Ma nuit au West Lake Inn, partie 4 et fin

1.1KReport
Ma nuit au West Lake Inn, partie 4 et fin

"Oui." Je m'attendais à ce que nous nous mettions dans une bonne putain de position. Mais Ken a plongé sa bite dans ma chatte tout de suite, tout de suite et là, avec moi à plat sur le ventre. Je n'étais pas prêt. Il posa son torse sur mon dos et s'enfonça en moi à un assez bon rythme. Ma chatte était prête pour la poussée vigoureuse parce que le jeu de Ken avec mon cul avait amorcé ma chatte, l'avait rendue très humide. Mais je n'étais pas prêt. Ce n'était pas une position dans laquelle j'avais eu des relations sexuelles très souvent, car je n'aimais pas particulièrement cette position. Mais j'étais là, et j'étais coincé. Je pensais que Ken jouirait assez vite parce qu'il était tellement excité, excité et dur. Je pensais que je n'aurais pas besoin d'être dans cette position si longtemps que je deviendrais mal à l'aise. Mon corps n'a pas coopéré. J'ai rapidement commencé à sentir un orgasme arriver. Un orgasme différent, c'était un sentiment différent. Mes orgasmes ont été centrés sur le clitoris. J'ai un orgasme de la stimulation de mon clitoris bien plus que de la stimulation de ma chatte. Dans cette position, mon clitoris n'était pas beaucoup stimulé, voire pas du tout. Ces sensations venaient presque entièrement de l'intérieur de ma chatte. Je n'avais jamais ressenti cela auparavant. Si cela devait être un orgasme de chatte plutôt qu'un orgasme de clitoris, je n'étais pas prêt pour cela. Les commentaires et les instructions de Ken ont aggravé la situation.

« Ça fait du bien ! Cela fait du bien ! Cela fait du bien ! Ça fait du bien, bébé, ça fait vraiment du bien ! Oh ouais. Oh ouais. C'est sacrément bon ! Sacrément bon! C'est sacrément bon ! Oohhhh, … oohhhh, … oohhh, ouais. Allez bébé. Allez bébé. Baise moi en retour ! Baise moi en retour ! Baise moi en retour ! Allez, bébé, baise-moi en retour ! Baise moi en retour ! Ouais ouais ouais ouais. Ooooohhhh, … oooohhhh, … oooohhhh. C'est exact! C'est exact! C'est exact! Baise moi en retour ! Baise moi en retour ! Laissez-moi le sentir ! Laissez-moi le sentir ! Laissez-moi le sentir ! Laisse-moi sentir que tu me baises en retour! Laissez-moi le sentir ! Laisse-moi te sentir me baiser en retour, bébé, laisse-moi le sentir ! Laissez-moi le sentir ! Serre ta chatte, bébé, serre ta chatte ! Laissez-moi le sentir ! Laissez-moi le sentir ! Laisse moi sentir ta chatte ! Laisse moi sentir ta chatte ! Laisse moi sentir ta chatte ! Laisse moi sentir ta chatte ! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Laisse moi sentir ta chatte ! Laisse moi sentir ta chatte ! Laissez-moi le sentir ! Laissez-moi le sentir ! Presser! Presser! Presser! Pressez-le ! Pressez-le ! Pressez-le ! Serrez votre chatte! Serrez votre chatte! Ooohhhh ! Ooohhhh ! Ooohhhh ! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Ohh, ohh, ohh, ohh!"

Et puis j'ai eu cet orgasme de chatte. C'était un orgasme très différent de celui que j'avais jamais eu auparavant. Ce n'était pas aussi fort que mes précédents orgasmes centrés sur le clitoris. C'était un orgasme plus profond centré en moi, à l'intérieur de ma chatte. Cela ressemblait à une petite explosion et semblait englober tout mon corps. Cela a commencé dans ma chatte - au plus profond de ma chatte - avec la tension des muscles de ma chatte et des muscles du cul. Puis il a rayonné de haut en bas de mon corps. La tension descendit de mes cuisses, de mes mollets, de mes pieds à mes orteils comme une vague. Il n'y avait pas de fortes tensions musculaires comme avant avec mes orgasmes centrés sur le clitoris, mais c'était toujours très agréable. Mes muscles du dos, les muscles des épaules et les muscles du cou se sont tous modérément tendus dans cette succession radiale. Le cycle a recommencé. Les muscles de ma chatte et mes fesses se sont tendus ensemble, un peu durs, puis se sont détendus. Très peu de temps après, ils ont fait la même chose, se sont rapidement tendus un peu fort puis se sont détendus. Et puis encore. Et encore. Et puis plusieurs autres fois en succession lente. Cette tension et cette relaxation rythmiques de mes muscles rayonnaient de mes jambes à mes orteils et de mon dos à mon cou. Tous les muscles de mon corps, littéralement de ma tête à mes orteils, se tendaient et se détendaient de cette façon ondulatoire.

Ce que Ken disait et faisait ne faisait que les prolonger. Il n'arrêtait pas de m'enfoncer en disant « Oh ouais ! … Oh ouais! … Oh ouais! … Oh ouais, bébé! … Oh ouais! … Tu jouis, n'est-ce pas ? … Tu jouis, n'est-ce pas ? … Tu jouis, n'est-ce pas, bébé? … Oh ouais! Continuez à jouir ! Continuez à jouir ! Continuez à jouir ! Continue de jouir, bébé ! Continuez à jouir ! Oh ouais! Continuez à jouir ! Et cum fort, bébé, cum fort ! Cum dur! Jouis fort, bébé! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Serre ta chatte, bébé ! Serre ta chatte, bébé ! Serre ta chatte, bébé ! Serrez fort ! Serrez fort ! Serrez votre chatte fort! Serrez votre chatte fort! Dur! Dur! Dur! C'est ça! C'est ça! C'est ça, bébé ! C'est ça! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Ouais, ouais, ouais, ouais, ouais.

Malgré sa relative douceur, il m'a fallu quelques minutes pour que ce nouveau type d'orgasme se calme. Une fois que cela s'est produit, j'ai pu reprendre mon souffle et rassembler mes pensées. J'ai pensé à la raison pour laquelle cet orgasme était si différent. Alors que Ken continuait à s'enfoncer en moi, je me concentrais sur ce que je ressentais là-bas. La bite de Ken poussait contre une partie de ma chatte qui n'avait jamais été stimulée auparavant, du moins pas comme ça. La partie supérieure avant de ma chatte, quand j'étais sur le ventre, était frappée par une bite. C'était la partie de ma chatte à laquelle on m'avait appris où se trouve le point G. L'orgasme était très agréable. Mais je préférais mon orgasme familier centré sur le clitoris à celui centré sur le point G.

Je me suis rappelé comment j'avais l'habitude de me masturber quand j'ai commencé à me masturber. J'ai frotté mon clitoris contre un drap enroulé. J'ai tendu la main vers le côté vide du lit et j'ai essayé de ramasser le drap. Bientôt, ma main a été renversée. Ce qui s'est passé? Marie l'a fait ! Elle était sur le lit ! Elle enleva la taie d'un des oreillers et l'enroula. Comment savait-elle ce que j'essayais de faire ? Elle s'est avancée vers nous et, pendant que Ken continuait à me baiser, a fait assez de place entre moi et le lit pour glisser la taie d'oreiller enroulée sous moi. Puis elle a fait le tour derrière nous, entre nos jambes, et a passé la main sous moi. Après quelques tâtonnements, elle a réussi à tirer la taie d'oreiller entre mes jambes pour que mon clitoris repose dessus. Maintenant, la taie d'oreiller enroulée était dans une position dans laquelle je pouvais me frotter contre elle, tout comme je l'avais fait lorsque j'ai commencé à me masturber. La stimulation clitoridienne familière était de retour. Je pouvais le sentir. C'était bon. Mon prochain orgasme serait vraiment bon, voire génial, je l'espérais.

Sauf que Ken était toujours en train de me baiser, plongeant sa bite profondément dans ma chatte. Et dans cette position couchée, sa bite frappait mon point G. J'essayais de frotter mon clitoris contre la taie d'oreiller enroulée. Le poids de Ken sur moi et la poussée de sa queue ont également poussé mon clitoris contre la taie d'oreiller. J'avais une sensation vraiment intense dans mon clitoris. De plus, cette affaire de point G ne me semblait pas vraiment être un endroit cette fois-ci. Cela ressemblait à une région, une g-région. Alors que la bite de Ken s'enfonçait plus profondément en moi, j'ai ressenti la sensation le long de ma chatte, à mi-chemin, presque aux trois quarts du chemin. J'ai seulement cessé de ressentir davantage cette sensation lorsque Ken a complètement rempli ma chatte avec sa bite. Et Ken approchait de son propre orgasme.

« Ouais, bébé ! Ouais, bébé ! Ouais, bébé ! Ouais, bébé ! Ouais, bébé ! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Continuez à serrer, bébé! Continuez à serrer cette chatte! Continuez à serrer cette chatte! Continuez à serrer cette chatte! Continuez à serrer cette chatte! Serre fort, bébé, serre fort ! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Serre ma bite! Serre ma bite! Serre ma bite! Serre ma bite! C'est exact! C'est exact! C'est exact! C'est exact! C'est exact! Oui! Oui! Oui! Oui! Oohhhh, oohhhh, oohhh, oohhh, oohhh !"

Il me baisait plus vigoureusement qu'avant. Son poids et ses poussées me poussaient contre le lit plus fort qu'avant. Je n'avais plus besoin de frotter mes hanches contre la taie d'oreiller enroulée pour la sentir contre mon clitoris. Les actions de Ken faisaient le broyage pour moi. Et je le sentais ! je le sentais fort ! Je ressentais aussi fortement les sensations de la région G ! Je sentais mon clitoris pris en sandwich, compressé, entre la taie d'oreiller enroulée sur le lit et la bite de Ken dans ma chatte. Le sentiment était déjà très fort, et il s'intensifiait. Je sentais quelque chose monter dans ma chatte. Je n'arrive toujours pas à lui donner un nom. Je sais que cela vient de la stimulation de mon clitoris de l'extérieur et de l'intérieur en même temps. Je n'étais pas sûr de pouvoir supporter l'intensité de cette sensation. Il devenait de plus en plus fort, presque à chaque poussée de la bite de Ken. J'ai commencé à penser que cette entreprise de taies d'oreiller enroulées n'était pas une si bonne idée. J'ai pensé à ajuster la taie d'oreiller pour qu'elle ne soit pas contre mon clitoris aussi directement qu'elle l'était, mais je ne pouvais pas l'atteindre. J'ai essayé d'éloigner mes hanches de la taie d'oreiller, mais je perdais le contrôle de mes muscles de la hanche. Mes muscles commençaient à se contracter, mes hanches recommençaient à bouger involontairement. Et puis Ken a commencé à pousser encore plus vite et plus fort. C'était trop tard! C'était trop tard! Mon Dieu! Il était trop tard pour moi de faire quoi que ce soit. J'allais faire l'expérience de tout ce qui m'attendait. Et puis Ken s'est mis à crier, crier !

"Je suis presque là! Je suis presque là! Je suis presque là! Je suis presque là! Je suis presque là! Je suis presque là! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Continuez à serrer fort ! Dur, bébé ! Dur, bébé ! Dur, bébé ! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais!"

Et cela m'a envoyé sur le bord! Les muscles de ma chatte se sont serrés fort, très fort autour de la bite de Ken. La tension de mes muscles s'est accélérée dans tout mon corps. Cela ressemblait au début d'orgasmes antérieurs centrés sur le clitoris, sauf plus forts. Mes cuisses, mes mollets, mes pieds et mes orteils se sont tous fortement tendus. Mes orteils se recroquevillèrent presque en un poing, un poing de pied. Les muscles de mon dos se sont tellement tendus qu'ils se sont suffisamment cambrés pour pousser mes épaules contre la poitrine de Ken. La tension des muscles de mon cou a ramené ma tête contre les épaules de Ken. Je ne pouvais pas bouger mes bras. Mon diaphragme s'est tendu au point que j'ai arrêté de respirer pendant un moment. J'étais paralysé, je ne bougeais pas, je ne faisais pas de bruit. Seul Ken bougeait, plongeant sa bite en moi avec la force de tout son poids corporel qui écrasait mon corps dans le lit et mon visage dans l'oreiller.

Seul Ken parlait. « Je suis là, bébé, je suis là ! Je suis ici! Je suis ici! Baise moi en retour ! Baise moi en retour ! Bébé, baise-moi en retour ! C'est ça! C'est ça! Pressez, pressez, pressez ! Continuez à serrer fort ! Continuez à serrer fort ! C'est ça! C'est ça! Continuez à me baiser! Continuez à me baiser! Continuez à me baiser! Je suis ici! Je suis ici! Je suis ici! Je suis ici! Je jouis bientôt! Je jouis bientôt! Je vais jouir très bientôt! Ohhh ! Ohhh ! Ohhh !"

Eh bien, j'ai eu un orgasme avant lui. Mon orgasme précédent n'était pas le plus fort que j'aie jamais eu, mais il était différent d'une manière qui en faisait toujours l'un des plus agréables que j'ai jamais eu. Celui qui montait en moi cette fois-ci semblait être l'un des orgasmes les plus puissants que j'aie jamais eus. Et c'était. Merci à Ken, parce que c'était surtout sa faute. Il me baisait vite, fort et profondément. Je n'avais jamais été baisé comme ça avant. Je n'avais jamais ma chatte battue comme Ken la battait. Je n'avais jamais eu ma chatte aussi bien remplie de bite, jusqu'au plus profond, comme Ken la remplissait. Et la réaction de mon corps à la baise de Ken avec moi était aussi intense que la baise de Ken elle-même. Ma réaction émotionnelle a été presque aussi intense que les gémissements, les gémissements, les commentaires et les instructions de Ken. Mes muscles ne pouvaient pas se tendre plus qu'ils ne l'étaient déjà. J'étais complètement à bout de souffle parce que je n'en avais pas pris un depuis plus longtemps que je ne pouvais m'en souvenir dans cette circonstance. J'avais peur de m'évanouir, pour la première fois de ma vie pendant un rapport sexuel.

Puis c'est arrivé. La tension dans ma chatte et dans mon clitoris était trop forte pour être supportée. Dans un dernier souffle, les muscles de ma chatte et de mon cul se sont tendus et serrés plus fortement que jamais dans ma vie. Et tout aussi soudainement, ils se détendirent. Et puis s'est fortement tendu à nouveau. Et puis de nouveau relaxé. Cette tension et cette relaxation en succession rapide étaient comme avant avec mes orgasmes précédents, sauf que la tension musculaire était beaucoup plus forte cette fois. Les muscles de mes fesses et de mes fesses se sont tendus et détendus de la même manière. La même chose avec les muscles de mes cuisses, mollets, pieds et orteils. Mes pieds se sont tellement tendus que mes semelles se sont contractées. Les muscles de mon dos se sont fortement tendus et détendus aussi, mais quand ils se sont tendus, c'était si dur que mon dos s'est fortement arqué et a en fait soulevé Ken. Il retomba sur moi lorsque les muscles de mon dos se détendirent. Mais je l'ai soulevé à nouveau lorsque mes muscles se sont tendus et que mon dos s'est à nouveau fortement arqué.

La première relaxation de mes muscles après cette première tension de mon corps qui fut le début de cet orgasme, permit ma première bonne respiration depuis un moment. Ce souffle était un halètement bruyant. Et c'était une lutte pour inspirer car mon torse devait pousser contre le lit en dessous de moi et le poids de Ken sur moi. J'inspirai aussi profondément que possible et inspirai autant d'air que possible jusqu'à ce que la tension suivante de mes muscles me force à expirer dans un long gémissement. Lorsque mes muscles se détendirent à nouveau momentanément, je pus respirer une autre bouffée d'air. Puis, lorsque mes muscles se sont à nouveau tendus, un autre long gémissement est sorti de ma bouche. Une autre forte pression autour de la bite de Ken des muscles de ma chatte. Tous les muscles de mon corps se contractèrent à nouveau, commençant une autre série de contorsions dans mes jambes jusqu'à mes pieds et mes orteils, et dans mon dos et mes épaules jusqu'à mes bras, mes mains et mes doigts. Mes doigts se serrèrent dans des poings remplis de drap. Un autre halètement emplit mes poumons lors d'un moment de relaxation des muscles de mon corps. Un autre gémissement fort fit savoir à tout le monde que mes muscles se tendaient à nouveau. J'ai traversé une autre ronde de mes orteils enroulés, mes pieds se cramponnant, mes jambes secouées, les muscles de ma chatte serrant fort la bite de Ken, les muscles de mon cul se serrant fort, mes muscles du dos spasmant et cambrant mon dos, mes muscles de l'estomac si tendus que je ne pouvais pas inspirez, mes bras rigides, mes mains agrippant les draps, ma tête rejetée en arrière, ma bouche ouverte essayant en vain de respirer. Quelques instants plus tard, c'était au tour de Ken.

"Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! je jouis! je jouis! je jouis! je jouis! je jouis! Ouais ouais ouais ouais! Aawwwwhhhh ! Aawwwwhhhh ! Aawwwwhhhh ! Aawwwwhhhh ! Aawwwwhhhh ! Aawwwwhhhh ! Ouais! Ouais! Ouais! Ouais! Ouais! Awwwhh ouais ! Awwwhh ouais ! Awwwhh ouais ! Awwwhh ouais ! Awwwhh ouais ! Ohhh ! Ohhh ! Ohhh ! Ohhh ! Ohhh ! Oh oui! Oh oui! Oh oui! Oh oui!"

Ken a eu son orgasme. Et il m'a fait savoir. Il m'a fait savoir en des termes non équivoques! Il m'a fait savoir avec sa poussée! Il était allongé sur moi. Mais juste avant son orgasme, il s'est mis à genoux, il m'a soulevé par les hanches pour que je sois face et poitrine sur le lit et mon cul hors du lit, puis il m'a pilonné de toute sa valeur pour ses coups de paradis. Les anciens petits amis les appelaient les «coups de sperme» et la «position finale» était la position dans laquelle ils prenaient leurs coups de sperme. Il semblait que la position finale préférée de Ken était avec le cul de la femme vers le haut et face vers le bas. C'était la même position que Marie était quand Ken avait presque eu son orgasme en la baisant. Maintenant, Ken me baisait aussi fort qu'il avait baisé Marie. Je venais d'avoir un orgasme, un orgasme fort, donc ma chatte était mouillée, très mouillée, comme mouillée. Toute cette humidité a rendu les coups durs de Ken plutôt agréables.

J'appréciais l'orgasme de Ken. Il semblait avoir pris autant de plaisir à me baiser que je l'ai vu prendre du plaisir à baiser Marie. Cela m'a fait me sentir très bien dans ma peau. J'avais envie de Marie. Je voulais être baisé comme elle l'avait été. Et puis j'étais. Et j'ai aimé ça. J'ai beaucoup aimé. Mon ressenti s'est nourri de son plaisir et mon plaisir a recommencé. L'orgasme que je viens d'avoir a cessé de se calmer. Les sensations de mes muscles, se tendant et se resserrant, devinrent plus fortes. J'avais l'impression d'être sur le point d'avoir un autre orgasme. Et je l'étais en fait !

Ken m'a éjaculé beaucoup de sperme. Je l'ai senti. J'ai senti les jaillissements. J'ai senti la chaleur. Il faisait chaud au fond de ma chatte. J'ai apprécié ce sentiment. Ken ne poussait plus aussi fort mais il poussait profondément. À chaque poussée profonde et modérément lente, il poussait son sperme en moi, contre le fond de ma chatte. La pression s'y est accumulée. Cette pression me remplissait. Ce sentiment d'être rempli a intensifié les sensations de l'orgasme imminent. Les muscles de ma chatte se sont contractés involontairement et ont serré la bite de Ken.

"Ouais! Ouais! Ouais! Oui bébé! Oui bébé! Oui bébé! Oui bébé! Serre ma bite! Serre ma bite! Serre ma bite! Serre ma bite! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Oh ouais! Serre-le, bébé ! Serre-le, bébé ! Serre-le, bébé ! Serre-le, bébé ! Serrez-le fort ! Serrez-le fort ! Serrez-le fort ! Serrez-le fort ! Ouais! Ouais! Ouais! Ouais! Votre chatte se sent si bien! Votre chatte se sent si bien! Votre chatte se sent si bien! Homme oh homme oh homme oh homme oh homme ! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Continuez à presser ! Presser! Presser! Presser!"

Ooohhhhhh ! … Ooohhhhhh ! … Ooohhhhhh ! … Ooohhhhhh ! … Ooohhhhhh ! … Ohhh ! Ohhh ! Ohhh ! Ohhh ! Ohhh ! Ohhh ! … Mmmmmhhhh ! … Mmmmmhhhh ! … Mmmmmhhhh ! … Mmmmmhhh ! Ma réponse aux exhortations de Ken à serrer fort les muscles de ma chatte autour de sa bite a été une série de mes propres gémissements. Ma chatte était responsable. Je n'avais pas le contrôle de ma chatte à ce moment-là. Mon corps avait des spasmes dans le cadre d'un autre orgasme. Celui-ci n'était pas aussi fort ou intense que l'orgasme que je venais d'avoir avec la taie d'oreiller enroulée car mon clitoris n'était pas stimulé. Mais cet orgasme était quand même très bien ressenti. Comme l'orgasme que j'ai eu juste après le massage que Ken m'a donné, il est venu plus profondément dans mon corps, plus profondément dans ma chatte. Du moins, je le sentais plus profondément dans mon corps. C'était peut-être un autre orgasme du point G. Mes muscles se contractaient et fléchissaient moins fortement et plus lentement qu'avant, mais chaque constriction durait plus longtemps qu'avant. Les muscles de mon corps se sont contractés en une vague, comme mon précédent orgasme dans la région G. Après ce qui m'a semblé être de nombreuses minutes, Ken m'a laissé me rallonger sur le lit et s'est à nouveau allongé sur moi. Il a enfoncé sa bite, toujours dure mais adoucissante, profondément dans ma chatte. J'avais atterri sur la taie d'oreiller enroulée. Il se pressa contre mon clitoris comme avant, et cela prolongea les contractions de mon orgasme. Cela faisait du bien. J'aimais sentir le poids du corps de Ken sur moi. J'aimais la sensation de sa poitrine moite contre mon dos. J'aimais l'entendre gémir doucement, près de mon oreille, alors que son orgasme diminuait. J'aimais sentir son souffle contre mon visage quand il expirait. C'était un très bon moyen de descendre progressivement des sommets intenses de mes orgasmes. Cette position, cet état, me faisait froid dans le dos. Je suis juste allongé là, me détendant, appréciant les sensations.

Des bruits de gifles ont éclaté dans mes oreilles. La piqûre des gifles sur mes jambes me tira de mon frisson. "Tu as trop aimé ça !" C'était Marie ! Elle était en colère. Mais pourquoi? Elle m'a laissé coucher avec Ken. Elle a donné son autorisation. Qu'est-ce qu'il y avait avec ça ?

"Je suis désolé! Je n'ai pas pu m'en empêcher, Marie. Mon corps a aimé. Je suis désolé, ai-je plaidé. Je ne voulais pas compromettre notre amitié avec ça. "Je suis désolé," répétai-je.

"Pas toi! Lui! Kenni ! » Marie a continué à frapper les jambes de Ken. De temps en temps, elle me manquait et me frappait les jambes. Ken est tombé de moi sur le dos et a fait face à Marie.

"De quoi parles-tu? Pourquoi es-tu en colère ? » Il avait l'air de ne pas savoir de quoi Marie parlait.

"Tu t'es trop amusé avec elle !" dit Marie en me pointant du doigt. Ken s'est retourné et m'a regardé. Il avait l'air surpris et horrifié ! L'expression sur son visage était ce que j'imaginerais être l'expression d'une personne qui a vu Chundi le fantôme maléfique alors qu'elle s'attendait à voir Caspar le fantôme amical. Il haletait. Il se retourna pour regarder à nouveau Marie. La confusion se mêla à ses expressions de surprise et d'horreur. Ken haleta à nouveau. Il se retourna pour me regarder à nouveau. Son expression ne peut être décrite que comme le regard « qu'est-ce qui se passe ». Mais qu'y avait-il de quoi être surpris, horrifié ou confus ?

« Qui es-tu putain ? ? » m'a-t-il demandé. C'était comme si j'étais un étrange, inconnu, livreur ou releveur de compteurs qui avait fait irruption dans sa maison à l'improviste et avait souillé son caractère sacré.

"C'est la femme que tu baises depuis deux heures!" Marie a répondu, avec une claque de paume sur le front de Ken pour accentuer. « Et tu l'as trop aimé ! Elle était censée aimer te baiser, pas toi aimer la baiser !

"Oh. Oh. Attendez une minute! Attendez une minute! Attendez une minute! Attendez une minute! Attendez une minute! Attendez une minute! Es-tu l'amie de Marie ? Ken m'a demandé. "Oui. Oui. Tu es l'ami de Marie, n'est-ce pas ?

J'ai hoché la tête dans l'affirmative.

"Bien, bien, bien, bien, bien. … J'ai oublié. Sandra, c'est ça ? Vous vous appelez Sandra ? »

"Sarah." Marie et moi avons répondu à l'unisson.

« Sarah ? Vous êtes Sarah ? »

"Oui. Je m'appelle Sarah, confirmai-je. Ken regarda Marie avec une étrange expression interrogative sur son visage.

« Alors qui est Sandra ?

« Il n'y a pas Sandra ! Il n'y a que moi, - je suis Marie - toi, - tu es Kenny - et Sarah, qui est là à côté de toi. Marie parlait lentement, délibérément, avec une pointe de sarcasme.

"D'accord. D'accord. D'accord. D'accord. D'accord. D'accord. Écoutez, ... euh ... la nourriture chinoise et la bière m'ont chamboulé la tête. D'accord? Je suis moins là, moins rapide quant à ce qui se passe. D'accord? Alors donnez-moi une pause sur ce point. D'accord? Écoute, Marie, on est censés s'amuser. Tu ne t'amuses pas ?"

"Pas plus! Pas après que tu aies tellement aimé baiser mon amie, Sarah ! Pas après avoir mangé la chatte de Sarah. Tu n'as pas mangé ma chatte ! Nous étions censés avoir quelque chose de spécial entre nous, quelque chose que nous ne pouvions partager avec personne d'autre. Mais tu as baisé Sarah comme si tu avais quelque chose de spécial avec elle.

"Mais je n'avais même pas réalisé que c'était elle que je baisais."

"Cela rend les choses encore pires ! Qui pensiez-vous que vous étiez en train de baiser ? A combien d'autres femmes pensez-vous quand vous baisez ? — "

« Toi », interrompis-je. "Ken pensait qu'il te baisait. Il a prononcé votre nom plusieurs fois. Je suppose qu'il me parlait en pensant que j'étais toi.

"Je sais. Je l'ai entendu.

"Eh bien, ce n'est pas si mal alors," intervint Ken. "Si je croyais que je te baisais et que j'appréciais ça, alors ça va. Droite?"

"Faux! Tu dois encore me baiser ! Et tu dois me baiser comme si j'étais la seule femme au monde qui compte pour toi ! Tu dois me baiser comme si nous avions quelque chose de spécial ensemble, comme si tu avais quelque chose de spécial avec moi, quelque chose que tu n'avais jamais eu avec une femme, quelque chose que tu ne penses pas avoir jamais avec une autre femme. Tu dois me baiser comme ça !

"Bébé! Allez! J'ai 28 ans. Je ne peux plus baiser dos à dos comme je le pouvais quand j'avais 20 ou 21 ans. J'ai besoin de quelques heures pour me reposer, me ressourcer.

"Votre bite a peut-être besoin de repos, mais pas votre langue. Tu peux commencer par me bouffer la chatte !" Marie s'est assise sur la poitrine de Ken et s'est rapprochée de sa tête jusqu'à ce qu'elle soit entre le haut de ses cuisses. Cependant, j'étais un peu gênant. "Déplacez-vous un peu", m'a dit Marie. J'ai essayé d'obéir, mais j'ai découvert que j'étais paralysé. Je ne pouvais pas bouger mes jambes, mes hanches ou ma taille. Et je pouvais à peine bouger mes bras et mes épaules. J'ai eu des orgasmes où je ne pouvais pas bouger mes jambes pendant quelques minutes après, mais c'était plus de la moitié de mon corps qui ne bougeait pas. "Allez, Sarah, bouge-toi." Marie m'a poussé et m'a piqué. Je voulais lui répondre d'une voix normale, mais la voix qui est sortie, aiguë avec un sentiment de peur et d'urgence, était celle d'un enfant.

"Je ne peux pas bouger mes jambes !"

« Pouvez-vous sentir vos jambes ? Si vous le pouvez, alors ce n'est rien, juste votre orgasme. Peux-tu ressentir ça ? Marie descendit Ken et tendit la main vers mes pieds. Elle chatouillait la plante de mes pieds.

"Aaaahhhhhkkk ! Arrêtez, arrêtez, arrêtez, arrêtez ! Marie, arrête ça ! Je sentais que c'était bien, mais je ne pouvais pas éloigner mes jambes et mes pieds de ses chatouilles. C'était de la torture. Et Marie en rigolait.

"Désolé," dit-elle, souriant d'une oreille à l'autre. Elle m'a fait rouler sur le dos. Cela lui a donné plus de place pour s'occuper de Ken. Je suppose qu'ils allaient encore baiser avec moi juste là sur le même lit à seulement un pied (moins d'un mètre) d'eux. Marie a remonté la poitrine de Ken et a frotté sa chatte contre son visage.

"Mange ma chatte cette fois, et mieux que tu n'as mangé celle de Sarah !" Ken a obéi et s'est mis consciencieusement à lécher et sucer la chatte de Marie. J'ai regardé pendant un moment. C'était agréable de voir Marie réagir à la langue et aux lèvres de Ken sur son clitoris, ses mains prenant, massant et agrippant ses fesses. Elle a joué avec ses mamelons, a passé ses mains dans les cheveux de Ken, puis a encore joué avec ses mamelons. Pendant tout ce temps, Marie gémissait doucement. Sa joie se lit sur son visage.

Mais j'étais foutu. J'avais eu quatre ou cinq orgasmes, et après eux, j'étais trop épuisé pour être à nouveau excité par Ken et Marie. J'avais juste besoin de me détendre et de me détendre. Je me suis ajusté sur le lit, alors qu'un mouvement me revenait. Ma main a atterri sur une zone humide, qui devait être le jus de ma chatte de mes orgasmes. Alors j'ai mouillé le lit. Je reposai ma tête sur l'oreiller, fermai les yeux et les écoutai, les gémissements de Marie et les bruits de Ken. Il faisait des bourdonnements comme quand une personne veut montrer qu'elle aime un aliment. J'ai écouté la musique en arrière-plan du téléphone de Ken. J'ai remué mes orteils et mes pieds alors que plus de capacité à bouger me revenait. C'était agréable et paisible. Je pourrais m'endormir.

Avant de le faire, j'ai senti une main sur mon visage. Il caressait mes joues et mon front, il touchait légèrement mon menton, mes lèvres et mon nez. J'ai ouvert les yeux et j'ai vu Marie me sourire – un sourire narquois est en fait un meilleur mot. Que faisait-elle? Elle a déplacé sa main vers ma poitrine, caressé un sein, taquiné, pincé et tordu mon mamelon. Elle s'est déplacée vers mon autre sein et a fait la même chose. Je ne l'ai pas arrêtée. Une partie de moi appréciait le toucher. La plupart d'entre moi étaient encore très curieux de savoir où tout cela se passait, et ce léger jeu de poitrine pourrait donner un indice à la réponse.

Marie n'a caressé mes seins que deux ou trois minutes. La bite de Ken était à nouveau dure, Marie s'était fait bouffer la chatte, ils ont continué à baiser et à s'embrasser. J'ai pensé à la baise que j'ai eue avec Ken. J'ai réalisé que je n'avais pas fait ce que j'avais voulu continuer de la douche. Je n'avais pas frotté mes seins contre le corps de Ken. Je n'avais pas plus sucé sa bite. Je n'ai jamais bien regardé son visage quand il a eu son orgasme avec moi parce que mon visage était dans un oreiller. J'aimerais avoir. Je me suis demandé si je pouvais le refaire ou si je devais le refaire. C'était trop pour réfléchir en ce moment. J'ai chassé les pensées de mon esprit. Je refermai les yeux, me détendis sur la musique et les sons de l'amour, et m'endormis.

Et c'était tout. Une nuit de sexe pas comme les autres que j'ai jamais vécues. J'écris ceci trois semaines plus tard. Je n'ai pas revu Ken. J'ai traîné avec Marie quelques fois depuis cette nuit mais elle n'en a pas parlé. Elle et Ken sortent toujours ensemble et baisent. J'ai repensé à cette nuit presque chaque nuit depuis. Je me suis masturbé en me souvenant de cette nuit et en fantasmant sur les variations, les choses que je n'ai pas faites mais que j'aimerais faire, les choses que j'ai faites et que je veux refaire. Je ne sais toujours pas à quoi ressemblait cette nuit. Pourquoi Marie l'a mis en place avec moi, ou du moins semblait le faire. Mais je finirai par lui faire comprendre.

Articles similaires

Le Dragon (S)Couches V. 1 Ch. 02 (La Sorcière)

La sorcière * * * * Ma très chère Tessarie, Je sais que les temps sont durs en ce moment, mais sachez que j'ai fait de mon mieux pour que vous vous retrouviez dans un endroit sûr. Les terres humaines sont accueillantes pour notre espèce et même si elles ne sont pas dignes de confiance, je ne doute pas que vous serez bien traités et accueillis à bras ouverts. D'après ce que nous savons d'eux, ils évitent la magie, alors soyez prudent si vous choisissez d'exercer vos pouvoirs. . . L'accident aurait pu être pardonné s'il n'était pas si répandu, mais...

2.5K Des vues

Likes 0

Hors Limites Colocataire Pt. 3

Vue. La chaussette rose, pressant presque dans mes yeux. Il faisait sombre, mais après cet après-midi, je savais trop bien qu'il y avait des empreintes sales des orteils et de la plante des pieds dans une légère nuance de brun. Toucher. La voûte plantaire de Shiann, touchant mon nez. Les orteils contre mon front, se tortillant légèrement. Le talon, cognant mon menton plusieurs fois alors qu'elle descendait légèrement du canapé vers moi. La sensation d'un tissu légèrement usé, quelques lambeaux de coton qui s'étaient détachés du tissage de coton serré de ses chaussettes. Sonner. « Prouve-le. Prouve que tu n'es pas...

2.4K Des vues

Likes 0

Rentrer à la maison gay...

Rentrer à la maison gay… (Episode 2) Mon séjour chez l'oncle Donnie était enfin terminé. Nous avions eu des relations sexuelles sauvages exceptionnellement sensuelles presque tous les soirs. J'étais triste de devoir partir, mais j'étais également ravie d'explorer mes nouvelles connaissances sexuelles sur un garçon de mon âge. J'étais sûre de ma sexualité maintenant. Je suis gay! Il restait encore beaucoup d'été et ma troupe de scouts avait plusieurs voyages que j'attendais avec impatience. Il y avait un garçon de 2 ans plus jeune que moi avec qui j'aimais bien côtoyer lors des sorties. Son nom était Bobby, 15 ans, mince...

2.6K Des vues

Likes 0

Chérie partie 3

Dans cette partie, j'ai changé mon style de contorsion. PS J'aimerais savoir qui est votre fille préférée alors n'hésitez pas à commenter. 'Toc Toc Toc' John se réveilla en sursaut pendant un instant, oubliant où il était. Puis il l'entendit à nouveau. « Knock » « Knock » « Knock » mais cette fois, il était accompagné d'une voix douce et salée, « room service ». C'était Rose. John retira les couvertures de sa tête à temps pour la voir ouvrir dans sa tenue de femme de chambre avec un plateau de crêpes et de sirop. Voyant que John était debout, Rose fit un de ses sourires alléchants et...

2.4K Des vues

Likes 0

RUNAWAY Chapitre 19

Elle s'est réveillée quand elle l'a senti arrêter le camion, heureuse qu'elle ne soit pas encore dans son cauchemar et après avoir regardé à travers le pare-brise, elle a vu qu'ils étaient à nouveau dans une autre aire de repos. Je vois que tu es réveillée Belle au bois dormant. C'est l'heure d'une pause, de fumer et de quelques heures de sommeil, tu ne penses pas Senorita demanda-t-il ? Bien sûr approuva-t-elle avec un bâillement. Ils sortirent tous les deux du camion et elle se dirigea vers les toilettes pour femmes pour une pause pot. Quand elle est revenue, il avait...

2.9K Des vues

Likes 0

Déménagement de meubles

Avant de commencer, je veux commencer par me décrire. Je suis un garçon de 17 ans en pleine forme. J'ai de longs cheveux blonds que je laisse pousser jusqu'à ce qu'ils couvrent presque mes yeux. Je mesure environ 6' 3 et j'ai une très grosse bite. Et à cause de cela, je ne suis pas vierge. En fait, je pense que j'ai baisé toutes les filles de mon lycée. J'ai sonné à la porte, puis j'ai déplacé nerveusement mes pieds. Au bout d'un moment ou deux, la porte s'ouvrit. Debout là, il y avait la fille la plus chaude que j'aie...

2.4K Des vues

Likes 0

Fabrication d'un homme endommagé partie 1

La fabrication d'un homme endommagé • C'est ma premiere histoire. La première partie aura peu ou pas de sexe car je vais commencer par une histoire basée sur ma vie. Les événements sur lesquels je vais écrire me sont arrivés. Les noms seront changés pour protéger les moins innocents. Je passerai à la fiction lorsque la vengeance commencera, mais je ressens l'histoire ou l'histoire, peu importe ce que vous appelez, il est important de comprendre d'où vient le personnage principal. Maintenant, voici la question de savoir s'il sera bon ou mauvais alors qu'il se venge de ceux qui l'ont blessé. L'enfance...

2.6K Des vues

Likes 0

Ce que vous souhaitez

J'ai 25 ans, j'ai récemment terminé mes études de droit et je travaille des heures ridicules en tant qu'associé junior dans un cabinet de taille moyenne spécialisé dans le droit des assurances. Le salaire est assez décent, mais le travail est fastidieux. Sans Kaitlyn, j'aurais arrêté il y a des mois, mais elle illumine mes soirées et rend la corvée hebdomadaire tolérable. Nous nous sommes rencontrés à l'université, sommes tombés amoureux et nous nous sommes mariés lorsque nous avons obtenu notre diplôme. Puis une faculté de droit pour moi et une maîtrise en éducation pour elle. Elle a 23 ans et...

2.4K Des vues

Likes 0

Ceinture biblique - Partie 3 (FINALE)

«Je vais dans un camp chrétien», a annoncé Anne au petit-déjeuner un jour, environ deux semaines plus tard. Nos visites nocturnes étaient toujours en cours, mais plus nous continuions, plus j'étais résolu à ce que cela s'arrête. J'ai répondu à ma sœur en m'étouffant presque avec mes Cheerios, mais j'ai réussi à le couvrir d'une toux. Si j'étais vraiment le bon gars que je voulais être, ma première pensée aurait été de m'inquiéter de la façon dont elle allait survivre sans accès à sa dépendance, mais honnêtement, ma première inquiétude était de savoir comment j'allais survivre sans sexe pendant une semaine...

2.4K Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

2.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.