Le coup de main d'une mère Ch. 6

719Report
Le coup de main d'une mère Ch. 6

Chapitre six : Mères, fils et amants

En fin de compte, les bras de Jason Jackson sont restés dans le plâtre pendant encore deux semaines, un total de six au total. La nouvelle de leur retrait a été accueillie par un énorme soupir de soulagement puis d'exaltation pour le jeune homme. Mais l'exaltation et le soulagement ont été immédiatement remplacés par un sentiment de consternation et d'incrédulité, car lorsque les plâtres ont été retirés, Jason a été choqué de voir ses bras autrefois musclés et bronzés avoir l'air d'un jaune pâle délavé, ratatinés et maigres. Où étaient passés ses beaux biceps toniques ? C'était un spectacle laid et misérable, et après l'exaltation de sa liberté retrouvée, il est devenu plein de ressentiment et de larmes, presque suicidaire.

"Oui, je sais, c'est parfois un choc quand les pansements sont enlevés pour la première fois", a déclaré l'infirmière, sentant le changement d'humeur soudain de Jason. « Tu t'attends à ce que tout soit comme avant… et comme nous pouvons le voir… » Elle frottait la sensation dans ses bras. "Il faudra encore un peu de temps avant que vous ne retrouviez la force et le tonus musculaire. Vous devrez exercer vos bras tous les jours, mais ne précipitez pas les choses. Au début, vous serez surpris de voir à quel point ils se sentent faibles, en fait ils ne se sentiront pas du tout comme vos bras pendant les premiers jours. Mais ne vous inquiétez pas... ils seront bientôt comme neufs.

L'infirmière se dirigea vers une imprimante à côté du PC sur son bureau.

"J'ai couru un cours d'exercices pour vous. Si vous les suivez raisonnablement, vous ne devriez pas avoir de problèmes pour revenir à la normale. Ne pensez pas que vous pouvez recommencer à faire tout ce que vous avez pu faire. avant l'accident... d'accord ? Et je voudrai te voir dans une semaine.

Mme Jackson a ramené son fils à la maison. Il était silencieux dans la voiture. Elle a essayé de faire la conversation et a été intriguée par son humeur, mais a senti sa déception et a décidé qu'il valait mieux conduire et rester seule.

« Mes putains de bras ressemblent à de la putain de merde, maman ! dit-il enfin, alors qu'ils tournaient dans leur rue natale.

« Oh, vous me parlez, alors ?

"Et ils sont toujours inutiles."

"Qu'est-ce que tu veux dire, inutile?"

"Qu'est-ce que tu penses que je veux dire ? Inutile c'est putain d'inutile, n'est-ce pas ?"

« Qu'est-ce que tu dis alors… ? Que je dois encore t'aider ? Te branler encore ?

Carol étouffa un sourire. Instantanément, elle se mordit la langue et regretta sa désinvolture. Mais Jason avait déjà commencé à rire et soudain ils riaient ensemble comme si c'était une grosse blague, et d'une certaine manière, ça l'était. Au moins, la tension suffocante avait été brisée.

Carol a arrêté la voiture devant la maison et ils sont sortis. L'humeur sombre de Jason semblait s'être éclaircie et sa mère respirait un peu plus facilement.

"Je veux dire, regarde, maman... N'ont-ils pas l'air horribles ? J'ai les bras d'un homme de quatre-vingt-dix ans maintenant." Il les faisait fléchir, essayant de les relever alors qu'ils remontaient l'allée du jardin, mais l'infirmière avait raison… ils avaient l'impression qu'ils ne lui appartenaient pas. Ils faisaient très mal et il n'y avait aucune force en eux. "Je veux dire, pendant des lustres, je n'ai pas été capable de tout faire avec eux. Et maintenant..."

« Tu ne peux toujours pas tout faire, n'est-ce pas ? » Sa mère sourit. "Mais il y a un avantage, Jay..."

"Ouais, qu'est-ce que ce serait alors, maman?"

Carol mettait la clé dans la porte, tournait la serrure. Ils entrèrent et elle ferma la porte derrière eux. Elle se tourna pour lui faire face et passa ses bras autour de son cou. « Je devrai encore m'occuper de toi pendant un moment, n'est-ce pas ? Juste jusqu'à ce que tu retrouves tes forces.

"Je suppose que vous le ferez, Mère."

"Maintenant, fais un gros bisou à maman. C'est si agréable de te retrouver comme avant."

"Pas normal, maman."

"Eh bien, tant que tu es encore trop faible pour me repousser, je m'en fiche. Embrasse-moi."

Et soudain, les lèvres de sa mère furent sur les siennes dans une étreinte comme elles ne l'avaient jamais partagée auparavant. Cela ne semblait pas naturel de le faire. Jason ne parvint qu'à mettre ses bras autour de sa taille alors qu'elle continuait à le tenir contre elle. Il sentit ses seins se presser contre son ventre alors qu'elle resserrait sa prise sur lui. Et puis quelque chose arriva qui le fit presque reculer de surprise, mais qui n'était pas totalement inattendu.

Sa langue glissa entre ses lèvres, poussant avec force entre ses dents et s'insinuant dans sa bouche. L'estomac de Jason fit une volte-face, la langue de sa mère glissant et tourbillonnant contre la sienne. Après toutes les choses qui s'étaient passées entre eux – l'aide à la toilette, la branlette, la fellation fantastique – d'une certaine manière, cet acte, un baiser spécial avec sa mère, semblait surpasser tout ce qui s'était passé auparavant. C'était beaucoup plus audacieux, excitant et érotique par sa nature de proximité et d'intimité, que même les actes sexuels ne l'avaient été. C'était comme si un pas en avant significatif avait eu lieu dans leur relation, un changement d'accent et de statut, un engagement symbolique d'amour véritable entre mère et fils. Et tandis qu'il cédait et rendait les baisers de sa mère, les larmes silencieuses de l'émotion montèrent à ses yeux et son corps se mit à trembler.

"Allons. Nous devrions tous les deux être heureux," dit-elle, le relâchant finalement et reculant pour pouvoir se concentrer sur son visage. Elle ôta ses bras d'autour de son cou et essuya d'abord ses larmes, puis la trace de rouge à lèvres de sa bouche. Puis elle s'accrocha à la chair étrangement douce de ses avant-bras et sourit amoureusement dans ses yeux liquides.

"Alors pourquoi ne pas nous faire une bonne tasse de thé ? J'ai aussi des biscuits digestifs au chocolat... ton préféré. Ce soir, nous célébrerons non seulement ta liberté, mais aussi la nôtre. Nous allons nous énerver ensemble avec une bouteille de vin et quelques bières. Qu'en dis-tu, tigre ?"

"Je pense que ce sera vraiment génial, Mère."

Ils s'embrassèrent à nouveau et Carol appuya son fils contre la porte d'entrée. Elle sentit autour de l'entrejambe bombé de Jason une faim et une urgence qui les surprirent même.

Mme Jackson fit glisser la fermeture éclair de son fils d'un mouvement fluide et libéra sa queue, déjà semi-dressée par la marée montante du sang chaud. Elle l'embrassa tendrement avant de dire. "Je pense que nous savons tous les deux où cela nous mène, Jay... et je parle pour moi... je ne peux plus le combattre."

Et elle a glissé le long de son corps jusqu'à ce qu'elle soit à genoux et face à face avec sa queue branlante. Elle leva les yeux vers son visage, rencontrant ses yeux bruns qui étaient presque noirs de désir. "Je vais te faire une telle pipe, jeune homme."

"Oh putain, maman ! Suce-moi fort, petite salope. Je t'aime."

"Je t'aime." Et elle l'a amené à un point culminant superbement intense en 60 secondes qui a rempli sa bouche du beau sperme de son fils.

Les jambes de Jason fléchirent et il se laissa glisser contre la porte d'entrée jusqu'à ce qu'il soit lui aussi à genoux et face à face avec sa mère. Et ensemble, ils ont partagé un baiser au champagne, sa mère transférant la moitié de la charge dans la bouche de Jason afin qu'il puisse également en apprécier le goût. Temporairement épuisé, Jason s'est effondré en avant et sa mère a bercé sa tête contre sa poitrine chaude et douloureuse et a passé ses doigts dans ses cheveux ébouriffés de sueur.

"Ce soir, mon garçon rutty," dit-elle après un moment. "Tu vas me baiser. Il est grand temps que toi et moi fassions connaissance !"

***

Ce soir-là, devant la télé, Jason et sa mère se sont blottis sur le canapé. Carol venait de commencer sa deuxième bouteille de vin. Jason en était à sa cinquième bouteille de mini-bud qu'il buvait avec deux pailles. C'était plus confortable ainsi. Ils regardaient Mamma Mia sur DVD.

Jason était dans son jim-jam, son short noir et son tee-shirt gris parce qu'il se sentait plus à l'aise qu'en jean et en slip. Sa mère avait choisi de porter une jupe tartan rouge très sexy qui laissait peu de place à l'imagination. En haut, elle portait un maigre pull blanc qui montrait magnifiquement la forme de ses superbes seins. Une paire de socquettes blanches et des baskets blanches lui donnaient un joli look 'innocent-encore-tarty'. Ils se sentaient tous les deux bien et à l'aise, et agréablement arrosés.

Carol a mis son verre de côté et a pris le bourgeon de Jason et l'a mis de côté aussi. Elle tenait sa main droite entre les siennes et la caressait, amoureusement autant que maternellement. Elle était assise à sa gauche et se prélassait contre son épaule alors qu'une sensation d'étourdissement se faisait sentir.

« Alors, ça fait quoi de se faire sucer par ta mère ?

Jason rit de son audace. "C'est vraiment chaud, maman. Tu es juste fantastique, et je n'arrive toujours pas à y croire."

"Tu m'aimes bien, n'est-ce pas, Jay ?"

"Bien sûr, ouais. Tu es vraiment super, maman. Tu me fais bander à chaque fois que tu es près de moi."

« Vraiment ?

"Ouais, carrément ! Tous mes potes t'appellent une MILF, une momie scrummy. Et j'adore ton odeur, maman."

« Quoi, mon parfum ?

« Ouais… ça aussi.

"Qu'est-ce que tu veux dire, ça aussi ?"

"Eh bien, j'aime aussi tes autres odeurs."

"Est-ce que tu?"

« Ouais, tu sais… ton parfum naturel ?

Carol a ri. « Un parfum naturel ? Qu'est-ce que ce serait alors ?

"Eh bien, tu sais... ton... odeur naturelle."

"Eh bien, allez, dis-moi."

"Je te dis."

"Qu'est-ce que je sens alors ?"

"Je ne peux pas l'expliquer. Juste de bonnes odeurs. J'avais l'habitude de renifler ta culotte quand j'étais à l'école." Jason rougit.

"Quoi... dans la salle de classe, tu veux dire ?"

"Non, ne sois pas stupide. Je veux dire quand j'avais cet âge."

« Quoi… ? Tu veux dire que tu les sortais de mon tiroir, espèce de vilain garçon ?

"Parfois, oui. Mais surtout dans le panier à linge. Ceux que tu portais ce jour-là."

"Espèce de cochon sale."

« Oh, ne dis pas ça, maman ?

« Eh bien, qu'est-ce que je suis censé dire ? Est-ce qu'ils te vont bien ? » Carol rit et plaça la main de Jason à mi-hauteur de l'intérieur de sa cuisse, mais toujours sous son ourlet. Il regarda leurs mains, à plat l'une contre l'autre, contre sa jambe nue bronzée.

"Je ne les ai pas portés."

"Je parie que tu l'as fait."

« Je n'ai pas… eh bien, peut-être une ou deux fois. Jason gloussa. "Juste pour ressentir, tu sais."

« Ouais, tu vois ? Je le savais. Je m'en doutais à l'époque, mais je n'ai jamais rien dit. Qu'as-tu fait d'autre ?

"J'avais juste l'habitude de les renifler."

"Quoi, les mettre sur ta tête ?"

"Non, juste les sentir, tu sais... le gousset."

"Ooh-euh !" Carol a ri.

"C'était adorable, maman. Ça me faisait vraiment bander."

"Tu ne t'es pas branlé dedans aussi, n'est-ce pas ?"

"Parfois."

"Euh ! Quel sale petit chiot tu étais."

« Je le suis toujours, maman.

Carol encourageait la main de son fils à monter plus haut sur sa jambe. Elle se sentait confiante maintenant que lorsqu'elle retirerait sa main, celle de Jason resterait pour l'explorer davantage. Elle avait raison.

« Voudriez-vous les sentir à nouveau ? Ceux que je porte ?

"Quoi, tu veux dire maintenant ?"

"Quand tu es prêt. Pourquoi pas ? Rappelle-toi de beaux souvenirs."

"Oh maman, j'aimerais vraiment. Ce serait tellement excitant. Au fait, quel goût a mon sperme ?"

« Tu devrais savoir. Je t'ai laissé goûter… tu te souviens ?

"Je ne sais pas comment tu peux avaler tout ça."

"Je ne l'ai pas fait. Tu en as eu la moitié."

"Oh ouais, c'est ce que c'était. J'ai trouvé que ton baiser avait un drôle de goût."

La main de Jason était maintenant sous la jupe tartan de sa mère, presque jusqu'en haut de sa cuisse. Sa peau était merveilleusement douce et souple. Il remarqua comment, plus sa main remontait sa jupe, plus l'atmosphère devenait humide. C'était comme si sa main s'avançait vers une fosse bouillonnante de serpents.

« J'ai fait un rêve vraiment bizarre l'autre jour, maman ?

"Qu'en est-il de?"

"C'était un putain de cauchemar, je vous le dis. Je ne pouvais pas en parler à l'époque. J'ai rêvé que j'étais de retour à l'hôpital et... eh bien, pour faire court, un médecin et deux infirmières me traitaient pendant mon sperme. Je me souviens de la grande vieille infirmière disant qu'ils s'assureraient qu'il n'en restait plus pour ma mère.

"Eh bien, je pense que nous pouvons lui prouver qu'elle a tort, n'est-ce pas ?"

Il était soudain conscient que sa main reposait maintenant presque sur sa chatte et il se sentait étrangement gêné à ce sujet, comme s'il avait soudainement réalisé à quel point il était venu et qu'il y avait de la peur et du doute dans son esprit.

Il y avait eu quelques fois avec des filles de son âge où il était allé aussi loin seulement pour qu'elles l'arrêtent, lui tapant les poignets, le réprimandant et le rabaissant, ne lui permettant pas de s'aventurer plus loin. Il se sentirait frustré et en colère et leur en voudrait. La nature était cruelle comme ça. Tendez la carotte puis arrachez-la; c'était son jeu dans la vie. Pendant un instant, il craignit que l'histoire ne se répète.

Mais c'était sa mère, une femme pleinement mature dans les meilleures et les plus belles années de sa vie, pas une salope immature avec des plans pour obtenir une bague au doigt en échange d'une couchette. Elle ne le contrecarrerait ni ne l'humilierait.

Quoi de mieux que de coucher avec sa propre mère, surtout une aussi attirante que la sienne ? Et vous n'aviez pas vraiment à vous soucier de mettre une maman enceinte non plus. Une maman pouvait prendre soin d'elle-même; une maman connaîtrait toutes les petites rides et esquives pour lui éviter des ennuis. Une maman sait mieux, et surtout ce qu'il y a de mieux pour son fils. Les besoins doivent, Mme Jackson. L'intuition d'une mère. Il vient toujours au premier plan dans les moments d'adversité.

Sa main était maintenant étendue sur l'entrejambe chaud de sa mère. Son cœur battait comme un tam-tam. Elle n'a fait aucune tentative pour l'arrêter. Elle gémit juste intérieurement et se laissa tomber lourdement contre lui.

Elle souffla dans son oreille : « J'aimerais que tu sois vraiment méchant avec maman, Jay.

« De quelle manière ?

"J'aimerais que tu... j'aimerais que tu me lèches, espèce de mauvais garçon grossier." Elle gloussa. « Aimerais-tu faire plaisir à maman de cette façon ? Tu peux d'abord humer ma culotte pour te mettre dans l'ambiance.

Le cœur de Jason rata presque un battement d'étonnement. Sa mère avait-elle réellement dit ce qu'il pensait l'avoir entendu dire ?

Sa jupe s'était suffisamment relevée pour montrer un éclair de sa culotte en pur coton blanc, érotique dans sa simplicité, provocante dans sa propreté et faisant signe de l'obscurité à l'intérieur comme une tentatrice dans l'ombre. Il pressa le tissu léger contre elle, sentant l'élasticité de son buisson luxuriant en dessous. C'était sa maîtresse, son ennemi juré, la chose qui l'avait mis au monde et qui allait maintenant l'humilier pour le soumettre, le consumer et très probablement le reléguer à jamais en enfer.

Carol se positionna de manière à ce que ses jambes soient à califourchon sur lui et elle était allongée sur le bras du canapé. Jason a continué à faire courir ses doigts sur son entrejambe chaud, sondant doucement les plis et les crevasses, se familiarisant avec la géographie et la physiologie du domaine sacré de sa mère. Sa jupe était maintenant relevée autour de sa taille, le « V » sombre de son pubis visible à travers le coton blanc brillant. Son entrejambe était humide, humide comme l'atmosphère d'une serre. Une forte odeur émanait d'elle, une puanteur d'attente et d'excitation qui signalait son désir, le désir d'être possédée par sa propre chair et son propre sang.

Jason sentit les mains de sa mère sur l'arrière de sa tête, le poussant vers elle. L'espace d'un instant, son odeur lui rappela l'époque où il avait tenu sa culotte souillée contre son nez et dévoré l'essence de sa mère. Mais cette odeur était maintenant, aujourd'hui, elle était réelle, vivante et écoeurante, l'attirant vers le bas de sorte que maintenant son nez reposait sur sa chatte. Il la respira profondément, permettant à son odeur d'imprégner son être. Il la frotta du nez avec le bout de son nez et sentit ses jambes fléchir en réponse. Il remarqua que selon l'endroit où il la touchait, il y avait une variation dans les réponses qui agissait comme une feuille de route pour lui. Son odeur était chaude et divine, une essence musquée, talky, vaguement poissonneuse qui faisait son sexe comme une roche palpitante.

Entre sa bouche et son nez et le con de sa mère, il n'y avait qu'un millimètre de tissu de coton. Il ne s'agirait plus maintenant que de les faire glisser vers le bas. C'était facile parce qu'elle leva les jambes en l'air pour qu'il puisse les faire glisser. Il renifla la culotte avant de la jeter par terre. Sa mère se rendait commode et disponible aux attentions de la bouche, des lèvres et de la langue de son fils. Elle est restée les jambes surélevées, les mains derrière les genoux, supportant le poids. Cela a eu pour effet d'afficher tous ses charmes nus d'une manière obscène et provocante. Sa chatte et même son trou du cul lui ont été présentés d'une manière à la fois impudique et honteuse. Le cocktail de senteurs, d'odeurs de femme, émanait de ses orifices jumeaux et l'imprégnait de luxure et de passion.

Il utilisa ses doigts pour l'ouvrir, écartant ses lèvres comme les pétales d'une belle rose rose et s'émerveilla de la chair scintillante à l'intérieur. Il y avait une légère odeur de pipi séché sur son pubis. C'était irrésistible et bientôt sa langue glissa le long de son entaille rose luxuriante, courant de haut en bas sur toute la longueur tandis que sa mère faisait de petits soupirs et des gémissements intérieurs.

Tandis qu'il faisait courir ses lèvres et sa langue le long de la fente de sa mère, la suçant ici et là, il entendit sa voix haletante l'implorant : « Fais-moi aussi mes fesses, ma chérie.

Et Jason a obéi sans poser de questions, sa libido et son désir étaient montés en flèche. Sa langue localisa le plus petit trou de sa mère. Il avait une sensation et un goût secs, assez acidulés. Mais il l'a lissé, utilisant ses mains pour écarter ses fesses et en exposer davantage. Bientôt, sa langue se glissa à l'intérieur du trou étroit et il la contourna, l'ouvrant et la détendant. Le goût de son trou du cul était en contraste frappant avec sa chatte. Ce petit orifice était sec et amer, mais pourtant si coquin et excitant - le trou interdit. Quoi qu'il en soit, sa mère ne lui laissait aucun doute sur le plaisir qu'elle en tirait.

"Maintenant, fais mon clitoris, chérie." Et il regarda son index tracer le long de sa fente et la localiser pour lui quelque part près du haut de son vagin, la libérant du linceul protecteur de chair. Elle se détachait, exposée comme un morceau de chair gêné, enflammé. Quand il y assistait avec des lèvres douces et une langue tourbillonnante, le corps de sa mère bougeait en harmonie, le guidant pour lui donner des sensations délicieuses, presque électriques. Sa respiration devint rapide, presque saccadée, et ses doux soupirs plus fréquents et urgents. Son sirop et son miel léchaient sa langue, entouraient sa bouche. Il a bu le liquide enivrant de la tasse à fourrure de sa mère. Chaque coup de langue était accueilli par une flexion correspondante des jambes, une cambrure du dos ou un soupir lugubre. Mais soudain, elle lui arrachait les cheveux.

"Non non!" Il entendit sa voix dire. Et elle lui tirait la tête par une poignée de cheveux d'une main, et son short de l'autre, les déchirant comme s'il y avait une urgence qui devait être traitée immédiatement. "J'ai besoin de ta bite en moi maintenant, chérie. S'il te plaît, sois rapide. Tu dois me baiser maintenant et nous jouirons ensemble."

Et puis il était en elle. Cela semblait juste arriver. Donc parfaitement naturellement. Pas de chichi ni de tâtonnement. C'était incroyable. Comme un beau rêve dévorant. Son sexe se déplaçait en elle, à travers le gluant et le visqueux, son pubis heurtant le sien. Il lui a déchiré le haut et a travaillé fébrilement ses mains sur les seins encore protégés à l'intérieur du soutien-gorge Janet Raeger. Mais il ne serait pas nié et cela aussi, il a poussé vers le haut et loin sans aucun détachement. Ses seins dégringolèrent comme des gelées du moule, claquant et tombant devant lui. Jason s'est immergé dans les seins de sa mère, suçant les mamelons pointus et s'étouffant dans leur féminité et leur confort maternel tandis que sa bite s'enfonçait durement dans sa chatte trempée avec une férocité qui faisait grogner Carol au sommet de chaque coup de lance. Il était très bon. Elle était encore meilleure.

Et puis la griffe de son dos par les longs ongles vernis de rouge signala que le moment était venu pour elle. Ses jambes enroulées autour de sa taille serrant son corps contre lui, s'assurant qu'il n'y aurait pas d'échappatoire à son objectif. Son cri perçant lui fit mal à l'oreille, mais tout effet secondaire douloureux fut engourdi par l'orgasme intense qui secoua son corps. Son sperme jaillit dans son ventre avec une force qui menaçait de laisser ses couilles sur le sol. Son sperme coulait de lui dans un jet de fusion apparemment sans fin. Les jambes de sa mère le serraient, tout comme ses muscles vaginaux qui retenaient et resserraient sa queue, comme si elle lui arrachait jusqu'à la dernière goutte de sperme.

Et ensuite c'était fait. Ils se fondirent l'un dans l'autre, devenant entiers. Ils restèrent sans mot, respirant lourdement pendant quelques instants tandis qu'ils flottaient vers la terre sur des lits de plumes où ils s'endormirent dans les bras l'un de l'autre. Leur amour avait été consommé, mais était-ce avec la bénédiction de Dieu, ou du Diable ?

Articles similaires

Chérie partie 3

Dans cette partie, j'ai changé mon style de contorsion. PS J'aimerais savoir qui est votre fille préférée alors n'hésitez pas à commenter. 'Toc Toc Toc' John se réveilla en sursaut pendant un instant, oubliant où il était. Puis il l'entendit à nouveau. « Knock » « Knock » « Knock » mais cette fois, il était accompagné d'une voix douce et salée, « room service ». C'était Rose. John retira les couvertures de sa tête à temps pour la voir ouvrir dans sa tenue de femme de chambre avec un plateau de crêpes et de sirop. Voyant que John était debout, Rose fit un de ses sourires alléchants et...

1.1K Des vues

Likes 0

Déménagement de meubles

Avant de commencer, je veux commencer par me décrire. Je suis un garçon de 17 ans en pleine forme. J'ai de longs cheveux blonds que je laisse pousser jusqu'à ce qu'ils couvrent presque mes yeux. Je mesure environ 6' 3 et j'ai une très grosse bite. Et à cause de cela, je ne suis pas vierge. En fait, je pense que j'ai baisé toutes les filles de mon lycée. J'ai sonné à la porte, puis j'ai déplacé nerveusement mes pieds. Au bout d'un moment ou deux, la porte s'ouvrit. Debout là, il y avait la fille la plus chaude que j'aie...

1.1K Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

1.1K Des vues

Likes 0

Aide voulu partie 7

Je me demandais si j'avais appris ma leçon en rentrant chez nous. Non seulement cela, j'ai commencé à calculer combien ma stupide aventure avec Caitlyn a coûté. Entre sa robe et ses chaussures et tout, mes nouveaux vêtements, le dîner et le pourboire, son taxi pour lequel je lui ai donné de l'argent et l'essence ; ça devait être près de neuf billets. De plus, le pneu frikkin avait besoin d'être réparé. J'ai regardé Caitlyn. Elle dormait. Y avait-il quelque chose de positif à sortir de toute cette mésaventure ? Sa chatte était rasée. Mais je ne verrais rien de tout...

987 Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

940 Des vues

Likes 0

Un anniversaire d'inceste Chapitre 34

Il reste un chapitre ! La série est presque terminée. Tout se résume à ça. Profitez. Cela fait un mois entier que papa a dit qu'il nous donnerait une chance, et franchement, ça a été un très bon mois. Nous nous sommes assurés de rester à l'écart de papa lorsque nous nous sentions affectueux, et il a fait de son mieux pour accepter de savoir ce qui se passait vraiment. Nous sommes lentement revenus à la relation que nous avions avant le jour où il a trouvé la photo, même si cela a pris un certain temps parce que nous avons...

959 Des vues

Likes 0

L'ascension et la chute d'un garçon appelé Rave partie 6

Faire face à la frustration sexuelle J'avais 13 ans et je me détestais mais je ne détestais pas ma vie. J'avais une fille qui m'aimait, la respectée de mon gang, la peur de mes ennemis, et plus d'argent que je n'en avais jamais vu. Cela faisait plus de six mois que je n'avais pas connu la vraie faim, j'avais un groupe d'amis qui feraient le mur pour moi, je pouvais avoir des relations sexuelles avec une dizaine de filles différentes si je le voulais, et je ne vivais plus dans la peur de mes pulsions violentes, je pouvais en céder certaines...

1.6K Des vues

Likes 0

Samedi après-midi_(0)

Comme prétexte : tout cela est 100 % vrai. Pas d'embellissement, pas d'exagération et pas de composante fictive. Cela faisait un moment que je n'avais pas vu Jim. Nous ne parlions plus autant qu'avant. Nous avions l'habitude de nous connecter à l'adolescence. Buvez quelques bières, déshabillez-vous. Principalement des expériences d'adolescents. Nous avions discuté en ligne, et à l'improviste, il m'a dit Je veux venir te voir, ça fait trop longtemps. Je n'étais pas sûr, mais il avait raison, ça faisait longtemps. Il a toujours eu une certaine emprise sur moi. Je ne peux pas l'expliquer. Mais à l'adolescence, il avait toujours aimé venir...

934 Des vues

Likes 0

Pour le meilleur ou pour le pire : l'histoire de Robert

L'histoire de Robert Robert se réveilla ce matin-là par une sensation étonnante qu'il n'avait pas ressentie depuis longtemps. Il ouvrit les yeux et baissa les yeux pour voir sa femme, Janet, glisser lentement sa bouche de haut en bas sur sa queue. Elle leva les yeux quand il se réveilla et lui sourit. Elle arrêta ce qu'elle était en train de faire et remonta son corps. Elle a commencé à l'embrasser alors qu'elle le chevauchait, se penchant et guidant sa bite en elle. Une fois qu'il était à l'intérieur, elle s'assit et commença lentement à chevaucher la bite de Robert. Elle...

906 Des vues

Likes 0

Une leçon pour Liz

Chapitre 1 Sam et sa sœur cadette Liz se sont rencontrés pour prendre un café un après-midi cet été. Sam et Liz n'avaient jamais été très proches, principalement parce que Sam avait 11 ans de plus que sa jeune sœur Elizabeth ou Liz comme elle aimait se faire appeler. Ils ne s'étaient pas vus depuis quelques mois et pourtant ils vivaient dans la même ville. Sam était le type qui laissait sa carrière diriger sa vie et ne s'était jamais marié ni vraiment installé. Il aurait une petite amie occasionnelle mais rien n'en sortait vraiment et il était d'accord avec ça...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.