Silencieux et essoufflé

247Report
Silencieux et essoufflé

Silencieux et essoufflé

C'est la maison de Tammy. Elle fait une fête. Quand j'y arrive, je peux dire qu'elle est un peu ivre... plus fort que d'habitude. Je reçois le salut habituel. Elle se lève d'un bond et enroule ses jambes autour de moi quand elle me voit. Elle me dit que mon "visage stupide" lui manque puis me propose à boire. Le reste de sa petite équipe Blow Out est là. Sage, et quelques autres danseurs aussi. Je sais que c'est sa maison, mais je ne sais pas comment elle la paie. Vraiment sympa, trop gentil pour quelqu'un de notre âge. Je fais le tour de la maison, la plupart des gens sont rassemblés dans la cuisine et je peux sentir le vide kush dans la porte coulissante arrière lorsqu'elle s'ouvre et se ferme. J'utilise un couteau à beurre pour remuer mon Jack et mon Coca quand je la vois à moitié trébucher par la porte arrière.

Je fais comme d’habitude, je reste plutôt silencieux et j’observe. On me propose quelques substances différentes, certaines sont plus difficiles à refuser que d’autres. Tammy retourne à l'intérieur et me tire par le poignet dans une pièce avec rien d'autre qu'un aquarium très impressionnant RETOUR éclairant la pièce. Elle me dit à quel point je lui manque encore une fois et m'ORDONNE d'aller chercher FUBAR et que je peux y rester pour la nuit. Je suppose que l'hospitalité n'est qu'un geste poli et enivré, c'est généralement le cas - oubliez cela, c'est TOUJOURS quand je suis invité à passer la nuit.

À mesure que la nuit mûrit, je fais le contraire. Heureusement, j'ai environ 2 heures de retard sur tout le monde, donc cela passe presque complètement inaperçu. L'équipe de kush sort à nouveau, et cette fois je la vois parler de moi à ses amis. Je lui fais une grimace maladroite et elle rigole comme elle le fait toujours. Sage se penche devant elle et soulève sa fine robe en drap. Tammy la siffle et lui donne des claques sur le cul à plusieurs reprises.

Pour la énième fois. Je me dirige vers la salle de bain luxueuse avec les toilettes noires et le lavabo. C'est à peu près à cette heure, vers 3h00 du matin, que j'affirme ma haine de moi-même et ma subordination. Comme je le fais assez souvent, je commence à me regarder profondément dans les yeux et à me rappeler que je suis VRAIMENT et que j'existe VRAIMENT dans CE corps à CE moment. Cela ne dure généralement que quelques secondes, mais cette fois, c'est plus long. Assez longtemps pour que je manque presque de rater le fragile coup frappé à la porte. Elle entre avant que je puisse répondre, merde, c'est sa maison, n'est-ce pas. Sans un mot, elle découvre une bouteille de coca de taille décente derrière un petit nœud sur le buste de sa robe vaporeuse. Elle me paralyse avec un regard trop séduisant et fouille dans la poche arrière droite de mon jean. Elle retire mon portefeuille et ma carte d'identité. Je m'assois sur les toilettes fermées et j'essaie de graver profondément dans mon esprit le regard qu'elle vient de me lancer.

Elle remarque que mon portefeuille est Gucci et me fait un sourire narquois impressionnant. Elle me tend le vyl et ma carte d'identité puis s'assoit elle-même sur les toilettes. Pendant que je hache ce tas de merde d'une qualité inattendue, je la remarque inspecter davantage mon portefeuille. À tout autre moment, n’importe quelle autre personne et moi l’aurions arraché, mais pas elle, pas ce soir.
Quelque chose dont je suis en fait un peu fier, c'est ma capacité à couper la coke en rails nets et serrés. Je lèche le bord de ma carte d'identité et lui dis qu'elle est debout. Elle me dit que je suis le premier sans lever les yeux de son nouveau jouet et au moment où je relève la tête, elle la tient entre le bout de ses doigts. Mon MAGNUM. Nous serions en fait devenus de très bons amis. Il était là depuis plus longtemps que je ne m'en souvenais. Elle sourit et me regarde dans ma prochaine ligne.

Cette fois, quand je lève les yeux, elle a l'emballage déchiré en deux entre ses dents, comme si c'était une barre SNICKERS. Son index enroulé autour de ma laisse me tire directement devant elle. Alors qu'elle jette le caoutchouc vierge à la poubelle et prononce deux mots : "Montre-moi". Elle savait comment ouvrir ma ceinture et mon pantalon plus rapidement que moi. Il ne me faut pas longtemps pour atteindre la masse critique, même si elle ne fait que la regarder. Elle crache dessus et le frotte. Je vois ses lèvres brillantes s'ouvrir et se fermer alors je ferme les yeux et baisse la tête en arrière. Seulement, il n'y a rien. Rien que moi cherchant sa langue percée, chaude et soyeuse pour GLISSER contre le dessous. Je baisse les yeux pour la voir debout, elle me tient toujours enfermé dans une main. Nous nous dirigeons vers la porte et elle la verrouille alors qu'elle me demande si j'ai déjà eu un SNOW BUNNIE auparavant.

Je sens mon cœur essayer de sortir de ma poitrine, mais je fais ce que je peux pour garder le contrôle. Elle m'accompagne jusqu'à la baignoire et me dit de m'allonger. Je chevauche un côté de la baignoire et m'allonge sur le dos. Heureusement, je n'ai pas vidé le vyl. Elle s'agenouille à côté de moi et crache encore dessus. Cette fois, elle le frotte lentement, mes yeux sont fermés mais je la sens me regarder. Elle jette le reste du vyl et en prend la moitié, tousse, puis la seconde moitié. J'essaie de m'asseoir mais sa main me frappe dans la poitrine pour me rallonger, et c'est là que je l'ai senti. Cette langue. Large les deux premières fois, puis pointue, flottant au point idéal comme si elle savait où il se trouvait. Je pensais que j'allais perdre la tête à ce moment-là, mais à ce moment-là, je suis devenu engourdi. Juste assez engourdi pour durer aussi longtemps que je le ferais normalement, mais pas assez engourdi pour m'en sortir.

Cela m'a rappelé une langue de serpent. Je passe mes doigts dans ses cheveux et elle entrelace mes doigts avec les siens, puis les forme en un poing. Je coince sa bouche jusqu'à mon ventre et je l'entends fredonner un petit rire. Je la regarde et vois sa main libre s'agiter entre ses jambes. Les filles qui aiment sucer autant qu'elles aiment se faire manger dehors sucent une bite comme si elles souhaiteraient en avoir une.

Elle m'a tiré très fort, puis a peint mon manche avec sa langue comme si c'était un putain de poteau de clôture. Je dois attraper le rideau de douche et le mordre lorsqu'elle accélère vers la fin. Une de ses mains me gratte la poitrine jusqu'à la main alors que j'entre en éruption dans son ventre. Je n'entends pas un seul bâillon pendant qu'elle le nettoie comme un tube de dentifrice. Avec 3 gorgées solides, elle dissimule étroitement les preuves.
Je suis resté allongé sur le bord de la baignoire pendant un moment et à ce moment-là, j'ai commencé à réaliser que j'avais l'impression d'être allongé sur une batte de baseball en aluminium. Sans un mot, elle ouvre la porte et s'en va. Je me lave les mains et jette un peu d'eau sur mon visage avant de faire de même.

Quand je reviens à la cuisine, je vois qu'elle n'a pas perdu de temps pour trouver du chewing-gum dans l'un des nombreux sacs à main éparpillés dans l'endroit. Je trouve le salon et me laisse tomber sur le canapé. Je ne plop jamais, mes amis le savent, à moins que je n'en reçoive. Pas de mots, juste des regards de la part de chacun d'eux. Petits haussements d'épaules, je lui jette un coup d'œil, ils se regardent tous. Je suis pris. Elle s'en fiche. À vrai dire, elle aime ça. Je le sais parce qu'elle fait semblant d'avoir la bouche fatiguée et se frotte les coins de la mâchoire. Une explosion de rires KUDOS résonne sur le parquet. Je saute et sors pour fumer/réfléchir.

Je suppose qu'elle en a fini avec moi. Elle était curieuse, elle a tué cette curiosité et maintenant je suis une vieille nouvelle. Ce ne sera peut-être même pas le dernier gars à se faire dôme ce soir. Peu importe, peu importe. Nous avons tous les deux obtenu ce que nous voulions. Avant de m'en rendre compte, j'en suis à ma 3ème cigarette au cours de la même PAUSE. Il entre en jeu. La première chose que je fais est de faire défiler l'iPod.
Il ne me faut pas longtemps avant de procéder à la greffe d'iPod, et toute la maison est sombre, à l'exception de l'écran plasma et de ce putain d'aquarium. Au fil de la nuit, le matin arrive et je commence à descendre. Tammy me sauve avec un fusil de chasse rempli d'une merde violette ridicule. Nous finissons par parler de travail, de relations passées et, surtout, de sexe. Comme nous l'aimons. Comme il est parfois préférable de BAISE plutôt que de FAIRE DU SEXE ou de FAIRE L'AMOUR. Bientôt, je me rends compte que c'est la même fille qui m'a donné la tête quelques heures auparavant, et je lui parle toujours.

Le soleil commence à atteindre son apogée et à brûler ses rayons à travers toutes les vitres. Je l'entends pousser un petit gémissement et elle me dit qu'elle "n'a pas encore fini ce soir". Elle entre et ressort dans un joli petit pyjama et deux Fraps à la vanille en bouteille. Nous discutons encore mais elle me dit ensuite de la suivre dans la maison. En parcourant le couloir, j'entends ses petits pieds délicats tamponner contre le sol et je remarque à quel point son petit cul est parfait. Elle me dit qu'il n'y a qu'un seul endroit dans la maison qui reste sombre toute la journée, et c'est pourquoi elle a choisi la plus petite des 3 chambres à l'étage.
Sa chambre est grande. Pas énorme, mais grand. Je repère instantanément les putains de surfaces potentielles, mais je me souviens aussitôt que nous ne sommes à nouveau que amis. Elle attrape un oreiller et me le jette puis en prend un pour elle. Je la suis jusqu'à la porte de son énorme dressing, après avoir insisté pour qu'elle entre en premier. Un petit lit fait de vêtements repose dans l'un des coins. Elle se blottit en me disant que c'est l'une des raisons pour lesquelles elle m'aime bien, parce que je suis "UN GENTLEMAN". Je lui dis que c'est juste la façon dont j'ai été élevé mais elle s'en remet.

Elle me dit d'éteindre la lumière et ça devient CAVE BLACK. Je ne vois pas ta main devant ton visage NOIR. Je m'allonge rapidement avant de tomber sur quoi que ce soit et lui dis que j'aurais aussi choisi cette chambre. C'est complètement silencieux pour la première fois depuis mon arrivée ici, mais pendant un très long moment. Au bout d'un moment, je l'entends s'approcher de moi. Elle s'agenouille derrière moi et soulève ma chemise par-dessus ma tête. Une cheville se fraye un chemin de chaque côté de ma taille et sur mes genoux. Je sens ses lèvres tendres et brillantes se presser contre mon dos. Ses petites mains surprennent mes pièges avec une prise irrationnellement ferme. Je peux sentir cette langue à chaque baiser, et c'est à ce moment-là que je recommence à battre. Elle le sait. Ses pieds peuvent le sentir. L'un d'eux s'accroche en dessous et caresse lentement. Je m'allonge sur elle et je sens ses minuscules tétons solides à travers son petit t-shirt. Ses dents prennent en otage un de mes lobes d’oreille tandis que ses pieds entament une pole dance sur mes genoux.

Je gratte mes doigts de haut en bas sur ses deux jambes bien rasées et lotionnées. À ce moment-là, elle nous retourne et me monte sur le dos. Je peux sentir la chaleur de ses LÈVRES juste au-dessus de mes fesses. Elle me frotte le dos comme si elle le faisait depuis des années. Je sens l'huile couler sur ma colonne vertébrale et être pressée dans mes mouchoirs. Elle me dit que je ferais mieux de ne pas m'endormir et je ris, je ne peux rien promettre. Elle me gifle violemment entre les épaules, là où je ne peux pas l'atteindre. Je lui ai dit que ça se passait si bien jusque-là. Puis le broyage s'arrête et elle me descend. Je reste allongé là un moment jusqu'à ce que j'entende de l'autre côté du placard qu'elle me dit d'allumer la lumière. J'allume le variateur juste assez pour voir les ombres. Plus encore, dit-elle. Un peu plus haut et je l'entends dire que c'est bien. Je fais le tour de l'arrière du luminaire au milieu du placard pour la voir se frotter avec l'huile.

Un de ses pieds glisse le long de ma jambe et dans mon caleçon. Un mot, OFF. Mes sous-vêtements ont touché le sol, tout comme mes genoux. Je trace son contour le long de ses jambes, au-delà de sa taille et autour de son dos et je la soulève vers moi. Elle passe ses jambes par-dessus mes épaules et me tire par l'arrière de la tête vers sa fleur presque fumante. Ses doigts se bloquent derrière mon cou alors que je prends ma langue en ville sur elle. Elle se tortille hors de contrôle. J'attrape ses deux poignets et les serre ensemble sous elle. Le dessous de son cou est tout ce que je vois lorsque j'essaie de regarder son visage. La douce lumière met en valeur sa jeune cage thoracique serrée. J'essaie de lui pincer les tétons imbibés d'huile, mais cela ne sert à rien. Elle le fait elle-même. Sans tarder, j'appuie mon pouce sur son petit bulbe frémissant et plonge ma langue au plus profond d'elle. Elle reste silencieuse et essoufflée pendant un moment, puis inspire comme si je l'avais tenue sous l'eau. Je la grignote et j'avale un mélange de jus et d'huile. Je lâche ses mains et l'une d'elles attrape une tong à côté d'elle. J'en ris et à ce moment-là, l'autre main m'a repoussé. Je m'assois sur mes hanches alors que mon cœur viole à nouveau mon sternum.

A ce moment-là, un mince filet lui échappe et m'asperge le ventre. Avant qu'elle ne puisse m'arrêter, je serre l'intérieur de ses deux genoux avec mes mains et les fixe au sol de chaque côté de moi. Encore une fois, cette fois, ça me frappe à la poitrine. Son doigt danse autour de sa capuche jusqu'à ce qu'elle lance un troisième lancer presque directement dans mon nombril.
Je ne sais pas pourquoi je l'aime autant. Je ne pense pas que cela ait de l'importance. Je sais que je devrais m'inquiéter du tapis mouillé, mais tout ce que je peux faire, c'est regarder le liquide s'écouler de ma tige.
Elle est restée là, épuisée, pendant une minute, puis s'est redressée en me saisissant comme une poignée et en ne me lâchant pas jusqu'à ce que je sois complètement englouti par elle. C'était comme si elle avait sauté dessus de l'autre côté de la pièce.

Je passe mes bras sous elle et attache mes mains au haut de ses épaules. Ses cheveux mouillés collent à mon front tandis que je regarde ce qui ressemble à l'intérieur d'un cylindre de piston. Je ne peux pas m'arrêter. Je ne m'arrêterai pas. Je la sens me gifler fort, deux fois. Je la jette au sol et sans me guider, j'essaie de me retourner. Mes mains peuvent presque atteindre toute sa taille, et si je serre plus fort, cela va arriver. Je sais qu'elle ne peut pas respirer, je ne veux pas qu'elle le fasse. Elle veut que je ne veuille pas. Elle essaie de verrouiller ses chevilles derrière moi mais ses talons sont trop occupés à m'enfoncer dans le dos. J'entends sa voix commencer à céder. Je la retire de moi et lui dis de se retourner. Elle est trop paralysée pour bouger, et avant que je puisse m'en empêcher, je lui prends une poignée de cuir chevelu et, à travers les dents serrées, je me répète. Elle se retourne lentement avec un rire rapide et je la gifle fort sur une joue de cul luisante, de l'huile me vaporise le visage. Je vais m'essuyer la bouche quand je vois une chaussette haute à rayures roses et noires drapée sur un cintre. Je m'essuie la bouche avec, puis je la mets à genoux devant moi. Pour la première fois nos lèvres se rencontrent. Il y a encore cette putain de langue. Elle tient mon visage avec une de ses mains derrière elle. ELLE EMBRASSE EXACTEMENT COMME ELLE BAISE. Je n'avais jamais été aussi dur et elle le savait. Elle manoeuvre son cul et me repose dans le canal dégoulinant de son crack. Elle m'a travaillé comme un poteau aussi longtemps que je pouvais tenir debout.

Je mets ses deux mains devant elle et attache ses poignets ensemble avec la chaussette : deux fois, une fois, une fois, encore une fois. Je me penche en arrière et elle se met à genoux devant moi. Le fluide sacré s'écoule d'elle et tombe sur le sol entre ses genoux. Je prends deux doigts et flotte lentement, paume vers le bas, pour sentir les crêtes. Elle a ces muscles du bas du dos que j'adore. Je savais qu'elle le ferait. Brillant comme le marbre le serait si vous le polissiez pendant 3 jours d’affilée. Et ces petites fossettes, là où vont mes pouces. J'atteins mes hanches à travers elle et j'essaie de lui faire sentir jusqu'au fond de sa gorge. Cette fois, elle pousse un cri si fort qu'elle faillit me pousser dehors. Je vois ses doigts se retrouver. Elle avait la taille si haute que ses fesses me regardaient droit dans les yeux. J'essuie un peu d'huile sur son dos et j'enfonce mon pouce vers le bas.

L'huile m'empêchait de saisir sa taille, mais ses hanches travaillaient aussi fort que les miennes. J'ai enfoncé mes doigts profondément dans ses obliques. Chaque plongeon apportait de l'huile fraîche et brumeuse sur nous deux. Elle tomba sur son visage et tourna la tête sur le côté. Ses mains reviennent, une pour elle, une pour moi. Sa main gauche vibre d'un côté à l'autre dans un flou corné sur son clitoris, sa droite me tirant et me jonglant.

C'est à ce moment-là que ça arrive.

Je me sens devenir solide en elle et elle le sait. Elle me dit de changer et la transition s'est faite en douceur. Je retire mon pouce, elle est encore plus serrée qu'elle ne l'est devant.
Tout d'un coup, je me regarde, avec elle penchée devant moi. Ses orteils se recourbent et ses genoux se replient sous elle. Je me penche en arrière et elle rebondit sur mes quads. Je suis là, puis je la sens se serrer mais je recule. Juste à temps. Je la soulève du sol et la fais tourner, nous nous retournons tous les deux et son dos glissant claque contre la porte. Je lève les yeux et vois un porte-manteau et je le perds presque à ce moment-là.
Aussi vite que je peux, je jette ses poignets liés par-dessus le crochet. Je peux voir à quel point il lui est difficile de respirer. Elle est à la hauteur parfaite alors je mets ses jambes sur mes bras et retrouve cette porte arrière. Elle se mord la lèvre et me dit qu'elle est là, je lui dis que moi aussi et maintenant plus rien ne peut m'arrêter. La porte oscille d'avant en arrière dans son encoche. Elle redevient silencieuse et essoufflée. J'enfonce ses rotules contre la porte de chaque côté d'elle et je sens mes mollets commencer à avoir des crampes. Mes dents serrent, mes paupières s'agitent devant mes yeux. J'ai laissé échapper un son du plus profond de mon âme que je n'aurais jamais imaginé pouvoir émettre. Elle tourne la tête sur le côté et se tend si fort qu'elle aurait pu figer le temps. Je vois ses abdominaux fléchir et ses jambes spasmer contre la porte.

Au tout dernier moment, je soulève ses chevilles de chaque côté de mon cou et serre sa petite taille avec mes mains. Je le lance si fort qu'il explose et partout sur mes jambes. Je me débats assez fort pour entendre la porte claquer. Je vois de la bave s'échapper du coin de sa bouche. Je la traverse comme si j'avais un putain d'aiguillon pour une bite. C’est au-delà de l’électrification.

Elle me regarde comme si je lui avais frappé la poitrine, le front tendu de rides sexuelles. Ses mâchoires sont serrées, mais elle respire assez fort pour faire osciller sa lèvre inférieure d'avant en arrière, jusqu'à ce qu'elle la coince entre ses dents. J'entends la porte laisser échapper un autre craquement. Je ralentis mais je la laisse tomber sur moi plusieurs fois juste pour la voir se tortiller.

Je la tire vers le bas et m'effondre sur le sol derrière moi, toujours en elle. Elle me descend lentement et se retourne en monture inversée avec ses coudes au sol entre mes genoux relevés. Elle laisse le reste de mon corps couler sur ma poitrine et mon ventre, et pour la deuxième fois, elle me lèche proprement. Elle écarte les genoux et essuie ses lèvres trempées sur moi, laissant une trace de nos deux fluides, sueur et huile. L'huile fait glisser ma crème de mes abdos et sur le sol. Je ne sais pas pourquoi ça ne me dérange pas. Cela n'aurait pas d'importance si c'était le cas, j'étais trop épuisé pour parler, et encore moins bouger. Une fois que le reste s'est écoulé, elle se tourne à nouveau vers moi et s'allonge sur ma poitrine. Je défais ses poignets et elle enroule lentement ses bras autour de moi, ses mamelons toujours tranchants comme des rasoirs.
Je passe un bras autour de son dos et fais glisser son visage vers le mien. Elle enlève les cheveux de son visage et m'embrasse. Je l'embrasse en retour. Cette fois, ce sont des baisers différents, lents, sensuels et doux. Le genre de baisers qui...

met toi...

dormir...

Articles similaires

Détention 15 Conclusion Partie 1

On a frappé à la porte... ma mère. Je ne savais pas qu'elle était rentrée à la maison. J'avais été tellement pris dans mes pensées de Chris et Luke, que tout autour de moi s'est estompé et a disparu. Mais le son de sa voix me ramena à la réalité. J'aurais aimé qu'elle me laisse tranquille, pour que je puisse être paisiblement misérable avec mes pensées. « Brandon, êtes-vous ici ? » J'ai pensé à me taire, espérant qu'elle penserait que j'étais parti et ne me dérangerait pas. Mais même quand même, elle aurait ouvert la porte et serait quand même entrée dans ma...

728 Des vues

Likes 0

L'affaire2

JE PENSAIS QUE PUISQUE NOUS ESSAYONS DE NOUVELLES CHOSES AVANT QUE J'ENTRE DANS SON CUL, JE VEUX QU'ELLE ME SUPPLIE DE BAISER SON CUL. Je suis allé chercher de la glace et 3 pinces à linge. JE LUI DEMANDE SI ELLE AIME ÊTRE ATTACHÉE AU LIT ELLE N'A PAS RÉPONDU DONC JE LUI FELICULÉ LE CUL AUSSI FORT QUE JE PEUX PUIS ATTENDRE SES CHEVEUX EN TIRANT LA TÊTE EN ARRIÈRE ET JE LUI DIT QUE JE T'AI DEMANDÉ UN ? VOUS RÉPONDEZ OU JE VOUS FESSERAI ENCORE. AVEC LA PEUR DANS LES YEUX ET LE DÉSIR DÉGOUTANT DE SA CHATTE...

1.4K Des vues

Likes 0

HOBO - Chapitre 15

CHAPITRE QUINZE Nous avons commencé l'année suivante encore plus agitée que la précédente. Le restaurant avait décollé beaucoup plus vite que prévu et Michelle travaillait de douze à quatorze heures par jour. Elle avait embauché Eddie Sampson comme manager, ce qui la gardait libre de s'occuper de la cuisine. Elle avait également embauché un autre cuisinier et une autre serveuse. En juin, la plupart des nuits, vous deviez attendre une table entre trente et quarante-cinq minutes. Michelle rentrait chez elle jusqu'après minuit la plupart des jours. Le premier juillet de cette année-là, j'étais assis sur le canapé à regarder la télévision...

1.3K Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

1.8K Des vues

Likes 0

Acheter un en obtenir un gratuitement

Michael a décidé de prendre la nuit de son travail d'escorte, car une soirée en ville était exactement ce dont il avait besoin pour recharger ses batteries après une semaine très mouvementée. Pier 22, était un ancien entrepôt rénové en une discothèque récemment ouverte qui était située sur les rives du canal maritime de Manchester. Il était proche du centre-ville mais suffisamment éloigné pour ne pas perturber les quartiers voisins. Bénéficiant d'un restaurant sur le toit donnant sur les landes du Lancashire / Yorkshire, d'un casino avec un bar à cocktails et de l'une des plus grandes salles de danse du...

2.1K Des vues

Likes 0

House Girl X - Mongolie

À 9 h, heure locale, Rick Cheney et moi étions en vol, volant vers le nord de Negombo, au Sri Lanka, à Ordos, en Mongolie intérieure, en Chine. Notre avion était plus lourd de deux passagers, une brune anglaise d'albâtre avec un passé abîmé et une jeune fille irlandaise fougueuse avec des cheveux roux flamboyants et une passion qui va avec. Après avoir atteint l'altitude, mon avion prototype avait adapté son aérodynamisme à sa configuration ultra-élégante pour la vitesse. Un itinéraire direct vers notre destination ne prendrait que quelques heures de vol, mais nous ne pouvions pas risquer d'être détectés en...

821 Des vues

Likes 0

Horreurs combinées - Ch. 02 - La chasse

Horreurs combinées. S'il s'agit de votre premier chapitre à lire, il serait préférable de lire le chapitre 1 en premier, afin de digérer cette histoire, merci de votre inquiétude.. http://www.sexstories.com/story/83926/ Chapitre 2 : « la chasse ». La même nuit (Mado) n'était toujours pas sûr de ce que la créature voulait dire en disant ... VOUS AUREZ DES POUVOIRS SUR LES FEMMES, AUCUNE FEMME NE POURRAIT JAMAIS RÉSISTER À VOTRE CHARME... Qu'est-ce que cela signifie? Il devait essayer avant de prendre la route avec (Noga). Il ne pouvait pas penser à une meilleure victime que la jeune femme de chambre qu'ils...

998 Des vues

Likes 0

Sarah rencontre un fou

Sarah rencontre un fou Quand ils m'ont laissé partir, ils ont dit que je n'étais plus un danger pour moi-même ou pour les autres. Cinq victimes dans cinq États différents plus tard peuvent les avoir convaincus de réviser leur opinion. Les photos de moi qu'ils montrent à la télévision ont été prises il y a des années quand ils m'ont pris pour la première fois. Ils montrent un dessin de ce à quoi un artiste pense que je pourrais ressembler si je me laissais pousser la barbe. C'est incroyable comme il me ressemble peu. J'aime plutôt ma barbe. Au moment où...

831 Des vues

Likes 0

Le Bar_(0)

Je suis entré dans le bar environ une heure avant l'heure de fermeture. Je m'étais approché du bar pour prendre un verre lorsque la femme de chambre a été appelée à l'autre bout du bar alors qu'elle commençait à mélanger mon Jack et mon Coca. J'ai regardé son petit cul serré s'éloigner de moi sous ses longs cheveux blonds et j'ai pensé qu'elle était rappelée avant que je prenne mon verre n'était pas une mauvaise chose, sa robe noire moulante s'accrochait si bien à ses fesses que je pouvais voir son string. Quand la femme de chambre est revenue, j'ai vu...

318 Des vues

Likes 0

Frère adoptif, nouvelle vie, partie 1

Salut, je m'appelle Shawn Roberts, j'ai 19 ans (j'aurai 20 ans le 2 juillet), 5'10, afro-américain, avec des cheveux noirs courts, des yeux noirs (bruns foncés mais semblent noirs comme du noir). Je vais vous raconter une histoire intéressante sur la façon dont ma vie sexuelle a changé au lycée. Salut Shawn! J'ai entendu une voix appeler mon nom à distance alors que j'étais en train de m'entraîner sur piste. J'ai regardé au loin et j'ai vu mes trois meilleures amies les plus proches. Ils sont tous ridiculement magnifiques (j'ai de la chance). J'ai terminé mon tour et j'ai traversé le...

196 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.