Les 120 jours de Sodome - 30 - partie 1, LE VINGT-NEUVIÈME JOUR

453Report
Les 120 jours de Sodome - 30 - partie 1, LE VINGT-NEUVIÈME JOUR

LE VINGT-NEUVIÈME JOUR

Il y a un proverbe, et comme c'est beau les proverbes, il y en a un, dis-je, qui soutient que l'appétit se rétablit en mangeant. Ce proverbe, si grossier, voire vulgaire soit-il, n'en a pas moins une signification très étendue : à savoir qu'à force de faire des horreurs on aiguise le désir d'en commettre de nouvelles, et que plus on en commet, plus on en désire.
Eh bien, c'était exactement le cas de nos insatiables libertins. Par une dureté impardonnable, par un raffinement détestable de débauche, ils avaient, comme on le sait, condamné leurs femmes à leur rendre les services les plus vils et les plus impurs à leur sortie des latrines. Ils ne s'en contentèrent pas et, le 29 novembre, ils proclamèrent une nouvelle (qui semblait avoir été inspirée par le libertinage sodomiste de la nuit précédente), une nouvelle loi, dis-je, qui stipulait qu'à compter du 1er décembre, ces femmes serviraient d'unique marmite aux besoins de leurs maîtres, et que lesdits besoins, tant les plus grands que les moindres, ne seraient jamais exécutés que dans la bouche de leurs femmes ; que chaque fois que Messieurs seraient poussés à satisfaire ces besoins fondamentaux, ils seraient suivis de quatre sultanes qui, une fois le besoin satisfait, leur rendraient le service que leurs épouses leur avaient rendu jusqu'alors et que lesdites épouses ne pourraient désormais plus rendez-les, puisqu'ils allaient avoir un emploi plus grave ; que les quatre sultanes officiantes seraient Colombe pour Curval, Hébé pour le duc, Rosette pour l'évêque et Michette pour Durcet ; et que la moindre erreur ou manquement commis au cours de l'une ou l'autre de ces opérations, soit dans celle des épouses, soit dans celle des quatre petites filles, serait puni avec une prodigieuse sévérité.
Les pauvres femmes n'eurent pas plus tôt appris l'existence de ce nouveau règlement qu'elles pleurèrent et se tordirent les mains. Malheureusement, ce fut presque en vain. Il fut cependant ordonné que chaque femme servirait son mari et Aline l'évêque, et que pour cette seule opération il ne serait pas permis à Messieurs de les échanger. Deux des duègnes avaient ordre de se présenter à tour de rôle pour le même service, et l'heure de leur rendu était inaltérablement fixée à l'heure où messieurs partaient des orgies du soir ; il fut décidé que Messieurs procéderaient toujours à ce rituel en compagnie les uns des autres, que pendant que les anciens opéreraient, les quatre sultanes, en attendant de rendre le service qui leur était demandé, montreraient ostensiblement leurs fesses, et que les les aînés se déplaçaient d'un anus à l'autre, le pressaient, l'ouvraient et l'encourageaient généralement à fonctionner. Ce règlement promulgué, les amis procédèrent le matin même à administrer les châtiments qui n'avaient pas été distribués la veille en raison de la décision de faire les orgies avec l'aide d'hommes uniquement.
L'opération fut entreprise dans les quartiers des sultanes ; ils furent tous les huit soignés, et après eux arrivèrent Adélaïde, Aline et Cupidon, qui furent également mis sur la liste fatale ; la cérémonie, avec les détails et tout le protocole observé en pareille circonstance, dura près de quatre heures, au terme desquelles Leurs Seigneuries descendirent dîner, la tête tournoyante, surtout celle de Curval, car lui, chérissant prodigieusement ces exercices, ne y participa sans l'érection la plus définitive. Quant au duc, il était parti au cœur de la mêlée, et Durcet aussi. Ce dernier, qui commençait à développer une irritabilité libertine très malicieuse à l'égard de sa femme Adélaïde, ne parvenait pas à la discipliner sans des frissons de plaisir qui finissaient par détacher sa semence.
Le dîner fut, comme d'habitude, suivi d'un café ; Messieurs, disposés à avoir de jolis petits ânes sous la main, avaient désigné Zéphyr et Giton pour servir les coupes, et à ces deux-là auraient pu en ajouter un grand nombre d'autres ; mais il n’y avait pas une seule sultane dont les fesses fussent dans un état convenable. Conformément à l'horaire prévu, l'équipe de service du café a été complétée par Colombe et Michette. Curval, examinant le cul de Colombe, dont l'état lavé, en partie dû à l'œuvre même du Président, lui faisait naître des désirs singuliers, lui enfonça par derrière sa queue entre les cuisses, tout en lui caressant vigoureusement les fesses ; de temps à autre, en allant et venant, sa machine, comme par maladresse, se heurtait au cher petit trou qu'il aurait donné à un royaume à percer. Pendant un instant, il l'étudia attentivement.
« Ô Dieu sacré, dit-il en se tournant vers ses amis, je paierai sur-le-champ deux cents louis à la société pour pouvoir baiser ce cul.
La raison a prévalu, mais il a gardé le contrôle de lui-même et n'a même pas déchargé. Mais l'évêque fit évacuer Zéphyr dans sa bouche et rendit son foutre sanctifié en avalant celui de ce délicieux enfant ; Durcet s'est fait botter le cul par Giton, puis a fait chier Giton et est resté chaste. Messieurs se rendirent à la salle, où chaque père, par un arrangement assez fréquent, avait sa fille sur son lit à côté de lui ; culottes baissées, ils écoutaient les cinq contes de notre talentueux conteur.

Il semblait que, depuis le jour où j'avais si exactement exécuté le pieux testament de Fournier, le bonheur souriait toujours plus chaleureusement à ma maison, disait cette putain distinguée. Jamais je n’avais eu autant de connaissances riches.
Le prieur bénédictin, parmi mes plus fidèles clients, est venu un jour me dire que, ayant entendu parler d'un fantasme tout à fait remarquable et l'ayant vu ensuite exécuté par un de ses amis qui en raffolait, il avait un puissant désir de le mettre en pratique. lui-même, et c'est pourquoi il m'a demandé une fille bien coiffée. Je lui ai donné une grosse créature de vingt-huit ans qui avait de véritables fourrés sous les bras et sur son monticule. "Splendide", dit le prieur en voyant la marchandise, "c'est exactement ce dont j'ai besoin." Et comme lui et moi étions très attachés l'un à l'autre, et que nous avions fait ensemble de nombreuses aventures gaies, il ne fit aucune objection lorsque je demandai la permission de le surveiller à son travail. Il fit déshabiller la jeune fille et s'allongea à moitié sur un canapé, les bras étendus au-dessus de la tête, et, armé d'une paire de ciseaux bien aiguisés, il se mit à couper le cœur sous ses bras. Une fois qu'il en eut coupé chaque partie, il se tourna vers sa motte et la barbilla également, mais si soigneusement que lorsqu'il eut fini, on n'aurait jamais cru que le moindre vestige de cheveux ait jamais poussé sur aucune des zones sur lesquelles il avait travaillé. sur. Le travail accompli, il embrassa les parties qu'il avait tondues et déversa sa foutre sur ce monticule glabre, dans une parfaite extase devant le fruit de son travail.
Une autre exigeait une cérémonie sans doute beaucoup plus bizarre : je pense maintenant au duc de Florville ; On m'a conseillé de lui amener l'une des plus belles femmes que je puisse trouver. Un domestique nous accueillit chez le duc et nous entrâmes par une porte latérale.
« Nous allons maintenant préparer cette jolie créature, me dit le valet de chambre ; "car il y a plusieurs aménagements à faire pour qu'elle soit en état d'amuser monseigneur le duc... venez avec moi."
Par des détours et des couloirs également sombres et immenses, nous arrivâmes enfin à une suite lugubre de chambres, éclairées seulement par six cierges posés à terre autour d'un matelas recouvert de satin noir ; toute la pièce était tendue d'étoffes funéraires, et ce spectacle, en entrant, éveilla en nous les pires appréhensions.
« Calmez vos craintes, dit notre guide, vous ne souffrirez pas le moindre mal ; mais soyez prêt à tout, ajouta-t-il en s'adressant à la jeune fille, et veillez surtout à faire tout ce que je vous dirai.
Il lui fit enlever tous ses vêtements, dénoua sa coiffure et lui indiqua de laisser pendre librement ses cheveux, qui étaient superbes. Ensuite, il lui ordonna de s'allonger sur le matelas entouré de hautes bougies, lui enjoignit de feindre la mort et de faire extrêmement attention, pendant toute la scène à suivre, à ne pas remuer ni respirer plus profondément qu'il ne le fallait.
" Car si malheureusement mon maître, qui va vous croire mort, s'aperçoit que vous faites semblant, il sera furieux, vous quittera aussitôt, et ne vous paiera sûrement pas un sou. "
Dès qu'il avait placé la jeune fille sur le grabat dans l'attitude d'un cadavre, il lui faisait tordre la bouche de manière à donner une impression de douleur, ses yeux aussi devaient suggérer qu'elle était morte dans l'agonie ; il éparpilla ses tresses sur sa poitrine nue, posa un poignard à côté d'elle et, près de son cœur, barbouilla du sang de poulet, peignant une blessure de la taille de la main.
« Je te le répète, dit-il à la jeune fille, n'aie pas peur, tu n'as rien à dire, rien à faire, tu dois simplement rester absolument immobile et reprendre ton souffle aux moments où tu vois qu'il est le plus loin. Et maintenant, Madame, me dit le valet de chambre, nous pouvons nous retirer de la chambre. Venez avec moi, s'il vous plaît ; pour ne pas vous inquiéter pour votre fille, je vais vous placer là où vous pourrez entendre et regardez toute la scène.
Nous quittions la chambre, laissant la jeune fille, qui n'était pas sans appréhension, mais que les discours du domestique avaient quelque peu rassuré. Il me conduit dans une petite chambre attenante à l'appartement où le mystère doit être célébré, et par une fente entre deux panneaux sur lesquels était accrochée l'étoffe noire, j'entendais tout. La vue était encore plus facile, car le tissu n'était que du crêpe, je distinguais les objets de l'autre côté aussi clairement que si j'avais été dans la pièce elle-même.
Le valet de chambre tira la corde qui sonnait, c'était le signal, et quelques minutes plus tard nous vîmes entrer sur scène un homme grand, maigre et décharné, d'une soixantaine d'années. Sous une ample robe de chambre en taffetas indien, il était complètement nu. Il s'arrêta en franchissant la porte ; Je ferais mieux de vous dire maintenant que le duc, à supposer qu'il soit absolument seul, n'avait pas la moindre idée que ses actions étaient observées.
"Ah, quel beau cadavre !" s'exclama-t-il aussitôt. "La mort... c'est beau à voir... Mais, mon Dieu, qu'est-ce que c'est !" dit-il en apercevant le sang, le couteau. "Ce devait être un assassin... il y a seulement un instant... ah, Grand Dieu, comme il doit être raide maintenant, la personne qui a fait ça."
Et, se branlant :
"Comme j'aurais aimé le voir porter ce coup-là !"
Et caressant le cadavre, passant la main sur son ventre :
" Enceinte ?... Non, apparemment pas. Quel dommage. "
Et continuant à explorer avec ses mains :
"Une chair superbe ! Il fait encore chaud... une belle poitrine."
Alors il se pencha sur elle et lui baisa la bouche avec une émotion incroyable :
"Je bave toujours", dit-il; "Comme j'adore cette salive !"
Et une fois de plus, il enfonça sa langue presque dans son gosier ; personne n'aurait pu jouer ce rôle de manière plus convaincante que cette jeune fille, elle restait immobile, et chaque fois que le duc s'approchait, elle cessait complètement de respirer. Finalement, il la retourna sur le ventre :
"Je dois jeter un œil à ce joli cul", murmura-t-il.
Et après l'avoir scanné :
"Jésus-Christ ! Quelles fesses incomparables !"
Et puis il les ouvrait, les embrassait, et on le voyait distinctement mettre sa langue dans ce petit trou astucieux.
"Oh, sur ma parole !" s'écria-t-il en sueur d'admiration, c'est certainement un des plus superbes cadavres que j'aie jamais vu de ma vie ; heureux celui qui a ôté la vie à cette jeune fille, ô personne enviable, quel plaisir il a dû connaître !
Cette idée même le fit congédier ; il était allongé à côté d'elle, la serrait, les cuisses collées contre ses fesses, et il déchargeait sur son trou du cul en donnant d'incroyables signes de plaisir, et, tandis qu'il rendait son sperme, criait comme un démon :
"Ah putain, putain, ah bon Dieu, si seulement je l'avais tuée, si seulement j'avais été la bonne !"
Ainsi l'opération se termina, le libertin se leva et disparut ; nous sommes entrés dans la pièce pour ressusciter notre courageux petit ami. Elle était épuisée, incapable de bouger : la contrainte, la frayeur, tout lui engourdissait les sens, elle était prête en toute sincérité à devenir le personnage qu'elle venait de personnifier avec tant de savoir-faire. Nous partîmes avec quatre louis que le valet de chambre nous donna ; comme vous pouvez bien l'imaginer, il n'a sans doute cédé que la moitié de notre solde.
"Vous, dieux vivants !" s'écria Curval, voilà une passion ! C'est le moins que l'on puisse dire, la chose a du goût, de l'arôme.
« Je suis raide comme une mule, dit le duc ; "Je vais miser ma fortune là-dessus, ce type avait d'autres tours dans son sac."
« Vous avez raison, monseigneur, dit Martaine ; " il a employé de temps en temps un plus grand réalisme. Je pense que Madame Desgranges et moi avons des preuves pour vous le prouver. "
"Et qu'est-ce que tu vas faire en attendant ?" demanda Curval au duc.
"Ne me dérange pas, ne me dérange pas", a crié le duc, "je baise ma fille, je fais comme si elle était morte."
— Coquin, reprit Curval, ça fait deux crimes dans ta tête.
" Ah, putain, " dit le duc, " si seulement ils étaient plus réels... "
Et sa semence impure fit irruption dans le vagin de Julie.
- Eh bien, Duclos, qu'est-ce qui va suivre ? Continuez vos histoires, dit-il dès qu'il eut fini son affaire, continuez, mon cher ami, ne laissez pas congédier le président, car je l'entends. là-bas en train d'établir une relation incestueuse avec sa fille; le drôle de petit bonhomme fourmille de mauvaises idées dans sa tête; ses parents m'ont fait son précepteur, ils attendent de moi que je surveille son comportement et j'en serais désolé devenir perverti. »
" Trop tard, dit Curval, trop tard, mon vieux, je décharge ; ah, bon sang, c'est une jolie mort. "
Et tandis qu'il rencontrait Adélaïde, le coquin s'imaginait, comme le duc, qu'il baisait sa fille assassinée ; Ô incroyable distraction de l'esprit d'un libertin, qui ne peut rien entendre, rien voir, mais qui l'imiterait à l'instant !
" Duclos, il faut bien continuer, " dit l'évêque, " sinon je serai séduit par l'exemple de ces gaillards, et dans mon état actuel je pourrais pousser les choses bien plus loin qu'eux. "

Quelque temps après cette dernière aventure, j'allai seul chez un autre libertin, dit Duclos, dont la manie, plus humiliante peut-être, n'était pourtant pas si saturnine. Il me reçoit dans un salon dont le sol était recouvert d'un très beau tapis. Il me demande d'enlever tout ce que je porte puis, me faisant me mettre à quatre pattes :
"Voyons," dit-il en caressant et en tapotant la tête de deux dogues allemands allongés de chaque côté de sa chaise, "voyons si vous êtes aussi agiles et rapides que mes chiens. Prêt ? Allez le chercher !"
Et sur ce, il jette par terre de grosses châtaignes grillées ; me parlant comme si j'étais un animal, il dit :
"Va les chercher !"
Je cours à quatre pattes après une alezan, pensant qu'il vaut mieux jouer le jeu avec bonne humeur et entrer dans l'esprit de son excentricité ; Je cours, dis-je, j'essaie de rapporter les marrons, mais les deux chiens, s'élançant eux aussi, me devancent, s'emparent des marrons et les ramènent à leur maître.
"Eh bien, vous avez clairement besoin d'un peu d'entraînement avant d'être en forme", dit le monsieur ; " Ce n'est pas par hasard que tu as peur que mes chiens te mordent ? Ne t'inquiète pas pour eux, ma chérie, ils ne te feront aucun mal, mais intérieurement, tu sais, ils te mépriseront si ils voient que vous êtes une créature maladroite. Alors réessayons - essayons plus fort. Voici votre chance de vous venger... ramenez-le!"
Encore une châtaigne lancée, une autre victoire emportée par les chiens, une autre défaite pour moi ; eh bien, pour faire court, le jeu a duré deux heures, pendant lesquelles j'ai réussi à récupérer la châtaigne une seule fois et à la rapporter dans ma bouche à celui qui l'avait lancée. Mais triomphants ou vaincus, jamais les chiens ne m'ont fait de mal ; au contraire, ils semblaient s'amuser et s'amuser avec moi, comme si j'étais aussi un chien.
"Cela suffit", dit le monsieur. "Tu as assez travaillé, il est temps de manger."
Il sonna, un domestique entra.
"Apportez de la nourriture pour mes animaux", a-t-il dit.
Et un instant après, le domestique revint, portant une mangeoire en ébène qui était remplie d'une sorte de viande hachée très délicate. Il posa l'auge sur le sol.
"Très bien, me dirent mes messieurs, descendez manger avec mes chiens et essayez de donner un meilleur spectacle en mangeant qu'en jouant."
Je n’avais rien à répondre ; Je devais obéir. Toujours à quatre pattes, j'ai plongé la tête dans l'auge ; l'abreuvoir était très propre, la nourriture très bonne, je me mis à grignoter à côté des chiens, qui s'avancèrent très poliment, me laissant tranquillement à ma part. Et ce fut l'instant critique pour notre libertin ; l'humiliation d'une femme, l'avilissement auquel il la réduisait, stimulaient merveilleusement son moral.
"Oh, la bestiole !" dit-il en se branlant assidûment, la vagabonde, regarde-la là, se gaver de chiens, c'est comme ça qu'il faut traiter toutes les femmes, et si on les traitait ainsi, on n'aurait plus d'impertinence de leur part, ah non ! Les animaux domestiques comme ces chiens, pourquoi ne seraient-ils pas traités de la même façon ? Ah ! impudente salope que tu es, putain, bave, ordure !" Cria-t-il en s'approchant et en aspergeant mes fesses de sa foutre, "buggress, je vais te faire manger avec mes chiens."
Et ce fut la fin de tout cela ; notre homme disparut, je m'habillai promptement, et couché près de ma mantelet je trouvai deux louis, le prix courant et sans doute celui que le coquin avait l'habitude de payer pour ses plaisirs.
A ce stade, Messieurs, continua Duclos, je suis obligé de revenir sur mes pas et, en guise de conclusion aux récits de la soirée, de raconter deux aventures que j'ai eues pendant ma jeunesse. Comme ils sont un peu forts, ils auraient été déplacés au milieu des douces escapades par lesquelles vous m'avez fait commencer au début du mois ; je les ai donc mis de côté et les ai gardés pour la fin de ma contribution.
Je n'avais alors que seize ans et j'étais encore chez Mme Guérin ; J'avais été envoyé chez un homme d'une distinction incontestée et, en arrivant là-bas, on m'avait simplement dit d'attendre dans une petite antichambre, de me mettre à l'aise, de veiller à obéir au seigneur qui allait bientôt venir. faire du sport avec moi; mais ils se gardèrent bien de me dire autre chose : je n'aurais pas eu une telle frayeur si j'avais été prévenu, et notre libertin n'aurait certainement pas eu autant de plaisir. J'étais dans la pièce depuis environ une heure lorsque la porte s'ouvrit enfin. C'était le maître de maison lui-même.
« Que diable fais-tu ici, demanda-t-il d'un air surpris, à cette heure-là ?... Et alors, putain ! crie-t-il en me saisissant à la gorge et en m'étouffant presque le souffle, "et alors ! La salope est-elle venue ici pour me voler ?"
Il appelle quelqu'un, un serviteur de confiance apparaît aussitôt.
"La Fleur", dit son maître en colère, "j'ai ici une voleuse ; elle se cachait quand je suis entré. Déshabillez-la et préparez-vous à exécuter les ordres que je vous donne."
La Fleur fait ce qu'on lui dit, je suis dépouillé de mes vêtements en un tour de main, ils sont jetés de côté au fur et à mesure qu'ils sont décollés de mon corps.
"Très bien", dit le libertin à son serviteur, "va chercher un sac, puis recouds cette créature dedans et jette-la à la rivière."
Le valet va chercher le sac. Je vous laisse me demander si je n'ai pas profité de ces quelques instants pour me jeter aux pieds du noble et le prier de m'épargner, l'assurant que c'était Mme Guérin, sa entremetteuse habituelle, qui m'avait elle-même envoyé chez lui. maison. Mais le monsieur lubrique n'en veut pas, il saisit mes deux fesses, et les malaxe brutalement entre ses poings :
"Eh bien, putain de mes yeux", dit-il, "je crois que je vais donner ce joli cul aux poissons."
C'était la seule action lubrifiante qu'il semblait enclin à se permettre, et jusqu'alors il n'avait rien exposé qui aurait pu me laisser supposer que le libertinage avait quelque chose à voir avec la scène. Le valet de chambre revient, apportant un sac avec lui ; malgré toutes mes protestations, et elles étaient échauffées, je suis jeté dedans, l'embouchure du sac est recousue, et La Fleur me soulève sur ses épaules. C'est alors que j'entendis les effets de la crise croissante de notre libertin ; il avait probablement commencé à se branler dès que j'avais été mis au sac. Au même instant, La Fleur me souleva sur ses épaules, le foutu méchant le quitta.
"Dans la rivière, dans la rivière, tu m'entends, La Fleur ?" dit-il en balbutiant de plaisir. "Oui, dans la rivière avec elle, et tu glisseras une pierre dans le sac, pour que la putain se noie d'autant plus vite."
Et ce fut tout ce qu'il eut à dire, j'en fus confirmé, nous passâmes dans la chambre voisine où La Fleur, ayant déchiré le sac, me rendit mes vêtements, me donna deux louis, et me donna aussi une preuve sans équivoque de la façon dont , radicalement différent de celui de son maître, dans lequel il se conduisait à la recherche du bonheur ; puis je reviens chez Guérin. Je grondai sévèrement Guérin de m'y avoir envoyé si mal préparé ; pour m'apaiser, elle organisa une autre fête : elle eut lieu deux jours plus tard, et j'étais encore moins bien préparé au combat que j'allais livrer contre ce nouvel ennemi.
A peu près comme dans l'aventure que je viens de raconter, je devais aller attendre dans une antichambre de l'appartement d'un fermier général, mais cette fois j'attendais en compagnie du valet de chambre qui, envoyé là par son maître, était venu me chercher chez Guérin. Pour passer le temps avant l'arrivée de mon gentleman, le voiturier m'a diverti en sortant et en exposant plusieurs pierres précieuses conservées dans un tiroir du bureau de la pièce.
" Dieu merci, " dit le bon flatteur, " si vous en preniez un ou deux, je ne pense pas que cela ferait une grande différence ; le vieux Crésus est si riche que je parie qu'il ne sait même pas combien de " " "
Hélas! J'étais trop bien disposé à suivre ce perfide conseil ; vous connaissez mes prédilections, je vous en ai parlé ; et ainsi, sans qu'il ait dit un mot de plus, je mis la main sur une petite boîte en or valant sept ou huit louis, n'osant m'enfuir avec un objet de plus grande valeur. C'était tout ce que désirait ce coquin de valet de chambre, et pour ne pas avoir à y revenir plus tard, j'appris plus tard que si j'avais refusé de prendre quelque chose, il aurait, sans que je m'en aperçoive, glissé un bijou ou deux. dans ma poche. Le maître arrive, me salue avec gentillesse et courtoisie, le valet quitte la chambre, nous y restons tous les deux ensemble. Cet homme, contrairement à l’autre, s’amusait dans un sens très réel ; il m'a répandu une profusion de baisers sur le cul, m'a fait le fouetter, lui péter dans la bouche, il a mis sa queue dans la mienne, et en un mot il s'est rassasié de toutes sortes et formes de lubrification, sauf celle recherchée parfois dans le con ; mais cela n’a servi à rien, il n’a pas déchargé. Le moment propice n'était pas encore venu, tout ce qu'il avait fait était secondaire, préparatoire ; vous verrez bientôt à quoi cela conduisait.
"Eh bien, mes étoiles !" s'exclama-t-il soudain, cela m'avait complètement échappé. Il y a un domestique qui attend toujours dans l'autre pièce une pierre précieuse que j'ai promis il y a un instant de lui donner pour son maître. Excusez-moi, ma chère, mais je dois vraiment tenir parole. à lui ; ensuite nous nous remettrons au travail. »
Coupable du petit larcin que je venais de commettre à l'instigation de ce maudit valet de chambre, vous pensez bien que cette remarque m'a fait trembler. J'ai pensé un instant à l'arrêter, à avouer le vol, puis j'ai décidé qu'il valait mieux jouer l'innocent et courir le risque. Il ouvre le bureau, fouille d'un tiroir à l'autre, fouille et, ne trouvant pas ce qu'il cherche, il me lance des regards furieux.
« Espèce de salope, toi seule, dit-il, à part un valet de chambre en qui j'ai toute confiance, tu es la seule à entrer dans cette chambre depuis trois heures ; l'article manque ; tu as dû le prendre. "
" Oh, Monsieur, " dis-je en tremblant de tous mes membres, " vous pouvez être sûr que je suis incapable... "
« Au diable vos yeux », rugit-il (maintenant, vous remarquerez que sa culotte était encore déboutonnée, que sa queue en dépassait, que cette queue avait une pente verticale ; tout cela, pensez-vous, aurait dû m'éclairer et dissipé mes craintes, mais j'avais presque perdu la tête et je n'avais rien remarqué), "viens, buggress, il faut retrouver mon objet de valeur."
Il m'a ordonné de me déshabiller ; vingt fois je l'ai supplié à genoux de m'épargner l'humiliation d'une pareille fouille, rien ne l'émouvait, rien ne le faisait fondre, il a lui-même arraché mes vêtements avec colère, et dès que je fus nue, il fouilla dans mes poches et, bien sûr, il ne lui fallut pas longtemps avant de tomber sur la boîte.
"Ah, salope !" s'écria-t-il, "Je n'ai pas besoin de plus que cela pour être convaincu. Alors, buggress, tu viens chez un homme pour le voler ?"
Et convoquant aussitôt son lieutenant :
« Allez immédiatement amener un officier de police », dit-il.
"Oh, monsieur !" m'écriai-je, "ayez pitié de mon absence de jeunesse, j'ai été séduit par cela, cela n'a pas été fait de ma propre volonté, on m'a dit de le faire...".
"Eh bien," l'interrompit le lubrique monsieur, "vous expliquerez tout cela à l'officier, car je serai damné si je ne veux pas mettre un terme à tout ce crime."
Le valet de chambre repart ; le libertin, toujours en érection aveuglante, se jette dans un fauteuil et, tout en tâtonnant son entrejambe, il me déverse mille invectives.
« Ce vagabond, ce monstre, dit-il, elle vient chez moi pour me voler, moi qui voulais lui donner la récompense que méritent ses services... ah ! par Dieu, nous verrons.
Pendant qu'il prononce ces mots, on frappe à la porte, et je vois entrer un gendarme.
« Officier, dit le maître des lieux, j'ai ici une voleuse que je veux mettre sous votre garde, et je vous la livre nue, car je l'ai mise dans cet état pour fouiller ses vêtements ; C'est la jeune fille, là-bas sont ses vêtements, et voici l'objet volé ; je vous engage à la faire pendre, officier, et bonne nuit à vous.
Sur quoi il recula, s'assit sur sa chaise et sortit.
"Oui, pendez cette garce, par mon doux Jésus, je veux la voir pendue, officier, vous me comprenez ? Pendez-la, c'est tout ce que je vous demande !" il a plutôt crié.
Le prétendu gendarme m'emmène avec mes vêtements et la maudite boîte, m'emmène dans une pièce voisine, enlève son uniforme et se révèle être le même valet de chambre qui m'a reçu et m'a incité à voler ; j'avais été si bouleversé que je ne l'avais pas reconnu jusqu'alors.
"Bien bien!" dit-il, as-tu eu peur ?
"Hélas," je murmure, à peine capable de parler, "à bout de nerfs."
"Tout est fini", dit-il, "et voici votre argent."
En disant cela, il me présente la même boîte que j'avais volée, c'est un cadeau de son maître, il me rend mes vêtements, me tend un verre d'eau-de-vie et me reconduit chez Madame Guérin.
« C'est une manie étrange et agréable, observa l'évêque ; " La majeure partie peut en être extraite pour être utilisée dans d'autres contextes. Mon seul reproche est qu'il contient un excès de délicatesse ; vous savez bien sûr que je ne suis pas très favorable à mélanger les beaux sentiments et le libertinage. Laissez cet élément de côté. dis-je, et de cette histoire on peut apprendre la méthode infaillible pour empêcher une putain de se plaindre, quelles que soient les voies iniques qu'on serait disposé à emmener avec elle. Il n'y a qu'à tendre l'appât, à l'entraîner dans le piège. , et quand vous l'avez prise en flagrant délit, pourquoi alors vous êtes libre de faire d'elle ce que vous voulez, il n'y a plus rien à craindre, elle n'osera pas émettre un bip de peur soit d'être accusée, soit l'objet de vos récriminations ".
--C'est vrai, dit Curval, et je suis sûr que si j'avais été à la place de ce monsieur, je me serais permis d'aller un peu plus loin, et vous, mon cher Duclos, ne vous en seriez peut-être pas tiré à si bon compte.
Les histoires ayant été longues ce soir-là, l'heure du souper arriva avant que Messieurs n'aient eu le temps de s'adonner à aucune gambade. Ils se mirent donc à table, bien décidés à profiter au maximum de la période qui suivrait le repas. C'est alors qu'après avoir réuni toute la maisonnée, ils décidèrent de déterminer lesquels des petites filles et des petits garçons pouvaient à juste titre être classés parmi les hommes et les femmes mûrs. Pour établir les faits critiques, Messieurs crurent qu'il valait mieux branler tous ceux d'un sexe et de l'autre sur lesquels ils avaient des doutes, ou plutôt des soupçons ; parmi les femmes, on était sûr d'Augustine, de Fanny et de Zelmire : ces trois charmantes petites créatures, âgées de quatorze à quinze ans, déchargeaient toutes au moindre contact ; Hébé et Michette, n'ayant que douze ans chacun, ne valaient guère la peine d'être considérés, et il s'agissait donc simplement d'expérimenter avec Sophie, Colombe et Rosette, dont la première avait quatorze ans, les deux dernières treize ans.
Parmi les garçons, il était de notoriété publique que Zéphyr, Adonis et Céladon se tiraient la gueule comme des adultes ; Giton et Narcisse étaient trop jeunes pour se donner la peine de s'y mettre ; les capacités de Zélamir, Cupidon et Hyacinthe restaient à vérifier. Les amis formaient un cercle autour d'un tas d'oreillers bien rembourrés disposés sur le parquet, Champville et Duclos étaient nommés pour les pollutions ; l'une, grâce à ses qualités de tribade, devait jouer le rôle de fricatrice des jeunes filles, l'autre, maîtresse absolue dans l'art de branler le membre masculin, devait polluer les trois petits gars. Ils entrèrent dans le cercle formé par les chaises des amis et rempli d'oreillers, et là Sophie, Colombe, Rosette, Zélamir, Cupidon et Hyacinthe furent livrées à Champville et Duclos ; et chaque ami, pour mieux apprécier le spectacle, prenait un enfant entre ses cuisses : le duc s'appropriait Augustin, Curval faisait exécuter Zelmire, Durcet se confiait au savoir-faire de Zéphyr, l'évêque favorisait Adonis pour subvenir à ses besoins.
La cérémonie a commencé avec les garçons ; Duclos, les seins et les fesses découverts, la manche retroussée jusqu'au coude, mobilisa tous ses talents et se mit à polluer l'un après l'autre chacun de ces délicieux Ganymède. La main humaine n’aurait pas pu errer, tirer, serrer et tapoter avec plus de volupté ; son poignet, ses doigts volaient avec habileté. . . ses mouvements étaient d'une délicatesse et d'un entêtement. . . elle offrait à ces petits garçons sa bouche, sa poitrine, son cul, se rendait toute entière disponible avec un tel art qu'il ne faisait aucun doute que ceux qui n'allaient pas enfin décharger n'en avaient pas encore le pouvoir. Zélamir et Cupidon se sont endurcis, mais tout le savoir-faire de Duclos, toute son agilité ont été en vain. Chez Hyacinthe, cependant, l'orage éclata au sixième coup de poignet : la baise sauta sur le sein de Duclos, et l'enfant devint à moitié fou en lui caressant le cul. Messieurs ont pris soin de remarquer que, pendant toute l'opération, il n'avait jamais eu l'idée du garçon de la toucher devant.
Vint ensuite le tour des filles ; Pratiquement nue, ses cheveux très élégamment disposés et tout aussi élégants dans toutes les autres parties d'elle-même, Champville n'avait pas l'air d'avoir trente ans, bien qu'elle en ait cinquante par jour. La lubricité de cette opération, dont, en tribade convaincue, elle espérait tirer le plus grand plaisir, animait ses grands yeux brun foncé qui, depuis sa jeunesse, avaient toujours été extrêmement beaux. Elle a mis au moins autant de verve, audacieuse et brillante dans ses actions que Duclos dans la sienne, elle a simultanément pollué le clitoris, l'entrée du vagin et le connard, mais la nature n'a développé rien de digne de préavis à Colombe et rosette; Il n'y avait même pas la plus faible apparence de plaisir dans leurs expressions. Mais les choses n'étaient pas ainsi avec la belle Sophie: la dixième incursion numérique lui a fait évanouir le sein de Champville; Petits soupirs brisés, petits sons halètements, la tendre nuance de cramoisi qui jaillit dans ses belles joues, ses lèvres en séparation qui devenaient humides, tout manifestait le délire où la nature l'avait lancée, et elle a été déclarée femme. Le duc, son appareil aussi solide qu'une masse, a ordonné à Champville de la foyer une deuxième fois, et lorsqu'elle s'est lancée à nouveau, le méchant a choisi ce moment pour mélanger sa baise impure avec cette jeune Vierge. Quant à Curval, il avait fait son acte tombé entre les cuisses de Zelmire, et les deux autres avec les jeunes garçons qu'ils tenaient enfermés entre leurs jambes.
La société a pris sa retraite pour la nuit, et le lendemain matin, n'ayant fourni aucun événement qui mérite d'être cité dans ce catalogue d'exploitations exceptionnelles, et le dîner n'ayant rien fourni, ni le café, nous retirerons tout de suite à l'auditorium, où les duclos magnifiquement artifiés Apparaît une fois de plus sur la plate-forme, cette fois-ci, avec cinq nouvelles histoires, les cent cinquante narrations qui lui ont été confiées pour les trente jours du mois de novembre.

Articles similaires

Rentrer à la maison gay...

Rentrer à la maison gay… (Episode 2) Mon séjour chez l'oncle Donnie était enfin terminé. Nous avions eu des relations sexuelles sauvages exceptionnellement sensuelles presque tous les soirs. J'étais triste de devoir partir, mais j'étais également ravie d'explorer mes nouvelles connaissances sexuelles sur un garçon de mon âge. J'étais sûre de ma sexualité maintenant. Je suis gay! Il restait encore beaucoup d'été et ma troupe de scouts avait plusieurs voyages que j'attendais avec impatience. Il y avait un garçon de 2 ans plus jeune que moi avec qui j'aimais bien côtoyer lors des sorties. Son nom était Bobby, 15 ans, mince...

2.6K Des vues

Likes 0

Chérie partie 3

Dans cette partie, j'ai changé mon style de contorsion. PS J'aimerais savoir qui est votre fille préférée alors n'hésitez pas à commenter. 'Toc Toc Toc' John se réveilla en sursaut pendant un instant, oubliant où il était. Puis il l'entendit à nouveau. « Knock » « Knock » « Knock » mais cette fois, il était accompagné d'une voix douce et salée, « room service ». C'était Rose. John retira les couvertures de sa tête à temps pour la voir ouvrir dans sa tenue de femme de chambre avec un plateau de crêpes et de sirop. Voyant que John était debout, Rose fit un de ses sourires alléchants et...

2.4K Des vues

Likes 0

Déménagement de meubles

Avant de commencer, je veux commencer par me décrire. Je suis un garçon de 17 ans en pleine forme. J'ai de longs cheveux blonds que je laisse pousser jusqu'à ce qu'ils couvrent presque mes yeux. Je mesure environ 6' 3 et j'ai une très grosse bite. Et à cause de cela, je ne suis pas vierge. En fait, je pense que j'ai baisé toutes les filles de mon lycée. J'ai sonné à la porte, puis j'ai déplacé nerveusement mes pieds. Au bout d'un moment ou deux, la porte s'ouvrit. Debout là, il y avait la fille la plus chaude que j'aie...

2.4K Des vues

Likes 0

Ceinture biblique - Partie 3 (FINALE)

«Je vais dans un camp chrétien», a annoncé Anne au petit-déjeuner un jour, environ deux semaines plus tard. Nos visites nocturnes étaient toujours en cours, mais plus nous continuions, plus j'étais résolu à ce que cela s'arrête. J'ai répondu à ma sœur en m'étouffant presque avec mes Cheerios, mais j'ai réussi à le couvrir d'une toux. Si j'étais vraiment le bon gars que je voulais être, ma première pensée aurait été de m'inquiéter de la façon dont elle allait survivre sans accès à sa dépendance, mais honnêtement, ma première inquiétude était de savoir comment j'allais survivre sans sexe pendant une semaine...

2.4K Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

2.1K Des vues

Likes 0

Samedi après-midi_(0)

Comme prétexte : tout cela est 100 % vrai. Pas d'embellissement, pas d'exagération et pas de composante fictive. Cela faisait un moment que je n'avais pas vu Jim. Nous ne parlions plus autant qu'avant. Nous avions l'habitude de nous connecter à l'adolescence. Buvez quelques bières, déshabillez-vous. Principalement des expériences d'adolescents. Nous avions discuté en ligne, et à l'improviste, il m'a dit Je veux venir te voir, ça fait trop longtemps. Je n'étais pas sûr, mais il avait raison, ça faisait longtemps. Il a toujours eu une certaine emprise sur moi. Je ne peux pas l'expliquer. Mais à l'adolescence, il avait toujours aimé venir...

2.3K Des vues

Likes 0

Pour le meilleur ou pour le pire : l'histoire de Robert

L'histoire de Robert Robert se réveilla ce matin-là par une sensation étonnante qu'il n'avait pas ressentie depuis longtemps. Il ouvrit les yeux et baissa les yeux pour voir sa femme, Janet, glisser lentement sa bouche de haut en bas sur sa queue. Elle leva les yeux quand il se réveilla et lui sourit. Elle arrêta ce qu'elle était en train de faire et remonta son corps. Elle a commencé à l'embrasser alors qu'elle le chevauchait, se penchant et guidant sa bite en elle. Une fois qu'il était à l'intérieur, elle s'assit et commença lentement à chevaucher la bite de Robert. Elle...

2.2K Des vues

Likes 0

Dortoir de GF 1

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie à l'époque où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Teagan est d'origine asiatique, ce qui lui a valu une petite silhouette élancée, des yeux noisette, de longs cheveux noirs et une peau naturellement bronzée. Elle a la chance d'avoir des bonnets B fermes, un ventre plat et des fesses minces et galbées - elle va souvent à la salle de sport pour faire des squats. Et pour couronner le tout, elle est très jolie avec un doux sourire. Étant introvertie, elle est très douce et timide. Ce n'est qu'après un an de...

2K Des vues

Likes 0

Devenir Oméga, Partie 4

Devenir Oméga, Partie 4 Des hommes autour d'elle. Elle, nue et collée sur le sol, ses lèvres grondantes et ses yeux flottants. La drogue nage dans ses veines et sa chatte palpite. Des caméras autour d'elle, le monde qui regarde. Ils allaient la détruire. Omega sentit son cœur rater un battement et elle sut, si tout s'arrêtait maintenant, qu'elle était là où elle était censée être. ___ Elle a souri. Ses yeux papillonnèrent. « Battez-moi », murmura-t-elle. Ils s'avancèrent, silencieux. Putain de me battre, a-t-elle crié. Plus près maintenant. Pourtant, ils n'ont rien dit. Tue-moi si tu veux. Ils rigolent. Elle...

2.2K Des vues

Likes 0

Le directeur, chapitres 1 à 11

Chapitre 1. L'opportunité et la configuration. Ma femme et moi avons décidé de sortir de la voie rapide du monde de la haute technologie. Nous avons eu l'occasion d'accepter des emplois qui nous ont été offerts par un ami qui savait que nous étions un peu épuisés. Il était membre du conseil d'administration d'une école privée qui s'occupait d'enfants ou de jeunes adultes qui essayaient de reprendre leur vie en main. C'était pour ceux qui avaient pris la décision difficile d'essayer d'obtenir un diplôme d'études secondaires après des démêlés avec la loi. C'était une sorte d'internat pour mécréants. Comme nous avions...

2.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.