Brouillon final : l'autobiographie

1KReport
Brouillon final : l'autobiographie

Projet final:

L'Autobiographie

================================================= =============

La saison de tennis touchait enfin à sa fin.


J'ai trébuché hors du terrain après mon dernier match, retirant ma chemise trempée de sueur, me dirigeant vers mon sac. Amber était assise à côté, me regardant marcher vers elle, un large sourire se dessinant sur son visage.
"Bon travail."
"Merci." Je haletai, attrapant mon eau, laissant tomber ma chemise sur ses genoux.
"Ugh, je ne t'aime pas tant que ça." Elle jeta le chiffon en sueur sur la table, puis se retournant vers moi, elle tapota mon ventre dénudé.

"C'est beau."
Je suis devenu plus fort, plus musclé, au cours des dernières semaines. J'autorisai un mince sourire. "Ouais? Montre moi les tiens."
Elle gloussa. "Peut-être plus tard."
J'ai attrapé mon autre ensemble de vêtements et du savon dans mon sac.
« Nous partirons après que je me sois changé. Tenir fermement."

Je laissai l'eau bouillante tomber en cascade sur mon corps, nettoyant la sueur et la crasse de la journée. Cependant, cela ne m'a pas vraiment fait me sentir plus propre.
Je n'ai pas perdu de temps. J'ai lavé mon corps fatigué et je suis sorti de la douche, j'ai retrouvé Amber, puis je suis retourné à ma voiture.
« Tu veux faire une sieste avant le film ? Nous avons encore beaucoup de temps.
"Super." J'ai hoché la tête, sortant des tribunaux de la ville, vers ma maison.

Elle gloussa alors que je m'effondrais, épuisé, sur mon lit et grimpais dans mes bras alors que je les lui tendais.
Son corps était toujours froid, comme le mien. Je me suis vite retrouvé à frissonner, alors j'ai grimpé sous les couvertures, souriant malicieusement alors que je lui interdisais à nouveau l'accès dans mes bras, me blottissant sous la couverture. Elle a ri et est montée avec moi, et nous nous sommes roulés en un tas emmêlé de membres et de couvertures, nous embrassant affectueusement.

Ses mains se sont glissées entre nous et j'ai sursauté de surprise alors qu'elle agrippait ma bite à travers mon short.
"Hmmm…"
Je lui ai tenu les bras et l'ai fait pivoter sur le lit pour que nous revenions à la cuillère. Elle gémit.
"Désolé bébé. Je ne suis pas vraiment d'humeur.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------

L'année scolaire touchait enfin à sa fin.


Alors que je me dirigeais vers le parking de l'école, j'ai trouvé Emily qui m'attendait dans ma voiture.
"C'est une surprise." Je m'approchai d'elle, enroulant mes bras autour de sa taille et me servant d'un baiser. « Avez-vous quitté la classe plus tôt ? »
Elle gloussa. "Comptez-vous chanceux, Ben."
"Je fais."

Nous sommes montés dans la voiture et je l'ai ramenée chez elle. J'avais prévu de la déposer seulement, mais elle avait un nouvel animal de compagnie. Nous sommes entrés dans sa maison. Dans sa chambre. Sur son lit.

Elle avait enlevé ma chemise avant que je ne m'en rende compte, et ses mains étaient douces alors qu'elles caressaient mes bras musclés, ma poitrine et mon ventre défini avant de continuer vers le bas. Je lui souris alors qu'elle déboutonnait mon jean, glissant curieusement ses doigts à l'intérieur, ses yeux regardant innocemment, dépliant ma grosse bite de mon pantalon et la caressant tendrement.
Je pouvais dire qu'elle avait déjà fait ça.
Mes propres mains étaient occupées à faire glisser son t-shirt pour prendre en coupe ses seins, les pétrir et les façonner à ma guise.

Emily fronça les sourcils. "Pas assez bon, hein?" Je baissais les yeux confus. Je pensais à autre chose….
J'ai vu ses lèvres charnues embrasser mon gland; mais je n'étais même pas dur.

J'ai entendu le grondement de la porte de son garage, signalant l'arrivée de ses parents.
"Merde."
Je suis immédiatement descendue d'elle, j'ai remis ma bite dans mon pantalon, j'ai récupéré ma chemise, je l'ai embrassée au revoir et je suis sortie.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -------

L'été touchait enfin à sa fin.

"Sheli." Mes mains la tenaient fermement en place par ses épaules. "Ça ne va pas marcher."

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------
---La partie était enfin terminée.
"Jessica. J'ai besoin de temps loin de cette relation.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------

---La chanson se terminait enfin.
"Je ne ressens pas la même chose pour toi, Ashley."

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------

Elle était absolument magnifique, Danielle. Ses lèvres rouges pleines à quelques centimètres des miennes alors que je planais au-dessus d'elle, mon corps en sueur s'enfonçant violemment dans le sien, mais je n'arrivais pas à ouvrir les yeux pour le boire.
Je savais qu'elle transpirait aussi. Ses yeux m'avaient toujours rappelé le ciel qui s'effondrait dans l'océan : immense, bleu et incroyablement beau. Je savais que sa bouche était légèrement ouverte comme si elle essayait de former des mots, mais tout ce qui sortait était des gémissements gutturaux alors que je glissais ma bite dans et hors d'elle; la baiser lentement, tranquillement…

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -------

J'étais un peu désespéré quand elle est partie. Je n'avais rien d'autre à faire.
J'ai regardé de mon lit à mon bureau, qui, généralement empilé de papiers, de brouillons et de bouteilles de Gatorade à moitié ivres, était propre et organisé. Je n'écrivais plus autant.

Je n'écrivais plus du tout.
Il avait perdu son attrait.

Tout avait perdu son attrait.


Je soupirai, me retournant et prenant mon téléphone.
5 messages manqués.
Je les ai tous lus, mais je n'ai répondu à aucun.
L'une était ma mère, demandant où j'étais. Deux étaient des invitations à des fêtes. L'un était mon entraîneur, rappelant à tout le monde de rester en forme pour la saison prochaine. L'une était Danielle, disant qu'elle avait laissé son sac à main quelque part.

J'ai démêlé les draps tachés de sperme. Ouais. Son sac à main.
Je l'ai mis sur ma table de chevet pour ne pas l'oublier.
Pourquoi a-t-elle apporté son sac à main au lit pendant que nous faisions l'amour ?
Je me retournai à nouveau, fermant les yeux et essayant de me forcer à faire une sieste.


Mon téléphone sonnait. Grrr.

"Bonjour?"
"Ben ? Pourquoi n'as-tu pas répondu ?
"Désolé, je viens seulement de regarder votre texte."
"Eh bien, pouvez-vous l'apporter?"
"Maintenant?"
"Oui! Bien sûr! Toutes mes affaires sont là-dedans !"
"D'accord, j'arrive dans un instant."

J'étais sur le point de raccrocher, mais j'ai réalisé qu'elle parlait toujours.

« Ah Ben ? »
"Ouais?"
"Avez-vous reçu le message sur la fête de Hammond?"
"Ouais."
"Eh bien, je sais que tu ne l'aimes pas vraiment, mais sa sœur a emprunté mon pull, dont j'ai besoin, alors pouvons-nous juste passer une minute pour que je puisse le récupérer?"
« Tu ne peux pas y aller seul ? Je suis occupé ce mercredi.
"Non! Je ne peux pas aller à une fête toute seule ! Elle a dit ça comme si j'étais stupide. "Vous n'avez pas besoin de parler à qui que ce soit, il suffit de suivre."

J'ai soupiré.
"Okay au revoir."
"D'accord, je t'aime bébé, au revoir!"
"Okay au revoir."


Grrr….

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -----

La maison de Leslie Hammond était plutôt un domaine. Elle était gâtée et une salope et une chienne. Mais tout le monde venait à ses soirées. Même moi, apparemment.

J'ai pu entendre le rythme pulsé depuis la maison dès que nous avons franchi les portes d'entrée. Et le volume doubla lorsque nous entrâmes dans la porte, nous faufilant à travers le fouillis de corps se tortillant et se frottant les uns contre les autres.
Tout le monde semblait mouillé. Ont-ils versé de la bière sur eux-mêmes ?
Je m'éloignai de Danielle dès que nous arrivâmes et me dirigeai vers la cuisine. Le frère de Leslie, Todd, était un de mes amis proches. Il planait généralement près de la nourriture.

"Ben."
"Hé, mec. Quoi de neuf?"
Je me suis assis au bar à côté de lui et nous avons regardé un couple baiser sur le canapé du salon. Dégoûtant.
"Où est votre copine?"
"Je cherche ta soeur."
Il rit. « Elle t'a traîné ici ?
"Ouais."

Todd se leva pour attraper du poulet sur la table et revint avec une assiette pour moi aussi.

"J'ai entendu dire que tu ne traînais plus beaucoup avec Ryan. Vous vous battez ?
J'ai haussé les épaules. "Oh non. Nous ne nous sommes tout simplement pas vus récemment.
"Eh bien, il est ici, quelque part." Il m'attrapa par l'épaule, m'entraînant hors de la cuisine. "Je vais le trouver pour vous."
"Non! Ça—c'est bien, tu ne…”

Mais mes mots ont été avalés par le rythme lancinant de la musique.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -------

Il était dans le couloir à l'étage sortant de la chambre de Leslie avec une fille. Je savais que mon cœur tremblait, mais je ne pouvais pas le sentir. J'avais froid et engourdi et mes lèvres étaient étroitement fermées.

Nous sommes restés debout et nous nous sommes regardés pendant un long moment.

"Hé."

Je clignai des yeux, presque surpris.


"Hé."


"Quoi de neuf?"

"Pas beaucoup."


La fille à côté de Ryan est passée devant nous, hors du couloir, et Todd m'a tapé dans le dos. "J'ai encore faim. Plus tard."
Et nous étions tout à coup seuls.
Je ne pouvais même plus entendre cette musique affolante.


"Donc…"

"Tu vas bien ?"

"Ouais, plutôt bien."




"Cela fait longtemps."

"Oui. Il a."



………



"C'était ta petite amie ?"

"Non."


"Je vois."



………?




« Tu sors avec Danielle, n'est-ce pas ? »
"Oui mais…"

"Quoi?"

"Elle est du genre..."
"Ennuyeux?" il a fini pour moi.

J'ai ri. "Ouais. Elle sait que je déteste Hammond, mais elle me traîne toujours ici !
Ryan gloussa. "Ouais, j'aurais certainement dû te prévenir dans quoi tu t'embarquais avec elle."
"Elle est bonne au lit cependant."
« Haha, ouais ?

Nous étions assis par terre dans le couloir, maintenant, confortablement face à face.

"Alors j'ai entendu dire que tu ne ferais pas de tennis l'année prochaine."
"Quoi? Bien sur que je le suis."
"J'ai pensé ainsi. Je l'ai entendu de Danny Mac.
je me suis moqué. "Eh bien, je suis presque sûr que c'était par jalousie."
"Oh, tu l'as battu cette année?"
« Ouais, je suis devenu beaucoup plus fort. J'ai relevé la manche de ma chemise pour faire étalage de mes biceps. Il a sifflé.
"Ahh, une fois une bombasse, toujours une bombasse."
J'ai ri. "C'est moi, d'accord."

Les yeux de Ryan s'illuminèrent magnifiquement. "En parlant de ça," il se leva, "la soeur de Kevin."
"À propos d'elle?"

"Freddy vient de m'envoyer un texto disant qu'elle était nue chez Mario, parlant de vouloir baiser quelqu'un."
"Elle est tellement bizarre."
"Mais elle est canon !"
« Ha. Vrai."
"Donc? Allons-y."

Je me levai également, incapable de retenir ce sourire maladroit que j'affichais toujours.
"Tu prends le blâme quand Danielle découvre que je l'ai abandonnée, cependant."
"Accord."


C'était comme si j'avais récupéré de quelque chose.
Être juste amis me suffisait amplement.

-------------------------------------------------- --------------------------------------------------

Danielle a rompu avec moi pour l'avoir abandonnée à la fête. Mais je ne m'en suis rendu compte que le lundi suivant, lorsqu'un ami l'a introduit dans une conversation. Mais cela ne me dérangeait pas du tout. J'étais de nouveau célibataire. Ouvert à tous.


Ryan avait amené sa Xbox chez moi et la jouait sur mon lit. J'étais à mon bureau en train de l'écouter devenir frustré. Chaque fois qu'il était tué, il devenait de plus en plus en colère jusqu'à ce qu'il crie et jette mes vêtements au sol.

"Vous les pliez encore." Je l'ai grondé.
« Avez-vous vu ce que cet enculé a fait ? Il y a un bug ! Il n'y a aucun moyen que cela puisse arriver !"

Je l'ai observé pendant un moment. Je n'ai jamais vraiment compris Halo… non… j'étais juste mauvais à ça, c'est tout.
J'avais apporté une pile de courrier plus tôt et j'y arrivais seulement maintenant. J'ai remarqué quelqu'un avec un tampon de l'Université dessus.

"Putain de merde."
Ryan leva les yeux de son jeu. "Quoi? Devoir de juré déjà ?
Je me suis tourné vers lui. "Queen Mary et Westfield !"
"Quoi?"

J'ai tenu le papier. "J'ai été accepté à l'université de Londres."
Il a fait une mauvaise tête. "Je pensais que tu détestais l'Angleterre."
Je lui adressai une grimace tout aussi méchante. "Non. C'est juste que j'ai l'habitude de vivre ici… Ma mère y est allée.

"Donc?"

"Alors elle a promis de payer les frais de scolarité si j'y allais."

Le froncement de sourcils de Ryan grandit soudainement. Il laissa tomber sa manette par terre et vint derrière moi, me regardant écrire une réponse.

"C'est loin de chez moi." Il m'a rappelé.
"Toute ma famille vit là-bas, idiot."
"Et tout est plus cher là-bas."
"Mais je ne paie pas les frais de scolarité."
« Et… Le climat est terrible !

Je l'ai regardé. "C'est quoi ton problème? Est-ce que je ne peux pas faire ce que je veux ?
"Non!"
"Quoi?"
"Je veux dire... oui tu peux, mais nous avons convenu d'aller à l'université ensemble !"

Je reniflai, scellant la réponse dans l'enveloppe qu'ils avaient jointe.
"C'était au collège, Ryan."
"Donc?"
« Alors, je ne veux plus être un génie de l'informatique ! J'ai grandi depuis, et toi aussi.

J'enfilai ma veste et pris l'enveloppe. « Tiens bon. » dis-je en me dirigeant vers la porte.

"Non!" Ryan sauta du lit, trébucha sur le cordon du jeu, et tomba sur moi, nous nous écrasant tous les deux au sol. Il attrapa l'enveloppe, mais je la gardai à l'écart, la glissant dans ma poche. Le visage de Ryan était rouge maintenant, alors que nous luttions. J'étais plus fort qu'avant, et nous nous sommes battus comme deux titans se lançant le tonnerre ; toute la terre tremblant à chaque rugissement. J'ai crié de frustration alors qu'il me frappait dessus, repoussant mes bras et s'asseyant sur ma poitrine. J'étais épinglé et je le regardais furieusement.

Ryan, cependant, avait ce regard bizarre. Comme s'il se demandait s'il devait faire quelque chose.
Alors,….

?

!

Ca c'était quoi!?


Ryan se pencha et pressa ses lèvres contre les miennes. Il était énergique et passionné. Mais la façon dont il me touchait était si douce que mes yeux se fermèrent et je restai figé au sol, même s'il avait retiré ses mains pour pouvoir tenir mon visage.

Il rompit le baiser et fit la moue comme un enfant gâté.
"Je ne veux pas que tu partes." Il m'a dit. "Je n'en ai pas fini avec toi."

Je n'ai aucune idée du genre d'expression que j'affichais en le regardant.
"Que veux-tu dire?"

Son regard paralysa mes sens.
"Je suis toujours amoureux de toi, Ben."

Cette fois, c'est moi qui l'ai levé et l'ai tiré vers moi. Je l'ai embrassé avec toute la colère et l'apathie que j'avais accumulées ces derniers mois. Nous nous roulâmes l'un sur l'autre, heurtant les murs et les meubles sans rien ressentir. Juste nos mains sur le corps de l'autre alors que je soulevais sa chemise et qu'il déboutonnait mon pantalon.
Je grimpai sur sa poitrine et me penchai pour sucer un mamelon. J'avais oublié à quel point son corps était chaud – presque insupportable. Ses mains étaient rugueuses contre ma peau alors qu'elles m'exploraient, et je frissonnai et ris alors qu'il chatouillait mes points les plus sensibles. Je lui rendis la pareille en gardant mes mains sur sa poitrine et en glissant ma langue le long de son ventre jusqu'au haut de son pantalon, et en me faufilant à l'intérieur. Il arqua le dos et gémit d'impatience alors que je le taquinais. Déjà, je pouvais voir le contour de sa queue rigide contre le tissu fin de son short de basket. J'ai plongé dedans.

Cela faisait longtemps.
Il y avait longtemps que je n'avais pas agrippé sa bite, l'avais sortie de son short et glissé avidement ma langue rugueuse de ses couilles à son gland. Je sentis de grosses mains courir dans mes cheveux, m'encourageant.
Caressant son sexe, j'ai pris la tête dans ma bouche et j'ai fait tourbillonner son liquide pré-éjaculatoire, me souvenant de son goût, le faisant se tortiller sous moi.

Pivotant sur le sol, Ryan a trouvé ma propre bite et l'a avalée, faisant mon cœur se contracter de surprise et de plaisir alors que je glissais dans sa gorge. Dans cette position, nous nous suçions les bites, là dans l'embrasure de la porte de ma chambre, gémissant et se tordant sur le sol comme des serpents, les corps entrelacés dans une danse moite de sueur.

Il s'est soudainement levé de moi, ma bite sortant de sa bouche, le laissant à bout de souffle.

"Salut, Ben."
"Hé."
"Poser."

Je descendis de sa poitrine et m'allongeai sur le dos, regardant ce beau garçon, me demandant ce qu'il faisait.

Il a chevauché mes genoux et a posé son cul sur ma bite humide, la forçant instantanément à se mettre au garde-à-vous.

« Putain de merde, Ryan. Tu es fou."
"Hein." Il grogna en me souriant. "Fou de toi."

Assis, il tendit la main sous lui et saisit ma bite, la pointant droit vers son cul.
"Prêt?"
"Ouais."
Il laissa ses jambes sous lui et laissa la gravité suivre son cours.

DIEU il était serré !
Il s'est empalé sur ma bite, les yeux écarquillés, la bouche fermée, le cul ouvert alors que j'envahisais son corps.
Centimètre par centimètre, j'ai glissé vers le haut et en lui alors qu'il appuyait sur moi, jusqu'à ce qu'il soit à nouveau assis sur mes genoux, avec ma longue et épaisse bite bouchant son trou.

La chaleur se déversa de son corps alors que je me retirais un peu, forçant un petit couinement de Ryan. Et encore une fois, alors que je me relevais, je le baisais doucement.

"Arrêt."
Mes hanches se figèrent dans les airs.
Il me regarda. "Je ferai le travail nécessaire."

Il a appuyé son bassin d'avant en arrière sur mes genoux, ce qui a fait que ma bite a massé les parois de son rectum. Cela m'a bouleversé.
Je tenais ses hanches alors qu'il commençait à chevaucher ma bite, incapable de retenir les gémissements de plaisir qui m'envahissaient alors qu'il s'enfonçait encore et encore sur ma bite. Il s'est baisé avidement sur ma grosse tige, de plus en plus vite à mesure que sa douleur se transformait en plaisir; incapable de s'arrêter; le désir de son corps prenant complètement le dessus.

Et j'étais juste là pour le trajet.
Je le tenais fermement alors que nous nous débattions et poussions nos corps l'un contre l'autre... la peau lisse claquant... mes mains explorant ses traits musclés et son beau visage... lui se penchant pour me capturer avec un baiser ; la nouvelle position provoquant une toute nouvelle vague de plaisir sur ma bite.

Il n'avait pas du tout touché sa propre bite, mais sa dureté pressait mon estomac pendant que nous baisions, lubrifié de sueur, de crachats et de liquide pré-éjaculatoire, et frottant contre les crêtes de mon pack de six serré.
Nos yeux s'étaient fermés pendant que nous nous embrassions et nous laissions nos mains chercher les points forts de l'autre. Je poussais en lui, maintenant, le baisant correctement. Dur, rapide et sans peur.

C'était chaud.
Tellement chaud, et je ne pouvais pas du tout penser correctement.
J'aurais dû ralentir, mais je pouvais sentir mes couilles bouillir et mes hanches agissaient d'elles-mêmes alors qu'elles se balançaient d'avant en arrière. forcer ma bite dans le corps de Ryan.
Décollant mes lèvres des siennes, j'essayai de trouver les bons mots.

"Ah, Ryan."
"O-ouais?"
"Je ne pense pas pouvoir m'arrêter à temps..."
"C'est bon. Je veux que tu jouisses en moi.

J'ai hoché la tête, le retournant sur le dos et appuyant fort, vers le bas, dans son cul béant.
« Putain, Ben ! »
"Merde!"

J'ai explosé, tirant d'épais jets de sperme dans son trou. Ce n'est qu'alors que j'ai réalisé qu'il avait aussi du sperme, le sentant éclabousser maladivement contre ma gorge et ma poitrine. Son rectum serra fort sur ma bite, me trayant ; et bientôt, son cul était plein à ras bord, et mon sperme a débordé sur mes couilles et mon cul.

Ma bite ramollie est sortie et je suis restée là un moment à regarder le sperme restant s'échapper de lui.

Nous étions allongés dans les bras l'un de l'autre, toujours par terre, comme des imbéciles.
Heureux les imbéciles.
Complètement joyeux, complètement ridicules, des imbéciles fous.

"Je n'ai jamais cessé de t'aimer, Ryan." J'embrassai son front en sueur.

"Dieu merci." fut tout ce qu'il réussit à répondre.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------

J'avais remis mon short et je me suis assis à mon bureau, entouré par les glorieuses possibilités de l'encre et du papier.

Ryan est arrivé derrière moi, m'enlaçant dans ses bras et posant sa tête sur la mienne.

"Hé." Il a dit.
"Hé."
« Qu'est-ce que tu vas écrire ? »
J'ai ri. "L'histoire de ma vie."

Ryan s'est assis à côté de moi, sur mon lit.
"Bonne idée! Vous devriez écrire sur nous ! Il m'a dit. "Vous auriez une expérience de première main pour toutes les scènes de sexe torrides!"

Nous avons ri et ri, comme nous ne l'avions pas fait depuis longtemps.

« Bien sûr », ai-je ri en roulant des yeux.
"Ce serait approprié pour une autobiographie."



================================================= =============
La fin
================================================= =============


NOTE DE L'AUTEUR:

Ah, c'est tout pour la série "Autobiography", j'espère que vous l'avez appréciée !
Si vous ne les avez pas tous lus, faites-le ! Si vous cliquez sur mon nom, vous pouvez voir toutes les histoires que j'ai écrites, juste pour votre plaisir.

Aussi, continuez à me soutenir avec des votes et des commentaires, et attendez avec impatience mes futures histoires !
Vous pouvez me contacter sur myspace.com/lostdreamsinger, pour discuter de moi, de vous, de la vie, peu importe ; ou parler de mon prochain projet : ‘Running Barefoot’.

PS : encore une fois, j'espère que ça vous a plu !!!!!

Ton ami,
le jeune auteur

Articles similaires

House Girl X - Mongolie

À 9 h, heure locale, Rick Cheney et moi étions en vol, volant vers le nord de Negombo, au Sri Lanka, à Ordos, en Mongolie intérieure, en Chine. Notre avion était plus lourd de deux passagers, une brune anglaise d'albâtre avec un passé abîmé et une jeune fille irlandaise fougueuse avec des cheveux roux flamboyants et une passion qui va avec. Après avoir atteint l'altitude, mon avion prototype avait adapté son aérodynamisme à sa configuration ultra-élégante pour la vitesse. Un itinéraire direct vers notre destination ne prendrait que quelques heures de vol, mais nous ne pouvions pas risquer d'être détectés en...

1.1K Des vues

Likes 0

La Barre 3

Cet endroit te rendait fou. Ta tête tournait. Êtes-vous ok? Mon Dieu cette voix. L'une des principales raisons pour lesquelles votre tête tournait. Cette femme. Le barman. Vous regardez profondément dans ses yeux. Perdu dans un esprit de pensées sales. Son regard ne quittait jamais le vôtre et pendant les courtes secondes avant que vous ne parliez, cela vous a semblé des heures. Je vais bien, as-tu dit sévèrement. Elle s'est approchée de vous. Vous pouvez vous arrêter à tout moment, a déclaré Mila. Ses lèvres douces à quelques centimètres des vôtres. Pourquoi faisait-elle ça ? Elle devait savoir qu'elle te...

811 Des vues

Likes 0

Des doigts Par Blueheatt …..Quand ma femme Linda était petite, elle couchait avec sa sœur aînée. Sa sœur aînée avait une petite amie pour passer la nuit. Trois dans leur grand lit n'était pas un problème. Pendant la nuit, ma femme s'est réveillée avec des mouvements dans le lit et de légers gémissements. Elle ouvrit les yeux et vit sa sœur aînée et son amie se faire face et faire quelque chose. Elle faisait semblant de dormir mais regardait. Les deux filles se doigtaient. Ils respiraient fort et de petits gémissements sortaient d'eux. Leurs doigts étaient dans la chatte de l'autre...

556 Des vues

Likes 0

Silencieux et essoufflé

Silencieux et essoufflé C'est la maison de Tammy. Elle fait une fête. Quand j'y arrive, je peux dire qu'elle est un peu ivre... plus fort que d'habitude. Je reçois le salut habituel. Elle se lève d'un bond et enroule ses jambes autour de moi quand elle me voit. Elle me dit que mon visage stupide lui manque puis me propose à boire. Le reste de sa petite équipe Blow Out est là. Sage, et quelques autres danseurs aussi. Je sais que c'est sa maison, mais je ne sais pas comment elle la paie. Vraiment sympa, trop gentil pour quelqu'un de notre...

578 Des vues

Likes 0

Vile - Chapitre 1 - Le tas

La chaude application de nectar sanguin sur ta peau de porcelaine rajeunira le creux des ténèbres dans lequel votre âme devrait mais ne réside pas, car si le vide de l'esprit est dépourvu de tout sauf du froid amer du néant défiant acharné ses propres désirs, il devrait être mis de côté et rempli à ras bord par du sang fraîchement siphonné. Je te léguerai la servitude non pas de ma propre domination légitime, mais à leur propre legs de loyauté éternelle au trône d'ivoire de la Flèche Blanche sur laquelle le Seigneur te parle maintenant; tu n'es d'aucune utilité pour...

749 Des vues

Likes 0

Une fille apprend sa leçon

En retournant péniblement vers les écuries, Katy se demanda si ce travail en valait vraiment la peine. Elle avait fait une longue marche et maintenant il commençait à pleuvoir. Elle allait être trempée dans le dernier kilomètre. Elle a tiré sur la laisse du chien et a commencé à courir vers la ferme et le refuge. Cela faisait maintenant six semaines qu'elle travaillait au manège et les vacances d'été touchaient à leur fin. C'était le début de sa dernière semaine. Le travail n'était pas très bien payé, mais Mme Johnson, la propriétaire de l'école d'équitation, a permis à Katy d'y installer...

495 Des vues

Likes 0

Mélina de la WWE

C'était le matin du mercredi 28 décembre alors que je me dirigeais vers les bureaux de la WWE à Stamford à 8h30. Il y a deux nuits, j'ai passé la nuit avec Trish Stratus, puis hier soir, j'ai passé la nuit avec l'ancienne diva Debra Marshall même si j'étais d'humeur aigre à la fin parce que j'ai découvert qu'elle avait conspiré avec Stephanie pour me déranger la tête. Nous avons fait l'amour dans la limousine, puis je suis parti vers 22 heures et, autant que je sache, elle rentrait au Texas pour faire tout ce qu'elle y faisait. Le sexe était...

540 Des vues

Likes 0

Acheter un en obtenir un gratuitement

Michael a décidé de prendre la nuit de son travail d'escorte, car une soirée en ville était exactement ce dont il avait besoin pour recharger ses batteries après une semaine très mouvementée. Pier 22, était un ancien entrepôt rénové en une discothèque récemment ouverte qui était située sur les rives du canal maritime de Manchester. Il était proche du centre-ville mais suffisamment éloigné pour ne pas perturber les quartiers voisins. Bénéficiant d'un restaurant sur le toit donnant sur les landes du Lancashire / Yorkshire, d'un casino avec un bar à cocktails et de l'une des plus grandes salles de danse du...

2.4K Des vues

Likes 0

Gokkun Bazooka

Barbara a gargarisé les six charges de jus de noix salé chaud et amer et a avalé. M. Johnny numéro sept s'est avancé et a déchargé une giclée qui a frappé le toit de la bouche de Barbara avec un plop audible. Le nom du gars n'était pas vraiment M. Johnny numéro sept, bien sûr. Barbara ne connaissait pas son nom. C'était un gars en surpoids avec des cheveux brun rougeâtre, peut-être 35 ou 40 ans et il avait un pénis de 3 pouces. Barbara ne l'avait jamais rencontré et ne le ferait jamais. C'était le genre de gars qu'elle ne...

1.5K Des vues

Likes 0

Plan vicieux

Le plan vicieux- FF7 citron par MISTER BIG T Cette histoire se passe après le bon citron pondu. Je vous préviens les gars ! Si vous essayez quoi que ce soit, quoi que ce soit, je vous casserai les couilles ! Tifa a crié aux soldats qui l'entouraient. Il y avait de la sueur autour de son front et elle avait une peur bleue. Highwind MK II a tourné à droite, vers le nouveau siège de Shinra. Lorsque le vent violent a atterri, ils ont été accueillis par une petite armée de Perfect Clouds. Le tout pleinement opérationnel. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -----------------...

1.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.