James et Sarah dans la cabine

744Report
James et Sarah dans la cabine

Il scrute la pièce...

Il avait passé les deux dernières heures à faire exactement cela. Il voulait être sûr d'avoir choisi la bonne fille, et maintenant il pouvait la voir. Ironiquement, elle était la première fille qu'il avait vue en entrant dans le club. Il sourit à l'idée du temps perdu.

Elle était magnifique. Ses longues dreadlocks blondes tombaient dans son dos, masquant partiellement un tatouage magnifiquement dessiné d'un dragon qui remplissait la toile blanc pâle qu'il ornait. Ses seins coquins n'étaient couverts que par un soutien-gorge en dentelle noire, tandis que le monticule de son cul parfaitement rond était caché sous une jupe à carreaux incroyablement courte, à carreaux roses et noirs. Elle portait de longs gants sans doigts dans le même motif et des chaussettes hautes assorties, qui révélaient suffisamment de peau entre eux et le bas de sa jupe pour stimuler son imagination.

Il la regarda un instant, parlant et riant. Il savait qu'elle était celle qu'il lui fallait. La seule fille qui l'intéressait. Il traversa la pièce vers elle et sourit timidement quand ses yeux rencontrèrent les siens.

"M'accordez-vous cette danse?" demanda-t-il, avec un léger tremblement dans la voix. Il était nerveux ; il espérait qu'elle ne l'avait pas remarqué avec le vacarme de la musique autour d'eux.

Elle rit légèrement et sourit largement... "Bien sûr," répondit-elle, et lui prit la main.

Elle le conduisit dans un coin sombre du club où elle tira un rideau pour révéler un long couloir étroit. En la suivant, il vit que tout le long des deux côtés il y avait plus de rideaux, menant manifestement à d'autres pièces. Ils marchèrent jusqu'au bout du couloir jusqu'à un rideau ouvert, et elle le guida dans la petite cabine au-delà. Elle était parfaitement carrée, faiblement éclairée et couverte de miroirs de tous les côtés sauf l'entrée avec le rideau. Elle la ferma derrière eux.

"Nous sommes totalement seuls", a-t-elle déclaré en souriant. "Êtes-vous toujours aussi poli lorsque vous demandez une lap dance?"

Il a rougi. "C'est ma première fois", a-t-il répondu, timide.

Son sourire s'est encore élargi et elle s'est glissée vers l'avant jusqu'à ce que son corps soit pressé contre le sien... Sa queue s'est raidie immédiatement. Elle laissa échapper un petit rire. Elle avait visiblement senti le renflement de son pantalon palpiter contre sa hanche.

"Alors je m'assurerai de rendre ça très spécial ma chérie," dit-elle, aussi doucement que la musique le permettait. Elle respira fortement dans son cou et son odeur emplit ses narines. Il ne pouvait pas s'en empêcher, il devait fermer les yeux et se ressaisir. Il savait que le club avait une politique très stricte de ne pas toucher.
Elle le poussa en arrière sur la causeuse enfouie dans le coin et s'agenouilla devant lui. Le fixant dans les yeux, elle écarta largement ses jambes et se positionna entre elles. Elle se pencha en avant, pressant ses seins contre son jean palpitant et pinça les lèvres.

"C'est vingt livres pour une danse standard, c'est une chanson et entièrement nue. Quarante pour trois chansons et soixante-dix pour huit chansons. » Elle se pencha plus près et lui murmura à l'oreille : « Plus on avance, plus ça devient excitant. Puis elle l'embrassa sur la joue et se leva.

Fouillant dans sa poche, il sortit son portefeuille et en sortit son argent. Il l'a compté... Soixante livres. Merde, pensa-t-il.

"Eh bien," soupira-t-il, "je suppose que c'est quarante... je n'en ai que soixante."

"Je vais te dire quoi," dit-elle en enlevant une de ses chaussures, se révélant être beaucoup plus petite qu'il ne l'avait initialement pensé, "Et si je te faisais une réduction ? Comme c'est toi la première fois. Soixante livres pour les quarante minutes complètes.

Il a souri, un grand sourire qui montrait toutes ses dents : « Ce serait génial ! Le cadeau d'anniversaire parfait !"

"C'est ton anniversaire aussi !? Quel âge?" demanda-t-elle joyeusement.

"J'ai vingt-cinq ans aujourd'hui," répondit-il, souriant en retour.

« Alors tu vas définitivement te régaler chérie. Je m'en assurerai. dit-elle, diaboliquement.

Retirant sa dernière chaussure, elle les projeta dans l'autre coin de la pièce et se tint devant lui. Elle était minuscule. Il pensait qu'elle mesurait peut-être un mètre quatre-vingt-un cinq, mais maintenant qu'il la voyait sans talons hauts, il savait qu'elle ne mesurait même pas un mètre cinquante. Elle avait tout au plus quatre heures dix.

Elle a commencé à bouger sur la musique, alors qu'une nouvelle chanson commençait. Elle avait parfaitement chronométré. Elle posa une jambe sur le siège à côté de lui et se pencha en avant jusqu'à ce qu'elle soit assez près pour l'embrasser, puis elle se redressa et se tint sur le siège. Un pied de chaque côté de ses hanches, son entrejambe directement au-dessus de son visage. Tournoyant devant lui, elle ouvrit le côté de sa mini jupe et la laissa tomber sur ses genoux. Comme il l'a fait, il a révélé une paire de culottes noires en dentelle assorties à son soutien-gorge, et plus que cela, il a apporté une odeur avec. Doux, mais un peu musqué, il pouvait sentir le jus de sa chatte couler. Elle sentait assez bon pour être mangée. Il serra les poings pour se changer les idées. Comme si elle avait réalisé sa pensée, elle enfonça son entrejambe droit dans son visage, en même temps tirant son visage vers l'avant avec sa main sur l'arrière de sa tête. Sa culotte mouillée était pressée contre son nez. Il prit une profonde inspiration et sentit son sexe palpiter. Il était si dur que ça faisait mal. C'était hurlant d'être en elle.

Elle le laissa partir et se laissa glisser sur son front. Elle s'accroupit sur ses genoux, se balançant, se frottant contre lui au rythme de la musique. Elle berça l'arrière de sa tête dans ses mains et se pencha vers lui, pressant ses lèvres contre son oreille, elle chuchota : « Je m'appelle Sarah, qu'est-ce que tu as ?

C'était tout ce qu'il pouvait faire pour ne pas la jeter par terre et la baiser sur place. Elle l'avait déjà tellement excité.

"Ja... James," balbutia-t-il.

Elle a ri. "Eh bien James, apprécies-tu mon cadeau d'anniversaire?"

« Oh, bon Dieu, oui ! » Il souffla, droit dans son oreille.

Elle se pencha en arrière, posant sa chatte chaude sur sa bite dure et tendit la main derrière elle. Ses yeux ne quittaient pas les siens alors qu'elle dégrafait son soutien-gorge. En le retirant et en le laissant tomber au sol, elle sourit alors qu'il ne pouvait s'empêcher de regarder sa poitrine nue. Ses seins étaient des poignées parfaites. Il voulait tendre la main et les attraper, les sucer, éjaculer dessus, mais il savait que c'était contre les règles. Elle se dirigea vers lui à nouveau, posant sa tête sur son épaule et respirant fortement dans son cou. Se cambrant, elle souleva lentement son cul en l'air tout en faisant courir sa main sur sa poitrine, sur son ventre et sur sa bite palpitante. Doucement, elle poussa dessus, ramenant ses pieds au sol et enlevant complètement sa jupe comme elle le faisait, elle autorisa le haut de son corps à se pencher doucement en avant. Ses petits mamelons durs s'approchèrent si près de son visage alors qu'elle commençait à se redresser qu'il pouvait à peine le supporter.

En balançant ses hanches en rythme, elle se retourna lentement jusqu'à ce que son cul soit bien en vue. Elle ouvrit les jambes et se pencha. Il regarda directement ses fesses parfaites, et ses yeux buvaient lentement la vue devant lui. Son cul, la tache humide dans sa culotte où se trouvait sa chatte, et puis elle a réalisé... Elle était parfaitement pliée en deux. Alors qu'il regardait avec envie sa petite chatte humide, elle le regardait d'entre ses jambes. Elle lui sourit puis se redressa lentement. Fermant ses jambes, tournant ses hanches au rythme de la musique, elle fit glisser la culotte noire mouillée vers le bas, se penchant en arrière comme elle le faisait. Elle gardait ses jambes fermées, et avec sa culotte autour de ses chevilles, il regardait droit dans le trou du cul le plus parfait qu'il ait jamais vu. Minuscule et lisse, c'était tout ce qu'il pouvait pour ne pas se pencher en avant et lécher autour. Cette petite étoile parfaite.

Elle se redressa et se retourna. Elle a soulevé un pied de son sous-vêtement au sol, puis a relevé l'autre. Avec une précision parfaite, sa culotte mouillée s'envola dans les airs et atterrit sur son visage. Elle rit alors qu'il la respirait. Il ne savait pas vraiment quoi faire d'autre, on lui avait dit en entrant dans le club de ne pas bouger une fois que la fille danserait, est-ce que cela incluait maintenant ? Il pouvait la voir à travers les trous où ses jambes devaient passer, mais il décida d'être courageux. Il leva la main et l'enleva de son visage. Il lui sourit, prit une dernière profonde inspiration de son jus et laissa tomber la culotte à côté de lui.

"C'est tout pour vous," dit-elle, "Ils étaient parfaitement propres avant que nous n'entrions dans cette pièce."

Sa bite palpitait. Il ne savait pas si elle disait la vérité, mais il s'en fichait. Elle se tenait devant lui avec rien d'autre que ses mitaines et ses chaussettes hautes assorties et elle s'agenouilla lentement entre ses jambes. Ses yeux étaient fixés sur les siens alors qu'elle caressait ses jambes, vers sa bite dure. S'arrêtant juste, elle sourit et s'assit. Un à un elle enleva ses gants puis, allongée sur le dos elle ouvrit grand les jambes. Elle les ferma et enleva ses chaussettes. Encore une fois, un à la fois. Elle était maintenant allongée devant lui, complètement nue, et elle écartait les jambes autant qu'elle le pouvait. Il pouvait voir les lèvres de sa chatte scintiller dans la pénombre. Il lui sourit et elle lui rendit son sourire. Poussant ses seins vers le haut, elle embrassa et suça ses mamelons puis, elle descendit lentement ses mains. Elle les posa sur ses cuisses et verrouilla le contact visuel avec lui. En souriant, elle a déplacé ses doigts vers sa chatte exposée et a commencé à frotter son clitoris. James était hypnotisé; il n'avait jamais vu une fille jouer avec elle-même devant lui auparavant. Elle laissa échapper un léger soupir et glissa un doigt en elle. Il se contracta, voulant désespérément participer, voulant désespérément la baiser là, mais il savait qu'il ne pouvait pas.

Elle a retiré son doigt et l'a placé à sa bouche, essuyant son jus autour de ses lèvres, elle l'a ensuite mis dans sa bouche et a sucé ce qui restait. Rapidement, elle bougea, et avant qu'il ne s'en rende compte, elle était à nouveau à califourchon sur lui. Elle se pencha et l'embrassa. Il ne s'est pas retiré. Il savait qu'il devrait, mais il ne pouvait pas. Il la voulait tellement. Le baiser était léger au début, mais sa passion a grandi et la douce odeur et le goût de sa chatte étaient irrésistibles. Il enroula ses bras autour d'elle, et elle enroula ses jambes autour de lui.

"James," dit-elle, entre deux baisers durs. "Je veux que tu me baises. Je veux que tu me baises ici, maintenant.

Il n'a pas répondu. Il était en pilote automatique. Pendant qu'elle parlait, elle défaisait son jean. En quelques instants, elle avait son membre épais et palpitant dans sa petite main et le caressait astucieusement. Il était sur le point de jouir depuis qu'elle avait commencé à danser et il craignait qu'il ne dure pas. Comme si elle lisait dans ses pensées, Sarah a rampé vers le bas, entre ses jambes sur le sol et a glissé sa bite solide dans sa bouche. Il faisait chaud et humide, et elle a utilisé sa langue de manière experte autour de son sexe. Elle montait et descendait rapidement autour de la pointe, tandis qu'elle massait la base avec ses mains, et il l'observait attentivement, essayant de toutes ses forces de se taire mais laissant échapper des grognements ici et là. Puis elle s'arrêta brusquement, sa bite toujours dans sa bouche, il craignait d'avoir entendu un videur venir les vérifier, mais tout aussi soudainement, elle avala toute sa longueur dans sa bouche et dans sa gorge, le serrant fermement à la base . Il sentit son orgasme arriver alors qu'elle nichait son visage dans ses poils pubiens soigneusement taillés, et il lui attrapa l'arrière de la tête, la forçant à descendre sur lui alors qu'il faisait basculer son bassin en tirant des filets chauds de sperme crémeux dans le fond de sa gorge. Il l'entendit s'étouffer et crachoter un peu, mais elle avala jusqu'à la dernière goutte alors qu'il grogna et se précipita dans l'extase.

Alors qu'il terminait, il lui relâcha la tête et elle tomba à la renverse sur le sol. Ses yeux étaient larmoyants, mais elle souriait largement. Elle avait aimé s'étouffer avec lui. Elle avait pris plaisir à avaler son sperme.

Il était devenu mou après son orgasme extrêmement intense et se sentait un peu coupable de ne pas l'avoir encore baisée, comme elle l'avait demandé. Il sourit largement et se leva. Il l'aida à descendre du sol et la guida jusqu'au siège. La faisant s'asseoir, il s'agenouilla entre ses jambes et les écarta largement. Il l'embrassa depuis son genou, jusqu'à sa cuisse et jusque dans sa crevasse. Elle était mouillée, sentait et avait un goût fantastique. Il laissa sa langue prendre son temps. Laper lentement son clitoris, et de temps en temps faire un balayage complet des lèvres de sa chatte, puis le faire tourner autour du petit nœud de son clitoris, avant de répéter tout le processus à nouveau. Pendant qu'il faisait cela, elle gémissait de plaisir. Son bruit fit trembler sa bite d'excitation, alors il pressa son visage plus fort contre son bassin, la suçant dans sa bouche et concentrant ses coups de langue directement sur son clitoris, la faisant branler de plaisir.

Alors qu'il continuait à travailler sa chatte avec sa langue, insérant un doigt pour faire bonne mesure, il pouvait sentir sa bite durcir une fois de plus puis, soudain, il sentit quelque chose de nouveau. Elle avait déplacé ses pieds entre ses jambes et les avait enroulés du mieux qu'elle pouvait, autour de la tige raide. Elle essayait de le caresser, mais se débattait dans sa position actuelle et son état d'excitation, alors il a commencé à pousser. Ses pieds étaient parfaitement proportionnés à son corps... C'est-à-dire minuscules. Ils étaient parfaits et lisses et se sentaient si bien autour de sa bite. Il n'avait jamais pensé sexuellement aux pieds auparavant, mais ceux de Sarah étaient habiles et beaux. Il pouvait imaginer les embrasser, et même sucer les orteils. Elle était incroyable. Il inséra un autre doigt et elle se débattit à nouveau. Il l'a baisée au doigt, pendant qu'il suçait plus fort son clitoris et enfonçait sa grosse bite entre ses petits pieds, et il savait qu'il était temps...

Dans un mouvement fluide, il recula et plongea en avant, atterrissant sans effort avec une main de soutien de chaque côté d'elle, sa queue s'arrêta juste avant de la pénétrer et il poussa donc en avant avec ses hanches. Même lui ne pouvait pas croire qu'il avait réussi, mais il l'avait fait. Sans se guider, il était maintenant à l'intérieur, non seulement de la plus belle fille qu'il ait jamais rencontrée, mais aussi de la fille dont il avait reçu la plus grande pipe de tous les temps. Il avait beaucoup d'argent à l'idée qu'elle serait une putain de bonne baise, d'autant plus que sa chatte était la plus serrée qu'il ait jamais ressentie.

« Jésus, ma fille ! » Il a dit: "Tu es tellement serré!"

Elle gémit positivement et répondit: "Tu n'es pas si petite, tu sais?"

Ils ont ri pendant un moment, et le rythme les a fait commencer à baiser lentement. La chatte de Sarah était serrée, mais très, très humide, et James adorait chaque instant. Il se glissa aussi loin qu'il le put sans vraiment la quitter à l'intérieur, puis revint jusqu'à ce que toute sa longueur soit enfouie en elle. Quelques répétitions de cela et Sarah gémissait de façon incontrôlable. James a complètement oublié que cela pouvait alerter les gens de ce qui se passait et l'a pris comme un encouragement. Sa poussée plus forte, plus rapide et plus profonde, à chaque coup, laissant sa chatte serrée avaler toute sa longueur. Son corps vacilla et sa respiration devint erratique. Elle arrivait, et durement. Pour s'empêcher de crier, elle mordit durement son épaule alors qu'elle jouissait, il pouvait entendre et sentir son souffle chaud grogner sur son épaule à travers son t-shirt et le mélange de douleur, de bruit et de sensation des parois de sa chatte ondulant autour de sa circonférence le fit jouir une deuxième fois. Il serra les dents et martela son trou de plus en plus serré alors qu'il la remplissait, une fois de plus, de son jus d'homme chaud et collant. Frissonnant de bonheur mutuel, le couple s'affala, Sarah sur la causeuse, James sur le sol. Respirant fortement, ils se regardèrent et rirent.

"Wow!" Il a dit: "Je pense que c'est un certificat pour le meilleur cadeau d'anniversaire de tous les temps!"

Sarah a ri une fois de plus, haletant d'épuisement et d'extase, et a dit: «Je suis en arrêt de travail dans cinq ans. Tu veux revenir au mien pendant quelques secondes ? »

Articles similaires

Hors Limites Colocataire Pt. 3

Vue. La chaussette rose, pressant presque dans mes yeux. Il faisait sombre, mais après cet après-midi, je savais trop bien qu'il y avait des empreintes sales des orteils et de la plante des pieds dans une légère nuance de brun. Toucher. La voûte plantaire de Shiann, touchant mon nez. Les orteils contre mon front, se tortillant légèrement. Le talon, cognant mon menton plusieurs fois alors qu'elle descendait légèrement du canapé vers moi. La sensation d'un tissu légèrement usé, quelques lambeaux de coton qui s'étaient détachés du tissage de coton serré de ses chaussettes. Sonner. « Prouve-le. Prouve que tu n'es pas...

952 Des vues

Likes 0

Ceinture biblique - Partie 3 (FINALE)

«Je vais dans un camp chrétien», a annoncé Anne au petit-déjeuner un jour, environ deux semaines plus tard. Nos visites nocturnes étaient toujours en cours, mais plus nous continuions, plus j'étais résolu à ce que cela s'arrête. J'ai répondu à ma sœur en m'étouffant presque avec mes Cheerios, mais j'ai réussi à le couvrir d'une toux. Si j'étais vraiment le bon gars que je voulais être, ma première pensée aurait été de m'inquiéter de la façon dont elle allait survivre sans accès à sa dépendance, mais honnêtement, ma première inquiétude était de savoir comment j'allais survivre sans sexe pendant une semaine...

884 Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

766 Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

748 Des vues

Likes 0

Samedi après-midi_(0)

Comme prétexte : tout cela est 100 % vrai. Pas d'embellissement, pas d'exagération et pas de composante fictive. Cela faisait un moment que je n'avais pas vu Jim. Nous ne parlions plus autant qu'avant. Nous avions l'habitude de nous connecter à l'adolescence. Buvez quelques bières, déshabillez-vous. Principalement des expériences d'adolescents. Nous avions discuté en ligne, et à l'improviste, il m'a dit Je veux venir te voir, ça fait trop longtemps. Je n'étais pas sûr, mais il avait raison, ça faisait longtemps. Il a toujours eu une certaine emprise sur moi. Je ne peux pas l'expliquer. Mais à l'adolescence, il avait toujours aimé venir...

759 Des vues

Likes 0

Dortoir de GF 1

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie à l'époque où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Teagan est d'origine asiatique, ce qui lui a valu une petite silhouette élancée, des yeux noisette, de longs cheveux noirs et une peau naturellement bronzée. Elle a la chance d'avoir des bonnets B fermes, un ventre plat et des fesses minces et galbées - elle va souvent à la salle de sport pour faire des squats. Et pour couronner le tout, elle est très jolie avec un doux sourire. Étant introvertie, elle est très douce et timide. Ce n'est qu'après un an de...

664 Des vues

Likes 0

Acheter un en obtenir un gratuitement

Michael a décidé de prendre la nuit de son travail d'escorte, car une soirée en ville était exactement ce dont il avait besoin pour recharger ses batteries après une semaine très mouvementée. Pier 22, était un ancien entrepôt rénové en une discothèque récemment ouverte qui était située sur les rives du canal maritime de Manchester. Il était proche du centre-ville mais suffisamment éloigné pour ne pas perturber les quartiers voisins. Bénéficiant d'un restaurant sur le toit donnant sur les landes du Lancashire / Yorkshire, d'un casino avec un bar à cocktails et de l'une des plus grandes salles de danse du...

800 Des vues

Likes 0

ÉDUCATION UNIVERSITAIRE

Je viens de découvrir ce site l'autre jour et jusqu'à présent je l'adore. Je voudrais vous parler de ma première fois avec le sexe d'un homme à l'autre, mais je veux d'abord vous parler de moi et comment j'en suis arrivé au point d'avoir des relations sexuelles avec un homme. Je suis un homme de 53 ans divorcé depuis 30 ans. Je vis dans une ville qui a un collège d'État et je possède une entreprise de camionnage. mais tout s'est passé quand j'avais 30 ans. J'étais à Los Angeles en train de décharger mon camion et pendant qu'ils le déchargeaient...

693 Des vues

Likes 0

Définir la première table

Définir la première table Darien Kingford souleva la poignée de son téléphone et appuya sur le bouton clignotant de sa ligne privée. L'identification de l'appelant a montré un numéro qu'il n'a pas reconnu. Oui, bonjour, dit-il, presque avec une morsure dans la voix. Bonjour, M. Kingford, a salué une jeune fille. « Ravi de vous parler. J'espère que tu te souviens de moi? Je suis la fille dont le père m'a loué il y a trois semaines, et j'ai sucé ta bite et avalé tout ton sperme. Tu as dit que tu voulais être à nouveau avec moi, alors me voilà...

576 Des vues

Likes 0

HOBO - Chapitre 15

CHAPITRE QUINZE Nous avons commencé l'année suivante encore plus agitée que la précédente. Le restaurant avait décollé beaucoup plus vite que prévu et Michelle travaillait de douze à quatorze heures par jour. Elle avait embauché Eddie Sampson comme manager, ce qui la gardait libre de s'occuper de la cuisine. Elle avait également embauché un autre cuisinier et une autre serveuse. En juin, la plupart des nuits, vous deviez attendre une table entre trente et quarante-cinq minutes. Michelle rentrait chez elle jusqu'après minuit la plupart des jours. Le premier juillet de cette année-là, j'étais assis sur le canapé à regarder la télévision...

284 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.