way to bring the virgin blonde into the fun while having fun with flirty Vanessa and my younger sex slave.

Tania stood up with Regina. My sex slave winked a green eye at me, excitement brimming in her smile. She was eager to seduce Regina for me. The little minx would be working on the girl this afternoon.

I couldn't wait.

The bell rang, lunch over. Everyone was standing up to head to fourth period. I sauntered to the restroom to piss before heading to my next class, Philosophy with Mrs. Blackwood. As I headed through the throng of admiring girls, one turned on the bench at her table. She wore fishnet stockings. The sight arrested my gaze. She had pale skin, lips painted a glossy black, her mascara heavy. Of course, her fingernails were also black and long. She crossed her legs, wearing combat boots instead of normal shoes. They were black and polished to a gleam. I could see my reflection in them.

“You're not going to get away with it,” she said, her eyes narrowing at me.

“With what?” I asked, confused by this goth girl's hostility. I felt the deep, simmering rage from her.

“Being the only boy here.” She stood up. She was almost my height. “This is a girl's only place. You're polluting it.”

J'ai haussé les épaules. “Someone wants me here. The rest of the girls don't seem to mind.”

Her black lips curled back in a sneer. “They don't know what they want. They're just bottled hormones reacting to the only outlet they think they have.”

I leaned in. “I won't take them all. There'll be a few for you to play with.”

She hissed and then shouldered past me. I didn't flinch, forcing her to twist her body to pass. Then she stomped off, her black hair swaying down her back. She wore her skirt as short as possible, her pale legs looking delicious in the fishnet stockings.

Shame she was some sort of man-hating lesbian. I'd be more than happy to share with her if she wasn't being a bitch.

The other girls were friendly. Smiling, blushing, and giggling with each other. I loved the attention. I had that giddy glee you could only get when you were surrounded by everything you wanted and could indulge.

God, I wanted to.

Pissing was hard with my erection, but I managed. Aleah was waiting for me. We had the same class next. She took my arm and held me tight, smiling at all the girls we passed. She was having so much fun being mine.

I reached Mrs. Blackwood's class with Aleah. We sauntered in. The professor, the African-American woman who was returning from her sabbatical, gave me an inquiring look. She was a mature woman, her bronze blouse hugging her large breasts while her skirt gave her hips a bell shape. It flared around her knees.

The goth girl was here. She glared at me as I sauntered by with Aleah.

“She's not a fan,” Aleah whispered and shivered.

“No, but the rest are.”

I grinned at them as I took my seat. I was a good boy for philosophy. It actually sounded interesting. What was the morality of being the only guy at an all-girls' school where most of them wanted to fuck me? Was it right to make them into my sex slaves? I had no idea. I wouldn't care if it was wrong, but the class intrigued me.

The professor was attractive, her wedding ring glinting on her dark hand.

Aleah and I had Chemistry next together. I was glad we had some of the same classes. The goth girl stalked off in the other direction. I hoped we only had one class together. She had a negativity about her that could kill the mood. She needed to get her cunt licked.

Maybe I should set her up with a girl to distract her.

Halfway to chemistry, Zahia appeared. She hurried over to me and pressed against me. “Can I suck your cock again?”

Aleah arched an eyebrow. “I see your lesson made an impression.”

“It did,” Zahia whispered. She shuddered. “Please, we have a few minutes before class.”

“Do you want to be more than my student?” Je lui ai demandé. I leaned down to her ear. My tongue flicked over her earlobe. “Huh?”

“I don't know,” she whispered. “I just... You have me so turned on. I want to learn about these feelings. Study them. With you.”

I grinned then glanced at Aleah and said, “I'll catch up.”

“Yes, Master,” she said and broke away. “Have fun with your private tutoring.”

I hooked Zahia's arm, looked into her liquid eyes and asked, “Are you a virgin?”

To be continued...

Articles similaires

De belles vacances

Que fait une femme dans la mi-trentaine récemment divorcée lorsque son lieu de travail a 2 semaines de vacances ? Et bien, partez en vacances bien sûr. Mon ex-mari était une personne autoritaire, il avait besoin que les choses se fassent selon son emploi du temps. Mais il m'avait mis à l'aise, je suppose qu'être avec quelqu'un de 20 à 30 ans fait ça. Mais je suis content que ce chapitre de ma vie soit terminé. Je pouvais voir les signes il y a quelques années et je pense que je voulais inconsciemment quitter le mariage de toute façon. Mais c'était...

1.1K Des vues

Likes 0

Meulage dans le sable

Je me suis allongé sur la plage en profitant du soleil. La journée ne pouvait pas être meilleure. J'étais à des milliers de kilomètres du travail, des embouteillages aux heures de pointe, de tous ceux que je connaissais et je n'avais rien de prévu. Alors que je regardais les vagues arriver et repartir, j'ai commencé à penser à la vie nocturne ici. Je ne peux pas très bien m'asseoir sur la plage tout le temps. Je veux dire que j'adorais ça, mais j'avais besoin de pomper mon sang. Un peu d'excitation ! Je suis passé à la réception de l'hôtel où...

828 Des vues

Likes 0

Aide voulu partie 7

Je me demandais si j'avais appris ma leçon en rentrant chez nous. Non seulement cela, j'ai commencé à calculer combien ma stupide aventure avec Caitlyn a coûté. Entre sa robe et ses chaussures et tout, mes nouveaux vêtements, le dîner et le pourboire, son taxi pour lequel je lui ai donné de l'argent et l'essence ; ça devait être près de neuf billets. De plus, le pneu frikkin avait besoin d'être réparé. J'ai regardé Caitlyn. Elle dormait. Y avait-il quelque chose de positif à sortir de toute cette mésaventure ? Sa chatte était rasée. Mais je ne verrais rien de tout...

1.1K Des vues

Likes 0

Le plus grand jour

Ce matin a commencé tout simplement génial. Mieux que je n'aurais jamais pu l'imaginer. J'avais passé un marché avec ma femme. Si elle voulait que j'utilise l'argent que j'avais gagné au poker de cette semaine pour aller à Columbus et voir le nouveau club de danse qu'ils avaient construit, elle devrait me donner une journée entière de plaisir sexuel chaque fois qu'elle en aurait l'occasion. Ce matin a commencé par se réveiller avec sa chatte scintillante planant à quelques centimètres de mon visage. Elle sait combien j'aime manger sa chatte. Elle a dû se réveiller beaucoup plus tôt car sa chatte...

843 Des vues

Likes 0

Nom de la mort 3

Nom de la mort 3 Si vous ne lisez pas dans l'ordre, vous risquez d'être perdu L'alarme du téléphone portable m'a réveillé à 22 heures. Je détestais le travail de nuit, mais je devais être Rick pendant quelques jours de plus ou jusqu'à ce que je puisse trouver un meilleur plan. Douche et rasé et habillé avant même que Lisa sache que j'étais debout. Elle faisait de la paperasse et regardait la télé. Femmes au foyer désespérées, je détestais ce spectacle. S'il vous plaît soyez prudent ce soir. Je pense que tu aurais dû prendre une autre nuit de congé. Dit-elle...

758 Des vues

Likes 0

Mise à jour en retard - J est toujours réfléchi !

Joli titre ? Je pensais que c'était drôle mais mon style d'humour n'est pas du plus haut niveau de la comédie, alors je m'égare. Vous m'avez tous manqué, mes fidèles lecteurs. Voir tous vos commentaires sur le fait de ne pas vouloir voir la fin de la colère de Gaia remplit mon cœur de chaleur et de joie, alors merci pour cela. Passons maintenant aux affaires....... Je suis en vie! Je vous promets que je ne suis pas un zombie alors ne vous inquiétez pas, je viens de passer un mois au purgatoire, mais maintenant que je suis de retour, j'ai...

622 Des vues

Likes 0

HOBO - Chapitre 15

CHAPITRE QUINZE Nous avons commencé l'année suivante encore plus agitée que la précédente. Le restaurant avait décollé beaucoup plus vite que prévu et Michelle travaillait de douze à quatorze heures par jour. Elle avait embauché Eddie Sampson comme manager, ce qui la gardait libre de s'occuper de la cuisine. Elle avait également embauché un autre cuisinier et une autre serveuse. En juin, la plupart des nuits, vous deviez attendre une table entre trente et quarante-cinq minutes. Michelle rentrait chez elle jusqu'après minuit la plupart des jours. Le premier juillet de cette année-là, j'étais assis sur le canapé à regarder la télévision...

572 Des vues

Likes 0

L'émission webcam de Tasha

La diffusion webcam sexy de Tasha, 18 ans, est interrompue par l'animal de la famille. Je suis Tasha, mais tout le monde m'appelle Ta-Ta. À cause de mes seins au chocolat 38 C. J'ai 18 ans et je mesure 5 pi 6 po, 115 lb de chocolat noir. Je porte une coiffure courte Halle Berry. Avec un butin de pomme qui ferait dire à J-Lo Merde Je vis toujours avec mes parents et mon petit frère de 15 ans, Calvin Jr (surnommé C.J) De plus, nous avons un pitbull de 3 ans nommé Bullet. Dont me fixe constamment avec ces yeux...

1.2K Des vues

Likes 0

Garde d'enfants avec Tara pt.2

Alors, j'étais là, debout dans la chambre de ma meilleure amie, ma bite semi-dure toujours dans sa main, un peu de mon sperme encore sur ses lèvres et sa langue. J'avais l'impression que ma force vitale s'était transformée en sperme et avait été aspirée hors de ma bite d'un seul coup. Et pourtant, j'en voulais plus. Elle venait de me faire la pipe la plus incroyable de ma vie, et maintenant je voulais lui rendre la pareille. Elle s'allongea sur le lit, glissant hors de sa culotte qui était déjà trempée d'impatience, me donnant la première vue complète d'elle nue. Ses...

1.1K Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.