The Breeders Life 6: La punition, c'est la vie

29Report
The Breeders Life 6: La punition, c'est la vie

The Breeders Life 6: La punition, c'est la vie

Pour ceux d'entre vous qui sont trop bêtes pour se souvenir de tout ce que je vous ai dit sur notre vie après la guerre. La voici en quelques mots... si vous êtes une femme, c'est nul, si vous êtes gay, c'est nul, si vous refusez de respecter les règles, vous saurez ce qu'est la douleur. C'est ce qui arrive quand vous ne vous conformez pas. Au lycée, nous avions un gars dans notre classe, il avait quatorze ans quand il a été surpris en train d'avoir des relations sexuelles avec un enseignant de sexe masculin. Non pas qu'il ait eu le choix selon lui de toute façon. Les lois sont pourtant strictes. Il a été arrêté pour homosexualité et l'enseignant a subi le même traitement. Le garçon en question, un jeune homme nommé George, a reçu une peine beaucoup plus légère que l'enseignant, mais que cela vous plaise ou non. Que vous le vouliez ou non, si vous êtes pris avec un autre homme ou une autre femme, vous allez payer.

George avait quatorze ans lorsqu'il a été reconnu coupable d'homosexualité. Il ne l'a pas nié, peut-être que s'il l'avait fait, il aurait peut-être écopé d'une peine encore plus légère. Pas de chance pour l'enseignant qui a été condamné à perpétuité dans la pépinière. Il serait attaché à un lit (si on peut l'appeler ainsi pendant 8 heures par jour, il serait violé par des femmes qui voulaient des enfants ou simplement abusé par des femmes et des hommes qui voulaient faire de lui un exemple. Après huit heures sur ce qu'on appellerait charitablement un lit en métal inconfortable, on s'attendrait à ce qu'il ensemence les captives dont les crimes étaient aussi vicieux que de ne pas ouvrir les jambes pour les hommes lorsqu'on leur ordonnait de le faire.) c'est ce qu'il pouvait s'attendre à faire pour le reste de sa vie. S'il ne pouvait pas devenir dur, il serait castré et envoyé à l'abattoir. Pas de seconde chance pour un condamné à perpétuité. Pas du tout. C'est la loi qu'elle ne pardonne pas qu'elle n'oublie pas.

Je n'ai découvert ce qui était arrivé à George que l'année dernière, quand nous avions tous les deux eu 22 ans. George n'est pas le mignon petit garçon dont je me souviens qu'il était. Il était grand, les cheveux hirsutes et l'ombre de lui-même. Comme tous les anciens détenus de la pépinière, il s'était fait tatouer un code-barres sur la nuque. Un anneau de septum qui avait été soudé ensemble. Il a été conçu pour ne jamais être retiré. Il y avait d'autres modifications mais je ne pouvais pas les voir, je savais juste qu'il les aurait.

George était trop maigre pour être en bonne santé.

Il m'a dit qu'il comprenait ce que je ressentais, il savait ce que c'était que d'être juste un morceau de viande, j'ai 22 ans comme lui et c'est ma troisième grossesse. J'ai quatre mois avec des jumeaux et je commence à devenir extrêmement dur. Il a remarqué la façon dont je marchais vers lui et a dit qu'il pouvait dire que j'avais des plugs dans le cul et la chatte. Bien sûr, il avait raison. Je n'avais que rarement des plugs, les vibromasseurs dans les lèvres de ma chatte ainsi qu'ailleurs m'ont rendu encore plus chaud que d'habitude et cela en dit long.

"Vous devez comprendre qu'après avoir été reconnu coupable, ils m'ont fait sortir de la pièce sans avoir la possibilité de dire au revoir à mes parents ou à mes frères et sœurs." Georges m'a expliqué. « Ils m'ont emmené dans cette salle d'examen où un médecin et une infirmière, ouais des professionnels, m'attendaient. Ils attendent que nous soyons tous reconnus coupables de crimes sexuels. Georges m'a dit. « On m'a dit de me déshabiller quand je n'ai pas répondu assez rapidement, ils m'ont dépouillé de mes vêtements. Des ciseaux et ils n'étaient pas trop prudents avec eux non plus. Georges a expliqué.

------------

Point de vue de George
il y a 8 ans

Je n'hésite qu'un instant et le choix m'est enlevé. Six ans sans choix à faire, j'ai été violée et je suis coupable comme lui... la personne qui m'a fait ça. Où est la justice dans ce monde pour les victimes. Je n'adhère pas au vieil adage selon lequel il n'y a pas de victimes en matière de sexe. Si vous l'avez contre votre volonté, alors comment est-ce un crime que vous avez commis. Le connard en question pèse 60 livres de plus que moi et je suis le seul coupable de ne pas avoir riposté assez fort. Ma mère et mon père disent qu'ils ont honte de moi, ils ont honte. Un maçon et une putain de pute... cette garce... Je m'éloigne de mes problèmes actuels. Ils m'ont jusqu'à mon boxer. J'étais dans l'équipe de football, maintenant j'aurais la chance de revoir un ballon dans ma vie. Une fois qu'un crime sexuel a été condamné, le monde entier connaîtra votre passé pour le reste de votre vie.

C'est plus facile je suppose, je ne vais pas avoir à accoucher en public, les gens paient pour voir ce genre de spectacle. Non, je serai attaché à un lit en métal et baisé huit heures par jour, on s'attendrait à ce que je performe ou je serais probablement castré par les fils de putes qui sont mes geôliers. L'un des gardes a les bras verrouillés derrière le dos par une paire de menottes de la police, elles sont si serrées que ça fait mal, mais que puis-je dire ... rien, je suis un condamné. Ils m'ont où ils me veulent et quand ils enlèvent mon boxer, ma bite molle est exposée au monde. Je ne suis pas le gars avec la bite la plus longue du monde mais j'ai une bite très épaisse. Je n'ai jamais pu l'utiliser, je suis vierge. Du moins je l'étais, jusqu'à ce que cet enfoiré me viole. Et si je suis gay, ça ne veut pas dire que... d'accord, oui, je suis gay. J'aime les gars, pas que ça compte plus. Ils s'en assureront.

"Garçon, je te parle." Le médecin m'a crié dessus.

"Quoi?" je lui demande. C'est complètement la mauvaise chose à dire de cette manière. Pas quand ce bâtard décide ce qu'on fait de mon corps aujourd'hui.

"Fagot, je me fiche de qui tu penses que tu es. Vous êtes ici à cause de votre déviance sexuelle. Vous me parlerez ainsi qu'à mon personnel avec respect ou vous subirez à nouveau les conséquences de vos actions. Maintenant, je t'ai dit de ramener ton cul de pédé maigre ici, mon garçon. Il m'a grondé et a fait un signe de tête à ma capture qui m'a poussé en avant. Je n'ai aucun moyen de m'empêcher de tomber alors qu'il me prend par surprise. Je heurte le sol le visage en premier et gémis de douleur en atterrissant sur mon nez. "Regardez le pédé ne peut s'empêcher de tomber dans sa volonté de sucer nos bites." Le docteur dit à la salle beaucoup de rires. Je sens qu'un des gardes m'attrape par les cheveux et me remet sur mes pieds. Je hurle de douleur à cause de ça et je ne peux pas m'empêcher de souhaiter être ailleurs qu'ici. Quand je me remets sur pied, le garde n'utilise pas mes bras pour me guider mais me tire par les cheveux et me traîne chez le médecin. Je pleure jusqu'au médecin, je pleurerais pour ma maman mais ça ne servirait à rien.

« Est-ce nécessaire ? » demande le plus jeune des gardes.

« Oh oui, vous ne pouvez pas faire preuve de compassion envers les personnes récemment condamnées. S'ils pensent qu'ils peuvent s'en tirer avec un meurtre, ils essaieront de s'en tirer. Vous devez être ferme avec eux et vous devez être dur, cela leur montre à quoi ils peuvent s'attendre s'ils ne se conforment pas à leurs seigneurs. Le médecin a expliqué. «Je ne verrai ce morceau de pédé de merde que s'il est sous-performant, puis je le castrerai s'il a de la chance ou je lui enlèverai tout. Les Nullo ne survivent pas dans le monde en général, pas de nos jours. Les greffes de sexe sont bien sûr illégales, donc une fois que vous prenez leurs couilles ou leur bite et leurs couilles, ce sont des fagots sans sexe et sans bite pour toujours. Le médecin lui dit.

Quand vous entendez ce genre de chose, vous ne pouvez pas vous empêcher de pleurer et de pleurer fort. Putain, j'avais quatorze ans quand ils m'ont fait ça. Quand j'ai été traité, j'étais à peine sorti de la puberté, je n'avais pas encore eu de poussée de croissance majeure. Merde, je n'avais aucune idée à quel point la vie pouvait être belle et à vrai dire après ce jour, il me faudrait beaucoup de temps avant de savoir ce que c'était que d'avoir une chose appelée une vie.

« D'abord, vous devez vous débarrasser des piercings. Il est en panne depuis six en tout... qui sont tous permanents. Un signe qu'il était un délinquant sexuel condamné. Il a dit à la salle pas moi ... bien sûr, les autres dans la salle savaient ce qui allait m'arriver, je n'en avais aucune idée. De nos jours, la plupart des piercings sont effectués après l'application d'un agent anesthésiant, mais lorsque vous êtes un condamné, ce n'est pas le cas. "D'abord, bien sûr, nous faisons ceux qui causeront le moins de problèmes." Le docteur continua. "Les garçons le mettent dans la chaise, je veux ses jambes dans les étriers." dit-il aux gardes. Avant même d'avoir le temps de me battre, croyez-moi à ce stade, je le veux. Je suis dans le fauteuil immobile. Je sens une petite piqûre dans le dos. Ils ne vous disent pas ce que c'est, mais vous savez assez rapidement ce que c'était. Vous ne pouvez bientôt plus bouger aucun de vos membres, c'est une drogue qui vous paralyse essentiellement. Pas seulement de la taille vers le bas, mais du cou vers le bas. Il n'est pas permanent, il a un effet d'environ une heure. Mais pendant cette heure tu es impuissant et c'est ce qu'ils veulent que je sois. Je peux encore sentir tout ce que fait le médecin. Il déplace mon sac à balles et je suis incapable de faire quoi que ce soit à propos de l'érection que cela me donne. Ma bite non coupée de 6 pouces est maintenant au garde-à-vous et c'est bien sûr ce qu'il veut.

"C'est un morceau de viande assez impressionnant, il sera populaire." Un des commentaires des gardes me fait rougir. Ils parlent de moi comme si je n'étais pas là. Je ne peux pas m'empêcher de me sentir dégoûté d'eux et de moi-même d'être complètement impuissant face à ce qu'ils me font. Ils forcent ma tête dans ces coussins qui ont pour effet de m'empêcher de bouger la tête d'un côté à l'autre ou de haut en bas. Ensuite, le médecin commence son travail.

« Tout d'abord, le piercing au septum. Ceci est essentiellement soudé en place. Le médecin dit à la salle au sens large.

Si je pensais que la douleur émotionnelle d'être déshabillé par ces gens était mauvaise, ce n'était rien comparé à la douleur d'être percé. J'ai crié quand il m'a percé le nez. J'ai crié et hurlé fort. Non pas que ce soit particulièrement douloureux, c'était une réaction instinctive à la douleur que j'endurais et au fait que je ne pouvais pas bouger, même pas un centimètre de tout mon corps était immobile. Je pouvais entendre des cris venant d'ailleurs dans le bâtiment mais je ne m'en rendais compte que plus tard. C'étaient les cris de mon co-criminel. Cela m'a apporté un peu de réconfort qu'il souffrait autant que moi. Ils utilisent une machine pour compléter le scellement du piercing. Donc, il n'y a pas de peur de mon visage.

"Bon chiot." Le docteur m'a dit. "Maintenant, ses mamelons." Le médecin a dit à la salle en riant. Il aimait son travail, je le savais maintenant.

Mes cris ont rapidement rempli la pièce, cela me faisait beaucoup plus mal que mon nez et oh mon dieu, je voulais que ça s'arrête.

"S'il vous plaît pas plus." Je les supplie de les faire rire.

Ce ne sont pas non plus de petits piercings, non ce sont des anneaux de gros calibre et lourds. Celui dans mon nez pèse lourd sur ma lèvre supérieure. Mes mamelons reçoivent également de gros anneaux. Autant sur le contrôle que sur l'esthétique, mais je ne le sais pas à ce stade. Mon corps me fait mal à ce stade, il crie pour le repos, mais aucun repos ne vient à ma rencontre, pas en ce moment de toute façon.

"C'est maintenant que les jeunes crient un peu et s'évanouissent." dit le médecin à la chambre. «Les trois derniers piercings sont dans la région de l'aine. Deux dans la tête du pénis elle-même et une entre son cul et son sac à balles que nous appelons affectueusement sa guiche. Tous trois sont là pour maximiser le plaisir qu'il reçoit lors d'un rapport sexuel avec une femme. La dernière chose dont nous avons besoin est une bite flasque d'un pédé quand une femme veut le monter comme un cow-boy fait un cheval. Dit le médecin en riant alors que l'infirmière maintenait sa bite rigide en place. Ils n'ont pas été rapides sur ces derniers piercings pas comme les autres. Ils devaient faire attention, je suppose, mais si vous êtes un prisonnier incapable de bouger, les quinze minutes que vous passez avec eux à vous faire ces choses sont atrocement douloureuses. Je crie moi-même comme un cheval alors qu'ils mettent un Prince Albert dans ma fente de pisse ... la douleur est inimaginable à moins que vous ne soyez un sadique, ce qui, j'en suis sûr, aide au travail que ces gens font toute la journée. Ils doivent m'étirer et cela me fait encore plus mal, mais je ne perds jamais ma raideur. Je suis dur et fier malgré la douleur. Ils rient et se moquent en disant que je dois apprécier ce qu'on me fait. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité, mais cela n'a pas d'importance pour eux. Plusieurs des hommes dans la salle arborent leurs propres hardons. Ma bite est en feu alors que trois femmes sont amenées dans la pièce nues comme le jour de leur naissance. Rasé là-bas. C'est la première fois que je vois une femme nue de ma vie. Je suis curieuse mais pas parce qu'elle est attirante. Je me demande ce que les femmes sont là pour faire et il ne me faut pas longtemps pour savoir ce qu'elles sont là pour faire. Il semble que les hommes aient besoin d'une certaine libération sexuelle et c'est la deuxième fois que je vois la bite d'un autre homme quand elle est excitée, oh mon Dieu.

"Le prochain, c'est quand les chiennes s'évanouissent." Le médecin a dit en riant pendant que je criais. Je ne vois pas ce qu'il fait, mais j'ai l'impression qu'un tisonnier incandescent perce mon clochette. Ça fait plus mal que le Prince Albert et il a raison... Je m'évanouis dans un doux oubli.

J'en viens à crier... réveillé par la douleur que je pense être dans mon cul et je ne sais pas combien de temps j'ai été absent.

"Bienvenue sissy boy." L'un des gardes commente obscènement. Il me faut un moment pour me rappeler où je suis et ce qui m'arrive. Je peux sentir quelque chose qui se soulève entre mon cul et mon sac à balles, mais ce n'est pas ce qui cause la douleur, ce qui cause la douleur, c'est ce que le bâtard essaie d'insérer dans mon cul.

"Nooooooooo... s'il te plait non pas encore... non s'il te plait arrête." J'en supplie le docteur. Ce n'est pas une bite, je sais que... bi je ne sais pas c'est un plug anal... un gros plug en plus. Et il essaie de me le mettre dans le cul. Je crie et supplie jusqu'à ce qu'il pose sa main contre la base de la prise et la claque à fond. Je dois m'évanouir à nouveau parce que la prochaine chose dont je me souviens est de me réveiller avec une sensation de retour dans mes membres. Bien sûr, j'ai des épingles et des aiguilles comme vous ne le croiriez pas et la douleur est à peine tolérable. Je ne suis plus dans les étriers et j'ai l'impression que j'ai le cul plein. Je suis dans une position droite mais couchée. Il y a une barre d'écartement entre mes jambes, une chaîne qui n'est attachée à rien qui en découle.

« Ah le garçon est enfin réveillé... stupide petite pute qui ne supporte pas la douleur... eh bien six ans de sexe vont changer ça. Nous ferons de toi un homme hétéro, mon garçon. Ou nous vous réintégrerons en tant que résident permanent du programme. Le médecin a dit que lorsque j'ai été retiré de la table, j'ai été laissé debout pendant un moment avant que les gardes n'entrent. Ma poitrine se détache fièrement de mes attaches. J'ai regardé rediculus, j'en suis sûr. Puis on m'ordonne de m'accroupir ce qui oblige mes fesses à s'exposer et le plug quelque peu. C'est alors que je sais comment la chaîne jouera un rôle. La chaîne est attachée à ma prise. On me dit de me lever du mieux que je peux mais je suis entravé. Se tenir debout ou essayer de se tenir au-delà d'un certain point me causant de la douleur car le bouchon est tiré par la chaîne et le bouchon est beaucoup trop gros juste pour sortir de mon tout. Il est enfoncé profondément. "Vous pouvez l'emmener au centre de détention pour les garçons de nuit avant qu'il ne soit emmené dans son nouveau lit demain." Le docteur prévient mes gardes.

Je suis une grenouille sortie lentement de la pièce, je ne peux pas bien marcher, je dois me dandiner pour sortir de la pièce. Faire un grand pas et je crie de douleur... alors je fais attention après les premiers pas. Je ne le sais pas encore mais je vais rencontrer ma famille pour la dernière fois. Il me faudra six ans avant de les revoir. Ma mère et mon père sont dans la salle d'attente, où ils se trouvent depuis la condamnation. Ma mère halète quand elle me voit, j'ai été rasé de mes poils pubiens et mes cheveux ont été coupés en un numéro un. Il sera autorisé à repousser, les cheveux sur ma tête qui est. Mais les poils sur mon entrejambe et mes fesses ainsi que sous mes bras ne repousseront jamais. Les piercings sont censés être si douloureux que vous vous évanouissez, donc quand ils vous enlèvent les cheveux de façon permanente, vous ne savez pas que c'est permanent. Vous vous réveillez dénudé et c'est tout. Habituellement, vous vous réveillez pour trouver quelqu'un qui vous enfonce un plug dans le cul. Si vous avez de la chance après avoir terminé cela... mais la plupart des gens se réveillent pendant et qui ne le ferait pas. Si j'ai une consolation dans tout ça... c'est que mon violeur est sorti en même temps. Il est complètement dénudé. Pas de cheveux ni même de cils. Ils ne repousseront jamais non plus. Un résident permanent n'a pas beaucoup de répit dans sa vie dans les centres. Il a un tatouage permanent sur son pec droit avec son numéro de prisonnier. Le numéro de prisonnier que j'ai aussi, je sais qu'il est sur mon pec droit et je ne le connais pas encore, mais il est aussi sur ma fesse gauche. Il a tous les piercings que j'ai et il a aussi un écarteur de boules en métal qui écarte ses couilles à trois bons centimètres de sa bite. Lourd et douloureux si vous savez ce que vous faites. Il a deux chaînes, une au plug anal et une à la civière de balle qu'il porte. J'étais mal à l'aise, je ne peux même pas commencer à imaginer l'enfer qu'il traversait. Je savais que ce bâtard avait été marqué comme violeur gay, ils m'avaient dit que cela faisait de lui un type spécial de prisonnier. Ils m'avaient cru dans une certaine mesure quand j'avais dit que je n'avais pas voulu avoir de relations sexuelles avec lui, mais cela n'a pas plus changé l'issue pour moi que cela ne l'a changée pour lui.

"George, sois un bon garçon et fais ce qu'on te dit." Mon père me dit que je le regarde d'où je suis. Comme si j'avais un putain de choix en ce qui concerne ta chatte, je me dis. Je n'ai peut-être que quatorze ans, mais laissez-moi vous dire quelque chose que je savais jurer à l'époque tout autant que je sais jurer maintenant. Mon père me disait ce qu'il pensait que j'avais besoin d'entendre mais ce n'était pas lui marqué de façon permanente ou branché ou obligé de marcher comme ça.

"Pense juste George, il n'y a que six ans que tu auras vingt ans quand tu sortiras." Ma mère me dit que je grogne après elle. "Les bébés que tu auras, au moins tu ne seras pas pédée quand tu sortiras." Elle me dit que je perds rapidement mon calme avec elle pour ça.

"Mieux vaut un pédé qu'une pute de crack." Je grogne contre elle, cela me vaut un zap d'un pistolet paralysant.

----------

Je viens à l'arrière d'un fourgon de prison Je suis assis sur un banc spécial Je suis bâillonné et je ne peux pas du tout bouger très loin. Mon plug a été détaché de l'écarteur entre mes jambes et il a été attaché au banc sur lequel je suis maintenant assis. Je ne suis cependant pas la seule personne dans ce van. Il y en a six autres sans compter mon violeur. Nous tous nus, tous branchés et percés, nous ne sommes pas tous bâillonnés et nous ne sommes pas tous des hommes. Il y a deux femmes dans le van. Une blonde plantureuse avec un grand corps... probablement seulement quelques années de plus que moi. Elle gémit et grince sa béquille sur le siège. Crier de temps en temps. Je ne vois pas pourquoi mais je peux probablement hasarder une hypothèse quant à ce qui cause cela.

"Vas-tu regarder ta bouche intelligente, mon garçon." Un garde me demande derrière moi de hocher la tête. Ma mâchoire me fait mal à cause du bâillon dans ma bouche et il ne faut pas longtemps pour que le bâillon soit retiré et que je respire un peu plus facilement que je ne l'avais été. « Si tu parles à une personne libre de cette manière encore garçon, nous devrons paralyser ta langue pendant toute la durée de ta peine. Ta mère t'a mis au monde, petit pédé ingrat. Il me gronde puis me laisse à nouveau tranquille. Je ne le vois pas mais je ne pense pas que quelqu'un d'autre ici le puisse. Je veux me frotter la mâchoire, mais mes mains sont toujours bloquées derrière mon dos et maintenues trop haut par une chaîne. Je constate que les autres sont dans le même cas.

« Mec, qu'est-ce que tu as fait ? » Le gars à côté de moi demande à peu près mon âge.

"J'ai traité ma mère de putain de crack." Je lui ai dit.

"Tu dois être fou." Il m'a dit.

"Je ne devrais pas être ici, j'ai été violée par un gars et ils m'ont donné six ans." ai-je grogné.

"Il n'y a plus de viol dans ce monde. Si vous avez eu des relations sexuelles avec lui, aux yeux de la loi, vous êtes quand même gay et vous savez ce que cela signifie. Le garçon a dit, je l'ai fait. Je venais de découvrir ce que cela signifiait pour moi pour les six prochaines années. "Bien que ce soit les salopes là-bas pour lesquelles vous devez vous sentir désolé. Deux condamnés à perpétuité, ils passeront le reste de leur vie naturelle à être enceintes ou à s'occuper de bébés avant l'adoption, lorsqu'ils seront trop vieux pour avoir eux-mêmes des enfants. Le garçon lui dit.

"Cassie là-bas a refusé le sexe de son frère, la vie sans libération conditionnelle... treize ans... mec tu dois ressentir pour elle. Elle est lesbienne et toi, c'est presque aussi mauvais que d'être gay. Il m'a dit que j'acquiesçais. « Joanne, vingt-trois ans, a été enceinte plus souvent qu'autrement depuis qu'elle est devenue légale. La rumeur dit qu'elle n'a pas atteint l'âge légal et que le garçon qui l'a fait a été castré sur-le-champ. Mec, tu ne baises pas avec des filles avant qu'elles n'aient dix-huit ans... mais bon Cassie fait partie d'un groupe religieux unique exempté desdites lois. Ils disent qu'ils sont contre leurs croyances religieuses et que l'accouplement d'une pute fait partie du rituel de la majorité. Ils ont choisi de punir Cassie... maintenant la chienne a un gode vibrant coincé dans sa chatte et un type spécial de pilules qui sont plus intenses que celles que les femmes doivent habituellement prendre. Sa vie va être misérable de toute façon. dit le garçon. «Je suis Joe 9, j'ai eu neuf ans pour avoir été le meilleur en ayant couché avec le quart-arrière … il a eu la vie pour avoir été assez stupide pour ne pas se taire pendant le procès. C'est lui là-bas. Le garçon continua à hocher la tête en direction d'une tête rousse maussade, musclée et en forme ou aurait été rousse s'il avait encore des poils sur son corps. Il avait de nombreuses taches de rousseur et mon nouveau compagnon me dit qu'il est tout à fait laïc. Dommage que je ne le sache jamais, j'aimerais bien... ouais vous voyez l'image.

"Qu'est-ce-qu'on fait maintenant?" Je lui demande.

"Eh bien, quand nous arrivons là où nous allons, ils vont nous donner d'autres injections... nous abrutir, nous exciter ce genre de choses." Il me dit


Quand nous arrivons à l'enceinte, je suis mis avec le jock stupide et son haut, nous sommes enchaînés ensemble, puis une marche de grenouille ou une marche boitillante dans une salle de traitement pas très différente de la salle dans laquelle j'ai été torturé il n'y a pas si longtemps. La chambre a un médecin et une infirmière et les gardes par lesquels nous avons été escortés et c'est tout.

"Nos nouveaux sortants de l'école." Le chef de garde a annoncé.

"Bien... Je vais d'abord prendre celui à la bouche s'il vous plaît." Il dit que je ne suis pas attaché aux deux autres et a avancé la chaîne n'est pas attachée à ma prise et je suis capable de me tenir droit, ce que je fais. "Tu as une grande gueule et nous n'aimons pas ceux de ce centre alors ouvre-toi." Le médecin m'a grogné. Je tiens à dire que si j'y avais pensé, je ne me serais jamais conformé, mais je l'ai fait. L'homme a atteint l'intérieur de ma bouche avec une seringue et a injecté ma langue. C'était comme du plomb, j'ai essayé de le déplacer et j'ai découvert que je ne pouvais pas. J'ai fermé la bouche lorsqu'on m'a ordonné de le faire et ensuite il m'a injecté quelque chose d'autre dans la gorge. « Dans environ une heure, vous ne pourrez plus du tout parler. Cette drogue que je viens d'injecter va paralyser tes cordes vocales pas de façon permanente mais jusqu'à ce que je te donne l'antidote dans six ans. Si vous vous comportez mal, mon garçon, cela deviendra permanent avec une deuxième injection. Ta mère envoie son amour. Il grogne des crachats qui sortent de sa bouche et me frappent au visage. "Si une chatte a besoin de lécher, tu vas devoir trouver un autre moyen, petit pédé." dit-il en riant. Il prend une seringue de la table contenant un liquide de couleur bleue. "Maintenant, vous les garçons ne saurez rien pour ce petit ici... nous aimons le garder agréable et calme." Le médecin lui dit. "Je note que vous avez un QI de 122. Nous allons nous en occuper maintenant." Le médecin lui a dit et l'a injecté dans son sang. "Cette petite injection réduit votre QI de 30 à huit points selon la personne. Il n'est pas non plus permanent chez les non-vie. Vous viendrez ici une fois tous les trois mois pendant la durée de votre peine. Vous n'aurez pas besoin de vous en souvenir. me dit-il avec un sourire narquois. "Au moment où vous aurez terminé, vous aurez de la chance de pouvoir vous souvenir du jour de la semaine." Il ajoute. "Il faut environ trois heures pour faire effet." Il nous informe. "Il reste deux injections pour toi mon garçon, pour aujourd'hui en tout cas." Il lui dit. « La première est une hormone de croissance. Cela devrait faire de vous une petite merde moins gourmande. Il devrait également prendre soin de votre bite... rendez-la un peu plus grosse qu'elle ne l'est maintenant. Il a dit de l'injecter directement dans la base de ma bite... pas aussi douloureux que les autres trucs qu'on m'a fait. "Maintenant, cette petite beauté va provoquer une excitation et augmenter votre nombre de spermatozoïdes." Il m'informe également en s'injectant à la base de mon sexe. « C'est comme ce que nous faisons aux femmes lorsqu'elles atteignent l'âge requis... mais c'est permanent. Vous ne serez jamais excité. Il a dit que j'ai été ramené dans la ligne et rattaché au jock.

L'injection cornée est comme une pilule de viagra sur la chaleur, mon corps réagit presque instantanément. Ma bite se courbe vers le haut vers mon corps où elle reste.

Mon ami Lewis, je le découvre, traverse la même chose que moi... mon cerveau a du mal à se concentrer sur les détails au moment où il a terminé. Trois heures par an à droite. L'athlète est le dernier à partir... on lui donne une plus grande dose de drogue abrutissante et ses cordes vocales sont paralysées de façon permanente, je pense, lorsque l'athlète donne la bouche au médecin. Mais le pire est encore à venir. Le médicament qu'on nous a donné pour nous faire grossir a une sœur qui a un effet opposé... muet et petit armé le garçon a une grosse bite de huit ou neuf pouces quand il est complètement dur... j'ai vu ça quand on parlait de les filles. Ce garçon est hétéro mais ça n'aura pas vraiment d'importance quand ils en auront fini avec lui. Sa bite ne sera plus aussi grosse qu'avant pour longtemps.

"Mettez-les dans leur cellule pour la nuit... enfermez le jock pour vous assurer qu'il ne peut rien faire de stupide." Il a grogné.

----

Six mois plus tard

La vie n'est pas si mauvaise, je reçois de la nourriture, je reçois de la boisson... bien sûr, j'ai baisé un tas de femmes tous les jours et j'ai été baisée par certaines d'entre elles. L'homme c'est la meilleure partie, ils me mettent leur gode dans le cul et je me sens à nouveau comme un homme. Baiser des femmes urgh... qui en a besoin... qui le veut. Pourquoi voudrai-tu ceci. Je leur demanderais mais je ne peux pas parler, ils ne me laisseront pas parler. J'étais un mauvais garçon quand je suis arrivé et ils m'ont puni. Mon ami Lewis prend soin de moi, s'assure que je mange... parfois j'oublie... ils disent que je ne peux pas prendre soin de moi alors ils me surveillent.

Le jock boy... je le vois tous les jours... le pire de tout, les gens se moquent de lui. Faites des blagues sur son pipi... on dit qu'il sera bientôt coupé.

-----

Aujourd'hui.

"Ils t'ont fait ça ?" Je lui demande, il hoche la tête. "Et Lewis?" J'ai demandé.

"Il sort dans quelques mois... Je ne l'ai pas vu depuis deux ans." George m'informe. "Ils m'ont rendu plus stupide que le retardataire moyen." Georges m'a dit. Je secoue tristement la tête. « Fait pour baiser une femme 10-12 fois par jour parfois plus d'une fois. Encerclé comme un criminel de droit commun. J'ai été violée et ils m'ont traitée comme ça. George m'informe.

"Je suis désolé." lui dis-je.

« Ne vous faites jamais envoyer dans l'un de ces endroits. Ce qu'ils m'ont fait, ce qu'ils ont fait à Lewis et au Jock, je n'ai jamais appris son nom... c'était inhumain, regarde-toi, tu es enceinte et branchée comme une vulgaire mule. lui dit Georges. "J'entends des rumeurs de pays dans le monde qui ne font pas cela à leur peuple." Georges m'a dit. « Un jour, je vais y arriver. Un jour, je n'aurai plus à vivre avec la stigmatisation d'être une pute reproductrice dont le seul crime a été d'avoir été attrapée alors qu'elle était violée par un autre gars. Il dit. Je tends la main par-dessus la table, prenant sa joue en coupe avec ma main, je lui souris. J'aime ma vie, j'aime la façon dont je suis traité. Je n'ai jamais essayé d'être autre chose que ce beau garçon devant moi, ce bel homme que j'ai connu à l'adolescence. Il n'a jamais demandé cela.

"Comment va ta famille?" J'ai demandé.

"Ils m'ont reniée avant que je sorte." dit doucement Georges. "Je suis resté dans un refuge." Il m'a dit.

"Alors tu dois venir à la maison avec moi, rester au chaud et en sécurité." Je lui ai dit.

"Est-ce qu'il s'en souciera ?" demande Georges. Probablement mais je ne dis pas ça, mon ami a besoin d'aide et je peux le lui donner.

Articles similaires

L'affaire2

JE PENSAIS QUE PUISQUE NOUS ESSAYONS DE NOUVELLES CHOSES AVANT QUE J'ENTRE DANS SON CUL, JE VEUX QU'ELLE ME SUPPLIE DE BAISER SON CUL. Je suis allé chercher de la glace et 3 pinces à linge. JE LUI DEMANDE SI ELLE AIME ÊTRE ATTACHÉE AU LIT ELLE N'A PAS RÉPONDU DONC JE LUI FELICULÉ LE CUL AUSSI FORT QUE JE PEUX PUIS ATTENDRE SES CHEVEUX EN TIRANT LA TÊTE EN ARRIÈRE ET JE LUI DIT QUE JE T'AI DEMANDÉ UN ? VOUS RÉPONDEZ OU JE VOUS FESSERAI ENCORE. AVEC LA PEUR DANS LES YEUX ET LE DÉSIR DÉGOUTANT DE SA CHATTE...

522 Des vues

Likes 0

Ma cousine salope et son amie

Cela a commencé comme une journée pas comme les autres, me lever le matin et bien nettoyer et me nourrir régulièrement comme tout le monde. La seule chose que ce n'était pas tout à fait comme n'importe quel autre matin, j'ai eu deux belles filles ici avec ma mère, c'était comme la plupart des autres, elle me traite comme si j'avais trois ans alors que j'en ai vraiment 17, elle a insisté pour que ma cousine Sadia reste avec moi. Maintenant, ma cousine pesait 112 livres, des cheveux blonds, des yeux bleus, des seins 36C, un cul serré parfait et les...

978 Des vues

Likes 0

Aide voulu partie 7

Je me demandais si j'avais appris ma leçon en rentrant chez nous. Non seulement cela, j'ai commencé à calculer combien ma stupide aventure avec Caitlyn a coûté. Entre sa robe et ses chaussures et tout, mes nouveaux vêtements, le dîner et le pourboire, son taxi pour lequel je lui ai donné de l'argent et l'essence ; ça devait être près de neuf billets. De plus, le pneu frikkin avait besoin d'être réparé. J'ai regardé Caitlyn. Elle dormait. Y avait-il quelque chose de positif à sortir de toute cette mésaventure ? Sa chatte était rasée. Mais je ne verrais rien de tout...

966 Des vues

Likes 0

Un anniversaire d'inceste Chapitre 34

Il reste un chapitre ! La série est presque terminée. Tout se résume à ça. Profitez. Cela fait un mois entier que papa a dit qu'il nous donnerait une chance, et franchement, ça a été un très bon mois. Nous nous sommes assurés de rester à l'écart de papa lorsque nous nous sentions affectueux, et il a fait de son mieux pour accepter de savoir ce qui se passait vraiment. Nous sommes lentement revenus à la relation que nous avions avant le jour où il a trouvé la photo, même si cela a pris un certain temps parce que nous avons...

938 Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

915 Des vues

Likes 0

Camping chapitre 3_(0)

Ranma 1/2 : Camping Troisième nuit Ranma dormait encore dans son sac cette nuit-là. Il portait seulement ses boxers et sa chemise musculaire comme d'habitude depuis, portant tous ses les vêtements ne lui faisaient aucun bien de toute façon. Akane était encore éveillé. Elle n'était pas prévoyait de faire quoi que ce soit ce soir, mais elle n'arrivait tout simplement pas à s'endormir. Son l'esprit formulait un plan pour s'amuser à nouveau avec Ranma. Le seul Le problème était qu'après la nuit dernière, elle n'était pas sûre que ça marcherait. Elle craignait que Ranma ne morde à nouveau, et si elle faisait...

1.8K Des vues

Likes 0

Le plus grand jour

Ce matin a commencé tout simplement génial. Mieux que je n'aurais jamais pu l'imaginer. J'avais passé un marché avec ma femme. Si elle voulait que j'utilise l'argent que j'avais gagné au poker de cette semaine pour aller à Columbus et voir le nouveau club de danse qu'ils avaient construit, elle devrait me donner une journée entière de plaisir sexuel chaque fois qu'elle en aurait l'occasion. Ce matin a commencé par se réveiller avec sa chatte scintillante planant à quelques centimètres de mon visage. Elle sait combien j'aime manger sa chatte. Elle a dû se réveiller beaucoup plus tôt car sa chatte...

711 Des vues

Likes 0

ÉDUCATION UNIVERSITAIRE

Je viens de découvrir ce site l'autre jour et jusqu'à présent je l'adore. Je voudrais vous parler de ma première fois avec le sexe d'un homme à l'autre, mais je veux d'abord vous parler de moi et comment j'en suis arrivé au point d'avoir des relations sexuelles avec un homme. Je suis un homme de 53 ans divorcé depuis 30 ans. Je vis dans une ville qui a un collège d'État et je possède une entreprise de camionnage. mais tout s'est passé quand j'avais 30 ans. J'étais à Los Angeles en train de décharger mon camion et pendant qu'ils le déchargeaient...

890 Des vues

Likes 0

Adolescents nageant nus au lycée avec des hard-ons

J'étais un étudiant de première année dans un lycée d'une grande ville dans les années 70 et je n'ai pas été surpris quand, au cours de mon premier semestre, j'ai fait de la natation et que pour des «raisons de santé publique», tous les garçons le faisaient nus. J'avais été prévenu par mes frères aînés et venant d'une famille de neuf enfants, dont des sœurs et une mère qui allaitait continuellement, je n'étais pas timide, ni étrangère au corps nu. Le premier jour, on nous a dit que si nous entendions trois brefs coups de sifflet, nous devions sortir rapidement de...

812 Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.