Une bataille pour la sexualité - Partie II

685Report
Une bataille pour la sexualité - Partie II

AVERTISSEMENT : AVERTISSEMENT : AVERTISSEMENT :

Ce chapitre traite des ACTIONS SEXUELLES NON CONSENSUELLES concernant un jeune garçon et plusieurs autres adolescents. S'il vous plaît, S'IL VOUS PLAÎT, regardez les thèmes au-dessus de cette note, et si l'un d'entre eux vous arrête, cherchez ailleurs. Je jure que je ne suis pas un pervers ou quelque chose du genre - toutes ces actions sont fictives et je ne les tolère pas dans la vraie vie.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ------------------------
PARTIE I

Il n'avait jamais été doué pour les jeux vidéo, pas extrêmement doué, en tout cas. Tim aimait le défi qu'ils présentaient, taquinant son esprit, mais sa coordination œil-main n'avait jamais été spectaculaire. Cassie était celle qui pouvait s'asseoir devant un écran et battre n'importe quel niveau qu'il lui lançait, les pouces passant rapidement sur les commandes. Mais aujourd'hui, Cassie se prélassait devant son ordinateur portable, les ongles polis tapant sans aucun doute sur son genre de petit ami, et Tim n'avait pas l'énergie de verser dans ses jeux vidéo comme il le faisait habituellement. Sans oublier que son esprit était encore plein de ce qui s'était passé il y a deux semaines sur la maison de ses voisins. Derek et Seth avaient été incroyablement gentils avec lui depuis lors, lui donnant leurs deux numéros de téléphone portable et lui disant de les appeler chaque fois qu'il avait besoin de parler.

Armé de ses nouvelles connaissances sur lui-même, Tim a commencé à explorer son nouveau rôle d'homme homosexuel. Il ne l'avait pas encore dit à ses parents ou à sa sœur - il n'en avait parlé à personne à part Seth et Derek - mais il se sentait mieux dans sa peau. Plus en paix. Il se sentait toujours un peu bizarre et maladroit quand elle se branlait sous la douche en pensant aux hommes, mais son corps réagissait durement et rapidement, donc il ne sentait pas qu'il y avait du mal. Ses croquis s'étaient en fait améliorés et il commença à s'essayer à l'aquarelle. Cela avait été deux semaines relativement paisibles, et il était suffisamment à l'aise avec Derek et Seth pour ne pas être gêné en leur présence.

Cependant…

Il ne pouvait s'empêcher de fantasmer à leur sujet, faisant tourner des images et des scénarios dans sa tête encore et encore. Sa mère semblait savoir, instinctivement, et lui offrait des opportunités de sortir avec des filles, de rencontrer des filles, d'embrasser des filles, de faire n'importe quoi avec des filles. En fait, elle le forçait à sortir et à rencontrer des adolescents de son âge. Mais il ne pouvait pas dire à sa mère ce qu'il ressentait - c'était trop risqué. Son père, en particulier, serait complètement énervé. Le père de Timothy était un homme trapu et costaud avec une morale rigide et une intolérance sévère pour quiconque ne correspondait pas à son point de vue irlandais-catholique-républicain. Timothy ne le craignait pas autant que sa mère - principalement parce que son père était absent la plupart du temps, conduisant son camion dans tout le pays.

Dire à qui que ce soit ne lui avait jamais traversé l'esprit, même si ses pensées sensées lui disaient que ce n'était qu'une question de temps. Il ne pouvait pas s'imaginer sortir avec une fille juste pour faire semblant, alors il savait que le jour devrait arriver plus tôt que tard. Mais alors que les jours de rentrée scolaire se rapprochaient de plus en plus, il savait qu'il ne faisait que tergiverser. Ce serait plus facile de le dire à ses parents quand il serait plus à l'aise avec lui-même, ordonna-t-il à son esprit. Une fois qu'il se sentait raisonnablement sûr de ses préférences, il en parlait aux gens. En ce moment, il se contentait de rester dans le placard proverbial, pour ainsi dire. Tant qu'il en savait autant sur lui-même, tout allait bien.

Alors que les jours languissants et sirupeux de l'été se dissolvaient harmonieusement dans les jours croquants et mordants de l'automne, les fournitures scolaires ont commencé à être mises en vente. De nouveaux livres, crayons, stylos, papier et règles ont tous afflué, et Cassie s'est lancée dans la folle frénésie de la dernière année. Il a permis à Mme Larks de lui acheter un nouveau sac à dos, un nouveau téléphone portable et un tas de nouvelles ordures qui le rendraient sans aucun doute plus populaire à l'école. Tout ce qu'il demandait, c'était un nouveau carnet de croquis et un nouveau jeu de crayons. Sa mère avait refusé de lui acheter les deux, alors il a cherché du papier à dessin dans la maison jusqu'à ce qu'il puisse convaincre Cassie d'en acheter la prochaine fois qu'elle irait au magasin.

Et puis les jours d'école sont arrivés - le premier jour d'école s'est levé lumineux, frais, et avait le claquement de fraîcheur de l'automne. Cassie avait déjà choisi sa nouvelle tenue pour faire bonne impression - un manteau en peau de mouton jaune beurre et un jean noir moulant qui moulait ses fesses et la rendait encore plus jolie. Tim, d'autre part, est descendu pour le petit déjeuner ce matin-là avec un tee-shirt et un pantalon de survêtement. Il n'était pas concerné.

"Tim, s'il te plaît," supplia Cassie. "Mes amis vont te voir, et je ne veux pas qu'ils voient quel plouc j'ai pour frère."

"Cassie, c'est juste l'école", soupira-t-il, mais monta docilement à l'étage et commença à fouiller dans les vêtements neufs et raides que sa mère lui avait achetés. Il y avait un gros tas, tout était conçu pour le faire paraître chamois et macho. Des chemises musclées, des jeans amples et autres, mais il fronçait le nez à tout. Ce n'est que lorsqu'il atteignit le bas de la pile qu'il vit quelque chose qui attira son attention.

Beaucoup mieux, dit-il, et il lissa le tee-shirt blanc uni à plat sur son bureau. Décapuchonnant un feutre indélébile, il se mit au travail.

La bouche de Cassie s'ouvrit lorsque son frère descendit les escaliers en sifflant, vêtu du nouveau jean noir ample que leur mère avait acheté et d'un tee-shirt blanc uni. Mais ce n'étaient pas les vêtements simples qui la choquaient, c'était le message qu'il avait inscrit sur le devant de la chemise. Dans les traits nets et inclinés vers le haut de Timothy, il avait imprimé :

DÉSOLÉ LES GARÇONS, JE SUIS Hétéro

Et en dessous, en petites lettres -

Mais ce n'est peut-être qu'une phase

Mme Larks a laissé tomber la cafetière.

"Timothy Jackson Larks, enlève cette chemise tout de suite !" Elle bafouilla, les yeux figés sur les mots « phase ». "Comment oses-tu! C'est… obscène ! C'est obscène ! Enlever!"

"Non," dit Tim, et il s'assit. Ses joues étaient rouges mais ses yeux brun foncé étaient déterminés. "Je l'aime bien. C'est drôle, et ça va faire une impression. Il regarda Cassie, les yeux demandant de l'aide. Sa sœur aînée semblait toujours atterrée, et il prit une grosse bouchée de ses céréales et s'efforça de ne pas regarder sa mère. "Beaucoup d'enfants ont des chemises pires", lui a-t-il dit, et c'était vrai. L'autre jour, il avait vu une fille marcher dans la rue avec un tee-shirt rose qui disait : « Si ça sent le poulet, continue à lécher. Si ça sent la truite, sortez.

"Timothy Jackson Larks -" commença sa mère, mais il repoussa ses céréales et se leva brusquement.

"Je serai en retard pour le bus", a-t-il dit en se dirigeant vers la porte.

Cassie regarda sa mère. Mme Larks regarda sa fille. "Qu'est-ce qui lui a pris ?" Mme Larks haleta.

"Juste l'âge, je suppose," marmonna Cassie, regardant la silhouette élancée de son frère disparaître au coin de la rue. "J'espère qu'il s'en sortira vite, il va m'embarrasser devant tous mes amis."

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ------------

DEUXIEME PARTIE

"Hé, mec, belle chemise."

Il avait entendu des commentaires comme celui-ci toute la journée, mais celui-ci provenait d'un spécimen particulièrement intimidant. Le garçon en face de lui ne pouvait être qualifié comme tel qu'en raison de son âge - sa taille et sa barbe de trois jours sur ses joues évoquaient un homme. Il portait une veste en cuir, ouverte à moitié, et un jean moulant moulant ses longues jambes. Des cheveux blonds blancs étaient lissés en arrière sur sa tête, et une paire d'yeux bleus impérieux encapuchonnés le regardait paresseusement. « Tu fais ça toi-même ? » Il traînait, mâchant un cure-dent au coin de sa bouche.

Pour qui ce type se prend-il, James Dean ? pensa Timothy avec irritation. "Ouais." Il répondit et recommença à marcher dans le couloir. "Merci, mec," dit-il en secouant le menton, mais la main du garçon se referma sur son épaule. Tim ne pouvait pas cacher le tressaillement.

"Tu as l'air plutôt cool," dit le garçon blond avec un sourire narquois. "Je suis Quinn. Flyers de Quinn. Un groupe de gars descend sur le terrain de football le premier jour d'école, pour fêter ça. C'est assez génial. Tu veux venir?"

"Hé, merci, mais je ne pense pas", a déclaré Tim, la bouche sèche. Le sourire de Quinn n'était pas vraiment amical.

"Allez, tu seras mon invité. Il y a généralement beaucoup de filles là-bas, beaucoup d'alcool. Probablement de l'herbe. Pourrait avoir de la chance. Et tu peux amener ta sœur, Cassie, ou quel que soit son putain de nom. Quinn sourit, le cure-dent se soulevant avec désinvolture.

"Oh, elle fait quelque chose avec ses amis ce soir", a déclaré Tim, trébuchant sur ses mots. "Euh, je suppose que oui, s'il n'arrive pas trop tard. Ma mère veut que je rentre le soir à neuf heures, généralement.

« Tout ira bien », dit Quinn en lui donnant une tape dans le dos. « Présentez-vous vers sept heures, d'accord ? Dis que je t'ai amené pour la fête.

Tim acquiesça nerveusement, et quand il lui tourna le dos, il manqua le sourire prédateur que lui lança Quinn.

Il était donc là, vêtu de son nouveau caban gris, un jean noir tombant bas sur ses hanches. Il s'était soucié de son apparence pendant un moment, voulant paraître beau mais indifférent à la compagnie là-bas. Cela avait été une lutte même pour le faire sortir, et maintenant qu'il était là, il envisageait sérieusement de revenir. Finalement, cependant, il se dit qu'il serait idiot de refuser une telle invitation - de toute évidence, de telles fêtes étaient exclusives et pourraient même lui valoir un peu de reconnaissance à l'école. Quelques amis ne feraient pas de mal - un bon ami à qui se confier et il n'aurait peut-être pas si peur de parler à ses parents de son nouveau réveil. Oui, se dit-il, c'était le bon choix à faire. Pourtant, il ne pouvait pas entièrement apaiser le sentiment de malaise qui bourdonnait dans son système.

Les lumières étaient éteintes sur le terrain de football - bien sûr qu'elles le seraient, il ne pouvait pas imaginer que les gardiens soient trop ravis qu'un groupe d'adolescents détruise le terrain la nuit. La lumière diminuait rapidement et il plissa les yeux dans l'ombre. Automatiquement, il vérifia l'heure sur son téléphone. Il lisait 7h14, le mettant un peu en retard pour le rassemblement, mais à la mode. Aucun son, aucun mouvement. Il se demanda si Quinn venait juste de lui dire de venir ici pour le faire paraître stupide, et il sentit une bouffée de honte inonder son système. C'était beaucoup plus probable que l'idée que Quinn veuille être ami. Il était sur le point de partir quand il entendit une voix aiguë et rauque percer le silence.

"Vous Timothy Larks?" La voix a appelé.

"Ouais," répondit-il. "Suis-je en avance, ou quelque chose comme ça."

« Non », murmura une voix à son oreille. "Vous êtes pile à l'heure."

Il commença à se retourner, mais un bras épais et musclé s'enroula autour de son cou et le tira en arrière, durement. Il perdit l'équilibre et chancela en arrière, contre un torse dur et solide. Un morceau de tissu était autour de ses yeux, et ses mains remontèrent jusqu'au bras le gardant captif et étouffant son alimentation en air. D'une manière ou d'une autre, l'étranger réussit à nouer fermement le tissu autour de sa tête, coupant toute lumière qui aurait pu pénétrer les bandes d'ombres. Tim ouvrit la bouche pour crier à l'aide, lorsqu'un chiffon fut fourré entre ses mâchoires. Tout s'est passé si vite qu'il n'a pas eu le temps de réfléchir - ses pensées tournaient, paniquées, et il a donné des coups de pied en arrière, essayant de se débattre.

Un pied toucha le bas de son dos, et il plongea dans la terre. Quelqu'un le hissa par le col de sa veste et il sentit un souffle humide sur son visage. "Aww, Quinn nous en a trouvé un mignon," gloussa la voix rauque. "Asseyez-vous juste, princesse, nous vous aurons tous emballés et prêts pour les festivités de la soirée dans un instant."

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -----------------------------

PARTIE III
Celui qui l'avait fait prisonnier était fort - musclé, musclé, avec des cheveux courts. C'est ce qu'il a pu glaner de ses luttes, et il a été récompensé par ces maigres détails. Plusieurs fois, il avait essayé d'arracher le bandeau, mais lorsque la personne l'avait frappé violemment à l'épaule avec quelque chose de métallique, il s'était presque évanoui et avait cessé de se débattre instantanément. "C'est mieux, princesse," gronda la voix rauque, et Tim se sentit traîné sur les derniers mètres. À en juger par les coups de métal creux, il réalisa que son ravisseur l'avait traîné sous les gradins, hors de vue immédiat. Et avec l'obscurité qui approchait rapidement, Tim doutait que quiconque puisse les voir. Mais il pouvait crier. Il a commencé à essayer de retirer le bâillon de sa bouche, mais son bourreau l'a de nouveau mis à genoux. « À quatre pattes, en ce moment », gronda la voix.

Il ne s'agenouilla pas tant qu'il tomba sur ses coudes, se balançant légèrement, les mains se levant pour enlever le bandeau. Un pied botté donna un coup de pied dans ses mains, et il entendit le long craquement du ruban adhésif qui se déroulait. Une longue bande de celui-ci était frappée fermement sur son visage. "Tu sais, c'est tellement dommage", chantonna la voix rauque à son oreille. "Je voulais m'amuser avec ta bouche avant que les autres n'arrivent ici. Tant pis. Nous allons vous former avant la fin de la soirée, cependant. Une corde en plastique, une sorte de matériau extensible tressé, était étroitement enroulée autour de ses poignets et nouée fermement autour d'une des poutres de support en métal qui soutenaient les gradins. Timothy se sentit gémir un peu, et la personne rit doucement contre son cou.

Timothy a verrouillé ses chevilles l'une autour de l'autre, mais l'homme les a déchirées avec une facilité qui a terrifié Tim. Chaque cheville était verrouillée sur une poutre de support séparée avec le même type de fibre extensible, et Tim sentit le tissu de son jean s'étirer inconfortablement autour de ses jambes et de la couture entre elles. C'était comme si les muscles de ses jambes allaient se déchirer d'une seconde à l'autre, et son ravisseur recula comme pour admirer son travail. Tim a essayé de crier à travers le bâillon, mais tout ce qui est sorti était un grognement étouffé. Il essaya de rapprocher ses jambes de sa poitrine, mais tout ce qu'il réussit à faire fut de relever légèrement ses hanches. "Oh, ouais, princesse," grogna la voix rauque. "Continue comme ça et je pourrais être tenté de baiser ton joli petit cul avant que les autres n'arrivent."

Une nappe glaciale de terreur éclata en lui, et Tim commença à se débattre davantage. Un coup dur et saccadé avec l'objet métallique - il était à peu près sûr que c'était une sorte de chauve-souris - s'écrasa contre son épaule et il hurla. Le son était complètement étouffé, mais l'homme a dû voir son visage devenir rouge, et Timothy pouvait entendre le sourire dans sa voix. "Ouais, ça fait mal, n'est-ce pas ?" L'homme demanda doucement. « Plus de cela vous arrive si vous continuez comme ça. Je vais casser chacune de tes putains de côtes s'il le faut - nous n'avons besoin que de ton cul et de ta bouche, de toute façon. Il rit encore.

Il y eut un bruit de grincement, et Tim essaya de deviner le son familier. Il a su quand un objet métallique froid s'est pressé contre sa jambe et l'homme a commencé à lui couper son pantalon, en commençant par le revers près de sa cheville tendue. Son ravisseur a déplacé ses ciseaux rapidement, avec facilité, et il avait découpé un côté du jean de Tim avec ses ciseaux pointus avant que Tim n'ait même eu le temps d'enregistrer la brise fraîche contre sa jambe nue. Le même traitement a été donné à l'autre côté, et bientôt son nouveau jean était en deux pièces. "Tu sais, j'adore sauver les sous-vêtements," lui dit la voix rauque. "Parce que même après que nous en ayons fini avec toi, j'aime toujours les sentir. Sentir ta peur. Et tu sais ce que tu sens ? demanda-t-il en reniflant Tim avec des respirations exagérées. « Tu sens comme une sale pute bon marché. Tu sens la salope. Et je vais aimer baiser ton cul de lys blanc.

Son manteau a été tranché et il a rapidement été laissé dans son maillot de corps et son caleçon sombre. Il y avait un toucher contre ses fesses, une paire de grosses mains posées contre les globes de ses fesses, et l'homme les massait à travers le tissu. "Tu as un cul juteux et serré, tu sais ça?" La voix rauque ronronnait. « Laissez-vous sortir de ces vêtements idiots - ils ne vous vont pas. Et je veux te voir nue aussi. Parce que ces garçons qui arrivent ici - eh bien, vous les connaissez. Les garçons seront des garçons. Et je pense que je veux te voir avec une bite d'homme entre ces petites joues dodues.

Snick, snick, snick, sont allés les ciseaux. En quelques minutes, les ciseaux étaient émoussés et Tim était nu, écarté et bâillonné.

"Oh, mon Dieu, tu as l'air bien," rit la voix rauque. «Je ne peux pas vouloir jusqu'à ce que ces enfants arrivent ici avec la caméra et commencent à filmer. Nous allons vous plâtrer partout sur Internet. Peut-être vendre quelques exemplaires sur le côté. Vous savez, les magazines et les sites pornographiques paient beaucoup d'argent pour voir du vrai viol. La plupart du temps, ils prétendent que c'est consensuel, mais ce n'est pas le cas. L'homme continua méthodiquement, et grâce à l'hyperventilation de Tim, il entendit le tintement d'une ceinture et le ronronnement d'une fermeture éclair.

Des doigts épais attrapèrent brutalement sa queue, et Tim glapit, le son incapable d'atteindre ses propres oreilles. L'homme serra plusieurs fois, le pouce jouant avec ses testicules. "Belle bite, princesse. Peut-être six, sept pouces ? Mmm ? Et si tu es vraiment bon, je pourrais même le sucer. Voulez-vous que je le fasse ? Mmm ? Tu veux que je te fasse descendre avant que ces garçons n'arrivent ici et fassent toutes sortes de choses désagréables avec toi ? Bougez vos hanches vers le haut si vous voulez que je le fasse.

Tim est resté parfaitement immobile. Il ne voulait pas ternir le souvenir de la douce pipe de Derek le mois dernier.

"Très bien alors, nous allons le faire à la dure."

Un doigt humide a été poussé sur le cul plissé de Tim, et il a ressenti une sensation rugueuse et sèche alors que le doigt était coincé durement. "J'aimerais que ces garçons se dépêchent d'apporter le lubrifiant," marmonna la voix. Une autre main tomba entre ses jambes et caressa à nouveau sa queue, la caressant rapidement. "Oh, c'est ça, princesse," la voix rauque cajolée. "Soyez gentil et dur pour papa-O." Un rire rugueux. "Tu es vraiment une salope, n'est-ce pas ?"

Tim sentit les larmes humidifier son bandeau. Oui il l'était. Son sexe répondait aux caresses de son ravisseur. Il était excité et en demandait plus, même si son esprit lui criait que c'était mal, il voulait rentrer chez lui, s'enfuir, ne plus jamais revoir personne.

Soudain, une lumière blanche traversa l'obscurité de son bandeau, et bien que Tim ne puisse rien voir, il entendit le grondement des moteurs qui approchait. Les portes de la voiture claquèrent, et il entendit des voix basses rire, parler, et la voix rauque jura dans sa barbe. Le doigt disparut de son cul et Tim poussa un soupir de soulagement. Le craquement des bottes sur le gravier l'alerta, et il entendit plusieurs sifflements de loup, quelques détonations métalliques alors que les garçons frappaient les gradins. "Hé, Domingo", a crié une voix. « Tu nous en as trouvé un mignon cette fois, hein ? »

"Pas moi," répondit la voix rauque de Domingo. "Quinn cette fois."

Il y eut plusieurs acclamations, car Quinn reçut sans aucun doute une claque dans le dos. Quelques bruits sourds signalèrent qu'une table était installée, et un bruit sourd suivit peu après. Tim tendit l'oreille - à en juger par le bruit du liquide coulant dans les tasses, les garçons avaient apporté un baril. Il y avait plus de rencontres, de discussions, de rires, et Tim sentit la sueur perler le long de son dos. Qu'allaient-ils faire de lui ? Est-ce qu'ils le baiseraient et le quitteraient ? Mais tout espoir de cela s'est évaporé quand il a senti l'odeur de la pizza. De toute évidence, les garçons s'installaient pour une fête tapageuse.

Et Tim devait être l'attraction principale.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -----------------

PARTIE IV

"Oh, putain de merde," chanta une voix, près de son oreille. « Écoutez, il rougit. Qui a les jouets ? »

Il y eut un bruit lorsqu'un sac tomba sur le sol et qu'une fermeture éclair s'ouvrit. Tim s'efforça d'entendre à travers les ricanements et les rires, et il entendit quelques bruits forts et creux - de toute évidence, quelqu'un grimpait dans les gradins. Il y eut quelques jurons étouffés, puis Tim entendit le gémissement d'une caméra allumée. "La caméra est en train de filmer", annonça une voix, puis Tim sentit une main sur son cul. "Parfait", cria la même voix, et Tim la reconnut faiblement. C'était Quinn, probablement en train de se réjouir de son prix. Tim sentit des larmes couler sur son visage.

« Maintenant, nous avons quelques règles, princesse », ordonna la voix rauque de Domingo. "Suivez-les et vous ne serez pas blessé. Si vous ne les suivez pas, eh bien, il y a toujours ma batte, et je pense qu'un ou deux des garçons ont des câbles de démarrage. Il s'arrêta pendant que les garçons riaient avec appréciation. "De plus, nous allons nous amuser avec ta bouche, et nous avons besoin que tu ne cries pas. D'accord? Si vous le faites, vous serez à nouveau bâillonné et nous connecterons des choses assez désagréables à vos mamelons.

Tim se figea en sentant le ruban se détacher. Il n'émit aucun son alors qu'une paire de doigts arrachait le chiffon de sa bouche. "Très bien," roucoula Quinn. "Voyons à quel point tu es douée pour sucer des bites, petite salope", sourit-il, et Tim sentit quelque chose de ferme et de chaud près de ses lèvres. Sa tête recula instinctivement, et les doigts de Quinn s'emmêlèrent dans ses cheveux, le tirant en avant. Tim ouvrit la bouche pour crier et trouva la tête d'une bite dans sa bouche. Ce n'était pas particulièrement mauvais, mais il ne voulait pas faire plaisir à ses ravisseurs. "Oh, bien," grogna Quinn, et enfonça quelques centimètres de plus de sa bite dans la gorge de Tim. Le plus jeune garçon toussa un peu et essaya de reculer, mais les mains dans ses cheveux étaient cruellement serrées. Lorsque Tim avait son nez enfoncé dans les poils pubiens de Quinn et ses couilles contre son menton, Quinn a cessé de bouger. "Commence à lécher, connard," grogna Quinn.

À contrecœur, Tim a commencé à lécher la bite de Quinn, s'étouffant légèrement de la largeur de celle-ci dans sa gorge. Quinn gonfla ses hanches en gémissant un peu. "Tu es une putain de nature, princesse," haleta Quinn. "Continue comme ça, ouais, c'est ça, mm." Tim essaya frénétiquement de se souvenir de ce que Derek avait fait pour qu'il se sente si bien - puis commença à fredonner autour de la bite de Quinn. « Merde… » haleta Quinn en voyant des étoiles. "Jésus, tu es doué pour ça. Tu es une putain de pute. Quinn se sentit se rapprocher et ses mains revinrent sur la tête de Tim, gardant son visage fermement planté contre ses hanches. "Tu vas avaler chaque goutte, enfoiré", ordonna Quinn, au bord du gouffre, et Tim sentit une bouffée de sperme sucré-salé gicler dans sa gorge. Il toussa, mais Quinn garda sa bite ramollie dans la bouche de Tim. "Avale, princesse," siffla-t-il, et Tim s'exécuta. Quinn a sorti sa bite avec un doux "pop".

"D'accord, les garçons, il est tout à vous."

Presque instantanément, Tim sentit des mains - des dizaines d'entre elles - piaffer, tâtonner, gifler, pincer, se tordre. Quelqu'un s'est glissé sous lui et a commencé à sucer ses mamelons - des succions dures et vicieuses, accentuées par une morsure à chaque nœud, et Tim a jappé à haute voix. "Je ne peux pas avoir ça", a dit Quelqu'un d'autre, et Tim a senti ses mâchoires s'ouvrir et une autre bite - celle-ci plus petite - s'est enfoncée dans sa bouche. Ses cris étaient étouffés autour de la bite, et il sentit une bouche chaude et humide commencer à sucer agressivement sa bite. Quelqu'un d'autre, un inconnu au hasard, enfonçait un doigt froid, humide et lubrifié dans son cul. L'intrusion était étrange et douloureuse, et Tim a essayé de s'éloigner d'eux, mais avec les restrictions, il ne pouvait pas bouger d'un pouce, sauf remuer ses hanches de haut en bas. Un chœur de voix avides se chuchotait.

"Puis-je sortir les pinces maintenant?"

"Non, il va trop souffrir."

"Putain, je veux lui fourrer ma bite dans le cul."

«Quelqu'un attrape une pagaie. Donnons une fessée à cette vilaine princesse.

Le dernier commentaire a apparemment été suivi, et Tim a senti une autre charge de graines jaillir dans sa gorge en même temps qu'il a entendu quelqu'un bruisser dans un sac. Quelque chose de dur et d'inflexible lui racla les fesses, et il s'écarta du contact, gémissant légèrement, et il y eut un rire entraînant derrière lui. "Quelqu'un met une bite dans sa bouche - nous ne voulons pas de cris, n'est-ce pas?" Alors qu'une bite était poussée sans ménagement dans sa bouche, il ressentit une douleur aveuglante et craquante sur sa fesse gauche.

Fissure!

"Oh, ouais, tes cris se sentent si bien autour de ma bite," gronda Domingo dans son oreille, pompant sa bite épaisse et charnue dans la gorge de Tim. Des larmes coulaient de ses yeux et il s'étouffait autour de la bite de Domingo, mais l'homme plus âgé se contenta de rire et de frapper plus fort, ses couilles claquant contre son menton. Il y eut une autre claque piquante contre sa fesse, et il essaya de crier à nouveau, mais Domingo se contenta de pousser sa queue plus loin dans sa gorge. « Continuez à lui donner la fessée », cria Domingo d'un ton bourru. "Il se sent tellement bien quand il crie."

Les garçons se sont relayés avec la pagaie - l'un d'eux a même enlevé sa ceinture et puis il y avait deux garçons qui lui ont donné une fessée. La douleur était horrible et la gorge de Tim était à vif à cause de ses cris étouffés. Domingo continuait de marteler son visage sans pitié, souriant aux sanglots et aux cris étranglés qui sortaient de la bouche du jeune garçon. Quand son cul eut l'impression d'avoir été meurtri de façon irréparable, la fessée s'arrêta. « Allez, dont le premier ? » Quinn a appelé et il y a eu une tempête de volontaires. Tim sentit une paire de mains froides saisir son cul meurtri et enflé, et il y eut des cris et des cris alors qu'il commençait à pousser lentement la tête de sa bite dans le trou du cul serré de Tim. Tim a encore crié, mais Domingo n'avait pas sorti sa bite et étouffait toujours les sons qu'il essayait de faire.

Sa vision devenait de plus en plus floue, et il sentit sa tête tomber sur sa poitrine lorsque Domingo sortit sa queue, qui brillait de salive. La bite du garçon était presque entièrement gainée à l'intérieur lorsqu'un son familier et béni a filtré à travers le martèlement dans ses oreilles.

Une sirène.

"Merde, les flics !"

Il y avait une ruée, une bousculade folle, alors que les gens et les objets volaient, les portes des voitures claquaient, les moteurs démarraient. Quelqu'un se pencha et coupa en lambeaux les liens de Tim, le laissant à terre. Plusieurs autres personnes ont commencé à démonter l'appareil photo, la table et le fût qu'ils avaient apportés, et ils se sont éloignés en hurlant, le gravier volant. Tim s'affala contre le sol froid et sentit le goût du sang dans sa bouche. Il a dû s'évanouir, parce qu'il se souvenait s'être réveillé faiblement, son corps lui faisait mal, ses fesses en feu alors qu'il se contractait fortement. Les sirènes s'étaient éteintes et il se rendit compte que les flics étaient simplement passés par là. Quoi que les flics aient vu, ce n'était pas lui, et Tim sentit un sanglot chaud et douloureux sortir de sa bouche.

Il tendit la main et enleva le bandeau avec des doigts engourdis, et il resta là pendant plusieurs instants, pleurant et essayant de calmer la douleur horrible qui lui faisait frémir la colonne vertébrale. Dans l'obscurité, il a cherché à tâtons les restes déchiquetés de son pantalon et s'est rendu compte que ses sous-vêtements avaient disparu.

Parce que même après qu'ils soient terminés, j'aime toujours les sentir. Ta peur. Et vous savez ce que vous sentez ? Tu sens comme une sale pute bon marché.

Ses doigts tremblants attrapèrent la poche et il en sortit son nouveau téléphone portable. Appuyé sur un bouton. Tenu le téléphone en plastique contre son oreille avec le plus grand effort connu de l'homme.

Il y avait une voix endormie et groggy à l'autre bout du fil. "Hey, Tim, quoi de neuf ?" Dit le grondement profond de Derek, accentué par son sommeil. Il entendit un courant d'air dans le téléphone, comme un sanglot sec. "Tim?" demanda Derek en s'asseyant dans son lit.

"D-D-Derek," sanglota Tim en tremblant. "Je suis a-a-sur le terrain de footb-b-ball."

Il n'y avait aucune hésitation. "Je suis en route."

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -------------------------

Beaucoup plus court que l'autre, j'en ai peur, mais toujours plein de charbon chaud ! Ensuite : Tim reçoit un peu d'amour de la part de ses nouveaux tuteurs, Derek et Seth ! Tout sera expliqué dans le chapitre suivant. S'il vous plaît, dites-moi ce que vous pensez!

Articles similaires

Fabrication d'un homme endommagé partie 1

La fabrication d'un homme endommagé • C'est ma premiere histoire. La première partie aura peu ou pas de sexe car je vais commencer par une histoire basée sur ma vie. Les événements sur lesquels je vais écrire me sont arrivés. Les noms seront changés pour protéger les moins innocents. Je passerai à la fiction lorsque la vengeance commencera, mais je ressens l'histoire ou l'histoire, peu importe ce que vous appelez, il est important de comprendre d'où vient le personnage principal. Maintenant, voici la question de savoir s'il sera bon ou mauvais alors qu'il se venge de ceux qui l'ont blessé. L'enfance...

2.4K Des vues

Likes 0

Ceinture biblique - Partie 3 (FINALE)

«Je vais dans un camp chrétien», a annoncé Anne au petit-déjeuner un jour, environ deux semaines plus tard. Nos visites nocturnes étaient toujours en cours, mais plus nous continuions, plus j'étais résolu à ce que cela s'arrête. J'ai répondu à ma sœur en m'étouffant presque avec mes Cheerios, mais j'ai réussi à le couvrir d'une toux. Si j'étais vraiment le bon gars que je voulais être, ma première pensée aurait été de m'inquiéter de la façon dont elle allait survivre sans accès à sa dépendance, mais honnêtement, ma première inquiétude était de savoir comment j'allais survivre sans sexe pendant une semaine...

2.2K Des vues

Likes 0

Ma cousine salope et son amie

Cela a commencé comme une journée pas comme les autres, me lever le matin et bien nettoyer et me nourrir régulièrement comme tout le monde. La seule chose que ce n'était pas tout à fait comme n'importe quel autre matin, j'ai eu deux belles filles ici avec ma mère, c'était comme la plupart des autres, elle me traite comme si j'avais trois ans alors que j'en ai vraiment 17, elle a insisté pour que ma cousine Sadia reste avec moi. Maintenant, ma cousine pesait 112 livres, des cheveux blonds, des yeux bleus, des seins 36C, un cul serré parfait et les...

2.1K Des vues

Likes 0

Décorateur d'intérieur

Maria a vingt-cinq ans, célibataire, jeune décoratrice d'intérieur et vendeuse dans le magasin de meubles de sa famille. Elle avait besoin de conclure un accord. La tâche, cependant, s'avérait plus difficile qu'elle ne l'avait espéré. Divers retards ont amené les acheteurs à avoir des doutes. Aujourd'hui, elle espérait qu'un acheteur viendrait conclure un marché. N'étant pas du genre à utiliser régulièrement sa beauté naturelle à son avantage lorsqu'elle traite avec des hommes, Maria a sorti à contrecœur un pull sans manches moulant de son placard et une jupe courte complémentaire. Avec seulement une petite culotte en dessous, elle se sentait mal...

2.5K Des vues

Likes 0

Pour le meilleur ou pour le pire : l'histoire de Robert

L'histoire de Robert Robert se réveilla ce matin-là par une sensation étonnante qu'il n'avait pas ressentie depuis longtemps. Il ouvrit les yeux et baissa les yeux pour voir sa femme, Janet, glisser lentement sa bouche de haut en bas sur sa queue. Elle leva les yeux quand il se réveilla et lui sourit. Elle arrêta ce qu'elle était en train de faire et remonta son corps. Elle a commencé à l'embrasser alors qu'elle le chevauchait, se penchant et guidant sa bite en elle. Une fois qu'il était à l'intérieur, elle s'assit et commença lentement à chevaucher la bite de Robert. Elle...

2K Des vues

Likes 0

Dortoir de GF 1

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie à l'époque où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Teagan est d'origine asiatique, ce qui lui a valu une petite silhouette élancée, des yeux noisette, de longs cheveux noirs et une peau naturellement bronzée. Elle a la chance d'avoir des bonnets B fermes, un ventre plat et des fesses minces et galbées - elle va souvent à la salle de sport pour faire des squats. Et pour couronner le tout, elle est très jolie avec un doux sourire. Étant introvertie, elle est très douce et timide. Ce n'est qu'après un an de...

1.8K Des vues

Likes 0

Devenir Oméga, Partie 4

Devenir Oméga, Partie 4 Des hommes autour d'elle. Elle, nue et collée sur le sol, ses lèvres grondantes et ses yeux flottants. La drogue nage dans ses veines et sa chatte palpite. Des caméras autour d'elle, le monde qui regarde. Ils allaient la détruire. Omega sentit son cœur rater un battement et elle sut, si tout s'arrêtait maintenant, qu'elle était là où elle était censée être. ___ Elle a souri. Ses yeux papillonnèrent. « Battez-moi », murmura-t-elle. Ils s'avancèrent, silencieux. Putain de me battre, a-t-elle crié. Plus près maintenant. Pourtant, ils n'ont rien dit. Tue-moi si tu veux. Ils rigolent. Elle...

2K Des vues

Likes 0

Endoctrinement Chapitre 2_(1)

C'est la deuxième partie de l'endoctrinement. Les commentaires sont appréciés. Au moment où il retourna à son dortoir, l'estomac de Ryan était tellement noué qu'il se demanda s'il serait même capable de nager. L'escalade des échanges entre lui et Alex lui avait fait tourner la tête et ses pensées étaient incapables de suivre les manifestations physiques qui ne cessaient de le frapper après chaque interaction. En ce moment, par exemple, il était difficile de penser à ce qu'Alex aurait pu vouloir dire quand son corps ne pouvait pas décider s'il voulait vomir, baiser ou simplement s'effondrer. Il continua d'essayer de se...

3.2K Des vues

Likes 0

Le plus grand jour

Ce matin a commencé tout simplement génial. Mieux que je n'aurais jamais pu l'imaginer. J'avais passé un marché avec ma femme. Si elle voulait que j'utilise l'argent que j'avais gagné au poker de cette semaine pour aller à Columbus et voir le nouveau club de danse qu'ils avaient construit, elle devrait me donner une journée entière de plaisir sexuel chaque fois qu'elle en aurait l'occasion. Ce matin a commencé par se réveiller avec sa chatte scintillante planant à quelques centimètres de mon visage. Elle sait combien j'aime manger sa chatte. Elle a dû se réveiller beaucoup plus tôt car sa chatte...

1.7K Des vues

Likes 0

Acheter un en obtenir un gratuitement

Michael a décidé de prendre la nuit de son travail d'escorte, car une soirée en ville était exactement ce dont il avait besoin pour recharger ses batteries après une semaine très mouvementée. Pier 22, était un ancien entrepôt rénové en une discothèque récemment ouverte qui était située sur les rives du canal maritime de Manchester. Il était proche du centre-ville mais suffisamment éloigné pour ne pas perturber les quartiers voisins. Bénéficiant d'un restaurant sur le toit donnant sur les landes du Lancashire / Yorkshire, d'un casino avec un bar à cocktails et de l'une des plus grandes salles de danse du...

2.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.