Séduction d'une femme conservatrice

948Report
Séduction d'une femme conservatrice

Liz et moi nous sommes mariés jeunes, j'avais 21 ans et elle n'en avait que 18, un peu plus que des enfants vraiment. Nos parents ne pensaient pas que cela durerait longtemps, mais d'une manière ou d'une autre, nous avons grandi et construit ensemble un mariage solide et heureux. J'aimerais que vous puissiez voir les photos de Liz dans sa robe de mariée, elle ressemblait à une poupée de porcelaine parfaite ! Elle mesure 5 pieds 3 pouces avec des cheveux bruns foncés et des yeux bruns plus foncés, 110 livres et a une silhouette sinueuse et de magnifiques seins 34C parfaitement formés qui reposent bien et haut sur sa poitrine. Elle a l'air d'une jolie petite fille et même si elle n'est pas une beauté époustouflante, les hommes la regardent toujours deux fois et le deuxième regard est toujours long et persistant.

Nous voici donc 10 ans plus tard avec deux petits enfants et luttant pour payer l'hypothèque d'une vieille maison délabrée dans un joli village. Vous penseriez que je serais glorieusement heureux, n'est-ce pas, mais je ne le suis pas. Je suis déprimé. Pourquoi? Eh bien, vous voyez, Liz est issue d'une famille catholique et a été éduquée dans une école de couvent dirigée par un ordre strict de religieuses. Dès son plus jeune âge, elle a été endoctrinée avec l'enseignement selon lequel le sexe était un péché, que seules les filles méchantes ont des relations sexuelles et les bonnes filles catholiques. ne s'est pas livré. Le résultat de tout ce lavage de cerveau était que Liz était très réprimée à propos du sexe et il y avait toujours une teinte de culpabilité qui y était attachée, ce qui me faisait me sentir coupable aussi. Cela dit, elle ne m'a jamais refusé et était prête si je faisais le premier pas, mais elle n'a jamais incité ou suggéré le sexe, c'était toujours moi qui devais prendre les devants. Quand nous avons eu des relations sexuelles, c'était très direct et stéréotypé. Elle n'aimait pas le sexe oral, c'était toujours dans le noir et dans la chambre, et elle n'a jamais voulu essayer d'autres positions ou être aventureuse de quelque façon que ce soit.

J'ai essayé plusieurs fois de lui en parler, mais elle avait juste l'habitude de pleurer et de dire qu'elle ne pouvait pas s'en empêcher, c'était juste qu'elle était elle-même. Cependant, elle était complètement loyale et aimante et était dévouée à moi et aux enfants et elle n'avait aucun vice donc je l'aimais vraiment et profondément et je savais que j'allais devoir l'accepter pour ce que elle était.

J'avais l'habitude d'entendre des gars au travail parler de leurs partenaires et à quel point ils étaient libérés et indulgents et cela me faisait mal d'envie alors j'ai décidé d'essayer de briser ses angoisses et de lui donner la liberté sexuelle que j'étais sûr qu'elle voulait et apprécierait, mais comment faire? Je lui ai acheté de la lingerie sexy et je l'ai persuadée de la porter un soir, mais elle était tellement gênée qu'elle n'a pas pu aller jusqu'au bout et m'a boudé pendant quelques jours après. Je me sentais terrible de l'avoir obligée à essayer. J'ai trouvé le courage de réessayer plus tard et j'ai acheté un petit vibromasseur, mais encore une fois, cela s'est soldé par un désastre gênant et embarrassant. Je manquais d'idées et devenais de plus en plus désespérée.

Ensuite, la station-service locale a commencé à louer des cassettes vidéo et ils avaient une section pour adultes soft core, alors j'en ai loué une qui avait l'air assez racée mais toujours assez douce et je l'ai ramenée à la maison. Ce soir-là, après le souper et les k ** s étaient au lit, nous étions assis sur le canapé en train de regarder une émission de télévision quand j'ai dit que j'avais une vidéo à regarder.

"Qu'est-ce que c'est alors?" a demandé Liz.

"Eh bien, c'est une sorte de film d'action." J'ai menti.

"OK, mets-le alors et nous allons essayer." dit-elle vivement.

J'ai chargé la cassette et j'ai appuyé sur le bouton de lecture. Il y avait une histoire en tant que telle sur un détective à la recherche d'une fille disparue, mais le jeu, l'intrigue et la qualité étaient tous épouvantables.

"C'est n'importe quoi ! Tu veux vraiment le regarder ?" Liz a défié.

"Oh, allez, donnons-lui une chance." J'ai plaidé.

Soudain, le ton du film a changé avec une scène de chambre à coucher d'un couple tombant sur un lit, se déshabillant et s'embrassant avec enthousiasme. Tout était flou et assez inoffensif mais c'était quand même assez chargé et excitant et bien sûr c'était la première fois que Liz voyait quelque chose comme ça. Je me suis préparé à la réaction.

"C'est dégoûtant." mais sa voix n'était pas dure et en colère, à la place elle était étouffée et choquée.

« Voulez-vous que je l'éteigne ? J'ai demandé.

"Non, non, c'est OK, laissez-le fonctionner." vint la réponse surprenante.

Au fur et à mesure que le film avançait, il y avait plus de scènes de sexe doux mais vigoureux dans diverses combinaisons au cours desquelles Liz était assise dans un silence complet, mais j'étais conscient de l'intensité avec laquelle elle regardait les scènes de sexe. La vidéo s'est terminée et je l'ai éteinte.

"Qu'en as-tu pensé?" ai-je demandé avec hésitation.

« Ouais, c'était OK, un peu docile peut-être mais bon. fut sa réponse réfléchie. Un peu docile je pensais? C'était surprenant ! J'ai décidé de pousser plus loin.

« Aimeriez-vous en voir un autre de temps en temps ? J'ai osé, "peut-être quelque chose d'un peu plus fort?"

"Peut-être, bon OK pourquoi pas." Elle a souri. Mon esprit s'emballait à cette pensée, peut-être que le porno était la clé que je cherchais.

Peu de temps après, nous sommes allés nous coucher. Après que nous nous soyons installés avec la lumière éteinte, Liz a rigolé.

"Je suppose que ce film t'a excité alors? J'ai vu le renflement grossir dans ton pantalon, tu veux que je soulage la pression pour toi?"

Ai-je? Ai-je jamais. J'étais déjà enflé et raide quand elle a saisi mon sexe et a commencé à le taquiner. Maintenant, alors que Liz avait beaucoup de problèmes avec le sexe, elle était une experte en matière de piqûres de classe mondiale, elle savait exactement où et à quel point me faire travailler. Elle pouvait juger exactement quand j'étais sur le bord, puis elle s'arrêtait et me laissait me calmer avant de me travailler à nouveau. Comme elle m'a donné son attention experte, elle a demandé.

"Quelle partie du film as-tu préféré ?"

"La poursuite en voiture."

"Non idiot, je veux dire lequel des morceaux grossiers avez-vous préféré?" Elle insistait discrètement.

"J'ai aimé le moment où le gars était au lit avec les deux filles" ai-je provoqué.

Elle haleta et serra très fort ma hampe jusqu'à ce que je grimace, mais elle gloussa à nouveau.

"Cochon ! Mais je suppose que c'est le fantasme de tout homme." conclut-elle.

« Et vous ? Quelle était votre partie préférée alors ? J'ai demandé.

"Hum, je ne sais pas. C'était assez excitant de voir ces gens faire l'amour, ça donne des idées non ?"

Quoi? Des idées ? Même si j'étais au bord d'un énorme orgasme, mon esprit se concentrait sur ce qu'elle avait dit. Je savais que je devais exploiter cela le plus tôt et le plus possible.

"Dis moi que tu m'aimes." murmura-t-elle alors qu'elle m'amenait à une finition explosive.

À peu près à cette époque, nous avons fait emménager un nouveau voisin. La maison était vide depuis un certain temps et était dans un état encore plus délabré que la nôtre. Par la fenêtre, nous avons vu la camionnette garée à l'extérieur en train d'être déchargée, nous les avons donc laissées mais le lendemain, nous avons dû descendre la rue jusqu'aux magasins et Liz a dit que nous devrions frapper à la porte et nous présenter. La journée a été ouverte par un homme d'une cinquantaine d'années. Il était bronzé et maigre et avait une crinière de cheveux gris argentés et une barbe et une moustache argentées assorties. Il avait l'air très distingué mais les traits les plus remarquables étaient ses yeux sombres et perçants.

" Bonjour, comment puis-je vous aider?" il a souri.

Sa voix était profonde et riche mais il y avait du rire dedans. Il nous regarda tous les deux en me donnant juste un coup d'œil superficiel mais ses yeux se posèrent sur Liz et restèrent sur elle.

"Salut, je m'appelle Liz et voici mon mari Alec, nous sommes vos voisins."

Elle lui offrit sa main à serrer qu'il prit mais il sembla la tenir une fraction de trop longtemps. Lui et moi nous sommes alors serré la main. Sa poignée de main était très ferme et sa peau était comme du vieux cuir.

"Eh bien, je suis ravi de te rencontrer, je m'appelle Rob et je suis tellement content d'avoir des voisins aussi sympathiques, surtout quand ils sont aussi adorables que toi Liz." Il lui sourit largement.

"Vous et votre femme devez venir boire un verre un soir." Liz rougit.

"J'aimerais vraiment ça mais il n'y a pas de femme donc tu devras juste me supporter j'en ai peur. Et demain soir ?" il sourit à nouveau.

Nous avons accepté qu'il vienne le lendemain soir, avons fait nos adieux et avons continué à marcher sur la route.

"Il semble un gars assez décent." J'ai offert.

"Ça me donne la chair de poule," dit Liz "tu as vu la façon dont il me regardait ? Et ses yeux ! Il ressemble à un démon."

« Alors pourquoi l'avez-vous invité ? J'ai demandé.

"Parce que c'est la chose appropriée et polie à faire." dit-elle.

"Tu sais qu'un jour ton sens du fair-play et de la décence va t'amener là-dedans !" J'ai mis en garde. Je n'avais jamais réalisé à quel point mes paroles deviendraient prophétiques.

Le lendemain au travail, un collègue est venu vers moi.

« J'ai entendu dire que vous aviez un nouveau voisin. il a dit.

"Ouais, un gars qui s'appelle Rob. Comment t'as su ?" demandai-je curieusement.

"Oh, je connais Rob grâce à notre travail dans un groupe de jeunes. Il vient de divorcer, vous savez, pour la troisième fois ! C'est un terrible coureur de jupons, un satyre total. Il a juste dû quitter le groupe de jeunes pour avoir eu une liaison avec l'un des assistants. et il a aussi une ordonnance de paternité contre lui après avoir mis sa secrétaire enceinte. C'est un voyou et pas d'erreur !" il sourit. J'ai décidé de garder cette information pour moi pour le moment.

Quand je suis rentré à la maison, Liz était occupée à préparer des collations et à ranger la maison, elle avait même apporté des fleurs fraîches du jardin, elle était vraiment l'hôtesse parfaite. Pile à l'heure, Rob a sonné à la porte et nous l'avons fait entrer, je lui ai serré la main mais il avait apporté un bouquet de fleurs pour Liz.

"Je t'ai apporté ça pour te remercier d'avoir été si accueillant, ça compte beaucoup pour moi, je ne suis généralement pas le bienvenu nulle part." dit-il avec son rire profond et grondant.

Liz rougit et marmonna un merci embarrassé mais Rob s'approcha d'elle et lui fit un câlin et un baiser sur la joue. L'étreinte a duré un moment et j'ai deviné qu'il appréciait la sensation de son corps contre lui, en particulier ses seins fermes et généreux.

Nous nous sommes tous assis et avons passé les heures suivantes dans une soirée sociale très amicale et agréable. Rob était l'invité parfait; plein d'esprit, charmant et complètement aimable. C'était un buveur de whisky comme moi et il a puni la bouteille tout au long de la soirée. Nous en avons appris un peu plus sur lui, il a dit qu'il était divorcé mais n'a pas donné plus de détails. Une chose qu'il n'a pas tardé à nous dire, c'est qu'il avait été stérilisé et qu'il venait de recevoir ses résultats de test et qu'il était "en sécurité". C'était évidemment pour le bénéfice de Liz car à ce moment-là, je savais qu'il était tout sauf en sécurité avec ma femme ! .

Il était formateur en vente pour une grande entreprise informatique et a passé beaucoup de temps à parcourir le pays pour animer des séminaires pour les équipes de vente. Il a certainement monté une offensive de charme sur Liz, il l'a flattée et complimentée à chaque occasion et j'ai pris conscience que son attitude envers lui changeait. D'être froidement formelle, elle s'est considérablement réchauffée avec lui, quand ils ont parlé ensemble, j'ai remarqué qu'elle penchait légèrement son corps vers lui. Je sais qu'il l'a remarqué aussi parce que même si elle portait un chemisier blanc uni, ses hauts seins fermes donnaient toujours un aperçu alléchant du décolleté, quelque chose que Rob appréciait évidemment par le temps qu'il passait à les reluquer subrepticement.

Vers 23 heures, Rob a regardé directement Liz et a annoncé qu'il voulait aller se coucher, l'inférence était évidente mais Liz a juste rigolé comme une écolière. Quand il s'est levé pour partir, il a de nouveau emporté Liz dans un autre câlin qui était beaucoup plus long que celui qu'il lui avait donné à son arrivée, il l'a également embrassée sur les deux joues. Après son départ, nous avons débarrassé la vaisselle et les verres et nous sommes montés nous coucher. Pendant que nous nous changions, j'ai pensé que je verrais ce que Liz ressentait.

"Eh bien, ça a l'air de bien se passer, tu ne penses pas ?" dis-je nonchalamment.

« Oui, il est en fait très charmant, je pense que je l'ai peut-être un peu mal jugé. ce whisky qu'il a bu." et encore elle gloussa sans vergogne.

"Je n'en suis pas sûr, un ami commun m'a dit aujourd'hui qu'il est un coureur de jupons notoire avec des mariages et des aventures à gogo derrière lui. Il semble qu'il ne peut pas laisser les femmes seules."

« Oh ! Vraiment ! Eh bien, eh bien. Remarquez que je ne suis pas surpris de la façon dont il n'arrêtait pas de venir vers moi et de me regarder avec ses yeux de démon.

"Alors, qu'est-ce que tu ressens à propos de ça ?"

"Umm, je ne suis pas sûr. Au début, je n'aimais pas ça mais ensuite j'ai réalisé que c'était bien d'avoir quelqu'un d'autre que toi qui me trouve attirante, mais ne t'inquiète pas, il est bien trop vieux pour moi." et elle rit vivement. Cependant, il y avait un regard pensif dans ses yeux.

Je me suis senti rassuré par sa réponse et j'étais convaincu que Liz m'était totalement fidèle, mais cette nuit-là et la majeure partie du lendemain, j'ai continué à tourner cela dans mon esprit. Je n'arrivais pas à savoir si je me sentais menacé par Rob ou si, comme Liz, je devais me sentir flatté qu'il ait trouvé ma femme attirante, après tout, tout homme aime être envié par les autres. Il la trouvait évidemment attirante mais jusqu'où irait-il ? La question me tourmentait constamment à l'esprit, accompagnée d'une question que je n'aurais jamais pensé me poser : jusqu'où voulais-je que cela aille ?

J'aimais beaucoup ma femme, mais la perspective soudaine et inédite qu'elle ait une liaison était tout à fait déroutante. J'étais très possessif envers elle, mais même ainsi, je me disais que si elle voulait un amant, comment pouvais-je l'interdire et pouvais-je même le faire ? Et si je le faisais, quel dommage cela ferait-il à notre mariage. J'ai décidé de me concentrer plutôt sur l'éveil de ses passions ; J'ai pensé que si je faisais cela, elle ne voudrait pas d'un autre homme.

J'ai appelé à nouveau la station-service et j'ai cherché un film vidéo approprié qui pourrait explorer davantage les sentiments sexuels de Liz. Je ne voulais rien de hardcore, j'avais déjà vu des films hardcore et c'était un peu plus que des leçons d'anatomie et je ne voulais pas effrayer Liz mais j'avais besoin de quelque chose de plus fort pour l'exciter davantage. En regardant toutes les boîtes vidéo, j'en ai trouvé une avec une image au dos d'une scène de bondage. Pas mal, pensai-je, repoussant les limites mais pas trop loin, alors je l'ai vérifié à la bibliothèque.

Ce soir-là, alors que nous nous asseyions à nouveau après avoir mangé et fini nos corvées, j'ai dit : "J'ai une autre vidéo aujourd'hui, tu veux la regarder ?"

"Oh wow, génial, pouvons-nous le regarder maintenant? Vous l'installez et je nous prépare un verre."

Je pensais que j'allais devoir inciter Liz à le regarder, mais ici, elle était impatiente et enthousiaste et buvait aussi un verre ! C'était un comportement très inhabituel ! Nous nous sommes assis sur le canapé et je me suis assis un peu en retrait d'elle pour pouvoir observer sa réaction. J'ai appuyé sur le bouton de lecture de la télécommande. Comme avant, la qualité, le son et la production étaient épouvantables, mais Liz était concentrée sur l'écran de télévision. Il y avait quelques scènes de sexe à peu près les mêmes que dans le dernier film et elle était totalement absorbée par elles. Elle était silencieuse mais j'ai vu son corps se tendre alors qu'elle regardait. Puis la scène que j'attendais s'est produite. Un homme est entré par effraction dans une maison et a trouvé une femme seule dans la chambre. Elle se tourna pour le voir mais avant qu'elle ne puisse crier, il l'avait jetée sur le lit, l'avait clouée au sol et lui avait mis du ruban adhésif sur la bouche. Liz se raidit et se redressa, hypnotisée par l'action de déploiement. L'homme a ensuite attaché les mains de la femme à la tête de lit avec une corde bien placée, l'a déshabillée et l'a prise avec force.

J'ai regardé attentivement Liz, elle murmurait silencieusement 'Oh mon dieu' encore et encore. Ses doigts étaient étroitement serrés dans ses paumes et ses cuisses se frottaient l'une contre l'autre. À la fin de la scène, elle s'est tournée vers moi et m'a dit : « Voulez-vous me faire ça ? Maintenant, maintenant ?

Et là-dessus, elle a attrapé ma main et m'a traînée à l'étage. Quand nous sommes entrés dans la chambre, je suis allé à mon tiroir de vêtements pour trouver quelques liens avec lesquels la lier et quand je me suis retourné, Liz était déjà nue sur le lit avec ses jambes écartées.

"Vite amant vite, j'en ai tellement besoin."

Sur ce, elle a levé les bras au-dessus de sa tête et les a maintenus là pendant que je tâtonnais pour les attacher avec ma cravate. Je me suis déshabillé aussi vite que j'ai pu et je me suis agenouillé à califourchon sur elle. Elle respirait très vite dans un pantalon court et peu profond, ses mamelons étaient gonflés et durs et elle était rouge autour de ses joues et de son cou. J'ai pris la deuxième cravate et je l'ai attachée autour de sa tête en guise de bandeau. Elle gémissait comme un petit connard. Je me suis penché et l'ai embrassée sur la bouche, puis j'ai pincé très fort chacun de ses mamelons. Elle haleta bruyamment et se tordit sous moi, tirant inutilement sur ses liens.

"Oh mon dieu, oh mon dieu, prends-moi bébé, prends-moi maintenant aussi fort que tu peux, s'il te plaît, prends-moi maintenant." balbutia-t-elle.

Au lieu de cela, j'ai pris le bout de mon arbre et je l'ai tenu contre sa bouche. Immédiatement, elle haleta et ouvrit la bouche pour l'accepter. Alors que je poussais doucement le long de ses lèvres, je sentis sa langue feuilleter le bout gonflé et ses lèvres se refermer autour de mon sexe alors qu'elle commençait doucement à sucer. Elle gémit à nouveau et alors qu'elle le faisait, je tendis la main derrière moi et commençai à taquiner son clitoris avec mes doigts.

J'étais tellement excité que je savais que j'étais très proche alors je me suis éloigné de sa bouche et je me suis déplacé entre ses jambes. Pendant que je le faisais, elle arqua le dos et leva les deux jambes en l'air. J'ai glissé doucement en elle, mon dieu qu'elle était mouillée, vraiment mouillée donc lors de ma première poussée j'ai claqué complètement en elle. Elle poussa un long gémissement profond d'extase pure. Je me sentais comme un dieu. J'ai essayé de contrôler mon besoin d'exploser en essayant de me concentrer sur le travail, la réparation du toit, le découvert bancaire en fait n'importe quoi pour me distraire et me ralentir mais son corps magnifique était écrasant et après seulement quelques poussées je ne pouvais plus me retenir plus longtemps. Liz me sentit me tendre et se cambra à nouveau, gémit bruyamment et je sentis les muscles de sa chatte me saisir fermement. Nous nous sommes réunis puissamment.

Ensuite, nous restâmes immobiles dans une sorte de silence choqué. J'ai détaché ses mains et elle les a enroulées autour de mon cou tout en enroulant ses jambes autour de ma taille.

"Ummmm, c'était incroyablement bon amant, je suis venu tellement fort pour toi." elle ronronnait comme un chaton satisfait.

Je ne me souviens pas m'être endormi, mais j'étais tellement épuisé que j'ai dormi jusqu'à l'alarme le lendemain matin. J'ai commencé à penser qu'en étant attachée et impuissante, Liz s'absolvait de toute responsabilité pour son comportement gratuit, tout était hors de son contrôle, alors comment pouvait-elle se sentir coupable à ce sujet ? J'ai senti que la clé que je cherchais commençait à tourner dans la serrure.

J'ai réussi à rester éveillé pendant le travail le lendemain et je suis rentré chez moi en me sentant comme quelque chose que le chat avait traîné. Quand je suis arrivé, Liz s'est précipitée pour me rencontrer.

"J'ai eu un visiteur aujourd'hui." elle a annoncé.

"Oh ouais, qui était-ce?"

"Rob, il est venu te dire merci pour l'autre soir."

"C'était gentil de sa part."

"Oui, mais dès que je l'ai invité à entrer, il m'a fait une passe, il m'a serré les fesses et a dit qu'il aimerait mieux me connaître, BEAUCOUP mieux."

"Alors qu'as-tu fait?"

"J'en ai ri mais il était sérieux."

Immédiatement, les pensées que j'essayais de perdre ont refait surface et j'étais confuse et incertaine de ce que je ressentais exactement. Dois-je être contrarié par son comportement ? Je pensais que je devrais l'être mais je ne l'étais pas, en fait je me sentais étrangement excité à ce sujet. Dieu, qu'est-ce qui ne va pas avec moi!

"Alors, comment vous sentez-vous à propos de tout cela?" J'ai demandé à Liz.

"C'est la chose étrange, je ne sais pas. A l'époque, j'étais choqué mais maintenant je me sens un peu excité à ce sujet. C'est très flatteur d'être poursuivi par un homme séduisant même s'il est un peu vieux ! Ses yeux regardent comme des yeux de diable! Je pense que je devrais faire attention à lui cependant.

Un homme séduisant ? Un peu excité ! Qu'est-ce que c'est? Et maintenant il n'est pas trop vieux mais juste un peu vieux !

"Je pense que tu devrais aussi." Je me suis dit plus que Liz.

"Oh, et il veut t'offrir une bière ce soir au pub, il a dit qu'il te verrait là-bas vers 20h00. Il veut te dire quelque chose mais il n'a pas voulu me dire ce que c'était."

Cela devenait soudainement plus profond et je sentais certainement que je pataugeais hors de ma profondeur. Il se passait des choses qui ruinaient mon petit monde douillet et j'ai commencé à avoir un peu peur.

Après le souper et les corvées, elle a dit : « Quand tu reviendras du pub avec Rob, je veux te demander quelque chose. Encore plus de soucis, pensai-je.

À 8 heures, j'ai traversé le pub du village et j'ai trouvé Rob assis à une table dans un coin. Il s'est levé et m'a fait un signe de la main joyeux, s'est dirigé vers moi et m'a demandé ce que je voulais boire. Il a acheté quelques bières et nous nous sommes assis tous les deux.

« Est-ce que Liz t'a dit que j'avais appelé pour la voir ce matin ?

"Euh hein." dis-je prudemment.

"Eh bien, je suis sûr qu'elle t'a dit que je lui avais fait une passe alors."

"Euh hein."

"Je t'aime Alec tu es un mec sympa donc je vais te le dire en face. Je pense que Liz est une femme très attirante et désirable, le genre de femme qui me plaît vraiment et j'ai l'intention de la séduire et faire de toi un cocu."

« Quoi ? Excusez-moi ? »

"J'ai eu beaucoup de femmes dans ma vie, elles sont ma faiblesse, je vis pour chasser et apprécier les femmes et pour moi il n'y a rien de plus excitant ou qui me fait me sentir plus vivant que de séduire une femme. Pour séduire une femme mariée est le plus excitant de tous et les avoir dans leur lit conjugal est l"excitation ultime pour moi. J"ai l"expérience, la compétence et la ruse de toute une vie dans l"art de la séduction et j"en utiliserai chaque once pour séduire votre femme. Quand Je brise ses défenses Je vais l'utiliser sans pitié, je vais l'utiliser comme une poupée sexuelle, je vais l'utiliser jusqu'à ce que je sois rassasié et ça n'arrivera jamais, je lui ferai des choses que tu n'as jamais faites et je lui donnerai des expériences et des sentiments dont elle n'a jamais rêvé et non seulement elle sera une conquête volontaire mais elle me suppliera de lui faire plaisir. Je ne me reposerai pas jusqu'à ce que je me sois régalé d'elle, l'ai faite mienne et lui ai donné les expériences sexuelles de sa vie et là-bas Vous ne pouvez absolument rien faire pour m'arrêter."

OK, alors c'est tout. Il me met en demeure. Que dois je dire?

"Eh bien Rob, je comprends pourquoi tu veux Liz, après tout c'est pour ça que je l'ai épousée et je ne peux pas t'empêcher d'essayer pour elle mais je ne pense pas que tu réussiras, elle est très conservatrice, sexuellement innocente, naïve et très loyal."

"Très bien alors, tu dois m'aider à la séduire."

"Pourquoi devrais-je faire ça pour l'amour du ciel."

"Parce que, comme la plupart des hommes qui vivent dans un mariage sûr depuis quelques années, vous trouvez l'idée étrangement convaincante et excitante. Admettez-le, depuis que je m'intéresse à Liz, vous y pensez, n'est-ce pas ? "

"Oui." répondis-je faiblement.

"Je ne cherche pas à rompre votre mariage et je ne cherche pas non plus à vous la prendre. Vous n'avez rien à craindre de moi à cet égard. Et vous savez que l'idée que je fasse plaisir à votre femme vous excite au-delà de toute raison alors tu vas m'aider ?"

J'ai beaucoup réfléchi pendant un moment.

"Je n'arrive pas à croire que je dis ça mais oui, je vais t'aider mais ce ne sera pas facile, elle résistera à tes avances sur elle."

Ou du moins je pense qu'elle le fera de toute façon. Maintenant, je n'en suis plus si sûr.

"En attendant, vous devez tout me dire sur elle, ses secrets les plus intimes, les choses qui l'excitent, ses fantasmes et ses faiblesses, tout ce que je peux utiliser pour briser sa résistance envers moi."

Alors je lui ai dit tout ce que je pouvais. Je n'ai ressenti aucun sentiment de trahison, juste une excitation croissante pour planifier sa séduction avec une méthode et une intention aussi froides. Après cela, nous avons parlé de maisons, de travail, de voitures et de tout le reste, mais à ce moment-là, c'était une affaire conclue. Qu'est-ce que je faisais par pitié ?

Il était assez tard quand je suis rentré mais Liz a commencé à me parler dès que je suis entré.

« Tu te souviens de nos ébats l'autre soir ?

"Je ne pense pas que je l'oublierai jamais, c'était incroyable, fantastique, merveilleux."

Elle sourit et gloussa de façon provocante, "Eh bien, j'ai pensé que la prochaine fois je voudrais t'attacher et te faire plaisir," puis d'une voix plus calme "et je veux l'enregistrer sur vidéo." Elle baissa la tête et leva les yeux vers moi avec coquetterie.

Liz n'arrêtait pas de filmer les mecs qui grandissaient alors j'avais mis l'argent ensemble pour acheter un caméscope d'occasion. Maintenant, nous allions faire notre propre film porno !

Putain de merde, peut-il y avoir d'autres chocs ce soir ! J'ai maintenant l'impression d'avoir transformé ma femme d'une prude conservatrice en une maniaque du sexe endémique et mon voisin excité veut la débaucher. Tout cela devenait un peu trop pour moi pour me faire comprendre.

« Au fait, qu'est-ce que Rob voulait te dire ?

« Oh, il part quelques jours et il voulait que je garde un œil sur la maison pour lui. J'ai menti. Il était hors de question que je lui dise ce qu'il avait vraiment dit.

L'enthousiasme de Liz pour la réalisation de notre film était écrasant et elle a insisté pour que je prenne un après-midi de congé afin que nous puissions faire le film à la lumière du jour et pendant que les enfants étaient à l'école. Dès que je suis rentré à la maison, Liz m'a fait prendre une douche, puis a installé le caméscope dans notre chambre au-dessus de l'armoire qui surplombe le lit. Ensuite, elle a soigneusement attaché mes mains et mes pieds au cadre du lit (étonnamment étroitement) afin que je sois efficacement écarté. Elle portait son caftan préféré et lorsque le voyant rouge a commencé à clignoter sur le caméscope, elle a ouvert la fermeture éclair et l'a laissé tomber au sol.

Elle portait la lingerie sexy que je lui avais achetée auparavant ! Une silhouette étreignant une guêpière noire qui serrait ses seins ensemble et vers le haut, des bas noirs attachés aux bretelles, de minuscules slips noirs et un joli tour de cou en velours noir arborant une petite broche camée. Elle avait l'air absolument prodigieuse, atrocement belle et sans aucune pensée consciente, mon arbre s'est élevé à sa vue.

« Mon Dieu, mais tu es un garçon affamé, n'est-ce pas ? elle ronronnait.

Elle a ensuite grimpé sur le lit à côté de moi en veillant à ne pas obscurcir la vue des caméras et a commencé à caresser mon arbre douloureux.

« Mmmmm, je pense que je vais prendre plaisir à te faire souffrir pour mon plaisir et tout sera pour mon plaisir.

Sans un mot de plus, elle a pris mon sexe profondément dans sa bouche et a commencé à le sucer, à le tordre et à le lécher. Ce fut le début des quelques minutes les plus surprenantes et les plus agréables de ma vie. Elle a serré, taquiné et satisfait aussi longtemps que j'ai pu le supporter et tout le temps, elle a fait les commentaires sexuels les plus suggestifs. Quand elle m'a finalement relâchée, elle a ri de joie devant mes convulsions.

J'ai soudainement réalisé que ce n'était plus Liz ma petite femme timide et sage, c'était Liz la star du porno dominatrice et elle agissait avec beaucoup d'enthousiasme pour la caméra ! Enfin, j'avais trouvé sur quels boutons appuyer pour éveiller ses passions, mais maintenant je commençais à penser que ce n'était peut-être pas une si bonne idée après tout. J'étais complètement épuisé.

Cette nuit-là, nous avons regardé la vidéo que nous avions faite et plutôt que d'être gênée de se voir se comporter ainsi, elle s'est réjouie de son comportement en soulignant les moments où sa performance lui plaisait particulièrement. Quand ce fut fini, elle m'a regardé et m'a dit

"Je veux en faire un autre mais un peu plus audacieux cette fois." Ses yeux brillaient.

« Que veux-tu dire par plus audacieux ? ai-je demandé avec hésitation.

"Je ne sais pas mais tu es doué pour ce genre de choses, tu proposes quelque chose."

J'ai décidé en un clin d'œil de franchir le pas, "OK, et si on faisait pareil mais avec un autre homme à ma place ?"

Je me préparai pour ce qui, j'en étais sûr, allait être une crise de nerfs.

"OMS?"

Pas "Es-tu fou", "Pas question" ou "Qu'est-ce que tu penses que je suis" juste "Qui ?"

"Eh bien, je pensais que peut-être Rob." encore une fois je me suis accroché.

Un silence pensif, pas de protestations, de choc ou d'indignation juste un silence pensif.

« Est-ce qu'il serait d'accord, tu penses ? Je dois dire que je suis curieux à son sujet. son rire était plein d'intention.

Curieux de lui hein? Eh bien, une chose que je savais sur les femmes, c'est que la curiosité était leur chute. Plus de femmes avaient succombé à leur curiosité qu'à un certain nombre de dîners aux chandelles, de promenades au clair de lune le long de la plage ou de bijoux en diamants. Quand une femme s'intéressait à un homme, c'était la certitude que des choses arriveraient. Maintenant, Liz était curieuse au sujet de Rob. Je savais exactement où cela allait se terminer.

"Oh oui, je suis sûr qu'il serait d'accord, tout ce qui le rapprochera de toi, il sera d'accord, tu sais déjà qu'il te veut."

Elle gloussa à nouveau, cette fois c'était un son purement sexuel.

"Comment ferions-nous alors ? Je ne veux pas qu'il me voie ou me touche. Je veux juste profiter de lui."

« Il voudra voir la vidéo cependant, il te verra quand même alors ?

"C'est différent, c'est de la vidéo, je ne veux juste pas qu'il me voie pendant que je l'ai, ce serait mal."

Oh mon dieu, ça va plus vite que je ne peux y faire face, elle veut en fait faire plaisir à l'homme qui a l'intention de la séduire mais elle ne veut pas qu'il la voie en chair et en os ? La logique d'une femme m'avait toujours dépassé. Je devenais fou avec tout ça.

J'ai mentionné que nous vivions dans une vieille maison originale et l'une de ses particularités était un loft au premier étage qui était assez grand et avait des poutres cintrées, alors en réfléchissant rapidement, j'ai décidé que ce serait l'idéal.

"OK, on ​​le filme dans le loft. On peut lui attacher les bras aux poutres du plafond et le faire rester là. Avec un bandeau sur les yeux, il ne pourra ni vous voir ni vous toucher. Vous entrez après qu'il ait été pendu et quittez la pièce avant que je ne le laisse tomber. Ce que vous lui faites dépend entièrement de vous, je vais juste faire fonctionner la caméra.

"Quand vas-tu lui en parler ?"

"Dès qu'il reviendra de son voyage, il veut que nous sortions boire une pinte de toute façon. Je lui dirai les règles de base concernant l'interdiction de toucher ou de jeter un coup d'œil et qu'il doit accepter tout ce que vous souhaitez lui faire. . Est-ce que ça va ?"

"Mmmm oui, mais je veux qu'il soit huilé aussi, oh je ne peux pas attendre, s'il te plait fais en sorte que ça arrive mon amour." elle fit la moue.

J'avais vraiment réveillé ses passions endormies.

Rob est revenu de son voyage et m'a tout de suite appelé pour prendre rendez-vous pour aller boire un verre. Quand je suis arrivé au pub, il attendait à table avec deux pintes pour nous. Il s'est lancé tout de suite.

"Eh bien, êtes-vous allé quelque part avec Liz? Avez-vous travaillé sur elle? Suis-je plus près de l'avoir?"

"Oui, mais l'itinéraire est pour le moins inhabituel."

« Expliquez-moi, je ne comprends pas. il avait l'air perplexe.

Alors je lui ai parlé de la vidéo et de la servitude et comment cela avait enflammé les désirs de Liz et que cela avait maintenant abouti à ce qu'elle veuille qu'il se soumette à ses fantasmes.

"Je vois ce que tu veux dire par inhabituel. Alors pour me rapprocher de Liz, je dois accepter d'être son esclave sexuelle pendant qu'elle le filme ? Mmmm ce n'est pas quelque chose que j'ai jamais essayé auparavant mais ça m'intéresse et m'excite énormément. Je suis d'accord avec elle. Cela va être une conquête encore plus satisfaisante que je ne le pensais.

Nous avons fini nos bières et sommes rentrés à la maison. Liz s'est jetée sur moi dès que j'ai franchi la porte, "Eh bien, tu lui as demandé?"

"Oui et il est d'accord avec ça et tes conditions. Je t'avais dit qu'il le ferait pour se rapprocher de toi, il vient demain soir pour discuter des détails et des arrangements."

Elle éclata de rire : « Il ne se rapproche pas de moi mais je vais certainement me rapprocher de lui, pauvre imbécile ! Les hommes sont si crédules quand il s'agit de sexe, ils croient ce qu'ils veulent croire !

Je suis resté très silencieux.

Le lendemain soir, lorsque Rob est venu, Liz l'a accueilli chaleureusement et avec une grande confiance, j'ai reconnu le changement total dans son attitude envers lui.

"Salut Rob, je suis tellement content que tu aies accepté ma proposition, je l'attends avec impatience." et avec cela, elle jeta ses deux bras autour de son cou et lui donna un long baiser sur les lèvres et appuya fortement ses hanches contre lui.

Je savais ce qu'elle faisait, elle avait mis un haut moulant avec un décolleté révélateur et elle le testait pour voir quel effet elle avait sur lui. L'effet a été immédiat et très visible.

"Mon Dieu, tu es content de me voir." elle l'a taquiné, puis à mon grand choc et à la surprise de Rob, elle a baissé sa main, a saisi son sexe et a serré. Puis elle s'écarta brusquement et éclata de rire.

"Pas plus, c'est juste un avant-goût de ce que tu vas avoir." son sourire était une pure méchanceté. Le sourire de Rob était jusqu'aux oreilles.

"Je ne peux pas attendre non plus Liz, mais je te préviens que je ne serai pas facile, tu devras travailler très dur pour moi."

"Oh Rob, je pense que tu seras celui qui sera très dur !" Ils rirent tous les deux.

Le moment passa et nous fixâmes une date et une heure et comment cela se passerait. Je ne me souviens pas beaucoup de ce qui a été discuté; J'étais toujours obsédé par la vue de ma jeune femme magnifique caressant la hampe d'un autre homme.

Pendant les deux jours suivants, Liz marchait dans les airs, elle bourdonnait d'anticipation et d'excitation. She went to the hairdressers and took herself off shopping for 'things' she needed for the big day. Also, for those two nights she became the passionate sensual woman I'd always dreamt of but I had a nasty nagging feeling she was using me for practice in preparation for her adventure with Rob.

Came the day and Liz spent all morning preparing herself to look her best. We had some old blackout curtains which I rigged in the loft as a background and floor covering, I'd bought a clothes rope and some screw eyes to rig up two ropes from the ceiling beam. I also fixed an angle poise lamp to the ceiling beam shining directly down and a second stand type lamp with two spotlights to one side to give oblique lighting for modelling. I had the camcorder on a rickety old tripod to one side, the mains lead was connected to prevent a battery failure at the wrong moment and I was set.

Rob arrived right on time, he let himself in the backdoor and climbed the stairs to the loft. We greeted each other as he looked around at the set up, glanced at his watch and said "It's time, I've been thinking about this constantly and now it's time, I think Liz is going to enjoy me more than she expects."

"You realise the longer you hold out the more adventurous Liz will have to become?" J'ai dit.

"I'm well prepared," he grinned "I took a Viagra earlier."

He stripped naked and as he began to oil himself with the baby oil we'd bought I looked at his shaft. He didn't look any bigger than me but he was massively thick and heavily veined, something I knew Liz appreciated in a man. I gave him a clean white towel that he wrapped round his waist and tied it at the back then I guided him to the spot under the ropes. He raised one arm and I tied the rope to his wrist and then his other hand the same. Finally I put the blindfold around his eyes.

"Es-tu prêt?" I asked him. He nodded his head.

I walked to the door of the loft and called Liz. She came in wearing a bath robe and stopped still when she saw Rob restrained and presented for her pleasure. She gave me a smile of pure lust. I started the camera running and turned the lights on. The oblique lighting angle lit Rob's body in a very flattering way highlighting his muscles and bone structure and his skin glistened from the baby oil.

Liz slipped the robe off onto the floor. She was wearing the same black lingerie that she had worn for me but with the addition of black high heels and a delicate filigree mask that concealed the top of her face. She looked more beautiful than I had ever seen her before and I wanted to take her myself there and then.

She walked up to Rob's left side, leaned up and kissed him on the cheek, she then nipped his ear lobe between her lips. Her left hand was resting on his chest running through the mass of hair.

"You are not allowed to speak, you may cry out in pain or pleasure but if you speak I will punish you, do you understand?"

He nodded his head silently, he was certainly going along with his role.

Liz circled round him dragging her sharp nails across his body as she did so, she pressed so hard it left red weals in his skin. When she stood in front of him again she placed her hand behind his head and kissed him lovingly on his lips.

"Now we begin." elle a chuchoté.

She gently ran the fingertips of both hands very gently across his chest moving them in circles, his skin had started to goose pimple in the cool loft and was already sensitive and his body hair rose to her touch. Then she took his nipples between the thumb and forefinger of each hand and tweaked them until they hardened, as soon as they had responded to her touch she lowered her head and flicked her tongue over each nipple in turn. His shaft started to grow beneath the towel, something that Liz immediately noticed.

"Mmm, you are a big boy aren't you." she purred.

But she didn't touch him there instead she started to nibble at his nipples while continuing to gently stroke his chest. His arousal continued until his shaft was fully erect beneath the towel. Liz stood back for a moment still running her hands through his chest hair to admire his length.

"My my, you could do some damage with that couldn't you." she cooed.

And at that moment the tip of his shaft poked through from the top of the towel. He was fully swollen and a deep purple colour and as I zoomed the camera in on it Liz put her hands on his hips and lowered herself to her knees, then she brought her mouth close to his tip.

"I can feel the heat coming from you and I can see your veins throbbing, I wonder what you taste like?"

She flicked her tongue over the soft purple flesh, at first just a slight lick and then she pushed her tongue right out and began to swirl it around him. Rob uttered a soft groan, tipped his head back and pulled hard on his bonds. They held firm and I could see them biting into his wrists. Liz licked that most sensitive part of his shaft for a full two minutes gradually applying more and more pressure.

"I love the taste of your shaft, I can't wait to feel it in my mouth." taquina-t-elle.

Rob's groans were becoming louder and more frequent and suddenly he pushed his hips forward into Liz's face. She sprang back and stood up.

"Oh no, you're not horny enough for that yet. You need to suffer a lot more first." she laughed.

She walked round him again until she stood on his left side, then she slowly ran her left hand down his chest and slowly, very slowly lowered her hand until it covered his shaft over the towel.

Then she started to rub her hand over it very gently and slowly from the tip to the root, occasionally she slipped her fingers over his girth and squeezed gently. His erection grew even more in response to her massaging and he started to gasp in time to her stroking. She realised he was getting too aroused so she walked round behind him and released the towel from around his waist and threw it to one side. Still standing behind him she slid her hands round his waist, down his thighs and then inwards to his groin. Carefully she took one of his balls in each hand and began squeezing and separating them in a circular rhythm. She was stopping his balls from rising up into him so he couldn't climax. She knew exactly how to work him. As soon as he had calmed down she walked round to stand before him again, sank to her knees and taking his shaft in her left hand and cupping his balls in her right hand she pulled the tip of his shaft downward and very slowly placed it into her mouth. She pushed her head downwards until most of it was deep inside and then she started to suck it. Again I zoomed in to show her cheeks hollowing with the power of her sucking. Her head started moving up and down in a deliberate calculated rhythm as she twisted her head from side to side.

Even though I was watching all this through a grainy tiny black and white viewfinder the vision of my soul partner pleasuring another man, delighting in inflicting cold blooded pain and pleasure on him drove my own excitement to the limit. I desperately wanted to grab my swollen shaft and give myself relief but my job was to record this for Liz for her to relish and enjoy later so I concentrated on the camerawork as best I could. I remembered that it was at this point that I had given way to her caresses and I marvelled at Rob's control but then I saw her holding his balls very tightly together denying him the release he so desperately needed.

She must have felt he was getting near again because she lifted her head from him, raised herself on her knees and placed his shaft between those wonderful breasts. Rob realised straight away what she was doing and started to rub himself up and down in the soft billowing flesh of her cleavage. His rubbing became faster and faster but again at the critical moment she released him and left him untouched. She was 'edging' him expertly. He gave a long desperate groan of despair.

Liz laughed at his frustration long and loud, lifted his head and kissed him on the lips again.

"Am I working hard enough yet Rob? How hard are you hmm?" she ran a fingernail along the thick vein on the front of his shaft, "No, you're not hard enough yet."

Then she reached down and pulled a length of thin black ribbon from the top of her stocking, looped it around the base of his shaft tying it into a bow and snatching it as tight as she could. Immediately his shaft turned bright red and swelled thicker than before, his veins swelled up as the blood flow was restricted until they looked like they must burst. Liz admired her handiwork with a delicious smile. Then she gently reached out her fingers and stroked the swollen veins with loving care. After she was satisfied that Rob was suffering exquisitely she turned and went to her discarded robe, carefully reached into the pocket and pulled out a sprig of Urtica dioica or stinging nettle leaves. Without a word she jammed them onto his balls forcing the spines into his flesh. Rob cried out in pain but Liz just laughed and then drove the leaves onto his erection before finally moving them up his shaft and onto the wildly sensitive tip. Again Rob cried out in genuine pain. I couldn't believe she could be so cruel but her sadism was obviously exciting her enormously. Rob whimpered softly.

"Now I'm going to finish you." dit-elle.

She dropped the nettles on the floor, released the ribbon cutting deep into his shaft, then stood to his left side so the camera got a good clear view and gripped his erection with her left hand. Holding his shaft out straight in front of him she began to work it back and forth with just her thumb and index finger grasped around the bottom of the tip. He immediately became rock hard again and he began to drive his shaft through her fingers, as forcefully as he could thrusting his hips forwards and backwards. After perhaps a minute Liz tightened her grip using all her fingers and his body stiffened, he gasped aloud and a thick string of seed shot from him with enormous force. He jerked convulsively a few times and then collapsed hanging from the ropes.

Liz kept her grip on him sliding her hand up and down him gently but firmly until she was sure she had drained him of every last drop of seed. As she released her grip she noticed some of his seed had splashed onto her finger. Carefully she raised her finger to her mouth and licked it up.

I stopped the camera recording.

Liz picked up her robe and walked out. I took off Rob's blindfold and released his wrists.

"Are you OK?" J'ai demandé.

"Bloody hell that was the most incredible hand job I've ever had, she is utterly fantastic and I want her more than ever. Now for pity's sake give me a whisky to stop me shaking."

He dressed slowly struggling to keep his balance then we went downstairs to the lounge and I poured him two fingers of Teachers, he downed it in one. I poured him a second and he settled himself onto the sofa. Just then Liz came downstairs, she had changed into jeans and sweatshirt but I could still see the flush of excitement on her face and neck. Rob turned to face her.

"Did you enjoy that Liz? Did I match up to expectation? I have to say it was the most amazing experience for me."

Liz looked embarrassed by both the situation and the question.

"Yes Rob, I did enjoy that and yes, you did come up to expectation, in fact you exceeded it by far, you were magnificent and I'm sorry if I hurt you." she said sincerely.

"Oh don't worry about that, it was all part of the deal wasn't it." he laughed but then his devil eyes narrowed as he fixed them on her before continued , "but talking of the deal I expect you to give me a rematch but this time you will be the one who is bound and blindfolded and I shall be the one enjoying myself."

Liz's eyes opened wide and her jaw dropped.

"But, but I..." she started.

"No buts," Rob interrupted, "I played the game for you, now it's only right that you play the game for me, after all that's only fair and I know what a fair person you are."

So that was his scheme! I'd told him about Liz's exaggerated sense of fairness and now he was using it as a lever to blackmail her into submitting to him. Clever, clever Rob. Liz turned her head to look at me and her expression was that of a rabbit caught in a car's headlights. She had no words, she was dumbstruck. Rob hesitated a moment as he could see her consternation and confusion and I think he sensed he was in danger of getting an outright "NO" in reply so he backed off and gently let her off the hook.

"I'll tell you what. I have to go away on business again for three days; I shall expect your answer when I return. Now I need to go and shower and rest." il a dit.

He got up to leave and I walked him to the back door. He paused in the doorway and said to me, "She's wavering but I expect you to do absolutely everything you can to get Liz to agree. After this afternoon I want her more than ever. Pressure her at every opportunity, she will listen to you, she trusts you, convince her to submit to me."

When I returned to the living room Liz had gone back upstairs and when I called her she told me she needed to be alone. When the k**s came home from school she reappeared to cook supper and play with them as if nothing had happened but later when we were sitting on the sofa again she said, "Well, are you going to show me the video of this afternoon or not?"

I loaded the tape into the machine and started it rolling, it lasted less than 10 minutes but Liz sat through it all in silence watching the screen intently. As the tape finished I looked at her and said, "Tell me what you're thinking?"

"I don't know, I'm really confused. What should I do?"

"Well, if you agree to submit to Rob you know exactly what will happen. He is a sexual predator who has had dozens of women so he will know exactly what to do to you to make you want him, he will use his undoubted skills to tease and arouse you until your body takes over from your mind and you won't be able to stop yourself from surrendering to him"

"But I love you." she said tearfully.

"And I love you too but this is not about love, this is about lust. Rob doesn't love you and he isn't interested in loving you. He lusts after you, he wants your body for his sexual gratification and to use you purely for his pleasure. You will just be the latest notch on his headboard. Now if the idea of another man having you just for the thrill, excitement and experience of pure sex interests you then this is the perfect opportunity. I'm sure Rob is a highly skilled lover who would give you enormous pleasure but without any messy emotional entanglements. I'm OK with you having another man because I think you deserve that experience and I know that we will still be happy and secure together afterward. But ask yourself honestly, do you think you would enjoy Rob having you?"

She looked away and whispered very quietly, "Yes, yes I think I would especially after seeing and enjoying his massive shaft today. I kept wondering how it would feel having it deep inside me, driving me crazy and making me come. Am I wicked for feeling like this?"

My heart began to pound and I felt dizzy hearing her say this. It was curiosity you see, it's their downfall every time.

"No my love, you are a wonderful woman who has a woman's feelings. If you want Rob to make love to you it's as natural and as understandable as your love for me, in fact I think it would make our love stronger." I said and I genuinely meant it.

She leaned over and gently kissed me.

"I love you with all my heart," she said "but I so want him to have me"

"Then it's agreed." was all I could say.

We didn't speak about it anymore that day or the next. Liz had looked into her heart and made her decision, she was sure in it and she knew that I was OK with it so there really was nothing more to say. During the next day Liz was very attentive and affectionate to me but I don't think she was feeling guilty or trying to make it up to me, I think she was genuinely happy and content. Seeing her so relaxed and settled reassured me that I was doing the right thing by her and that she had now become a whole and confident woman totally free of anxieties and guilt. I was so pleased that she had now become absolute and complete and utterly happy in herself.

That night the phone rang and I answered it, "Hello Alec, its Rob. How are you and Liz?"

The question was loaded and he was obviously desperate for the answer.

"Hold on Rob, I'll pass you over to her."

She had already got up and was making her way across the room when I handed the receiver to her.

"Hi Rob, how are you today?" she answered brightly. Her voice was full of confidence and strength.

Mumble mumble mumble from the phone.

"Yes I have decided and I will be very happy to give you the rematch you want."

Mumble mumble, mumble mumble mumble. She laughed, it was carefree and full of joy.

"I'm very excited about it too and I can hardly wait either, when do you want this to happen?" she turned and flashed me a truly happy smile.

Mumble mumble mumble.

"Friday afternoon when you get back is fine."

Mumble mumble mumble.

"Yes, OK, I understand and I will do as you say."

Mumble mumble mumble. Again that carefree laugh.

"You b**st, you say the most dreadful things to me and there is no need, I so want this too you know."

Mumble mumble mumble.

"D'ACCORD."

Mumble mumble.

"Yes I will, see you on Friday. Bye."

After she hung up she came back and sat beside me.

"And?" I queried.

"OK, he wants me in our bedroom on our bed, he wants full daylight and he will supply what he wants me to wear, I'm not to wear a mask or blindfold but I must wear my wedding ring and you and I are not to have any kind of sex until after he's finished with me."

"Are you OK with all that?" I asked uncertainly.

"I will do whatever he wants because I told him I would." was her flat reply.

Her face then became serious, "There is one thing though. I think Rob is the kind of man who in his passion may lose all control so if he tries to be kinky you must promise me you will step in and stop things."

"What exactly do you mean by 'kinky'?" I queried.

"I don't mind him being a bit rough, in fact I hope he is because that makes me so incredibly hot as you know," and she giggled mischievously, "but I don't want him to try and have sex with my bottom. I hate that and the thought of it makes me sick. Promise me you'll tell him and you'll stop him if he tries?"

I gave her a reassuring hug and said, "Don't worry poppet I will never let anyone do anything to you that you don't want." and I meant it because I loved her so.

Until Friday came Liz was a complete nervous fidget, she was like a c***d on Xmas Eve. She didn't talk about it but her eagerness was obvious, instead she put her energy into going over every inch of our bedroom making sure it was immaculately clean and attractive looking. She even washed the windows to ensure as much light as possible came through them, she explained that she wanted the best possible recording of her seduction. During this time she was true to her promise to Rob and she did no more than give me a friendly kiss me on the cheek but I could feel her anticipation and sexual tension rising.

However, one evening as I was sitting on the sofa watching TV Liz came in wearing a very short skirt and a tight T shirt with a very low neckline, she took the room in at a glance.

"Where's the TV remote?" elle a demandé. I pointed to it lying on the cushion at the other end of the sofa from me. Instead of walking round me to get to it Liz leaned across me struggling to reach it at the far end. This placed her b**sts firmly across my head.

"Oh flipping thing come here!" she complained but as she struggled to reach it her breasts jiggled firmly into my face. Now I defy any heterosexual man who still has a pulse not to be aroused by having a perfect bosom like Liz's massaging their face. Instantly I responded in a very visible fashion with an erection I could be proud of. Eventually the wriggling in my face stopped and Liz straightened up holding the remote. She immediately and deliberately looked down to see what effect her struggling had had on me. As she saw the bulge in my pants she smiled and flicked her eyes to mine in a look of satisfaction. She muttered quietly, "Mmmm, we can't have the k**s seeing that now can we?" and without warning she smacked my erection very hard with the back of the remote. I doubled up in pain but Liz just laughed, threw the remote back onto the sofa and flounced out in triumph. She was trying out her sexual powers on me and I was loving it!

Rob didn't call again and we had no contact with him until the Friday afternoon when he came to our door. Liz had been upstairs all morning in the bathroom and bedroom making sure she looked her very best so I sat him down on the sofa and gave him a whisky. He was carrying two plastic bags that had the name of a chain of high street adult shops on them. After he sat down he gave me one of them.

"Give these to Liz to put on, she must wear these and nothing else and she is not to see me until I begin her seduction."

I took the bag upstairs to Liz and relayed the message, she looked in the bag excitedly, "Oh wow, these are so sexy, they must have cost him a fortune!"

I left her to it and went downstairs again. As I sat down I said to Rob, "Listen Rob, there is one very strict ground rule today, anal sex is absolutely out, it revolts Liz and she's made me promise that I will not allow it no matter how heavy the action gets."

He smiled a gentle smile, "I quite understand and I give you my word on it. Besides, the very last thing I want to do now is upset Liz and put her off me when I'm just about to start having her."

He then went on to tell me how he wanted Liz prepared for him, what camera angles and close ups he wanted, how he would momentarily pause things to allow the camera a good angle or shot and what he particularly wanted to have recorded. He'd obviously been planning the whole thing meticulously and was intent on directing as well as starring in this film.

"This is absolutely the best thing," he grinned evilly as he drank his whisky, "I get to seduce a beautiful young woman half my age, a happily married woman at that, and I have her in her own marital bed in front of her husband who's filming it for me! God, this is the ultimate, I've never enjoyed a conquest as much as this before. I hope you have a full tape in the camera because I intend for this to take a long, long time. I've taken another Viagra so that I can ravish her better and for longer than she's ever known. I will make her so hot she will be begging me to have her." And he gave a broad leering grin, "Come on Alec, and don't look so glum, your darling wife is gagging for my shaft and I will make sure she gets more of it than her gorgeous young pussy can take. God, this is fantastic!"

I think I felt a bit sick, I had put myself in a position that I couldn't possibly win. If I tried to forbid what was going to happen then I felt certain that Liz would just go ahead regardless of what I said and simply cheat on me, at least this way I could influence or manage things to some degree. Then I felt the itch in my groin start to get worse and I knew that it was too late now and I wanted this to happen as much as Liz and Rob both did.

"I'm ready." Liz called from the bedroom. Rob gave me some handcuffs and I went up and opened the door. She was wearing the clothes Rob had bought her. It was a tight black lycra 'boob tube' type dress that hugged her figure like skin. It finished about 3 inches below her pussy and started half way across her breasts. There were no straps to hold it up and it was secured by a zip fastener that ran from top to bottom down the centre front. She also had on black latex stockings that ended about 2 inches below her skirt. It looked sensational and very expensive. Rob had chosen carefully and she looked incredible.

Then I began to position and bind her as Rob had directed. Our bed was an iron frame one with a metal bar head and foot board, she was to be kneeling at the bottom of the bed with her back to the foot board and facing the headboard. I handcuffed each of her hands slightly behind her to the foot board. I noticed she was shivering, "Are you cold? I can bring a heater." She shook her head, "No, I'm just very excited."

I checked the camera which was positioned to the side of the bed and quite high up looking down onto it and called Rob to come up. He was wearing the bathrobe he had asked for and I noticed there were some things in the pockets and that he had a small black whip like a miniature 'cat of 9 tails' stuck in the waist band. I told him that after I closed the door he should count to 30 before entering so I could get the camera running. From the cameras viewpoint Liz was in profile, her splendid breasts were outlined to perfection by the tight material of her dress and kneeling on the bed it had risen up to her hips. The door was to her right.

The door opened and Rob walked in. Liz turned her head to see him and let out a small gasp of sexual expectation at the sight of the man she was going to surrender herself too and who would take her innocence. As Rob looked back into her eyes his own narrowed into dark slits, he looked for the entire world like a tiger about to pounce on a young deer tethered to a tree.

"Seduce me." she said simply, the pupils her dark brown eyes opening wide as she drank in the sight of him.

He walked round and stood behind her. She tried to turn her head to follow him with her eyes but could only go so far and was unable to see him standing close behind. He ran a knuckle down between her shoulder blades and down her spine; she gasped and shuddered at h

Articles similaires

De belles vacances

Que fait une femme dans la mi-trentaine récemment divorcée lorsque son lieu de travail a 2 semaines de vacances ? Et bien, partez en vacances bien sûr. Mon ex-mari était une personne autoritaire, il avait besoin que les choses se fassent selon son emploi du temps. Mais il m'avait mis à l'aise, je suppose qu'être avec quelqu'un de 20 à 30 ans fait ça. Mais je suis content que ce chapitre de ma vie soit terminé. Je pouvais voir les signes il y a quelques années et je pense que je voulais inconsciemment quitter le mariage de toute façon. Mais c'était...

2.1K Des vues

Likes 0

Ramassage Mystère Partie 2_(0)

Ramassage Mystère Partie 2 Cindy avait été un pick-up décontracté qui est devenu un coup d'un soir pour John, mais après son départ, il y avait un vrai vide dans sa vie. Puis il l'avait revu dans le défilé et avait découvert qu'elle était la fille de 17 ans du chef de la police et le sentiment de vide avait été remplacé par la peur. Puis à l'improviste, elle s'était présentée chez lui et lui avait dit qu'elle serait de retour dans quelques mois à ses 18 ans. John n'arrivait pas à la sortir de son esprit et il passa en...

2.4K Des vues

Likes 0

Maître veut, maître obtient

J'étais debout dans mon salon, portant les vêtements qu'il m'avait envoyés, des chaussettes hautes noires, un string noir, un soutien-gorge noir et une robe courte transparente jetée par-dessus, il adorait voir ce qui serait bientôt le sien. Mon maître serait de retour dans moins de dix minutes. Après la dernière heure de sms, il m'avait dit que ce soir je serais « partant » J'ai répondu à la porte et il est entré et s'est tourné vers moi alors que je fermais la porte, quand je me suis retourné, sa main est allée directement dans mes cheveux, en attrapant un gros...

1.4K Des vues

Likes 0

Mon mari ne sait pas_(0)

Salut tout le monde, eh bien c'est ma première histoire que j'écris sur mes expériences sexuelles et j'espère que vous apprécierez. Je m'appelle Kristy, j'ai 29 ans, je vis sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud, très petite seulement environ 5 pieds 2, j'ai des seins extrêmement gros pour ma taille, une belle petite chatte et un cul assortis, cette histoire parle d'une rencontre sexuelle je eu avec un gars avec qui je suis devenu ami alors que je travaillais pour une grande entreprise de vente au détail. Il était notre chauffeur-livreur et beaucoup plus âgé, au début de...

835 Des vues

Likes 0

Coincé avec la petite fille

CHAPITRE 1 Je vis dans un appartement dans une maison de deux familles. Mon propriétaire est une gentille vieille dame. On s'entend bien. Je l'aide à magasiner, à faire des courses et à faire de petites réparations et de l'entretien autour de la maison. Je regardais la télévision en fin d'après-midi quand j'ai entendu des coups frénétiques à ma porte. Une jeune fille, je suppose une adolescente, se tenait là. Elle était vêtue d'une longue chemise de nuit avec des chaussettes. Elle a dit que sa grand-mère était malade et qu'elle avait appelé le 911, puis-je l'aider ? Nous me précipitâmes dans...

706 Des vues

Likes 0

Across Eternity (L'Infini) Livre 3 - Chapitre 12

La chevalerie Après sa soirée sanglante, Noah n'était pas pressé de sortir des bains, et le fait d'avoir la chambre pour lui tout seul était une sérénité bienvenue. En outre, il allait bientôt retourner vivre sur la route, où les bains chauds étaient rares. C'était bon de le savourer tant qu'il le pouvait, ainsi que la sensation d'un uniforme frais. Il s'arrêta au réfectoire et attrapa du pain et une pomme, puis retourna à son dortoir, après avoir passé les dernières heures à convoiter la douceur de son lit comme une vieille flamme. Il semblait que dès qu'il fermait les yeux...

585 Des vues

Likes 0

Lois de l'attraction : la Playgirl

REMARQUE FACEBOOK Lundi 7 septembre 2015 5h13, heure du Pacifique L’attraction a aussi des lois – comme si une chienne « salope » voulait que certains principes soient suivis avant de continuer à frapper et de commencer à avoir des relations sexuelles de toute façon. De mon point de vue, ce sont les principales lois de l’attraction que j’ai apprises en expérimentant à la fois l’amour et le sexe. 1. Ne demandez jamais de sexe à un homme. Oui, vous m'avez bien compris. Les hommes n'aiment pas que les femmes leur demandent du sexe. Ils feront comme s’ils n’avaient pas bien entendu ce...

591 Des vues

Likes 0

Deux exhibitionnistes se rencontrent

Deux exhibitionnistes se rencontrent Récemment, j'ai dû me rendre dans le New Jersey pour affaires. Une fois mon travail terminé, j'ai décidé de disparaître pendant un moment. J'ai éteint mon téléphone portable et, un trajet en bus plus tard, je suis arrivé dans une ville de taille moyenne où je n'étais jamais allé auparavant. Personne ne me connaissait et ne s'en souciait. J'ai loué une chambre d'hôtel et je me suis détendu pour la première fois depuis quelques semaines. Après trois jours passés à dormir et à manger, je devenais nerveux. Je n'avais même pas pu m'exposer à la femme de...

428 Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

2.2K Des vues

Likes 0

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre deux : Cadeau d'anniversaire cerise de la fille

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre 2 : Le cadeau d'anniversaire de la cerise de sa fille Une histoire de contrôle mental de boucle de ceinture Par mypenname3000 Copyright 2020 Remarques : Merci à WRC264 d'avoir lu cette version bêta ! Mon quarante-quatrième anniversaire ne s'était pas du tout passé comme je m'y attendais. Comment aurais-je pu prévoir que ma plus jeune fille Tonya deviendrait si séduisante, qu'elle finirait par empaler sa chatte vierge sur ma bite et me chevaucher jusqu'à ce que nous soyons tous les deux venus ? L'idée d'avoir des relations sexuelles avec Tonya, sans parler de l'une de mes filles...

2.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.