Un anniversaire d'inceste chapitre 15

22Report
Un anniversaire d'inceste chapitre 15

Remarque : j'ai étudié comme un diable pour ce chapitre en essayant d'entrer dans l'esprit féminin, alors faites-moi savoir comment j'ai fait. C'est le plus long de tous les temps à 35 pages, les femmes montrent plus leurs sentiments que les hommes donc j'ai dû écrire en conséquence. L'histoire est du point de vue de Rita, de cette façon vous pouvez voir toutes ses émotions et tout, et il y a une section où la vue est de la mère, afin que vous puissiez voir comment fonctionne son esprit rusé. J'ai mis du temps à écrire ça, mais c'est parce que je travaillais sur d'autres histoires. Je continuerai à écrire cette série, mais je n'oublierai pas mes autres histoires dans le processus. Haha assez parlé, poursuivons l'histoire.






Randy et moi étions descendus pour voir tante Lisa bouder à table avec maman. Sa maison a été endommagée par la tempête et maintenant elle avait besoin d'un endroit où rester jusqu'à ce qu'elle puisse être réparée. Étant la famille aimante que nous sommes (sans jeu de mots), il a été rapidement décidé qu'elle resterait ici, mais nous n'en avions aucune idée. Nous en avions débattu pendant un moment jusqu'à ce que nous arrivions finalement à une conclusion dont nous étions tous satisfaits, Randy et moi surtout, elle prendrait ma chambre et je partagerais la chambre de Randy avec lui. Nous avons adoré cette idée, maman et tante Lisa savaient que nous aussi, cela valait bien la tâche de l'emménager avec nous. Les trois jours suivants, nous avons emballé ses vêtements, ses chaussures, son maquillage, tout ce que nous pouvions et nous avons conduit les longs trajets jusqu'à notre maison. Tout était empilé dans le salon jusqu'à ce qu'elle soit prête à tout ranger, ce qui s'est avéré être aujourd'hui, et nous avons tous eu l'honneur et le privilège de l'aider, youpi.

Nous n'avions pas hâte d'aider tante Lisa à ranger toutes ses affaires, il y en avait tellement. Pour aggraver les choses, Randy et papa partaient quelque part avec Jim et Chris, et laissaient juste maman, tante Lisa et moi le faire nous-mêmes, mais j'ai appris plus tard que Stéphanie et Marie viendraient aider. Je ne voulais pas que Randy s'en aille, nous ne nous sommes pas séparés depuis que nous sommes tombés amoureux, et je n'étais pas sûr de l'effet que cela aurait sur moi. Randy et moi étions dans ma chambre en train de sortir mes affaires de mes tiroirs et de les mettre dans des cartons quand nous avons entendu les Wilson arriver, et je savais qu'il était temps pour lui de partir, malheureusement. Je fermai rapidement la porte à clé, courus vers lui et le serrai aussi fort que possible, le serrant contre moi.

"Je ne veux pas que tu partes Randy," dis-je en lui faisant mon meilleur visage de chiot sincère.

« Moi non plus, mais tu sais qu'ils ne me laisseront pas rester. Papa et Jim veulent nous emmener quelque part, et tante Lisa veut que les femmes l'aident, c'est pourquoi maman a demandé à Marie et Stéphanie de l'aider.

J'ai soupiré. "Je sais, mais je ne veux toujours pas que tu partes, qui sait combien de temps tu seras parti."

"Je sais, et je ne sais même pas où nous allions, ils ne le diront pas à Chris ou à moi."

"Ne faites rien de fou, s'ils essaient de faire quelque chose de stupide, ne le faites pas !"

"Je ne le ferai pas, je te reviendrai en un seul morceau."

"Tu promets ?"

"Je promets."

"D'accord. Je t'aime Randy. Dépêchez-vous et revenez.

"Je t'aime aussi, et je t'aimerai."

Je me suis penché et l'ai embrassé alors qu'il me soulevait du sol, et j'ai enroulé mes jambes et mes bras autour de lui, ne voulant pas le lâcher. Chaque fois que je l'embrassais, je ne voulais jamais m'arrêter, et cela s'appliquait doublement puisque je savais que quand je le ferais, il devrait partir. Quand nous avons entendu tout le monde descendre, je savais que nous devions descendre, alors je me suis levé à contrecœur, mais je l'ai embrassé un peu plus longtemps jusqu'à ce que je doive absolument m'arrêter. Nous sommes restés là-haut en espérant peut-être qu'ils nous oublieraient et partiraient, mais cela a décidé de ne pas fonctionner de cette façon. Papa nous a demandé de descendre et nous avons arrêté à contrecœur de nous embrasser et avons descendu les escaliers jusqu'à la cuisine où tout le monde était.

« Voilà, vous êtes prêt ? » Jim a demandé à Randy alors que nous entrions dans la cuisine.

« Ouais, où allons-nous ? Randy a demandé en retour.

"C'est une surprise, vous verrez quand nous y arriverons," répondit Jim.

"Il ne me le dirait pas non plus," dit Chris en s'approchant et en m'embrassant sur la joue.

"J'espère que vous n'allez pas faire quelque chose de stupide, comme le parachutisme," dit maman.

"Oh non, nous cherchions à faire quelque chose d'amusant, pas à nous faire tuer", a déclaré papa.

"Bien, parce que je détesterais voir mon petit Randy-caca se faire mal," dit Stéphanie en embrassant Randy sur les lèvres. Je sais qu'elle l'a fait juste pour continuer à jouer devant nos parents, mais je n'aime toujours pas voir Randy l'embrasser, agir comme sa petite amie, et je ne sais pas si je le ferai un jour, mais je dois faire avec ce.

"Ok ok assez bavardé, je sais que vous ne voulez pas être en retard où que vous alliez, et nous avons beaucoup de choses à déballer, alors vous devriez y aller," dit tante Lisa.

« Envie de déballer ? Je ne comprendrai jamais les femmes. Ok, chérie, nous allions prendre notre voiture car elle a plus de place et tu peux ramener la voiture de Stéphanie et Chris, d'accord ? » a demandé Jim.

« Bien sûr, chérie, ça va. Maintenant, continuez, nous avons du travail à faire », a déclaré Marie.

"D'accord, nous savons quand nous ne sommes pas recherchés, mais ne vous tuez pas mesdames", a déclaré papa.

"Il en va de même pour toi", a riposté maman en se dirigeant vers papa et l'embrassant. "S'amuser."

Nous avons dit au revoir à tout le monde et j'ai dû supporter de regarder Stéphanie embrasser Randy à nouveau, et il a dû me regarder embrasser Chris, au moins ils savaient que ce n'était qu'une couverture pour nos parents. J'ai rapidement tiré Randy hors de la vue de nos parents et lui ai donné un autre baiser avant qu'il ne doive partir, il a dû littéralement m'éloigner de lui avant que nous ne soyons pris, et à ce moment-là, honnêtement, je m'en fichais si nous le faisions. J'ai regardé par la fenêtre alors qu'ils montaient dans la voiture de Jim, qu'ils sortaient de l'allée et tournaient dans la rue, ne quittant jamais la voiture des yeux jusqu'à ce qu'elle soit hors de vue. Randy était parti, et je n'aimais pas ça du tout. Je voulais rester là, espérant qu'ils feraient demi-tour et reviendraient, mais je savais que c'était inutile. Je me rassemblai et me retournai pour voir tout le monde parler alors qu'ils retournaient à la cuisine. Pas de Randy, et une maison pleine de femmes déballant toute la journée, ça sonnait comme une explosion.

Maman, Marie et Stéphanie ont toutes attrapé une boîte et se sont dirigées à l'étage alors que j'allais en prendre une moi-même, et j'ai été accueillie par tante Lisa qui venait également en prendre une.

"Merci encore d'avoir abandonné votre chambre Rita, ce n'est que temporaire."

«Ce n'est pas grave, vraiment. Je sais que tu ferais la même chose pour nous. En plus, je peux partager une chambre avec Randy maintenant, ai-je dit en souriant trop.

"Oh non, nous savons déjà ce qui va se passer dans cette pièce", a-t-elle plaisanté.

J'ai rigolé. "Oh ouais, toutes les chances que nous avons."

« Sexe sexe sexe. Eh bien, je ne peux pas mentir si j'avais la chance de le faire tout le temps aussi.

« Eh bien, nous n'avons pas toujours des relations sexuelles, nous faisons aussi d'autres choses ensemble. Parfois, nous écoutons de la musique, jouons à des jeux vidéo ou restons simplement allongés l'un contre l'autre. Quand il m'entoure de ses bras, m'embrasse et me dit qu'il m'aime, je me sens tellement heureuse, comme si j'étais la fille la plus chanceuse du monde. Je l'aime tellement tante Lisa, dis-je en essayant de contrôler au mieux mes émotions.

« Je peux le dire, et il t'aime tout autant. Je suis heureux pour vous deux, frères et sœurs ou non, le vrai amour comme ça est difficile à trouver, je devrais le savoir. J'espère que ça durera pour vous les gars.

"Merci tante Lisa, et ne t'inquiète pas, tu trouveras quelqu'un aussi," dis-je en reprenant mon calme. "Eh bien, nous ferions mieux d'aller rattraper les autres, il y a beaucoup de choses à mettre en place."

Elle hocha la tête et nous attrapâmes tous les deux des cartons et les montâmes dans la nouvelle chambre de tante Lisa. Nous avons tous fait des allers-retours en prenant des boîtes à l'étage jusqu'à ce que finalement nous les ayons tous entassés dans la chambre de tante Lisa. Stéphanie et moi avons attrapé mes affaires restantes et les avons emmenées dans notre chambre, la chambre que Randy et moi partagions, comme un vrai couple, j'adore dire ça. Lorsque nous avons récupéré toutes mes affaires et que nous sommes allés aider tante Lisa à installer sa chambre, maman a pensé qu'il serait préférable que Stéphanie et moi m'aidions à nous situer dans la mienne et celle de Randy, et que les femmes plus âgées aideraient tante Lisa à se situer, que façon dont nous ferions plus vite. Cela semblait être une bonne idée alors nous étions tous pour, et nous les avons laissés et sommes allés dans la mienne et la chambre de Randy, j'adore ça !

Une fois à l'intérieur, nous avons commencé à libérer de l'espace dans sa commode et sa commode pour que je puisse ranger mes vêtements. Alors que je déplaçais ses vêtements dans un autre tiroir, je suis tombé sur la chemise U2 qu'il portait quand nous sommes allés au concert, et cela m'a rappelé des souvenirs du moment où il me tenait et chantait pour moi, j'étais à nouveau dans mon petit monde de rêve. Dieu, j'aurais aimé qu'il soit là en ce moment pour que je puisse l'embrasser, pourquoi devaient-ils avoir une journée de mecs stupides ? Je voulais être près de lui, le toucher, au moins entendre sa voix. Juste à ce moment-là, mon téléphone a commencé à sonner dans ma poche, et je suppose que la chance était de mon côté pour au moins une chose parce que la seule personne à qui j'avais cette tonalité était Randy, j'ai répondu au téléphone avec joie.

"Salut bébé! Je pensais justement à toi. Tu me manques."

"Tu me manques aussi. Je pense à toi depuis notre départ. Que faites-vous les gars?"

« Je mettais mes affaires dans « notre » chambre, j'adore ce que ça fait ! Où ils vous emmènent les gars ? »

«Étaient à un match de baseball, c'est dans la troisième manche. J'aime aussi la façon dont ça sonne, "notre" chambre, sympa.

"Combien de temps cela prend-il? Quand est-ce que tu vas revenir ?

"Cela dépend, généralement quelques heures, mais ils ont dit quelque chose à propos d'un bar après le match."

"Quoi? Non! Tu vas sortir toute la nuit, ce n'est pas juste !

"Je sais, mais ils nous ont amenés, et les femmes ne nous laisseront pas rentrer tant qu'ils n'auront pas fini."

"Je n'aime toujours pas ça, je ne veux pas attendre le reste de la journée pour te voir !"

"Moi non plus, mais pense à quel point nous serons plus heureux quand nous nous verrons."

Je soupirai, il avait toujours un moyen de me calmer. "Je veux juste que tu sois ici avec moi."

« Et je le serai, mais nous devons d'abord passer la journée. Nous pouvons le faire, nous avons juste besoin de trouver des choses à faire pour occuper notre temps et nos pensées, puis je serai à la maison en un rien de temps.

"Tu promets ?"

"Je promets. Je dois y aller, ils reviennent avec les collations.

"Ok, je t'aime Randy."

"Je t'aime aussi Rita, on se voit quand je rentre à la maison. Je vous aime."

J'ai attendu de voir "appel terminé" sur l'écran avant de ranger mon téléphone. Je n'aurais jamais pensé qu'il me manquerait autant après seulement quelques heures d'absence, et il restait encore le reste de la journée, je savais juste que le temps allait passer aussi lentement que possible. J'ai regardé Stéphanie qui venait juste de raccrocher aussi, peut-être que Chris l'a appelée comme Randy m'a appelé. Nous avons recommencé à faire de la place pour mes affaires quand Stéphanie est tombée sur le tiroir à sous-vêtements de Randy.

"Oooh regarde ce que j'ai trouvé," dit-elle en agitant une paire de ses boxers dans les airs.

"Hé, remets-les en place, seulement je peux les toucher!"

« Hmmm devenir méchant avec un petit boxer innocent ! Je me demande ce qu'ils sentent.

« Donnez-moi ça ! » dis-je alors que je me précipitais vers elle et les lui arrachais des mains. "Va sentir les boxers de tes propres frères, ce sont les miens", j'ai jubilé en les faisant tourner puis en les remettant en place.

"Je ne veux pas sentir son boxer, il ne se douche pas aussi souvent que moi."

"Je parie que si tu lui proposais de prendre une douche avec lui, il les prendrait plus souvent."

"Peut-être, ça vaut le coup" dit-elle en s'asseyant sur le lit. "Je vous ai entendu tous les deux au téléphone, vous êtes vraiment amoureux, n'est-ce pas ?"

J'ai arrêté ce que je faisais et je me suis assis à côté d'elle et j'ai regardé dans le vide. "Oui nous sommes. Je n'aurais jamais imaginé pouvoir aimer quelqu'un autant que je l'aime, il représente tout pour moi.

Elle passa son bras autour de moi et posa sa tête contre la mienne. « Je suis heureux pour vous les gars, vraiment je le suis. Ça doit être dur d'avoir à jouer devant nos parents, d'avoir à embrasser d'autres personnes quand on a envie de s'embrasser. J'ai vu cette tête que tu m'as faite ce matin.

"Désolé, c'est juste que quand tu l'embrasses, ils te voient comme sa petite amie, et c'est comme ça que je veux qu'ils me voient, mais je sais que c'est impossible, mon père nous tuerait. Je veux être celui qui l'embrasse comme ça.

"Cela deviendra plus facile avec le temps, du moins avec moi et Chris."

« C'est parce que vous n'êtes pas amoureux, n'est-ce pas ?

« Je ne sais pas, c'est encore un peu tôt pour le dire. Il a moins embrassé le cul depuis la dernière fois que nous étions tous chez nous, et c'était agréable quand il m'a tenu dans ses bras.

"J'adore quand Randy me tient, c'est comme si rien d'autre n'avait d'importance et que tout était parfait pour ce moment précis. Vous deux pourriez être là où nous en sommes dans un moment.

« Je suppose que nous devrons simplement attendre et voir. Je vais recommencer à ranger des trucs et je resterai à l'écart des sous-vêtements de Randy », a-t-elle dit comme si elle savait déjà que j'allais le dire.

Nous avons traversé beaucoup de choses, mettre mes vêtements dans les tiroirs, accrocher des vêtements dans le placard, faire de la place pour mes chaussures, nous avions presque fini à l'exception de quelques cartons de vêtements supplémentaires et de tout mon maquillage et tout. J'ai attrapé ma trousse de maquillage et Stéphanie est allée chercher une autre boîte, elle l'a ouverte et a souri. Il n'y avait que deux choses que nous n'avions pas encore abordées, mes accessoires avec toutes mes ceintures, chapeaux, bracelets de bras, etc., et mes sous-vêtements. Elle en sortit une paire qui ne lui semblait que trop familière et me sourit alors qu'elle marchait vers moi et s'asseyait à côté de moi sur le lit.

"Vous vous souvenez de ceux-ci?"

Je me suis souri, je l'ai fait. "Ouais, ce sont les culottes que je portais quand nous avons déconné pour la première fois."

"Tu te souviens comme c'était bon de toucher une fille pour la première fois ?"

J'ai repensé à la première fois où j'ai senti ses lèvres sur ma chatte. Dans cette pièce, seule, sa tête sortant d'entre mes jambes, me donnant ma toute première expérience avec une femme, sans parler de la merveilleuse expérience que ce fut. Je m'étais toujours demandé à quoi cela ressemblerait d'être sexuellement avec une autre femme, et la façon dont elle me léchait la chatte, si douce, si sensuelle, passant sa langue avec impatience sur chaque centimètre jusqu'à ce que je jouisse comme un geyser sur son visage fait c'était une expérience mémorable, je me mouillais juste en m'en souvenant, sa main frottant ma chatte n'aidait pas non plus.

«Je sais que Randy te manque, mais nous pouvons toujours nous amuser. Je peux t'aider à ne pas penser à lui jusqu'à ce qu'il revienne », dit-elle en tournant mon visage vers le sien et en m'embrassant.

Nous nous sommes embrassés alors qu'elle me sentait par-dessus mes vêtements, glissant sa langue dans ma bouche, puis j'ai compris que Marie était à côté et qu'elle n'avait aucune idée de la relation que nous avions tous.

"Stephanie attends, ta mère est à côté, elle pourrait venir ici d'une minute à l'autre."

« Je m'en fous, laisse-la. Peut-être qu'elle aimera ce qu'elle verra et voudra participer. Elle n'est pas aussi innocente que vous le pensez, elle a eu sa juste part de moments sauvages et fous, croyez-moi, je le sais.

"Que veux-tu dire par là?"

Elle n'a rien dit, elle s'est juste levée, a verrouillé la porte, a allumé la radio, puis est revenue et s'est de nouveau assise à côté de moi sur le lit. « Ne nous inquiétons pas pour ça, occupons-nous les uns des autres. »

Nous nous sommes embrassés à nouveau alors qu'elle passait sa main sur ma chatte, la frottant en cercles pendant qu'elle suçait mes lèvres. Nous avons rompu le baiser juste assez longtemps pour enlever nos chemises, puis nous y sommes retournés. Elle dégrafa mon soutien-gorge pendant que je déboutonnai son pantalon et serrai mes seins dans ses petites mains douces. J'ai laissé son pantalon seul pour le moment et j'ai décroché son soutien-gorge pour pouvoir aussi jouer avec ses seins. Je ne pouvais tenir aucun de ses seins complètement dans mes mains, alors je les serrai juste et pinçai ses mamelons entre mes doigts pendant qu'elle tordait mes propres mamelons. Elle s'est penchée en avant sur moi jusqu'à ce que son poids me fasse retomber sur le lit, sans jamais rompre le baiser. Nous avons gémi dans la bouche de l'autre en passant nos mains l'une sur l'autre et en frottant nos seins l'un contre l'autre. Au cours de notre séance de maquillage, Stéphanie a décidé qu'elle en avait assez de notre pantalon et a glissé le sien le long de ses jambes, ainsi que sa culotte en coton rose et a déboutonné la mienne et les a également retirés de moi. Elle a pris son temps pour enlever ma culotte, et quand elle l'a enlevée, elle l'a laissée tomber sur le sol et s'est agenouillée le visage en premier directement devant ma chatte.

« Aussi beau que dans mes souvenirs. Je me demande si ça a aussi bon goût.

"Pourquoi ne pas lui donner un coup de langue et découvrir." Je n'ai pas pu m'en empêcher, elle m'a excité.

Lorsque les mots ont quitté mes lèvres, elle a plongé sa tête entre mes jambes et a passé sa langue sur toute la longueur de ma chatte. J'ai dû cambrer la tête en arrière et me mordre la lèvre pour ne pas gémir trop fort. Sa langue se sentait si bien sur moi. Mon dos s'est soulevé du lit et elle a levé les mains et couvert mes seins et m'a un peu repoussé sur le lit.

"Oh mon Dieu Stéphanie, lèche-moi la chatte !"

"Mmmmm Rita tu as si bon goût, ta chatte a meilleur goût que la mienne!"

"Pourquoi ne grimperiez-vous pas ici et laissez-moi le découvrir."

Je me suis reculé sur le lit pour nous donner plus de place et elle a grimpé sur le lit et a balancé sa jambe au-dessus de ma tête, mettant sa chatte bien rasée directement sur mon visage. Elle s'est remise à lécher ma chatte propre, et je l'ai tirée vers mon visage et j'ai attaché mes lèvres à sa chatte. J'ai lancé ma langue dans et hors de sa chatte et j'ai serré ses fesses dans mes mains, son cul semblait plus ferme que le mien, quelque chose d'autre qu'elle avait sur moi, mais je m'en fichais, j'aimais la façon dont mon cul était, et par la façon dont elle aspirait avec impatience à ma chatte, je pouvais dire que Stéphanie aimait la façon dont ma chatte était. Elle avait vraiment bon goût, si bon que je me suis retrouvé à essayer de lui aspirer autant de jus que possible.

"(slurp) Mmm Stephanie, tu as bon goût aussi," dis-je entre deux coups de langue.

Elle a marmonné une réponse mais n'a jamais enlevé ses lèvres de ma chatte. Je la sentis enfin s'en éloigner et gémis de déception, mais cela passa rapidement lorsqu'elle tira la capuche recouvrant mon clitoris et le suça entre ses lèvres. J'ai aspiré et j'ai essayé de me contrôler alors que sa langue de soie faisait des merveilles sur mon clitoris. Je ne savais pas ce qu'elle faisait, mais quoi que ce soit, cela avait un sérieux effet sur moi. Mes cuisses tremblaient et je tournais ma chatte dans son visage, je savais que j'étais sur le point de jouir, mais je voulais attendre aussi longtemps que possible. J'ai essayé de me distraire en léchant davantage sa chatte, mais il semblait que plus je mangeais sa chatte, plus elle faisait d'efforts pour sucer mon clitoris. Je le perdais. J'ai senti un feu monter en moi qui ne se produisait que lorsqu'un orgasme arrivait, et peu importe à quel point j'essayais, je ne pouvais pas le combattre.

« Putain Stéphanie, je vais jouir ! Je le sens venir !"

"Bien, laissez tout sortir. Vas-y et jouis pour que je puisse tout lécher !

Ses mots l'ont fait. L'image d'elle léchant ma chatte propre alors que je giclais partout sur elle m'a envoyé sur le bord et en quelques secondes je jouis. J'ai utilisé sa chatte pour faire taire mes cris afin que nos parents ne nous entendent pas, mais je ne pouvais rien faire pour arrêter à quel point je jouissais. J'ai reculé, fixant sa crevasse rose glissante alors qu'elle léchait le jus restant de ma chatte et se retournait jusqu'à ce qu'elle soit face à face avec moi et pressait ses lèvres contre les miennes. Nous nous sommes moulés l'un dans l'autre tandis que nous enroulions nos langues dans la bouche de l'autre.

"Comment était-ce? Est-ce que je t'ai fait te sentir bien et picotant ? » Stéphanie sourit.

"Oh ouais, mon corps est tout chaud à l'intérieur, tu m'as fait me sentir si bien tout à l'heure."

"Bien, parce que je n'en ai pas encore fini avec toi."

"Je ne pense pas, c'est à mon tour de m'amuser."

Je l'ai roulée jusqu'à ce que je sois maintenant à cheval sur elle et je l'ai embrassée, puis je me suis lentement dirigée vers sa poitrine et j'ai pris un de ses mamelons dans ma bouche. Elle gémit et berça ma tête, s'assurant que je restais serré contre elle. Je passai à l'autre et léchai autour de l'auréole avant d'aspirer le mamelon dans ma bouche comme je l'avais fait pour le premier. J'ai serré son sein libre pendant que je suçais l'autre, et j'ai lentement laissé ma main parcourir son corps jusqu'à ce que je trouve son ouverture. Comme je le pensais, sa chatte était encore extrêmement humide. J'ai retiré mes lèvres de son mamelon et sucé deux de mes doigts, puis je les ai guidés vers la chatte de Stéphanie et les ai glissés dedans. Dès qu'elle a ouvert la bouche pour gémir, j'ai couvert ses lèvres avec les miennes, travaillant ma langue contre la sienne. J'ai commencé à faire entrer et sortir mes doigts d'elle, la forçant à rompre le baiser et à gémir, et j'en ai profité pour sucer à nouveau ses mamelons super durs. Je pouvais à peine entendre sa chatte clapoter sur la musique douce qui jouait toujours alors que je poussais mes doigts dans et hors d'elle. Elle a couvert ma main avec la sienne, gémissant toujours à mes doigts intrus ainsi que mes lèvres suçant ses mamelons.

« Tu aimes ça, n'est-ce pas Stéphanie ? Vous vous sentez tout picotements à l'intérieur?

"Mm-hmm, c'est si bon, s'il te plait ne t'arrête pas !"

"Tu veux que je continue à te doigter jusqu'à ce que tu jouisses sur ma main, n'est-ce pas?"

"Oui, je veux tellement jouir, fais-moi jouir s'il te plaît!"

Je suis passé à la baiser avec mon majeur et mon index pour pouvoir jouer avec son clitoris avec mon pouce. Je l'ai roulé en cercles et j'ai mordu son mamelon entre mes dents et pincé l'autre mamelon entre mes doigts. La façon dont elle gémissait et se tortillait sous moi, je savais qu'elle allait jouir d'une seconde à l'autre. J'ai continué, avec l'intention de ne pas lui donner une chance de se détendre jusqu'à ce qu'elle jouisse comme elle l'a fait pour moi, puis je l'ai sentie saisir ma tête d'une main et m'a aidé à la baiser avec l'autre alors que ses jambes se refermaient, logeant mes doigts dans sa chatte. Elle jouissait, et elle jouissait fort.

"Ooooooh putain de Rita, je jouis, je jouis mmmmmmmmmm!"

J'ai senti ma main devenir beaucoup plus humide alors que son jus coulait dessus alors qu'elle venait sous moi. J'ai libéré ma main alors qu'elle jouissait toujours et j'ai léché son jus, puis j'ai couvert mon corps avec le sien. Elle a instantanément enroulé ses bras autour de mon cou et m'a tiré vers le bas pour l'embrasser. J'ai rendu le baiser avec impatience alors que nous gémissions à nouveau dans la bouche de l'autre, savourant le goût de la chatte de l'autre sur nos langues. Elle a commencé à frotter sa chatte contre la mienne comme si elle me baisait, et dans le mouvement elle a effleuré mon clitoris, envoyant une petite secousse électrique à travers moi, ça faisait du bien. J'ai commencé à me frotter contre elle, en m'assurant de frapper mon clitoris à chaque poussée. Nos seins ont été brisés ensemble et nous étions tous les deux haletants alors que nous enfoncions nos chattes de plus en plus fort. Elle enferma ses doigts dans les miens et me regarda droit dans les yeux alors que notre respiration devenait plus irrégulière. Presque par instinct, nous avons pris de la vitesse jusqu'à ce que nous gémissions tous les deux, presque comme si nous n'étions plus capables de contrôler notre corps. Chaque forte poussée sur mon clitoris me faisait bouger beaucoup plus vite et la faisait pousser contre moi encore plus fort. Puis je l'ai senti, un picotement a commencé très peu puis s'est accumulé de façon drastique jusqu'à ce qu'il soit juste sur le bord prêt à basculer. Au regard de Stéphanie, je pouvais dire qu'elle ressentait la même chose, et cela ajoutait à l'intensité de la situation. Le regard dans les yeux de l'autre, les gémissements et la séance de broyage intense ont finalement pris le contrôle de nous et elle a enroulé ses jambes autour de moi et a jeté sa tête en arrière alors que j'enfouis mon visage dans son cou et nous sommes venus, ensemble, nos corps tremblant et accrochés les uns aux autres. Je ne sais pas combien de temps ça a duré, ou combien de temps nous sommes restés comme ça, mais je m'en foutais, j'avais juste un orgasme, et je n'avais même rien dans la chatte. J'ai relevé la tête et regardé Stéphanie, qui me souriait en retour, puis j'ai posé ses lèvres sur les miennes dans une douce série de baisers.

« Tu es incroyable, tu le sais ? »

Je ris à son compliment. « Tu n'étais pas si mal toi-même. Je n'ai jamais joui comme ça auparavant.

"Comme quoi?"

"A peine touché ma chatte. Habituellement, il faut y faire quelque chose.

"Eh bien, maintenant tu l'as," dit-elle en m'embrassant à nouveau. Nous restâmes allongés un moment jusqu'à ce qu'elle me tape sur l'épaule. "Nous devrions nous lever, nous ne voulons pas qu'ils nous surprennent comme ça."

J'acquiesçai et descendis d'elle. Nous nous sommes mis à retrouver nos vêtements qui avaient été jetés dans la pièce pendant notre petite séance, et avons commencé à nous habiller une fois que nous avions tout trouvé.

« Pouvez-vous couper la radio ? Je ne pense pas que nous en ayons plus besoin », sourit Stéphanie.

J'ai remonté ma culotte et mis mon pantalon et j'ai marché jusqu'à la radio seins nus et l'ai éteinte. "C'est une bonne chose que nous ayons eu ça, ou ils nous auraient peut-être entendus", ai-je plaisanté.

«Oui, nous sommes devenus un peu bruyants. C'est bon, ils sont probablement occupés à mettre des trucs de toute façon.

-------------------------- (Vers la chambre de Lisa, il y a 1 heure, POV de maman) ----------- ------------------



Après avoir beaucoup traîné, nous avions finalement récupéré toutes les boîtes à l'étage et commencé à les déballer. J'ai accroché les robes de Lisa dans le placard et j'ai commencé à me chanter une de mes chansons préférées.

(chantant) "Bébé, je ne peux pas attendre, jusqu'à ce que tu appelles au téléphone, je ne peux pas attendre."

« Oh j'adore cette chanson ! Nu Shooz chante ça », a déclaré Marie en pliant une chemise dans le tiroir.

« Ce que je ne donnerais pas pour redevenir une adolescente. Jeune, s'amusant tout le temps, pas de factures à s'inquiéter, pas un souci au monde », a déclaré Lisa.

« C'était l'époque. Ma plus grande décision était de savoir quoi porter à l'école », ai-je ajouté.

Lise a ri. "Et avec quel garçon tu voulais sortir, comment faire partie de l'équipe d'encouragement, et comment faire en sorte que papa t'achète une voiture, et comment rendre Tammy Jones jalouse de toi, et quoi porter au bal de promo..."

« Ok, coquine, on a compris ! » J'ai ri en lançant une chemise à Lisa. "Passe-moi cette boîte là-bas."

"Cela a dû être formidable de grandir ensemble, je n'avais pas de sœur à qui voler des vêtements et avec qui me chamailler", a déclaré Marie.

"Oh, nous ne nous sommes pas chamaillés, nous étions aussi proches que jamais, nous le sommes toujours," dis-je, cachant le sens caché.

"Je peux dire que cela a également déteint sur vos enfants, ils sont si proches", a déclaré Marie.

Si seulement tu savais, pensai-je. "Tout aussi proche que vos enfants, mais un peu plus. Ils ont tous appris à s'aimer tellement en si peu de temps.

« Ouais, c'est toujours bon signe. En parlant d'enfants, Lisa, comment se fait-il que tu n'en ais pas eu le temps ? » a demandé Marie.

"Oh vous savez, une femme de carrière, plus concentrée sur son travail que sur la recherche d'un homme, n'a pas le temps pour une famille, quand elle le fait enfin, elle est dans la trentaine, vous connaissez l'histoire."

"Il est toujours temps, tu sais, qu'il y ait un gars là-bas avec ton nom partout sur lui. Peut-être que vous aurez bientôt quelques enfants qui courent ici.

"J'espère que tu as raison, mais pour l'instant je peux m'abstenir d'être une MILF, je suis contente d'être une tante."

Je n'ai pas pu m'empêcher de rire tout seul. Je parie qu'elle est heureuse d'être tante, de pouvoir coucher avec sa nièce ou son neveu quand bon lui semble, je suis tout aussi heureuse d'être maman, même si je n'ai rien fait avec aucun de mes enfants depuis un petit moment pendant que, peut-être que je devrais changer ça, mais d'abord, j'ai besoin d'avoir un peu de temps "adulte". Il était temps de faire bouger les choses.

"Tu as beaucoup trop de robes Lisa, tu manques d'espace dans le placard," dis-je.

"Eh bien, je ne voulais rien laisser à la maison et prendre le risque qu'ils soient ruinés."

« Je ne savais pas que tu en avais autant. Le placard est à peu près plein et il te reste encore deux boîtes de robes, il n'y a aucun moyen qu'elles rentrent toutes ici.

« N'y a-t-il rien que vous puissiez faire ? Toutes mes robes doivent être suspendues.

«Avez-vous l'un de ces trucs de cintre qu'ils vendent à la télévision? Vous savez ceux sur lesquels vous pouvez accrocher cinq choses différentes et tirer le loquet pour qu'il pende et prenne moins de place ? »

Elle réfléchit une minute. "Non, je n'en ai pas, mais ils les vendent au magasin du coin, ce magasin de liquidation, je vais courir et aller en chercher."

"Non, j'ai besoin que tu restes ici et que tu nous montres où tout va."

"Ensuite, nous allions devoir tout entasser là-dedans et l'adapter."

"Je peux courir au magasin et les acheter, je sais de quels cintres vous parlez", a déclaré Marie.

« Non Marie, nous ne pouvions pas te demander de faire ça », ai-je dit.

« Vous n'avez rien demandé, je me suis porté volontaire. Ce n'est pas grave, vraiment », a-t-elle répondu.

Lisa s'approcha et la serra dans ses bras. "Merci Marie, tu es une bouée de sauvetage!"

"Ouais Marie, vraiment, vous venez de nous éviter beaucoup d'ennuis," j'ai suivi.

« Tout ce que je peux faire pour aider. Je vais en attraper un tas et revenir dès que possible », dit-elle en quittant la pièce, descendant les escaliers et sortant par la porte d'entrée. Gotcha, crochet, ligne et plomb.

Je me suis souri et j'ai recommencé à accrocher ses robes pour elle et elle a commencé sur une autre boîte, pliant des vêtements dans les tiroirs. J'ai remis les robes sur le poteau, ouvrant un tas d'espace libre et accroché le reste de ses robes. Quand je raccrochais le dernier, Lisa a remarqué que j'avais vidé toutes les cases et que tout raccrochait, avec de la place à revendre.

« Tu les as tous levés ? Je pensais que tu avais dit qu'il n'y avait pas assez d'espace ?

"Je suppose que je me suis trompé, je pensais que tu avais plus de robes que toi."

« Marie vient de partir, qu'est-ce qu'elle va dire quand elle reviendra et qu'elle verra tout ? »

Je souris en fermant la porte et commençai à marcher vers elle. "Je ne pense pas qu'elle sera trop concentrée là-dessus quand elle reviendra ici."

Avant qu'elle n'ait eu la chance de répondre, je l'ai attrapée et l'ai embrassée aussi profondément que possible, comme je le faisais quand nous étions adolescents. Elle fut d'abord surprise mais lui rendit rapidement le baiser. J'ai reculé jusqu'à ce que nous atteignions le lit et nous nous sommes assis tout en gardant les lèvres fermées, jusqu'à ce qu'elle rompe le baiser en me souriant.

« Il y avait toujours assez de place dans le placard, n'est-ce pas ? Tu voulais juste nous avoir seuls.

J'ai rigolé un peu. "Il y a peut-être eu un petit espace ici et là que j'ai oublié."

« Je le savais, petit diable. Mais tu as oublié un petit détail, Marie revient.

"Exactement," murmurai-je et pressai mes lèvres contre les siennes.

Elle ne m'a pas combattu alors que j'ai commencé à déboutonner sa chemise et à la lui retirer, j'adore être la sœur aînée dominante, c'est fantastique. J'ai pressé ses énormes seins à travers son soutien-gorge en dentelle noire et j'ai déverrouillé le fermoir. J'ai regardé ses seins se répandre et j'ai rapidement couvert son mamelon avec ma bouche. Elle gémit et berça ma tête en place pendant que je suçais son mamelon comme si j'essayais d'en tirer du lait. Elle adorait quand je suçais ses seins, et j'adorais les sucer.

"Mmmm j'aime quand tu suces mes seins sis."

« Je le sais, et j'adore les sucer. Pourquoi ne suceriez-vous pas le mien aussi.

Elle s'est assise et a soulevé ma chemise au-dessus de ma tête, a dégrafé mon soutien-gorge (il avait le crochet à l'avant), m'a allongé sur le lit et a commencé à sucer mes seins. Chaque fois qu'elle serre mon sein, lèche mon auréole ou aspire mon mamelon dans sa bouche, je repense au moment où nous avons commencé à déconner, quand la seconde où nous étions seuls, elle déchirait ma chemise et avait un mamelon dans sa bouche dans temps record. Ces jours me manquaient, mais je l'appréciais encore plus en ce moment. J'ai senti sa main commencer à se déplacer le long de mon corps sur mes jambes couvertes de jupe, puis je l'ai plongée en dessous et elle a remonté mes jambes, où elle est tombée sur ma chatte humide et sans culotte.

« Espèce de petit diable sournois. Tu savais juste ce qui allait arriver, n'est-ce pas ?

— Je n'en avais aucune idée, mentis-je, sachant très bien qu'elle ne me croyait pas.

Elle reporta son attention sur le mamelon qu'elle n'avait pas sucé et commença à frotter ma chatte. Je ne savais pas sur quoi me concentrer, ses dents serrant mon mamelon ou ses doigts glissant lentement entre mes lèvres, menaçant de les pénétrer. Elle a rendu la décision plus facile quand elle a embrassé ma poitrine nue et a soulevé ma jupe pour qu'elle soit autour de ma taille, a ouvert mes jambes et a attaché ses lèvres à ma chatte. Je frissonnai d'extase lorsque sa langue glissa sur mes lèvres, me donnant la chair de poule. J'écartai largement les jambes, m'appuyai sur mes épaules et rejetai la tête en arrière, profitant du plaisir que ma petite sœur me donnait avec ses lèvres magiques.

"Ooooh oui Lisa me lèche la chatte. Lick your big sisters pussy,” I moaned.

She looked up at me and I looked back at her as she cracked a smile from under my pussy. I bunched some pillows up behind me so I could look at her as she ate my pussy. We never broke eye contact as she sucked my lips into her mouth and darted her tongue inside me as I brushed her hair out of the way. Looking down at her while she looked back up at me with her hands gripping my thighs and a mouth full of my pussy, and the fact that it was my little sister doing the licking made the feeling that much better. I controlled my moaning and held my hand on the back of her head and traced my foot along her back, I don't know why I always do that with her, I guess its just instinct. I threw my head back again and enjoyed myself as Lisa wonderfully at my pussy, then I heard a car pull into the driveway and knew it had to be Marie, right on time. I didn't say anything to Lisa and let her keep eating me as I heard Marie come through the house and make her way up the stairs to the door, where she nonchalantly opened it and came in and saw Lisa's head between my naked legs, showtime.

“I got the hangers, they were on sa... oh my god!”

Lisa sat up from my pussy and looked at Marie, who looked like she just seen a ghost. She grabbed a pillow from behind me and covered her tits and I sat up and took one and covered my waist down. Marie dropped the hangers on the floor and stared at us open mouthed, unable to form words.

“Marie! We didn't expect you back so soon,” I lied.

She closed the door and stepped in. “What are you two doing? You're sisters!”

“I told you we were close, I just didn't tell you how close,” I said.

“How can you two be doing this? Its illegal, and its wrong.”

“Oh its not illegal, its just downplayed that way because society is too uptight. And it isn't wrong, we don't just do it for kicks, we genuinely love each other, and we show it,” I replied.

She leaned against the door. “But its incest. How am I supposed to be ok with this?”

“Its not as bad as you make it seem Marie. Haven't you ever had fantasies about someone so much that you just had to act on it? I know you have, everyone does,” Lisa said.

“I remember you telling me about a few certain things you wanted to do with Stephanie,” I added.

“That's different! I had a lot of alcohol that day. And I left it at just that, a fantasy.”

“But you did have them. You're saying you wouldn't have acted if you had the chance?” Lisa asked.

“A mother isn't supposed to have thoughts like that or fantasies for their kids.”

Ok, that got me a little. “But you do. We didn't plan this Marie, it just happened. We cant help who we develop thoughts and feelings for. That's how it started for us, a thought, then it developed into a fantasy, and it just kept escalating. When we had the chance to act on it we did, and we loved it, so we do it as often as possible. The fact that were sisters makes better because it makes it that much more special and it brings us that much closer,” I said as I scooted closer to Lisa.

“This is too much for me,” she said as she wiped her face with her hands.

“When the shock wears off you'll see it isn't as big a deal as it seems. Once you get past the fact that were sisters and accept it for what it is, it wont bother you anymore,” Lisa said.

“I-uh, I just don't know.”

I glared at her with a raised eyebrow, something wasn't right. She didn't seem as upset as she cold have been, instead it felt like something else, like envy. I spoke up. “What bothers you more Marie? The fact that we got the chance to explore our feelings, or the fact that you didn't?” I asked.

I must have struck something, because she hung her head and bit her lip. “I didn't have any sisters to have feelings for, my daughter is the next best thing, but it still isn't an excuse.”

“Like we said before, its nothing to be ashamed of. You can't help who you develop feelings for. You never know, she might feel that same way about you, it happened for us,” Lisa said.

“I would feel better if it wasn't my daughter, but I don't have a sister like you do.”

“Were like your sisters. These last few months we've grown close to you like you were our own flesh and blood sister. Hell we've even tried on clothes together,” I joked.

She eases up a little. “That's true, I do kinda see you like family now.”

“And it doesn't feel weird that we've had fantasies about you,” Lisa said.

"Quoi? You do?”

“Of course, for a while now. Haven't you noticed during our clothing sessions I tend to feel you up more than I should? Squeezing your boobs, your ass, even your thighs,” I followed.

“I thought you were just making sure everything fit.”

“I was, but I also wanted to feel you up, and do more than that,” I said.

“I didn't know that.”

“Well now that you do, how do you feel about it?” Lisa asked.

“I don't know, I'm just so confused right now.”

I looked at Lisa and nodded. We both got up, bearing our bare necessities to Marie as we did, walked over to her, each of us grabbing an arm, and guided her to the bed.

“What are you doing?”

“Were gonna help you find out how you feel,” Lisa said.

“I don't know, this is all so sudden for me.”

“Just trust us, if you don't like how its going, you can stop us at any time,” I said.

She sighed and finally relaxed, and I knew we had her. I turned her head towards me and kissed her, pressing my lips softly, but firmly to hers. At first she didn't move, but when Lisa started to massage her tits through her shirt she quickly loosened up and let her guard down. While I was kissing her I heard a radio come on, and knew it was coming from Randy's room where Rita and Stephanie were since there was no one else in the house. They weren't fooling anyone, I knew what they were doing, or at least about to do, and I was getting ready to do the same thing.

I broke the kiss with Marie and pulled her shirt over her head, and Lisa followed suit unhooking her bra as soon as her shirt was off, releasing Marie's huge tits and extremely hard nipples to the air. We both kneaded and massaged Marie's tits, enjoying the soft feel of them and then we each sucked one of her nipples into our mouth. She leaned back on her hands and arched her back, pushing her chest out at us as we both, sucked, licked, and bit her nipples, and she moaned appreciatively. I traced my hand along her leg and let it slowly make its way up her skirt until I got to her panty-clad pussy, which didn't surprise me that it was soaked.

“Mmmm Marie, someones awfully wet down there,” I purred.

“T-That's because I, when I...” she started before I stopped her with a kiss.

“No need to explain, I know exactly what you mean.”

I kissed her again and rubbed her pussy through her panties, which were drenched now, as Lisa continued to suck on her nipple. I moved my hand from her pussy back up to her tit and started massaging it as I kissed her, and right on cue Lisa let Marie's nipple fall from her mouth as she knelt down in front of her, unzipped her skirt, and slid it off her, revealing a very nice pair of creamy thick thighs leading up to a well lubricated pussy. I joined her between Marie's legs as we both hooked her panties in our fingers and slid them down and off her legs, showing us her neatly trimmed square patch of hair over her slippery pussy for the first time. She looked down at us in anticipation of what was to come, but yet still had a hint of arousal in her eyes. I decided we had teased her long enough, and I wanted to find out just how good she tasted, so I pulled her to us and took my first long lick of Marie's pussy, but definitely not the last.

She shuddered as her eyes closed tightly and for the first time since she came back a smile formed on her face. I couldn't believe how good she tasted. I couldn't quite put my finger on it, but she had this sweet, yet exotic taste about her that just made me keep licking. Lisa saw how anxious I was at eating her and joined right in, licking her pussy right along with me, and shocking Marie's eyes open in the process. She looked down at us as two grown women, sisters, tag teamed her pussy with their tongues, licking it, pulling at her lips, tongue fucking it, just about everything.

“Oh god, this is so wrong, but it feels so good” Marie moaned.

“It can't be wrong if it feels that good Marie,” I said back.

“Oh god, I haven't had my pussy licked in years! I forgot just how great it can be!”

“Just sit back, and you'll find out,” Lisa said, and went back to eating her.

I crawled back up Marie's body and found her lips again, where she became the aggressor and grabbed the back of my head and slid her tongue in my mouth, no doubt getting a taste of her own pussy in the process. She broke the kiss and moaned loud into the air, and I looked down and Lisa and saw the reason why, she hap her lips suctioned around her clit.

“She licks really good pussy if you haven't noticed already,” I said.

“Oh believe me I noticed, I haven't been this wired in I don't know how long.”

“Have you ever eaten pussy before Marie?” I asked.

“I've had my share of girl on girl experiences, not for a while though, ugh, god that felt good.”

I smiled and lay down in front of her. “Lets see just how much you remember.”

She rubbed my thighs, which felt great, then played around with my pussy lips, which felt even better. When she finally had me all warmed up to her liking she lowered her head between my legs and spread my lips swiftly apart with her tongue. Ouah. That felt amazing. She had to have a really wide tongue to be able to do that. Then she did it again. Oh mon Dieu. She completely had my pussy spread open with just her tongue. To be able to do that, yet alone be the one its getting done to was incredible. I felt her spread my lips open with her fingers and lick the inside of my pussy in circles, for not having done this in a while she sure was doing a great job.

“So how am I doing?” Marie asked looking up from between my legs.

“You're doing wonderful,” I said as I cradled her head, keeping her locked on my pussy.

Lisa looked up from Marie's pussy and gave me a look, and I grinned back at her, and then Marie diverted my attention by sucking my clit into her mouth. I've always had a very sensitive clit, the littlest touch on it and I was immediately aroused, so you can imagine how horny I got when she violently sucked it into her mouth and gritted it on her teeth. I was forced back on the bed and my hands instantly locked behind Marie's head as I ground my pussy into her face. She pulled back off my clit and jammed her tongue in my pussy over and over as if it was a little cock, and I was meeting her thrusts with my own, wishing her tongue was bigger and rounder. I saw Lisa get up but I wasn't too focused on what she was doing, I was busy trying to get myself to cum. As I ground my pussy into Marie's face, I felt her back off, to my disappointment, but I perked up when I felt her slide her fingers inside me.

“Looks like Anna wants something deep inside her pussy,” Marie teased.

“Yes I do, something big. I need to cum, I'm so fucking horny!” I groaned.

“I've got just the thing for her,” I heard Lisa say. “Try this out on her, she loves it.”

I wanted to look up and see what Lisa was talking about, but I couldn't bring myself to do it, it might be better to be surprised anyway. I shuddered when I felt a cold tube touch my pussy, then poke my clit, and I had to look up. Marie had Lisa's double dildo trailing across my pussy, her thick, 14”, double sided purple dildo, we sure had some great times with that. I remember the first time she showed it to me, she had to beg me to try it out, but once I did, she never had to beg me again, I was hooked.

“You want me to slide this in you Anna?” Marie teased again, she came around quick.

“Yes, slide it in my pussy and make me cum!” I all but screamed.

I felt the dildo slide to my hole and spread my lips open, then sheer pleasure as it passed my lips and slid into my canal. I was feeling it, in every sense, and I wanted more and more of it. She started working it in and out of my pussy as Lisa came around to me and put one of her nipples in my mouth. I sucked on it as Marie now jammed the dildo in my pussy picking up speed as she went, making my pussy moisten even more at the friction it was being pounded with.

“Oh god yes! Fuck my pussy! Ram that dildo in me!” I moaned as I sucked Lisa's tits.

Marie did just that. Her hand could cut through metal as fast as she was ramming the dildo into me, and I was loving it. Lisa pinched my nipples as I sucked on hers while Marie shoved the dildo in me, and I could feel myself starting to heat up. As if she already knew what to do, I felt Marie's finger start to draw circles around my clit, and I knew it was a matter of time before I exploded into orgasm. She kept stabbing me with the dildo and torturing my clit, and Lisa kept pinching my nipples until my body just couldn't take anymore. I locked up and spasmed over and over, squirting all over the big purple dildo as a fantastic orgasm shot through my body, taking my breath away and leaving me a shaking mess on the bed. Marie looked on in fascination as I squirted all over the bed, no doubt leaving a big spot under me as my pussy emptied itself. She pulled the dildo out of me and surprised both Anna and I by licking my juice off of it. I sat up and took the dildo from her and lay her on the bed.

“Now its your turn, both of you,” I said as I looked from Marie to Lisa.

I kneeled in front Marie's pussy on the bed and teased her pussy with the dildo like she did me, and she moaned and tried to sit up, but I wouldn't let her. When I had enough of teasing her I spread her lips with my fingers, gave her pussy a good lick or two to get it all nice and wet (as if it wasn't already wet enough) then slid it slowly into her all the way up to the half point.

“Oh god yes, its so thick! Its stretching my pussy!” Marie cooed.

“Just wait, it'll get even better,” I assured her as Lisa lay down in front of Marie.

Lisa scooted up until the dildo was resting on top of her pussy, and I grabbed it and guided it into her. She didn't wait for me to push it all the way into her, she did it herself as her pussy came in contact with Marie's with a squishing sound.

“Oooooooh yeah, just like I remember it,” Lisa grinned.

I kissed her as she and Marie slowly got into a rhythm of fucking each other scissor style. I kneaded her breasts in my hands and listened to Marie moan in front of me, no doubt fully enjoying herself now. She scooted closer to Lisa and pushed against the bed so hard to meet Lisa's thrusts that her ass came completely off the bed. Lisa matched her effort and soon they were slamming pussies, stuffing themselves full of dildo and sloshing their combined pussy juice all over the bed. I crawled over to Marie and grabbed one of her bouncing tits out of the air and kissed along her neck.

“So what do you think of your new sisters Marie?” I whispered in her ear.

“I think I'm gonna like being your new sister, oh god yes!”

I played with her tits with my right hand and dropped my left down to work on her clit, it took some doing with as fast as they were moving but I finally got hold of it, and Marie's body tensed. I pinched it between my fingers and did the same to her nipple, and she responded by thrusting even harder at Lisa.

“How's it feel Marie? Fucking with a double dildo like this?” Lisa purred.

“It feels amazing, I've never felt anything like this!”

They both dropped on the bed at the same time and used their bodies to propel themselves into each other, taking full advantage of the scissor position. I went back over to Lisa and grabbed both of her tits in my hand a literally pinched the hell out of her nipples, mashing them so hard they turned purple, but she loves it.

“You close Lisa? You ready to cum yet?” I said as I sucked her abused nipples.

“Fuck yeah I'm close, I'm gonna cum all over this fucking dildo,” she moaned.

I dropped my hand from one of Lisa's tits and found Marie's clit again, which was still as sensitive as ever. The second I touched it all her movements increased double. I rubbed around in circles until the hood gradually opened and I was rubbing directly on her clit.

“What about you Marie? The pleasure getting to you? You gonna cum?” I teased.

“Yes I'm gonna cum, oh god I'm gonna cum!”

“Fuck I'm cumming too!” Lisa said as her body writhed on the bed.

Marie stopped thrusting and instead collapsed under her arms on the bed as her legs started shaking and her arms locked on to the bedsheets. She didn't squirt but I could tell she was having a great cum just by the expression on her face, it looked like one of pure satisfaction. She lay there with the dildo still in her trying to catch her breath. Lisa on the other hand did squirt. She squirted with so much pressure the dildo slid out of her pussy. Her juice sprayed all over the dildo, the bed, and some even got on Marie. She fell back on the bed and just stared at the ceiling, legs still slightly shaking, pussy still leaking, but satisfied, we all were. Travail bien fait. The only noise in the room was loud breathing and the bed squeaking under our heaving bodies, but outside the room I did hear a radio cut off, Rita and Stephanie must be done with their playtime as well. Marie groaned as she pulled the dildo out of her pussy and fell back on the bed again, cradling it like it was an Oscar.

“I've never done anything that crazy before,” Marie said as she started to lick the dildo.

“Well now you have, and that's just the tip of the iceberg,” I said.

"Quoi? There's more? How much crazier can you two get?”

“You'd be surprised. You pick up a lot of things from movies and visiting other countries,” I replied.

“Especially visiting other countries,” Lisa spoke up. “Remember Mika from Germany? Or Bridgette from Russia? Or Saya from France? Stacey from Australia? Or even Mei Ling from Japan?”

“Do I?” I giggled. All we did was have sex when we were with them. Wish we kept in contact.”

“Sounds like you two have worldly experience,” Marie joked.

“I guess we do, and were gonna pass it on to you,” Lisa said rubbing Marie's thigh.

“Then you can pass it on to Stephanie,” I added.

Marie's mood dropped a little. “Uhh I'm not so sure about that still. I mean she is my daughter.”

“And you're curious about her. It'll eat you up until you do something about it,” I said.

“I just don't know if I can do it, that's a big step.”

“If the chance arose you'd take it, I know you would,” Lisa said.

“Knowing me, it'll never come up. I couldn't bring myself to initiate it.”

“Only time will tell Marie, only time will tell. Ok I think we had enough fun for now, we should get up and get dressed, we still have a lot of work to do,” I said.

They agreed and we all got up and started to get dressed. As I put my clothes on I thought about what Marie said. She could miss out on something special, not to mention immensely erotic, if she doesn't get up the courage to go after Stephanie, who knows, she might just feel the same way Marie does. Maybe if she had some help approaching the situation she wouldn't be so nervous and dismissive. Maybe if she was confronted with the situation head on in a friendly environment, a very friendly environment, she'd loosen up and go with it, but I'd need help, Rita, Lisa, and Stephanie to make that happen, looks like I have some strings I need to pull.

-------------------------------(Back to Rita and Randy's room, Rita's POV)------------------------------------


Finally, we made enough room in all the drawers where Randy could keep his stuff there and I could have my stuff there too. I had to clear out his night stand drawers of all his miscellaneous stuff and turn them into sock and underwear drawers, but at least it was working. Now all I had left to do was make room in the closet for my hang-ups and shoes, and clear some space on the dresser for my make-up, even though I only use like five things out of the whole case, I still need it all just in case.

“You guys have entirely too much stuff, this is ridiculous!” Stephanie said in mock shock.

“Oh be quiet, you probably have more stuff than I do.”

“Nowhere near this much. What do you do, shop every time there's a sale?”

“Pretty much. All of us do, well except dad and Randy, the bagboys,” I laughed.

“I wonder what they're all doing now. Did Randy tell you where they were?”

I knew exactly where they were, two of the worst places they could be right now, at a baseball game, then a bar. Both of those are time consuming, and that's more time away from Randy that there needs to be. I wish they would just come home right now, they forgot something and need to come and get it, or they call it a day early. I'd give anything for Randy to walk through that door right now...

“Rita! Rita! You in there? I said do you know where they went?”

“Oh, sorry. They went to a baseball game, and they're going to a bar afterwards.”

“Wow you're really stressing over Randy being gone aren't you?”

I sighed and sat down. “If I thought being away from him would bother me this much I don't think I would've let him go, well not without me at least. I can't stop thinking about him, not even for a little bit. Dammit they need to hurry up and come back!”

“Whoa Rita, I've never seen you this agitated before!”

“That's because you've never seen me without Randy. Even before we became an item it was hard being away from him. Three years ago dad took him on a fishing trip for two weeks, and I was miserable even then, imagine if we were in love then, I would have gone crazy without him.”

“Just think of it as a test to see if you two can survive without each other.”

“Well I fail, dammit! Were twins, and in love, were not supposed to be apart. You can't stand there and tell me you don't miss Chris, even a little, I know you do.”

She leaned against the wall. “Yeah, I kinda miss him a little. It does feel weird not having him around.”

“See what I mean! And its like ten times worse for me! Stupid dads and their baseball game.”

“So I didn't take your mind off him at all?” Stephanie pouted.

“No you did, but when we finished it reminded me of him again. Afterwards he would hold me and kiss me and tell me he loved me, its just, I can't help but think about him.”

“So he won't care that we fooled around while you two are in love?”

“No, he wont. Its only a problem if I sleep with another guy, or he sleeps with another girl that's not family. The only other people we mess around with are mom and Aunt Lisa, and they don't count.”

“So they have as much right to him as you do?”

“Unfortunately. Mom is, well shes mom, and Aunt Lisa has just as much pull. But they know how serious we are with each other. They wont try anything unless were both in the room.”

Elle a ri. “You guys are really keeping it in the family, aren't you?”

“You cant help who you fall in love with, and I fell hard.”

“So did he, I can tell. He's always looking at you and smiling.”

“I'm telling you, the way you and Chris are always messing around and joking with each other, and being around us, its only a matter of time before you two start to get those feelings.”

“Maybe. Hey lets take a break, I'm freaking hungry, I need to eat now!”

“Ok, I'll meet you downstairs, I wanna open up my make-up kit first.”

She nodded and bounced out of the room and downstairs, when I knew she was gone I pulled my phone out of my pocket and called Randy. The first time it rang through and went to voicemail, so I thought maybe he didn't hear it because the stadium was loud. I hung up and called again two minutes later, and this time I got an answer on the first ring.

“Hey baby, sorry I didn't answer the first time, had to get away from dad.”

I all but melted at his voice calling me baby, I absolutely love that. “Its ok, I just had to hear your voice again. Where are you guys at, you coming home soon?”

“Were still at the game, it went into extra innings.”

"Quoi? I fucking hate baseball! Why couldn't you guys just go golfing or something?”

“Because it costs way more. How's things back at the house, you making progress?”

“Yeah, I got a lot of my stuff in the drawers and stuff, but there's still a little more to go.”

“How you holding up?”

“Ba

Articles similaires

L'affaire2

JE PENSAIS QUE PUISQUE NOUS ESSAYONS DE NOUVELLES CHOSES AVANT QUE J'ENTRE DANS SON CUL, JE VEUX QU'ELLE ME SUPPLIE DE BAISER SON CUL. Je suis allé chercher de la glace et 3 pinces à linge. JE LUI DEMANDE SI ELLE AIME ÊTRE ATTACHÉE AU LIT ELLE N'A PAS RÉPONDU DONC JE LUI FELICULÉ LE CUL AUSSI FORT QUE JE PEUX PUIS ATTENDRE SES CHEVEUX EN TIRANT LA TÊTE EN ARRIÈRE ET JE LUI DIT QUE JE T'AI DEMANDÉ UN ? VOUS RÉPONDEZ OU JE VOUS FESSERAI ENCORE. AVEC LA PEUR DANS LES YEUX ET LE DÉSIR DÉGOUTANT DE SA CHATTE...

522 Des vues

Likes 0

Un anniversaire d'inceste Chapitre 34

Il reste un chapitre ! La série est presque terminée. Tout se résume à ça. Profitez. Cela fait un mois entier que papa a dit qu'il nous donnerait une chance, et franchement, ça a été un très bon mois. Nous nous sommes assurés de rester à l'écart de papa lorsque nous nous sentions affectueux, et il a fait de son mieux pour accepter de savoir ce qui se passait vraiment. Nous sommes lentement revenus à la relation que nous avions avant le jour où il a trouvé la photo, même si cela a pris un certain temps parce que nous avons...

938 Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

915 Des vues

Likes 0

Le plus grand jour

Ce matin a commencé tout simplement génial. Mieux que je n'aurais jamais pu l'imaginer. J'avais passé un marché avec ma femme. Si elle voulait que j'utilise l'argent que j'avais gagné au poker de cette semaine pour aller à Columbus et voir le nouveau club de danse qu'ils avaient construit, elle devrait me donner une journée entière de plaisir sexuel chaque fois qu'elle en aurait l'occasion. Ce matin a commencé par se réveiller avec sa chatte scintillante planant à quelques centimètres de mon visage. Elle sait combien j'aime manger sa chatte. Elle a dû se réveiller beaucoup plus tôt car sa chatte...

711 Des vues

Likes 0

ÉDUCATION UNIVERSITAIRE

Je viens de découvrir ce site l'autre jour et jusqu'à présent je l'adore. Je voudrais vous parler de ma première fois avec le sexe d'un homme à l'autre, mais je veux d'abord vous parler de moi et comment j'en suis arrivé au point d'avoir des relations sexuelles avec un homme. Je suis un homme de 53 ans divorcé depuis 30 ans. Je vis dans une ville qui a un collège d'État et je possède une entreprise de camionnage. mais tout s'est passé quand j'avais 30 ans. J'étais à Los Angeles en train de décharger mon camion et pendant qu'ils le déchargeaient...

890 Des vues

Likes 0

Adolescents nageant nus au lycée avec des hard-ons

J'étais un étudiant de première année dans un lycée d'une grande ville dans les années 70 et je n'ai pas été surpris quand, au cours de mon premier semestre, j'ai fait de la natation et que pour des «raisons de santé publique», tous les garçons le faisaient nus. J'avais été prévenu par mes frères aînés et venant d'une famille de neuf enfants, dont des sœurs et une mère qui allaitait continuellement, je n'étais pas timide, ni étrangère au corps nu. Le premier jour, on nous a dit que si nous entendions trois brefs coups de sifflet, nous devions sortir rapidement de...

812 Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

1K Des vues

Likes 0

Aide voulu partie 7

Je me demandais si j'avais appris ma leçon en rentrant chez nous. Non seulement cela, j'ai commencé à calculer combien ma stupide aventure avec Caitlyn a coûté. Entre sa robe et ses chaussures et tout, mes nouveaux vêtements, le dîner et le pourboire, son taxi pour lequel je lui ai donné de l'argent et l'essence ; ça devait être près de neuf billets. De plus, le pneu frikkin avait besoin d'être réparé. J'ai regardé Caitlyn. Elle dormait. Y avait-il quelque chose de positif à sortir de toute cette mésaventure ? Sa chatte était rasée. Mais je ne verrais rien de tout...

967 Des vues

Likes 0

Le coup de main d'une mère Ch. 6

Chapitre six : Mères, fils et amants En fin de compte, les bras de Jason Jackson sont restés dans le plâtre pendant encore deux semaines, un total de six au total. La nouvelle de leur retrait a été accueillie par un énorme soupir de soulagement puis d'exaltation pour le jeune homme. Mais l'exaltation et le soulagement ont été immédiatement remplacés par un sentiment de consternation et d'incrédulité, car lorsque les plâtres ont été retirés, Jason a été choqué de voir ses bras autrefois musclés et bronzés avoir l'air d'un jaune pâle délavé, ratatinés et maigres. Où étaient passés ses beaux biceps...

704 Des vues

Likes 0

Nom de la mort 3

Nom de la mort 3 Si vous ne lisez pas dans l'ordre, vous risquez d'être perdu L'alarme du téléphone portable m'a réveillé à 22 heures. Je détestais le travail de nuit, mais je devais être Rick pendant quelques jours de plus ou jusqu'à ce que je puisse trouver un meilleur plan. Douche et rasé et habillé avant même que Lisa sache que j'étais debout. Elle faisait de la paperasse et regardait la télé. Femmes au foyer désespérées, je détestais ce spectacle. S'il vous plaît soyez prudent ce soir. Je pense que tu aurais dû prendre une autre nuit de congé. Dit-elle...

629 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.