Est-ce que je l'utilise juste - chapitre 1

648Report
Est-ce que je l'utilise juste - chapitre 1

©StannieStories

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, j'aime vraiment recevoir des messages de votre part !

Ne buvez pas si vous êtes mineur !

***

Arghh, je déteste mr. Arlok. Quel connard. Pourquoi dirait-il ces choses à propos de Rick. Je comprends, Rick est peut-être un je-sais-tout, mais au moins il fait de son mieux en classe, un enseignant devrait en être heureux. Mais au lieu de cela, j'essaie d'être cool ou quelque chose comme ça, M. Arlok a pratiquement rabaissé le gars tout au long du cours.

Attends, laisse-moi t'expliquer. Je m'appelle Dan, je suis un gars assez populaire, je pense. J'ai beaucoup d'amis et même ceux que je ne considère pas comme des amis veulent toujours passer du temps avec moi. Je ne pense pas que je suis spécial ou quoi que ce soit, je pense juste que je suis bon avec toutes les choses sociales. C'est une compétence, au même titre qu'être bon en mathématiques ou en langues. Cela ne me rend vraiment pas meilleur que les autres enfants. Donc, pour commencer, Rick n’est pas un de mes amis. De plus, même moi, je le trouve parfois ennuyeux. Il répond toujours à toutes les questions posées par les enseignants, et chaque fois qu'il obtient la bonne réponse (ce qui est souvent le cas), il a l'air satisfait. Trop heureux. Mais comme je l’ai dit, au moins il essaie. De nombreux étudiants, moi y compris, n'essaient même pas de participer aux cours, mais attendent simplement avec impatience les récréations et la fin de la journée. De cette façon, j'ai beaucoup de respect pour Rick.

Donc, aujourd'hui, Rick n'est pas à l'école. Je ne sais pas ce qui ne va pas, et honnêtement, je m'en fiche. Nous avons tous dû rendre un devoir en ligne la semaine dernière, et M. Arlok a passé en revue nos réponses aujourd'hui. Lorsqu'il nous a montré la réponse de Rick, il a pratiquement détruit tout ce qu'il avait mis dans sa mission. Il s'est moqué de tout ! Il a vraiment intimidé Rick, et comme il n'était pas là, il n'a pas pu se défendre. La classe, naturellement, a ri à chaque commentaire de M. Arlok a fait. À un moment donné, je me suis levé et j'ai dit très fermement : "si vous avez des problèmes avec Rick, M. Arlok, vous devriez le lui dire. C'est injuste de le harceler comme ça quand il n'est pas là."

"Est-ce que tout va bien, Dan ?" » a demandé le professeur.

"Non. Tu ne devrais pas dire toutes ces choses."

"Je suis le professeur."

À ce commentaire, je ne pouvais que rire. J'ai attrapé mes affaires et je suis sorti de la pièce. Je ne sais pas pourquoi j'ai soudainement agi de manière blessante, mais il franchissait vraiment une ligne. C'est donc ce qui s'est passé. Maintenant, je suis dans les toilettes des garçons, dans une cabine, assis sur les toilettes avec mon pantalon. Je réfléchis juste trop à ce qui s'est passé.

Puis je remarque quelque chose d'étrange. Quelqu'un sur les toilettes à côté de moi respire assez fort. soulèvement remarquable. Je souris, je sais ce qui se passe. Un adolescent excité devait juste s'occuper de ses affaires. Dieu sait combien de fois je me suis branlé dans la salle de bain, juste pour pouvoir passer la journée.

Les doux gémissements continuent. Je suppose que le gars à côté de moi n’avait pas remarqué ma présence ici. C'est compréhensible, c'est pendant les cours et on est très rarement autorisé à aller aux toilettes pendant les cours. Je suppose que ce type pensait qu'il serait seul. Détrompez-vous, héhé.

Mais alors quelque chose de bizarre se produit. J'entends à nouveau un léger gémissement, suivi d'un murmure. Je me trompe peut-être, mais cela ressemblait à "oh, Dan".

Maintenant, je sais, il y a beaucoup de Dan dans le monde. Dans mon école, je connais également plusieurs Dan. Mais tu ne peux pas me reprocher d'être curieux maintenant. Tout d'abord, Dan est le nom d'un gars, donc si un gars se branle dans la cabine à côté du mien tout en chuchotant les noms des gars, c'est remarquable pour commencer. Être gay n’est pas quelque chose que vous voulez que vos camarades de classe sachent au lycée, cela pourrait détruire les prochaines années. Alors disons que je suis très curieux.

En silence, je me lève pour être au-dessus des toilettes. Je regarde secrètement par-dessus le bord du mur en bois qui sépare les toilettes. C'est un gars de deuxième année, je l'ai vu dans le coin, mais je ne connais pas son nom. Comme je m'y attendais, il frotte ses affaires, mais pas comme prévu, il porte toujours son pantalon. Il a son téléphone dans la main gauche et regarde quelque chose dessus tout en frottant furieusement son pantalon. J'essaie de bouger un peu pour voir ce qu'il regarde.

Ensuite, le garçon bouge un peu son téléphone pour que je puisse voir ce qu'il y a dessus. Oh entaille… C'est une photo de… moi !

***

Inutile de dire que les jours suivants, je n'ai pas pu me sortir cela de la tête. Que dois-je penser de cela ? Ce type ne se branlait pas vraiment devant une photo de moi, mais il en était sacrément proche. Et je ne connais même pas son nom ! Et même s'il ne se branlait pas vraiment, je pense que je peux être sûr qu'il l'a déjà fait. Juste l’idée d’un gars au hasard qui pourrait regarder une photo de moi et toucher sa bite en même temps… pouah.

Bien entendu, je n’en ai parlé à personne. Comment pourrais-je. Approchez-vous simplement d'un ami et dites : "alors la semaine dernière, j'ai jeté un coup d'œil dans une autre cabine dans la salle de bain et j'ai vu ce type se branler sur une photo de moi." Non, cela n'arrivera pas. Mais en attendant, je ne peux pas vraiment m'empêcher d'y penser. J'ai vu le garçon dans les couloirs à plusieurs reprises ces derniers jours, mais à chaque fois, il faisait de son mieux pour ne pas me regarder. Il doit vraiment m'aimer alors ? Je ne sais pas si je devrais être flatté ou paniqué à ce sujet.

***

C'est jeudi. Cela fait plus d'une semaine que j'ai découvert ce type dans les toilettes. Je dois admettre que je n'y pense plus tellement. S’il veut le faire, qu’il le fasse. Je suppose que je devrais même en être flatté. La plupart du temps, je l'oublie, à part ces rares moments où je le vois à l'école, qui me rappelle toute cette expérience. Pour être honnête, savoir qu'un mec à l'école me sucerait probablement la bite si je lui demandais, c'est plutôt rassurant, si tu vois ce que je veux dire ? Si je pouvais même amener les gays à m'aimer, je suis sûr de trouver une petite amie une fois que je commencerai à chercher. Je veux dire, les filles font déjà attention à moi, mais je ne suis pas vraiment prêt pour une relation à long terme et je sais qu'elles ne veulent pas simplement se coucher pour du sexe. Nous n'avons que seize ans… J'adorerais cependant. Je suis vraiment excitée, mais c'est normal pour les adolescents, non ?

Quoi qu'il en soit, nous avons aujourd'hui ce test national de compétence en anglais (vous ai-je dit que je ne suis pas anglais, mais originaire des Pays-Bas, en fait ?). Nous avons donc ces tests dans d’immenses salles. Tout le monde à l’école doit passer le même test, que vous ayez treize ou dix-huit ans. Les dictionnaires sont autorisés, car il s'agit principalement de compréhension écrite. Mon anglais est plutôt bon par rapport à celui de mes camarades de classe, car j'ai de la famille en Écosse. Donc, je ne suis pas vraiment excité ou quoi que ce soit, finissons-en et obtenons une bonne note.

J'entre dans la grande salle et cherche la table qui porte mon nom dessus. Je m'assois, prends mon stylo et mon dictionnaire et attends que le test commence. Une minute avant le début du test, les gens entrent encore dans la salle. L’un de ces gars est celui que j’ai déjà aperçu dans la salle de bain. Je le regarde, mais il évite évidemment mon regard. Il cherche sa propre table, qui se trouve apparemment juste à côté de la mienne.

"D'accord les gars, nous sommes sur le point de commencer", dit le professeur. "Assurez-vous d'avoir tout ce dont vous avez besoin sur votre bureau, car vous n'êtes pas autorisé à prendre quoi que ce soit d'autre dans votre sac pendant le test. Assurez-vous d'avoir un stylo supplémentaire et bien sûr, n'oubliez pas votre dictionnaire."

"Oh merde", marmonne le gars à côté de moi.

Je le regarde. Il a l'air misérable. Il est pâle et visiblement anxieux. "Qu'est-ce qui ne va pas?" Je chuchote. Qu'il se branle ou non, je ne supporte pas que les gens aient besoin de quelque chose.

Il me regarde et quand il s'aperçoit que c'est moi qui lui parle, il devient encore plus blanc. "Rien. J'avais oublié que nous étions autorisés à avoir des dictionnaires avec nous."

"Tu peux avoir le mien, si tu veux ?"

Il a l'air confus. "Tu n'en as pas besoin ?"

"Non, ça va. Tiens, prends-le."

"Dan, quelque chose ne va pas ? Pourquoi parles-tu avec Milan ?" demande un enseignant.

Alors c'est Milan ? Bizarre, je ne connaissais même pas son nom. "Rien monsieur. Milan a oublié que nous pouvions apporter des dictionnaires, alors j'ai offert le mien, si ça vous va ?"

"Tu n'en as pas besoin ?"

Je souris. "Non c'est bon."

"Eh bien, donnez-le-lui et laissez-moi continuer. Silence maintenant, les gars !"

Je lui tends le livre et me concentre à nouveau sur les instructions. Quand on nous passe les tests, je me lance immédiatement. Je veux terminer le plus tôt possible. Mes parents ne seront pas à la maison aujourd'hui, alors je veux rentrer à la maison le plus tôt possible. Je dois préparer mon propre dîner, donc si j'en finis le plus tôt possible, j'ai toute la journée de congé. J'ai été excitée toute la journée, alors je vais regarder du porno toute la nuit et bien sûr, je vais être seule à la maison, je vais boire les bières de mon père. J'ai hâte d'y être ! Mais il y a une chose que je ne devrais pas oublier. Mon père travaille pour une entreprise de sécurité, donc notre maison est pleine de caméras. Je ne devrais pas oublier de supprimer toutes les images, je ne peux pas laisser le vieil homme me regarder me masturber bien sûr !

Il ne me faut que trente minutes pour terminer le test. Je le rends, ce qui m'attire quelques regards bizarres de la part de camarades de classe qui n'en sont apparemment qu'à la moitié de l'examen. Je sors de la pièce et rentre chez moi en vélo. Je commence immédiatement à préparer le dîner. Il est six heures et demie quand j'ai fini de le manger. Je ferme les rideaux, prends une bière et ouvre mon pantalon. Je libère ma bite douloureuse de mon pantalon et la prends dans mes mains. Tout en cherchant toujours une belle vidéo à regarder, je me masturbe lentement. Je fais attention de ne pas aller trop vite, il me reste toute la soirée, on ne peut pas faire trop vite !

Après encore trente minutes, je décide de faire une pause. C'est en fait très épuisant. J'enlève mon pantalon et j'enlève également ma chemise. Complètement nue, avec une érection, je vais aux toilettes. J'attends que mon hardon redevienne mou pour faire pipi. Puis je me dirige, toujours nue bien sûr, vers le frigo pour prendre une autre bière. Mon Dieu, j'aime pouvoir me promener nue.

Soudain, la cloche sonne. Bon sang, qui ça peut être ? Je me précipite vers mes vêtements et les enfile. Rapidement, je cache les trois bouteilles de bière vides et je me précipite vers la porte d'entrée.

"Hé."

C'est Milan. "Oh hey?" Je le regarde d'un air interrogateur.

"Euh… Eh bien, merci d'avoir emprunté le dictionnaire. Votre adresse était dedans, alors j'ai pensé que ce serait bien de vous le rendre. Merci encore."

Je souris. « De toute façon, je n'en avais pas vraiment besoin. Je suis content d'avoir pu aider.

Il sourit aussi. "Ouais, tu as fini si vite, mec. Es-tu si bon en anglais ?"

"J'ai une famille écossaise, donc je suppose que oui."

Milan me tend le dictionnaire. "Merci encore mec, tu m'as vraiment aidé."

"Hé, tu veux entrer, peut-être ?"

"Euh." Il devient légèrement rouge. "Bien sûr."

J'ouvre grand la porte et le laisse entrer. "Alors, c'est ici que j'habite", dis-je en plaisantant.

"Jolie maison."

Nous marchons vers le salon. J'ai complètement oublié que mon ordinateur portable était sur la table, avec mon écran de navigation privée toujours ouvert. "Oh mon Dieu, j'ai oublié. Désolé." Je me précipite vers mon ordinateur portable et le ferme. Je me retourne et remarque que Milan est encore plus rouge qu'avant. Je suppose que j'ai oublié qu'il est gay et qu'il m'aime bien. Cela doit être gênant. C'est le gars qui me sucerait probablement la bite si je le lui demandais. Et mon Dieu, je suis excitée.

"Voulez-vous quelque chose à boire?" Je demande.

"Oui bien sûr."

"J'ai du soda, de l'eau et de la bière."

Ses yeux s'écarquillent. « De la bière ? Où sont tes parents ?

"Pas ici", je m'exclame. "J'ai bu de la bière tout l'après-midi." Je me dirige vers le frigo et prends deux bières. Je les ouvre. "C'est pourquoi je regardais ce que tu as vu sur l'ordinateur portable. L'alcool m'excite", je plaisante. "Ici." Je lui tends une bière.

Avec précaution, il boit une gorgée de bière. J'en prends une grande gorgée. Je suppose que je suis vraiment excitée et un peu ivre, ce n'est pas comme si j'avais l'habitude de boire de la bière ou quelque chose du genre. Milan est terriblement silencieux.

"Mais je suppose que tous les adolescents sont comme ça."

Il me regarde. "Comme quoi?"

Je ris et m'assois sur le canapé. Il s'assoit à côté de moi. « Excitée, bien sûr ! »

Il sourit maladroitement. "Je suppose."

"Ah, n'agis pas de manière moralisatrice envers moi, mec ! Je parie que tu toucherais ma bite si je te le permettais," je souris, mais je réalise ce que j'avais dit bien trop tard.

Le garçon pâlit. "Pourquoi penseriez-vous que?"

J'essaie rapidement de sauver ma bévue. " Genre, qui ne voudrait pas toucher ma bite. " Je ris, comme pour souligner que je plaisante. Il n'a pas l'air convaincu. Et je suppose que la combinaison du fait d'être excité et ivre change soudainement toute cette conversation. J'attrape ma bite à travers mon pantalon. "Oh allez, nous savons tous les deux que tu le ferais." Je commence à masser.

Ses yeux deviennent presque plus grands que ce qui serait possible.

Le diable en moi a pris cela comme une invitation, alors avec ma main gauche, je prends la sienne et la guide jusqu'à mon entrejambe. Il ne proteste pas. Je lui écrase la main sur mon entrejambe et il ne bouge toujours pas. Je gémis à haute voix, ce qui l'amène à reprendre lui-même la majeure partie du mouvement, donc à un moment donné, je peux simplement lâcher sa main et il continue de la broyer. Oh merde, je suis tellement excitée !

Je repousse sa main et regarde le garçon dans les yeux. Il ne regarde pas en arrière, probablement honteux ou peu sûr de lui. Je me lève et d'un seul mouvement je baisse mon pantalon et mes sous-vêtements. Milan a juste regardé ma bite dure. "Tu aimes ça, n'est-ce pas ?"

Il hoche la tête.

"Je te l'avais dit, adolescente excitée. Allez, montre-moi ce que tu as." Je déplace ma bite vers sa tête. Je touche ses lèvres avec le bout de ma bite. Il ouvre presque automatiquement la bouche et ma bite s'y glisse. Oh merde, c'est incroyable. Tellement chaud et humide ! Je commence à lui baiser la tête lentement et il prend tout cela avec grâce. C’est exactement ce que j’imaginais en baisant une fille. Sauf que ce n'est pas une fille, mais un mec. Et peut-être que ça le rend encore plus sexy. Ce garçon m'adore, se masturbe probablement devant moi. Voilà, je me suce la bite. Je parie qu'il ferait ça quand je veux. Peut-être même à l'école ! Hmmpf euungh. Incroyable! Oh merde, je veux le garder sous mon lit et faire ça quand je veux. Je ne pense pas que j'apprécierai un jour me branler, haha.

Il ne me faut pas longtemps avant d'être prêt à jouir. "Presque là!"

Milan commence à monter et descendre ma bite encore plus vite et avale tout mon sperme. Avec un bruit semblable à celui d'un bouchon qui sort d'une bouteille, je retire ma bite et m'effondre sur le canapé à côté de lui. "Oh… mon… dieu… c'était incroyable." Je soupire.

Le garçon ne dit rien, il n’ose même pas me regarder. Il regarde juste le sol.

Je prends le dictionnaire sur la table devant moi et le regarde comme si ce n'était pas Milan, mais le livre qui m'a fait me sentir si bien. Je suppose que c'est un peu vrai, non ? Au moins, sans le dictionnaire, je n'aurais pas laissé ce type me sucer la bite. D'accord, c'est peut-être un peu bizarre, je préfère remercier un livre pour cet événement plutôt que Milan. Comme si je ne voulais pas admettre que c'était sa faute, tu sais ? C'était vraiment un mec qui venait de me faire jouir. Est-ce que ça me rend gay ?

Non, ce n'est pas le cas ! Je sais avec certitude que j'aime les filles. Et je vomirais probablement s'il me demandait de lui rendre la pareille.

"Je devrais prêter des dictionnaires plus souvent", je plaisante.

Il sourit juste maladroitement.

"Mais peut-être…" Je le regarde maintenant directement et je me rapproche même un peu. "Tu n'es pas obligé de l'emprunter la prochaine fois, mais tu peux toujours, tu sais, venir m'aider." J'essaie de sourire. Je suppose que l'alcool est toujours dans mon corps. Qu'est-ce que je fais, bordel ? Je ne peux pas l'utiliser juste pour mon propre bien, n'est-ce pas ? Mais là encore, ça lui plaisait. Nous profitons donc tous les deux d’un arrangement comme celui-ci, je pense.

C'est ça la merde d'être un adolescent. Émotions. D'un côté, je veux qu'il fasse ça plus souvent, mais d'un autre côté, je ne suis pas gay et je ne veux pas lui faire de mal. Je suppose qu'être honnête est la seule chose que vous pouvez faire dans une situation comme celle-là.

"Alors…" je commence. "Quoi qu'il en soit. J'ai vraiment aimé. Merci beaucoup, tu as vraiment agrémenté ma journée."

Il sourit. C'est un peu plus honnête, ce sourire, mais c'est quand même très gênant aussi.

"Mais je dois te le dire. Je ne suis pas gay. J'étais juste excitée, je suppose."

"Oh."

« Et je t'ai un peu entendu sur les toilettes il y a environ une semaine, donc je savais que tu étais attiré par moi… comme ça.

Il a l'air confus.

"Je veux juste être honnête à ce sujet, parce que je ne veux pas avoir l'impression de t'avoir utilisé ou quoi que ce soit. Tu as aimé ça, n'est-ce pas ?"

Il hoche la tête.

Soudain, je me souviens de quelque chose. Je jette un rapide coup d’œil vers le coin de la pièce. L'appareil photo. Oh merde, tout est filmé. C'est tellement chaud ! Je peux le revoir quand je veux. Je peux même… non ! Ne pense pas comme ça. "Donc, nous pourrions recommencer un jour, si cela ne dépend que de moi."

"Je… je ne sais pas." Il soupire mais pour la première fois, un sourire narquois apparaît sur son visage. "Je suppose?"

Je me rends compte que je suis encore à peu près nue, eh bien, j'ai mon pantalon aux chevilles. Ma bite est flasque maintenant, mais Milan la regarde toujours constamment. Je n'ai pas vraiment la libido la mieux entraînée, mais si c'était le cas, je parie qu'il voulait recommencer. Je suppose que j'aime ça. J'aime être désiré comme ça. C'est une chose nouvelle pour moi. Comme je l'ai dit, je suis populaire, mais c'est simplement parce que j'agis comme ça. C'est bien plus. Je ne peux pas agir pour être recherché. Vous l’êtes ou vous ne l’êtes pas. Tu es beau ou tu ne l'es pas. Je ne me suis jamais considéré comme beau, eh bien, je savais que je n'étais pas moche, mais je n'ai jamais pensé que les gens pouvaient réellement m'aimer activement. Et je dois admettre que je remarque que Milan n'est pas moche non plus. Même si vous n’êtes pas attiré sexuellement par les gens, vous pouvez quand même objectivement les considérer comme beaux, n’est-ce pas ? Il est mince, plutôt maigre, a de longs cheveux bruns, un bouton près de la joue et des lèvres épaisses et rouge vif. Ses yeux sont verts. Vert profond. Je tomberais amoureuse de lui s'il était une fille, si tu vois ce que je veux dire. Mais cela soulève la question : pourquoi fait-il cela, il devrait pouvoir avoir qui il veut.

"Mais je n'ai jamais vraiment répondu à mes propres besoins", sourit-il.

Je hausse les épaules. "Eh bien, comme je l'ai dit, je n'ai pas vraiment envie de te faire, si tu vois ce que je veux dire."

Il rigole. "Je sais. Tu ne veux pas me faire une pipe. Pas besoin de le censurer, mec."

D'accord. Qu'est-il arrivé à ce garçon timide et maladroit qui vient de me faire une pipe ? Cela commence à ressembler à un tout nouveau Milan. Je ne peux pas dire que je n'aime pas ça, maintenant au moins, j'ai moins l'impression de l'avoir utilisé.

"Mais nous ne voulons pas que j'aie des boules bleues, n'est-ce pas ?"

Oh je comprends. "Tu veux te branler ? Bien sûr mec, vas-y."

Milan a l'air heureux. Il se lève et se place juste devant moi. Très lentement, sensuellement même, il baisse son pantalon.

"Mec, je t'ai dit que tu ne me plaisais pas comme ça." Je dis, mais ça n'a pas l'air très convaincant, je parie. Mes yeux sont rivés sur l'entrejambe, toujours recouvert par son sous-vêtement, à seulement quelques centimètres de moi.

"Je sais, tu n'es pas obligé de me le dire constamment. Mais cela ne veut pas dire que je ne peux pas en faire une démonstration."

"Je suppose?"

Il sourit. "Nous sommes toujours des mecs, nous allons nous vérifier et comparer, n'est-ce pas ?"

Je souris. "Bien sûr."

« Vos parents ne rentreront pas bientôt à la maison, n'est-ce pas ?

Je secoue la tête et je ris. "Ne vous inquiétez pas, ils ne seront pas à la maison avant deux jours."

Il laisse tomber ses sous-vêtements également. Je me tiens face à face avec une bite dure et heureuse, pointée vers moi. Maintenant, il y a au moins 20 centimètres de moins entre lui et moi. J'avale et me demande ce qu'il ferait si je l'attrapais. Non! C'est quoi ce bordel. Bon sang, je suppose qu'être excité ne connaît pas vraiment de limites à mon âge.

Il enlève complètement son pantalon et son caleçon et se rassied à nouveau à côté de moi. Il n'y avait pas encore touché. Je commence à me sentir mal à l'aise, alors je recommence à enfiler mes propres vêtements, mais Milan m'arrête avec ses mains. « Puis-je encore… tu sais… te regarder ?

Je pense à ça. Il vient de me faire une pipe, donc le moins que je puisse faire pour lui rendre la pareille, c'est de le laisser me regarder, n'est-ce pas ? Ça a du sens. Mais pourquoi est-ce que ça fait si mal ? Tellement sale, même. C'est le mot que je cherchais, je me sens sale. Sale d'aimer l'attention. "D'accord." J'essaie de lui sourire.

Milan enlève également sa chemise, ce qui, pour une raison quelconque, rend toute cette situation réelle. Il est nu, à côté de moi sur le canapé. Je regarde à nouveau la caméra. Si quelqu’un voyait cela, que penserait-il ? Penseraient-ils que je suis gay ?

Je remarque que le garçon se caresse et pendant une seconde je le regarde. Nos yeux se croisent, il me regarde. Il me regarde droit dans les yeux comme s'il y voyait quelque chose que je ne peux pas encore voir. Je regarde sa queue. Très dur, brillant un peu de précum. Ma propre bite tremble à cette vue. Milan le regarde, sourit et se met à le caresser encore plus furieusement. Le bout de sa langue sort de sa bouche et il émet de jolis gémissements doux. Pas le gémissement habituel, mais un gémissement avec un léger grincement, comme s'il n'avait pas assez d'air.

Arrête ça, Dan. Arrêtez de le regarder, arrêtez de le remarquer. Je détourne le regard et regarde au loin.

Unghh, huuing, pouah, unnn. Le gémissement devient plus imminent à chaque seconde.

Je sursaute quand Milan attrape ma bite. Je suis à nouveau dur ! Avec sa main gauche, il me caresse, tandis que sa main droite s'occupe de ses propres déchets. J'essaie d'en profiter, mais le regarder est dérangeant. Je repousse doucement sa main. Pour la seconde, cela donne à Milan un air triste, mais il est trop préoccupé par son propre plaisir, alors il continue. Il accélère encore une fois et commence à gémir encore plus fort. Il me regarde toujours et sourit, pour autant qu'on puisse appeler cela un sourire, avec son visage concentré et sa bouche tendue. Puis, sans aucun avertissement, il jouit. Et beaucoup! Il éjacule sur toute sa poitrine, un peu sur le canapé, et quelques giclées lui parviennent même au visage. Avec un sourire, il l'attrape avec sa langue puis, pour la première fois de toute la manifestation, il ferme les yeux. Il est toujours haletant.

Je le regarde juste. Un garçon nu, mince et couvert de sperme est à côté de moi sur le canapé. Cela doit être le jour le plus étrange de ma vie ! Je me lève et remets mes vêtements. Je regarde Milan, il a l'air si paisible et heureux, et je m'en vais chercher une autre bière. Bon sang, j'ai vraiment besoin de réfléchir à tout ce qui s'est passé. Je ne comprends pas comment nous en sommes arrivés là. Vais-je le regretter en repensant à cette journée dans le futur ? Je ne sais pas. Je ne veux pas vraiment y penser. Je veux juste avoir cette bière dans mon estomac.

Quand je reviens dans le salon, Milan ronfle silencieusement. Je pense lui offrir une couverture, mais cela deviendrait alors tout sale, donc ce n'est pas une option. Je regarde le coussin derrière lui, avec un peu de sperme dessus. Je devrais le nettoyer, mais bon, c'est le sperme d'un autre gars. Je ne vais pas toucher à ça !

Je pense à lui avalant ma charge. Mon estomac se retourne à cette pensée. Mais j'ai apprécié, non ? Et pourquoi est-ce que je me sens si heureux maintenant ? Mon Dieu, la vie est bizarre !

***

Si vous avez apprécié ce chapitre, n'hésitez pas à me le faire savoir. J'ai également une liste de diffusion pour informer les lecteurs chaque fois que je télécharge un nouveau chapitre/une nouvelle histoire. Si vous voulez en faire partie, envoyez-moi également un MP !

Merci d'avoir lu!

Articles similaires

Le Dragon (S)Couches V. 1 Ch. 02 (La Sorcière)

La sorcière * * * * Ma très chère Tessarie, Je sais que les temps sont durs en ce moment, mais sachez que j'ai fait de mon mieux pour que vous vous retrouviez dans un endroit sûr. Les terres humaines sont accueillantes pour notre espèce et même si elles ne sont pas dignes de confiance, je ne doute pas que vous serez bien traités et accueillis à bras ouverts. D'après ce que nous savons d'eux, ils évitent la magie, alors soyez prudent si vous choisissez d'exercer vos pouvoirs. . . L'accident aurait pu être pardonné s'il n'était pas si répandu, mais...

2.5K Des vues

Likes 0

Hors Limites Colocataire Pt. 3

Vue. La chaussette rose, pressant presque dans mes yeux. Il faisait sombre, mais après cet après-midi, je savais trop bien qu'il y avait des empreintes sales des orteils et de la plante des pieds dans une légère nuance de brun. Toucher. La voûte plantaire de Shiann, touchant mon nez. Les orteils contre mon front, se tortillant légèrement. Le talon, cognant mon menton plusieurs fois alors qu'elle descendait légèrement du canapé vers moi. La sensation d'un tissu légèrement usé, quelques lambeaux de coton qui s'étaient détachés du tissage de coton serré de ses chaussettes. Sonner. « Prouve-le. Prouve que tu n'es pas...

2.4K Des vues

Likes 0

Rentrer à la maison gay...

Rentrer à la maison gay… (Episode 2) Mon séjour chez l'oncle Donnie était enfin terminé. Nous avions eu des relations sexuelles sauvages exceptionnellement sensuelles presque tous les soirs. J'étais triste de devoir partir, mais j'étais également ravie d'explorer mes nouvelles connaissances sexuelles sur un garçon de mon âge. J'étais sûre de ma sexualité maintenant. Je suis gay! Il restait encore beaucoup d'été et ma troupe de scouts avait plusieurs voyages que j'attendais avec impatience. Il y avait un garçon de 2 ans plus jeune que moi avec qui j'aimais bien côtoyer lors des sorties. Son nom était Bobby, 15 ans, mince...

2.6K Des vues

Likes 0

Chérie partie 3

Dans cette partie, j'ai changé mon style de contorsion. PS J'aimerais savoir qui est votre fille préférée alors n'hésitez pas à commenter. 'Toc Toc Toc' John se réveilla en sursaut pendant un instant, oubliant où il était. Puis il l'entendit à nouveau. « Knock » « Knock » « Knock » mais cette fois, il était accompagné d'une voix douce et salée, « room service ». C'était Rose. John retira les couvertures de sa tête à temps pour la voir ouvrir dans sa tenue de femme de chambre avec un plateau de crêpes et de sirop. Voyant que John était debout, Rose fit un de ses sourires alléchants et...

2.4K Des vues

Likes 0

RUNAWAY Chapitre 19

Elle s'est réveillée quand elle l'a senti arrêter le camion, heureuse qu'elle ne soit pas encore dans son cauchemar et après avoir regardé à travers le pare-brise, elle a vu qu'ils étaient à nouveau dans une autre aire de repos. Je vois que tu es réveillée Belle au bois dormant. C'est l'heure d'une pause, de fumer et de quelques heures de sommeil, tu ne penses pas Senorita demanda-t-il ? Bien sûr approuva-t-elle avec un bâillement. Ils sortirent tous les deux du camion et elle se dirigea vers les toilettes pour femmes pour une pause pot. Quand elle est revenue, il avait...

2.9K Des vues

Likes 0

Déménagement de meubles

Avant de commencer, je veux commencer par me décrire. Je suis un garçon de 17 ans en pleine forme. J'ai de longs cheveux blonds que je laisse pousser jusqu'à ce qu'ils couvrent presque mes yeux. Je mesure environ 6' 3 et j'ai une très grosse bite. Et à cause de cela, je ne suis pas vierge. En fait, je pense que j'ai baisé toutes les filles de mon lycée. J'ai sonné à la porte, puis j'ai déplacé nerveusement mes pieds. Au bout d'un moment ou deux, la porte s'ouvrit. Debout là, il y avait la fille la plus chaude que j'aie...

2.4K Des vues

Likes 0

Fabrication d'un homme endommagé partie 1

La fabrication d'un homme endommagé • C'est ma premiere histoire. La première partie aura peu ou pas de sexe car je vais commencer par une histoire basée sur ma vie. Les événements sur lesquels je vais écrire me sont arrivés. Les noms seront changés pour protéger les moins innocents. Je passerai à la fiction lorsque la vengeance commencera, mais je ressens l'histoire ou l'histoire, peu importe ce que vous appelez, il est important de comprendre d'où vient le personnage principal. Maintenant, voici la question de savoir s'il sera bon ou mauvais alors qu'il se venge de ceux qui l'ont blessé. L'enfance...

2.6K Des vues

Likes 0

Ce que vous souhaitez

J'ai 25 ans, j'ai récemment terminé mes études de droit et je travaille des heures ridicules en tant qu'associé junior dans un cabinet de taille moyenne spécialisé dans le droit des assurances. Le salaire est assez décent, mais le travail est fastidieux. Sans Kaitlyn, j'aurais arrêté il y a des mois, mais elle illumine mes soirées et rend la corvée hebdomadaire tolérable. Nous nous sommes rencontrés à l'université, sommes tombés amoureux et nous nous sommes mariés lorsque nous avons obtenu notre diplôme. Puis une faculté de droit pour moi et une maîtrise en éducation pour elle. Elle a 23 ans et...

2.4K Des vues

Likes 0

Ceinture biblique - Partie 3 (FINALE)

«Je vais dans un camp chrétien», a annoncé Anne au petit-déjeuner un jour, environ deux semaines plus tard. Nos visites nocturnes étaient toujours en cours, mais plus nous continuions, plus j'étais résolu à ce que cela s'arrête. J'ai répondu à ma sœur en m'étouffant presque avec mes Cheerios, mais j'ai réussi à le couvrir d'une toux. Si j'étais vraiment le bon gars que je voulais être, ma première pensée aurait été de m'inquiéter de la façon dont elle allait survivre sans accès à sa dépendance, mais honnêtement, ma première inquiétude était de savoir comment j'allais survivre sans sexe pendant une semaine...

2.4K Des vues

Likes 0

Garde d'enfants avec Tara pt.2

Alors, j'étais là, debout dans la chambre de ma meilleure amie, ma bite semi-dure toujours dans sa main, un peu de mon sperme encore sur ses lèvres et sa langue. J'avais l'impression que ma force vitale s'était transformée en sperme et avait été aspirée hors de ma bite d'un seul coup. Et pourtant, j'en voulais plus. Elle venait de me faire la pipe la plus incroyable de ma vie, et maintenant je voulais lui rendre la pareille. Elle s'allongea sur le lit, glissant hors de sa culotte qui était déjà trempée d'impatience, me donnant la première vue complète d'elle nue. Ses...

2.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.