Nirvana céleste : partie 1

681Report
Nirvana céleste : partie 1

Comme la plupart de mes autres œuvres, cette histoire se concentre plus sur le drame et l'histoire que sur le sexe (mais il y a du sexe, ne vous inquiétez pas). Pour la meilleure expérience de lecture, je vous suggère de planer avant de continuer.




Chapitre 1



La jeune femme a plongé ses doigts entre les lèvres juteuses et gonflées de sa fente pour la énième fois, mordant son oreiller pour étouffer ses gémissements de plaisir. Elle était allongée dans son lit, le soleil approchant de l'horizon oriental alors que les minutes s'écoulaient sur son réveil. L'heure était tôt, plus tôt que l'heure à laquelle ses parents se sont réveillés, mais c'était ainsi qu'elle l'aimait. La fille aimait se faire plaisir chaque matin, encore une fois après son retour à la maison, et une dernière fois avant de s'endormir. On pourrait dire que c'était le petit-déjeuner, également connu comme le plus important de la journée.

À chaque coup chatouilleux de ses doigts, l'adolescente pouvait sentir des vagues de chaleur vibrante frissonner le long de ses entrailles, faisant se tortiller ses jambes comme si elle faisait tester ses réflexes lors d'un examen physique. Sa voix douce roucoulait dans son excitation alors que la lumière d'avant l'aube brillait à travers sa fenêtre et illuminait le jus sur sa main. Sa chatte était si chaude et douce qu'elle pouvait y garder ses doigts toute la journée et ne jamais se lasser de son propre contact et de la sensation de son humidité.

Mais contrairement à son appétit sexuel et à son besoin presque obsessionnel de se faire plaisir chaque jour, il n'y avait aucune image précise dans son esprit. Elle ne pensait à personne, ne rêvait d'aucun fantasme, ou même ne se souvenait d'aucun événement érotique de sa vie. Tout simplement, elle n'avait vraiment personne qui l'excitait, elle était trop timide et peu sûre d'elle pour même imaginer un fantasme, et le fait qu'elle soit restée aussi longtemps sans avoir son premier baiser ou perdre sa virginité expliquait pourquoi elle n'avait pas n'ayez pas une cachette de souvenirs sensuels sur lesquels puiser pour vous inspirer. Quiconque la connaissait en dehors de cette chambre ne reconnaîtrait même pas la beauté aux cheveux écarlates qui se tordait, la jointure profonde avec son index et son majeur entre ses jambes, la bouche ouverte et à bout de souffle comme un chien à l'ombre, le visage rougissant d'excitation sexuelle , et main libre traçant son corps nu.

Indépendamment de ces obstacles, elle était principalement satisfaite et n'avait vraiment besoin de rien de plus. Elle avait déjà ses gros seins en bonnet C, secouant et rebondissant à chaque mouvement de son corps mince avec ses mamelons dressés et les plus sensibles dans la fraîcheur du petit matin ; elle avait sa fente vierge, plus douce que l'intérieur du fruit le plus mûr et dégoulinante d'un nectar si délicieux qu'elle se léchait goulûment les doigts après chaque orgasme ; et elle avait la connaissance d'elle-même de la façon d'atteindre ce seuil. Luttant pour réprimer son gémissement avec son visage enfoui dans son oreiller, la jeune femme a travaillé ses doigts entre ses jambes alors que l'euphorie la consumait et que des vagues de chaleur vibrante parcouraient son jeune corps serré. Tremblante de la tête aux pieds, elle se lécha les doigts tandis que l'alarme de ses parents commençait à sonner dans le couloir. Il était temps de se lever et de commencer la nouvelle journée.

-------------------------------------------------- ----



Dans sa chambre très spartiate, un jeune homme assis par terre ouvrit les yeux. La chambre ne pouvait pas vraiment s'appeler ainsi, car il n'y avait pas de lit. Les seuls meubles étaient un bureau plein de vêtements, une chaise et un bureau pour les devoirs, et une étagère avec une chaîne stéréo et une large collection de CD. Alors que le soleil se levait et éclairait sa chambre, l'adolescent s'est levé et s'est étiré, laissant ses muscles relâcher la tension de la nuit de méditation. C'était le début d'une nouvelle journée, l'une des dernières.

-------------------------------------------------- ----

« Liam Harper ? »

"Ici."

« Sydney Hess ? »

"Ici."

« Lisa Jacobs ? »

"Cadeau."

« Victoria Ellie ? »

"Ici."

« Jack Owen ? »

« Il ne vient plus dans cette école. Un élève a répondu de manière désynchronisée, incitant l'enseignant suppléant à lever ses verres et à regarder par-dessus la classe d'histoire des États-Unis et à compter les juniors.

"Vraiment?" grommela le vieil homme.

« Oui, il a été transféré dans une autre école en septième année, je ne sais pas pourquoi il est toujours sur la liste de présence. »

"Très bien alors."

"En fait, je suis là", annonça une voix, incitant tout le monde à se retourner et à regarder le jeune homme debout dans la porte.

Construit avec une grande carrure maigre, Jack avait des cheveux blonds en désordre, un teint bronzé pâle, des yeux gris brillants et un petit sourire permanent comme celui de quelqu'un qui sort de l'école un vendredi après-midi. Son sourire était également mêlé d'une forte confiance en lui, comme s'il pouvait s'engager dans un débat houleux avec quelqu'un et écraser n'importe quel argument sans même avoir à hésiter et à réfléchir, ou être défié dans une bagarre et esquiver chaque attaque comme si son adversaire se déplaçait lentement. mouvement. Cela faisait des années que personne ne l'avait vu, et il était exactement comme tout le monde se souvenait.

La fille qui avait été convoquée pour la dernière fois le regardait fixement. Victoria Ellie était une beauté selon les normes de n'importe qui avec une peau bronzée, des yeux comme des saphirs et de longs cheveux écarlates attachés en une queue de cheval qui allait presque jusqu'à sa taille avec deux longues mèches encadrant son visage angélique. En plus d'être belle, elle avait une silhouette qui rendrait n'importe quel homme fou : des seins en bonnet C, une taille étroite avec un ventre plat et un cul suffisamment tendu pour rebondir d'un quart dans une pièce au bout de sa silhouette en sablier. Sa tenue se composait d'un jean moulant, d'un pull rouge ajusté et d'une paire de bottes.

C'était une fille très gentille et douce, n'ayant pas peur d'exprimer ses opinions et de tendre la main aux autres. Mais indépendamment de sa personnalité énergique, de sa beauté physique et de son appétit sexuel récemment livré, elle était normalement timide et calme avec les gars, étant toujours trop nerveuse pour sortir avec des rendez-vous. Elle était terrifiée à l'idée d'être jugée et rejetée et restait silencieuse avec les garçons, se disant qu'elle sortirait avec elle quand elle serait prête. Parfois, cependant, elle se demandait si la raison pour laquelle elle était si nerveuse avec les gars mais était toujours si excitée était parce qu'elle était en fait une lesbienne et ne l'avait tout simplement pas réalisé.

Cependant, il y avait un garçon qu'elle avait toujours adoré et qui avait réussi à faire ressortir son côté bavard et confiant alors qu'aucun autre ne le pouvait, et c'était l'élève qu'elle pensait ne plus jamais revoir. La raison de son engouement était simple ; Jack était le gars le plus sympathique de l'école et n'était jamais triste ou contrarié. Peu importe ce qui se passait, il s'en débarrassait, regardait du bon côté et continuait de sourire, et tout ce qu'il disait était instructif. Mais c'était plus qu'une simple attitude de joie, une tentative de gagner l'approbation des autres, ou même une croyance religieuse trop zélée. C'était comme s'il avait vraiment une raison d'être heureux, comme s'il venait d'apprendre une bonne nouvelle et que rien ne pouvait gâcher son humeur. Il était également brillant avec une philosophie personnelle optimiste et une approche de la vie, comme le Dalaï Lama mais beaucoup plus joyeuse. En fait, la raison pour laquelle il n'avait pas été vu depuis des années était qu'il avait fréquenté une école pour surdoués, ayant un talent naturel pour tout ce qu'il essayait.

L'enseignant a déposé le bloc-notes des présences à côté du petit calendrier sur le bureau, qui indiquait le 1er décembre 2012. "Très bien, asseyez-vous à l'un des bureaux ouverts et nous commencerons la leçon d'aujourd'hui."

Jack commença à manœuvrer dans la salle de classe exiguë, toujours aussi joyeux, se penchant d'avant en arrière alors qu'il se déplaçait entre les bureaux exigus et les étudiants qui s'ennuyaient. Avec leur proximité grandissant à chaque seconde, Victoria se mit à frissonner de nervosité. Serait-il assis près d'elle, seraient-ils capables de parler ? Cela faisait des années qu'ils ne s'étaient pas parlé, et ils étaient plus des connaissances que des amis. Était-il le même qu'avant ? Était-il ici pour rester ? Doit-elle essayer de bouger pendant ou après les cours ? Sortirait-il avec elle ? C'étaient des questions comme celle-ci, un vaste torrent de confusion et d'excitation tourbillonnant dans son esprit, qui la distrayaient tellement qu'elle ne remarqua même pas que Jack s'approchait d'elle.

"Victoria Ellie, c'est un plaisir de vous revoir. Puis-je m'asseoir ici?" demanda-t-il en désignant le bureau vide à côté d'elle. Au son de son nom, Victoria faillit sauter de sa chaise.

"Oh bien sûr! Euh, vas-y ! Et c'est vraiment super de te voir aussi; Tu m'as manqué! Je veux dire... » cria-t-elle, rougissant d'embarras.

"Merci beaucoup."

-------------------------------------------------- ----

Le cours s'est déroulé normalement, l'enseignant suppléant continuant le cours là où l'enseignant normal s'était arrêté, posant occasionnellement des questions aux étudiants. Jack était toujours le premier à lever la main, même si ce n'était pas une surprise, comme il l'avait toujours été – pas tellement « impatient » ou « excité » – mais heureux d'y répondre. Tout au long de la classe, Victoria l'a regardé avec intérêt et adoration, le comparant à la façon dont elle se souvenait et ne voyant pas le moindre changement.

-------------------------------------------------- ----

« Jack, voudriez-vous que je vous fasse visiter l'école ? Je ne sais pas si on vous a dit où sont vos cours, mais je serais ravie de vous aider », proposa Victoria, courant vers Jack alors qu'il marchait dans le couloir depuis la première période de la journée.

En passant devant des rangées de casiers marrons avec des dizaines d'étudiants qui passaient devant eux comme des saumons à la saison du frai, les deux adolescents ont dû parler avec des voix légèrement endiablées pour se faire entendre. Victoria ne savait pas pourquoi elle avait fait cette offre, normalement elle hésiterait trop à parler à Jack, mais après l'avoir revu après tant d'années, elle avait l'impression que ses chances étaient minces et qu'elle devait en tirer le meilleur parti.

« Oh, non merci. Je sais où aller.

Victoria grimaça du rejet, mais ressentit le besoin de prendre l'initiative de la revitaliser.

« Eh bien, ça vous dérange si je marche avec vous ? Cela fait des lustres que nous n'avons pas parlé pour la dernière fois. Elle savait qu'elle risquait de paraître désespérée mais était prête à prendre le risque.

« J'apprécierais beaucoup ça. Bien que malheureusement, je ne sache pas grand-chose de vous, voudriez-vous m'éclairer sur le passé de la jolie rousse à côté de moi ?
Un bruit sourd résonna dans le hall, déclenchant les murmures et les appels effrayés des autres étudiants. Jack se retourna pour voir Victoria inconsciente, allongée sur le sol après s'être évanouie sous le compliment avec un sourire sur son visage rougissant.
"Hmm, quelque chose me dit que tu es une fille intéressante," gloussa Jack.

-------------------------------------------------- ----

Le petit lit était froid et pas très doux, mais il était plus confortable que le sol sur lequel elle s'était évanouie. Victoria a regardé autour de la pièce sombre, reconnaissant le lavabo et les armoires à proximité comme ceux de l'infirmière de l'école, les affiches sur le rhume et le corps humain étant le plus grand indice. Entendant le son du bourdonnement, Victoria leva la tête et regarda dans le coin, où Jack était assis avec ses yeux fermés et son sourire habituel.

"Ah, je suis content que tu sois réveillé," dit le jeune homme, ouvrant les yeux alors qu'elle remuait.

« Depuis combien de temps ai-je dormi ?

"Une vingtaine de minutes, l'infirmière était certainement inquiète quand je suis entrée dans son bureau avec vous dans mes bras."

« Tu… m'as porté ? » demanda-t-elle en rougissant.

« Je suis désolé, j'espère que cela ne vous dérange pas. Je n'avais pas d'autres pensées que de te faire venir ici si c'est ce qui t'inquiète.

"Oh non! Je suis juste reconnaissant, c'était une chose vraiment douce à faire. Attends, vingt minutes ? N'êtes-vous pas en retard pour le cours ? »

« Oh, j'ai une salle d'étude en ce moment. Mais même si c'était autre chose, pour moi, s'assurer que vous êtes en sécurité est plus important que n'importe quel cours.

Victoria ne savait pas quoi dire ensuite, après tout, Jack était encore plus gentil qu'elle ne s'en souvenait, mais était-il si gentil parce qu'il l'aimait peut-être ? « Cet air que vous fredonnez, qu'est-ce que c'était ? »

« Le Canon de Pachelbel en ré majeur, une mélodie des âges. Je crois que la musique est probablement la plus grande réussite de l'humanité, car c'est la manipulation presque divine des ondes sonores et des vibrations atomiques en une berceuse pour les sens, même pour les animaux. Victoria sourit, ayant enfin obtenu quelque chose de lui. « Maintenant, s'il vous plaît, je voudrais continuer notre conversation dans le hall. Parlez-moi de vous, s'il vous plaît. J'aimerais en savoir plus sur vous.

Le sourire de Victoria s'élargit en un sourire extatique; elle n'a jamais cru qu'elle irait aussi loin, mais c'était comme si ses rêves se réalisaient sous ses yeux. L'infirmière était dans la pièce voisine de son bureau, mais s'ils parlaient doucement, elle ne les entendrait pas.

« Pourquoi t'intéresses-tu à moi ? » demanda-t-elle, essayant d'évaluer sa perception d'elle.

« Parce que je vous trouve intéressant. De plus, j'aime en apprendre le plus possible sur les autres, car ils sont probablement les meilleures sources d'informations les plus intrigantes. Grâce à vos paroles, je peux scruter votre âme et essayer de comprendre ce qui fait de vous qui vous êtes.

La poitrine de Victoria se réchauffa à ses mots. Sa tendance philosophique, ça n'avait pas changé du tout. « Eh bien, j'ai seize ans, j'ai grandi ici dans le Maine, mes parents sont divorcés, je suis assez timide, j'aime dessiner pendant mon temps libre et j'espère voyager beaucoup après l'université. Et vous?"

« Comme vous, je suis né et j'ai grandi dans cet état, mes parents sont ensemble et j'aime tout. Pour les loisirs, je suppose que l'on pourrait dire que le simple fait d'admirer le monde et d'acquérir des connaissances est ma principale forme de divertissement. Je ne sais pas trop ce que je veux faire après avoir obtenu mon diplôme.

« Comment peux-tu tout aimer ? » demanda Victoria en se retournant sur le lit de camp de manière à être allongée sur le ventre, le menton appuyé sur ses mains.

« La moitié de la réalité est ce qui se passe, l'autre moitié est la façon dont vous la percevez. Selon la façon dont vous regardez quelque chose, vous pouvez avoir la chance d'en voir la vraie beauté, ou du moins de regarder au-delà des mauvais aspects.

« Eh bien, tu m'aimes ? »

— Oui, en quelque sorte. Je suis reconnaissant de pouvoir vous parler ainsi, je suis heureux de pouvoir examiner votre passé et de voir qui vous êtes vraiment, j'admire votre beauté et je veux apprendre à vous connaître.

Au premier mot de sa réponse, Victoria se mit à trembler. Jamais dans ses rêves les plus fous, elle n'avait imaginé que ce serait comme ça, est-ce que cela se passait vraiment ? Avait-elle vraiment une chance avec lui ?

« Jack, ressens-tu pour moi différemment de ce que tu ressens pour les autres ? »

« Seulement parce que j'en sais plus sur vous maintenant que la plupart des étudiants ici. »

Victoria sourit. « C'est un bon début. »

-------------------------------------------------- ----

Tout au long de la journée, Victoria arborait un sourire qui s'étendait d'une oreille à l'autre alors qu'elle marchait dans les couloirs. Elle avait déjà été bombardée de questions de la part de ses amis sur la raison pour laquelle elle s'était évanouie et si elle était malade, mais elle répondait toujours en niant joyeusement tout problème. Pourquoi ne serait-elle pas heureuse ? Elle avait le pied dans la porte, un avantage sur toutes les autres femmes ayant les yeux rivés sur Jack. Jack lui-même était toujours vu seul, ne marchant jamais avec des amis ou ne parlant à personne. Ce n'était pas inhabituel étant donné que c'était son premier jour de retour à l'école, mais qu'il soit seul ou non, il souriait et chantonnait toujours, comme s'il savait quelque chose de bien que tout le monde ignorait.

-------------------------------------------------- ----

"Messieurs, s'il vous plaît, il n'y a pas besoin de violence", a déclaré Jack, face à un aîné imposant qui avait les doigts serrés autour du col d'un étudiant en deuxième année terrifié qui était retenu contre ses pieds contre une rangée de casiers. Les gens passaient sans un deuxième regard, ne voulant pas s'impliquer et ignorant comment ils alimentaient l'attitude sadique de l'aîné. Comme mentionné, l'homme dominait Jack et était fortement bâti, ce qui correspondait à sa position de vedette dans l'équipe de football de l'école.

"Ça ne te regarde pas pédé, fais chier", a menacé le gorille du lycée.

« Il n'y a aucune raison pour la violence, aucune raison de blesser les autres, alors pourquoi le faites-vous ? Ce garçon a-t-il fait quelque chose pour déclencher votre colère, ou l'utilisez-vous comme un moyen de relâcher la tension causée par les problèmes de votre vie ? Tyler Deck, quelle est votre raison d'infliger de la douleur ? »

"Ce ne sont pas tes putains d'affaire !" Tyler grogna, laissant tomber sa victime et se tournant vers le challenger intrépide.

« Vous êtes en train de nuire et d'intimider ce jeune homme ici, est-ce son affaire ? Il n'est pas nécessaire de faire de quelqu'un la victime des problèmes de votre vie, alors quel est le but de ces actes néfastes ? »

Tyler se mordit la lèvre, essayant de trouver une réponse. En vérité, il ne s'était jamais demandé pourquoi il faisait les choses qu'il faisait, mais maintenant cet étranger devant lui, ce punk souriant, lui tenait tête d'une manière qu'il n'avait jamais vue auparavant. Plus encore, Jack disait tout avec une disposition joyeuse, mais il y avait une certaine force, comme s'il n'allait pas permettre à Tyler de s'empêcher de s'expliquer. Il n'y avait rien de personnel là-dedans, c'était comme s'il était un miroir montrant à Tyler son vrai moi et le retournant sur lui-même. Maintenant, les gens commençaient à s'arrêter et à regarder.

"Parce que je peux."

« Oh, maintenant ce n'est pas vraiment une réponse. Nous sommes tous capables d'un nombre presque illimité de choses, mais nous n'allons pas jusqu'au bout. Tout le monde ici est capable de violence comme vous, mais ce qui compte, c'est la raison. Quelle est votre raison ? » Tyler serra les poings et regarda Jack d'un air presque craintif. « Tu prends plaisir à faire du mal aux autres ? Cela vous aide-t-il à faire face aux problèmes de votre propre vie ? »

"Ouais, ça l'est", aboya Tyler par dépit.

« Alors frappe-moi. Frappez-moi aussi fort et autant de fois que vous le souhaitez », dit Jack sans aucune inquiétude dans sa voix.

Tous les spectateurs ont eu le souffle coupé et ont commencé à marmonner entre eux et tout le sang s'est écoulé du visage de Tyler. "Attends quoi?"

« Si vous avez besoin de quelqu'un pour jouer le rôle de punching-ball afin que vous puissiez résoudre vos problèmes, alors je serais heureux de jouer ce rôle. N'hésitez pas à me casser le nez, ça va guérir. Casse des dents si ça peut t'aider, j'en ai plein. Casse des os si tu veux, l'hôpital n'est pas loin d'ici. Si cela signifie aider quelqu'un à faire face à ses problèmes et à guérir des traumatismes de sa vie, alors toute douleur que je dois endurer est un prix facile.

« Jack, qu'est-ce que tu fais ? » s'exclama Victoria, étant arrivée et se frayant maintenant un chemin à travers la foule de spectateurs.

« Ah Victoria. Je dois vous demander de vous tenir en retrait et que personne n'interfère. Tyler Deck, faites ce que vous voulez.

Tremblant de manière très inhabituelle, Tyler a lancé un coup de poing, frappant Jack sur le côté gauche de son visage et le faisant tomber au sol. Mais peu importe à quoi cela avait ressemblé à tous ceux qui regardaient, le coup de poing avait à peine été une fraction de son véritable potentiel.

"Jack!" Victoria cria en se précipitant vers lui.

« Merci, Victoria, j'apprécie grandement vos soins. Mais s'il vous plaît, restez en arrière », a déclaré Jack avant de se lever.

« Ça n’a pas fait mal ? » Demanda Tyler, surpris que Jack soit capable de maintenir son sourire, même avec sa joue qui devenait déjà sombre à cause de l'ecchymose qui se formait.

« Oui, il l'a fait. La clé ne se soucie pas que ça fasse mal. Maintenant, est-ce que ça a aidé ? Est-ce que le fait de lancer ce coup de poing vous a fait vous sentir mieux ? »

"Non…"

"Vraiment? Si cela n'a pas fonctionné, vous pouvez me frapper à nouveau », a déclaré Jack sans aucune pitié, sarcasme, condescendance ou mépris. Lorsque Tyler ne répondit pas, Jack prit une profonde inspiration. « La raison pour laquelle vous avez dit « parce que je peux » avait un sens que vous ne compreniez pas. Vous l'avez dit parce que cela signifiait que vous aviez du pouvoir sur les autres, que vous aviez la liberté. Vous blessez les autres parce que cela signifie que c'est quelque chose sur lequel vous avez le contrôle. Cependant, lorsque je vous ai proposé de vous servir de sac de boxe, vous n'aviez rien à en retirer. Vous n'aviez rien à prendre, rien à saisir, rien à revendiquer comme expression de contrôle. En vérité, tu détestais me frapper, parce que tu te sentais finalement coupable d'avoir fait du mal à une autre personne. Il n'y avait aucune récompense pour vous, seulement un regard pur sur ce que vous avez fait tout ce temps.

Je ne vous demanderai pas ce qui a rendu votre besoin de contrôle si grand, mais je vous demanderai de réfléchir à cela et de bien vous regarder. La raison de votre besoin de violence est plus profonde que ce que j'ai expliqué. Afin de mettre fin à ce cycle dénué de sens, vous devez regarder profondément à l'intérieur et découvrir le Soi.

"Le soi?"

« Le point d'où proviennent toutes les personnalités, les actions et les pensées. C'est la vraie forme de vous, ni moins ni plus qu'elle-même. C'est la réponse à toutes les questions en vous, à toutes vos confusions et à toutes vos irrationalités. En découvrant le Soi, vous pouvez comprendre qui vous êtes, ce qui façonne la personne connue sous le nom de Tyler Deck et pourquoi il fait ce qu'il fait. Vous devez le faire pour comprendre pourquoi vous agissez de manière violente envers les personnes qui vous entourent.

Il n'y a aucune raison de nuire aux autres. Si quelqu'un dit quelque chose de méchant, le seul mal vient de ce que vous accordez de la valeur à ses paroles. Si quelqu'un vous prend quelque chose, votre douleur vient de l'obsession inutile de cet objet. Si quelqu'un vous fait du mal, cela ne signifiera rien tant que vous êtes assez sage pour accepter les dommages que vous recevez, sachez que votre corps guérira et ignorez l'illusion que cela a un effet sur votre esprit.

Merci beaucoup de m'avoir permis d'être utile.

Jack fit un signe de tête reconnaissant et s'éloigna.

-------------------------------------------------- ----

"Je ne m'attendais certainement pas à arriver deux fois au bureau de l'infirmière de l'école le premier jour de mon retour, les deux fois avec vous", a ri Jack.

Assise à côté de lui sur le lit de camp, Victoria sourit et pressa un sac de glace contre sa joue, le faisant tressaillir. "Eh bien, tu as pris soin de moi après que je me sois évanoui, le moins que je puisse faire est de prendre soin de toi après avoir été un héros."

« Merci, mais je n'étais pas un héros. J'essayais juste d'aider à éliminer un peu de violence.

« Eh bien, vous étiez un héros selon nos normes. Je te jure, tu es comme je me souviens de toi ; le gars le plus gentil du monde. Vous feriez n'importe quoi pour rendre les autres heureux mais sans rien attendre en retour. Je suis surpris que vous n'ayez pas déjà fait don de tous vos organes.

"C'est dommage que nous ne nous connaissions pas mieux à l'époque, tu étais toujours si calme et pourtant tu cachais une âme si douce."

Le sourire de Victoria rétrécit, mais uniquement à cause de la timidité ajoutée. Cette rencontre était-elle le destin ? "En fait, je ne suis pas si gentil d'habitude. Je ne suis pas une mauvaise personne, je veux dire, je ne parle pas vraiment aux gars. Mes amis me connaissent tous comme étant vraiment gentil et énergique, mais je deviens vraiment nerveux et calme avec les garçons.

« Et pourtant tu es ce genre avec moi ? Je suis honoré."

Victoria chercha l'infirmière des alentours, mais elle avait quitté son bureau voisin il y a quelques minutes et n'était pas revenue. Ils étaient seuls.

« Eh bien, il y a une raison à cela… Jack, que penses-tu de moi ? Je veux dire… serais-tu attiré par moi ?

Au lieu de répondre, Jack eut un petit rire. Ce n'était pas un rire moqueur ou un rire de condescendance, mais simplement un petit rire comme s'il remarquait l'amusement d'une coïncidence spécifique. « Avant de répondre à cette question, je pense que vous devriez y répondre. »

Victoria a presque sauté sur la réponse, ne s'étant jamais attendue à ce qu'il soit direct de cette façon. "Que veux-tu dire?"

« Vous m'avez demandé mon opinion sur vous plusieurs fois aujourd'hui, le tout en rougissant. De plus, même si nous ne nous connaissions pas avant mon départ, vous avez profité de chaque occasion pour me suivre et me parler. J'espère que vous me pardonnerez d'être si direct et présomptueux, mais je pense que vous êtes attiré par moi. Si je me trompe, alors je suis sincèrement désolé si je vous ai mis mal à l'aise.

"Non vous vous trompez!" s'exclama Victoria.

Dès que les mots furent prononcés, elle se mordit la lèvre. Pourquoi a-t-elle dit ça ? Cela n'aurait-il pas dû être le moment où elle a avoué ses sentiments? N'était-ce pas le moment idéal pour sortir et le dire? Et pourtant… elle était terrifiée.

"Très bien, je m'excuse."

Victoria sourit en sentant ses sentiments devenir plus forts. « Dis-moi, Jack, comment as-tu su quoi dire à Tyler ? Il a toujours été un connard, mais c'est comme si tu l'avais brisé ?

« Les humains ne sont pas difficiles à comprendre, il suffit de trouver la clé de leur raisonnement pour façonner qui ils sont. Dites les bons mots et vous pouvez complètement remodeler la personnalité et le processus de pensée de quelqu'un. Les événements créent des personnes et des identités, donc si vous pouvez transformer vos mots en un événement, vous pouvez créer une toute nouvelle identité pour quelqu'un. Le moyen le plus simple de le faire est de révéler leur vrai moi, car c'est le moyen le plus efficace de faire changer quelqu'un.

"Que veux-tu dire?"

« Les gens agissent comme ils le font parce qu’ils ne comprennent pas pourquoi ils le font. C'est dans la nature humaine que les gens s'étendent au-delà de leurs horizons, par conséquent, chaque fois que vous leur donnez une limitation, ils sont obligés de la dépasser. Les enfants souhaitent voir le monde en dehors de leur maison, les adolescents souhaitent voir les esprits en dehors du leur, les adultes souhaitent voir ce qui les attend sous tous ses aspects et les personnes âgées souhaitent voir un sens à leur vie et à leurs enfants. Les gens font cela dans la recherche de la vérité, la vérité sur tout, et ils la recherchent toujours. Cependant, la vérité n'est pas gravée dans le marbre, elle varie d'une personne à l'autre en fonction de sa perception. Par conséquent, puisque la vérité peut prendre n'importe quelle forme, elle ne peut pas exister techniquement puisqu'elle n'a pas de définition.

Quoi qu'il en soit, les gens recherchent la vérité à l'infini et sont par nature obligés d'aller au-delà de leurs limites. Si vous dites à quelqu'un que la terre est plate, il veut voir ce qu'il y a au bout et s'éloigner du bord. Si vous dites à quelqu'un que la terre est ronde, alors il voudra voir ce qui se trouve sur d'autres planètes. Si vous dites à quelqu'un qu'il vit dans un monde virtuel, il veut voir la vraie réalité. Si vous dites à quelqu'un qu'il est le fruit de l'imagination de quelqu'un d'autre, il veut prouver qu'il est réel et s'élever au niveau de son créateur.

Si vous résumez quelqu'un, vous le confinez à une perception et à un chemin, lui formant essentiellement des limites. Dès lors, ils ne peuvent plus vivre comme eux-mêmes sans vouloir aller au-delà de ce que vous les décrivez. Si vous dites à un alcoolique exactement pourquoi il boit, et que vous le dites avec une telle précision qu'il se rend compte que vous avez tout à fait raison, alors il se sent piégé par son alcoolisme et veut s'en libérer. À l'origine, l'alcool était tout son monde, mais maintenant vous lui avez montré qu'il y a plus de mondes et qu'il voudra instinctivement les explorer.

Si vous pouvez guider quelqu'un à trouver le Soi, alors il comprendra pleinement qui vous êtes et vous vous sentirez obligé de changer. Vous vous sentez obligé de vous libérer des restrictions de votre définition. Si je devais frapper l'un de vos nerfs et vous dire de chercher votre Soi, toute votre vision de la réalité changerait, tout comme votre identité. Je n'aurais pas à être celui qui vous définirait, vous le feriez vous-même après que je l'ai initié.

Victoria a gagné un sourire timide. "D'accord, essaie-moi."

"Très bien, mais ne vous fâchez pas avec ce que je demande."

Tendant la main, Jack saisit sa main et la sentit, déconcertant Victoria. « Dites-moi, à quelle fréquence vous faites-vous plaisir ? »

À ce moment-là, le visage de Victoria est devenu d'une blancheur mortelle et elle a presque crié sous le choc. Non seulement c'était la question la plus personnelle et inappropriée qu'on lui ait posée dans sa vie, mais même sans rien dire… il avait raison ! Il avait évoqué la seule chose qu'elle s'efforçait de cacher plus que toute autre chose !

« Qu-de quoi parlez-vous ? » balbutia-t-elle en retirant sa main de lui.

« Cette odeur, ce doux arôme de feuille de thé qui s'enfonce dans ta chair. C'est l'odeur d'une fille qui fait beaucoup d'attention entre ses jambes, à la fois en la maintenant et en l'appréciant. Je l'ai attrapé quand vous avez pressé le sac de glace contre mon visage et les phéromones dans ce parfum ont rendu mes hormones folles. J'ai également perçu l'odeur de la salive, ce qui signifie que vous utilisez probablement votre bouche pour vous nettoyer les mains après. J'ai aussi senti beaucoup de savon, ce qui signifie que vous vous lavez soigneusement les mains après. Je ne mentionne cela que pour vous féliciter pour cette habitude. Cependant, comme je l'ai dit, le parfum s'est infiltré dans votre peau.

Maintenant, c'est ici que vous commencez à tourner. Vous avez presque un passe-temps obsessionnel de plaisir personnel, mais vous êtes timide avec les gars et vous ne sortez pas avec des rendez-vous, alors je suis certain que vous n'êtes pas accro au sexe. Mais cela laisse la question de ce qui se trouve dans votre esprit pendant que cela se déroule. Qu'est-ce qui t'excite ? Si vous êtes si timide avec le sexe opposé et si introvertie quand il s'agit de mecs, alors est-il possible que vous soyez en fait une lesbienne ? Je ne pense pas, car peu importe ce que vous dites, je suis presque sûr que vous êtes attiré par moi.

Vous êtes biologiquement attiré par les hommes, mais votre peur d'eux et la raison de votre besoin de vous faire plaisir si fréquemment sont évidemment un facteur mental. Avez-vous peur du sexe? Non, cela contredit votre passe-temps. Avez-vous peur de l'intimité? Eh bien, je pense que c'est un peu plus compliqué que ça. Votre corps vous dit que c'est un homme qui devrait vous satisfaire, mais au lieu d'aller à des rendez-vous, vous prenez littéralement les choses en main, comme si vous essayiez de supprimer votre hétérosexualité. Vous essayez de régler le problème vous-même...

Vous recherchez l'indépendance, l'indépendance sexuelle, mais je crois que vous recherchez l'indépendance en général. Vous voulez être complètement dépendant de vous-même parce que vous ne croyez pas que les autres peuvent vous donner ce que vous voulez. C'est pourquoi vous êtes si énergique avec vos amis, mais vous hésitez tellement à vous mettre entre les mains de quelqu'un d'autre pour une relation. Vous avez des problèmes de confiance, pas seulement envers les hommes, mais envers tout le monde. Je pense que c'est le secret que vous devez trouver : pourquoi vous éloignez-vous de l'idée d'une relation amoureuse ? Si vous pouvez trouver votre Soi, alors vous trouverez votre réponse et vous vous comprendrez.

Merci de m'avoir aidé et j'espère que ce que j'ai dit vous aidera à son tour. Si vous voulez bien m'excuser, je suis en retard pour mon prochain cours.

Après avoir fait un signe de tête de gratitude, il se leva et sortit, laissant Victoria assise sur le lit avec son esprit tournant.

-------------------------------------------------- ----

La neige tombait des épais nuages ​​gris, se déplaçant aussi lentement que leurs taches gelées s'échappaient de leurs replis. Jack rentrait chez lui à pied depuis son premier jour de retour, ayant décidé de renoncer au bus et de profiter de la neige à la place. Près de l'école se trouvait une station-service, servant de lieu de détente et de repos populaire pour les étudiants après l'école ou même pendant. Il était entouré de tables de pique-nique et avait même une fenêtre pour les glaces, mais par ce temps, personne ne serait normalement dehors. Normalement. En fredonnant la troisième symphonie de Beethoven, l'attention de Jack fut attirée par la voix d'une femme à côté de la station-service.

« Je ne t'ai pas vu par ici. Es-tu Nouveau?" entendit-il, l'incitant à se tourner vers la jeune femme debout à côté de la station-service, utilisant le bâtiment comme abri contre le vent. Elle était plus petite que Jack avec des cheveux blond-auburn, une paire de faux jeans en lambeaux avec des bottes en cuir qui lui montaient presque jusqu'aux genoux, un manteau beige de la marque et une articulation entre ses doigts.

"Vous pourriez dire ça. I used to attend this school district before being transferred elsewhere. This is my first day back since leaving. I’m Jack Owen, what is your name?” he asked as he approached.

“Kelly, Kelly Ross. Well now, there is nothing better than a little fresh meat, they are the most grateful for the blowjobs. How about it newbie? At a “welcome back” discount, I’ll suck you off and empty you of cum.”

“I take it this is a hobby of yours?” he asked as he watched her take a deep inhale from the marijuana cigarette between her fingers.

“You could say that. I think of it as more of a profession. Come on newbie, do you want it or not? If you don’t want my mouth, I got plenty of other holes to get you off with.”

“If you don’t mind me asking, did you start doing this before or after you began using drugs? The lining around your eyes, your thinning cheeks, your dulling hair, discolored fingernails, and chafed nose tell me that pot isn’t everything you do.”

“What’s it to you, faggot?!”

“I’m just curious. Did you begin your job as a prostitute before or after you got into drugs?” he asked as politely as possible.

“Get the fuck out of here!” Kelly yelled, angry at the intrusive question.

Reaching into his pocket, Jack drew his wallet and extracted a $20. “Will this convince you to keep talking to me?”

Kelly’s eyes shifted from Jack to the money several times, before she eventually reached out and snatched the bill. Grabbing him by the collar, she pulled him behind the gas station, where they hid from the wind in the small pocket created by the tiny wooden shack around the building’s water heater. She then got down on her knees and began unfastening Jack’s belt.

“Excuse me, I said I only wanted to talk to you. You do not have to perform oral sex if you don’t want to.”

“Consider this the obligation of a slut.”

She unzipped his pants, moved his boxers out of the way, and wrapped her fingers around his manhood. Even though Kelly’s hands were fairly cold, Jack showed no reaction to her touch and his manhood refused to show any weakness.

“Tch, no wonder you’re so confident; you haven’t shrank at all in this cold.”

Lowering her head, she pressed her lips against the head of his cock and took it into her mouth. Jack stirred with his smile twitching from the physical sensation as her head began moving back and forth with a wet squishing sound echoing from her mouth.

“So, like I asked before, did you start doing this before or after you began using drugs?”

“Before,” she grunted, taking his cock out of her mouth and smearing it across her face.

“So you don’t sell your body to support your drug use, or at least you didn’t originally. That means that both actions have a common source,” Jack began as Kelly stroked his cock while sucking on his balls. Even while out in the cold with a layer of varnish-like saliva coating the shaft and head, Jack remained rock-hard and at full length.

“You sure talk a lot for a guy getting sucked off,” Kelly remarked, spitting onto the tip of his dick and stroking it.

“Well this is my first time, I can’t say I know the proper protocol. However, I did say I wanted to talk to you.”

Kelly stopped and looked up at him. ‘This is weird, no one acts this way on their first time. Is he lying? No… he’s been too upfront and blunt to seem like the kind of guy who would lie about something like this. I’ve never seen him before, so I doubt he has a crush on me. There is something about him, something off… In these temperatures, he should barely be able to keep it up. I would normally ridicule him for being unable to stay stiff and coerce him into giving me more money. But instead, he’s staying at full strength and is completely calm. It’s like he doesn’t even feel the cold or me, but it’s more than that; it’s like he hasn’t even acknowledged what I’m doing. It’s like this means absolutely nothing to him. Who the hell is this guy?’

She resumed, this time with more enthusiasm and energy. Her head was bobbing back and forth like a woodpecker’s, with a gurgling gum-chewing noise being given off along with bubbles of foaming saliva from the corners of her mouth. She repeatedly took his cock out of her mouth and smeared it across her face and neck almost lovingly, ruining her makeup before spitting on it, giving it a quick stroke, and then continuing to deep-throat it. Her mouth was as soft as it was wet and she was using every spot to pleasure Jack, as well as all of her skills.

“Your clothes are all high quality, meaning that your family is well off, though they aren’t so overdone so as to seem that your parents are buying your love or using money as a substitute to make it seem like they love you. That rules out that you do this for attention, because either they don’t know or they accept you. You have parents to supply you with money you need for normal things, but you didn’t start selling your body to pay for your drug habit.”

“Damn it, will you just finish up and cum already? I’m paid to fuck, not spill my life story,” Kelly demanded.

Jack sighed and momentarily lost his smile. “Very well.” A jet of semen sprayed from the head of his cock without so much of a twitch or shiver from Jack. Sending up clouds of steam in the frigid air, the thick white sperm splashed across Kelly’s face and filled her mouth, as well as getting caught in her hair.

“Jesus, tell me next time!” she yelled, wiping off her face with far more disgust than she usually would.

“I’m sorry, I thought you were expecting it.

It appears that you don’t quite get any satisfaction out of this. Basically you sell yourself for money that you don’t need without getting any pleasure out of it, all while snorting, smoking, and injecting anything you can get your hands on. You clearly have too much of an ego to be punishing yourself, so why do you go down this path of destruction? It doesn’t seem like you hate yourself, no, it’s more like you don’t understand yourself.”

As he spoke, Kelly became dead-still, looking down at the ground.

“That’s why you do drugs, you hope that the altered perception will let you truly see yourself so you know who you are, and in the meantime, you desperately degrade yourself at any opportunity because you would rather focus yourself on someone else than be left alone with nothing to do but look inwards. You don’t have to think about yourself as a person when you are busy punishing the back of your throat with the manhood of a total stranger. You are trying to throw yourself down to rock bottom because you believe that to be the only way you’ll ever get any comprehension of who you are.”

Kelly stayed on her knees in the snow, taking slow shallow breaths and refusing to look up at Jack. The words had hit her, almost literally; they had physically “hit” her and knocked the wind out of her. She had never wondered why she did the things she did, and in all honesty, she had no idea if Jack was right or not, but never before had she felt so deeply touched by simple words. She felt like Jack’s explanation had just triggered the release of long-lost memories now flooding into her subconscious. She felt a form of fullness that she had never in her life experienced, like she had been holding her breath for years and was now finally able breathe the sweet cold air. But there was more, she knew there was more, more to reveal.

“Who the hell are you?” she panted, feeling more vulnerable and exposed than ever in her life.

“I think that question would have more use if directed inwards. I enjoyed talking to you,” Jack said thankfully before walking off.

------------------------------------------------------

Victoria lay in her bed, completely naked, with her hand between her legs. But while she normally would be writing and panting in euphoria while working her fingers in her pussy like she was trying to get the last tic-tac in a pack, tonight she was still. She was looking out at the setting sun with her eyes half-open and her fingers unmoving between the lips of her slit. In fact, her fingers and pussy were getting sore from being joined for so long without any sort of movement. She removed her hand and brought her wet fingers up to her face, breathing in the smell of her essence.

Her mind had been a blur all day, so much so that she hadn’t even been aware when she took off her clothes and got into bed. But now, here she was, unable to find any enjoyment in what she had been almost obsessed with only that morning. Jack had been completely right, he had cracked her wide open like a walnut, and after having her darkest secret pulled to the surface, she knew she couldn’t go back to the way she had been. She didn’t know what was worse, that he had basically ruined masturbation for her, or that he had done it SO EASILY. If all the therapists on earth had fused together into one mind, that sentience would not have been able to come up with something that would have half the effect that Jack’s words had. What Jack had done was the equivalent to destroying a tank with a simple flick.

But she knew that she couldn’t blame Jack, he had only told her the truth, or at least part of it. He had only delved a certain depth into her psyche, leaving the path open for her to continue on herself. Herself… the Self, that’s what he was expecting her to find. And until she found it, she would never be at peace.

------------------------------------------------------

Tyler sat in his room with his face in his hands, shaking like a leaf in the breeze. For some reason, he felt… scared, downright terrified even. He felt more scared than ever in his life, so much so that he had already thrown up twice since encountering Jack. And yet, he had no idea what he was so afraid of, it wasn’t Jack. He couldn’t explain it, it felt like someone had come and cut him in half with a sword, and now his body was splitting in two and separating. He felt like how he expected a movie character to feel after checking to see if they had been shot and then raising their hands to reveal wet blood. What was he so scared of?

------------------------------------------------------

Kelly’s bed was shaking and creaking as her father thrust his manhood into her over and over again. Normally she would be active while he fucked her (something which happened almost every night before her mom got home), but tonight, she hadn’t even kissed him. She lay there like a blow-up doll, not showing the slightest reaction whether he picked up speed, slipped his tongue into her mouth, or sucked on her breasts. She had been fucking her dad for years, ever since she seduced him. He had never molested her; she had started it all, and she never even knew why she had done it. She just accepted him on top of her, shoving his cock into her pussy with the same rhythm as he always did. After about eight minutes, he looked up and began to grunt, telling her that he was close to finishing.

Finally, her father gave one great shake and Kelly could feel a jet of hot semen being shot deep into her insides and dripping from the lips of her snatch as he pulled out of her. As usual, he moved up and she sucked him off, slurping up every last glob of her father’s semen and licking off her own juices. It was just another part of their long-since established routine. Once he shot his second batch of cum into her throat, he sat down on the bed to catch his breath.

“Are you all right baby? You’re barely moving at all tonight. Is something wrong?”

“Yeah dad, I’m fine,” she sighed, as if bored.

“Are you sure? Come on, you can tell me.”

“Everything’s fine dad, there aren’t any problems. I’m just tired.”

“Well, ok. I should go get dinner started, your mother will be home soon. I think we’ll have pork chops tonight.”

He kissed his daughter on the forehead and walked out of the room. With her father gone, Kelly rolled onto her back and looked up at the ceiling. She had no idea why she had turned herself into daddy’s little whore, and now that she was finally questioning herself and everything else she did, she could feel disgust welling up inside her.

“What the fuck am I doing?”

------------------------------------------------------

Jack sat on the floor of his room, deep in a meditative slumber. In his mind, he was counting the seconds, trying to suppress his excitement as the destined day approached with each tick of the clock.




The next chapter will be up soon!






To my loyal fans who loved this story when I posted it 4 years ago and the new fans who will love it now, I have good news! I've published it on amazon! The new version has updated writing, more characters, and new content.
Vous pouvez le trouver ici:
https://www.amazon.com/Sephirot-Atticus-Greene/dp/1522920080/ref=sr_1_1_twi_pap_2?ie=UTF8&qid=1480181746&sr=8-1&keywords=Sephirot+Atticus+Greene

You can also find the published version of Light of Hellfire, Hellsteel, again with updated writing, more characters, and new content.
https://www.amazon.com/Hellsteel-War-Arrived-Atticus-Greene/dp/1511648406/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1456886268&sr=8-1&keywords=Hellsteel

As well as My Dear Sweet Slave:
https://www.amazon.com/Dear-Sweet-Slave-Hannibal-North-ebook/dp/B01GBQW806?ie=UTF8&keywords=My%20Dear%20Sweet%20Slave&qid=1464886508&ref_=sr_1_1&sr=8-1

And The Man of Sin:
https://www.amazon.com/Man-Sin-Hannibal-North/dp/1530131006/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1457326345&sr=8-3&keywords=The+Man+of+Sin

Articles similaires

L'affaire2

JE PENSAIS QUE PUISQUE NOUS ESSAYONS DE NOUVELLES CHOSES AVANT QUE J'ENTRE DANS SON CUL, JE VEUX QU'ELLE ME SUPPLIE DE BAISER SON CUL. Je suis allé chercher de la glace et 3 pinces à linge. JE LUI DEMANDE SI ELLE AIME ÊTRE ATTACHÉE AU LIT ELLE N'A PAS RÉPONDU DONC JE LUI FELICULÉ LE CUL AUSSI FORT QUE JE PEUX PUIS ATTENDRE SES CHEVEUX EN TIRANT LA TÊTE EN ARRIÈRE ET JE LUI DIT QUE JE T'AI DEMANDÉ UN ? VOUS RÉPONDEZ OU JE VOUS FESSERAI ENCORE. AVEC LA PEUR DANS LES YEUX ET LE DÉSIR DÉGOUTANT DE SA CHATTE...

114 Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

542 Des vues

Likes 0

Dortoir de GF 1

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie à l'époque où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Teagan est d'origine asiatique, ce qui lui a valu une petite silhouette élancée, des yeux noisette, de longs cheveux noirs et une peau naturellement bronzée. Elle a la chance d'avoir des bonnets B fermes, un ventre plat et des fesses minces et galbées - elle va souvent à la salle de sport pour faire des squats. Et pour couronner le tout, elle est très jolie avec un doux sourire. Étant introvertie, elle est très douce et timide. Ce n'est qu'après un an de...

438 Des vues

Likes 0

Devenir Oméga, Partie 4

Devenir Oméga, Partie 4 Des hommes autour d'elle. Elle, nue et collée sur le sol, ses lèvres grondantes et ses yeux flottants. La drogue nage dans ses veines et sa chatte palpite. Des caméras autour d'elle, le monde qui regarde. Ils allaient la détruire. Omega sentit son cœur rater un battement et elle sut, si tout s'arrêtait maintenant, qu'elle était là où elle était censée être. ___ Elle a souri. Ses yeux papillonnèrent. « Battez-moi », murmura-t-elle. Ils s'avancèrent, silencieux. Putain de me battre, a-t-elle crié. Plus près maintenant. Pourtant, ils n'ont rien dit. Tue-moi si tu veux. Ils rigolent. Elle...

465 Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

628 Des vues

Likes 0

The Greatwar 3033 Part 5: Jack découvre quelque chose

Cela faisait un peu plus d'un mois que Jack avait reçu la visite de son vieil ami et comme ils étaient à plus de quelques années-lumière de la terre, ils ont eu quelques visites de plus juste pour dire au revoir à leurs amis et à leur famille, comme ils le seraient partis pendant un certain temps après cela, ils ont été laissés complètement seuls, mais la vie sur l'énorme navire s'est déroulée normalement. Ils étaient déjà passés par deux systèmes envoyant des messages à n'importe qui dans le système en espérant une réponse qui ne venait jamais, au début ils...

358 Des vues

Likes 0

Déménagement de meubles

Avant de commencer, je veux commencer par me décrire. Je suis un garçon de 17 ans en pleine forme. J'ai de longs cheveux blonds que je laisse pousser jusqu'à ce qu'ils couvrent presque mes yeux. Je mesure environ 6' 3 et j'ai une très grosse bite. Et à cause de cela, je ne suis pas vierge. En fait, je pense que j'ai baisé toutes les filles de mon lycée. J'ai sonné à la porte, puis j'ai déplacé nerveusement mes pieds. Au bout d'un moment ou deux, la porte s'ouvrit. Debout là, il y avait la fille la plus chaude que j'aie...

661 Des vues

Likes 0

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre deux : Cadeau d'anniversaire cerise de la fille

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre 2 : Le cadeau d'anniversaire de la cerise de sa fille Une histoire de contrôle mental de boucle de ceinture Par mypenname3000 Copyright 2020 Remarques : Merci à WRC264 d'avoir lu cette version bêta ! Mon quarante-quatrième anniversaire ne s'était pas du tout passé comme je m'y attendais. Comment aurais-je pu prévoir que ma plus jeune fille Tonya deviendrait si séduisante, qu'elle finirait par empaler sa chatte vierge sur ma bite et me chevaucher jusqu'à ce que nous soyons tous les deux venus ? L'idée d'avoir des relations sexuelles avec Tonya, sans parler de l'une de mes filles...

565 Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

527 Des vues

Likes 0

Adolescents nageant nus au lycée avec des hard-ons

J'étais un étudiant de première année dans un lycée d'une grande ville dans les années 70 et je n'ai pas été surpris quand, au cours de mon premier semestre, j'ai fait de la natation et que pour des «raisons de santé publique», tous les garçons le faisaient nus. J'avais été prévenu par mes frères aînés et venant d'une famille de neuf enfants, dont des sœurs et une mère qui allaitait continuellement, je n'étais pas timide, ni étrangère au corps nu. Le premier jour, on nous a dit que si nous entendions trois brefs coups de sifflet, nous devions sortir rapidement de...

259 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.