Dominion: Chapitre 5 - Une fondation d'os

765Report
Dominion: Chapitre 5 - Une fondation d'os

Une fondation d'os

Tous les hommes de Lee actuellement à Augusta se tenaient dans le hall d'entrée du manoir, effrayés. Même les flics sur sa liste de paie avaient été amenés. Tous les gardes du domaine avaient déjà eu leur volonté brisée, soit par les blessures que Dominion leur avait infligées, soit par les horribles cauchemars dans lesquels il les avait piégés. Pendant des heures, ils ont subi des tortures au-delà de ***********ion. Dominion avait arraché leurs âmes et les avait jetées dans un Enfer de sa propre création. Os brisés, chair déchirée, organes percés, tissus brûlants, ils ont tout ressenti, bien que leurs corps ne montrent aucun des dommages. Ceux qui avaient des blessures physiques n'étaient pas exemptés de l'assemblée. Ils devaient simplement être bandés par le médecin de la mafia.

Debout au pied des escaliers et face à eux se tenait Lee. Il n'a établi de contact visuel avec personne, se contentant de fixer le sol dans un état second. Il ressemblait à un cadavre suspendu à des ficelles. Comme eux, sa volonté avait été brisée, incinérée par la soif de sang de Dominion. Il comprenait maintenant de quoi parlait Eric, des hommes dans le bar et pourquoi ils se sont suicidés. Il n'y avait pas de pire mort que d'être tué par lui. Mourir, c'était échapper à la douleur de vivre, mais être tué par lui, c'était être dévoré et passer l'éternité en prison. La seule raison pour laquelle il ne s'était pas déjà suicidé était à cause de ses filles, désormais retenues en otage. S'il se suicidait pour échapper à Dominion, alors Cho et Hijiri subiraient le sort dont il avait si peur, mais sa conformité ne signifiait pas que leurs horreurs prendraient fin. Dominion avait clairement indiqué qu'il continuerait à les violer et à les torturer, et que Lee ne pouvait rien faire pour l'arrêter.

Pour l'instant, seuls ceux qui ignoraient la situation osaient parler, demandant en vain ce qui se passait, mais ne recevant aucune réponse. Puis, tous se turent, alors que le mal pur et l'intention de tuer inondaient le manoir comme du gaz toxique. C'était un miasme, détecté non pas par les sens physiques, mais par l'âme. Elle a vidé les hommes de leur force, de leur courage, de leur capacité même à penser. Assis sur le sol dans le coin, Eric a saisi son crâne, enfonçant ses ongles dans son cuir chevelu alors qu'il souffrait d'une dépression nerveuse provoquée par la terreur. Tout le monde pouvait les entendre, des pas résonnant dans les couloirs supérieurs. Il est apparu en haut de l'escalier. Derrière lui se trouvaient une rangée de grandes fenêtres, avec la lumière du soleil couchant brillant sur son dos, le laissant en silhouette avec son ombre projetée dans les escaliers.

Dominion, les hommes le regardèrent avec terreur. Même s'ils étaient en quelque sorte aveugles à sa soif de sang, le mal dans ses yeux était indéniable, c'était palpable. Ils le savaient tous, ce n'était pas une personne normale. Il n'était même pas humain.

« Messieurs, soyez les bienvenus. J'ai demandé à Misato de vous rassembler ici afin que je puisse vous informer des changements qui ont été apportés. Je m'appelle Dominion, et à partir de maintenant, je contrôle cette opération et vos vies. Je suis sur le point de mettre en place un nouvel ordre mondial, mais je dois d'abord construire les fondations. Vous pouvez soit poser les briques, soit être les briques. La résistance ne sera pas tolérée, il ne peut y avoir d'action en dehors de l'obéissance totale. Tes amis, ta famille, ta communauté, tu te les remettras au moindre caprice.

Pour ceux qui me défient, seules l'agonie et la mort vous attendent, pour vous et votre famille. Mais pour les collaborateurs, les récompenses seront nombreuses.

Il claqua des doigts et des halètements remplirent l'entrée alors que Cho et Hijiri apparaissaient, nus et rampant à quatre pattes. Cho était silencieuse, son visage toujours taché de sperme sec, mais Hijiri continuait à pleurer, le sang sur l'intérieur de ses cuisses étant visible de tous. Sur son ordre, ils se sont levés.

"Ceux qui serviront mèneront une vie confortable, la sécurité de leurs familles assurée." Il a ensuite inséré son majeur dans la chatte de Cho sans même la regarder. Elle frissonna de dégoût, pas seulement à cause de la sensation physique, mais de la façon désinvolte avec laquelle il l'avait fait. C'était comme s'il appuyait sur le starter d'une tondeuse à gazon. "Vous aurez également votre choix d'esclaves à exploiter et à abuser comme vous le souhaitez. J'ai déjà réclamé ces deux comme ma propriété personnelle. Obéis à ma volonté, et je pourrais résister à subjuguer tes femmes et tes filles de la même manière.

Tous les hommes tremblaient à ses paroles, à la façon dont il traitait les deux filles. Ils connaissaient tous les filles de Lee. Certes, la plupart d'entre eux détestaient Cho, mais même elle ne méritait pas ce sort, et ils savaient que Hijiri était une fille timide mais douce. Et ce n'était pas du bluff, ils ne pouvaient qu'imaginer les actes monstrueux qu'il accomplirait sur leurs proches s'ils se rebellaient. Le choix avait été fait pour eux.

"Et pour m'assurer que j'obtiens votre conformité..."

Il claqua de nouveau des doigts, et une éruption de ténèbres jaillit de son corps comme un puits de pétrole. De l'obscurité, des esprits grotesques ont pris forme. Squelettes mutilés aux muscles pourris et à la chair en train de muer, ils emplissaient l'air, volant comme des frelons et hurlant de rage et de faim. Les hommes ont crié de peur comme des enfants, beaucoup ont même sorti leurs armes et ouvert le feu, bien que leurs balles n'aient eu aucun effet. Les spectres fondirent, chacun s'attaquant à un homme différent et disparaissant dans son ombre.

« Ces fantômes garderont un œil sur vous pour moi. Il n'y a nulle part sur Terre où vous pouvez courir. Demain, vous reviendrez tous ici à 7h00 pour vos nouvelles missions. Maintenant, vous êtes tous congédiés. Il désigna le chef à l'arrière. "Excepté toi."

Les hommes ne pouvaient pas sortir de là assez vite. Ils ont envahi la porte d'entrée, se bousculant et hurlant de peur. Eric a été le premier à s'échapper. Bientôt, le manoir était vide, à l'exception de Dominion, Misato, ses filles et le chef. Dominion descendit les marches vers Misato, mais il avait trop peur pour regarder autour de lui.

"Vous êtes également licencié."

Cela lui a demandé tout son courage, mais il a travaillé les mots, "mais je..."

Un coup dur sur le côté de la tête l'envoya tomber au sol.

"Papa!" criaient les filles.

Dominion les dévisagea, son aura malveillante les privant de la capacité de respirer. « Je ne me souviens pas avoir dit que vous aviez le droit de parler. Je vous punirai tous les deux plus tard. Il baissa les yeux vers Misato, se soulevant lentement du sol. "Ce n'est plus ta maison." Misato regarda ses filles en pleurs, et avec son propre visage mouillé de larmes, il se leva et sortit par la porte d'entrée. Dominion se tourna vers le chef. « Dîner de steak, maintenant », aboya-t-il.

=============

La nuit tomba, et alors que Dominion avait profité d'un festin somptueux, les jumeaux s'étaient vu refuser même un morceau de nourriture dans le cadre de leur punition. Cependant, leur faim était le cadet de leurs soucis. Ils étaient suspendus au sous-sol par les poignets, enchaînés avec des chaînes enroulées autour de tuyaux au plafond. Ils étaient côte à côte mais tournés dans des directions opposées, incapables de se regarder. Leurs corps nus et non lavés tremblaient d'impuissance. Ils ne pouvaient même pas demander grâce à cause des bâillons de balle fixés dans leur bouche.

Dominion marchait autour d'eux, ses yeux affichant un mélange d'agacement et d'excitation. « Il semble que vous n'ayez toujours pas appris votre place. Vous avez parlé, quelque chose pour lequel je n'ai jamais accordé la permission. Vos voix ne sont pas des droits qui vous sont donnés par Dieu ou vos parents, elles sont le résultat de ma miséricorde, et que je préférerais légèrement entendre vos cris plutôt que de tailler vos cordes vocales et de les manger pour une collation. Vous pensez toujours que votre corps vous appartient. Je vais devoir corriger cette idée fausse.

Il tendit la main et la ferma en un poing. Comme un animal attrapé essayant de s'échapper, des longueurs de cheveux noirs ont commencé à glisser hors de son emprise. Les brins, se multipliant et grandissant à chaque seconde, s'entremêlaient en bobines nouées. En quelques secondes, un fouet de flagellation s'était formé dans sa main. Il parcourut une autre boucle autour d'eux, les laissant tous les deux le voir. Déjà gonflé par des pleurs sans fin, le visage de Hijiri était trempé de larmes provoquées par la peur, tandis que Cho regardait le fouet avec de grands yeux et un cri étouffé.

C'était si rapide, Dominion fouettant Cho sur l'estomac sans aucun indice ni avertissement. Elle hurla d'agonie, à la fois à cause de la force de l'impact et des dommages à sa peau. Le poil utilisé pour fabriquer le fouet était tranchant et abrasif, comme une scie à fil. Son ventre lisse avait une strie rouge comme si elle venait d'être essuyée avec du papier de verre rugueux. Dominion se retourna alors et frappa Hijiri, la frappant sous le bras et la faisant crier comme sa sœur.

Il marchait derrière Cho, la fille hyperventilant de terreur, attendant juste de sentir le fouet dans son dos. Au lieu de cela, il a encerclé son front et lui a donné une entaille vers le bas sur son sein gauche. Un cri, à un ton pas encore entendu aujourd'hui, a glissé derrière le bâillon-balle des nerfs de son aréole, se sentant comme s'ils étaient en feu.

Ensuite, c'était de retour à Hijiri, et une frappe particulièrement dure contre son cul. Dans sa douleur, elle se tordit et balança son corps d'un côté à l'autre comme un poisson tirant contre l'hameçon dans sa bouche, mais l'agonie d'un autre coup de fouet étouffa son mouvement. Il tourna autour d'elle, fixant ses yeux remplis de terreur. Un troisième coup, fouettant ses deux seins plats. De la salive, des larmes et de la morve coulaient de son visage alors qu'il criait. Cho reçut un coup de fouet dans le dos, comme elle s'y attendait, mais cela ne le rendit pas moins angoissant.

Cela a continué sans aucune mesure de temps connue. Encore et encore, il les a frappés, laissant quelques endroits intacts. Le sang n'a pas tardé à apparaître, bourgeonnant sur la peau écorchée comme de la condensation sur une vitre froide. Pour Cho, ses seins ont eu le pire. Leur taille exorbitante en faisait une cible facile, et la graisse ne faisait qu'absorber l'abus. La plupart des fouets de Hijiri étaient concentrés sur ses lèvres. Sa majora gonflée protégeait le sanctuaire intérieur, mais les terminaisons nerveuses étaient tout aussi sensibles et tiraient tout autant de larmes. Alors qu'ils se faisaient face, aucun des jumeaux n'a jamais vu où l'autre avait été frappé. Ils ne pouvaient qu'entendre le cri alors que la peur les forçait à réfléchir à la zone et à se demander si Dominion les frapperait au même endroit. La curiosité, l'anticipation, qui en soi était l'agonie

Puis, quand leurs cris cessèrent enfin, il s'arrêta. Tous deux étaient trempés de sueur à cause de l'épreuve. Le brillant salé imbibait leurs blessures et les faisait piquer avec une nouvelle fureur, juste assez de douleur pour les garder conscients après tout ce qu'ils avaient enduré. Leurs cheveux et leurs visages étaient collants à cause de divers fluides corporels, y compris le sperme du moment où il les a violés pour la première fois. Le sol était encore plus sale, trempé de deux flaques d'urine.

« Très bien, je crois que vous deux avez appris votre leçon. Mais juste pour être sûr, je vais vous laisser ici pour y réfléchir pendant la nuit.

Et juste comme ça, il monta les marches du sous-sol, éteignit la lumière et les abandonna. Ils ont passé la nuit suspendus au plafond, toujours avec les bâillons dans la bouche, mais c'était le plan de Dominion. Incapables de parler, incapables même de voir le visage de l'autre, ils n'avaient aucun moyen de communiquer, aucun moyen de se réconforter. Ils ne pouvaient que se vautrer dans leur propre misère, alors qu'ils étaient douloureusement conscients l'un de l'autre, sans aucun moyen d'y faire quoi que ce soit.

=============

La lumière du soleil filtrait par la fenêtre du sous-sol, brillant directement dans les yeux de Cho. Cependant, en raison de la façon dont ses yeux étaient gonflés à force de pleurer, la présence de lumière ne signifiait pas qu'elle pouvait réellement voir. Elle est ensuite tombée au sol, libérée de ses chaînes, avec Hijiri. Si cela ne suffisait pas à les réveiller, la soudaine éclaboussure d'eau froide l'était. Ils ont tous deux été aspergés avec un tuyau, emportant la crasse qui recouvrait leur corps. Ils se protégèrent de leurs mains, ne levant les yeux que lorsqu'il s'arrêta finalement. Mais alors qu'ils attendaient Dominion, ce qu'ils virent les fit hurler de terreur.

C'était une créature, ressemblant à un humain mais sans peau. Les membres étaient tordus et pliés, de nombreux os de la mauvaise longueur. Ses muscles exposés étaient noirs, presque gangrenés, et ses yeux étaient vitreux comme des cataractes.

« Il est temps… de… rompre… jeûner… » grogna la créature.

Il a ensuite disparu, retournant à Dominion. Les sœurs se serraient contre le sol, tremblant de froid et de peur. Ils avaient déjà vu les animaux de compagnie morts-vivants de Dominion, mais c'était la première fois de près. Ils ne voulaient pas se lever, ils ne voulaient pas affronter une nouvelle journée de ce cauchemar. Ils voulaient rester cachés, invisibles puis oubliés, mais Dominion ne les laisserait pas échapper à la douleur si facilement. S'ils le faisaient attendre, il les torturerait sûrement encore comme la nuit dernière.

Hijiri voulait pleurer, mais elle ne pouvait plus produire de larmes.

"Nous allons nous en sortir." Cho voulait le dire, dire n'importe quoi qui pourrait remonter le moral de sa sœur, mais les blessures sur leur corps étaient le résultat d'un discours déplacé. Les animaux de compagnie de Dominion pourraient les regarder, il pourrait savoir si elle parlait, ce qui leur apporterait juste plus de punition. Leurs voix ne leur appartenaient plus. De même, les bâillons étaient toujours dans leur bouche, et alors que leurs mâchoires palpitaient d'avoir été forcées à s'ouvrir toute la nuit, Dominion n'avait pas donné la permission de les retirer. Tout ce que Cho pouvait faire était de serrer sa sœur dans ses bras et de la mettre sur ses pieds.

A l'étage, Dominion était assis à la tête de la table à manger, profitant d'un somptueux festin. Il pouvait sentir Cho et Hijiri monter les marches du sous-sol. Bien, les spectres avaient fait leur travail. Malheureusement, cela semblait tout ce qu'il pouvait faire. Il avait expérimenté avec ses animaux de compagnie, voyant les limites de leurs capacités au-delà du simple rassemblement d'âmes. Peu importait que leurs personnalités soient dépouillées ou non, les démons et les esprits humains étaient naturellement des existences maladroites et instables.

Il avait confié à plusieurs la tâche d'imiter le chef pendant qu'il préparait le petit-déjeuner, mais ils étaient comme des tout-petits. La seule façon dont ils pouvaient effectuer des actions précises était s'il contrôlait leurs mouvements par télépathie, mais ce n'était tout simplement pas faisable. Il n'avait que peu d'attention qu'il pouvait diriger, et plus il faisait d'efforts pour contrôler ses marionnettes, moins il pouvait en mettre pour contrôler son propre corps. Dans un avenir proche, il serait imprudent d'attribuer toutes les tâches complexes à des travailleurs humains et de laisser ses animaux de compagnie se contenter de chasser. Il devrait trouver un moyen d'améliorer leurs capacités autonomes.

«Ah, bonjour. J'espère que tu as passé une bonne nuit.

A l'entrée de la salle à manger, Cho et Hijiri se tenaient debout. Leurs corps nus tremblaient avec le froid de l'eau sur leur peau et la sensation de sa présence. Ils gardaient les yeux baissés, Hijiri se cachant partiellement derrière leur sœur. Leurs corps étaient couverts de croûtes et de marques à cause de tous les coups de fouet qu'ils avaient reçus. Ils n'ont pas répondu.

"Je vois, vous savez maintenant que la capacité de parler est un luxe que je vous ai accordé. Je suis content que la leçon ait été retenue et que vous ayez appris le bon ordre des choses. Je crois que j'ai dit bonjour. Je vous permets d'enlever ces bâillons et de dire "bonjour, Maître".

Ils enlevèrent les bâillons en caoutchouc verrouillés dans leurs bouches, grimaçant de douleur. "Bonjour, M-Maître," murmurèrent-ils tous les deux.

« Il ne faut pas marmonner en s'adressant à son supérieur. Encore."

"Bonjour, Maître", dirent-ils, plus fort cette fois.

"Merci. Maintenant, je crois que nous sommes partis du mauvais pied. Vos corps et vos âmes m'appartiennent, ils sont ma propriété que j'utilise comme je l'entends. Au quotidien, vous subirez mon courroux, ma luxure, ma curiosité et mes caprices. Cependant, cela ne signifie pas que vos existences ne seront que douleur. L'obéissance et la soumission seront récompensées par un traitement plus aimable, une douleur à un niveau que vous apprécierez. Je vous suggère de développer un sens du masochisme.

Vous avez appris votre leçon sur le fait de parler hors tour. Je dirais que cela mérite une récompense.

Il tendit la main et un brouillard rougeoyant se déversa sur sa paume comme s'il tenait un morceau de neige carbonique. C'était de l'énergie spirituelle pure, fournie par les âmes humaines intactes de sa collection. Le brouillard a coulé vers Cho et Hijiri, qui se sont blottis ensemble dans la peur de l'inconnu, mais alors qu'il les enveloppait, leurs blessures ont guéri et leurs bouches et épaules ont cessé de leur faire mal.

"Comme vous pouvez le voir, je commande non seulement le pouvoir de la mort, mais le pouvoir de la vie. Maintenant, je peux imaginer que vous avez tous les deux faim. Vous pouvez manger.

Les filles regardèrent la table, ne voyant que l'assiette de Dominion. Leurs yeux étaient attirés par le sol, où de chaque côté de lui, deux bols pour chiens avaient été disposés avec de la nourriture. Les estomacs des deux filles piquaient, d'abord de faim, puis d'humiliation. Au moins, c'était de la vraie nourriture pour le petit-déjeuner, pas de la bouffe froide pour chien en boîte. À contrecœur, ils se séparèrent, chacun s'agenouillant à quatre pattes près d'un bol aux pieds de Dominion. Ils savaient comment il voulait qu'il mange, comme des animaux. Tout ce qu'ils pouvaient faire, c'était ravaler leur fierté et baisser la tête.

Dominion but une gorgée de café. "Ah, ils sont là."

Dehors, tous les hommes de main de Lee, eh bien, techniquement, ils étaient maintenant les hommes de main de Dominion, arrivaient au manoir. Il s'était attendu à ce que plusieurs tentent de quitter la ville, ou du moins que certains soient en retard, mais il semblait que les spectres avec lesquels il les avait tagués avaient fait du bon travail pour leur inculquer l'obéissance. D'un mouvement du poignet, Dominion ouvrit les portes d'entrée et laissa entrer les hommes. Ils entrèrent nerveusement dans le manoir, pèlerins dans une terre impie. Les morts-vivants cachés dans leurs ombres les poussèrent et les poussèrent, les guidant vers la salle à manger.

Avant qu'ils n'arrivent, Cho et Hijiri levèrent la tête de leurs bols, voulant instinctivement fuir les yeux des hommes alors qu'ils étaient déshabillés, mais Dominion donna un grand coup de pied. Ils le savaient sans qu'on le leur dise, c'était sa façon de leur dire de rester là où ils étaient et de continuer à manger. En plus du bruit de la nourriture mâchée, il y avait des reniflements larmoyants, les deux filles pleurant d'humiliation. Les hommes entrèrent dans la salle à manger, Lee et John en premier, ainsi que les autres échelons du syndicat. Les jumeaux pouvaient sentir des yeux sur leurs corps nus. Malgré le fait qu'ils aient été amenés à travailler pour Dominion et que la terreur des spectres s'y accrochait comme un parasite, les hommes n'étaient pas libérés de leur désir, et malgré la situation, leurs yeux léchaient les filles de la tête aux pieds. Pire encore était l'état dans lequel ils étaient vus, mangeant dans des bols de nourriture comme deux chiens. Une fois de plus, Dominion montrait comment il les avait subjugués.

C'était douloureux de savoir que leur père les regardait. Ils espéraient désespérément, ils priaient qu'il soit arrivé avec un moyen de les sauver. Qu'il dégainerait son arme et planterait une balle magique ou une relique sacrée entre les yeux de Dominion et ils seraient libérés de sa colère. Ils voulaient s'excuser, s'excuser pour l'état honteux dans lequel il les voyait. Comme c'était facile, pour que des sentiments d'humiliation se transforment en sentiments de culpabilité. Ils avaient l'impression qu'il les jugeait, déçu et dégoûté d'eux. Ils voulaient lui dire qu'ils avaient essayé de résister, qu'ils avaient essayé de riposter, qu'ils étaient désolés. Ils ne pouvaient même pas lever la tête pour le regarder, mais même s'ils le pouvaient, leur honte ne les laisserait pas faire.

Dominion pouvait voir Lee, voir le conflit en lui. Il avait l'air d'être sur le point de vomir de rage, mais sa peur était aussi réelle que la veille, son âme toujours carbonisée par la soif de sang et l'intention de tuer de Dominion. Il était complètement impuissant, il le savait. Il lui était impossible de faire quoi que ce soit pour sauver ses filles. Il se détestait, plus encore qu'il ne détestait Dominion. Il détestait à quel point il était faible, incapable de garder Cho et Hijiri en sécurité.

Au lieu de les protéger, c'était comme s'il les avait simplement donnés au diable pour sauver sa propre peau. Le savaient-ils ? Il voulait désespérément leur dire qu'il était désolé, qu'il voulait les sauver, combien ça faisait mal d'être si impuissant ? Il voulait qu'ils le regardent, pour qu'ils puissent peut-être voir l'angoisse dans ses yeux, voir qu'il les aimait toujours, voir qu'il voulait les sauver. Mais il n'était pas sûr de pouvoir supporter leurs regards, les regards de ses filles asservies par son impuissance.

« Dois-je comprendre que vous, les hommes avant moi, formez la caste supérieure de cette organisation ? Les managers, pour ainsi dire, sous Misato ? Ses paroles sortirent Misato de ses pensées, car autour de lui, ses amis hochèrent la tête avec crainte. « Bien, alors je vais vous confier vos nouvelles tâches. Prenez autant de laquais que vous en avez besoin, vous pouvez décider des nombres entre vous. Maintenant que tu es arrivé, nous pouvons nous mettre au travail.

Dominion tapota la table et, du bout de son doigt, des lignes de lumière rouge s'étirèrent sur le bois comme des traînées d'huile brûlante. Les hommes regardèrent sous le choc tandis que les lignes brûlaient la table, formant une carte de la ville. Dominion désigna quelques-uns des hommes.

« Vous cinq, vous voyez ces grands bâtiments et entrepôts le long de la rivière ? Tout ce que ce syndicat ne possède pas déjà, vous devez l'acquérir, ainsi que les propriétés environnantes. Saisissez-les et nettoyez-les. Utilisez tous les moyens nécessaires; corruption, extorsion, meurtre, je m'en fous. Prends autant d'hommes qu'il te faut. Il en désigna trois autres. « Vous devez acquérir toutes les terres agricoles dans un rayon de cent milles. Encore une fois, utilisez tous les moyens nécessaires. Trois autres. «Je veux du matériel de terrassement et de construction, des machines d'exploitation forestière, des technologies agricoles. Tout ce que vous pouvez trouver, obtenez-moi. Il déplaça son regard vers un autre groupe. « Je veux des informations sur chaque personne vivant à moins de cent miles de ce manoir. Dossiers fiscaux, dossiers de recensement, dossiers de vote, obtenez-moi des noms, des âges et des adresses. Je veux savoir qui travaille dans la médecine, qui travaille dans l'ingénierie, la construction, l'agriculture, tous les militaires et ex-militaires, les cataloguer tous. Faites du porte à porte si vous le devez. Il regarda ensuite Misato. « Vous, préparez une carte de tout le territoire contrôlé par ce syndicat, ainsi qu'une liste des propriétés et des commerces. Ensuite, obtenez-moi un registre de tous ceux qui travaillent pour vous et de tous les liens commerciaux.

Les esprits que j'ai attachés à vous tous vous apporteront leur aide si nécessaire. Cependant, ils vous surveilleront également, donc si vous vous relâchez, ils vous puniront à ma place. Je prendrai en charge tous les frais, faites juste le travail. Maintenant, divisez la main-d'œuvre entre vous et mettez-vous au travail. Licencié.

Les hommes ne pouvaient pas sortir assez vite de là, mais Misato luttait en vain contre sa peur. Il voulait parler à ses filles, mais le regard que Dominion lui envoyait disait qu'il serait imprudent d'aller contre lui. Une fois Misato parti, Dominion se tourna vers Cho et Hijiri, toujours le visage dans leurs bols, même s'ils avaient arrêté de manger.

"Vous deux êtes confinés dans vos chambres jusqu'à nouvel ordre." Il les a ensuite marqués avec deux spectres, chargés de s'assurer qu'ils n'entraient en contact avec personne et qu'ils ne pouvaient pas se suicider.

=============

La peur animait les hommes de Misato, le souffle des spectres sur la nuque pressant chacun de leurs mouvements. Sur la rivière, d'anciens bâtiments de moulin avaient été réaménagés en entrepôts et en bureaux, le plus grand étant une entreprise de construction de yachts. Ils les fabriquaient et les faisaient naviguer sur la rivière vers les acheteurs et les marchands de la côte. Le travail était comme d'habitude, même en hiver. Ils avaient des commandes à remplir au printemps. Mais au-dessus du bruit du bois et de la fibre de verre coupés et boulonnés ensemble, il y avait le claquement indubitable de la porte d'entrée qui s'ouvrait à la hâte.

Un homme nommé Harrison, le commandant en second de Misato, a fait irruption dans l'usine avec deux autres membres du syndicat au niveau de la direction et une douzaine de travailleurs de niveau inférieur. C'était un type bourru, du genre à donner toujours l'impression d'être en colère, alors que son costume noir était toujours en parfait état. Tous ses hommes étaient armés et portaient ouvertement. Harrison savait exactement où aller, et tous ceux qui le voyaient se sont cachés et ont couru. Ils se dirigèrent vers le bureau principal, passant devant la secrétaire qui resta instinctivement à l'écart. Harrison a forcé l'ouverture du bureau de l'homme et de la charge, le seul gars dans le bâtiment qui ne le craignait pas, ou, du moins, ne le craignait pas autant que les autres.

« Harvey, dégage d'ici. Nous saisissons ce bâtiment », a déclaré Harrison.

"Hé, je t'ai déjà payé l'argent de la protection pour ce mois-ci !" aboya-t-il en se levant.

«Il ne s'agit pas d'argent de protection. Nous sommes sous de nouvelles commandes. Ce bâtiment nous appartient, et vous pouvez soit sortir d'ici, soit faire jeter votre cadavre dans la rivière.

"Comme l'enfer, je vais te laisser me virer d'ici ! J'ai supporté vos menaces et vos extorsions pendant des années, mais vous allez devoir m'arracher mes affaires de mes mains froides et mortes !

Harrison a pointé son arme droit sur Harvey. « Merde, écoutez-moi ! Les choses ont changé! Croyez-moi, vous avez bien plus à craindre que de simplement mourir.

Harvey le regarda, voyant quelque chose qu'il pensait que le tueur endurci était incapable de ressentir : la peur. Il avait l'air vraiment terrifié, comme s'il était chronométré sur la vitesse à laquelle il pouvait traiter avec Harvey. C'était un homme qui gagnait sa vie en se cassant les rotules, en exécutant des bouts lâches et en brûlant tout derrière lui, mais il était effrayé, et ce n'était certainement pas Misato qui provoquait ce changement soudain. Harvey resta sur ses positions, fixant les mires du pistolet pointé sur son front. Il avait investi tout ce qu'il avait dans cette affaire, travaillé toute sa vie pour arriver là où il était, et même s'il était d'une manière ou d'une autre prêt à ignorer tous les sacrifices qu'il avait consentis, abandonner ce bâtiment équivaudrait à un suicide. Faillite, procès, une spirale noire se terminant par sa mort dans le caniveau. Au moins c'était rapide et indolore.

"Je suis désolé," marmonna Harrison, quelque chose qu'il n'avait pas dit depuis qu'il était enfant. Il a ensuite appuyé sur la gâchette, éclaboussant la cervelle de Harvey sur le mur du fond. Il regarda ensuite ses subordonnés. « Dégagez ce bâtiment, tuez tous ceux qui se mettent en travers de votre chemin. Ensuite, nous passerons au suivant.

=============

À l'hôtel de ville, une scène similaire se produisait. Larry Mercer, à l'origine l'un des blanchisseurs d'argent de Misato, s'était vu confier la tâche de collecter des archives publiques sur tous les habitants de la ville. Il avait l'habitude de travailler derrière un bureau dans un bureau climatisé, protégé en toute sécurité contre tout ennemi du syndicat, mais maintenant il était sur le terrain et avait deux pistolets pointés sur lui. Lui et plus d'une demi-douzaine d'hommes étaient simplement entrés dans l'hôtel de ville, se sont frayés un chemin jusqu'au service des archives et volaient maintenant tout ce sur quoi ils pouvaient mettre la main.

Le maire n'irait jamais contre Misato, et les gardes de sécurité étaient censés le savoir, mais il semblait qu'ils ne pouvaient pas simplement ignorer ce qui se passait.

"Posez la boîte et levez les mains !" aboya la garde. Autour d'eux, les gens fuyaient le bâtiment, ne voulant pas être pris dans ce qui allait se passer.

"Je ne peux pas faire ça!" cria Larry en retour, trempé d'une sueur froide.

« Vous, idiots, savez-vous pour qui nous travaillons ? Cela ne se terminera pas bien pour vous », a déclaré un autre membre du syndicat.

« Votre patron ne met pas la main dessus ! » dit l'autre garde.

Il tendit la main pour arracher la boîte de dossiers des mains de Larry, et du coin de l'œil, Larry vit son ombre s'assombrir soudainement.

« Non, ne le fais pas ! » il a crié.

C'est arrivé avant même que le garde ne puisse traiter les mots. Il y eut une giclée de sang lorsque sa main coupée tomba au sol. C'était arrivé si vite qu'il n'avait même pas vu ce qui l'avait coupé, il ne l'avait même pas senti arriver. Il regarda avec incrédulité le moignon ensanglanté, puis inspira et laissa échapper un cri terrifié. Aussi effrayée que son partenaire, la gardienne a accidentellement appuyé sur la gâchette de son arme, effleurant l'oreille de Larry. Cela semblait être une provocation suffisante, car à ce moment-là, un bras fait d'os noueux et de chair pourrie a tiré sur l'ombre de Larry. S'étirant comme du caoutchouc, il transperça la poitrine de la femme et lui arracha le cœur.

Les amis de Larry ont tous couru en criant vers leurs voitures, tandis que Larry, maintenant éclaboussé de sang et sourd d'une oreille, s'est évanoui.

=============

Pendant ce temps, Dominion était occupé dans le sous-sol du manoir. Au sommet d'une grande table de travail, un de ses démons gisait. Son torse et ses membres avaient tous été ouverts, et Dominion travaillait maintenant sur son crâne. Il tremblait et gargouillait avec chaque tranche de son couteau en argent, la seule chose qui pouvait effectivement couper sa chair. Le but était d'étudier la physiologie des démons et des morts-vivants, une fois qu'il leur avait donné forme. Les avait réduits en esclavage et avait maîtrisé l'utilisation de leurs pouvoirs, mais il était évident qu'il manquait toujours de compréhension quant à leur nature.

Avec un peu d'huile de coude, il réussit à casser le haut de son crâne, révélant ainsi son cerveau. Il l'arracha et l'examina à la lumière, le démon continuant à se contracter et à se gargariser. En tant que mort-vivant, il était presque impossible de le tuer. Il ne pouvait que s'affaiblir, devenant une version plus faible de son existence. Son corps actuel était comme de la glace, sa forme éthérée était de l'eau, et il pouvait être endommagé à l'infini jusqu'à la forme de vapeur, mais il ne pourrait jamais être détruit et il se reformerait toujours.

Alors qu'il examinait le cerveau, Dominion grimaça de déception. Ce n'était pas tant de la matière grise pliée que… un enchevêtrement de tubes remplis de liquide. Plutôt que des changements chimiques et bioélectriques entre les synapses, ses pensées semblaient exister à travers l'écoulement de ce fluide à partir de différentes zones du cerveau. Si un cerveau humain était un superordinateur, alors un cerveau de démon était comme une calculatrice mécanique. De par sa conception, il était primitif et malformé, comme toutes les autres parties de son corps. Ses organes ne montraient aucun signe de fonctionnalité, ils ressemblaient juste à des tumeurs géantes qui pendaient dans sa cavité thoracique. Son système circulatoire était en désordre et ses fibres musculaires semblaient être faites de pur tissu cancéreux. Dominion avait même réussi à mettre la main sur un microscope et à examiner un échantillon de tissu, mais il n'y avait aucune cellule discernable. Son corps était fait d'une sorte de matière noire inconnue.

Pour un prédateur aussi exquis, il avait la constitution d'un bébé crack de Tchernobyl.

Pourtant, ce n'était pas incompréhensible. Ces créatures étaient fondamentalement une pure sensibilité, leurs formes physiques n'étant qu'une manifestation de leur pouvoir, leur permettant d'interagir avec le monde matériel, plus une identité plutôt qu'un véritable atout anatomique. Leurs corps tordus et malformés étaient les restes de leurs origines humaines, différents éléments physiques étant claqués ensemble dans un grand désordre. C'était comme s'ils étaient faits uniquement de l'ADN indésirable inutile chez les humains, combinés avec des choses qui effrayaient naturellement les gens, puis encore plus tordus avec l'obscurité de la mort.

Malheureusement, cette explication ne l'a pas aidé. C'étaient d'excellents générateurs d'énergie et un excellent moyen de collecter des âmes, mais il avait besoin d'eux pour être des pions plus fiables, des soldats autonomes capables d'accomplir des tâches complexes. Il lui était possible d'effacer les personnalités des esprits, en faisant ainsi une ardoise vierge à cultiver en un sujet loyal, mais leurs capacités étaient considérablement réduites. Peut-être s'il utilisait des démons aux personnalités intactes ? Non, car même s'il les asservissait, il ne pouvait pas effacer leur ressentiment sans jeter tout le reste. S'il leur donnait un pouce, ils prendraient un mile. Il avait besoin d'un moyen de les stabiliser, de leur donner de l'intellect et de la créativité, mais avec une obéissance totale. Right now, it was like he was running the Iditarod with rabid dogs and dogs that couldn’t even remember how to walk.

He then looked up, hearing Misato come down the stairs. Upon entering, he stopped, staring in horror at the vivisected monstrosity on the table.

“I have the information you requested.” He spoke without his eyes leaving the beast. Were it not for the demon, he probably would have spoken with a begrudging tone rather than a fearful one.

Dominion snatched a map out of his hands and raised it up to the light to examine it. It showed the lower half of the state, with the shaded areas being Misato’s territory. Something up north caught his eye, a little sovereign island in the syndicate sea.

“What’s this open spot up here, a city-state? I haven’t seen it on any other maps.”

“It is a neo-nazi colony. As you can imagine, they refuse to take orders from a Jap,” he muttered. Just talking to the man who raped his daughters in anything other than swears and curses made him sick.

Hearing his words, Dominion cracked a grin. "Vraiment? Nazis? This is going to be a fun afternoon.”

=============

“Reich”, it was a town even smaller than Senner. Actually, it wasn’t a town, so much as a compound. It was originally the site of a military base built during the Cold War and later abandoned. After the apocalypse, a band of skinheads moved in and turned it into an Aryan sect. All of the underground bunkers and concrete buildings were repurposed and used to train the future soldiers of their WASP utopia. Stomping out these cretins was on the to-do list of the US government, but they had stolen lots of heavy artillery, machineguns, and antiaircraft weaponry during the chaotic decades, making them the best-armed city-state in New England.

To Dominion, the sight of the nazi flags was an eyesore, along with the Confederate flags below them, especially considering that Maine was a northern state. But still, he was in a good mood. Taunting idiots was one of his favorite hobbies. He approached the front gate of the compound, sided by two watchtowers with armed guards. The original wire fencing from the old military base had been weathered by time and eventually ripped away for a new encircling barrier. It was replaced with high fencing that was topped with barbed wire and reinforced with everything from wood sheeting to junked cars, making it impossible to see through and large enough for patrols to walk atop. It was plastered with swastikas, threats, and German phrases.

"Arrêt! Hold it right there!” one of the guards shouted with an assault rifle aimed at him. He was dressed in paramilitary garb, a design mixing WWII German uniforms and modern American uniforms, with a bold swastika armband.

Ok, time to fire up those acting skills.

“I’m here to join up with you!” said Dominion with his hands raised.

"Quel est ton nom?" the other guard asked.

Dominion picked one from one of the souls he had collected. “Brian Donnelly.”

The first one climbed down from his tower and approached, gauging Dominion’s skin tone to see if he qualified. “And why would you want to join us?”

“I shot the nigger that banged my sister and the best my kike lawyer could do was get me out on bail. I’ll do time for killing a monkey in a zoo, but not for killing one in the street.” He considered making up something about Hispanics as well, but that would probably be overplaying it.

The guard lowered his rifle to shake Dominion’s hand. “I’m proud to meet a fellow hero of the white race.” He looked up to the guard in the other watchtower. “Open the gate, I’ll show him to the mayor.”

The gate was opened and the guard led him inside. Dominion knew that this was a military base, but he was rather surprised by the number of houses he saw. These people were making the most of the room they had, so any open space not used for farming was used to build homes. For all intents and purposes, it didn’t appear that different from a standard city-state. They did everything they could to reach self-sufficiency, even using wind turbines and solar panels for power. He had to give them credit for the rooftop vegetable gardens, very space conscious. The remains of the old military base were clear as day, huge concrete bunkers and buildings, entrances to subterranean chambers. Built to withstand an atomic blast, it had withstood the effects of time quite well.

The citizens were as he would expect, white as a snowbank. The darkest ethnicity he saw was Italian, and from the looks of it, north Italian only. These days, especially in areas like this, it was common for people to openly carry, but here, everyone had an assault rifle slung over their shoulder, even women with infants. There was a clear distinction between those who were born and raised in Reich and those who joined later in life. The natives were prim and proper, dressed nicely with combed hair, like a commercial in 1950’s suburbia. The new recruits had more of a fringe punk look, with lots of tattoos and piercings, along with shaved heads, even the women. To Dominion, it was a bad joke.

The guard leading him was going on and on about Reich’s history and its future, preaching about the supremacy of white protestants and then demonizing everyone else. Luckily, he was so caught up in his own fervor that Dominion didn’t need to respond to anything.

He, at last, arrived at a large house in the center of the base, right next to the Town Hall. The guard led him up to the porch and knocked on the front door. A pretty blonde woman, late thirties, answered the door, immediately stirring Dominion’s collector instincts. Lovely face, nice rack, great figure, and he could see two young kids reading inside. A nazi milf would make a fine addition to his slave harem.

“Mary, we have a new member of our town. Joe will definitely want to meet him,” said the guard.

“I’ll go get him. Sir, please take a seat, my husband will be right out.” She beckoned to a porch swing by the door and Dominion sat down, glad to be rid of the guard now returning to the station.

Moments later, a man stepped out, and it took everything Dominion had not to laugh. He was dressed in a black SS officer’s uniform, from hat to boots, every prop and detail added. He even had the matching trench coat hanging off his shoulders and the saber at his hip. The outfit was surely a reproduction, but it looked no different from the real deal. He was a good-looking man, fit, but annoyingly clean-cut, suggesting intense narcissism. He was a rich frat boy kind of sociopath, contrary to Dominion, who was an ambitious, predatory sociopath.

“Welcome to Reich!” Joe said as he shook Dominion’s hand. He had a German accent, probably learned before English.

“Glad to be here.”

“Another strong ally in our fight for the survival of the white race. Tell me, what do you think of our town?”

“It’s great. I can really see the supremacy of everyone here.”

“You’re right about that. Not one drop of inferior blood. Come on, let me give you a tour.” Dominion followed Joe around town, and everyone they passed gave the mayor a nazi salute. Unfortunately, Dominion had traded in the yammering guard for a yammering officer. Between pointing out areas of the town and introducing fellow nazis, he was spouting his ideals without bothering to see if Dominion was listening. “Beautiful, isn’t it? Decades of blood, sweat, and tears to produce this paradise, free of the violence and corruption you’ll see in those nigger-loving government cities. We’re small now, but Reich will be the seed from which the tree of Yggdrasil will grow anew, and our superior white race will take its rightful place as the rulers of this world.”

After circling the town, they returned to the center, in front of Joe’s house.

“You came just in time, the feds have been putting the squeeze on us, and we need all the manpower we can get. But we’re going to fight back. This country is just waiting to be taken and turned into a new Fatherland. We’re going to make America great again! I’ve been planning it for years, how we can take control and resume the Führer’s Final Solution. I’ve spent my life studying our glorious history, memorizing every detail of the Holocaust so that we can succeed where our predecessors failed.

A muscular man like you will be able to do great things here, and we need virile soldiers to ensure that our next generation is born to continue our work. Why don’t you head down to the barracks? They’ll get you a nice bed and a hot meal while we find a more permanent place to put you.”

“I’m going to have to refuse your offer. On a related subject, I must confess to you…” Having been lost in his own speech, Joe turned back to Dominion, who had been fairly quiet since he arrived. “I’m giving very serious thought to eating your wife.”

“Wha—”

Joe was silenced, Dominion giving him a solid jab straight to the Adam’s Apple. Robbed of his breath, he fell to his knees, clutching his throat and looking like a dying fish.

“That seemed like the only way to shut you up. Honestly, do you usually blather on like that? I don’t know how your wife stands it. Though, once I have her bent over with her legs spread, I’m sure your incessant bragging will be the last thing on her mind.”

While nearly crippled by agony, rage flashed through Joe’s eyes. With one hand still trying to ease the pain in his throat, he drew his sidearm, an authentic Luger pistol, and emptied the entire clip at Dominion. The bullets bounced off him without doing any damage, but the entire town heard the shots. Everyone rushed towards the scene, and seeing Dominion standing over their wounded mayor, they opened fire, though their attempts were equally fruitless. As the bullets ricocheted off his chest and head, Dominion leaned down towards Joe.

“You people are total morons. All you do is blame all your problems on some other group of people, always looking for some new boogeyman to hang your insecurities on. Race, ethnicity, religion, you think it actually matters? It doesn’t, when death arrives. In the face of death, all are equal, and everything you quibble about is stripped away. I believe in equality, for I know that the people on Earth, no matter their creed, all are equally inferior to me.”

He then held out his hands and a ripple of power expanded from him like a shockwave. It washed over everyone without leaving the smallest mark, then, their stomachs lurched, as everyone outside began to rise into the air. Men, women, children, they floated like bubbles, screaming in terror. Joe and those who had been inside buildings watched in horror as their friends and local townspeople were raised into the sky as if by the Rapture. It was immediately apparent, everyone floating was about to die. They had passed the height survivability, so even if there was a way to stop this phenomenon, they would simply fall to their deaths.

“Now, let me show you all that pure blood you were bragging about.”

With a flick of his wrist, all the screams were ended, for in a single moment, everyone exploded like a field of paint balloons, hurling vaporized viscera in all directions. The town was cast in a crimson aura, as the mist of gore floating over Reich acted like tinted glass for the sun’s rays. Those who had survived stared at that bloody sky in horror, their minds unable to form a single coherent thought. This had come out of nowhere, no sign or warning, just a biblical disaster happening in the blink of an eye. There was no way to process it.

“The nazis were a bunch of narrow-minded fools, ignorant to the true order of things.” He then crouched down and straightened Joe’s tie. “But I’d be lying if I said they didn’t know how to make a damn good-looking suit. Now, here’s a question. Should I kill you here and rape your wife atop your corpse, or force you to watch as I make her my property and kill you after? Hmmm, I suppose I can just make your kids watch.” Claws extended from Dominion’s fingers and he pulled back his hand, but before he could deliver a killing blow, something stopped him, an idea. “Now that I think about it, killing you really would be a waste of a good suit.”

A malicious grin crossed his face and he turned his hand over, his palm to a sky. A sphere of blackness, that’s all it could be described as, floating above his hand. It was the souls of everyone he had so far killed in Reich, already tainted into the wraiths and with their personalities bleached. Now, they were just generators of unholy power. He also mixed in around a dozen demons for extra strength. Dominion took the sphere and slammed it into Joe’s face, injecting all those evil souls into his body.

Joe writhed and screamed, his face melting as pure malice was forced into him like a dose of steroids. At the same time, Dominion seized Joe’s soul, but rather than remove it, he altered it. He erased all memories and feelings, leaving only coordination, processing abilities, improvisation and creativity, language, and any useful knowledge. Everything else was stamped over, branding his soul with the order of ‘total obedience to Dominion’.

Biology, that’s what was missing, that’s what he needed to improve the autonomy of his pets. True, when he granted them corporeal form, their hunting and combat abilities were unsurpassable, but their bodies were too malformed and grotesque for anything else, and their defective brains made them unfit soldiers and disloyal. It was simply their existence. But if he gave them an actual physical body, flesh and blood, that biological component would act as a skeleton for all actions. A physical brain of real neurons would be able to support a much higher level of thoughts than the grotesque imitation they had, and it would be easier to shape and control to fit his needs. A physical body, but infused with any number of pure souls, wraiths, and demons, shaped like clay to do his bidding and fulfill any task. The potential was limitless.

At last, the process was complete and Dominion pulled his hand away, staring at his creation, kneeling like a puppet with its strings cut. Joe no longer existed. “From this day forth, your name is… Blight. What is your reason for existing?”

“To serve and obey Lord Dominion.” The voice was heard, but it was different from the body’s original voice. It was wispy and inhuman, sounding not like an actual voice, but artificial notes mimicking words.

“On your feet.” Blight stood up, assuming a military posture. Dominion took one look at his new face and smiled, then ripped the swastika armband off his sleeve and the insignia on his hat. “You won’t be needing those anymore. Your orders are to hunt down everyone remaining in this settlement. Execute them and steal their souls. There are to be no survivors, no one escapes. Am I understood?”

“I will fulfill your command, my Master.”

Finally, real loyalty and competence. Blight then turned around and rocketed off in search of survivors. Already, he was running faster than any human could possibly match, and his body was enshrouded with darkness, a sign of his unholy powers ready for use.

Dominion turned around and faced Joe’s former home, where his former wife and children were huddling in terror.

=============

Dragged into her bedroom, Mary, screaming, was thrown onto the mattress, with Dominion immediately upon her. He tore off her clothes like a child unwrapping a Christmas present, using claws at the tips of his fingers. She tried fighting him off, but even if he were a normal person, she’d have failed. Her movements were clumsy and erratic, her thought process was a total mess. Not seconds ago, Dominion had broken into her home and executed her son and daughter in front of her. Her face, Swedish white but with a farmer’s tan, was peppered with their splattered blood. Watching them die, watching the light leave their eyes, something inside her broke. Adrenaline, grief, terror, it left her barely able to think. Her flaccid attempts to push Dominion away might as well have been muscle spasms, for her mind was too busy trying to process the death of her children.

With one hand around her throat, he kept her pinned, and with the other hand, he removed her shredded dress, exposing her curvaceous figure and bodacious tits. She would have made a killing had she had gone into porn. He retracted his claws and went to work groping and abusing her breasts. He grabbed them with a strangling grip, swelling the veins underneath her vanilla skin, and smacked them to discipline her. He loved the way they bounced and rolled, begging him for abuse.

He thrust his fingers into her slit, making her cry out from the violation, but with his other hand locked tightly around her throat, she couldn’t reach a volume to truly describe her anguish. He violently fingered her, forcing her body to prepare itself for the main event. It was like a game to see how much pain he could inflict with just his fingers; how rough he could be. His digits penetrated her over again, becoming slick with her building lubrication. Repeatedly, he removed his fingers and smacked her labia, drawing a fresh scream and making her curl up to try and defend herself. He’d just force her legs apart and start over. Each strike wetter than the last, with her scream never-ending.

He leaned down and licked the tears of her face, tears of pain, fear, humiliation, and loss. “I bet your husband never took you like this.” In reply, she spat at him and shrieked at the top of her lungs, far too anguished to actually shape words. The spittle never reached him, but he responded with a harsh smack across the face. “You’re going to hate this, you’re going to curse me and wish for my death, along with your own. But in time, I will train you to love it. I will train you to beg for pain, for abuse. You’ll dream of violation, to be drenched in your master’s cum. Your body will ache for it, crave it like a drug. Then I’ll have a whole new way to torment you.”

He then whipped out his cock and forced it inside her. She screamed and gnashed against him as she was penetrated, but Dominion simply ignored her and began his thrusts. The king-sized bed rocked and creaked as he brutalized her, hitting all the key spots with cruel strength. She screwed her eyes shut and replaced her cries of agony with a furious growl.

To be raped by her children’s killer, it was too much to bear. She tried to ignore the sensations she was feeling, quarantine this physical abomination from her mind. Wearing a poker face, blocking it all out, that was the only way she could try to survive. Dominion refused to give her that, easing and tightening his grip on her throat sporadically. He’d strangle her so tightly that she felt like her windpipe would cave in, then, before she could pass out, he’d let go and air would rush through her windpipe, forcing her awake and trapping her within the hell of lucidity. While she caught her breath, he’d go to work on her breasts, either with his hands or his tongue. He’d bite down on her supple flesh, not hard enough to draw blood, as per his routine, but enough to heighten the taste of her skin and make her scream. Then, once she was fully awake, he’d resume strangling her.

She didn’t know how long he raped her, minutes felt like hours. His thrusts were too fast to use as a measure of time, and each impact to her cervix would scramble her thoughts. Eventually, he rolled her onto her side and made her lift her leg for a better angle. Rather than strangling her, he just kept her wrists pinned, but even if he didn’t, she was too browbeaten to resist.

“Just as I thought, your pussy can take the abuse. I have two younger slaves back home, and they just cry as I rape them. They have no pain tolerance. Those kids definitely made things easier.”

“Fuck you!” she finally screamed, wailing with her tears soaking the sheets.

“Oh, that’s not very dignified. Give me a nice “sieg heil”. I bet you say that crap every day.” She silently refused, searching for a bastion within her mind where she could hide from the horror. “Ah, so you can still resist me to that level. Well, I know one place that will break your will.”

He then rolled her all the way over onto her stomach, and before she could react, drove deep into her anus in a single shove. Her resulting scream could have shattered glass, the pain and humiliation demolishing every mental barrier she had formed. She reached back and spread her ass cheeks, trying to lessen the pain. Dominion went to work, sodomizing her at his maximum speed and depth. She screamed endlessly, feeling as though his cock were instead a dagger slicing through her flesh. He was throwing her full weight against her, raping her ass with such brutality that she was even starting to bleed.

He had his fingers wrapped around her goldenrod hair, either pulling her head back so that she could scream at full volume, or pushing her face into the mattress to soak it with her tears. After several minutes, he grabbed her hips and pulled her off the bed. He dropped her onto the floor, her face to the floor but her ass in the air. His throat quivered and he spat into her gaping asshole, then resumed raping her. This time, his weight was dropping straight downwards, every impact like a pole driver.

“You like that, don’t you? You love being taken like a filthy whore,” he said as she sobbed in agony. “Say “rape my ass harder, mein führer”. I want to hear you say it.” She didn’t respond, and without pausing the sodomy, he put his foot on her head, grinding her face harder against the floor. “Say it.” Again, she refused, or perhaps she simply didn’t hear him. Her anguish was so intense that it was hard for her to pay attention to what he said. Annoyed, Dominion held out his hand and the tip of his index finger began to glow red, his flesh resembling the cigarette lighter from an old car. He reached down and jammed his finger into the underside of her right breast, like he was putting out a cigar. “Say it!” he barked as she shrieked in agony.

“R-rape my ass-s harder, m-mein führer!”

“I’m sure your Aryan ancestors would applaud your loyalty.”

He resumed fucking her, but not for much longer. One minute and a hundred rapid thrusts later, Dominion stopped and shuddered, with Mary whimpering as she felt him pump her anus full of semen. He pulled out of her, and even with her ass raised in the air, a white river poured out of her and splattered on the floor. She was barely conscious, her strength drained by physical and emotional horror. She then heard something that awoke her, loud footsteps coming up the stairs. She’d recognize that sound anywhere, the thumping of her husband’s boots! He had arrived to save her!

“You’re late, Blight. You took longer than I expected,” Dominion said as the figure approached the bedroom.

“Please forgive me, my Master. I killed all of the survivors in three minutes and eight seconds. I simply didn’t want to interrupt your entertainment. If that was a mistake, I humbly apologize for my foolishness and await punishment.”

Dominion’s creation stood in the doorway, and seeing what her husband had become, Mary screamed in terror. Joe’s, or rather, Blight’s face was completely gone. Not just the skin, but the muscles, tendons, and most of the bone structure. It was like his face had been pressed to a belt grinder until the entire front portion of his skull was erased. The inside of his brain, eye sockets, sinuses, and mouth was fully exposed, his tongue just a stump. His cheeks were gone, along with his chin, revealing only his back teeth and the hinges of his jaw. Just looking at him, one would think he was about to start hemorrhaging blood, saliva, and brain fluid, but despite looking like a fresh cut, there was absolutely no mess. His white collar was completely unblemished, his severed veins not shedding a single drop of gore. He had no eyes, just the sockets, but he appeared to see some other way. The only issue was that his hat was a bit lopsided.

“Ah, then well done. And the souls?”

Blight got down on one knee, his head bowed and one of his hands raised. A sphere of white energy appeared above his palm, the pure souls of all of the survivors of Reich. “For you, oh Lord.”

Dominion took the sphere and absorbed it into his body. “You’ve met and surpassed my expectations. Bien. Grab my slave, we’re returning home. We need to prepare for the next stage.”

Please comment! Tell me your thoughts!

Articles similaires

Coup de soleil inattendu

J'ai toujours apprécié ma vie en grandissant, mon père s'était remarié après que ma mère s'était enfuie avec un autre gars quand j'étais enfant et j'ai trouvé une demi-soeur très sexy pour aller avec une belle-mère incroyablement sexy. Je me souviens qu'à chaque fois que nous faisions une fête au bord de la piscine, tous mes amis venaient juste pour la voir en bikini, puis quand ma demi-soeur aurait 18 ans, je serais l'enfant qui se lierait d'amitié juste pour avoir une chance de se rapprocher d'elle. Ce que je ne pouvais pas leur dire, c'est que la voir en bikini...

498 Des vues

Likes 0

La cerise sur Internet

Je me souviens avoir reçu mon premier masseur AOL quand j'avais 11 ans. Je sais que les ordinateurs étaient obsolètes bien avant, mais je vivais une vie protégée et c'était la première fois que ma mère envisageait de nous offrir un ordinateur. Il n’a pas fallu longtemps avant que je tombe amoureux d’Internet et de tout ce qu’il offrait. Tout a commencé lorsque je me suis ennuyé et que j'ai trouvé un site de jeux où l'on pouvait jouer à des jeux de société et parler aux gens en ligne. Le chat m'a rapidement dirigé vers des salons de discussion et...

383 Des vues

Likes 0

L'enlèvement et le viol de Trac 1

Traci parcourt un sentier forestier juste à l'extérieur de sa ville natale. C'est une belle fille noire vêtue d'un short blanc court, d'un chemisier noir, d'une culotte et d'un soutien-gorge noirs. Alors qu'elle parcourait le sentier, elle pensait à son nouvel ami en ligne au Texas. Elle lui avait fait savoir qu'elle voulait en savoir plus sur le BD/SM et lui avait confié qu'elle avait des fantasmes de viol qui la rendaient très mouillée quand elle y pensait. Il avait promis de l'aider à vivre son fantasme si elle venait lui rendre visite. Elle était dans une si profonde réflexion qu'elle...

602 Des vues

Likes 0

Frère adoptif, nouvelle vie, partie 1

Salut, je m'appelle Shawn Roberts, j'ai 19 ans (j'aurai 20 ans le 2 juillet), 5'10, afro-américain, avec des cheveux noirs courts, des yeux noirs (bruns foncés mais semblent noirs comme du noir). Je vais vous raconter une histoire intéressante sur la façon dont ma vie sexuelle a changé au lycée. Salut Shawn! J'ai entendu une voix appeler mon nom à distance alors que j'étais en train de m'entraîner sur piste. J'ai regardé au loin et j'ai vu mes trois meilleures amies les plus proches. Ils sont tous ridiculement magnifiques (j'ai de la chance). J'ai terminé mon tour et j'ai traversé le...

329 Des vues

Likes 0

Ma cousine salope et son amie

Cela a commencé comme une journée pas comme les autres, me lever le matin et bien nettoyer et me nourrir régulièrement comme tout le monde. La seule chose que ce n'était pas tout à fait comme n'importe quel autre matin, j'ai eu deux belles filles ici avec ma mère, c'était comme la plupart des autres, elle me traite comme si j'avais trois ans alors que j'en ai vraiment 17, elle a insisté pour que ma cousine Sadia reste avec moi. Maintenant, ma cousine pesait 112 livres, des cheveux blonds, des yeux bleus, des seins 36C, un cul serré parfait et les...

2.1K Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

2K Des vues

Likes 0

Les justes déserts de Madeliene

Se précipitant vers sa voiture dans une robe noire moulante et des talons hauts à bride de cheville de 5 pouces, Madeliene n'a pas remarqué l'homme debout dans l'ombre jusqu'à ce qu'il se soit raclé la gorge. Tournant pour lui faire face, elle vit un grand homme musclé en pantalon noir, T-shirt et casquette. Avant qu'elle ne puisse réagir, l'appareil dans sa main émet un bruit sec et son monde explose alors que les fléchettes Taser la frappent dans les côtes, délivrant 10,00 volts. Elle s'effondre sur le sol du garage, tremblant mais incapable de bouger un muscle par elle-même. L'homme...

1.3K Des vues

Likes 0

Une nuit surprenante

Mes amis et moi avons toujours aimé expérimenter de nouvelles façons de nous divertir, mais jusqu'à récemment, nous nous sommes essoufflés. Dave et moi-même travaillons dans la même entreprise depuis quatre ans, tandis que nos copines respectives, Susan et Jenny, possèdent une petite boutique de mode. Habituellement, après être allés dans un bar à vin ou un club, nous retournions à mon appartement pour un dernier verre ou deux. Après le voyage de samedi dernier dans un bar à vin espagnol local, nous étions tous assez joyeux et avons décidé d'acheter du vin et de retourner chez moi pour prendre un...

1.1K Des vues

Likes 0

C'est maintenant ta chance garçon

Fbailey histoire numéro 415 C'est maintenant ta chance garçon Notre famille est assez proche et nous avons toujours de la compagnie le week-end. Papa est vice-président dans une entreprise manufacturière ici en ville, maman est secrétaire de direction dans une autre entreprise manufacturière en ville, et j'ai quatorze ans et j'entrerai au lycée à l'automne. La neuvième année me fait un peu peur. Être un nerd en informatique, vierge et avoir une grande maison dans le meilleur quartier de la ville va certainement faire de moi une cible pour les sportifs. Je ne l'attends pas du tout. Notre chambre familiale était...

904 Des vues

Likes 0

Secondes bâclées_(10)

J'ai enfin mes secondes bâclées, alors je demande à Toni de s'asseoir sur mon visage pour lui dire de pousser ce qui vient pendant que je la mange. Elle remplit tellement mon visage que le cou et la poitrine sont couverts de toutes les gouttes, je ne pouvais pas croire tout le sperme qu'elle avait encore stocké dans cette chatte, mais encore une fois, elle a reçu au moins 4 charges là-dedans. Elle se tortille sur tout mon visage alors que je suce son clitoris et lui lèche la chatte jusqu'à ce qu'elle explose et me gicle, maintenant je suis totalement...

803 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.