Aide voulu partie 7

563Report
Aide voulu partie 7

Je me demandais si j'avais appris ma leçon en rentrant chez nous. Non seulement cela, j'ai commencé à calculer combien ma stupide aventure avec Caitlyn a coûté. Entre sa robe et ses chaussures et tout, mes nouveaux vêtements, le dîner et le pourboire, son taxi pour lequel je lui ai donné de l'argent et l'essence ; ça devait être près de neuf billets. De plus, le pneu frikkin avait besoin d'être réparé.

J'ai regardé Caitlyn. Elle dormait.

Y avait-il quelque chose de positif à sortir de toute cette mésaventure ? Sa chatte était rasée. Mais je ne verrais rien de tout ça ce soir. A-t-elle vraiment senti qu'elle était humiliée en étant forcée de porter cette robe ? Soudain, je me suis senti coupable. Si je l'humiliais, son comportement ce soir était-il pour me punir en guise de réponse, ou était-ce juste l'alcool qui parlait ?

Il n'y avait vraiment que deux façons de le savoir. Saoulez-la à nouveau ou rhabille-la, mais sans alcool. Pour l'instant, j'avais juste besoin qu'elle s'installe. Après quatre martinis et deux verres de vin, peut-être qu'elle ne se souviendra même plus de la soirée.

J'ai réussi à la faire entrer dans la chambre d'amis. C'était la première fois qu'elle dormait dedans. J'ai enlevé ses chaussures roses, le collier et les boucles d'oreilles aussi. Elle dormait en robe.

*

Caitlyn dormait encore le lendemain matin quand je suis partie faire du shopping en ville. Dans un magasin pour adultes, j'ai acheté un petit vibromasseur blanc, vraiment pas plus gros qu'un doigt. Il y avait un logo de ruban rose de sensibilisation au cancer du sein dessus. Il était étanche et conçu pour bourdonner le clitoris. J'ai aussi ramassé deux paires de poignets velcro. Aussi en rose, juste pour l'énerver.

Elle était dans la cuisine, vêtue d'un pantalon de survêtement et d'un t-shirt, en train de manger des toasts et de la confiture et de se nourrir une grande tasse de café quand je suis rentré. C'était pas mal. C'était samedi qu'elle avait tout le temps du monde pour récupérer.

« Comment va ta tête ? » J'ai demandé.

« Je suis désolé Doug.

« Non, Cate. C'est de ma faute. Je n'aurais pas dû te mettre dans une position inconfortable.

"Je n'aurais pas dû boire autant."

« Tu étais pourtant très jolie. Peut-être que tu porteras la robe juste pour moi ?

« Quoi ? C'est une sorte de truc bizarre ? » elle a demandé.

"Maintenant que tu le dis," répondis-je, "oui, ma bite répondra à la féminité et à la jolie à chaque fois."

Je pouvais voir les roues tourner dans sa tête.

Elle a paressé en récupérant toute la journée. J'ai passé l'aspirateur. Elle a aussi fait un peu de ménage mais est surtout restée à l'écart du bruit de l'aspirateur. En milieu d'après-midi, elle allait bien. À cinq heures, elle a bu un verre de vin.

Le dîner était composé de steaks de contre-filet épais sur le barbecue. Maintenant que Caitlyn me faisait confiance, j'étais autorisé à m'occuper d'eux moi-même. Elle a fait des pommes de terre au four au micro-ondes. Ils étaient garnis de beurre, de crème sure et de ciboulette hachée. Des champignons à l'ail sautés, des petits pois au beurre et une salade d'accompagnement avec cette vinaigrette russe qu'elle prépare complétaient le repas.

Pendant que nous mangions, j'ai expliqué exactement ce que je voulais qu'elle fasse après le dîner. Avec impatience, sa tête rebondissait de haut en bas à chaque suggestion que je faisais.

Une fois que nous nous sommes éclaircis, elle est partie à l'étage. Je suis allé au magasin pour acheter quelques choses.

Elle était à nouveau dans la robe à fleurs rose. Sa chatte était fraîchement rasée. Boucles d'oreilles et collier de perles. Rouge à lèvres, maquillage des yeux, ongles roses le tout. Même les chaussures et les culottes.

Elle était agenouillée sur le tapis. Ses poignets étaient liés par des poignets en velcro rose, étendus horizontalement de chaque côté. Des cordes reliées à des clips en D sur les poignets s'étendaient étroitement jusqu'à une poignée de porte d'un côté et la rampe d'escalier de l'autre. Elle n'allait nulle part.

Le petit godemiché blanc et rose était enfoncé dans sa fente, le business se terminait tout contre son clitoris, et les anneaux sur ses lèvres étaient attachés ensemble avec du fil dentaire enveloppant tout le gode. Juste l'extrémité inférieure dépassait de ses lèvres avec le bouton de commande. L'entrejambe de sa culotte maintenait tout bien en place.

Ses seins pendaient de la robe. Un petit cadenas était attaché à chaque anneau de mamelon. Elle était d'accord avec le poids. Juste.

Ma bite était déjà dure. J'étais nu.

"Es-tu prêt?" J'ai demandé.

À bout de souffle, elle a répondu : « Ouais. »

J'ai atteint sous sa robe et j'ai trouvé le bout du petit vibromasseur dans son entrejambe. Deux pressions l'ont enfoncé en haut.

Elle a immédiatement réagi en se précipitant en avant, tirant sur les cordes alors que son corps se tordait. Son mouvement a fait basculer les cadenas de ses mamelons qui ont été tirés vers le bas sous le poids.

Je me suis mis devant elle, ma bite au garde-à-vous.

Sa bouche s'ouvrit comme un oisillon prêt à être nourri.

J'ai fourré ma bite dans sa bouche.

Avec un enthousiasme qui m'a surpris, Caitlyn a sucé ma bite. Elle a enroulé sa langue autour de la tête et a plongé à plusieurs reprises la longueur au fond de sa gorge à chaque fois en la maintenant enfoncée pendant une seconde ou deux avant de se retirer pour respirer. De la salive coulait sur son menton. Ses narines se dilataient à chaque respiration. Son visage, son cou et la nuque jusqu'à ses épaules étaient roses, assortis à sa robe.

Les cadenas ont basculé alors que sa tête rebondissait sur ma bite. J'ai mis mes mains derrière sa tête.

"Non ! Ne me pousse pas la tête," m'a-t-elle déformé en levant les yeux vers moi. La salive roula le long de son menton.

"D'accord," dis-je en joignant mes mains derrière mon dos.

Redescendant ma hampe, elle s'est empalée avec ma bite au fond de sa gorge. Ses yeux exorbités et larmoyants. Son visage était devenu rouge alors qu'elle retirait sa salive. L'air frais se précipita devant ma bite alors qu'elle cherchait de l'air. Elle monta et descendit le long de ma bite. L'avaler, presque bâillonner, puis le sucer fort.

Je ne pouvais pas croire qu'elle appréciait ça.

J'ai vu son ventre et ses cuisses trembler sous moi. Clairement, elle l'était.

Moi aussi. Mes hanches ont commencé à avancer. Elle ne me faisait pas une pipe par aucun effort d'imagination, je lui baisais la gorge et elle adorait ça !

Mes hanches se balançaient d'un côté à l'autre, poussant ma tête de bite contre une joue, la bombant, puis la suivante et retournaient à nouveau. Puis elle a de nouveau avalé ma bite, les couilles profondes et maintenues pendant une seconde ou deux, le visage rouge humide haletant alors qu'elle se reculait.

"Auuughh" grogna-t-elle et mordit légèrement ma bite. Tout son corps tremblait. Les cadenas ont rebondi. "Auugh," elle secoua à nouveau et coinça ma bite dans sa gorge, se tenant pendant que son corps tremblait.

Le vibromasseur a dû l'atteindre.

Mon armé a pris le rythme d'entrée-sortie. Je ne pouvais pas m'en empêcher. Elle a continué à frissonner en dessous de moi. Sa tête et son cou étaient rouges, des larmes coulaient de ses yeux exorbités, son nez qui coule s'évasait à la recherche d'air et des crachats couvraient ses joues et son menton pendant en fils jusqu'à sa poitrine. "Mmmnnff," trembla-t-elle, "mmmnff" alors que ma bite glissait dans et hors de sa bouche humide. Le rouge à lèvres rose avait disparu depuis longtemps.

Le visuel était trop.

Je savais que j'allais jouir à tout moment. Ma bite et mon cerveau étaient prêts à exploser. Mes genoux tremblaient. J'avais du mal à garder mon équilibre. Mon cœur battait la chamade. Ma respiration est profonde et vocale.

Caitlyn n'a jamais abandonné son orgasme. Elle a juste continué à jouir. Les images et les sons de son spasme m'ont envoyé sur le dessus. J'ai attrapé ses épaules pour me stabiliser pendant que je venais.

Sa bouche gargouillait de mon sperme et de ses propres tremblements alors que je me vidais en elle. "Nnaaaghh," elle s'est contractée si fort qu'elle a mordu ma bite. Il n'a pas arrêté de gicler cependant. Elle déglutit aussi vite qu'elle le put alors que son corps sursautait en rythme avec le mien.

Elle tira la tête en arrière, la bouche ouverte et haletait pour respirer. Son corps sursauta à nouveau. Le bout de ma bite tomba sur son menton, luisant de mouille. Elle le reprit dans sa bouche. Ses joues se sont contractées alors qu'elle aspirait le reste de mon sperme à travers mon trou.

Tout devenait gris. J'ai dû m'asseoir.

J'hyperventilais quand j'ai entendu : "Sortez le vibromasseur. Arrêtez-le."

Je suis passé sous la robe rose de Caitlyn. L'entrejambe de sa culotte était trempé. Je me demandais si elle s'était énervée. J'ai poussé le vibromasseur à travers sa fente jusqu'à ce qu'il saute sur le sol en bourdonnant toujours comme une abeille en colère.

J'ai décroché une pince en D, puis l'autre. Caitlyn s'effondra sur le tapis.

"Trouve les clés," haleta-t-elle.

Ils étaient sur la table, j'ai dû trébucher pour les avoir. J'ai décroché chaque cadenas et j'ai embrassé ses mamelons et les ai sucés doucement mieux. Caitlyn semblait apprécier l'attention que je lui portais sur les mamelons.

Elle éteignit le vibromasseur et le laissa tomber par terre.

Nous étions allongés sur le sol, nous nous embrassions et nous nous embrassions. Ses seins glissèrent dans la robe. Les poignets velcro roses étaient toujours en place.

"Je ne peux pas croire que tu aimes ça," dis-je alors que nous regardions le plafond.

"Mon clitoris est engourdi," répondit-elle.

"Tu n'as pas arrêté de jouir," dis-je.

"Je peux encore goûter ton sperme." Sur ce, elle s'est retournée et m'a donné un profond baiser, enfonçant sa langue dans ma gorge. « Peux-tu le goûter ? »

"Oui."

« Bon n'est-ce pas ? » elle m'a souri.

"Tu es une dame folle."

"Cette folle a besoin de prendre une douche et d'aller se coucher."

Nous avons nettoyé les cordes et rangé les choses. J'ai dû nettoyer quelques taches sur la moquette avant de monter à l'étage.

Elle se tenait dans la salle de bain après sa douche, nue et parfaitement rasée avec une brosse à dents en marche. Je lui ai demandé depuis la chambre : "As-tu vraiment aimé être ligotée comme ça ?"

"Un-huh," marmonna-t-elle toujours en se brossant les dents.

« Est-ce que vous vouliez que je le refasse une fois ? »

"Un-huh," toujours en train de se brosser les dents.

« Quelle partie avez-vous le plus aimé ? » J'ai demandé.

Je l'ai entendue cracher, rincer et fermer le robinet.

"Ta bite," dit-elle en souriant alors qu'elle entrait dans la chambre puis ajouta, "et j'adore ce petit vibromasseur, merci."

"Peut-être que je te le mettrai dans le cul la prochaine fois," lui souris-je.

"Peut-être que je vais le mettre dans le tien," sourit-elle en retour.

"Éteignez les lumières."

*

Je me suis réveillé le premier. Alors que j'étais allongée dans mon lit, j'ai regardé Caitlyn dormir blottie à côté de moi. Son bras tatoué s'étendit sur ma poitrine. Elle était adorable. Elle avait l'air très à l'aise.

Elle remua. J'ai embrassé son front.

"Bonjour chérie," murmurai-je. Elle m'a serré dans ses bras et m'a embrassé l'épaule.

Après avoir fait pipi, nous nous sommes habillés pour descendre chercher du café.

« Vous restez pour le dîner du dimanche ? J'ai demandé en espérant qu'elle le ferait.

"Seulement si tu me veux aussi," répondit-elle timidement.

"Bien sûr que je te veux aussi. J'adore le dîner du dimanche avec toi. J'aime chaque dîner avec toi," souris-je.

Elle a insisté sur le fait qu'elle allait acheter des trucs pour le dîner, se plaignant que j'essayais toujours de tout payer. Je l'ai convaincue de prendre la camionnette en ville plutôt que sa voiture. Au moins comme ça, je couvrais les frais de carburant. De plus, c'était plus sûr que cette petite Yaris.

J'ai ratissé la pelouse pendant qu'elle faisait ses courses en ville. Elle était partie pendant des heures. Au moment où elle est revenue, j'étais foutu.

« J'ai trouvé un bon morceau de rosbif », dit-elle en rangeant les courses.

"Super," dis-je en regardant ses fesses pendant qu'elle remplissait le frigo.

« Il n'a pas besoin d'aller au four avant, » elle jeta un coup d'œil à l'horloge, « vers cinq heures. Que veux-tu faire en attendant ? elle sourit.

Elle voulait jouer.

*

Caitlyn et moi étions toutes les deux complètement nues.

Comme convenu, je la laissai m'attacher. Des poignets roses en Velco étaient attachés à mes poignets et à mes chevilles. Le rose n'est pas exactement ma couleur, mais bon sang, je les ai achetés. Me sert bien. Elle avait soigneusement posé un tas d'oreillers sur l'escalier, puis, à l'aide de la corde du magasin, avait attaché les pinces en D des manchettes aux rails et aux broches de l'escalier.

J'étais écarté et mon trou du cul était quelque peu exposé. Je n'ai pas aimé ça. Je n'allais nulle part.

J'avais du mal à penser à ce qu'elle allait faire. Je n'en avais aucune idée. Je savais juste que j'étais complètement vulnérable. Je ne pouvais pas bouger.

"Hé hé hé !" elle me fit une grimace en fixant la dernière corde. "Le temps de récupération, heh, heh heh."

Elle disparut dans la cuisine. Qu'est-ce que cette chatte sournoise allait me faire ?

Elle est revenue avec un gros morceau de racine de gingembre. Je l'avais vue la mettre au frigo. Je pensais qu'elle allait faire du chinois avec. Elle avait aussi un couteau d'office et l'éplucheur de pommes de terre.

Nue, avec sa chatte rasée presque dans mon visage, elle a commencé à éplucher la racine de gingembre.

« Avez-vous déjà entendu parler de la figuration ? » demanda-t-elle d'un air nonchalant.

« Non. Qu'est-ce que c'est ? »

"Hé, hé, tu verras." Elle avait le vertige.

Elle a sculpté le gingembre en laissant les pelures tomber sur ma poitrine. Elle ne pouvait pas arrêter de rire. Tout ce que je pouvais sentir était le gingembre.

« Qu'entendez-vous par délai de récupération ? » ai-je demandé, un peu incertain.

Elle s'arrêta un instant, épluchant toujours le gingembre. "Je veux vous remercier pour la robe, les chaussures et le sac à main. Et pour le dîner italien. Je veux juste vous remercier d'une manière très spéciale."

Cela m'a réchauffé le cœur.

Elle a sculpté, ce que je ne pouvais décrire que comme un plug anal. Elle l'a tenu devant mon visage, l'a mis dans sa bouche en l'enduisant de salive puis l'a poussé dans mon cul.

« Owww ! Putain ! »

"Hé, hé, hé."

À part un doigt, je n'avais jamais rien eu dans le cul avant. C'était bien plus gros qu'un doigt. Ça fait mal.

"Merde ! Ne fais pas ça. Ça fait mal. Sortez-le !" J'étais furieux.

Elle me regarda avec un sourire curieux sur son visage, mais ne dit rien.

Puis je l'ai ressenti. Oh merde, je l'ai senti !

"Aaaaagghhhhhh! Fuuuuuckkk!"

Mon trou du cul brûlait. Anneau de feu brûlant multiplié par un million. Putain de merde !

J'ai commencé à me tordre dans les attaches. Je ne pouvais pas bouger. Un tubercule de Gila Monster a été planté dans mon cul en crachant du venin.

Elle riait, s'amusait vraiment. La garce cruelle.

Je transpirais, j'avais une douleur brûlante. La piqûre initiale de l'agression anale était partie, ou éclipsée par la flamme insupportable dans mon cul. C'était de pire en pire. Ma poitrine se soulevait.

« Fuuuuckkk ! » Ça fait mal. Ça piquait. Temps fort.

"Ne serrez pas vos fesses ensemble, cela ne fera que libérer plus de jus de gingembre. Vous devez vous contrôler. Détendez-vous et la brûlure s'estompera. En attendant, mangez ma chatte!" Elle monta les escaliers et chevaucha mon visage.

Comment cela pourrait-il être du sexe ?

J'ai tiré la langue. Je n'avais pas de choix. Je l'ai léchée. Des larmes coulaient sur mes joues. J'ai essayé de détendre mes fesses, il ne semblait pas vouloir écouter les instructions de mon cerveau.

« Oh ouais ! J'ai votre attention maintenant », a-t-elle dit en écrasant sa chatte contre mon visage.

Mon trou du cul était en feu. Elle n'avait pas mon attention. Elle n'arrêtait pas de frotter sa chatte sur mon visage. J'étais conscient du fait qu'elle faisait des sons joyeux. J'étais en feu. Brûlant. Consciemment, j'ai essayé de me forcer à détendre mes fesses.

Rapidement, elle se leva et s'enfuit. J'ai entendu mon portable sonner, une fois.

"C'est Frank Proulx", a-t-elle dit en lisant l'écran d'appel et en pressant le téléphone contre mon oreille.

"Bonjour?" J'ai haleté.

(Doug, c'est Frank Proulx, comment vas-tu ?"

"Je-je- vais bien" balbutiai-je. Je ne l'étais pas. J'étais loin, très loin d'être d'accord. Essaie de te détendre me suis-je dit.

(Écoute Doug, je reviens de chez le client maintenant. Ils ont adoré ta proposition et surtout les luminaires. Désolé de t'appeler un dimanche.)

« O-d'accord », ai-je crié.

(Votre Caitlyn, elle a fait un excellent travail. Elle me fait bien paraître.)

"Ggrrhhh" Oh putain. Je brûle! Je n'ai pas pu m'empêcher de tirer sur les attaches.

(Tu vas bien Doug ?) Elle a gardé le téléphone appuyé à côté de mon visage.

« C-caitlyn est là, tu veux lui parler ?

Il s'arrêta puis dit : « Bien sûr.

Caitlyn a mis le téléphone à son oreille alors qu'elle se rasseyait sur mon visage.

« Franck, comment vas-tu ? » dit-elle d'un ton gracieux mais professionnel.

(...)

"Oh il va bien, juste un peu ligoté en ce moment."

(...)

Elle m'écrasait le visage.

"Super ! C'est super", dit-elle à Frank

J'étais en fusion. Tchernobyl n'avait rien sur moi. Elle souleva momentanément son entrejambe pour me permettre une bouffée d'air.

(...)

"Mmmm, unh-huh," dit-elle.

(...)

"Ouais." Elle m'a laissé respirer à nouveau.

(...)

« Ouais, nous pouvons faire une maquette. »

J'étais en train de mourir. Ce n'était pas seulement mon trou du cul ; tout mon corps était en feu.

(...)

« Juste le pendentif ? »

Elle n'arrêtait pas de frotter sa chatte sur mon visage. J'avais besoin d'air. Et une lance à incendie.

(...)

« Coût plus vingt-cinq semble raisonnable. Partageons-nous les vingt-cinq ? »

Elle se souleva à nouveau. J'ai haleté.

(...)

"Nous sommes bons avec quinze."

(...)

"C'est super, merci Frank. Je vais demander à Doug de t'appeler demain." Elle a soulevé sa chatte de mon visage. « Je te laisse juste dire au revoir à Doug, au revoir. elle a collé le téléphone à mon visage.

J'ai haleté, "Gruumphtt."

(Tu vas bien Doug ?)

"Je-j'étais juste en train de m'étouffer avec un morceau de gingembre." balbutiai-je.

(Désolé, je n'avais pas réalisé que vous mangiez. Vous savez, Caitlyn s'en est très bien sortie. Les clients sont impressionnés. Elle est très talentueuse.)

« F-frank, tu n'as aucune idée de ce dont elle est capable. J'ai dû transpirer du sang.

(Tu dois être très heureux avec elle.)

"Je suis absolument ravi." Je criais en silence. "Je vous appellerai demain."

(Okay au revoir.)

"Au revoir Frank," Caitlyn appuya sur le bouton de fin d'appel.

"Auuuuughh Fuuuuckk!" J'ai crié. Le putain de bâton de lave ne lâchait pas dans mon cul.

Caitlin a dévalé les escaliers et a commencé à danser joyeusement devant moi en tenant le téléphone portable dans sa main droite.

"Ils ont aimé la proposition", a-t-elle chanté en dansant.

J'étais à l'agonie.

"J'ai aimé la proposition," elle balança ses hanches d'un côté à l'autre.

Tirez-moi dessus, sortez-moi de ma misère.

"J'ai aimé la proposition," ses coudes battaient, "j'ai aimé la proposition."

« Cate ! À l'aide ! »

"J'ai aimé la proposition." Elle a arrêté de danser. Elle s'est tenue avec la stupide fausse innocence sur son visage et a demandé : « Quelque chose ne va pas Doug ? Tu devrais être heureux. Ils ont aimé la proposition.

"Ça me tue putain, arrête ça."

« Ohhh… Dougie… ça brûle un peu, n'est-ce pas ?

"S'il te plaît."

Elle a gravi les quelques marches, s'est mise à califourchon sur moi et m'a regardé. "Doug, je vais te poser des questions et tu vas y répondre honnêtement. Si je ne crois pas à tes réponses, tes bagarres continuent pendant encore quinze minutes et j'ajouterai un peu de gingembre dans ton trou de pipi. J'ai ça ? Et ne me donnez pas seulement les réponses que vous pensez que je veux entendre. Soyez honnête.

J'ai hoché la tête avec insistance.

« Est-ce que tu m'as fait porter une robe rose en public pour m'humilier ?

"Non," couinai-je.

« Pourquoi l'avez-vous fait alors ? »

"Je voulais juste que tu sois plus une dame, je déteste ce look gothique," soufflai-je.

"Hmmm."

« Quand vous dites « je », est-ce que Doug est mon patron qui parle ou Doug avec du gingembre dans le cul, ou les deux ?

"Le patron Doug n'a pas son mot à dire. Seul Ginger Doug le fait." Mon cul était engourdi. Tout mon corps tremblait.

« Bonne réponse. Mais qu'est-ce qui vous fait penser que Ginger Doug a son mot à dire sur mon apparence ? »

"Ginger Doug est en train de tomber amoureux de toi. Il veut seulement que tu sois heureux."

« Et qu'est-ce qui ne va pas avec Goth ? » demanda-t-elle.

"Rien," reniflai-je en retour, "il n'y a rien de mal avec Goth..."

"Cela peut demander un peu d'entretien", intervint-elle puis continua, "êtes-vous en train de suggérer qu'une fille gothique ne peut pas être une femme ?"

"Non non!" J'ai crié, brûlant, "Tu me trompes ! Je n'aime pas ça sur toi. Tu es adorable. Belle. Tu n'as pas besoin de te maquiller et de porter des bijoux amusants. Pas pour moi ! Je Je craque pour la Caitlyn qui se cache sous tous ces trucs gothiques. Celle qui danse quand elle peint, celle qui m'apprend à bien mettre la table. "

« Qu'est-ce qui vous fait penser que je serai plus heureux sans être gothique ? »

« Pour le moment, je ne peux pas penser. » J'étais à l'agonie.

Elle a souri. "Dernière question," dit-elle.

« Si je me retrouve à nouveau dans une situation vulnérable, allez-vous exiger que je redevienne une fille ? Soyez honnête. Elle avait un air très sérieux sur son visage.

Je devais réfléchir à celui-ci. Il était impossible de traiter rationnellement quoi que ce soit avec les enfers de Dante brûlant dans mon cul. J'ai décidé de répondre honnêtement et d'espérer le meilleur.

"Oui, à chaque fois," croassai-je.

"Pourquoi?" elle a posé une question supplémentaire à la maison.

"Parce que tu es bien plus jolie que ce pour quoi tu te reconnais. Sexy aussi."

Elle a souri et a retiré le plug anal.

"Ohhh... ça brûle toujours."

Elle m'a détaché des balustrades.

"Allez prendre une douche et arrangez-vous." Je suis parti en courant.

Après une douche où je me suis essentiellement fait un lavement avec le tuyau de douche, je suis descendu avec la queue entre les jambes. J'étais vêtu d'un sweat et d'un t-shirt.

Elle l'était aussi. Elle faisait du thé.

"Ce sera très, très longtemps avant que j'accepte de vous laisser m'attacher à nouveau," dis-je.

Articles similaires

L'affaire2

JE PENSAIS QUE PUISQUE NOUS ESSAYONS DE NOUVELLES CHOSES AVANT QUE J'ENTRE DANS SON CUL, JE VEUX QU'ELLE ME SUPPLIE DE BAISER SON CUL. Je suis allé chercher de la glace et 3 pinces à linge. JE LUI DEMANDE SI ELLE AIME ÊTRE ATTACHÉE AU LIT ELLE N'A PAS RÉPONDU DONC JE LUI FELICULÉ LE CUL AUSSI FORT QUE JE PEUX PUIS ATTENDRE SES CHEVEUX EN TIRANT LA TÊTE EN ARRIÈRE ET JE LUI DIT QUE JE T'AI DEMANDÉ UN ? VOUS RÉPONDEZ OU JE VOUS FESSERAI ENCORE. AVEC LA PEUR DANS LES YEUX ET LE DÉSIR DÉGOUTANT DE SA CHATTE...

114 Des vues

Likes 0

La domination financière de Steven Miller

Chapitre 1 : Réparations Pour la plupart des Blancs, leur réponse instinctive et conditionnée à la simple mention du mot réparations est de crier : « Ma famille n'a jamais possédé d'esclaves. Je ne paie aucune réparation ! Vous les Noirs devez simplement vous en remettre, l'esclavage était dans le passé, laissez-le aller pour l'amour du Christ. Pour Werner Steven Miller, Steven pour la plupart, ses perceptions étaient complètement opposées. Steven avait un désir profond et impérieux de payer pour les péchés de son père hypothétique ; il aspirait à être le méchant animal de compagnie d'une déesse ébène sadique qui...

542 Des vues

Likes 0

Dortoir de GF 1

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie à l'époque où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Teagan est d'origine asiatique, ce qui lui a valu une petite silhouette élancée, des yeux noisette, de longs cheveux noirs et une peau naturellement bronzée. Elle a la chance d'avoir des bonnets B fermes, un ventre plat et des fesses minces et galbées - elle va souvent à la salle de sport pour faire des squats. Et pour couronner le tout, elle est très jolie avec un doux sourire. Étant introvertie, elle est très douce et timide. Ce n'est qu'après un an de...

438 Des vues

Likes 0

Une histoire pour les femmes

Avant de commencer... Faisons un marché. Si vous aimez mon histoire, ajoutez SnapC. Désireux de rencontrer des gens ouverts d'esprit et j'aime partager et recevoir des « photos ». Accord? Utilisateur : Kazaragh Mes fantasmes et mes désirs sont infinis, nous avons tous des envies et des fétiches. Le plaisir est la chose la plus naturelle que nous, humains, puissions désirer, et le désir est humain. Laissez mon écriture s'implanter dans votre esprit, prenez votre temps pour l'imaginer et pour les années à venir, souvenez-vous-en. J'écris avec le désir de vous emmener dans un voyage de l'esprit en essayant de prendre la luxure en...

524 Des vues

Likes 0

Devenir Oméga, Partie 4

Devenir Oméga, Partie 4 Des hommes autour d'elle. Elle, nue et collée sur le sol, ses lèvres grondantes et ses yeux flottants. La drogue nage dans ses veines et sa chatte palpite. Des caméras autour d'elle, le monde qui regarde. Ils allaient la détruire. Omega sentit son cœur rater un battement et elle sut, si tout s'arrêtait maintenant, qu'elle était là où elle était censée être. ___ Elle a souri. Ses yeux papillonnèrent. « Battez-moi », murmura-t-elle. Ils s'avancèrent, silencieux. Putain de me battre, a-t-elle crié. Plus près maintenant. Pourtant, ils n'ont rien dit. Tue-moi si tu veux. Ils rigolent. Elle...

465 Des vues

Likes 0

L'atelier xxx

Arthur était le propriétaire d'un studio porno âgé de 20 ans, sa mère Sonia était actuellement à quatre pattes en train de lécher la chatte de sa petite amie de 19 ans, Betty Rogers, il adorait tourner des films lesbiens et c'était sa plus grosse source d'argent. Arthur avait aussi un secret, il était un maître hypnotiseur. Donc, sa mère Sonia et sa petite amie Betty étaient sous contrôle mental (le sien). Maman était maintenant une experte en léchage de chatte, quand elle a été hynotisée il y a 3 mois, elle a dû être formée, depuis lors, elle est apparue...

628 Des vues

Likes 0

The Greatwar 3033 Part 5: Jack découvre quelque chose

Cela faisait un peu plus d'un mois que Jack avait reçu la visite de son vieil ami et comme ils étaient à plus de quelques années-lumière de la terre, ils ont eu quelques visites de plus juste pour dire au revoir à leurs amis et à leur famille, comme ils le seraient partis pendant un certain temps après cela, ils ont été laissés complètement seuls, mais la vie sur l'énorme navire s'est déroulée normalement. Ils étaient déjà passés par deux systèmes envoyant des messages à n'importe qui dans le système en espérant une réponse qui ne venait jamais, au début ils...

358 Des vues

Likes 0

Déménagement de meubles

Avant de commencer, je veux commencer par me décrire. Je suis un garçon de 17 ans en pleine forme. J'ai de longs cheveux blonds que je laisse pousser jusqu'à ce qu'ils couvrent presque mes yeux. Je mesure environ 6' 3 et j'ai une très grosse bite. Et à cause de cela, je ne suis pas vierge. En fait, je pense que j'ai baisé toutes les filles de mon lycée. J'ai sonné à la porte, puis j'ai déplacé nerveusement mes pieds. Au bout d'un moment ou deux, la porte s'ouvrit. Debout là, il y avait la fille la plus chaude que j'aie...

661 Des vues

Likes 0

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre deux : Cadeau d'anniversaire cerise de la fille

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre 2 : Le cadeau d'anniversaire de la cerise de sa fille Une histoire de contrôle mental de boucle de ceinture Par mypenname3000 Copyright 2020 Remarques : Merci à WRC264 d'avoir lu cette version bêta ! Mon quarante-quatrième anniversaire ne s'était pas du tout passé comme je m'y attendais. Comment aurais-je pu prévoir que ma plus jeune fille Tonya deviendrait si séduisante, qu'elle finirait par empaler sa chatte vierge sur ma bite et me chevaucher jusqu'à ce que nous soyons tous les deux venus ? L'idée d'avoir des relations sexuelles avec Tonya, sans parler de l'une de mes filles...

565 Des vues

Likes 0

Adolescents nageant nus au lycée avec des hard-ons

J'étais un étudiant de première année dans un lycée d'une grande ville dans les années 70 et je n'ai pas été surpris quand, au cours de mon premier semestre, j'ai fait de la natation et que pour des «raisons de santé publique», tous les garçons le faisaient nus. J'avais été prévenu par mes frères aînés et venant d'une famille de neuf enfants, dont des sœurs et une mère qui allaitait continuellement, je n'étais pas timide, ni étrangère au corps nu. Le premier jour, on nous a dit que si nous entendions trois brefs coups de sifflet, nous devions sortir rapidement de...

259 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.